Haut PDF Cancer du sein chez la femme jeune de moins de 40 ans

Cancer du sein chez la femme jeune de moins de 40 ans

Cancer du sein chez la femme jeune de moins de 40 ans

Dans notre série, les récepteurs à l’œstrogène et à la progestérone étaient tous les deux positifs dans 54,89% des cas, dissociés dans 13,19% et négatifs dans 31,91%. 2.9. Amplification du gène HER2 (C-erb-2) Le gène Her2neu (ou C-erb2) est une oncoprotéine, codée par le gène neu situé sur le chromosome 17 dans la bande q21, impliquée dans le processus tumoral. Ce gène est activé dans le cancer du sein. Cette activation entraîne une surexpression de la protéine Her2neu codée par ce gène. L'amplification de ce dernier entraîne sa duplication en un grand nombre de copies dans le noyau des cellules tumorales. 20 à 30% des tumeurs mammaires surexpriment l'Her2neu. La détermination de l'Her2neu se fait par immunohistochimie, complétée éventuellement par des techniques d’hybridation in situ chromogénique (CISH) ou par fluorescence (FISH).
En savoir plus

238 En savoir plus

Prise en charge du cancer du sein chez la femme jeune de moins de 40 ans : exprience du service doncologie du CHU Mohamed VI de Marrakech

Prise en charge du cancer du sein chez la femme jeune de moins de 40 ans : exprience du service doncologie du CHU Mohamed VI de Marrakech

Même si les lésions élémentaires révélant un cancer du sein chez une femme jeune sont celles de tout cancer détecté en mammographie, leur répartition en fréquence diffère avec celles du cancer chez la femme plus âgée. Les masses représentent nettement le principal signe positif en mammographie. Elles peuvent être spiculées et tout à fait suspectes, mais également rondes , à contours réguliers, ou mal définies(figure 44+45). Dans un tiers des cas, la masse visualisée a les caractéristiques d’une tumeur bénigne [24]. Cet aspect de masses rondes peut être expliqué par deux caractéristiques de cancers du sein chez la femme jeune : le taux élevé de tumeurs de grade 3 dans ce groupe pour lesquelles il n’existe pas de réaction desmoplastique et le sous-type des cancers « triple négatif » plus fréquents chez les femmes âgées de moins de 40 ans, ce dernier a une expression mammographique habituellement de masse ronde ou lobulée dite « à marges refoulantes » rarement de contours spéculés, associées à des microcalcifications , le siège en situation profonde pré-pectorale est évocateur. La mammographie peut être normale dans près de 20 % des cas [25].
En savoir plus

172 En savoir plus

Prévalence de l'incontinence urinaire chez la femme jeune de moins de 40 ans a Marrakech

Prévalence de l'incontinence urinaire chez la femme jeune de moins de 40 ans a Marrakech

La prévalence de l’incontinence urinaire chez la femme jeune de moins de 40 ans à Dans la littérature, la plupart des travaux déjà publiés, ont été réalisés à partir d’un questionnaire d’évaluation sans faire d’examen clinique ou urodynamique. Dans les rares études [2,9], où un examen clinique ou urodynamique a été réalisé, les chiffres de prévalence observés variaient entre 14 et 44%, et donc comparables à ce que nous avons trouvé. Il semble alors, que l’association d’un examen clinique ne modifie pas de manière significative les données de prévalence.
En savoir plus

82 En savoir plus

Dépistage du cancer du sein chez la femme de moins de 40 ans : état des lieux au CHRU de Brest du 1er janvier 2011 au 1er janvier 2016

Dépistage du cancer du sein chez la femme de moins de 40 ans : état des lieux au CHRU de Brest du 1er janvier 2011 au 1er janvier 2016

7 1. Introduction Le cancer du sein est le cancer féminin le plus fréquent en France, avec plus de 48 000 nouveaux cas par an [1]. Il reste la première cause de décès par cancer chez les femmes bien que la mortalité soit en diminution de par les améliorations thérapeutiques et le diagnostic précoce. Près d’une femme sur neuf sera touchée au cours de sa vie [2]. Le taux d’incidence du cancer du sein augmente dès l’âge de 30 ans et ce jusqu’à 70 ans [3], avec 10% de ces cancers survenant chez la femme de moins de 40 ans [4]. Parallèlement à ces données, l’âge moyen de la première grossesse augmente, se situant aux 30 ans de la femme. Ainsi, le nombre de femmes qui auront un cancer avant la fin de leur projet parental augmentera dans les années à venir. On estime que 10 à 15% des femmes en âge de procréer présenteront une grossesse après leur cancer du sein [4], apportant des questions sur la fertilité et la qualité de vie après ce cancer.
En savoir plus

