• Aucun résultat trouvé

Exercice 37

N/A
N/A
Protected

Academic year: 2022

Partager "Exercice 37"

Copied!
5
0
0

Texte intégral

(1)

Correctif exercice 37

Exercice 37

:  Témoignage de Jean-Jacques Greneron, ex-scientologue J'avais besoin de travailler. J'ai trouvé, dans le journal, une annonce : "Aider les autres, ça vous intéresse ?" Je me suis présenté. J'ai fait un test de personnalité.

J'étais apparemment trop nerveux. J'avais besoin de gens qui m'écoutent. Ils étaient accueillants : ils vous serrent la main, vous sourient, vous écoutent. Dans une grande ville, on ne rencontre pas cela souvent. J'avais vingt-huit ans. Par la suite, j'ai mis des prospectus dans les boîtes à lettres. Puis j'ai vu des gens dépenser des sommes astronomiques, donner la moitié de leur salaire, vendre leur voiture, divorcer, vendre leur commerce.

J'ai commencé à me poser des questions. Comme j'étais trop nerveux, on m'a dit de faire de l'audition dianétique. J'ai donc fait trois "intensives". On répète un mot, une image, une couleur, une odeur. On vous fait répéter des choses difficiles à vivre, vos souvenirs, la perte d'un parent... On déterre. Je suis remonté jusqu'à ma naissance. D'autres, jusqu'à leur vie antérieure ! 25 heures en trois jours.

Jusqu'à devenir inconscient, tant on est fatigué, jusqu'à n'être plus dans son état normal. Je suis tombé dans l'irréalité. Ils vous donnent d'autres bases : ils ont la vérité, ils vous la font partager.

Finalement, c'est leur vérité, ce n'est pas la vôtre. C'est une réalité qui n'existe pas. Ils vous font miroiter n'importe quoi : j'ai signé un contrat d'un milliard d'années ! Et je ne crois pas à la réincarnation. Il faut être un peu bargeot. Je n'avais plus conscience de la réalité.

Je suis parti à Copenhague aux frais des Assedic parce qu'ils m'ont promis un emploi. Mais là-bas... Travailler quinze heures par jour pour mille francs par mois, ce n'est pas supportable. L'armée ne m'a jamais plu. La Scientologie est fermée, cloisonnée comme l'armée. Et ça je le refusais. Ici tout paraît gentil, mais à Copenhague, c'est une armée.

Xavier Delamare, quand je l'ai vu pour la première fois, était habillé en sous- officier de marine. Cela n'a rien à voir avec une religion. Quand vous allez prier dans une église, on ne vous demande pas d'argent. Si vous voulez, vous achetez cinq francs un cierge... Là, pour être meilleur, il faut dépenser des milliers de francs. Ils m'ont demandé de vendre ma moto. Ils auraient pu demander n'importe quoi mais pas ça. Pas ma moto ! C'est ce qui m'a fait revenir sur terre.

Alors, j'ai fait croire que je retournais à Marseille, que je vendrais tout et que je reviendrais. Puisqu'ils mentent tout le temps, je mentais aussi.

La séparation a été très difficile à assumer. J'ai vécu cela comme on vit un manque, une dépendance. Mais j'ai fini par porter plainte et ils m'ont rappelé, ils ont essayé de faire pression. Sous l'emprise de la peur, j'ai signé une décharge.

Ils menaçaient de révéler à mon employeur que j'avais volé, quand j'étais adolescent, un vélo et une mobylette.

10

9 8

11

1 3

10 9

4 et 6

12 8

5

(2)

Je suis venu au procès mais j'avais encore peur. Et, en même temps, envie de leur rendre la monnaie de leur pièce. C'était ma peur à dominer, ma vie de victime à affirmer. Aujourd'hui je suis content. J'ai réussi à me retourner, à regarder l'avocat, à lui dire que s'il voulait, je pouvais lui donner le vélo et que s'il en trouvait le propriétaire, je rendrais la mob ! Je n'ai plus peur.

