Les prix des viandes blanches s envolent

Texte intégral

(1)

In medio stat virtus

Q u o t i d i e n n a t i o n a l

n

J e u d i 2 8 j a n v i e r 2 0 2 1

n

7

e m e

a n n é e n ° 5 5 0

n

P r i x 2 0 D A

n

É t r a n g e r 1 e u r o

In medio stat virtus

SÉCURITÉ ÉNERGÉTIQUE

L’Algérie, un «partenaire

important»

pour l’UE

Page 7

ILS CONNAÎTRONT UNE HAUSSE DE 30% AU 1 ER TRIMESTRE SELON LES PRÉVISIONS

Les prix des viandes blanches s’envolent

In medio stat virtus www.cresus.dz

Alors que l’Onab compte mettre 60 000 tonnes de poulet sur le marché pour faire face à une éventuelle flambée de son prix au mois de ramadhan, un autre organisme étatique, l’ITELV, prévoit une hausse pouvant atteindre

les 30%. Dans cette « guerre des chiffres », c’est le consommateur qui en pâtit. Page 3

TENSIONS POLITIQUES EN TUNISIE

Des centaines de personnes manifestent

près du Parlement

Page 9

SA CANDIDATURE EST REJETÉE PAR LA FIFA

Coup dur pour Zetchi P. 14

ILS DEMANDENT LA SUPPRESSION DE LA RÈGLE DES 4%

DES SUFFRAGES

Les nouveaux partis montent

au créneau

Page 2

FAIBLE DÉBIT D’INTERNET ET INSUFFISANCE DE LIQUIDITÉS

Les députés interpellent

Boumzar

Page 5

(2)

Quotidien national, édité par la sARl CELIGNE Éd. & Com.

DIRECTEUR DE PUbLICATION sAmiR meHAllA

celigned@gmail.com redaction@cresus.dz tel : 021 65 51 98 REDACTEUR EN CHEF sAid meKlA

Rédaction/Administration mAison de lA PResse tAHAR dJAout 1, Rue BACHiR AttAR 1er mAi - AlgeR

Marketing : 0770 150719 dp@cresus.dz

Site: www.cresus.dz R. C. : 15B 0808682- 09/00 Impression : ePe/sPA simPRAl 20 rue de la liberté Alger Tirage :

4000 exemplaires

Publicité :

AneP 01, rue pasteur, Alger Tél. : 021 73 76 78

021 73 71 28 021 73 30 43 Fax. :021 73 95 59

ACTUALITÉ

CRÉSUS #550 DU JEUDI 28 JANVIER 2021

4 2

ils demAndent lA suPPRession de lA Règle des 4% des suffRAges

Les nouveaux partis montent au créneau

L

es partis naissants ou plutôt « petits » tels qu’ils sont définis dans le jargon politique, s’unis- sent et font front contre ces dis- positions dont ils demandent la suppres- sion. Réunis hier lors d’une rencontre consultative au siège du front du militan- tisme national (fmn), 11 partis politiques ont dénoncé un projet de loi qui consacre

« l’exclusion » et qui viole un des principes fondamentaux de la Constitution qu’est l’égalité de tous en devoirs et droits devant la loi. les chefs des partis réunis « ont regretté » dans un document final, que la mouture du projet de loi électorale, pro- posée au débat et aux propositions, « ait consacré la même démarche d’exclusion politique qui a déjà confisqué la volonté populaire ». le projet, reprend, dénon- cent-ils, l’ancienne version de la loi orga- nique dans sa disposition portant exigen- ce de parrainages populaires comme préa- lables à la participation

aux élections, faite à certaines forma- tions politiques sans d’autres et sur la base de 4% des suffrages exprimés lors des échéances électorales passées ». des élections législatives et sénatoriales (2017, ndlR), « truquées et ayant confis- qué la volonté populaire, comme en témoigne l’opinion publique et entachées de fraude et d’intrusion de l’argent sale », rappellent les signataires dont le fmn, le front démocratique libre, le front de l’es- pérance nationale, le mouvement de l’en- tente nationale et le mouvement infitah, entre autres. Partant de ces constats, les initiateurs de cette rencontre ont appelé

le président de la République, Abdelmad- jid tebboune, à « honorer ses engage- ments en élaborant une loi qui concorde avec la volonté populaire ». Ce qui devait être consacré notamment par « l’applica- tion d’un principe constitutionnel portant égalité des acteurs politiques en droits et en devoirs, en supprimant la règle des 4%

consacrée dans les articles 176 et 200 du projet ». une règle qui, disent-ils, « consacre la culture de l’exclusion politique

». Comme deuxième proposition, les nou- veaux partis appellent à « la suppression » de la règle de parité entre hommes et femmes pour libérer l’initiative person-

nelle de la femme dans la pratique poli- tique, partant de sa propre volonté, tout en maintenant « le soutien financier pour les besoins de sa campagne électorale ».

les signataires proposent enfin de « rele- ver à 40 ans », l’âge des jeunes qui consti- tuent le tiers dans la liste électorale, et le financement de leur campagne électorale

« à 100% ». les partis réunis hier ont rap- pelé à ce propos « l’engagement » du Pré- sident tebboune lors de sa campagne élec- torale et lors de la prestation de serment « à introduire des réformes politiques pro- fondes », à commencer par la révision de la Constitution, puis de la loi électorale,

avant l’organisations d’élections antici- pées, « sur la base d’égalité et de transpa- rence de tous les acteurs devant la loi et sur la base de la moralisation de l’action politique et la lutte contre toute forme de corruption». le projet de la nouvelle loi électorale dispose en effet qu’une liste électorale doit recueillir le parrainage d’un parti politique qui a au moins 10 élus dans la wilaya concernée, ou ayant obtenu plus de 4% des suffrages exprimés lors des précédentes élections (au niveau de la circonscription). À défaut, le parti doit chercher les signatures des citoyens.

