Montréal-Nord

Top PDF Montréal-Nord:

Portrait socioéconomique du territoire du Centre local d'emploi de Montréal-Nord

Portrait socioéconomique du territoire du Centre local d'emploi de Montréal-Nord

IR ES Revenu total des ménages – En 2010, le revenu moyen des ménages du territoire du CLE de Montréal-Nord est plus bas que sur l’île de Montréal (52 789 $ contre 63 891 $). Hormis les ménages multifamiliaux, les couples avec enfants affichent le revenu moyen le plus élevé avec 76 605 $. Notons que le revenu de ce groupe est inférieur à celui de leurs homologues de l’île par plus de 25 500 $, et l’écart est presque aussi important pour les couples sans enfants (23 529 $ de moins). Les revenus médians des types de ménages sont moins éloignés, mais les écarts demeurent souvent importants, notamment pour les couples sans enfants (12 299 $ de moins). Les 19 085 ménages qui vivent sous le seuil de faible revenu constituent plus du tiers des effectifs totaux, soit légèrement plus que pour Montréal (34,1% contre 32,6%). Plusieurs types de ménages présentent un taux de prévalence du faible revenu supérieur à la région, en particulier les personnes vivant seules, qui se retrouvent majoritairement dans cette situation (52,4% contre 44,9% pour l’île). Les familles monoparentales ont aussi plus souvent un faible revenu sur le territoire du CLE (42,4% contre 38,1%).
En savoir plus

56 En savoir plus

Portrait socioéconomique du territoire du Centre local d’emploi de Montréal-Nord.

Portrait socioéconomique du territoire du Centre local d’emploi de Montréal-Nord.

Un peu plus de la moitié des résidants du territoire du CLE de Montréal-Nord sont des femmes. Comparativement à l’ensemble de la population de 15 ans et plus qui est globalement faiblement scolarisée, ces dernières présentent un profil comparable : elles sont un peu plus fréquemment sans diplôme, mais elles affichent toutefois une proportion égale, bien que faible (14,2%), de personnes ayant une formation universitaire. Elles sont aussi moins présentes sur le marché du travail; toutefois, leur taux de chômage est pratiquement le même que pour l’ensemble de la population active (10,1% contre 10,2%). Les femmes ne représentent que 41,2% des prestataires de l’assurance-emploi (moyenne de 2007). Par contre, en mars 2007, elles forment 53,9% des prestataires de la solidarité sociale et 54,9% de ceux de l’aide sociale; et surtout, elles représentent 92,2% des chefs de famille monoparentale prestataires à l’aide sociale.
En savoir plus

42 En savoir plus

La lutte contre la pauvreté dans les quartiers montréalais: le cas de l'organisme Les Fourchettes de l'espoir à Montréal-Nord

La lutte contre la pauvreté dans les quartiers montréalais: le cas de l'organisme Les Fourchettes de l'espoir à Montréal-Nord

Nous avons aussi, à l’été 2012, obtenu un contrat de travail d’une durée de deux mois avec la table de concertation Montréal-Nord en santé pour effectuer une enquête sur la fréquentation d’une artère commerciale. Notre objectif consistait à interviewer des clients fréquentant les places Del Sol et Le Pascal. Ceci nous a permis de rencontrer les résidents et les individus fréquentant le quartier. Puisque notre employeur n’avait pas suffisamment d’espace pour nous accueillir, l’organisme Les Fourchettes de l’espoir a proposé de nous accueillir dans ses locaux. C’est ainsi que nous avions pu côtoyer les personnes avec qui nous avons réalisé des entrevues. Ce contrat de travail nous a permis de connaître davantage notre territoire d’étude dans sa composition sociogéographique, culturelle et économique; il nous a permis aussi de mieux connaître notre organisme à l’étude et d’établir des contacts avec certains de nos informateurs. En effet, bien que nos échanges aient été informels, une intervenante nous a renseignés, à plusieurs reprises, sur les conditions de vie précaire des personnes vivant dans le nord-est de Montréal-Nord. Elle nous a aussi expliqué comment l’organisme Les Fourchettes de l’espoir, au moyen de l’alimentation et l’insertion sociale, tente d’intervenir auprès des individus vivant sous le seuil de faible revenu.
En savoir plus

174 En savoir plus

Caractéristiques sociodémographiques et socioéconomiques du centre local d’emploi : fiche synthèse Montréal-Nord.