Vendredi, je vais passer des tests pour un emploi. J'ai tourné le dos au passé.

DEVOIR A FAIRE POUR LE LUNDI 25 mai 20

Recherche dans ce témoignage (exercice 38) les critères de nocivité. Tu as le texte aux pages 121-124 de ton syllabus.

Tu dois bien indiquer les numéros ! Un exemple du numéro 1, par exemple, est suffisant. Tu ne dois pas chercher tous les numéros 1. Ce qui est important c’est la diversité des numéros et donc des critères.

Tu peux faire l’exercice à partir du texte ci-dessous ou bien tu le fais dans ton syllabus et tu m’envoies des photos.

Exercice 38 :

 Ma vie chez les Témoins de Jéhovah

J'ai grandi dans l'organisation des Témoins de Jéhovah. Avec tout ce que cela implique pour une enfant. Etre différente, être moins que tout, je ne participais ni à la vie scolaire, aux anniversaires, à Noël, Halloween, la fête des mères... Ma lecture était principalement issue de cette "société", et mes fréquentations se limitaient au cercle des témoins de Jéhovah, les relations avec les personnes du

"monde" extérieur étant vivement déconseillées car elles pouvaient influencer notre saine façon de vivre et nos principes.

Dans notre foyer, malgré ce contexte, l'amour était présent. L'amour de mes parents, sourds et muets, leurs cœurs savaient écouter et parler ; d'un grand frère, actuellement encore témoin de Jéhovah, et d'une petite sœur.

A 16 ans, je me suis fait baptiser, c'est à dire que j'ai voué mon âme à Dieu.

Pleine de bonnes résolutions, j'assistais aux cinq réunions hebdomadaires et j'allais de porte en porte pour annoncer la venue de Dieu, même si cette activité me rendait malade: déranger les gens chez eux, parler à des inconnus, c'était terrible pour une adolescente plutôt introvertie, mais "- Dieu est satisfait de te voir agir ainsi" : disaient les "anciens" (= responsables des congrégations locales), alors tout allait bien. Je n'ai pas continué mes études, pour diverses raisons, mais à l'époque, l'organisation conseillait des études moins longues afin de consacrer sa vie à servir Dieu, par la suite, constatant une baisse au niveau intellectuel et professionnel de ses ouailles (il faut avoir un bon job pour lui apporter de jolis dons financiers...), elle encouragea un cursus scolaire plus

(3)

important. Les membres de cette organisation se côtoient régulièrement, il s'y installe un climat de confiance, ils se sentent en sécurité, entre eux ils s'appellent

"frères et sœurs".

Je me suis mariée à 18 ans, avec un témoin de Jéhovah car telle est la règle. Pour mes 19 ans, j'eus la plus jolie des petites filles...

Les premiers doutes sur l'organisation des Témoins de Jéhovah

Et puis, s'installe le train-train quotidien : travailler toute la journée, le soir enfiler une jupe (longue jusqu'aux mollets et pas trop moulante : c'est fortement conseillé...), faire la popote et manger si possible avant de partir pour les deux heures de réunion, tenter de rentrer avant 22 heures pour ne pas coucher notre fille trop tard.

Dans ce milieu confiné, à force de voir nos semblables, de manière répétitive, on ne finit par voir que leurs défauts, donc les mauvaises langues vont bon train. "Tu as vu Frère "truc", il arrive tout le temps en retard aux réunions", "...et sœur

"machin" la jupe qu'elle porte non mais, quelle honte !, son maquillage ? il me donne envie de voir un film en noir et blanc...", " Frère " truc" il a pas une p'tite tendance à l'alcool ?..." Des remarques parfois beaucoup plus blessantes, qui touchent l'intégrité des personnes, et comme tout se sait, les intéressés ont parfois du mal à s'en remettre.

Je commence donc à me poser certaines questions sur la sincérité de l'amour des

"frères et sœurs", tout est si pré-pensé, conditionné. Et puis, pourquoi une pensée unique, consumériste qui s'avère infantilisante et culpabilisante ? D'un autre côté, je me dis aussi, que ces frères et sœurs sont ma famille, c'est dans cette bulle que j'ai grandie, je m'y sens bien, en sécurité. Et dans le "monde", on voit tant d'atrocités...