A.M.

le ministre des Affaires étran- gères, sabri Boukadoum, a souligné mardi soir la nécessité pour les pays africains de "préserver leur unité" et leur cohésion" et de parler d'une

"même voix" afin d'obtenir deux sièges permanents au Conseil de sécurité des nations unies. "nous devons préserver notre unité et notre cohésion et parler d'une seule et même voix (en formant un bloc) autour d'une même position africai- ne", a indiqué le chef de la diploma- tie algérienne intervenant au cours de la réunion ministérielle de la Commission de l'union africaine en charge du dossier de la réforme du Conseil de sécurité de l'onu. "notre groupe est le plus grand bloc électo- ral, représente 28% de l'Assemblée générale des nations unies et si nous restons unis et résolus, nous serons certainement capables d'atteindre notre objectif et de corriger l'injusti- ce de longue date que l'Afrique continue à subir", a-t-il soutenu.

C'est "en accordant (à l'Afrique) deux sièges permanents et en aug- mentant sa représentation dans la catégorie des sièges non perma-

nents", que cette injustice sera levée, assure le ministre qui a mis l'accent sur la "nécessité de réfor- mer les méthodes de travail du Conseil (de sécurité) ". lundi, le représentant permanent de l’Algérie à l'onu, l'ambassadeur sofiane mimouni, a indiqué que la réforme des nations unies ne peut être com- plète qu'avec une "augmentation de la taille et de la composante" du Conseil de sécurité de manière à refléter les "réalités géopolitiques actuelles". "nous partageons l'avis selon lequel toute réforme de l'onu ne sera complète sans une augmen- tation de la taille et de la composan-

te du Conseil de sécurité de manière à refléter les réalités géopolitiques actuelles", a déclaré le représentant de l'Algérie au cours de la première réunion informelle sur la réforme du Conseil de sécurité. une telle réfor- me devrait rendre le Conseil de sécurité plus "représentatif, efficace et transparent", tout en légitimant et renforçant ses capacités de contri- bution au maintien de la paix et de la sécurité internationales, a relevé le diplomate. A ce titre, l'ambassadeur a estimé que les revendications de l'Afrique concernant l'attribution de sièges permanents au continent étaient " légitimes" et que le soutien croissant d'un grand nombre d'etats membres à la position commune africaine, était une preuve concluan- te de la nécessité de réparer l'injus- tice historique qui affecte le conti- nent africain. en février de l'année passée, l'Algérie avait appelé, à new York, à réparer l’injustice historique que l’Afrique continue de subir, en attribuant dans le cadre de la réfor- me du Conseil de sécurité deux sièges permanents au continent.

Synthèse R. N.

RéfoRme du Conseil de séCuRité de l’onu

L’Algérie défend la cause africaine

Alors que les partis politiques commencent à remettre leurs propositions à la présidence de la République, sur le projet de loi électorale, le débat enfle sur l’une des principales dispositions retenues dans la mouture,

à savoir l’obligation faite à tout parti ou liste indépendante d’avoir des parrainages populaires ou justifier de 4% des suffrages exprimés lors des élections précédentes.

NOUVELLE LOI ÉLECTORALE

La mouture

de l’avant-projet contient 73 nouveaux articles

La mouture de l’avant-projet de la loi électorale contient 73 nouveaux articles, a indiqué hier à Alger Ahmed Laraba, président de la Commission nationale chargée de l'élaboration du projet de révision de la loi organique portant régime électoral. La mouture contient un total de 313 articles dont 73 nouveaux sur les 188 articles entre nouveaux et amendés, a précisé

M. Laraba à l’occasion d’une journée d'étude consacrée à ce sujet. Le Président de la République,

M. Abdelmadjid Tebboune, avait procédé, le 19 septembre dernier, à l'installation de cette Commission, laquelle avait remis la première mouture du document aux partis politiques la semaine dernière pour enrichissement et débat.

REPRISE AUJOURD’HUI DES TRAVAUX DE L’APN

La plénière consacrée aux questions orales

L'Assemblée populaire nationale (APN) reprendra ses travaux, jeudi à 10h00, en séance plénière consacrée à 21 questions orales concernant 7 secteurs, a indiqué, mercredi, un communiqué de l'Assemblée.Lors de cette séance, trois questions orales seront adressées à chacun des ministres de l'Intérieur et des Collectivités locales, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, de la Jeunesse et des Sports, des Ressources en eau, de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville, du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, de la Pêche et des Ressources halieutiques, ajoute le communiqué.

(3)

le général de corps d’armée, saïd Chane- griha, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire, a présidé hier une réunion de tra- vail au siège de l’état-major de l’AnP pour analyser l'évolution de la situation sécuritai- re dans le pays et dans la région, indique un communiqué du ministère de la défense nationale (mdn). "le général de corps d’ar- mée, saïd Chanegriha, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire, a présidé, ce mercredi 27 janvier 2021, une réunion de travail au niveau du siège de l’état-major de l’AnP et ce, dans le cadre de l’analyse des évolutions de la situation sécuritaire dans le pays et dans la région", précise le communi- qué.selon la même source, le Commandant de la gendarmerie nationale, le chef du départe- ment emploi-préparation de l’état-major de l’AnP, le directeur de la communication, de l’information et de l’orientation, le directeur général de la sûreté nationale, ainsi que les différents responsables des services de sécu- rité et des officiers généraux de l’état-major de l’AnP ont assisté à cette réunion qui s'ins- crit dans la dynamique des réunions pério- diques avec les responsables des différentes structures de l’AnP. le 4 janvier pour rappel, le Président de la République, chef suprême des forces armées, ministre de la défense nationale,

m. Abdelmadjid tebboune, a présidé une réunion du Haut Conseil de écurité consacrée à l'évaluation de la situation générale, notam-ment politique et économique, ainsi que des derniers développements dans l'en- vironnement régional direct et international.

