Haut PDF Fractures de la palette humérale expérience du service de traumatologie B

Fractures de la palette humérale expérience du service de traumatologie B

Fractures de la palette humérale expérience du service de traumatologie B

c-6 Ancres de réinsertion à l’os (type Mitek) [3] Remarque : Quelque soit la voie d’abord, il est impossible de réduire et de synthétiser tous les fragments en même temps, sauf pour les fractures « simples » à deux fragments. Pour les fractures complexes, la technique doit s’adapter aux dégâts et s’inspirer de la reconstitution d’un puzzle ; d’abord retrouver et synthéser par broches provisoires ou par vis les pièces « repères », c'est-à-dire les colonnes et les gros fragments reconstituant ainsi le « cadre », ensuite rapporter les petits fragments qui peuvent au préalable avoir été solidarisé entre eux par vis de 1,5 ou 2 mm.
En savoir plus

116 En savoir plus

Fractures du condyle externe du coude chez l'enfant : Expérience du service d'orthopédie et traumatologie pédiatrique du CHU de Marrakech.

Fractures du condyle externe du coude chez l'enfant : Expérience du service d'orthopédie et traumatologie pédiatrique du CHU de Marrakech.

2 2 2 2- - - - L’échographie L’échographie L’échographie L’échographie :::: L’échographie, méthode disponible et non invasive, permet de poser le diagnostic, surtout quand le condyle externe est encore cartilagineux. Elle différencie également les fractures instables des fractures stables. L’échographie du coude traumatisé doit être comparée à celle du côté sain. La vue transversale antérieure permet de visualiser la surface articulaire et la trochlée cartilagineuse alors que la vue latérale permet d’établir la direction de la dislocation du fragment fracturé. Cette exploration est décisive pour la conduite thérapeutique (17,46,87,90).
En savoir plus

97 En savoir plus

Traumatismes du cartilage de croissance : expérience du service d'orthopédie traumatologie pédiatrique

Traumatismes du cartilage de croissance : expérience du service d'orthopédie traumatologie pédiatrique

Les traumatismes du cartilage de croissance constituent une entité anatomo- clinique spécifique à l’enfant et à l’adolescent en croissance. L’objectif de notre travail est d'évaluer la fréquence des fractures décollements épiphysaires, de faire ressortir leurs aspects thérapeutiques et d'évaluer les résultats de leur traitement afin d’améliorer leur prise en charge. Notre étude est rétrospective concernant une série de 51 cas de traumatismes du cartilage de croissance, traités au service d’orthopédie traumatologie pédiatrique du CHU Mohamed VI de Marrakech sur une période de 3 ans entre Octobre 2008 et Septembre 2011. La fréquence de ces fractures était de 4,5%. L’âge moyen était de 10,33 ans avec une prédominance masculine (80,4 %). Les chutes étaient responsables de 53% des fractures. Les épiphyses distales du radius et du tibia ont constitué les localisations préférentielles des décollements. Selon la classification de Salter et Harris, nous avons noté 34% de lésions de type I, 58% de type II, 6% de type III, et 2% de type IV. Aucun cas de décollement de type V n’a été observé. Le traitement orthopédique a été réalisé de façon isolé dans 30 cas (58,8%), et a été associé à un embrochage ou un vissage percutané chez 10 patients. Onze enfants ont été traités par une chirurgie à ciel ouvert. Les résultats globaux ont été bons chez 90,3% de nos patients, acceptables dans 7,8% des cas, et mauvais dans 1,9% des cas. Les meilleurs résultats ont été observés chez les sujets < 6ans, les décollements de type II et chez les patients traités orthopédiquement. La survenue de complication serait en relation avec : le type de fracture, l’importance du déplacement initial, ainsi que la qualité du traitement initial. Le pronostic dépend de l’âge du patient, le type de décollement, la vascularisation épiphysaire, la nature du décollement, et le délai de la prise en charge thérapeutique.
En savoir plus

