COMPTE-RENDU COMMISSION DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

Texte intégral

(1)

COMPTE-RENDU

COMMISSION DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 04.06.2014

PARTICIPANTS A LA COMMISSION :

Présents Excusés Absents

C. TAMARELLE ST MEDARD d'EYRANS

P. CARON SAINT SELVE N. MONTIGNAC ISLE SAINT GEORGES M. DUFRANC LA BREDE

F. GAZEAU CADAUJAC

P. DANNE AYGUEMORTE LES GRAVES

P. BARRERE BEAUTIRAN T. BLANQUE CABANAC ET

VILLAGRAINS F. DURAND CASTRES GIRONDE

F. BOS LEOGNAN

D. CLAVERIE MARTILLAC J. ROUAUX SAINT MORILLON J. KESLER SAUCATS

(2)

Rappel de l'ordre du jour

1. Présentation des missions du service développement économique ... 2

a) L'équipe ... 2

b) Les actions du services ... 2

2. Technopole Bordeaux Montesquieu ... 2

a) Vente d'un terrain à SCI EXOSUN IMMOBILIER ... 2

b) Vente d'un terrain à SAMFI DATA CENTRE ... 3

c) Vente d'un terrain à VIVAGRO ... 6

3. Renouvellement de conventions (accompagnement entreprises) ... 9

a) EGEE ... 9

b) POLE EMPLOI ... 9

4. Adhésions diverses ... 10

5. Questions Diverses ... 12

(3)

1. Présentation des missions du service développement économique

a) L'équipe

b) Les actions du services

Création, extension, entretien des ZAE

Soutien à la création / reprise et au développement des entreprises

Animation du tissu économique

Promotion économique du territoire

Concernant la commercialisation des terrains sur la Technopole Bordeaux Montesquieu et sur la ZA des Pins Verts (pour lesquelles la Communauté de Communes est propriétaire), Christian Tamarelle explique que la demande d'implantation et d'achat de terrain est présentée à la commission (après avis de Bordeaux Unitec sur l'aspect innovation pour les implantations sur la Technopole), si la commission émet un avis favorable, une délibération est présentée au Conseil Communautaire.

Lorsque la délibération de vente est votée, le Président peut alors signer les actes notariés afférents.

2. Technopole Bordeaux Montesquieu

a) Vente d'un terrain à SCI EXOSUN IMMOBILIER

La Communauté de Communes a délibéré le 25 juin 2013 afin de vendre le lot 23 (9 683m²) à la SCI Exosun Immobilier portée par Frédéric Caussin et Manuel Godeux. Cette SCI a pour objet un programme immobilier à usage de bureaux pour le compte de la société Exosun déjà implantée sur la Technopole Bordeaux Montesquieu.

Rappel de l'activté d'Exosun :

Conception, développement et commercialisation de trackers solaires et la R&D de technologies à concentration.

Capital : 2 M€

Chiffre d'affaires : 20 M€

Nombre d'emplois : 75

La dernière délibération prise au profit de la SCI Exosun Immobilier était valable six mois mais faute de financement, le compromis de vente n'a pu être signé dans ce délai.

Il convient donc de délibérer à nouveau afin de permettre la vente de ce terrain à la à la SCI Exosun Immobilier dont le capital est désormais partagé entre Messieurs Caussin et Godeux , Exosun et la SEM Route des Lasers.

A ce jour, le prix du m² est de 27€, la SCI sollicite de pouvoir acquérir le lot 23 à 24€

(délibération du 25.09.2012 de vente à Exosun).

(4)

Le projet a légèrement évolué pour intégrer de nouveaux éléments financiers. La SCI se partage entre (capital : 1000 €) :

50 % F. CAUSSIN et M. GODEUX 20 % SEM Route des lasers 30 % Exosun

Terrain souhaité : Lot 23 (9683 m²) Surface bâtiment : environ 1 000 m 2 Montant global du projet : 1,8 M€ dont :

1,5 M€ de financement bancaire. Co-financement par crédit-bail immobilier et Bpi France.