Caractéristiques sociodémographiques et socioéconomiques du centre local d’emploi : fiche synthèse Montréal-Nord.

Population immigrante et minorités visibles La population immigrée est un peu sous-représentée dans le CLE Montréal-Nord. En effet, 23% de la population de Montréal-Nord est immigrée, contre 26,5% dans l’ensemble de l’île de Montréal. 41,9% de la population immigrée est née en Europe ou aux États- Unis (dont plus des deux tiers en Italie; voir BDIU, 2000, pour les effectifs par pays de naissance) et un autre 30,7%, dans les Caraïbes et Bermudes (essentiellement Haïti). Il ne reste plus beaucoup de place pour les autres régions de provenance, mais il est intéressant de souligner que 65% des immigrants nés en Asie occidentale et centrale et Moyen-Orient proviennent du Liban. Par ailleurs, la distribution des immigrants du CLE par période d’immigration ressemble à celle de l’ensemble.
En savoir plus

17 En savoir plus

Portrait socioéconomique du territoire du Centre local d’emploi Montréal-Nord

Portrait socioéconomique du territoire du Centre local d’emploi Montréal-Nord

Les distributions des destinations des déplacements diffèrent néanmoins selon le sexe et les niveaux de compétence. Tout d’abord, plus d’une personne sur quatre appartenant au personnel élémentaire qui réside sur le territoire du CLE Montréal-Nord travaille aussi sur ce territoire (27,5%). Par contre, le personnel de type professionnel et celui de type intermédiaire semblent beaucoup plus mobiles puisque cette proportion chute respectivement à 16,7% et 16,9%. Le personnel professionnel se dirige d’ailleurs principalement vers le lointain territoire de Saint-Alexandre (17,8%) tandis que le personnel intermédiaire résidant sur le territoire du CLE Montréal-Nord s’éparpille vers plusieurs lieux de travail dont, notamment, les territoires de CLE Saint- Laurent (11,1%), Saint-Alexandre (9,4%) et les territoires de CLE voisins d’Ahuntsic (8,7%), Saint-Michel (7,8%), Anjou (7,7%) et Saint-Léonard (6,8%). Finalement, les femmes du groupe cadre et personnel de gestion sont plus mobiles que leurs homologues masculins : 18,8% contre 28,1% résident et travaillent sur le territoire du CLE Montréal-Nord alors que 15,9% d’entre elles travaillent dans celui de Saint-Alexandre, 12,3% dans celui de Saint-Laurent et 10,1% dans celui d’Ahuntsic.
En savoir plus

23 En savoir plus

Quel(s) rôle(s) pour l'agriculture urbaine à Montréal-Nord : perceptions et vision des résidents.

Quel(s) rôle(s) pour l'agriculture urbaine à Montréal-Nord : perceptions et vision des résidents.

RÉSUMÉ Ce document présente le contexte de recherche, la méthodologie, les résultats et quelques éléments d’analyse d’un stage réalisé à Montréal-Nord à l’hiver et au printemps 2013 dans le cadre de la maîtrise en études urbaines de l’Institut national de la recherche scientifique. Le stage réalisé auprès de l’organisme Parole d’excluEs avait comme objectif de mieux comprendre le potentiel de l’agriculture urbaine à Montréal-Nord, sous l’angle de la perception et des besoins de jardiniers de l’Îlot Pelletier. Pour ce faire, trois entretiens de groupe ont été réalisés avec des jardiniers de l’Îlot Pelletier, et, afin de comparer avec les perceptions de non- jardiniers, deux entretiens de groupe ont été réalisés avec des résidents de Montréal-Nord impliqués auprès du Centre d’action bénévole de Montréal-Nord. Ainsi, par le biais de mises en situation et de discussions de groupe, il a été possible d’identifier certains éléments qui semblent primordiaux pour ces résidents de Montréal-Nord dans le cadre d’un projet de jardinage collectif. Ainsi, au-delà de la production alimentaire, ces participants considèrent que les relations humaines et sociales qui sont possibles dans de tels projets sont essentielles. Afin d’assurer une plus grande pérennité au projet, mais aussi une meilleure accessibilité alimentaire dans le contexte nord-montréalais, plusieurs des participants aux entretiens proposent également d’intégrer des projets de jardinage collectif à d’autres projets, afin de créer un véritable système alimentaire à Montréal-Nord, ce qui permettrait de répondre à plusieurs des nombreux besoins identifiés par les résidents.
En savoir plus

121 En savoir plus

Rapport sur l’état de la situation des consultations et analyses, dans le cadre du plan d’aménagement du nord-est de Montréal-Nord. Version finale.