136 En savoir plus

Fractures de la palette humérale traitées par arthroplasties de coude type Coonrad Morrey® : à propos de 12 cas

Fractures de la palette humérale traitées par arthroplasties de coude type Coonrad Morrey® : à propos de 12 cas

48 . Mansat et al 17 ont rapporté leur expérience après 11 ans d’utilisation de la prothèse de Coonrad-Morrey® en première intention pour différentes indications : polyarthrite rhumatoïde ou étiologies traumatiques. Soixante-dix patients (78 coudes) ont été opérés pendant cette période, pour un rhumatisme inflammatoire dans 45 cas, ou un traumatisme du coude récent ou ancien dans 33 cas. Au recul moyen de 5 ans (2-11), le MEPS était de 89 +/- 13 points dans le cas de la poly arthrite rhumatoïde et de 80 +/- 17 points dans le cadre du coude traumatique. Vingt-sept complications étaient notées, ayant nécessité une révision de l’implant dans 9 cas. Dans 3 cas, l’ablation de la prothèse était nécessaire dans le traitement d’une infection de prothèse. Dans deux cas, la prothèse a dû être remplacée à cause d’un descellement. Une infection de prothèse a nécessité un simple lavage. Une rupture de la charnière a nécessité son remplacement dans un cas. Une neurolyse du nerf ulnaire a été réalisée dans un cas. Le taux de survie était de 97,7% à 5 ans, et 91% à 10 ans, en considérant la révision pour descellement aseptique comme avènement final. Une reprise de cicatrice a été nécessaire dans un cas (cf. Tableau 6).
En savoir plus

59 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale du pied bot varus équin congénital chez l'enfant (2009-2010): expérience du service d'orthopédie traumatologie pédiatrique CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge chirurgicale du pied bot varus équin congénital chez l'enfant (2009-2010): expérience du service d'orthopédie traumatologie pédiatrique CHU Mohammed VI de Marrakech

1. Diagnostic 1. Diagnostic 1. Diagnostic 1. Diagnostic anténatal anténatal anténatal anténatal :::: Le diagnostic anténatal peut être fait à partir de 16ème semaines d’aménorrhée grâce à l’échographie(46). L’étude du pied in utéro est relativement facile car le liquide amniotique est abondant et le pied est suffisamment petit pour être vu dans son ensemble [47]. Le pied bot apparaît extrêmement déformé [48]: la coupe frontale du squelette jambier montre en même temps le tibia, le péroné et la palette des 5 métatarsiens disposés en rayons horizontaux sur le côté interne de la jambe. Le contour cutané souligne le varus de l’arrière pied, le calcanéum est fuyant et pratiquement invisible car son noyau d’ossification apparaît très tardivement. La vue plantaire est irréalisable. Quant à la coupe sagittale, elle est ininterprétable [48].
En savoir plus

137 En savoir plus

Prise en charge des fractures de la palette humérale chez l'adulte

Prise en charge des fractures de la palette humérale chez l'adulte

RESUME Les fractures de la palette humérale sont relativement rares chez l’adulte. Leur pronostic est souvent bon, mais elles peuvent mettre en cause la fonction du coude. Le traitement repose principalement sur la chirurgie de reconstruction par ostéosynthèse. Notre travail porte sur 50 cas de fractures de la palette humérale au service de traumato orthopédie (A) du CHU Mohammed VI de Marrakech, sur une période de 05 ans, allant de 2005 à 2010. Le but de notre étude était d'analyser les résultats en fonction de type de la fracture et du traitement entrepris.
En savoir plus