33 En savoir plus

Cancer du sein chez la femme jeune de moins de 35 ans ( A propos de 48 cas )

Cancer du sein chez la femme jeune de moins de 35 ans ( A propos de 48 cas )

De Janvier 2001 à Décembre 2008, 48 cas de cancer du sein chez la femme jeune âgée de 35 ans et moins, ont été recrutés au service de gynécologie obstétrique du CHU Hassan II de Fès. La fréquence du cancer du sein chez la femme jeune dans notre étude a été de 7,60% du nombre global du cancer du sein. La tranche d’âge la plus touchée été comprise entre 30 et 35ans avec un taux de 50%des cas. La moyenne d’âge a été de 29,5 ans. Le délai moyen d’évolution a été de 8,4 mois et le mode de révélation le plus fréquent a été l’autopalpation d’un nodule du sein (associé ou non à d’autres signes) trouvé chez 94% des cas. La taille moyenne de ce nodule a été de 78,7 mm. Les adénopathies axillaires ont été retrouvées chez 27 malades et 12 patientes présentaient une extension métastatique au moment du diagnostic.
En savoir plus

119 En savoir plus

Cancer du sein chez la femme jeune de moins de 40 ans

Cancer du sein chez la femme jeune de moins de 40 ans

IX. La NLPC tubeless chez les obèses : Yang et Bellman (21) ont publié leurs résultats chez le patient obèse au sein d’une série de 133 patients opérés par chirurgie rénale percutanée Tubeless, dont 104 par NLPC. Les patients ont été classés selon leur indice de masse corporelle (IMC). Ont été distingués les patients avec un poids normal pour un IMC allant de 18,5 à 25 kg/m2, en surpoids pour un IMC de 25 à 30 kg/m2, obèse pour un IMC de 30 à 40 kg/m2 et obèse morbide pour un IMC de plus de 40 kg/m2. L’IMC n’était pas relié significativement avec le taux de transfusion, le nombre de jours d’hospitalisation et le résultat sans fragment qui était de 94,5 % permettant aux auteurs de conclure que la NLPC tubeless, chez le patient obèse, était sûre et efficace.
En savoir plus

186 En savoir plus

Cancer du sein chez la femme jeune moins de 35 ans au service de gyncologie obsttrique CHU Med VI de Marrakech

Cancer du sein chez la femme jeune moins de 35 ans au service de gyncologie obsttrique CHU Med VI de Marrakech

Abstract Breast cancer in young woman is increasing. The objective of this work was to analyze the epidemiological, clinical, therapeutic and prognostic characteristics of breast cancer in young woman under 35 years. Through a retrospective study spread over 4 years from 1 January 2015 to 31 December 2018 and held at the obstetric gynecology service of the University Hospital Mohammed VI Marrakech, we identified 78 cases of breast cancer in patients aged 35 years and under. The frequency of breast cancer in young women under 35 years was 10%. The average age was 32.3 years. The pauciparity and nulliparity were predominant (74%). 16.6% had a family history of breast cancer. The self-examination of a nodule was predominant (88%). Tumors classified T2 were the most frequent (51%), followed by T1 tumors (16%).9% were metastatic immediately with predominant hepatic localizations. It was Invasive carcinoma of no special type in 82% of cases, with predominance of SBR grades II and III (97%). Hormone receptors were positive in 60% of cases and HER2 overexpressed in 29 % of cases. 74 patients underwent surgery, which was radical in 70% and conservative in 30%. 33 had a locoregional irradiation. 35% received adjuvant chemotherapy with predominance of FAC60 protocol (42%). Hormonotherapy was prescribed in 49% of cases with positive hormone receptors and trastuzumab in 73.8 % of patients overexpressing HER2. Our study joins the data in the literature advocating more advanced forms and worse prognosis of breast cancer in young patients.
En savoir plus

228 En savoir plus

Profil épidémio-clinique, thérapeutique et évolutif du cancer du sein chez la femme jeune

Profil épidémio-clinique, thérapeutique et évolutif du cancer du sein chez la femme jeune