Dont 300 KE apport de la SEM Route des Lasers et 30 KE apport d'EXOSUN.

La commission développement économique émet un avis favorable sur la vente du lot 23 à la SCI EXOSUN IMMOBILIER et sur le prix de vente du m² maintenu à 24€

b) Vente d'un terrain à SAMFI DATA CENTRE

Le Conseil Communautaire a délibéré le 10 décembre dernier afin de vendre le lot 21 (17 392m²) à la société SAMFI DATA CENTRE,

Cette délibération était valable 6 mois.

Un projet de compromis de vente a été rédigé avec une condition suspensive liée à la commercialisation des prestations proposées par la société, qui allonge les délais de signature de l'acte de vente (18 mois souhaités entre le sous-seing et l'acte de vente).

Il convient donc de délibérer à nouveau afin de proroger la délibération prise le 13 décembre 2013.

Rappel :

La société SAMFI DATACENTRE (création en août 2013, capital 100 KE) prévoit de concevoir, réaliser et exploiter un centre de données informatiques (Datacentre) de nouvelle génération.

Activité

Il s’agit de la mise au point d’un concept de Datacentre novateur privilégiant la haute densité d’équipements tout en ayant des coefficients d’efficience énergétiques très performants, apportant un niveau de sécurité et de sûreté très élevés. Un data-centre est une structure destinée à héberger les données numériques de clients entreprises ou administrations via la mise à disposition et l’entretien d’unités de stockage informatiques (unité : la baie).

Ces structures sont très consommatrices en énergie du fait de la nécessité de refroidir l’atmosphère surchauffée par les équipements, nécessitent peu de main d’œuvre au regard de la surface occupée et sont soumises à des exigences de sécurité de très haut niveau.

Conception – Réalisation – Exploitation du site, mise à disposition de salles informatiques pour des PME/PMI régionales, grandes entreprises, administrations. Connexion du site à tous les opérateurs pour permettre aux clients de choisir son fournisseur.

Surveillance du site, tant pour la sûreté et le contrôle d’accès, que pour la maintenance des équipements sur place, mise à disposition de bureaux et parkings pour les collaborateurs détachés sur site.

(5)

Caractéristiques techniques et innovantes

L’ensemble des équipements sont redondés assurant une continuité d’utilisation du site pour les clients, puisque ce site fonctionnera en 24h/7j/365j. Le site est aussi capable de fonctionner en autonomie en cas de coupure de courant.

Les salles sont en capacité d’accueillir un grand nombre d’équipements, de forte puissance (calculateurs par exemple), ont une charge admissible élevée, sont totalement sécurisées et compartimentables. Une des particularités, est d’être en mesure d’avoir un site évolutif au niveau de sa puissance et de ses fonctionnalités (pour en assurer sa pérennité).

Le marché

Le concept proposé par SAMFI DATACENTRE s’adresse aux PME/PMI, grandes entreprises, Banques-Assurances, Administrations et à toutes sociétés ayant une activité dans le domaine de l’hébergement de données informatiques, de secours/sauvegarde, Infogérance… au niveau régional et national.

Produit commercialisé :

SAMFI commercialisera ses salles par lot à la location, les clients étant ensuite libres de choisir le mode de maintenance de leurs salles informatiques : par leur personnel dédié et placé sur le site, par un prestataire autre ou par le personnel du datacentre. La société SAMFI prendra donc en charge l’entretien du site dans sa globalité et la maintenance des salles pour lesquelles elle aura été mandatée.

La clientèle ciblée est prioritairement celle des ETI (Entreprises de taille intermédiaire) qui ne peuvent pas aujourd’hui bénéficier de salles privatives dans les datacentres concurrents (dont les salles sont beaucoup plus grandes) et les plates-formes d’hébergement qui gèrent le stockage et l’entretien de baies pour des clients.

Sur le plan géographique, la société ne cible pas spécifiquement les entreprises du Sud Ouest.