A cette occasion, avait précisé la Présidence

dans un communiqué, le Président tebboune a salué les efforts déployés pour "la préser- vation de la stabilité générale dans un envi- ronnement régional tendu et très complexe".

le président de la République a égale- ment « insisté sur le maintien de la vigilance à tous les niveaux afin de permettre à l'Algé-

rie d'enclencher les étapes importantes à venir en adéquation avec les défis de l'année 2021, à la lumière des développements inédits survenus récemment dans la région, et particulièrement dans l'espace régional voisin », a conclu le communiqué.

R.N.

ACTUALITÉ 4 3

CRÉSUS #550 DU JEUDI 28 JANVIER 2021

«O

n s’attend à une bais-

se des mises en place des bandes de poulet, ce qui va influer cer- tainement sur une baisse de la production et donc une légère hausse des prix aux dif- férents stades (la loi de l’offre et de la demande). on enregistrera ainsi une haus- se de l’ordre de 20 à 25 %, voire 30 %, tous produits confondus, au niveau de certaines régions du pays au 1er trimestre 2021 par rapport au mois de décembre 2020», a pré- cisé la note. néanmoins, il est important de signaler que l’analyse de la conjoncture et la tendance (prévisions) des marchés avi- coles au niveau national pour la période du 1er trimestre 2021 peuvent changer si les éleveurs et acteurs concernés seront confrontés à des imprévus qui pourraient toucher leurs cheptels pour des raisons sanitaires (maladies) ou économiques liées aux problèmes financiers. s’agissant du poulet de chair, malgré la hausse des prix des aliments, on s’attend à une poursuite de l’activité de l’élevage durant les mois de février et mars 2021. les informations recueillies auprès des points d’observa- tions de l’itev indiquent qu’il y aura un léger raffermissement des prix durant ce premier trimestre, un accroissement de l’ordre de 20 à 25 % par rapport au mois de décembre 2020. le manque de matière première, à savoir le maïs et le tourteau de soja, ainsi que l’instabilité actuelle des prix des aliments ne va pas décourager cette catégorie d’éleveurs, car la situation n’est que conjoncturelle. des solutions de sub- stitution existent et la conjoncture s’y prête, vu que la demande sur ce produit reste toujours importante, où un grand nombre de consom-mateurs vont se

rabattre sur les viandes blanches vu que les prix restent concurrentiels comparati- vement aux viandes rouges et aux produits de la mer. Quant aux œufs de consomma- tion, la filière ponte reste une filière stable comparativement à la filière chair, car la production est étalée sur une période d’une année minimum. du reste, les prix varieront entre 9,50 à 10,00 dA l’unité au niveau de la production, et 12 et 13 dA l’unité au niveau du détail, avec de légères hausses plus importantes au niveau de la région ouest compte tenu, encore une fois, de la loi de l’offre et de la demande. Après les réformes enregistrées durant le mois de décembre 2020, on assiste en ce début d’année 2021 à la mise en place de nou-

velles bandes de poules pondeuses. la demande sur ce produit reste toujours importante au niveau des marchés, d’où un maintien des prix à la hausse, une situation qui va se poursuivre jusqu’à atteindre les pics de production vers la fin du premier trimestre 2021 pour pouvoir voir une aug- mentation de la production et éventuelle- ment une légère baisse des prix. mainte- nant, par rapport au prochain ramadhan qui interviendra autour du 12 avril, la question est de savoir si les prévisions de hausse prévues vont être toujours mainte- nues, du moins pour le début du mois sacré

? Aussi, d’après l’itelv, il s’avère que la conjoncture actuelle n’incite pas les petits éleveurs à mettre en place des bandes de

poulets en raison des problèmes financiers et les créances non payées. Ce sont les gros éleveurs qui ont les moyens financiers qui vont mettre en place des poulets en prévi- sion du mois de ramadan. en revanche, l’office national des aliments du bétail (onab) aspire à commer-cialiser 60 000 tonnes de poulet progressivement durant le mois sacré, pour tenter de garantir la stabilité des prix sur le marché. dans ce contexte, le P-dg de l’onab a fait savoir hier, sur les ondes de la Chaine 1 de la Radio nationale, que la consommation nationale de viandes blanches au cours du dernier mois de ramadan a atteint 55 000 tonnes.

Rabah Karali

PRix des viAndes BlAnCHes et des œufs

Une hausse de 30% au 1 er trimestre

situAtion séCuRitAiRe dAns le PAYs et dAns lA Région

Chanegriha préside une réunion de travail

A quelques mois du début du mois de ramadhan, les annonces sur l’évolution des prix des produits alimentaires commencent déjà. Selon la dernière note de conjoncture de l’Institut technique des élevages (ITELV),

les prix du poulet connaîtront une hausse oscillant entre 20 et 30% au cours des deux mois à venir.

DEMANDE

DU CASIER JUDICIAIRE

Les nouvelles instructions de Zeghmati

Alors que le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales permet désormais aux citoyens de retirer certains documents administratifs « à distance », certains départements, ministériels comme celui de la justice continuent de les refuser.