RESUME Le cancer du sein est le premier cancer de la femme dans le monde. Il reste peu fréquent chez la femme jeune. Le but de ce travail est de préciser les différents aspects épidémio- cliniques, thérapeutiques et évolutifs du cancer du sein chez la femme jeune de moins de 40 ans au service d’oncologie radiothérapie du CHU Mohammed VI de Marrakech. Cette étude rétrospective porte sur 154 patientes jeunes âgées de 40 ans et moins, traitées pour cancer du sein entre janvier 2003 et décembre 2007. L’âge moyen était de 35,1 ans. Dix-neuf patientes (12,3%) avaient un antécédent familial de cancer du sein et 96,8% des cas avaient comme signe révélateur, un nodule palpable d’une taille moyenne de 6 cm.les cancers étaient classés T1 dans 7,8% des cas, T2 dans 31,8%, T3 dans 20,7% et T4 dans 39,7% des cas. Il s’agissait d’un carcinome canalaire infiltrant dans 71,1% des cas et les grades II et III d’SBR étaient prédominants (97%). L’atteinte ganglionnaire histologique été observée chez 83 malades (68,5%) et la tumeur n’exprimait pas les récepteurs hormonaux dans plus de 50% des cas. la recherche de l’HER2 n’a été effectuée que chez seulement 11 patientes dont deux avaient une surexpression de ce récepteur. Les cancers non métastatiques opérables (58,4%) ont été traités par chirurgie (conservatrice ou radicale) suivie éventuellement d’une chimiothérapie adjuvante, radiothérapie, hormonothérapie et thérapie ciblée alors que Les formes localement évoluées (29,2%) ou métastatiques au moment du diagnostic (12,3%) ont bénéficié d’une chimiothérapie première. Sur une période de suivi post-thérapeutique médiane de 39,6 mois, 34% des 103 femmes ayant une maladie contrôlée ont présenté une rechute dans un délai moyen de 16,6 mois. La survie globale à 3 ans était de 66,1%. Avec un taux de rechute élevé, le pronostic du cancer du sein chez les femmes jeunes de notre région est défavorable, rejoignant ainsi les données de la littérature.
En savoir plus

185 En savoir plus

Étude de non-infériorité du protocole « Random Start » en cryoconservation ovocytaire dans le cancer de la femme jeune

Étude de non-infériorité du protocole « Random Start » en cryoconservation ovocytaire dans le cancer de la femme jeune

15 II- Toxicité ovarienne des thérapeutiques anti-cancéreuses L’allongement de l’espérance de vie met en évidence la morbidité de ces traitements, notamment au niveau de la fertilité puisque la chimiothérapie et la radiothérapie sont gonadotoxiques et induisent une atrésie folliculaire accélérée. Cette atteinte du capital ovarien s’accompagne d’un risque d’Insuffisance Ovarienne Prématurée (IOP). De plus, ces prises en charge oncologiques longues mettent souvent en différé un projet de grossesse pendant 2 à 5 ans, voire plus, selon les pathologies, ce qui impliquera inéluctablement un certain degré de vieillissement ovarien physiologique avec des modifications ovocytaires quantitatives et qualitatives [3].
En savoir plus

109 En savoir plus

Profil épidémiologique et clinique du cancer du sein chez la femme au CHU Mohammed VI de Marrakech

Profil épidémiologique et clinique du cancer du sein chez la femme au CHU Mohammed VI de Marrakech

3 3 3 3- - - - L’échographie L’échographie L’échographie L’échographie :::: Tout le monde attribue à l’échographie mammaire un rôle fondamental dans la différenciation des masses solides ou liquides et un rôle d’appoint très utile dans le diagnostic des tumeurs, en particulier dans les seins denses ou quand une localisation est difficilement accessible à l’examen mammographique. L’échographie est particulièrement indiquée chez la femme jeune. Avant l’âge de 35 ans, les masses palpables doivent être explorées d’abord par les ultrasons. Elle peut montrer certaines anomalies non détectées par les rayons X, ce qui fait sa complémentarité avec la mammographie, et guider une cytoponction. On peut même placer, sous contrôle échographique préopératoire, un crochet métallique dans une lésion suspecte [56]. L’échographie est également très utile après un traitement conservateur d’un cancer du sein ou après la mise en place d’une prothèse [56].
En savoir plus

