Etude malacologique des loess de l'unité E6

Texte intégral

(1)

Book Chapter

Reference

Etude malacologique des loess de l'unité E6

THEW, Nigel, CHAIX, Louis

THEW, Nigel, CHAIX, Louis. Etude malacologique des loess de l'unité E6. In: Aubry, Denis.

Dernier cycle glaciaire et occupations paléolithiques à Alle, Noir Bois: (Jura, Suisse) . Porrentruy : Office du patrimoine historique, 2000. p. 93-98

Available at:

http://archive-ouverte.unige.ch/unige:116561

Disclaimer: layout of this document may differ from the published version.

1 / 1

(2)

ChapitreB:Lafaune 93

B Lepeurvn

8.1 Etude malacologique des læss de I'unité E6 Q,ligel Thew et Louis Chaix)

8.1.1

Introduction et méthodes

T-\.*

échantillons malacologiques ont été recueillis sur le

l-f site,l'un

en

l99l

et l'autre, mieux conservé, en 1992. IIs ont été prélevés à une distance d'environ 200 m I'un de l'autre (fig. 58 et 59) dans

un

niveau de læss géliflué (E6). Placée à

I'intdrieur d'une

succession de depôts læssiques

partant

du Glaciaire ancien, recouverte ensuite par des colluvions plus récentes datant

probablement

du Tardiglaciaire,

la

couche échantillonnée est la seule au sein des sédiments læssiques oir les mollusques ont été préservés.

Environ un kilo de chacun des échantillons a été tamisé à l'eau dans une colonne avec des mailles de

8,2, l,

0,5 et 0,3 mm, et les résidus supérieurs ou égaux à 0,5 mm ont été triés intégrale- ment. Tous les apex et les fragments de mollusques quantifiables ont été extraits et identifiés à l'aide des collections de référence personnelles des auteurs.

8.1.2

Résultats

Un total de 89l individus a été identifié et décompté; 465 pour l'échantillon

I

et 426 pour l'échantillon

II

(fig. 60). Cependant, en dépit de ce relativement grand nombre, on ne compte que

huit

espèces. Plusieurs centaines de granules issus de vers de terre (probablement du genre Lumbricus) étaient également présents, mais n'ont pas été récoltés ni décomptés entièrement à cause de leur abondance.

Les mollusques étaient bien conservés, avec un nombre impor-

tant

de juvéniles fragiles, ce

qui

confirme

la définition

de ce niveau comme læss en place.

Fig.

58.

Plan de sltuafion des coupes étudiées.

8.1.3

Datations relatives et absolues

Les assemblages de mollusques de Noir Bois, avec leur faible diversité d'espèces et leur composition, sont typiques des fau- nes présentes dans les dépôts de læss du Pléniglaciaire moyen à supérieur, avant le dernier maximum glaciaire, d'Alsace et de la région de Bâle.

A

Allschwil, par

exemple,

un

assemblage de mollusques du Pléniglaciaire supérieur de l'horizon < Nassboden > est identi- que à l' exception de l' absen ce de Vitrea cry s tallina et d' Ar ianta arbustorum, alors

qu'un

assemblage du Pléniglaciaire moyen de n Niederschbacher Zone

,

pôssédâlt ces deux espèces en même temps que des \lertigo plgmaea, Ahida secale el.Ilallania costata (Zollinger 1991 et nouvelle analyse par Thew, non pu-

bliée). Schiltigheim,

en Alsace,

avait

également une faune similaire dans des niveaux du Pléniglaciaire moyen et supé-

rieur

(échantillons 7 à

ll,

Puisségur 1965 et 1976), mais elles deviennent plus pauwes de façon notable pendant le dernier maximum glaciaire. Le même phénomène peut être observé dans une séquence près d Achenheim-Oberschaeffolsheim dans laquelle on constate un appauvrissement de Ia faune à la tran- sition entre le Pléniglaciaire moyen-supérieur (échantillons 1 à 3) et le dernier maximum glaciaire (échantillons 4 à 5) ; cette transition coïncide avec une importante réduction du nombre de granules présents, passant de fréquents à très rares (Mazenot 1963).