Les contraintes de sécurité et les contraintes réglementaires poussent les ETI et grands groupes à se pourvoir de sites de stockage secondaires distants de plusieurs centaines de kilomètres du site principal pour garantir la sauvegarde des données sur un des deux sites en cas de catastrophe (ex BALE 3 impose un minimum de 200 Kms d’écart pour les banques). A date, l’essentiel des capacités de stockage est situé dans la région parisienne et SAMFI a pour l’instant centré sa prospection sur les sociétés d’île de France. D’après les dirigeants de Samfi Datacentre, le stockage de données en France est actuellement en sous capacité (environ 150 sites dont 40% en région parisienne d’après le groupement professionnel Gimelec) et compte très peu d’acteurs français.

Sur le plan local, il n’y a aujourd’hui aucune offre de ce type en Gironde. A titre de comparaison, le site de TDF récemment ouvert à Bouliac dispose d'une surface de 160 m², 17 baies, destinées à une clientèle PME. Le data-centre projeté sur la Technopole Bordeaux Montesquieu est, quant à lui, de 1800 m² de salles informatiques, et cible les ETI.

En France, les data-centres significatifs sont tous situés en Île de France. La province ne dispose que de petites installations, avec des salles d’une surface limitée, de faible puissance. Or, les besoins des entreprises dans le domaine informatique évoluent rapidement, et nous sommes à l’heure du « Cloud Computing » et de la haute densité.

Il n’y a pas de site actuellement en exploitation de ce niveau de technologie en province à l’heure actuelle. De même, aucun site d’île de France n’est capable de proposer des rendements énergétiques aussi performants.

Les concurrents :

Global Switch, Equinix, Interxion (en Île de France)

Pourquoi privilégier une implantation à Martillac, à proximité de Bordeaux ? 1) proximité des réseaux fibres

(6)

2) disponibilités électriques (2 sources différentes pour sécuriser le Datacentre) 3) implantation en dehors des zones à risques

4) absence de couloirs aériens de forte importance 5) bonne desserte du site technopolitain

6) proximité de la clientèle potentielle

7) proximité des fournisseurs (sociétés de maintenance) Les caractéristiques du bâtiment : 1 800 m

2

de salles informatiques (12 salles privatives) – une salle regroupe 84 baies. Nombre de clients maximum en direct : de 12 à 24.

Ouverture 24h/24 et 365 j / an.

Nuisances éventuelles : bruit des ventilations (mais conforme aux normes en vigueur)

Puissance électrique requise : 2 à 6 MVA avec double sécurisation (idem pour la fibre optique).

Contact pris auprès d'ERDF. Une étude de raccordement sera mandatée par l'entreprise dès la signature du sous-seing, afin d'estimer plus finement les travaux à réaliser (qui pourraient aller jusqu'à 1,3 M€, à la charge de l'entreprise).

Spécificité en termes de délais: l'entreprise SAMFI DATACENTRE ne pourra commencer les travaux que lorsque 50 % des surfaces proposées seront pré-commercialisées.

Budget global : 35 M€ (dont études 4 M€, construction bâtiment 6,5 M€ et raccordements électriques 3 M€, apport de M. SAMSON – Transports Malherbe10 M€).

Chiffre d'affaires estimé : 1 M€ par salle. Point mort estimé à 6 salles.

Eléments financiers :

La capital de la société n’est pour l’heure que de 100K€ (à 90% détenu par Samfi Invest) et doit être augmenté avec le démarrage réel du projet, dès qu’un site aura été confirmé.

Les dirigeants de SAMFI Datacentre n’ont pas laissé de business plan et seules quelques données ont été montrées rapidement. En conséquence il est très difficile de se prononcer sur la viabilité économique du projet.

Le modèle économique de chaque data-centre SAMFI repose essentiellement sur la vente et la location des lots, et sur les prestations d’entretien du site (sécurité et maintenance globale), la société affichant ne pas vouloir interférer (et marger) sur les choix clients d’opérateur ou de société de maintenance informatique.

Le concept de construction et d’aménagement du data-centre SAMFI (modules indépendants) permettrait de séquencer les investissements en fonction du nombre de salles commercialisées, seuls le raccordement et l’infrastructure bâtiment devenant incontournables dès le départ.

