• Aucun résultat trouvé

La biodiversité au service des houblonniers : des aménagements parcellaires pour lutter contre les pucerons

N/A
N/A
Protected

Academic year: 2022

Partager "La biodiversité au service des houblonniers : des aménagements parcellaires pour lutter contre les pucerons"

Copied!
4
0
0
En savoir plus ( Page)

Texte intégral

(1)

Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles Siège administratif et technique : 265, rue Becquerel – B.P. 74 – 62750 Loos-en-Gohelle Tél : 03.21.08.62.90 – Fax : 03.21.08.64.95 - Courriel : fredon@fredon-npdc.com - www.fredon-npdc.com

Fiche technique 2012/22 La prise en compte et la valorisation de la biodiversité peuvent se traduire par l’aménagement de zones refuges

au sein et aux abords des houblonnières. Outre les aspects brise vent et diminution du phénomène d’érosion, les aménagements parcellaires de types haies, bandes fleuries ou bandes enherbées permettraient de favoriser l’installation précoce et le développement rapide des auxiliaires utiles à la lutte contre les pucerons. Afin de vérifier cette hypothèse dans le contexte des houblonnières, des recherches ont été entreprises de 2006 à 2012, par la FREDON Nord Pas-de-Calais. Ces recherches ont été menées dans le cadre du projet API’NORD

« Agriculture et Protection Intégrée pour le développement durable dans le Nord », financé par le Conseil Général du Nord et la FREDON Nord Pas-de-Calais. La COOPHOUNORD a apporté son soutien financier aux travaux entre 2006 et 2011.

Prise en compte des haies

La recherche sur les pratiques culturales permettant la lutte intégrée contre les pucerons a été initié en 2006 par un recensement de la faune présente au sein des haies de trois houblonnières et par un travail bibliographique important sur les espèces végétales susceptibles de favoriser ou non tel ou tel auxiliaire. Puis, de 2007 à 2008, l'évaluation de l'impact de différents types de haies sur les populations de ravageurs et auxiliaires présentes en houblonnières a été effectuée.

Matériel et méthode :

Trois houblonnières offrant des types de haies différentes ont été suivies pour y dénombrer les populations de ravageurs et auxiliaires.

Des relevés faunistiques (auxiliaires et pucerons) hebdomadaires ont été réalisés en juillet, août et septembre sur chaque arbre présent dans les haies à raison de 5 frappages et 5 observations sur pousses. Le même type d’observation a été réalisé dans les cultures à plus ou moins grande distance des haies :1er rang, 10 mètres, 25 mètres et 55 mètres.

Type de haie Composition

Haie diversifiée parallèle aulne glutineux, charme, lierre, murier (ronce), sureau noir, saule blanc, et quelques ombellifères.

Haie diversifiée perpendiculaire aulne glutineux, erable champêtre, hêtre, saule blanc sureau noir et quelques ombellifères.

Haie monospécifique parallèle saule blanc et quelques ombellifères

Toute reproduction même partielle est soumise à notre autorisation.

La biodiversité au service des houblonniers : des aménagements parcellaires pour lutter contre les pucerons

Karine Wateau, Pauline Dewaegeneire

Haie diversifiée parallèle Haie diversifiée perpendiculaire Haie monospécifique parallèle

Crédit photographique et prises de vue : FREDON Nord Pas-de-Calais (A. Coulon, M. Deguette, K. Wateau).

(2)

Figure 1 : Pourcentage moyen d’auxiliaires et autres insectes (hors pucerons) observés sur les différents types de haies (2007).

Figure 2 : Evolution de la population totale de pucerons sur chacune des houblonnières (2007).

0 50 100 150 200 250 300 350 400

5-juil. 12-juil. 19-juil. 26-juil. 2-août 9-août 16-août 23-août

parcelle présentant une haie diversifiée parallèle parcelle présentant une haie monospécifique parallèle parcelle présentant une haie diversifiée perpendiculaire moyenne

Résultats :

Suivi des relevés faunistiques

L’importance d’une diversification au sein des haies implantées à proximité des houblonnières a été confirmée. Ainsi, dans les haies diversifiées, la proportion d’auxiliaires est près de deux fois supérieures à celles présentes dans une haie monospécifique (Figure 1).