Rapport sur l’état de la situation des consultations et analyses, dans le cadre du plan d’aménagement du nord-est de Montréal-Nord. Version finale.

rapport de la RUI recensait ainsi en 2013 une baisse de 8,5 % de la criminalité à Montréal- Nord entre 2001 et 2012; constat réaffirmé par le rapport du CRISES et de Paroles d’excluEs en 2015. En ce qui a trait au sentiment d’insécurité, les différents documents ont mis en lumière une image contrastée de celui-ci, ce dernier variant selon le secteur de résidence, l’âge des résidents et semblerait être plus important le soir. Cependant, de nombreux documents font état de certains lieux et pratiques dans le secteur nord-est catalyseurs d’insécurité. C’est ainsi le cas des rues Pierre et Dagenais et des rues Pascal et Lapierre, et plus particulièrement des deux intersections au coin Pierre et Lapierre et au coin Pascal et Lapierre (RUI plan de revitalisation 2015-2020), qui apparaissent comme les lieux les plus insécurisants du secteur en raison des regroupements qui y ont lieu. Les raisons de l’insécurité sont quant à elles attribuées essentiellement à la présence de comportements jugés criminels et/ou insécurisants. Cependant, on constate à la lecture des documents une évolution quant aux groupes marqueurs de ces insécurités. Ainsi tandis que les premiers documents font état de « groupes criminalisés », de « gangs de rue » et « d’attroupements », les plus récents font plutôt état de « jeunes » et des « regroupements incommodants » de ces derniers. Il y a là donc une évolution dans la terminologie employée pour désigner ces pratiques, évolution qui fait état d’un changement parmi les groupes marginalisés ou du moins dans la lecture qui en est faite.
En savoir plus

21 En savoir plus

L’insécurité alimentaire à Montréal-Nord : un enjeu de démocratie alimentaire?

L’insécurité alimentaire à Montréal-Nord : un enjeu de démocratie alimentaire?

Selon le tableau 5, la mission d’aucun organisme n’inclut le développement de l’autonomie des citoyens qui ont recours à leurs services. Cependant, plusieurs intervenants nous ont parlé du développement des compétences des citoyens, d’atelier et de formations pour développer les habiletés culinaires et nutritionnelles des gens. Nous relevons donc encore une fois un décalage entre les missions et les pratiques qui nous indiquent que la volonté de travailler sur ces dimensions est bel et bien en train de s’implanter dans le mouvement alimentaire à Montréal- Nord. Par exemple, si on prend le cas de la mission officielle de « l’Épicerie Solidaire de l’Est » (Épisole) (voir annexe 2), on ne retrouve aucun élément en lien avec le développement de l’indépendance des citoyens. Cependant, lors de notre entretien avec la participante concernée, la réponse instinctive de cette dernière lorsqu’on lui demandait de nous expliquer la mission de l’organisme pour laquelle elle travaillait était la suivante : « [Épisole tente de] redonner une forme d'autonomie alimentaire aux gens du quartier et [de] permettre aux gens de choisir leur propre alimentation » (Participante 1, 4 septembre 2018). Un de nos constats est donc que les citoyens impliqués dans le mouvement alimentaire de Montréal-Nord véhiculent parfois, les priorités de la justice alimentaire (reconnaissances des inégalités générées par le système alimentaire, amélioration de l’accès alimentaire, intervention sur les phases de la chaine logistique et développement de l’autonomie des citoyens). Le fait que l’autonomisation des citoyens n’apparaisse pas sur papier constitue un obstacle. On ne peut donc pas affirmer que l’autonomisation est absente des principales stratégies du mouvement alimentaire Nord- Montréalais. Cependant, le fait que cette dernière n’apparaisse pas sur papier constitue selon nous un obstacle à l’amélioration de l’accès à la l’alimentation, car les missions orientent les priorités des organismes dans le développement de leurs interventions. Il est selon nous, primordial que ces quatre dimensions que nous venons d’examiner figurent parmi les priorités des organismes pour avoir un effet notable sur le paysage de l’aide alimentaire dans l’arrondissement.
En savoir plus