L’approche de la famille SAMFI étant de sécuriser l’investissement, les dirigeants annoncent la volonté de démarrer les travaux à partir d’un niveau de pré-vente (4 à 6 salles commercialisées). Ils font état de contacts prospects très avancés mais n’ont fourni aucune lettre d’intention ni aucune référence.

Emplois induits : 1) intégrés au site : 32

2) indirects intégrés au site (clients) : 40 3) indirects (phase construction) : 130

4) indirects (fournisseurs, maintenance, SSII...) : 100

Intégration de l’activité de l’entreprise dans les filières soutenues par la Technopole Bordeaux Montesquieu :

(7)

La mise en place d’un data-centre à la Technopole Bordeaux Montesquieu ne s’inscrit pas centralement dans les filières principales du site (santé/biotechs, écotechs, vitivini).

Cependant, elle permet de soutenir une filière secondaire ciblée par la Technopole - les TIC, et devrait avoir un effet d’entraînement sur l’installation sur le site de la Technopole de sociétés informatiques autour de la thématique du cloud computing (prestataires de maintenance, développeurs de solutions dédiées, sociétés d’hébergement de données).

Le développement de cet écosystème peut par ailleurs être favorable à la création sur le site de la Technopole d’entreprises TIC dans les filières cibles (Biotechs / Santé, Ecotechs, Vitivini).

A noter que l’ESN (Entreprise de Services Numériques) Dovosys, récemment accueillie au Centre de Ressources, propose une offre complète d’infogérance à distance de systèmes d’information avec la possibilité de stocker les données et les applications de l’entreprise dans le cloud.

L’entreprise projette de créer son propre datacenter à horizon de 3 à 5 ans. La solution clés en main proposée par Samfi conviendrait parfaitement à cette expression de besoin.

De manière générale, l’implantation d’un data center de la taille de celui envisagé par Samfi conférerait structurellement au site un positionnement fort de la Technopole Bordeaux Montesquieu sur la filière numérique avec une infrastructure constituant un avantage concurrentiel notable par rapport aux autres sites de l’agglomération bordelaise positionnés sur la thématique du numérique.

Surface terrain souhaitée : 17 392 m 2

Surface bâtiment souhaitée : 6 000 m

2 Montant de la vente : 469 584 € HT

Éléments fournis récemment :

- délai requis de 18 mois entre la prise de délibération et l'acte de vente (avec un dépôt de permis de construire avant fin 2014). En effet, compte tenu de l'activité qui sera exercée, le délai d'instruction du permis de construire sera de 6 mois.

- d'un point de vue des espaces à commercialiser : en contact avec une compagnie d'assurance, une banque, une administration, une société de services, un hébergeur, ainsi 8 opérateurs télécoms.

- conditions suspensives souhaitées dans le cadre du sous-seing : obtention du PC, pré- commercialisation à 50 % des salles blanches (900 m2

), octroi des financements.

La commission développement économique émet un avis favorable à la vente du lot 21 à la société SAMFI DATACENTRE, selon les délais impartis et les conditions suspensives énoncées.

c) Vente d'un terrain à VIVAGRO

VIVAGRO est une SARL, créée en 2007, implantée à Cestas, gérée par 2 co-gérants, Mr Fabrice LEMARCHAND GASNAULT et Mr Bent PETERSEN.

Cette société est spécialisée dans la recherche, la valorisation, l’homologation et la commercialisation en France et à l’export de produits permettant la protection des cultures de manière naturelle, biologique. Ces produits sont destinés aux structures de distributions agricoles (Coopératives et Négoces) plus particulièrement dans le secteur de la vigne.

(8)

- Valorisation des produits de sociétés chimiques ne connaissant pas le marché européen très complexe tant du point de vue de l’homologation que de la mise sur le marché.

VIVAGRO offre à ces sociétés un accès au marché en Europe avec une autorisation de mise sur le marché en contrepartie d’une exclusivité pour la fourniture des matières et d’un appui financier. La société VIVAGRO est détentrice des homologations qu’elle finance.