Ce qui a tout fait basculer...

Un après midi, je passe prendre le thé chez ma mère. On sonne à la porte, une amie, témoins de Jéhovah bien sûr, mais "refroidie", c'est à dire qu'elle ne fréquente plus les réunions: elle souhaite parler à ma mère. Ma présence ne la gêne visiblement pas, elle se confie. Avec émotion, elle raconte à ma mère, que son fils âgé de 20 ans, vient de lui avouer qu'il avait, avec d'autres jeunes garçons (entre 6 et 10 ans environ à l'époque), subit des attouchements de la part d'un autre témoin de Jéhovah. Cette amie, sourde et muette, me demande donc de contacter un "ancien", afin qu'ils puissent avoir ensemble une discussion sérieuse. Quelques jours plus tard, un "ancien" me téléphone pour me dire que cette délicate situation est prise en main par leur comité des "anciens" et qu'il compte sur notre discrétion.

Quelques semaines, plus tard je rencontre l'agresseur dans une grande réunion semestrielle de témoins de Jéhovah. Il me demande, tout sourire, des nouvelles de ma petite fille. Je suis atterrée. Mon mari et moi invitons les "anciens" à la maison pour obtenir des éclaircissements, nous apprenons donc que le comité des "anciens" l'a démis de ses fonctions dans l'organisation et que la victime n'a

(4)

pas porté plainte. Nous les questionnons. Ils nous répondent que l'agresseur s'étant repenti sincèrement de son acte, il appartient à la victime de décider si elle veut ou non engager des poursuites judiciaires, mais ils estiment de pas à avoir dénoncer qui que ce soit.

Chacun sait que la pédophilie est un comportement plus que pathologique, elle est sévèrement punie par la Loi, cet agresseur a toute l'impunité de recommencer son acte. La victime, elle, est laissée seule avec sa conscience, peut-elle réellement se reconstruire ? Là tout bascule.

Moi-même, ayant vécu la même expérience dans mon enfance, je ne peux ignorer ce comportement inhumain. Non, finalement, on n'est pas si sécurisé dans cette bulle, finalement, l'amour dans ce groupement n'est que superficiel voire inexistant. Alors que les "anciens' encouragent la délation entre témoins de Jéhovah, au cas où l'un d'entre eux serait pris en train de fumer ou de sortir en discothèque, ou toutes autres actions allant à l'encontre de leurs principes. Mais comment traitent-ils les "frères" qui battent leurs femmes, maltraitent leurs enfants, les violeurs, les escrocs, les pédophiles...? Le comité de ces "anciens"

punit les "petites infractions" des uns, mais laissent les cas graves des autres qui les dépassent complètement, qu'ils règlent à leur manière, se substituant à la Justice, de façon à ne pas ternir la réputation de l'organisation.

Mon retrait de l'organisation des Témoins de Jéhovah

Pendant trois ans, je ne fréquente plus les réunions et ne rencontre qu'occasionnellement les témoins de Jéhovah.

Lorsque j'apprends qu'une deuxième petite fille viendra agrandir notre petite famille, c'est le déclic : je veux que tout soit clair. J'ai voulu être honnête d'abord avec moi-même, avec ma famille, mes parents et mon frère afin de leur ôter tout éventuel espoir de mon retour dans l'organisation.

Le traitement infligé aux témoins de Jéhovah qui quittent l'organisation est clair : pas de contact ! Je m'estime heureuse donc, de continuer à voir mes parents régulièrement, ils s'occupent souvent et très bien de leurs petits-enfants, nous avons gardé de bonnes relations même si parfois nous avons eu quelques désaccords.