158 En savoir plus

Oralité primaire et transmission des savoirs : étude de cas sur les pratiques du vodou haïtien à Montréal-Nord

Oralité primaire et transmission des savoirs : étude de cas sur les pratiques du vodou haïtien à Montréal-Nord

En somme , mener une étude sur la pratique du vodou haïtien à Montréal-Nord , voire dans le reste de la diaspora, soulève nécessairement des questions en lien avec la [r]

141 En savoir plus

Montréal-Nord, Montréal-Noir : les discours et les récits de la stigmatisation territoriale

Montréal-Nord, Montréal-Noir : les discours et les récits de la stigmatisation territoriale

du-Sault. Longtemps utilisée comme voie de transport pour éviter les rapides du fleuve Saint-Laurent (Kaniatarowanénhne 1 ) par les nations mohawks (Kanien’kehá : ka), c’est par cette rivière que Montréal-Nord a été colonisé : ainsi c’est juste avant les rapides, soit près de l’actuel boulevard Saint-Michel, que Samuel de Champlain fait célébrer la première messe en Nouvelle-France le 24 juin 1615 (Tellier, 1999). Dès 1663, les Sulpiciens deviennent propriétaires de l’île de Montréal (Otsirà:ke) (Baillargeon, 1968) afin d’assurer l’évangélisation des âmes et le peuplement du territoire en engageant des colons et en mettant en esclavage des autochtones pour défricher des terres couvertes d’une forêt dense. Qualifiée de découverte par les empires européens, l’île de Montréal était un bien vendu et échangé entre de riches colons missionnaires sans le consentement des nations autochtones dans le but d’en faire une « meilleure utilisation » et de la « mettre en valeur ». En 1696, la mission du Sault-au-Récollet est ouverte. Le but de cette mission était de déplacer contre leur gré les autochtones qui cultivaient des terres près du Mont-Royal pour permettre à des colons français de cultiver ces terres et de défricher à peu de frais cette nouvelle mission au nord de l’île (Chalifoux, 2009). Lorsque le défrichage était terminé à peu de frais, les colons pauvres sont demeurés pauvres et la Compagnie des frères de Saint-Sulpice, nouvellement propriétaires terriens, s’est enrichie en s’appropriant des terres non-cédées. Aujourd’hui urbanisés, les descendant·e·s des ancien·ne·s travailleur·e·s agricoles sont généralement moins bien nanti·e·s. Quant aux descendant·e·s des nations autochtones, ils et elles se retrouvent la cible d’un génocide organisé par l’État canadien (Buller, 2019). Cette division inégalitaire des classes sociales se reproduit actuellement et est dérivée du système colonial d’occupation des terres. Une carte de 1879 de la paroisse du Sault-au-Récollet (Figure 2) illustre la persistance de cette division des terres qui continue d’influencer le paysage urbain actuel. En effet, plusieurs noms de rue sont inspirés des anciens noms des côtes et s’est en suivant les frontières de des rangs que les promoteur·e·s ont développé des pans entiers de l’arrondissement de Montréal- Nord.
En savoir plus

211 En savoir plus

Portrait socioéconomique du territoire de l’arrondissement de Montréal-Nord : Centre local d’emploi de Montréal-Nord.

Portrait socioéconomique du territoire de l’arrondissement de Montréal-Nord : Centre local d’emploi de Montréal-Nord.