137 En savoir plus

Cancer du sein de la femme âgée

Cancer du sein de la femme âgée

La mortalité de la chirurgie du cancer du sein chez la femme âgée est très faible, allant de 0 à 0,3% [1] a-1 Chirurgie conservatrice : Le traitement conservateur est défini par l’exérèse complète de la tumeur entourée de marges de tissu glandulaire sain, de 3 mm au minimum. Il est appelé selon les auteurs et l’importance des berges : tumorectomie, tumorectomie élargie, quadrantectomie ou mastectomie partielle [89]. L’importance de la tumorectomie doit être adaptée à la taille de la tumeur et éventuellement complétée par des recoupes. La quadrantectomie consiste à réaliser une chirurgie plus large avec 2 cm au minimum de marge macroscopique, ce qui correspond le plus souvent à l’ablation d’un quadrant. Il n’existe pas de réel consensus sur les marges d’exérèse à réaliser lors de la tumorectomie mais l’histologie doit confirmer que l’on est passé en tissu sain. On essaie cependant d’avoir le minimun de séquelles esthétiques. Grâce à la radiothérapie locorégionale qui réduit le risque de récidive, le traitement conservateur est devenu le traitement de référence du cancer du sein précoce. Les femmes de plus de 70 ans préfèrent une chirurgie conservatrice à un geste radical [90]. Le sein reste pour les femmes âgées un organe symbole de la féminité et beaucoup de femmes âgées restent très « attachées » à leurs seins, il est faux de croire qu’une mastectomie sera plus facile à accepter chez une femme âgée que chez une femme jeune, c’est souvent l’inverse [45].
En savoir plus

218 En savoir plus

Cancer du cavum chez le sujet jeune

Cancer du cavum chez le sujet jeune

- 60 - ces tumeurs ont conduit à associer les deux procédés. Trois stratégies thérapeutiques ont été étudiées : chimiothérapie néoadjuvante, adjuvante et concomitante. L’intérêt de la chimio radiothérapie concomitante dans le cancer du cavum de l’adulte a été initialement étudié dans l’essai américain de l’intergroup 0099 qui a montré une amélioration significative de survie sans maladie et de survie globale avec la chimioradiothérapie concomitante suivie de chimiothérapie adjuvante comparativement à la radiothérapie seule [93]. Ces résultats ont été confirmés par une autre étude asiatique qui a montré la supériorité de la chimioradiothérapie concomitante sur la radiothérapie seule [94]. Ainsi, la chimioradiothérapie concomitante est devenue le standard thérapeutique des formes localement évoluées du carcinome du cavum de l’adulte [54], à partir de ces résultats encourageants pour l’adulte, l’usage de la chimiothérapie à été extrapolé pour la population jeune dans plusieurs études, Venkitaraman et al. Ont utilisé une chimioradiothérapie concomitante suivie d’une chimiothérapie adjuvante chez 22 patients âgés de moins de 18 ans et une radiothérapie exclusive chez 30 autres. La combinaison thérapeutique était associée à un meilleur taux de survie sans maladie à trois ans par rapport à la radiothérapie exclusive (82 % contre 40 % ; p = 0,001) [95], l’association était aussi favorable dans les publications de wolden et de kupeli et al [95. 97]. Les résultats de l’étude phase III du childrens oncology groupe ARAR0331, toujours en cours comparant la chimiothérapie néodjuvante plus association radiochimiothérapie vs radiothérapie seule avec usage de l’amifostine comme radioprotecteur chez le sujet jeune sont très attendus.
En savoir plus

130 En savoir plus

Analyse des sorties volontaires du tableau de l’Ordre des vétérinaires âgés de moins de 40 ans: caractérisation des sortants et identification des causes de retrait

Analyse des sorties volontaires du tableau de l’Ordre des vétérinaires âgés de moins de 40 ans: caractérisation des sortants et identification des causes de retrait