"...Tu seras toujours mon frère, je t'aime très fort, rien ne changera..." à ces quelques mots, pour annoncer mon retrait officiel, je n'ai eu aucun retour, pas de

"moi aussi p'tite sœur..." pas d'émotion, rien. Depuis plus d'un an, nous n'avons fait aucune sortie ensemble alors que nous étions très proches, juste quelques repas familiaux (là aussi j'ai de la chance...).

La croyance en l'organisation étant si engagée, à la question que je me pose parfois, mais à laquelle je n'ose essayer de répondre : "que choisirait maman":

son enfant ou ses convictions?

En dehors de la famille, les témoins de Jéhovah, ne doivent pas adresser la parole à des gens comme moi, des exclus, comme ils disent. Alors, souvent certains que je rencontre dans la rue sautent dans un buisson, changent de trottoir, feignent

(5)

de ne pas me voir. Il est arrivé, que quelques-uns uns viennent gentiment me saluer, ceux-là sont des apostats au regard des autres.

Il faut rappeler que j'ai grandi avec ces personnes-là, que ces relations m'étaient très proches et uniques. Lorsqu'on se retrouve seule, sans relation, c'est dur à vivre, c'est une mise à mort sociale. L'organisation compte sur cet éloignement, cette privation de fréquentations, pour que la "brebis" perdue revienne vers le troupeau.

Et après...

Nous nous reconstruisons une vie sociale, nous revivons, malgré quelques réflexes conditionnés, le temps aidera.

J'ai bientôt 28 ans, j'ai fêté Noël pour de vrai en 2002, c'était magique, je croyais presque au Père Noël tellement mes yeux brillaient. Je n'ai que quelques vrais anniversaires à mon actif, et j'ai récemment savouré la fête des mères. Mes filles n'auront pas mon enfance, la leur sera peut-être plus heureuse, plus sincère, je l'espère, c'est le pari de ma vie.

A présent, je crois en mon couple, mes enfants, ce qui fait que je crois aussi un peu en moi, cela me suffit amplement.

Que mes parents et mon frère restent témoins de Jéhovah, s'ils estiment être heureux (si leur perception du bonheur est juste...) là où ils sont.

Que ce témoignage, qui a été pour moi un exutoire, puisse servir à d'autres personnes qui s'interrogent sur les témoins de Jéhovah, qu'ils sachent l'impact ce cette organisation et s'en méfient. Merci à ma petite sœur, libre elle aussi, d'être là pour moi.

Merci à mes enfants d'étinceler ma vie.

Merci au témoin de Jéhovah que j'ai épousé, il y a dix ans, de s'être transformé en prince charmant.

Merci de m'avoir lue jusqu'au bout. sandy.nk@free.fr , Ma vie chez les Témoins de Jéhovah - http://sandy.nk.free.fr

Références

Documents relatifs

» Je ne suis pas la police de l’action de grâce, je ne suis pas là pour taper sur les doigts de tout le monde, mais j’aimerais que nous puissions passer de la reconnaissance pour

Nous verrons que l’éducation inclusive est, de ce point de vue, à la fois une ambition d’éducation globale, mondiale, porteuse d’idéaux universalistes, ancrée dans

Au‑delà de votre relation de conjoints, vous êtes maintenant aussi dans une relation de parents, ensemble : c’est ce qu’on appelle la coparentalité.. Dans cette relation

Une conséquence est l’absentéisme scolaire lorsqu’il y a un élève de l’école élémentaire et un élève du collège dans la même famille (le collège ne pratique pas la

Documentations et informations sur la maladie, son impact psychique, la photoprotection, la contraception, les traitements et sur le programme d’éducation thérapeutique par des

*L’infl ammation est un processus biologique commun à de nombreuses pathologies (liste non exhaustive) : les maladies autoimmunes ou autoinfl ammatoires (ex : diabète, lupus,

S’il s’avère, par exemple, que la localisation géographique du domicile de certains travailleurs (donnée qui figure dans le diagnostic) leur per- met de covoiturer, une

S’il s’avère, par exemple, que la localisation géographique du domicile de certains travailleurs (donnée qui figure dans le diagnostic) leur per- met de covoiturer, une