114 En savoir plus

Constrained Palette-Space Exploration

Constrained Palette-Space Exploration

MATHIEU BRÉDIF, Univ. Paris-Est, LASTIG MATIS, IGN, ENSG LOIC BARTHE, IRIT, Université de Toulouse, CNRS, INPT, UPS, UT1C, UT2J Color palettes are widely used by artists to define colors of artworks and explore color designs. In general, artists select the colors of a palette by fol- lowing a set of rules, e.g. contrast or relative luminance. Existing interactive palette exploration tools explore palette spaces following limited constraints defined as geometric configurations in color space e.g. harmony rules on the color wheel. Palette search algorithms sample palettes from color relations learned from an input dataset, however they cannot provide interactive user edits and palette refinement.
En savoir plus

15 En savoir plus

Évaluation de la définition des fractures isolées de la hanche comme critère d'exclusion dans l'évaluation de performance des centres de traumatologie

Évaluation de la définition des fractures isolées de la hanche comme critère d'exclusion dans l'évaluation de performance des centres de traumatologie

MÉTHODES : Nous avons mené une étude de cohorte rétrospective multicentrique avec les données du registre de traumatismes du Québec. La population à l’étude comprenait tous les patients admis entre 1999 et 2010 dans l’un des 57 centres de traumatologie pour adultes du Québec. Sept définitions basées sur les codes diagnostiques, l’âge, le mécanisme de blessure et les blessures secondaires, identifiées lors d’une revue systématique, ont été utilisées. La performance des centres de traumatologie a été évaluée par les estimations de mortalité ajustées générées avec le Trauma Risk Adjustment Model. L’accord entre les résultats de performance selon les sept définitions était évalué avec des coefficients de corrélation calculés sur les estimations de mortalité ajustées. Un coefficient >0.95 était considéré comme représentatif d’un accord acceptable.
En savoir plus

100 En savoir plus

Prise en charge de la luxation congénitale de la hanche chez l'enfant au-delà de l'âge de la marche: Expérience du service d'orthopédie traumatologie pédiatrique au CHU de Marrakech

Prise en charge de la luxation congénitale de la hanche chez l'enfant au-delà de l'âge de la marche: Expérience du service d'orthopédie traumatologie pédiatrique au CHU de Marrakech

Une bonne compréhension de l’anatomie-pathologique de la LCH chez l’enfant, le recours à l’imagerie moderne permet d’obtenir les meilleurs résultats et d’éviter des complications très redoutables, notamment l’ostéonécrose de la tête fémorale. Ces difficultés sont la raison pour laquelle, il nous a paru intéressant d’étudier rétrospectivement les dossiers de 28 enfants pris en charge au-delà de l’âge de la marche au service d’orthopédie et traumatologie pédiatriques au CHU Mohammed VI à Marrakech sur une période de 18 mois s’étendant entre Janvier 2009 et Juin 2010. Le but de ce travail est de démontrer la difficulté du traitement entrepris à cet âge, d’évaluer nos résultats, d’établir des critères pronostic et de codifier nos méthodes.
En savoir plus

143 En savoir plus

Purpura Rhumatoïde chez l’enfant : expérience du service pédiatrie B CHU Mohamed VI Marrakech

Purpura Rhumatoïde chez l’enfant : expérience du service pédiatrie B CHU Mohamed VI Marrakech

Nous vous importons dans ce travail l’étude de 42 cas de P.R, colligés dans le service de pédiatrie B DU CHU Mohamed VI de Marrakech entre 1janvier 2007 au 31 septembre 2011. L’âge de survenue est de 4 à 10 ans (85%), le sexe masculin semble plus touché bien que cette série rapporte une prédominance féminine (54%). La saison offrant le plus grand nombre de recrutement est la saison HIVERNO-PRINTANAIRE (55%). Le purpura constitue le maître symptôme de la maladie (98%). Les arthralgies sont présentes dans ¾ des cas, touchant les grosses articulations, le plus souvent modérées et fugaces. L’atteinte digestive survient dans 54% des cas, les douleurs abdominales constituent l’élément essentiel (89.7%), elles sont associées parfois à des vomissements et des hémorragies digestives (34%).
En savoir plus

112 En savoir plus

Hysterectomies vaginales : Expérience du service de gynécologie obstétrique " B "  : Indications, technique chirurgicale et complications.