42 3. Des revenus moyens confortables chez les libéraux D’après un rapport de l’INSEE, le revenu moyen national français est de 2250 euros en 2015 (INSEE, 2018b). Le revenu moyen des vétérinaires est assez complexe à estimer puisque la profession est composée par deux grandes populations : les vétérinaires salariés et libéraux, le nombre de salariés étant en constante progression. De plus le vétérinaire libéral perçoit un revenu issu de plusieurs origines (activité, part sociale,…). Les salaires moyens que l’on exprimera par la suite concerneront exclusivement le secteur libéral de la profession et correspondront au bénéfice net transmis à l’administration fiscale avant remise ou tout abattement quelconque. En 2013, un rapport de l’inspection des finances a estimé le salaire moyen d’un vétérinaire libéral à 3900 euros net par mois en 2010 (Inspection Générale des Finances, 2013). Un rapport de l’INSEE à quant à lui estimer le salaire moyen net à 5300 euros en 2011 (INSEE, 2015). Les données plus récentes fournies par la CARPV en 2016 sur les bénéfices déclarés par les libéraux en 2015 indiquent un bénéfice net moyen mensuel déclaré à 5 590 euros avec une diminution du revenu moyen chez les hommes (- 1,60%) et une augmentation de celui-ci chez les femmes (+1,22%) (Courouble, 2018b). La tendance générale est tout de même une augmentation constante des revenus des vétérinaires libéraux (Courouble, 2018a). En comparaison avec la médecine humaine, un vétérinaire a un bénéfice net moyen déclaré de 10% inférieur à un médecin généraliste et de 23% inférieur à celui d’un médecin (généralistes et spécialistes confondus) d’après les données fournies par la caisse de retraite des médecins libéraux. Toutefois nous pouvons souligner que les femmes en secteur libéral perçoivent une rémunération inférieure de 36% en moyenne à celui des hommes. L’inégalité homme/ femme peut être une raison à l’origine de cela mais d’autres raisons peuvent également expliquer cela. Comme le temps de travail, l’ancienneté (les femmes étant en moyenne plus jeune) et le fait que les femmes choisissent préférentiellement l’activité « animaux de compagnie » où le salaire moyen est plus faible. D’ailleurs le salaire moyen des femmes augmente plus rapidement que celui des hommes (Courouble, Sans, 2015 ; CARMF, 2017). A noter qu’à la différence des salariés, l’évolution des revenus dans le temps suit une courbe en cloche chez les libéraux avec le maximum atteint vers 45/50 ans (Courouble, 2018b).
En savoir plus

118 En savoir plus

Le cancer du sein chez la femme jeune

Le cancer du sein chez la femme jeune

Rev Med Liège 2011; 66 : 5-6 : 397-399 397 La littérature récente identifie un groupe de patientes, les «very young women», présentant un cancer du sein avant l’âge de 35 ans. Les patientes connues d’emblée porteuses de for- mes génétiques de cancer liées à une mutation authentifiée (par exemple, BRCA 1 ou 2) pour lesquelles des recommandations particulières de prise en charge diagnostiques et thérapeuti- ques sont établies ne sont pas reprises dans cette revue.

3 En savoir plus

Pépite | La détection précoce du cancer du sein chez les femmes âgées de 75 ans et plus dans le département du Nord

Pépite | La détection précoce du cancer du sein chez les femmes âgées de 75 ans et plus dans le département du Nord

46 Cas clinique N°2 M me B, 79 ans, aux antécédents d’AIT, HTA sous trithérapie, obésité modérée, tabagisme actif a 50 PA, diabétique de type 2 difficilement équilibré, SAS appareillée modérée depuis 10 ans, vivant seule à son domicile, bénéficie du passage d’une IDE pour sa toilette et délivrance des traitements, aide-ménagère 6h/semaine pour les courses et le ménage, ainsi que des repas fournis par la ville. La patiente se déplace avec sa canne et est autonome pour ses documents administratifs et financiers. Elle vient vous voir pour une tuméfaction au niveau du sein gauche qu’elle a remarqué depuis 2 mois. Après une palpation mammaire, vous retrouvez une tuméfaction solide, non douloureuse d’environ 2 cm de diamètre sur le quadrant supéro-externe, sans écoulement, sans signe d’inflammation locale.
En savoir plus

101 En savoir plus

Grossesses et accouchements chez les adolescentes de moins de 15 ans : profils, prise en charge et aspects médicaux légaux au sein d'un C.H.U

Grossesses et accouchements chez les adolescentes de moins de 15 ans : profils, prise en charge et aspects médicaux légaux au sein d'un C.H.U

incomplets à l’origine de biais d'information. Notre étude est monocentrique car la plupart des grossesses chez les mineures de moins de 15 ans étaient adressées au CHU du fait de la prise en charge sociale associée mais certaines patientes ont probablement été suivies en ville. Nous n'avons pas pu étudier le profil psychologique des patientes car ces données étaient souvent manquantes dans les dossiers, il serait utile d'interroger directement les psychologues du service pour savoir s’il s’agit d’un manque de traçabilité dans le dossier médical ou si ces patientes ne sont pas prises en charge sur le plan psychologique.
En savoir plus