- Développement de ses propres préparations dès la phase de formulation. La production et formulation de ces préparations sont sous-traitées.

Vivagro propose des produits biologiques agréés « agriculture biologique » qui sont généralement utilisés en complément des produits classiques dans des proportions qui évoluent peu à peu à la hausse chez l’agriculteur. La production est sous-traitée, seuls le développement et l’équipe commerciale et administrative seront accueillis sur le site de Martillac.

Par ailleurs, VIVAGRO agit comme prestataire auprès de ses partenaires fournisseurs. Cette prestation couvre des aspects techniques et d’homologation pour des dossiers nationaux ou européens.

La société Vivagro s’inscrit pleinement dans les filières de la Technopole Bordeaux Montesquieu, à la fois :

• dans le secteur des biotechnologies avec une composante environnementale indéniable, développant des produits de complément et de substitution aux engrais, insecticides et fongicides classiques ;

• et dans le secteur du viti-vini, plusieurs de ses produits visant en particulier le secteur de le la vigne.

Innovation et organisation de la R&D

L’entreprise mène une activité de R&D selon deux axes : soit en développant des produits propres, soit en co-développant ses produits avec des partenaires industriels, en particulier des fournisseurs de matière première.

Ce modèle a permis de développer une gamme de produits aujourd’hui commercialisés. Un programme est en cours pour le développement de deux nouveaux produits notamment visant le marché des céréales de grande culture : une nouvelle préparation à base d’essence d’orange et un agent stimulateur de défenses naturelles. Ces programmes de développement nécessitent des études longues et diversifiées permettant d’adapter les produits au contexte réglementaire. Ces procédures d’AMM doivent être adaptées aux pays visés même si une certaine simplification dans le cadre de l’Union Européenne permet d’alléger ces démarches pour les pays membres. Les programmes développés s’échelonnent entre 300 et 700 K€. Ils couvrent essentiellement les coûts de développement internes et la sous-traitance de certaines opérations.

La société a été soutenue par OSEO (Bpifrance) sur le programme de développement du produit PREV-AM. Ce produit avait pour originalité d’être à la fois un insecticide et un fongicide en solution alternative aux produits classiques de l’industrie chimique. Ce programme portait sur un développement de 700 K€, a été mené à son terme et le produit est sur le marché depuis 3 ans.

La société bénéficie du Crédit d’Impôt pour la Recherche.

Ces produits ne permettent pas le dépôt de brevet mais la propriété des homologations restent à la société.

L’équipe actuelle compte 3 ingénieurs agronomes soit 50% des effectifs.

(9)

Capital de l’entreprise : 200 000 € Chiffre d’affaires et résultat net :

2012: Chiffre d’affaires : 2 227 629 € Résultat net : 242 328 € 2013: Chiffre d’affaires : 2 990 007 € Résultat net : 218 585 € Prévisionnel 2014: Chiffre d’affaires : 3 300 000 € Résultat net : 220 000 €

La société dégage depuis 2 exercices une rentabilité de plus de 10% en exploitation, comme après résultat financier.

Le capital social de la société n’est pour l’heure que de 200K€. En revanche, la société dispose de réserves non négligeables de l’ordre de 500 K€.

L’endettement à moyen et long terme est de l’ordre de 370K€ portant les capitaux permanents à un niveau de 1 300K€ env. Le taux d’endettement est de 40% ce qui laisse de belles marges de manœuvre.

Le fonds de roulement est de l’ordre de 1 250K€.

Il faut noter une assez forte saisonnalité de l’activité avec une part importante du chiffre d’affaires au printemps ce qui, sur un exercice clos au 30/06 de l’année, laisse apparaître un poste client important au bilan (plus de 500K€ de CA uniquement sur le mois de juin). Cependant les délais de paiement ne sont que de 65j sauf à l’export (ex. Maroc 120 à 150 jours).

La société dispose d’une ligne de découvert de 100K€ à laquelle elle ne fait pas appel.