Hysterectomies vaginales : Expérience du service de gynécologie obstétrique " B "  : Indications, technique chirurgicale et complications.

L’obésité est traditionnellement considérée comme facteur augmentant l’incidence des complications péri opératoires en chirurgie abdominale. Récemment ce paradigme a été contest[r]

119 En savoir plus

Embrochage centromédullaire élastique stable dans les fractures du fémur chez l’enfant à propos de 60 cas au service d’orthopédie traumatologie pédiatrique au CHU de Marrakech

Embrochage centromédullaire élastique stable dans les fractures du fémur chez l’enfant à propos de 60 cas au service d’orthopédie traumatologie pédiatrique au CHU de Marrakech

d. Problèmes des broches d.1. Saillie de la broche : Dans la plupart des séries (tableau XV), la complication la plus commune après l’utilisation de l’ECMES est l’extériorisation des broches observée dans les montages ascendants [83], avec l'irritation de peau et parfois l’infection (figure 33). Cette complication survient surtout après embrochage des fractures instables spiroïdes, obliques longues et comminutives, en raison de la possibilité de télescopage du foyer de fracture, autorisé par l’absence de verrouillage des broches qui reculent au niveau de leur orifice d’insertion osseux [58].
En savoir plus

151 En savoir plus

Indications de la césarienne. Expérience du service de gynéco-obstétrique B au sein du CHU Mohamed VI durant 2ans (2009-2010)

Indications de la césarienne. Expérience du service de gynéco-obstétrique B au sein du CHU Mohamed VI durant 2ans (2009-2010)

La césarienne itérative doit être réalisée à partir de 39 SA et ceux en absence de pathologie foeto-maternelle. [45] L'attitude à adopter devant un utérus cicatriciel a évolué au cours de ce siècle. Des auteurs Anglais ont défendu la voie basse depuis que l'incision corporéale classique a été remplacée par l'incision segmentaire. Puis sous l'influence des Américains, le dogme de la voie haute systématique s'est imposé. Depuis une vingtaine d'années, on voit un recul de cette attitude, d'abord en Europe et très récemment aux Etats-Unis [47]. En effet La plupart des études concernant l’accouchement en cas d’utérus cicatriciel sont anglo-saxonnes et reflètent les pratiques obstétricales selon trois grandes périodes. La première est initiée en 1916 par Edwin B. Cragin, dont l’aphorisme « une césarienne une fois, une césarienne toujours » a influencé la pratique obstétricale aux États-Unis jusqu’au début des années 80 [48]. La conférence de consensus sur la naissance par césarienne réunie en 1980 par le National Institute of Health a admis qu’une tentative d’accouchement par voie basse pouvait être envisagée dans certains cas [49]. Huit ans plus tard, le Collège des Obstétriciens et Gynécologues Américains (ACOG) a soutenu pour la première fois l’option de l’essai de travail (EDT) sous réserve d’une présentation céphalique fléchie et d’un consentement éclairé des patientes [50] .L’objectif était de diminuer le taux de césariennes qui avait enregistré un pic à 24,7 % aux États-Unis en 1988. En 1990, The United State Public Health Service proposait d’atteindre en 2000 le taux de 35 % d’accouchements par voie vaginale après césarienne (AVAC) et un taux global de 15 % de césariennes toutes indications confondues [51]. Ces incitations ont eu pour conséquences d’augmenter le taux d’AVAC qui est passé de 3 % en 1981 à 31 % en 1998 [51].
En savoir plus

155 En savoir plus

Prise en charge des fractures du cotyle dans le service de traumatologie orthopdie du CHU MED VI Marrakech Exprience de 5 ans du 2012 au 2016