Un

appauvrissement de

la

faune

similaire peut

être observé à la transition entre les læss du Pléniglaciaire moyen- supérieur (échantillon 9) et ceux du dernier maximum glaciaire

(échantillon

10)

du

site d'Achenheim, dans la même région (Mazenot 1963).

Des espèces présentes, telles que Vitrea crystallina sonr absen- tes des faunes de Ia première partie du Tardiglaciaire, dominées parles Pupillaspp. D'autre part, des espèces comme les Vallonia spp, Cochlicopaspp et les Euconulus spp, caractéristiques de la deuxième partie duTardiglaciaire, sont totalement absentes sur le site.

o

u?

N

I

r;lNI

251.980 Ech.2

Ech. 1

A

0 50m

(3)

Ech. I

Cor.rpe 128

451.00 Coupe 58

It e,i

iài

a

ù

E5 sommet Ir-

450,00

449.00

r E5 base 't'

I

ê

J

d

I

448.00 E6a

t'

447.O0 l--l tl

tt

I

t

E7b I

I

I

446.00

T

Fig.

59,

Position stratigraphique des échantillons analysés.

Quand on compare l'assemblage des mollusques de Noir Bois avec ceux d'autres sites, le dépôt læssique analysé

ici

date du Pléniglaciaire moyen à supérieur, avant le dernier maximum glaciaire. Mais comme

il

n existe pas de séquence de mollus- ques du Pléniglaciaire dans cette région du Jura, il est impossible de donner une date relative plus précise au dépôt de Noir Bois, basée sur une biostratigraphie de mollusques.

Pour ce qui concerne les datations absolues, on dispose d'une date radiocarbone de 20240

!

200 BP (UZ-3813/ETH 14410) réalisée sur des coquilles de cette couche (correspondant au niveau E6 carbonaté) et de

deu

dates TL (chap. 7.1), I'une de 28500 11600 BP prise tlans la partie irilérieure de l'uui{.é E6,

el

aval, l'arrtre de 22500 + 2400 Bp eft'ectuée dans la partie supé- rieure de E6. Ces éléments suggèrent fortement que le dépôt de mollusques date du Pléniglaciaire supérieur, peu de temps (2000-5000 ans ?) avant le deruier lnardlnunl glaciaire.

8.1.4

Climat

La majorité des

huit

espèces présentes à Noir Bois sont tolé- rantes porlr Ie

climat

: elles montent bien au-delà cle 2000

m

d'altitude dans les Alpes (Columella columella, Pupilla alpicola el Arianta arbustorum)

et/ou

sont bien représentées dans des dépôts læssiques correspondant au dernier maximum glaciaire (Succinea oblonga,

Pupilla

muscorum

et Trichia hispida).

Cl ausilia, rugosa,-pa.ntula, une espèce cl'Eruope centrale, monte à un maximum de 2450 m d'altitude dans la partie sud des Alpes suisses

et

dans les

Alpes autrichiennes, tandis

q:ue Vitrea crystallinas'étend jusqu'au 64"N en Norvège, au 61"N en Suède, est absente de la Finlande et aune limite supérieure de 2340 m dans la partie sud des Alpes suisses et dans les Alpes autrichiennes

(Kerney et al. 1983, Turner et al. 1998). La présence de Vitrea crystallinasuggère des hivers plus froids qu'actuellement (tem- pératures moyennes de la région d'Alle

:

i8-19"C en

juillet

et 0-l"C en janvier) d'environ 14 à I5"C de température moyenne en

juillet

et

-5

à -6"C en janvier. Une moyenne hivernale plus chaude de

-2

à -3oC aura permis à cette espèce de supporter une moyenne des températures estivales plus froide (i3-14"C).

La

limite

supérieure de Vitrea crystallina dans les Alpes peut sembler contradictoire avec les figures de températures basées sur la limite septentrionales de cette espèce, mais il ne faut pas oublier qu'au-dessus de 2000

m

dans les Alpes un

fort

enso-

leillement,

associé à des sites abrités,

peut

provoquer des conditions microclimatiques particulières.

