LES  TOC,  UNE  MALADIE  QUE  L'ON  PEUT  SOIGNER

Texte intégral

(1)

©  http://www.psychologies.com/Moi/Problemes-­‐psy/Troubles-­‐Maladies-­‐psy/Interviews/Les-­‐TOC-­‐une-­‐

maladie-­‐que-­‐l-­‐on-­‐peut-­‐soigner   Page  1  sur  2  

LES  TOC,  UNE  MALADIE  QUE  L'ON  PEUT  SOIGNER  

Christophe  André  est  médecin  psychiatre  à  l'hôpital  Sainte-­‐Anne  à  Paris,  il  est   l'auteur,  entre  autres,  de  Petites  angoisses  et  grosses  phobies  (Éditions  du  Seuil).  

Laurence  Ravier      

Psychologies  :  Qu'est-­‐ce  qu'un  TOC  ?  

Christophe  André  :  Le  trouble  obsessionnel  compulsif  est  une  maladie  anxieuse  assez   sévère.  Le  patient  souffre  d'idées  fixes,  qui  deviennent  envahissantes,  angoissantes  et   tyranniques.    

On  répertorie  aujourd'hui  différentes  familles  de  TOC  :  lavage  (toilettes  à  l'excès,   désinfection,  obsession  de  la  propreté...),  vérifications  (des  portes,  des  lumières,  de   tout...),  comptage  et  calculs  mentaux  (les  patients  comptent  ou  calculent  sans  arrêt  de   longues  séries  de  chiffres...),  accumulation  (impossibilité  de  se  débarrasser  des  objets   inutiles),  ordre  et  symétrie,  toucher  certains  objets  de  manière  répétitive,  formules  ou   gestes  conjuratoires...    

Le  mode  opératoire  de  ces  troubles  est  toujours  le  même  :  une  idée  intrusive  surgit  (ai-­‐je   bien  éteint  la  lumière  ?)  qui  déclenche  une  très  forte  angoisse.  Il  devient  impératif  d'aller   vérifier.  Et  à  chaque  fois  que  cette  interrogation  obsédante  ressurgit,  le  malade  va  se   rassurer  avec  ce  rituel  de  vérification.  Mais  ce  mécanisme  va  rapidement  tourner  à   l'obsession,  les  gestes  rituels  ne  parviendront  dès  lors  à  baisser  le  niveau  d'angoisse  que   de  courts  instants  seulement.  C'est  ainsi  que  la  personne  ira  vérifier  10  fois,  20  fois  ou   trente  fois  et  que  sa  conduite  va  peu  à  peu  être  dominée  et  dirigée  par  son  TOC.    

Peut  on  guérir  d'un  TOC  ?  

Christophe  André  :  Les  guérisons  totales  et  complètes  sont  très  rares,  il  est  préférable   de  parler  de  rémission  partielle.  Rémission,  car  un  TOC  peut  toujours  ressurgir  chez  un   patient  qui  a  été  traité.  Partielle,  car  on  ne  peut  jamais  éradiquer  totalement  les  

symptômes.    

On  obtient  aujourd'hui  de  très  bons  résultats  grâce  à  une  prise  en  charge  thérapeutique   et  médicamenteuse.  On  arrive  ainsi  à  limiter  les  rituels  à  une  heure  par  exemple,  au  lieu   de  plusieurs,  et  à  permettre  aux  patients  de  reprendre  une  vie  normale.  Il  est  en  effet   difficile  d'imaginer  à  quel  point  ces  troubles  peuvent  dévorer  votre  vie  :  certaines   personnes  arrivent  à  prendre  plus  d'une  vingtaine  de  douches  par  jour,  chacune  durant   une  heure.  Le  calcul  est  rapide  à  faire...    

Il  est  donc  primordial  de  consulter  un  spécialiste  et  de  se  faire  soigner.  D'autant   qu'aujourd'hui,  de  très  nombreux  travaux  de  recherche  sont  en  cours  afin  de  mieux   comprendre  les  TOC,  qui  ont  des  origines  psychologiques  mais  également  des  origines   biologiques  indiscutables.    

(2)

©  http://www.psychologies.com/Moi/Problemes-­‐psy/Troubles-­‐Maladies-­‐psy/Interviews/Les-­‐TOC-­‐une-­‐

maladie-­‐que-­‐l-­‐on-­‐peut-­‐soigner   Page  2  sur  2  

Quels  conseils  offrir  à  l'entourage  ?  

Christophe  André  :  Si  les  TOC  s'avèrent  usants  et  épuisants  pour  ceux  qui  en  sont   victimes,  il  en  est  de  même  pour  la  famille.  Les  malades  souffrent  terriblement  car  ils  se   rendent  parfaitement  compte  de  l'absurdité  de  leurs  gestes,  mais  ils  sont  démunis  et   impuissants.  Ils  peuvent  même  se  montrer  très  colériques  et  agressifs  s'ils  sont   bousculés  dans  leurs  rituels.    

Cependant,  le  premier  conseil  que  je  donnerai  à  l'entourage,  c'est  de  ne  jamais  entrer   dans  le  jeu  du  TOC.  Sinon,  tout  le  monde  en  devient  l'otage.  Cela  requiert  beaucoup  de   ténacité  et  de  persévérance,  car  il  est  parfois  plus  facile  de  céder,  d'annuler  par  exemple   sorties,  vacances  ou  dîners  entre  amis,  devant  l'angoisse  ressentie  par  le  malade.  Il  ne   faut  donc  rien  changer  à  la  vie  familiale,  et  rappeler  au  patient  que  ce  TOC  est  son   problème,  pas  le  vôtre.  Cela  ne  signifie  bien  sûr  pas  que  vous  êtes  indifférent  ou  

rancunier,  mais  il  faut  lui  montrer  quels  sont  les  gestes  normaux  :  se  laver  les  mains  en  5   minutes  et  non  pas  les  désinfecter  pendant  une  heure.    

Il  est  également  très  important  de  convaincre  la  personne  atteinte  d'un  TOC,  qu'elle   souffre  d'une  maladie  et  non  pas  d'une  tare.  Car  tous  se  montrent  très  honteux  et  se   cachent.  Et  il  faut  l'inciter  à  tout  prix  à  se  faire  soigner.  Je  conseille  le  plus  souvent  deux   adresses  vers  lesquelles  on  peut  se  tourner  :    

-­‐  l'AFTOC  (Association  française  des  personnes  souffrant  de  troubles  obsessionnels  et   compulsifs)  (www.aftoc.org)  

-­‐  l'AFTCC  (Association  française  de  thérapie  comportementale  et  cognitive)   (www.aftcc.org)    

 

Figure

Updating...

Références

Updating...

Sujets connexes :