Effectif actuel : 6 personnes Prévisions d’embauches :

- 1 commercial en 2014

- 1 assistant technique en 2015 Terrain souhaité : Lot 9 (2426 m²)

Surface bâtiment souhaitée : 300 – 350 m2

Le financement de l’opération immobilière se fera à travers une SCI à créer dont la société sera locataire à un niveau de loyer comparable à ceux payés à Cestas. La rentabilité de l’entreprise ne sera que très peu affectée par l’opération immobilière qui autorisera par ailleurs un déploiement de l’activité susceptible de la renforcer. Le financement bancaire espéré ne devrait pas poser de problèmes.

Recette attendue :65 502€ HT

La commission développement économique émet un avis favorable à la vente du lot 9 à la société VIVAGRO

3. Renouvellement de conventions (accompagnement entreprises)

a) EGEE

Une convention cadre avec l’association EGEE (Entente des Générations pour l'Emploi et l'Entreprise) prévoyant le parrainage de jeunes créateurs d'entreprise a été signée le 31.01.2012 et est renouvelable chaque année par tacite reconduction.

L'objet de cette convention vise à apporter aux chefs d'entreprise récemment immatriculés,

(10)

l'expertise et les compétences d'anciens cadres et chefs d'entreprise pour une durée d'un an, renouvelable deux fois.

EGEE s'engage à mettre à disposition 4 ou 5 parrains/conseillers, chacun pouvant suivre 2 à 3 entreprises.

Des rendez-vous trimestriels donnent lieu à une fiche de suivi de l'entreprise transmise au service développement économique. Elles font état du chiffre d'affaires réalisé, de la trésorerie, du portefeuille clients, du carnet de commandes, de la réalisation des objectifs commerciaux, et ce afin de vérifier que le chef d'entreprise respecte les prévisionnels financiers établis lors de son accompagnement. Dans le cas contraire des actions correctives doivent être proposées.

Les parrains interviennent également en tant que conseils dans le cadre des ateliers du dispositif d'accompagnement à la création-reprise d'entreprises.

Une convention financière prévoit une indemnisation forfaitaire annuelle de 1260 € (au prorata des dossiers parrainés).

La commission développement économique émet un avis favorable pour le renouvellement de la convention cadre et de la convention financière avec l'association EGEE pour un an.

b) POLE EMPLOI

La convention de partenariat coopératif a pour objet de définir les relations partenariales entre la CCM et le Pôle Emploi (agence de Villenave d’Ornon), dans le cadre de l’accompagnement de demandeurs d’emploi créateurs ou repreneurs d’entreprise.

Initialement, la convention a été signée le 31/01/2012, renouvelée par 2 avenants jusqu'en juillet 2014 .

Cette convention prévoit la prise en charge de 20 demandeurs d'emploi par an pour la construction de leur projet.

Aucun échange financier n'est prévue dans le cadre de cette convention.

Les objectifs visés :

- informer les demandeurs d'emploi de la possibilité d'un accompagnement personnalisé et des services proposés par la Communauté de Communes de Montesquieu,

- assurer une mise à jour sur la réglementation et informer sur les dispositifs d'aides Pôle emploi en temps réel,

- informer Pôle Emploi de la non faisabilité ou de l'abandon d'un projet afin que la personne soit rapidement réorientée vers une recherche d'emploi.

- communiquer à Pôle Emploi les entreprises nouvellement immatriculées ayant des besoins en personnel.

Depuis le début de la convention (31/01/2012) :

46 personnes ont été orientés vers le service d'accompagnement pour étudier la

(11)

faisabilité de leur projet.

33 porteurs de projet ont été pris en charge dont 17 ont créé (2 cessations d'activité et un déménagement sur Bordeaux).

16 ont été déclarés inéligibles à une prise en charge (implantations de projets hors Communauté de Communes de Montesquieu, aucun apport financier, étude de marché défavorable, impossibilité de trouver un local commercial...).

La commission développement économique émet un avis favorable pour le renouvellement de la convention pour une durée de douze mois.