Les quelques centaines de gramiles présents dans les échantillons de Noir Bois ont été secrétés par des vers de terre, appartenant

vraisemblablement

à

la famille

des

lombrics.

Une espèce, Ltunbrfuus tLtblllus, est

fire

priutlriùre

qu'ul

peul" ltuuvcr vers 2500 m dans les Alpes; l'espèce la plus courante, L. terrestris, a une moins grande tolérance climatique et sa limite altitudinale est un peu plus basse. Quoiqu'il en soit, les deux espèces n'ap- précient pas les grandes fluctuations de température, ainsi, le nombre de granules présents dans les échantillons de Noir Bois renforce I'impression que le climat rlavait pas un caractère trop fortement continental.

Les estimations de température (13- 15" en juillet et -2 et -6" pour ianvier) impliqr,rent que même si le climat était certainement plus froid et plus continental qu'actuellement,

il

ne faisait pas aussi froid que pendant le dernier maximum glaciaire, ou que lors de la première partie du Dryas ancien inférieur, où la moyenne de la température du mois de

juillet

oscillait entre B et l0"C et celle de janvier entre -15" et -25"C (Coope et Elias 2000).

(4)

ChapitreB:Lafaune 95

100,00 426

100,00 405

Total

8.69 37

25 5,38 Arianta arbustorum var. alpicola 6

59,86 61 ,94 255

288 Trichia hispida 7

1,17 5

I L). rl.f

ol 4

Clausilia ruqosa-parvula

7 1,51

\litrca cry'stallina t/

0,47 0,86 2

4 Pupilla alpicola 12

0.43 ô 2

Pupilla muscorum

2.35 0,43 10

6 2 Columella columella

27,46 117

1 6,.1 3 75

Succinea oblonqa uar elonqata 12

Echantillon ll Yo

Echantillon I Vo

Groupes écologiques Espèces de mollusques

Fig.

60.

Résu/tats de I'analyse malacologique d'Alle, Noir Bois.

8.1.5

Environnement local

La composition des échantillons

I

et

II

est très proche, mais

il

existe malgré tout de légères différences significatives, Succinea oblonga, et Pupilla alpicola sont toutes deux dans Ie groupe éco-

logique

12, espèces

typiques d'un milieu très humide

ou marécageux dans un environnement ouvert; dans l'échantillon I, ce groupe correspond au 17% de l'ensemble, dans I'échantillon ll,27,9Vo (fig. 61). Columella columella (un calciphile),Vitrea crystallina, eI Arianta arbustorum sont toutes des espèces du groupe 6, qui vivent dans une variété de lieux humides; ce groupe représente 7,3Vo de

l'échantillon I et

11% de

I'échantillon

II.

Trichiahispida (627o dansl'échantillon

I

et59,9 Vo dans l'échan- tillon II) est Llne espèce tolérante, du groupe 7, qu'on trouve dans une grande variété d'habitats différents; elle est présente ici sous une forme à grandes spires plus typique d'habitats humides. Le grand nombre de granules de Lumbricus présents dans les deux échantillons indique également un substrat aussi bien humide que calcaire (Meijer 1985, p.88-89). Pupillamuscontm, espèce du groupc 9, qui n'cst préscntc qu'cn pctit nombre dans l'échan-

tillon I,

est normalement associée à des lieux ouverts, secs et calcaires, mais elle est aussi connue dans des habitats plus hu- mides, souvent sous une forme plus grande (Preece 1990).

Echanlillon I Groupe 4

Echantillon ll

12 Groupe 4 Groupe 12

Groupo 6

Groupe Groupe I

Groupe 7 Groupe 7

Fig. 61

.

Diagrammes circulaires illustrant la proporlion des différents grou- pes écologiques présenfs dans /es échantillons I et ll,

Groupes écologiques

Ohew, non publié) forêt,

forêt sèche et ouverte, semi-f orætier+ræhers ombragés, ombre,

rupstre, tolérant humide, tolérant, tolérant sec, MilèU ÔUVèN, milieu ouvert sec, milieu humideombrâgé, milieu humide ouvert, semi-aquatique, aquatique tolérant, aquatique, eaux permanentes uoutellàir r.