-15,9%). En 2007, la part de femmes prestataires est plus importante sur le territoire de l’arrondissement de Montréal-Nord que sur l’ensemble de l’île de Montréal (54,2% contre 48,6%). D’autres constats peuvent aussi être avancés à la lecture du tableau ci-contre. Tout d’abord, entre mars 2001 et mars 2007, le nombre de prestataires a diminué dans plusieurs catégories alors qu’il a augmenté dans d’autres. Les effectifs des hommes (8,1%), des prestataires de 25 ans et plus, des personnes seules (4,8%), des couples avec enfants (15,3%), des prestataires ayant une scolarité de niveau universitaire (13,4%) ainsi que des personnes nées hors Canada (29,8%) sont en hausse sur le territoire de l’arrondissement de Montréal-Nord tandis qu’ils diminuent pour l’ensemble de l’île de Montréal. Les plus importantes réductions d’effectifs sur le territoire de l’arrondissement se retrouvent chez les prestataires de moins de 21 ans (-47%) et de 21 à 24 ans (-31,5%), chez les familles monoparentales (-21,1%), les prestataires ayant une scolarité de niveau collégial (-32%), les personnes nées au Canada (-24,3%) et les prestataires dont la durée consécutive à l’aide est de moins de 2 mois (-24,2%).
En savoir plus

38 En savoir plus

Étude sur les besoins et aspirations des citoyens du Nord-Est de Montréal-Nord

Étude sur les besoins et aspirations des citoyens du Nord-Est de Montréal-Nord

É TUDE SUR LES BESOINS ET ASPIRATIONS DES CITOYENS DU N ORD -E ST DE M ONTRÉAL -N ORD XVII R R É É S S U U M M É É L’étude sur les besoins et aspirations des citoyens du Nord-Est de Montréal-Nord s’inscrit dans la démarche de Parole d’excluEs, un organisme qui lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale par la participation citoyenne. Elle jumèle l’approche ethnographique à la recherche-action participative, en encourageant la prise de parole citoyenne et l’action collective. L’étude poursuit un triple objectif : cerner la perception des citoyens de leur quartier; identifier les changements auxquels ils aspirent; les mobiliser pour des changements ciblés. Au terme d’une période de six mois, nous avons échangé avec 209 citoyens du Nord-Est de Montréal-Nord aux profils divers et dans une variété de contextes informels et formels. Tout au long de la collecte de données, nous avons veillé à ce que les enjeux émanent du terrain, selon les priorités et préoccupations des citoyens. Nous n’avions pas de cadre conceptuel ni de grille analytique préétablis. Une analyse thématique inductive et transversale des données nous a permis de regrouper différents enjeux identifiés et d’en dégager quatre grands défis transversaux qui constitueront la base des actions à mener par Parole d’excluEs et ses partenaires dans le quartier : le vivre ensemble; les préjugés et la discrimination; la situation des jeunes; et les conditions de vie et la pauvreté. Chacun de ces défis reflète des perceptions et des expériences diverses – voire, opposées – qui illustrent des dynamiques, mais aussi des tensions sociales présentes dans le secteur. L’analyse inclut également plus de 250 pistes d'action proposées par les citoyens pour agir sur les défis. Une discussion analytique qui propose différents croisements permet de dégager les contributions de cette recherche. La présente étude représente en effet non seulement une valeur ajoutée en termes de connaissance des dynamiques sociales et des besoins et aspirations des citoyens du Nord-Est de Montréal-Nord, mais propose également un processus et une méthode de recherche innovants, en jumelant la recherche-action participative et l’approche ethnographique.
En savoir plus

126 En savoir plus

Synthèse des portraits socioéconomiques des territoires de CLE de l’île de Montréal : CLE de Montréal-Nord.

Synthèse des portraits socioéconomiques des territoires de CLE de l’île de Montréal : CLE de Montréal-Nord.

Ce document constitue une synthèse du Portrait socioéconomique du territoire du Centre local d’emploi de Montréal-Nord. Ce portrait contient des informations, définitions, notes et avertissements qu’il pourrait être souhaitable de consulter afin de prendre connaissance des particularités de certains thèmes d’analyse, groupes statistiques ou variables étudiées. p arTiculariTés du TerriToire par rapporT à l ’ île de m onTréal

6 En savoir plus

Synthèse des portraits socioéconomiques des territoires de CLE de l’île de Montréal : Arrondissement de Montréal-Nord.

Synthèse des portraits socioéconomiques des territoires de CLE de l’île de Montréal : Arrondissement de Montréal-Nord.