4. Adhésions diverses

Proposition d'adhésions

En ce qui concerne la Technopole Bordeaux Montesquieu (65 entreprises – 1000 salariés – filières : écotechs-environnement, biotechs-santé, viti-viniculture, numérique et électronique) : La notion de technopole regroupe plusieurs composantes essentielles à son bon fonctionnement : - une pépinière (accompagnement des jeunes entreprises innovantes en création)

- plusieurs hôtels d'entreprises - dont le centre de ressources (destinées aux entreprises ayant déjà passé la cap des 4 ans en pépinière ou des entreprises non innovantes mais en rapport avec les filières de la Technopole)

- du foncier à la vente : pour les entreprises qui se développent et qui souhaitent porter leur propre immobilier.

- La notion d'accompagnement des entreprises innovantes, la mise en réseau avec les universités, laboratoires bordelais, avec d'autres entreprises, fait également partie intégrante de la notion de technopole.

Il est à noter qu’en termes de stratégie de développement économique et donc de commercialisation de terrains à l’échelle de la Technopole, tous les stades d’avancement d’entreprise sont indispensables et constituent les maillons de la chaîne de commercialisation.

Ainsi la complémentarité entre les entreprises à différents stades de développement est indispensable et constitue la richesse, la valeur ajoutée de la Technopole :

1) stade de création d’entreprise (statut pépinière)

2) puis stade de développement à court et moyen terme (statut hôtel d’entreprises)

3) et enfin stade de développement long terme (achat d’un terrain et construction de son propre bâtiment).

Les objectifs concernant la Technopole sont :

- accroître la notoriété de la Technopole sur les secteurs d'acteurs visés, au regard d'autres sites technopolitains bordelais et nationaux (cf présence au sein des pôles de compétitivité, clusters, et toutes structures concourant à l'innovation économique en Aquitaine – Bordeaux Gironde Investissement, Aquitaine Développement Innovation, etc)

- commercialiser des terrains à des entreprises présentant une forte valeur ajoutée dans les filières concernées

(12)

- conforter les services aux entreprises, notamment à travers un restaurant adéquat

- favoriser la mise en place d'équipements mutualisés structurants de type Fablab (imprimantes 3 D, laser, etc)

- améliorer l'attractivité de la pépinière : augmenter le nombre d'entreprises accompagnées, de façon à contribuer à la chaîne de valeur de la Technopole.

Les organismes auxquels il est souhaité d'adhérer (dans le cadre du développement de la Technopole) sont décrits ci-dessous :

ADEISO : Développement de l'Electronique et de l'Informatique dans le Sud Ouest–

160 membres

1620 €

AGRI SUD OUEST INNOVATION: Pôle de compétitivité agricole et agro-industriel du Sud-Ouest – 180 adhérents

1336,80 €

AQUITAINE DEVELOPPEMENT INNOVATION : agence de l'innovation et du développement industriel en Aquitaine - 487 adhérents

100 €

BORDEAUX GIRONDE INVESTISSEMENT : Agence de développement économique de Bordeaux et de la Gironde

3 500€

CREAHD : Pôle de compétitivité Constructions, Ressources, Environnement et Habitat Durables –100 adhérents

500 €

INNOVIN : Cluster de la filière vitivinicole en Aquitaine – 100 adhérents 2000 €

XYLOFUTUR : Pôle de compétitivité innovant au profit de la filière forêt-bois-papier–

150 membres

600 €

TOTAL 9656,80 €

De plus, la Communauté de Communes est déjà adhérente au Réseau Aquitain des Pépinières (500 euros par an) et à l'association Gironde Initiative- association qui octroie des prêts à 0 % aux créateurs / repreneurs d'entreprises (152 euros par an).

La commission développement économique émet un avis favorable à l'adhésion de la Communauté de Communes, aux différents organismes cités ci-dessus et désigne en tant que délégués auprès de ces organismes:

-Christian Tamarelle, Président – délégué titulaire -Francis Gazeau et Michel Dufranc – délégués suppléants -Géraldine Régent – technicien référent

RAPE 500,00 €

Gironde Initiative 152,00 €

(13)

5. Questions Diverses

Perspective de développement de la ZA Les Grands Pins et autres projets:

Michel Dufranc rappelle à la commission que la ZA Les Grands Pins s'étend sur 40 hectares situées sur les communes de La Brède, Ayguemorte les Graves et Saint Médard d'Eyrans, et appartiennent à différents propriétaires.