Suivi des populations de pucerons

Le suivi réalisé sur l’ensemble des sites durant les deux années d’études, nous a permis d’évaluer la dynamique de population du ravageur. Globalement, le puceron apparait début juillet, pullule jusqu’à atteindre un maximum fin-juillet-début août puis disparait progressivement (Figure 2).

Les observations ont également permis de constater une forte corrélation entre l’emplacement des haies (distance, implantation parallèle ou perpendiculaire aux rangs de houblon) et la proportion de pucerons dénombrés sur la culture. En effet, au moment du pic de population du ravageur, une haie diversifiée implantée parallèlement permet de réduire de 26 à 35 fois la quantité de pucerons présente dans la culture par rapport aux autres types de haies (figure 2).

Ainsi une haie diversifiée implantée parallèlement à la culture semble la plus à même de contribuer à la lutte contre les pucerons. Toutefois, si celle-ci est trop proche des premières treilles (distance entre les premiers rangs et la haie, inférieure à 2 mètres), il semble que ce soit l’inverse. Il est donc important de respecter une certaine distance entre la haie et les premières treilles de houblon (minimum 2 mètres).

Après 3 années de suivis sur le terrain et de recherches bibliographiques, plusieurs paramètres à prendre en compte lors du choix des essences à implanter dans une nouvelle haie, ont été identifiés :

- Eviter d’implanter des essences appartenant au genre Prunus car ils sont les hôtes primaires des Phorodon humuli.

- Privilégier une diversité d’espèces indigènes à la région. Celles-ci permettront d’attirer une faune plus riche.

- Privilégier l’implantation parallèle à la culture. Il est également important que la haie ne touche pas les premières treilles (minimum 2 mètres).

- Choisir des essences contribuant à subvenir aux besoins des auxiliaires. Il est donc recommandé d’alterner des espèces à floraison précoce, tardive intermédiaire ou à floraison longue. Laisser les arbres et arbustes en port libre pour favoriser la floraison.

- Ne pas négliger l’aspect « brise vent ». La haie doit donc être implantée, de préférence, perpendiculairement aux vents dominants. De plus, l’effet coupe vent étant proportionnel à la hauteur de la haie, il est important de retrouver des arbres de haut jet dans la haie. Des espèces dites « de bourrages » pourront être ajoutées pour densifier la haie à certains endroits. Pour qu’une haie soit efficace, elle doit être légèrement imperméable car une haie trop compacte entraine un effet

« tourbillon » qui peut causer des dégâts important sur la culture. Il est donc indispensable d’alterner des essences d’arbres de haut jet et de bourrages.

(3)

Plusieurs essences semblent correspondre aux différents critères ci dessus (figure 3).

Aulne glutineux

(Coccinelles, syrphes, chrysopes, hyménoptères parasitoïdes, anthocorides, mirides, phytoséiides)

Jan. Fév. Mars Avril Mai Juin Juil. Août Sept. Oct.

Tilleul

(Coccinelles, chrysopes, hyménoptères parasitoïdes, anthocorides, mirides,

phytoséiides)

Noisetier

(Coccinelles, cantharides, syrphes, chrysopes, hyménoptères parasitoïdes,

anthocorides, mirides, phytoséiides)

Lierre

(Coccinelles, syrphes, chrysopes, hémérobes, punaises prédatrices,

araignées)

Viorne obier

(Coccinelles, syrphes, hyménoptères parasitoïdes, anthocorides,

phytoséiides)

Sureau noir

(Coccinelles, syrphes, chrysopes, hyménoptères parasitoïdes, anthocorides, araignées, phytoséiides)