Ce document constitue une synthèse du Portrait socioéconomique du territoire de l’arrondissement de Montréal-Nord du Centre local d’emploi de Montréal-Nord. Ce portrait contient des informations, définitions, notes et avertissements qu’il pourrait être souhaitable de consulter afin de prendre connaissance des particularités de certains thèmes d’analyse, groupes statistiques ou variables étudiées. p arTiculariTés du TerriToire par rapporT à l ’ île de m onTréal

6 En savoir plus

La lutte contre la pauvreté dans les quartiers montréalais : le cas de l'organisme Les Fourchettes de l'espoir à Montréal-Nord

La lutte contre la pauvreté dans les quartiers montréalais : le cas de l'organisme Les Fourchettes de l'espoir à Montréal-Nord

Inspirée par une étude antérieure sur les initiatives locales de lutte contre la pauvreté et l'exclusion menée par une équipe du Centre de recherche sur les innovations[r]

169 En savoir plus

Portrait socioéconomique du territoire Rivière-des-Prairies : Centre local d’emploi de Montréal-Nord.

Portrait socioéconomique du territoire Rivière-des-Prairies : Centre local d’emploi de Montréal-Nord.

Parmi les différents groupes de prestataires, prédominent en mars 2007 les personnes seules (56,5%), celles dont la durée consécutive à l’aide dépasse 4 ans (54,9%) ou qui sont nées hors Canada (62,5%). Il est intéressant de souligner que cette dernière proportion est inverse à celle des prestataires de 15 à 29 ans, où les prestataires nés au Canada représentent 68,2%. Comme sur l’île de Montréal, les groupes de prestataires ayant une scolarité de niveau primaire (-29,8%) et ceux qui reçoivent l’aide de façon consécutive depuis 4 à 10 ans (-33,5%) ont connu de fortes baisses de leurs effectifs. Par contre les prestataires dont la durée consécutive à l’aide est de 10 ans et plus sont nettement plus nombreux en mars 2007 qu’en mars 2001 avec une hausse de 37,1%. Finalement, précisons que la part élevée de prestataires dont le niveau de scolarité est inconnu (24,1%) commande la prudence dans l’interprétation des chiffres sur la scolarité.
En savoir plus

39 En savoir plus

Les initiatives communautaires et de l'économie sociale de lutte contre l'insécurité alimentaire à Montréal : le cas des expérimentations favorisées par parole d'exclues dans deux quartiers de Montréal-Nord

Les initiatives communautaires et de l'économie sociale de lutte contre l'insécurité alimentaire à Montréal : le cas des expérimentations favorisées par parole d'exclues dans deux quartiers de Montréal-Nord

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Service des bibliothèques Avertissement La diffusion de cette thèse se fait dans le respect des droits de son auteur, qui a signé le formulaire Autorisation de reproduire et de diffuser un travail de recherche de cycles

235 En savoir plus

Retour à Montréal-Nord: un examen critique de mon expérience comme étudiant dans un projet participatif d'aménagement avec des jeunes

Retour à Montréal-Nord: un examen critique de mon expérience comme étudiant dans un projet participatif d'aménagement avec des jeunes

Comme étudiants, nous étions confrontés à des objectifs ambitieux : produire des résultats de recherche, mais aussi des projets d’aménagement réalistes en impliquant les jeunes comme col[r]

12 En savoir plus

Les facteurs d'appropriation d'un équipement sportif de proximité : le cas de la patinoire Bleu, blanc, bouge de Montréal-Nord

Les facteurs d'appropriation d'un équipement sportif de proximité : le cas de la patinoire Bleu, blanc, bouge de Montréal-Nord

Bien que la patinoire soit ouverte à longueur d'année, devenant un plateau multisports durant la période estivale, nos observations n'ont porté que sur l'utilisati[r]

193 En savoir plus

Variations locale des zones thermiques et des zones de végétation : CSSS Ahuntsic et Montréal-Nord  : CLSC Ahuntsic [carte 2]

Variations locale des zones thermiques et des zones de végétation : CSSS Ahuntsic et Montréal-Nord : CLSC Ahuntsic [carte 2]

De s La ur en tid es La co rda ire 6E Lo uis -H .-L afo nta ine Sa in t-M ich el Lége r M ar c- Au rè le -F or tin Des G randes -Prairi es Sauvé Perras Gouin Maurice-Duplessis Henri-Bou[r]

1 En savoir plus

Show all 3158 documents...