Pour remédier à cette « incohérence », le ministre de la Justice, Garde des sceaux, Belkacem Zeghmati, a tenu à agir. Il a en effet insisté hier, sur la nécessité de tenir compte des copies d'actes de naissance délivrés à distance pour la demande du casier judiciaire, indique un communiqué du ministère. « Dans une note adressée le 27 janvier 2021, M. Zeghmati a instruit les procureurs généraux de signifier aux procureurs de la République et à leurs adjoints de tenir compte des copies d'actes de naissance délivrées à distance (via internet), lors de la demande du bulletin n° 03 du casier judiciaire », lit-on dans le communiqué.

Le ministre de la Justice a mis l'accent dans ce sens sur la nécessité de s'y conformer, précisant que le site web du ministère de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, à partir duquel sont délivrés ces actes, assure toutes les garanties pour sécuriser ce document", ajoute la même source. Ces instructions vont permettre une meilleure prestation aux citoyens, qui se demandent sur l’intérêt de se faire délivrer des documents via internet, pour qu’en fin de compte, ces derniers sont simplement rejetés au motif qu’ils ne sont pas « authentifiés ». Les instructions de Zeghmati lèveront certainement le voile sur cette question.

Sérine. H

(4)

ACTUALITÉ

4 4

CRÉSUS #550 DU JEUDI 28 JANVIER 2021

l’ARAv monte Au CRéneAu et AveRtit

La diffusion de programmes

désormais soumise à autorisation

D

rôle de recommandation que l'Autorité de régulation de l'au- diovisuel (Arav) a adressée mardi dernier aux médias audiovisuels dans un communiqué où elle s’adresse aux nouvelles chaînes tv diffu- sant des programmes «sans l'autorisa- tion» du ministère de la Communication, rappelant le droit que se réserve la tutelle d'«ester en justice» tout contrevenant aux dispositions de la loi relative à l'activité audiovisuelle. «Partant de ses missions en matière de surveillance, et soucieuse du respect des principes et règles appliqués à l'activité audiovisuelle, l’Arav a constaté que de nouvelles chaînes de télévisions diffusaient des programmes sans agré- ment ni autorisation aucune», précise la même source. Ces chaînes tv qui «se sont éloignées de la neutralité et de l'objectivi- té et ne se sont pas interdites de servir des fins, aussi bien politiques qu'écono- miques, d'un groupe d'intérêt, sans aucun respect de la déontologie, aspirent seule- ment à la célébrité, la rentabilité et l'audi- mat aux dépens du droit du téléspectateur à des programmes variés et de qualité», souligne l'Arav. Qualifiant cette situation d'«anarchique», l'Autorité a indiqué que

«les chaînes exerçant en dehors du cadre légal traitent souvent de thèmes sensibles qui suscitent le mécontentement de l'opi- nion publique, et évoquent des tabous ser- vant des intérêts et des agendas suspects

au détriment de l'intérêt et de la sécurité publics». la situation des médias audiovi- suels reste, selon l'Autorité, «otage de fins commer-ciales et de finalités purement matérielles, entraînant les journalistes, sous le slogan de la liberté d'expression, dans le piège de la subjectivité et de l'ir- responsabilité, les déraillant des objectifs nobles des mass-médias et les poussant

vers des convoitises matérielles au détri- ment des valeurs, constantes et positions diplomatiques de notre pays», a conclu le communiqué. «dans l'attente de la pro- mulgation de la loi sur la domiciliation de l'activité des chaînes audiovisuelles, l'Arav met en garde contre l'exercice de toute activité sans l'aval du ministère de la Com- munication qui se réserve le droit d'ester

en justice tout contrevenant aux disposi- tions de la loi 14-04 relative à l’activité audiovisuelle», a ajouté l'Arav dans son coùùuniqué. l’Autorité appelle les médias audio- visuels à accorder «tout l'inté- rêt nécessaire» à ces deux lois et à l'infor- mation juridique, qui est à même de contribuer à «la consécra-tion de l'etat de droit qui repose essentiellement sur la connaissance par le citoyen de ses droits et devoirs», ajoute la même source. Pas- sant sous silence les abus et les entraves constatés dans toutes les chaînes privées et à un degré moindre les chaînes publiques, l’Arav n’a pas jugé utile de demander l’ouverture du champ média- tique aux partis de l’opposition ou à tout le moindre exiger un minimum de présence médiatique. Alors à quoi sert l’Arav ? la question peut sembler intrigante, voire brutale, tant cette institution a été l’abou- tissement d’un long combat contre les pouvoirs publics qui n’entendent pas lever la main sur le secteur de l’audiovi- suel. mais quand on observe son manque de réactivité par rapport à une succession de faits qui relèvent pourtant de son péri- mètre, cette question se pose à tout le moins. C’est bien cela le rôle de l’Arav.

mais elle donne plutôt l’impression de subir les choses, se contentant d’exister dans le décor médiatique comme une ins- titution alibi.