Charmes

(Coccinelles, syrphes, chrysopes, hyménoptères parasitoïdes, anthocorides, mirides, phyyoséiides)

Erable Champêtre

(Coccinelles, cantharides, staphylins, chrysopes, hyménoptères parasitoïdes,

mirides, physoséiides)

Cornouiller sanguin

(Coccinelles, syrphes, chrysopes, hyménoptères parasitoïdes, mirides,

araignées, phytoséiides)

Arbres et arbustes : leur période de floraison et les principaux auxiliaires retrouvés Etude de l’impact des bandes fleuries et de la flore spontanée

Une recherche bibliographique menée en 2009 a permis d’identifier le type de bandes fleuries à implanter pour cibler les auxiliaires potentiels du puceron du houblon. De 2010 à 2011, quatre mélanges fleuris différents, composés de plusieurs espèces florales annuelles, bisannuelles et vivaces ont été choisis et mis en place afin d’évaluer leur impact sur le développement des populations de pucerons. Ces quatre mélanges répondent aux critères suivants : pérennité des espèces suffisantes, attractivité importante des auxiliaires, taux de recouvrement suffisant, entretien réduit et coût abordable.

En 2012, l’étude s’est poursuivie par l’évaluation de l’impact de la flore spontanée sur le développement des populations de puceron du houblon.

Matériel et méthode :

Compositions des 4 mélanges fleuris choisis ainsi que de la bande enherbée (figure 4) :

2010 2011 2012

« Verger Intégré » ECOSEM : Bleuet, nielle des blés, coquelicot, centaurée

des près, carotte sauvage,vipérine commune,marguerite, mauve musquée, chicorée sauvage, compagnon blanc, silène commun, brunelle commune, chrysanthème des moissons, liondent à poils rudes et

achillée millefeuille.

« Prairie fleurie » ECOSEM : Fétuque rouge, agrostide commune,, paturin des près, lotier corniculé, achillée millefeuille, carotte sauvage, millepertuis, knautie des champs, marguerite, centaurée des près, mauve musquée, marjolaine sauvage, brunelle commune, géranium des pyrénées, compagnon blanc, coquelicot, bleuet, chrysanthème des

moissons et nielle des blés.

Flore spontanée : Galinsoga, pâturin commun, camomille matricaire, mercuriale, capselle bourse à pasteur, oseille, ortie, chrysanthème des moissons, stellaire, véronique de perse, renouée persicaire, séneçon commun, lamier et chénopode

blanc.

« Festival Champêtre » PHYTOSEM : Achillée millefeuille, cota des teinturiers, anthyllis, souci officinal, bleuet, chysanthème

des moissons, eschscholzia de Californie , marguerite, lin cultivé, lin vivace bleu, lin rouge, lupin pérenne, lotier corniculé, mauve

musquée, myosotis des Alpes, coquelicot, sainfoin cultivé, saponaire de Montpellier et

trèfle incarnat.

« Couleur » PHYTOSEM : Achillée millefeuille, adonis d’été, alysse maritime, anthémis des teinturiers, muflier, anthyllis, pâquerette, souci officinal, bleuet, céraiste tomenteux, giroflée violet, chysanthème

des moissons, œillet, gaillet jaune, millepertuis, pois de senteur, marguerite, lin vivace bleu, lin rouge, lupin sauvage, mauve musquée, nigelle, coquelicot, bouton d’or, sauge des près et

saponaire de Montpellier.

/

Figure 3 : Périodes de floraison des arbres et arbustes et attractivités envers les auxiliaires

Figure 4 : Composition des mélanges fleuris et bandes enherbées testées

(4)

Références bibliographiques sur demande

Fiche réalisée dans le cadre du programme API'Nord 2 "Agriculture et Protection Intégrée pour le développement durable dans le Nord" financé par le Conseil Général du Nord

et avec le soutien financier de la COOPHOUNORD.