Clausiliarugosû-paruula,une espèce du groupe 4 forme 13,3%

de l'échantillon I et seulement I,2To de l'échantillon II. Elle est typique d'emplacements modérément humides entre les ro- chers

et les éboulis

calcaires,

ou

des zones boisées

et

de broussailles, généralement sur un substrat rocheux calcaire.

Dans le contexte de Noir Bois, cela suggère qu'il y avait des zo- nes de sols rocheux ou pierreux proche

d'une

aire couverte d'une végétaTion de huissons ou d'arbustes.

Pour résumer, les deux échantillons indiquent un sol calcaire, humide et marécageux flanqué d'une zone rocheuse à substrat calcaire couverte, en partie au moins, d'une végétation de pe- tits buissons ou d'arbustes.

Léchantillon

I

semble venir d'un endroit légèrement plus sec, très proche d'une zone rocheuse, tandis que l'échantillon

II

est issu d'un environnement plus humide et marécageux.

8.1.6

Conclusion

Les deux échantillons de mollusques analysés de

Noir

Bois contiennent une faune abondante

d'une

diversité d'espèces restreinte,

typique

du Pléniglaciaire

supérieul

précédent le dernier maximum glaciaire. Alors que le climat était certaine- ment plus

froid

et plus continental

qu'aujourd'hui, il

n était pas

non plus

aussi

froid

que pendant

le dernier maximum

glaciaire ou lors de Ia première partie du Dryas ancien infé- rieur. La moyenne des températures du mois de

juillet

devait au moins être de 13 à 15"C, tandis que la moyenne de janvier

était

comprise entre -2 et -6"C. Les faunes des deux échan-

tillons

étaient sensiblement identiques, avec

un

bon état de conservation,

incluant

des juvéniles fragiles.

Cette faune indique un environnement local à sol calcaire, hu-

mide

et marécageux,

flanqué d'une

zone avec

un

substrat rocheux calcaire couvert en partie par une végétation de petits buissons ou d'arbustes.

1

2

4 5 6 7

I

10 11 12 13 14 15 10

Traduction Laurence- Isaline Stahl Gretsch

(5)

B.L7

Bibliographie

Coope G. Russell et ScottA. Elias

2000

TheenvironnementofUpperPalaeolitic(l\,lagdalenianand Azilian) hunters at Hauterive-Champréve1'res, Neuchâtel, Switzerland, interpreted from Coleopteran rcma\ns. Iour- nal of Quaternary Science 15 I 2 , p. I57 -17 5 .

Kerney M. P Cameron R. A. D. et lungbluth J. H.

1983

Die Landschnecken Nord- und Mitteleuropas. Paul Parey,

Ilamburg and Berlin, 384 p.

Mazenot G.

1963 Recherches malacologiques sur les loess et les complexes loessiques d'Alsace. Bull. du Seruice de la Carte Geologique d'Alsare et debrraine,tome16,fasc. 1., Strasborug, 69 p.

MeijerT.

1985 The Pre-Weichselian Non-Marine Molluscan Fauna foom Maastricht-Belvedère (Southern Limburg, The NetherlandsJ.

Mededelingenrijlcs geologische diensr39l 1, p. 75-103.

Preece R. C.

1990 The Molluscan Fauna of late Devensian loess from Reculver, Kent. Journal of Conchology 33, p. 295-297.

PuisségurJ.-I

1965 LaTerrasse de Schiltigheim (Alsace) - Etude Stratigraphi- que et Malacolo giqrc. Bull. de I'Association ftançaise pour

I' Etude du Quaternaire 2, p. 66-7 7 .

1976 Mollusques continentaux quaternaires de Bourgogne, Si

gnifi cations stratigraphiques et climatiques. Rapports avec d'autres faunes boréales tle France. Mérnuires Géulug;itlues de I'Uniuersité de Dijon,3,24l p.

Turner Hans, Kiuper Johannes G.f ., Thew Nigel et al.

l99B

Atlas der Mollusken der Schweiz und Liechtenstein.Fauna Heluetica2.

von Zollinger G.

l99l

Zur Landschaftsgenese und Quartârstratigraphie am sùdlichen Oberrheingraben- am Beispiel der Lôss- deckschichten der Ziegelei in Allschwil (Kanton Basel- Landschaft). Eclogae geologicae Heluetiae 84 I 3, p. 7 39 -7 52.