Mahmoud Tadjer

le procès de cinq terroristes impliqués dans l’assassinat d’Hervé gourdel, un guide de montagne français enlevé et décapité en 2014, s’ouvrira le 4 février prochain. Quinze personnes étaient à l’origine poursuivies, mais au moins sept d’entre elles ont été tuées par l’armée algérienne, dont le chef présumé des ravisseurs, selon une source judiciaire. sur les quinze personnes pour- suivies à l’origine par la justice, au moins sept ont été tuées au cours des accrochages avec les éléments de l’AnP. les prévenus sont accusés d’«avoir hébergé un étranger sans autorisation». Ce sont donc les cinq accompagnateurs du guide niçois Karim oukara, Hamza Boukamoum, oussama dehendi, Amine Ayache et Kamel saâdi qui comparaîtront libres devant le tribunal de dar el-Beïda notamment pour «avoir héber- gé un étranger sans autorisation». Hervé gourdel, 55 ans, avait été enlevé le 21 sep- tembre 2014 au cœur du massif du djurdju- ra puis décapité. les cinq randonneurs qui l’accompagnaient avaient été relâchés après avoir été séquestrés pendant plusieurs

heures. l’assassinat de gourdel avait été revendiqué par Jund Al-Khilafa («les soldats du Califat»), un groupe dissident d’Al-Qaida au maghreb islamique (AQmi) ayant prêté allégeance à l’organisation etat islamique (ei). Jund Al-Khilafa avait affirmé l’avoir exécuté en représailles à l’engagement de la france aux côtés des etats-unis dans les frappes contre l’ei en irak. le corps de l’al- piniste avait été retrouvé enterré dans un champ en janvier 2015 lors d’une vaste opé- ration de ratissage de l’Armée, à une quin- zaine de kilomètres du lieu de son enlève- ment, sur la base d’indications d’un repenti.

la justice avait lancé des poursuites contre 15 personnes soupçonnées d’avoir partici- pé à cet enlèvement et accusées notamment de «création d’un groupe armé terroriste»,

«prise d’otage» et «assassinat avec prémé- ditation». en juillet 2016, les services de sécurité avaient totalement éliminé le grou- pe terroriste ayant exécuté le français. le chef présumé de Jund Al-Khilafa, Abdelma- lek gouri, avait été abattu fin décembre 2014 dans la wilaya de Boumerdès.

AssAssinAt de l’AlPiniste fRAnçAis HéRve gouRdel

Le procès de cinq accompagnateurs s’ouvrira le 4 février

L'Autorité de régulation de l'audiovisuel (Arav) fait feu de tout bois ces derniers jours.

Coup sur coup, trois communiqués et mises en garde ont été rendus publics pour un tant soit peu moraliser ce secteur qui échappe pour l’instant à tout contrôle.

le ministère du Commerce a porté à la connaissance de tous les opérateurs écono- miques que les soldes à distance (commerce électronique) pour la saison hivernale 2021

«sont autorisées à travers toutes les wilayas»

durant la période allant de janvier à fin février 2021. Ce type de vente est consacré en vertu du décret exécutif 20-399 du 26 décembre 2020 fixant les conditions et les modalités de réalisation des ventes en soldes, des ventes promotionnelles, des ventes en liquidation de stocks, des ventes en magasins d'usines et des ventes au déballage, a rappelé la même sour- ce. les opérateurs économiques concernés

«doivent se rapprocher de la direction du commerce territorialement compétente pour demander la délivrance d’une autorisation»

pour exercer la vente en soldes, conformé- ment à l’article 6 du nouveau décret exécutif, et obtenir toute information utile concernant

les modalités de cette activité. le ministère souligne que les soldes ordinaires sont inter- dites, en raison de la conjoncture actuelle marquée par la propagation de la Covid-19 et des mesures prises par les autorités pour pro- téger la santé des citoyens et éviter les ras- semblements. la vente en solde permet aux agents économiques de promouvoir leurs activités. dans ce cadre, le ministère a appelé les opérateurs économiques à proposer des prix concurrentiels pour permettre aux consommateurs de bénéficier de marchan- dises et de services à des prix promotionnels.

les services du ministère du commerce (administration centrale, directions régio- nales et directions de wilaya) restent au ser- vice des opérateurs pour toute information à travers la cellule d’écoute du ministère du Commerce via le site électronique www.com- merce.gov.dz.

elle s’étAleRA de JAnvieR À fin févRieR

Lancement à distance des soldes d’hiver

le Conseil supérieur de la magistratu- re (Csm) a décidé hier lors de sa session ordinaire d’écarter définitivement de ses rangs mme Amira Bouakaz, épouse de l’ex-sg du fln, mohamed djemai. Cette dernière, magistrate du tribunal d’el- Harrach a été détenue à la prison d’el Harrach au même titre que son époux pour usurpation de qualité. les agisse-

ments contraires à la loi de cette magis- trate avaient été révélés à la suite d'une enquête ordonnée par la justice. il est apparu que cette dernière avait œuvré pour dissimuler une sombre affaire dans laquelle était impliqué son époux et pour lequel elle avait falsifié des documents judiciaires.

M.T.

L’épouse de Djemai

rayée des rangs de magistrats

(5)

ACTUALIT É 45

WWW.CRESUSDZ.COM CRÉSUS # 550 DU JEUDI 28 JANVIER 2021

T

rois points qui noircissent la vie de tous les jours des citoyens depuis des années, mais qui ne semblent pas outre mesure connaître une issue favo- rable. Boumzar, qui présentait le bilan d'activités du secteur pour l'exercice 2020 sur les perspectives du secteur, a appelé à la «poursuite de la modernisation et du renforcement du réseau national de télé- commu-nications» en faisant savoir que le projet du câble sous-marin en fibre optique Alval/orval (reliant Alger et oran à valence en espagne) «permettra d'améliorer la capacité de transmission», outre la pour- suite du programme de modernisation et du renforcement du réseau de télécommu- nications et des transports. il a également fait état de réalisation de

7 000 km de fibres optiques. Boumzar a fait savoir que son secteur «œuvre à la valorisation et la rationalisation du spectre national des fréquences en vue d'améliorer les prestations des opérateurs». Pour ce qui est des zones d'ombre et du grand sud, le ministre a indiqué que son secteur avait réalisé «166 000 points d'accès pour la 4g outre,l’élar- gissement de la couverture à 85% au niveau de 508 zones isolées». Au volet de la poste, Boumzar a mis en avant