Réalisation FREDON Nord Pas-de-Calais

COOPHOU NORD

0 100 200 300 400 500 600 700 800 900

"Verger intégré" "Festival champêtre"

"Prairie fleurie" "Couleur" Flore spontanée

2010 2011 2012

Nombre cumu d'individus

Thysanoptères (aeolothrips...)

Dermaptères (forficules)

Hetéroptères (anthocoris, orius, mirides...)

Arachnides

Diptères (syrphes, tachinaires...)

Hyménoptères (bracons, chalcidiens, ichneumons...)

Coléoptères (coccinelles...)

Névroptères (Chrysopes, hémerobes...)

La superficie de chacune des bandes est de 30m² (1m x 30m). Des relevés faunistiques sont réalisés tous les 10 jours dans les aménagements de juillet à la récolte grâce à un D-Vac (aspirateur à insectes). Les espèces capturées sont ensuite identifiées et quantifiées au laboratoire.

Parallèlement des notations sur la culture sont effectuées aux mêmes dates, à quatre distances des aménagements, à raison de 20 feuilles observées par distance et par étage foliaire (bas : 1m50, milieu : 3m, haut : 6m) : 1er rang le plus proche des bandes fleuries, à 10m, à 25m et à 55m. En ce qui concerne le témoin, les mêmes notations sont effectuées aux quatre mêmes distances d’un point dépourvu de bandes fleuries.

Résultats :

Suivi des relevés faunistiques :

Malgré des conditions météorologiques assez difficiles et une infestation importante des adventices (80% de recouvrement) dans les bandes fleuries, une grande diversité d’espèces d’auxiliaires a été mise en évidence (figure 5) de 2010 à 2012.

Les relevés faunistiques des différents aménagements présentent des similitudes du point de vue de la diversité d’espèces capturées (Figure 5). Les coléoptères (coccinelles), les hyménoptères (bracons, chalcidiens, ichneumons), les hétéroptères (anthrocoris, orius, mirides), les diptères (syrphes, tachinaires) ainsi que les arachnides sont communs aux différents aménagements (bandes fleuries et bandes enherbées). Les névroptères (chrysopes, hémérobes), sont eux retrouvés plus spécifiquement dans les bandes fleuries (2010 et 2011).

Quantitativement, les observations réalisées au cours des trois années montrent que la présence des auxiliaires est très dépendante de la nature des aménagements et des conditions météorologiques. Ainsi, en conditions favorables, les bandes fleuries ont tendance à attirer davantage d’auxiliaires que la flore spontanée et surtout à favoriser des types d’auxiliaires peu présents sur cette dernière (hétéroptères, coléoptères). Des distinctions apparaissent toutefois entre les types de bandes fleuries testées, rappelant la nécessité de bien choisir les espèces florales avant leur implantation (période et durée de floraison, adaptabilité au climat et au sol du site d’implantation, pérennité, …). Lors d’années présentant des conditions climatiques défavorables au développement des bandes fleuries (2010 et 2012), un intérêt peut-être trouvé dans la prise en compte de la flore spontanée. En effet, dans ces conditions, celle-ci peut abriter autant d’auxiliaires (notamment d’hyménoptères) que des bandes fleuries se développant peu.

Suivi des populations de puceron :

Parallèlement aux relevés faunistiques, des observations sur les populations de ravageurs ont été réalisées sur la culture de houblon durant les trois années d’études. Cependant, le développement des pucerons a été très aléatoire, ne nous permettant pas de distinguer de gradient entre les différentes zones de prélèvements. Aucun impact direct des bandes fleuries sur les populations de ravageurs n’a donc pu être mis en évidence.

Conclusion

Les aménagements parcellaires (haies, bande fleurie et bande enherbée) ont confirmé leur pouvoir

« d’attraction vis à vis des auxiliaires ». De surcroit, les haies ont montré un réel effet limitant sur les populations de Phorodon humuli présents en culture de houblon.