8.2 Etude des dents de rhinocéros de I'unité E6 (Claude Guérin)

Deux dents jugales supérieures isolées de rhinocéros ont été recneillies

en

1991, positionnées dans la partie inférieure de l'unité E6 décarbonatée, à l'extrémité nord-ouest du site de Noir Bois (fig. 64).

II s'agit de bourgeons dentaires incomplètement calcifiés à leur base, et

dont

seule

la longueur

(prise

hors-tout) peut

être mesurée; la largeur au collet et la hauteur ne peuvent qu'être estimées. Les deux bourgeons sont sensiblement symétriques et de même taille, ils correspondent aux deux dents droite et gauche de même rang et appartiennent au même individu. Le bourgeon

droit

(n" 18539) est le mieux conservé.

8.2.1

Description

En vue labiale, l'ectolophe apparaît nettement ondulé, avec

un

parastylc puissont,

un nct pli

du poracônc, ct un

fort

mésosryle; il

ny

a pas de

pli

du métacône.

En vue occlusale, on peut observer un crochet et une crista, indépendants sur Ie bourgeon droit mais fusionnant dista-

lement

sur

le

bourgeon gauche

pour former

une médi- fossette à

un

centimètre environ au-delà de la pointe du paracône. La présence de cette médifossette à gauche est la seule différence entre les deux dents.

Ën vue linguale on note la trace d'un cingulum interne dis- continu, et Ia faible hauteur du débouché de lavallée interne au-dessus du collet.

De face, le protocône paraît faiblement étranglé.

En face postérieure, la postfossette profonde possède une colonnette sur son bord vertical.

Le plan de construction de ces dents, notamment le

profil

de

l'ectolophe

et I'extension vers

l'arrière

du protocône et de I'hypocône, sont caractéristiques de Coelodonta antiquitatis, le rhinocéros <laineux> (Guérin 1980). La

faible hauteur

du débouché de la vallée interne et l'absence de mésostyle mon- trent que les dents découvertes à Alle sont des molaires

plutôt

que des prémolaires. Les dimensions (fig. 62) correspondent à des

M

1 supérieures,

ou moins

probablement à des

M

2 supérieures. La présence de la crista et du crochet et l'indice d'hypsodontie que l'on peut évaluer à un peu plus de 100, cor-

respondent

à

la grande majorité des

cas observés chez Coelodonta antiquitatis. La présence d'un cingulum interne et d'un étranglement du protocône, même peu marqués, consti- tuent en revanche des caractères moins répandus.

8.2.2

Æfinités

Le rhinocéros laineux, d'origine asiatique, apparaît en Europe au début de l'avant-dernière glaciation (zone MNQ 24), et ses derniers représentants disparaissent à la fin du Pléistocène, il

y

a une dizaine de milliers d'années, Du point de vue écologique, son préférendum est la steppe froide, oir il accompagne le mam- mouth (Guérin 1980).

Coelodonta

antiquitatis

est

une

espèce fréquemment ren- contrée dans le Pléistocène supérieur de Suisse. Dès le XIX"

siècle, K. Merck (1875-77)

le décrit

dans le célèbre gisement magdalénien de Kesslerloch à Thayngen (Schaffhouse), et K.

Hescheler en reparlera en 1917. En 1915, L. Mayet et J. Pissot

le citent

dans

l'abri

de Schweizersbild (Schaffhouse), et en

l9l6

E T,euthardt

le

signale dans

une

terrasse

alluviale

à

Schweizerhalle (Bâle-Campagne); en 1925, R. Forrer indique sa présence dans le læss d'Allschwil, ainsi qu'à Riehen près de Bâle.