«la coordination efficace entre son départe- ment et la Banque d'Algérie, soulignant que les retraits en 2020 ont atteint près de 4 549 milliards de dinars, un chiffre avoisi-

nant le niveau enregistré en 2019». Par ailleurs, le ministre a affirmé que le paie- ment électronique via la plateforme d'Algé- rie Poste a connu une croissance de 487%

alors que les opérations enregistrées au niveau des dispositifs de paiement électro- nique d'Algérie Poste ont vu une hausse de 773%. Quant à la numérisation du secteur, le représentant du gouvernement a passé en revue «les efforts déployés afin de finali- ser la numérisation du retrait de l'alloca- tion forfaitaire de solidarité (Afs), le verse- ment des taxes des inscriptions scolaires des trois cycles d'enseignement via le ser- vice e-paiement ou par carte eddahabia».

Concernant l'amélioration de l'accueil des clients de la Poste, Boumzar a tenu à rappe- ler que «la période de distribution des retraites est passée de 4 à 12 jours», citant également l'optimisation de l’opérateur public express mail service (ems), passant de la 61e position à la 16e à l’échelle mon- diale. le ministre a mis en avant le rôle du portail safqatik dédié à l'encouragement des projets à travers la publication des appels d'offres publics du secteur de la Poste de même qu'il a souligné l'impor- tance de la convention destinée aux entre- prises financées dans le cadre du dispositif de l'Agence nationale d'appui et de déve- loppement de l'entrepre-neuriat (AnAde), rappelant par là même l'élaboration d'un guide des bonnes pratiques simplifiant l'ac-

cès des micro-entreprises à la commande publique. les députés se sont félicité des efforts consentis par l'etat au service du citoyen et du pays, notamment en matière

de mise en service du câble sous-marin à fibre optique, et l'élaboration de textes réglementaires à approuver ultérieure- ment par le gouvernement.

fAiBle déBit d’inteRnet et insuffisAnCe de liQuidités dAns les BuReAux de Poste

Les députés interpellent boumzar

Les membres de la commission des transports et des télécommunications de l'Assemblée populaire nationale (APN) qui ont entendu mardi dernier le ministre de la Poste et des Télécommunications, Brahim Boumzar, ont jugé primordial de «traiter le faible débit d'internet», de «développer les prestations des services postaux» et enfin de «remédier à l'insuffisance de liquidités et au manque

de bureaux postaux».

les conventions conclues par le secteur de la formation et de l'enseignement pro- fessionnels avec les différents partenaires ont été une véritable opportunité pour conforter le rapprochement avec le monde économique, a affirmé mardi dernier à djelfa la ministre du secteur, Houyam Ben- friha. Présidant une rencontre à l’institut national de formation et d’enseignement professionnels à la Cité Bahrara dans la ville de djelfa, au terme de sa visite dans la wilaya, la ministre a indiqué que les «seize conventions conclues récemment avec dif- férents secteurs ont eu un impact positif pour le secteur et permis de raffermir le lien avec l’environnement économique».

mme Benfriha a souligné que les conven- tions conclues «ont permis de développer des formations qui répondent aux besoins du marché», mettant en avant l’efficacité de la toute première convention avec le secteur de la pêche qui a permis de dispen- ser des formations «qualitatives»» dans 29 métiers de la pêche et de l’aquaculture.

Pour mme Benfriha, «la convention ne se limite pas seulement aux cérémonies de signature, mais englobe un travail et un grand effort, à travers l’élaboration des programmes et la mise à disposition d’équipements, ainsi que la répartition des

spécialités créées de la formation aux éta- blissements du secteur». le tout corres- pondant à une cartographie nationale clai- re et ordonnée, en fonction des besoins de chaque wilaya, a-t-elle précisé. la wilaya de djelfa, bien qu’elle ne soit pas une

wilaya côtière, est également concernée par la convention conclue avec le secteur de la pêche, en ce sens qu'un travail de pro- motion de l’aquaculture est en cours devant encourager les jeunes à investir dans ce domaine. énumérant les secteurs concernés par les conventions de partena- riat, la ministre a cité, entre autres, l’envi- ronnement, l’industrie, ainsi que d’autres départements ministé-riels en lien avec le développement économique. lors de cette rencontre, la ministre a écouté un nombre de préoccupations des affiliés au secteur, portant sur plusieurs sujets en lien avec la performance, les promotions et les aspects pédagogiques, ainsi que sur des questions qui concernent les établissements du sec- teur de la formation professionnelle dans la wilaya. la visite de travail et d’inspec- tion effectuée par la ministre Benfriha a concerné plusieurs structures et instituts de formation implantés au chef-lieu de la wilaya, où elle a écouté les préoccupations et intérêts des stagiaires.

le ministre de la transition énergétique et des energies renouvelables, Chems eddine Chitour, a reçu mardi der- nier l’ambassadeur italien en Algérie, giovanni Pugliese, avec lequel il a évoqué les perspectives du développement des relations de coopération dans le secteur de la transi- tion énergétique, a indiqué un communiqué du ministère.