Prise en charge des fractures du cotyle dans le service de traumatologie orthopdie du CHU MED VI Marrakech Exprience de 5 ans du 2012 au 2016

Ces fractures sont souvent accessibles par voie d’abord ilio-inguinale (figure74) et la réduction est souvent similaire à celle d’une fracture de la colonne antérieure plus hémitransverse postérieure. L’exactitude de la réduction première de l’aile iliaque conditionne la précision de la réduction acétabulaire. La première étape consiste en la réduction et la fixation de la colonne antérieure fragment après fragment, menées en général de haut en bas, tout en latéralisant la tête fémorale à l’aide du tire-fond. La colonne postérieure est ensuite réduite à travers la fenêtre moyenne de l’ilio-inguinale grâce à un davier angulé chevauchant le détroit supérieur. L’évaluation de la qualité de la réduction se fait par palpation de la surface quadrilatère et de la grande échancrure ischiatique.
En savoir plus

180 En savoir plus

Descriptif Type Eternal palette 33

Descriptif Type Eternal palette 33

Descriptif type : Eternal (palette) 33 Revêtement de sol PVC hétérogène compact U3 P3 en lés de 2 m Fourniture et pose d’un revêtement de sol PVC hétérogène compact 2 mm en lés de 2 m classé U3 P3 E2/3 C2 type Eternal 33 et Eternal palette 33.

1 En savoir plus

La prise en charge des fractures ouvertes de jambe chez l'enfant : exprience du service de traumatologie orthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

La prise en charge des fractures ouvertes de jambe chez l'enfant : exprience du service de traumatologie orthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Elle constitue l’urgence type en traumatologie-orthopédie pédiatrique, et était toujours un challenge pour les chirurgiens traumatologues et plasticiens. La gravité de ces fractures est liée à la situation superficielle du tibia sous un revêtement cutané antérieur particulièrement exposé aux chocs, et à la gravité des complications et la lourdeur des séquelles interférant avec la vie sociale de l’enfant.

113 En savoir plus

Lupus érythémateux disséminé chez l’enfant, du diagnostic au traitement. Expérience du service de pédiatrie B du CHU Mohammed VI de Marrakech

Lupus érythémateux disséminé chez l’enfant, du diagnostic au traitement. Expérience du service de pédiatrie B du CHU Mohammed VI de Marrakech

RESUME Le lupus érythémateux disséminé (LED) est une maladie inflammatoire auto-immune, d’étiologie inconnue, rare chez l’enfant, mais souvent sévère. Le diagnostic repose sur les critères du Collège américain de rhumatologie, validés chez l’enfant. Le but de notre travail est de dégager les caractéristiques épidémiologiques, cliniques, paracliniques, thérapeutiques et évolutives du LED. Nous avons réalisé une étude rétrospective, colligeant cinq cas de LED au service de pédiatrie B du centre hospitalier universitaire Mohammed VI de Marrakech entre Mars 2006 et Mars 2010. Tous nos patients sont de sexe féminin avec un âge moyen de 12.7 ans. Le tableau clinique est polymorphe et permet de constater, comme c’est rapporté dans la littérature, la fréquence des manifestations générales (100 %), cutanées (100 %), articulaires (80 %) et rénales (100 %). Le syndrome inflammatoire, l’atteinte hématologique et l'hypo- complémentémie sont constants, les anticorps antinucléaires et anti DNA sont retrouvés dans 80%. Les 5 patientes ont reçu des corticoïdes, associés chez 4 d’entre elles aux immunosuppresseurs (atteinte rénale sévère). L’évolution est surtout marquée, après un suivi moyen de 30 mois, par la persistance d’une protéinurie positive chez 80 % des cas, et par les complications infectieuses, dont la plus grave était une méningo-encéphalite tuberculeuse chez une patiente. Cependant aucun décès n’est rapporté dans notre série. Nos résultats concordent avec ceux de la littérature. Nous insistons particulièrement sur la fréquence de l’atteinte rénale qui constitue une cause redoutable d’handicap fonctionnel et de décès. Son traitement optimal chez l’enfant reste néanmoins discuté en raison du manque d’essais thérapeutiques prospectifs avec nombre suffisants d’enfants.
En savoir plus