Dans le cadre du SCOT , cette zone n'a pas été identifiée comme une zone de développement commercial car située en périphérie de la CUB ; il sera donc très difficile d'obtenir des autorisations en CDAC sur ce secteur.

La Communauté de Communes, de son côté, manque de surface stratégique et commercialisable mais ne souhaite pas voir s'y implanter de zones logistiques, ni de grandes enseignes alimentaires, qui n'ont aucun intérêt environnemental et fiscal.

Il précise que la collectivité et notamment la commission développement économique, doit définir l'avenir de cette zone de façon harmonieuse pour l'ensemble du territoire, en favorisant l'emploi et la recette fiscale.

Concernant le développement économique, les communes du territoire doivent avoir une réflexion globale et commune.

Francis Gazeau rappelle aux membres de la commission qu'il est important d'associer la Communauté de Communes dans les révisions et modifications des PLU notamment.

Dans ce cadre, Michel Dufranc, informe la commission que sur la commune de La Brède au sud de la Technopole et face au lagunage, il y a des parcelles zonées en développement économique qui pourraient être rattachées à la Technopole.

Christian Tamarelle pense qu'un état des lieux du foncier pourrait faire prochainement l'objet d'une réunion avec les élus.

Concernant le projet de zone d'activités sur la Cabanac et Villagrains, il faudrait peut être envisager un portage privé.

Michel Dufranc pense qu'il est important de définir une filière (bois?) et que la collectivité ne doit investir dans ce type d'aménagement que si le retour sur investissement est rapide.

Concernant le Centre de Ressources, Christian Tamarelle rappelle qu'il héberge : la pépinière, l'hôtel d'entreprises, les services de la Communauté de Communes et un restaurant qui devrait déménager (voir ci dessous).

L'objectif ensuite étant de restructurer ce bâtiment avec cette nouvelle surface et de le réhabiliter afin de le rendre plus fonctionnel et moins coûteux, en termes de dépenses énergétiques notamment.

Enfin, Michel Dufranc rappelle que la Technopole Bordeaux Montesquieu s'est bien développée depuis que la Communauté de Communes de Montesquieu a repris en charge sa gestion.

Restaurant d'entreprises sur la Technopole Bordeaux Montesquieu :

Christian Tamarelle informe la commission qu'un projet de restaurant est à l'étude sur le site sur un terrain qui pourrait être mis à disposition par la Communauté de Communes de Montesquieu dans le cadre d'un bail à construction.

Une délibération pourrait être présentée au Conseil Communautaire du mois de septembre pour permettre à la Communauté de Communes de signer un bail à construction avec un porteur de

(14)

projet.

Il convient de déterminer les modalités de ce bail et notamment sa durée et le montant du loyer.

Concernant le loyer, le service des domaines a estimé son montant à 6600€HC/an (avec +/- 10 % de marge).

Michel Dufranc rappelle que le bail à construction va permettre au restaurateur d’économiser le foncier, et que si le loyer est peu élevé, la durée de ce bail doit être assez courte (de l'ordre de 30 ans, en tenant compte de la durée d'amortissement, notamment).

Christian Tamarelle rappelle également que le restaurant d'entreprise sur la Technopole est un facteur d'attractivité et que régulièrement le problème de l'offre de restauration sur le site est évoquée par les chefs d'entreprises.

Dates à retenir :

Dates pour les prochaines commissions développement économique : -Mardi 2 septembre 2014 à 18h30

-Mardi 4 novembre 2014 à 18h30

Rendez-vous avec le club des entreprises fixé au mardi 2 septembre à 20h (à la suite de la commission)

Dates à noter pour les vice-présidents : Trophée Oenovation :

• Comité technique de sélection : mercredi 9 juillet de 15h à 18h

• Jury du trophée Oenovation : vendredi 12 septembre de 9h à 13h

Figure

Updating...

Références

Updating...

Sujets connexes :