Au cours de l’entretien, qui s’est déroulé au siège du minis- tère, «l’état des relations algéro-italiennes dans le domai- ne des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique et les perspectives de leur développement a été passé en revue», a précisé la même source. A ce titre, le ministre a proposé les axes de coopération que l’Algérie «souhaite approfondir avec la partie italienne concernant la géother- mie, l’énergie solaire, la locomotion électrique, la recherche scientifique, l’hydrogène vert, ainsi que l’appui

aux laboratoires de norma-isation, à travers le partage mutuel d’expertise et d’expérience, de savoir-faire, de ren- forcement des capacités, notamment la formation à tra- vers l’appui à la création d’instituts tels que l’institut de la transition énergétique et des énergies renouvelables (iteeR). Chitour a également saisi cette opportunité pour inviter les entreprises italiennes à «investir davantage»

dans le domaine de la fabrication locale des équipements nécessaires au développement de l’industrie des énergies renouvelables, dans ce cadre, «des partenariats sont vive- ment encouragés et ce dans un esprit gagnant-gagnant».

dans ce contexte, le ministre a exprimé sa volonté «d’as- seoir une coopération bilatérale avec l’italie dans le domai- ne de la géothermie et l’hydroélectricité». Pour sa part, Pugliese a mis l’accent sur «les intérêts communs des deux

pays dans les domaines des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique». Ceci permettra de créer «un cli- mat propice aux nouveaux partenariats, et assurer par là même un développe-ment durable». l’ambassadeur a aussi marqué la disponibilité des entreprises italiennes à accompagner le secteur dans ses différents projets et à faciliter et encourager la croissance des micro-entreprises et start-ups ainsi que les Pme. il a été ensuite ajouté que parallèlement, les deux parties veulent prendre des mesures concrètes en construisant un partenariat renfor- cé dans le domaine des énergies renouvelables et de l’effi- cacité énergétique pour accélérer la voie vers une transi- tion énergétique «juste et équitable», ainsi que la possibi- lité d’un nouveau mémorandum d’entente, à l’instar de celui de 2016 qui a été évoqué.

foRmAtion PRofessionnelle

16 conventions conclues avec l’Enseignement supérieur

CooPéRAtion AlgéRo-itAlienne

La transition énergétique au menu

(6)

É CONOMIE

CRÉSUS # 550 DU JEUDI 28 JANVIER 2021

46

E

n présidant la cérémonie de célé- bration de la Journée internationa- le de la douane (Jid), le Premier ministre a souligné que la réforme de l’administration douanière constituait

«un axe essentiel» dans le programme du président de la République et du plan d’ac- tion du gouvernement, d’où l’impératif de lutter «contre les lourdeurs bureaucra- tiques préjudiciables à l’attrac-tivité des investissements dans notre pays». Pour le Premier ministre, les douanes algériennes sont à l’avant-garde en matière de protec- tion de l’économie nationale et des intérêts économiques du pays, en veillant au res- pect de la législation et règlements en vigueur relatifs à la circulation transfronta- lière des marchandises, à la lutte, notam- ment la contrebande, le blanchiment d’ar- gent et le crime organisé transfrontalier pour protéger l’économie nationale et pré- server la sécurité des citoyens. les douanes œuvrent à la promotion de la concurrence loyale entre les opérateurs et à l’encourage- ment de l’investissement et de la produc- tion des marchandises et des services, outre la contribution à la réalisation des équilibres financiers, à travers le recouvre- ment des droits et des taxes, a-t-il soutenu.

les douanes sont également une institu- tion aidant à la prise de décisions écono- miques et stratégiques, à la faveur de la col-

lecte, de l’ajustement et de l’analyse des statistiques relatives au commerce exté- rieur, a-t-il expliqué.

DES STATISTIqUES «ACCESSIbLES à TOUS»

Par ailleurs, djerad a appelé «à redou- bler d’efforts pour la protection du patri- moine culturel en proie toujours au pillage continu de réseaux internationaux». A ce propos, il a ordonné le renforcement des équipes douanières spécialisées dans ce domaine, le recours aux spécialistes en mettant à profit les expertises internatio- nales ainsi que le soutien de la formation à l’effet d’«éliminer définitivement ce phéno- mène». sur un autre registre, le Premier ministre a affirmé que les statistiques du commerce extérieur doivent être «acces- sibles à tous», soulignant que les statis- tiques fournies par les douanes algériennes

«sont exactes et donnent une image claire sur la situation du commerce extérieur du pays». Ces chiffres «jouent un grand rôle dans la transparence et l’accompagnement des opérateurs économiques». Pour atteindre ces objectifs, djerad a souligné que la numérisation de l’administration douanière lui permettra d’atteindre un niveau mondial, en sus de faciliter son tra- vail, affirmant que le contrôle douanier doit se faire par des moyens modernes. la jour-

née interna-tionale de la douane 2021 est consacrée aux «efforts conjoints des douanes pour sortir de la crise de la Covid 19 et à appuyer les individus et les entre- prises en conso-lidant la chaîne logistique

mondiale, en renforçant la collaboration, en tirant parti de la technologie et en plaçant les personnes au cœur du changement», selon l’organisation mondiale des douanes.