En 1933, A. Dubois et H.G, Stehlin ont donné la première liste exhaustive des gisements suisses à rhinocéros laineux, dans leur célèbre étude sur la grotte moustérienne de Cotencher (Neu- châtel), où Coelodonta antiquitatis accompagne Dicerorhinus mercki. Outre les sites indiqués par les auteurs précédents,

il

s'agit de:

(6)

ChapitreB:Lafaune 97

10,21 6.983

78,00 M2IN 17

5,80 3,244

63,00 45,00

55,91 M2A BB

6,53 3,679

65,50 47,00

56,31

M2IL BO

6,77 4,143

65,50 53,00

61,23

>60 11

>60

N/ l/H

o ttE 6,66 63,00

43,50 53,40

>52 tô M 1/t

3,651 7,15 58,50

43,50 51,05

54 54

54 M 1/L

7,38 4,678

69,00 53,50

63,35 P 4/H 27

6,33 3,046

55,50 41,50

48,10 P4A AQ

9,98 4,318

58,00 35,50

43,27 P 4IL 59

c.variation éc.-type

mtnt maxt moy.

Nb ALL-1 8540

gauche ALL-1 8539

droite Dents,

mesure

Comparaisons

Fig.

62.

Dimensions comparées des molaires de Coelodonta anti- quitatis dAl/e, Noir Bois.

pour l'tugovie, la tourbe de Distelberg près d'Aarau, les gra- viers de Muhen et de Rheinfelden, les gravières de la région située entrc Zofingue et Oftringen;

pour la région

de Bâle,

le lehm d'Anwil II,

Ie læss de Giebenach, le lehm de Lausen, le læss de Mùnchenstein, le site moustérien de Schalberg près d'Aesch, les graviers de

Schânzli près de Muttenz, le læss de Wenken

ou

Wenkenhoff, et plusieurs sites sur Ia commune même de Bâle;

- pollr

la région de Berne, la basse terrasse de Bannwil, les

<charbons feuilletés> d'Engelprâchtigen près de Gondiswill, les graviers de Huttwil, de Lyss, de Rapperswill et de Ricken

près de Murgenthal, la basse terrasse de

Roggwil (Oberaargau), la terrasse alluviale deWynau;

pour le canton de Fribourg, les graviers d'Autigny et de Fri- bourg-gare;

pour Ie canton de Soleure, les graviers de Gretzenbach,

l'abri

de Heidenstùbeli surWangen et trois sites à Olten;

-

enThurgovie, les graviers de Diessenhofen;

-

pour le canton deVaud, la gravière de Bioley-Orjulaz.

Par la suite, E. Gerber (1941, 1952) ajoutera les sites bernois de

Bremgarten, Herblingen (Kiesenthal),

Herzogenbuchsee, Langenthal, Muniberg, les gravières de Riken et de Rumen- dingen. Coelodonta antiquitatis sera reconnu aussi dans le gi- sement de Ryburg (Aargau) (Guérin (1980).

P Morel et E Schifferdecker signalent (1987, fig. 14) une première molaire supérieure provenant de la bâme de Courtemaîche dans le canton du Jura; cette jugale est remarquable du fait de la fer- meture de sa vallée linguale par la confluence du protocône et de l'h1pocône, qui lui donne une morphologie particttlière rare- ment observée dans cette espèce (Guérin 1980).

Enfin, en 1991, un crâne complet subadulte, daté de 14 000 ans BB a été découvert dans le lac de Neuchâtel, au large de Vau- marcus (Morel et Hug 1996).

68,38 48,00

Rappelons que Coelodonta antiquitatis est aussi très bien do-

cumenté

en France voisine,

notamment

dans les sites des grottes d'Arc et d'Echenoz-la--Méline près Salins, de

la

grotte du Dard àVoiteur, à la grotte d'Arlay, à T,a Balme d'Epy 1 (grotte) et 2 (rivière souterraine), à Bénonce, à l'abri de Ia Colombière à Neuville-sur-Ain, à I'abri Gay à Poncirl, à la Baume de Loisia à Gigny-sur-Suran, à Messia-les-Chilly, dans la grotte de la Roche à Baumes-les-Messieurs, et à Saint-Maur (Guérin 1980). Plus récemment, l'aven de Romain-la-Roche (canton de Rougemont, Doubs) a

liwé

de nombreux restes, parmi lesquels un squelette complet et deux autres crânes, datant

d'environ

150 000 ans (Paupe 1987, 1996).