53 En savoir plus

Les appendicites aigues chez les enfants de moins de cinq ans

Les appendicites aigues chez les enfants de moins de cinq ans

Nous n’avons noté aucun cas d’appendicite néo-natale, elle représente 0.1% des appendicites infantiles, 50% concernant les prématurés (14). Chez le nourrisson, cette affection est grave mais heureusement rare, on constate que plusieurs auteurs s’accordent à souligner la rareté de l’appendicite aiguë chez le nouveau-né et sa moindre fréquence chez le nourrisson (7,15) ; le diagnostic d’appendicite est souvent tardif à cet âge et n’est reconnu qu’au stade de péritonite en raison de l’atypie des signes cliniques et de la rapidité de l’évolution qui est liée à la maigre vascularisation et à la minceur de la paroi vite ischémiée conduisant à des perforations rapides; d’autre part les péritonites sont vite diffuses car l’épiploon est immature non apte à cloisonner un abcès et les méso sont plus mobiles tendant à diffuser l’infection.
En savoir plus

107 En savoir plus

La rétention urinaire aiguë sur infection herpétique chez la femme jeune - RERO DOC

La rétention urinaire aiguë sur infection herpétique chez la femme jeune - RERO DOC

Quoique la mesure du débit est un bon dépistage pour évaluer un problème de vi- dange, il n’est pas spécifique. C’est l’étude pression-débit qui permet de poser le diagnostic d’obstacle au flux d’urine. Le paramètre cardinal de cet examen est la pression détrusorienne à débit maximum. Pour le sujet masculin, il existe plusieurs nommogrammes relatifs à ce paramètre, permettant de classifier la miction ( obs- tructive, équivoque, non obstructive ). Chez la femme, de tels nommogrames n’existent pas en raison de la rareté de la casuistique mictionnelle obstructive. Il faut noter que ces plaintes mictionnelles subjectives ne corrèlent pas de façon absolue avec les constations urodynamiques. Le résidu vésical post-mictionnel est également un paramètre urodynamique important, sans toutefois que l’on dispose de nommo- grammes dans les 2 sexes. D’autres éléments d’évaluation urodynamique sont em- ployés sélectivement, le test au bethanechol, le test à l’eau froide, et la recherche de potentiels évoqués. Ils ont principalement pour but d’identifier une lésion de l’arc réflexe inférieur, que ce soit du point de vue moteur ( test au bethanechol ) ou affé- rent proprioceptif ( potentiels évoqués, test à l’eau froide ). Comme le résultat de ces tests n’a que très rarement une conséquence thérapeutique, ils sont employés sporadiquement. Le résidu est considéré comme pathologique s’il est supérieur à 100- 150 ml, ou s’il équivaut à plus de 30 % du volume mictionnel.
En savoir plus

77 En savoir plus

L'homéopathie comme soin de support : accompagnement de la femme atteinte de cancer du sein

L'homéopathie comme soin de support : accompagnement de la femme atteinte de cancer du sein

→ Calcifications : elles correspondent à des dépôts de calcium à l'intérieur du tissu mammaire, ce qui n'a aucun lien avec la prise de calcium alimentaire ou médicamenteuse. Lors d'une mammographie ces calcifications ressemble à des petits points blancs. (32)  Micro-calcifications : de diamètre inférieur à 1 mm, elles peuvent faire suspecter un cancer surtout si elles sont regroupées ou en grappes. Dans ce cas là, le radiologue recommandera le plus souvent une biopsie afin de vérifier qu'il n'y ait pas un caractère malin. Leur forme, leur regroupement, leur nombre ainsi que leur côté régulier ou non rentre en compte dans la classification ACR des mammographies.
En savoir plus

142 En savoir plus

Bilharziose génitale chez la femme en République populaire du Congo à propos de 40 cas

Bilharziose génitale chez la femme en République populaire du Congo à propos de 40 cas

préSider cette Thèse. dont vers vous vous vous.. Les Schistosomoses, Schistosomiases ou Bilharzioses sont connues dans le monde depuis la plus haute J1ntiquité. BILHA[r]

129 En savoir plus

Show all 10000 documents...