148 En savoir plus

Conciliation médicamenteuse et entretien pharmaceutique au service du lien ville-hôpital : expérience dans un service d’endocrinologie

Conciliation médicamenteuse et entretien pharmaceutique au service du lien ville-hôpital : expérience dans un service d’endocrinologie

La cotation des DNI n’a pu être faite que pour 74 des 96 DNI retrouvées. En effet, 22 DNI n’ont pu être cotées car la mise en place de la conciliation en service a fait intervenir de multiples intervenants, et la méthodologie n’était pas encore harmonisée. La gravité de nos DNI est mineure voire significative. En effet, les DNI retrouvées ne concernent pas des classes médicamenteuses faisant partie de la liste des médicaments à risque (insuline, AVK…) et n’ont pas engendré de conséquences cliniques permanentes pour le patient, ou mis en jeu son pronostic vital. De ce fait, aucune n’a été cotée en majeure, critique ou catastrophique. Le binôme médecin /pharmacien était en accord sur la cotation, sans nécessité d’intervention d’un troisième médecin. Le biais de cette cotation réside dans le caractère subjectif de la notion de risque. En effet, les pharmaciens ont tendance à surcoter et à avoir une vision plus alarmiste que les médecins. On peut probablement s’attendre à un manque d’harmonisation des cotations, dû aux nombreux intervenants dans cette étude : un pharmacien, un interne en pharmacie, deux médecins, un interne de médecine et un faisant fonction d’interne en médecine.
En savoir plus

143 En savoir plus

Fiche Produit Eternal palette 33

Fiche Produit Eternal palette 33

Selon la norme NF EN ISO 24343-1, son poinçonnement rémanent moyen sera de 0,02 mm. Il présentera une résistance au glissement classée R10. Eternal Palette présente une couche d’usure dans la masse, groupe T d’abrasion, d’un envers calandré constitué de 60 % de matériau recyclé et d’une armature en voile de verre assurant une excellente flexibilité et stabilité dimensionnelle inférieure à 0,10 %.

1 En savoir plus

Souffrance néonatale : expérience du service de Néonatologie CHU Mohammed VI.Marrakech

Souffrance néonatale : expérience du service de Néonatologie CHU Mohammed VI.Marrakech

Résumé Ce travail est une étude rétrospective de 280 dossiers de souffrance néonatale hospitalisés au service de néonatologie de CHU Mohammed VI de Marrakech entre 2006 et 2007. L'age de nos parturientes était entre 16 et 45 ans avec un maximum de fréquence entre 21 et 35 ans (52,9%),les primipares représentaient 50%, le suivi prénatal concernait 67% des cas, avec 93,6% des grossesses monofœtales , la présentation céphalique prédominait avec 96,8%,le liquide amniotique était méconial dans 5,4%, l'accouchement par césarienne est observé dans 43,2% des cas. A la naissance; 81,4% des nouveau-nés étaient à terme et 15,4% des prématurés, avec 63,21% des normotrophes. Le Grade III de Sarnat est observé dans 18,2% des cas, les convulsions dans 32,9% et la néphropathie post-asphyxique dans 17,5%. L'hypertension artérielle gravidique était la première étiologie (26,4%) suivie par l'infection néonatale (18,6%) et la prématurité (13,6%). La plupart des nouveau-nés avaient une bonne évolution dans le court terme (72,7%) contre 27,2% qui décédaient. En conclusion, prévenir l'hypoxie fœtale c'est prévenir le décès néonatal et réduire le risque d'handicap neurologique.
En savoir plus

160 En savoir plus

Show all 6211 documents...