La découverte des deux dents de rhinocéros lairteux de Noir Bois à Alle confirme le statut de cette espèce parmi les chefs de file de la faune du Pléistocène supérieur de la région, au même

ti- tre

que

le dernier

cheval sauvage d'Europe occidentale, le mammouth, le grand bison des steppes, le mégacéros, l'élan, I'ours des cavernes, la hyètre et Ie grand félin des cavernes' Grâce à elles, trous pouvons considérer que nous avons affairc dans ce gisement au désormais classique <Mammuthus - Coelodonta oberpleistozânen Faunenkomplexes> de R.D. Kahlke (1994), caractéristique de Ia steppe froide et sèche.

Fig.

63.

Bourgeons dentaires de molaires supérieures (M1 ou M2) G et D de Coelodonta antiquitatis (hinocéros laineux) (991/18540 et

1 B5s9).

(7)

8.2.3

Bibliographie Dubois A. et Stehlin H.G.

1933

La grotte de Cotencher, station moustérienne. Mém. soc.

paléont. suisse, Bâle, vol. Lll-l-lII,292p.

Forrer R.

t925 Les élephants, hippopotames et l'homme de I'Alsace qua- ternaire. Essai de géographie paléolithique régionale.

Decker, Colmar,20l p.

Gerber E.

1941 Ueber eiuel Hunrerus desWollhaarigen Nashorns aus der Niederterrasse von Roggwill. Ecloga e Geologicae Heluetiae 34,p.277-279.

1952 UeberReste des eiszeitlichenWollnashorns aus dem Dilu- vium des bernischen Mittellan des. Mitt. Naturf. Ges. Bern, NE Bd 9, p. 51-65.

Guérin C.

l9B0 Les rhinocéros (Mammalia, Perissodactyla) du Miocène terminal au Pléistocène supérieur en Europe occidentale.

Comparaison avec les espèces actuelles. Docum.Lab.Géol Lyon, n' 7 9, fasc. I -3, I lB5 p.

HeschelerK.

1917 Ueber einen Unterkiefer von Rhinoceros antiquitatis Blumembach aus dem Kanton Schalïhausen./a hrg. 62 der Vier teljahrscher Naturf. Ges. Zùrich, p. 319 -326.

Kahlke R.D.

1994 Die Enstehungs-, Entwicklungs- undVerbreitungsgeschichte des oberpleistozânnen Mammuthus-Coelodonta-Faunen-

komplexes in Eurasien (Grosssaûger). Abh. senckenberg.

naturforsch. Ges., Frankfurt a. Main, 546, p. l-164.

Leuthardt E

l9t6 Ueber fossile Huftierreste aus dem

Diluvium

der Umgebung Basel Tritigkeitsber Naturf. Ges. Baselland, 1911/16, p. 151,169.

Mayet L. et Pissot I.

1915

Abri-sous-roche préhistorique de La Colombière près Poncin (Ain).Ann.uniu.Lyon,sér. l, vol.39, p. l-103.

MerckK.

rB75-77 Der Hôhlenfund im Kesslerloch bei Thayngen (Kanton Schafflrausen). Mltt.Antiq. GeseII. Zùrich, Bd. 19, 42 p.

Morel P et Schifferdecker E

l9B7

La bâme de Courtemaîche. Etude archéologique et paléon- tologique. ârch éologie suisse I0/2, p. b3-60.

Morel P et Hug B.

1996

Découverte dfun crâne tardiglaciaire de rhinocéros laincux Coelodonta antiquitatis (Blumenbach 1799) dans le lac de Neuchâtel arr largedeVaumarcus (NE), paléontologie etcon- servation. Bull. Soc. neuchâteloise Sci. nat. lI9, p. l0I- I 10.

Paupe P

l9B7 Ilaven de Romain-la-Roche: abondance et diversité de la faune quaternaire franc-comto ise. BuII. Soc. hist. nat. pays de Montbéliard, p. I l5- 132.

1996 Laven de Romain-la-Roche: un site archéologique euro- péen. Bulletin de la Société d'EmulationMontbéliardtlg, p.23-96.

Figure

Updating...

Sujets connexes :