Figure 5 : Auxiliaires utiles retrouvés lors de 4 prélèvements (2 minutes ) selon les mélanges

Références

Documents relatifs

Cependant lorsque ces effectifs sont rapportés à des densités pour 100m² de maïs, on constate que les patchs concentrent significativement plus de mouches que les bandes.. Le

La majorité des aspects de la littératie statistiques sont donc évoqués dans les plans d’étude, mais aucun élève ne suit tous les cours nécessaires pour développer

Dans cette classe, l’appui est mené sous forme intégrée : les élèves en difficulté ne sont pas sortis de la classe pour être suivis par l’enseignante spécialisée. Cela ne

La technique retenue pour la détermination de FB1 dans le plasma, le foie et le muscle de canetons sera HPLC, dérivatisation OPA et détection fluorométrique.. La méthode sera

Quelles sont les réelles potentialités d’installation d’espèces adventices annuelles dans les bandes enherbées ?.. Vingtième une Conférence du COLUMA, Journées Internationales

Les bandes fleuries hébergent une entomofaune plus importante que l’enherbement spontané du chemin : en moyenne, 152 individus ont été échantillonnés par aspiration

De même, dans la vallée de l’Oise, les fouilles montrent que durant le haut Moyen Âge, les chemins et voies antiques entretenues sont encore utilisés.. Cette transmission des

Une approche expérimentale sur l’allongement des rotations et l’implantation de bandes enherbées en grandes cultures pour maximiser les services rendus par la biodiversité

A travers de toutes les comparaisons en début de l’été entre parcelles aménagées et témoin broyé, les effectifs de préda- teurs (=somme totale de différents groupes de

Les gîtes à insectes attireront donc principalement les abeilles caulicoles (nichant dans des tiges creuses), les abeilles rubicoles (nichant dans des tiges à

développement du langage, la prise en charge de l’OSM chronique doit tenir compte des séquelles potentielles et doit comporter une approche thérapeutique qui englobe les

Cette étude a montré que l’intérêt économique des haies pour l’entreprise agricole est mitigé, même si les couts d’implantation et d’entretien sont défrayés par le

En situation radiative (ciel clair, vent inférieur à 3 m/s), lorsque la haie brise-vent ne bloque pas les écoulements nocturnes, le secteur le plus froid correspond au milieu de

Our goal was to determine the impact of established sown grass strips on the structure of the plant communities (species richness, abundance, and diversity) of adjacent

Les aménagements fonciers: trois voies d’influence sur les dynamiques des haies et de leurs services Sous-titre de la page (facultatif). sur les dynamiques des haies et de

BRISE-VENT ET BANDES DE VÉGÉTATION ANTI-ÉROSION ÉOLIENNE Combien d’acres de champs sont protégées par des brise-vent ou des bandes de végétation anti-érosion éolienne (p. ex.,

Pour que la bande fleurie soit efficace il faut une multiplication des auxiliaires avant l’arrivée du ravageur : idéalement présence de coccinelles dans la bande fleurie un mois

Specifically, we address: (1) the extent to which flower strips and hedgerows enhance pollination and pest con- trol services in adjacent crops; (2) how service provisioning

Trois stratégies sont décrites dans les fiches suivantes : Sachant que nous en sommes aux prémices des connaissances sur la biodiversité, le GEPACO “Aménagements paysagers

Les bandes fleuries sont alors apparues comme une excellente opportunité pour occuper rapidement le sol, lutter contre l’éro- sion et le ruissellement, embellir le paysage et

Ainsi un mélange pluriannuel composé d’espèces de fleurs pré- conisées par la CA 69 (phacélie, achillée millefeuille, bourrache, vipérine…) et d’autres espèces favorables

Ensuite, puisqu’il y a peu de résultats dans la littérature concernant l’évolution dans le temps des troubles anxieux et qu’il n’est pas mentionné si ce sont les

Pour ce faire, il faut rapprocher l’histoire (science humaine), en tant que science des vivants attachée au passé et non plus seulement science de l’homme attachée au