H. M.

BlAnCHiment d’ARgent, ContReBAnde, BuReAuCRAtie…

Djerad appelle les douanes à intensifier leur lutte

le président de la Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC), sami Agli, considère que le plan de relance économique annoncé par le Président de la République, Abdelmadid tebboune, demeure celui de la dernière chan- ce. toutefois, note-t-il, «il se trouve qu’il n’y a pas eu d’avancées palpables sur le terrain puisque nous sommes toujours au stade des propositions alors que le pays a héri- té d’une situation catastrophique». Relevant que les années

«2019 et 2020 étaient très compliquées», il estime que

«2021 le sera davantage». Agli qui s’exprimait, hier, sur les ondes de la Chaîne 3 de la Radio algérienne, est revenu sur les différentes rencontres que la CAPC a tenues avec cer- tains ministres dans le cadre des rounds de concertation visant à trouver des solutions urgentes à la crise qui frappe de plein fouet l’économie algérienne. il s’avère selon ses propos que les problèmes qui ont été soulevés par son organisation n’ont pas été pris en considération malgré leur caractère urgent. «il faut des mesures urgentes de rup- ture pour sentir le changement de manière opérationnelle

et rapide afin de réussir le plan de relance économique», a- t-il soutenu. le président de la CAPC estime que la crise fra- gilise davantage les entreprises. «Pis encore, elles sont en train de s’enfoncer, aussi il faut réagir pour les sauver, à commencer sérieusement par mettre fin à la bureaucratie que le président de la République a considérée comme un danger d’etat», juge encore Agli. Qualifiant la bureaucratie d’une «autre forme de terrorisme qu’il faut absolument combattre avec force et détermination», l’invité de la Chai- ne 3 estime qu’«on est en détresse économique, alors que les décisions ne sont pas appliquées». «Ce n’est pas normal.

il y a des directions qui n’accusent même pas réception de dépôt de courrier ! », regrette-t-il. evoquant la question des réformes bancaires et monétaires qui tardent à se mettre en place, il appelle à l’accélération de ces dernières afin d’accompagner la relance économique et les entreprises en difficulté, impactées sévèrement par la crise sanitaire. «les banques doivent aujourd’hui être plus que jamais dispo- nibles et s’adapter à la situation de l’heure». Par ailleurs,

Agli a relevé que des demandes de rééchelonnement et de financement effectuées par des chefs d’entreprise n’ont pas été prises en compte par certaines banques malgré que les pertes de changes subies par les opérateurs restent très pénalisantes. «Cette crise est un facteur déclencheur d’une réforme profonde, nous devons être à la hauteur du poten- tiel du pays avec une administration à l’écoute des chefs d’entreprise», a-t-il indiqué. dans un autre chapitre, il a noté le niveau important des taux d’intérêt auprès des banques évoquant la possibilité de multiplier les sources de financement de l’économie nationale. Ainsi, cette inertie de l’etat coûte cher au pays et surtout va condamner la pérennité des entreprises algériennes et donc sans la soli- darité de tous et la mobilisation de toutes les énergies, tous les projets de relance de la machine économique seront voués à l’échec. Cependant, «l’entreprise est la solution à la crise, mais faut-il encore lui permettre de pouvoir se main- tenir et se projeter», a encore rappelé le président de la

CAPs. Rabah Karali

dans un contexte où la baisse attendue de l’offre d’or noir prend le pas sur les craintes qui entourent toujours la vigueur de la reprise de la demande, les prix du pétrole avançaient hier. dans la matinée, le baril de Brent de la mer du nord pour livraison en mars gagnait 0,52% à londres par rapport à la clôture de la veille, à 56,17 dollars. le baril américain de Wti pour le même mois grimpait dans le même temps de 0,55% à 53,06 dollars. «les attentes d’un resserrement de l’offre mondiale compensent les craintes qu’un lancement chaotique des campagnes de vaccination contre la Covid-19 n’émousse encore plus

la demande» de brut, a résumé Avtar sandu, analyste. le fait que l’irak a promis de réduire sa production de pétrole en janvier et février, selon des informations rappor-tées par Bloomberg, et que «le pré- sident américain Joe Biden pourrait annoncer mercredi (aujourd’hui, ndlr) des mesures préparatoires en vue d’une inter- diction de nouveaux forages pétroliers et gaziers sur les terres fédérales» sont de nature à soutenir les prix, a continué sandu. les investisseurs accueillent d’au- tant plus favorablement l’annonce irakien- ne que Bagdad ne fait généralement pas partie des bons élèves de l’organisation

des pays exportateurs de pétrole (opep) et dépasse régulièrement les quotas de production qui lui sont assignés par l’or- ganisation et ses alliés via l’opep+. la pro- duction américaine reste, quant à elle, relativement élevée, à 11 millions de barils par jour, selon les derniers chiffres publiés vendredi par l’Agence américaine d’information sur l’énergie (eiA). mais la tendance haussière se calme, remarque un autre analyste, stephen innes, du fait des

«inquiétudes concernant l’efficacité et le déploiement du vaccin contre la Covid-

19». R.E.

selon sAmi Agli, PRésident de lA CAPC :

«Les chefs d’entreprise ne demandent qu’à être écoutés»

BAisse Attendue de l’offRe

Le brent grimpe à 56 dollars

Les services des douanes traînent la réputation de manque d’efficacité dans la gestion du flux des biens et services qui transitent par les frontières. Profitant du terreau que leur offre cette mauvaise gestion, les phénomènes de la bureaucratie, blanchiment

d’argent, contrebande et autres se sont installés au fil des années pour atteindre des proportions alarmantes. Pour mettre de l’ordre dans cette activité et permettre à l’économie nationale de jouer son rôle, le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a appelé hier

à Alger à simplifier les procédures douanières et lutter contre «les lourdeurs bureaucratiques» pour améliorer l’attractivité des investissements en Algérie.

ERRATUM

Suite à une erreur technique, la page économie du 26 janvier 2021 est parue à la place de celle d’hier, 27 janvier.

Nous nous excusons auprès de nos lecteurs

et annonceurs et republions

ci-dessous,

la page entière.

(7)

ECONOMIE 4 7

CRÉSUS # 550 DU JEUDI 28 JANVIER 2021

A

fin de permettre la commer- cialisation des produits du complexe sidérurgique de Bel- lara à l’échelle internationale, la société Algerian Qatari steel (AQs), filiale de la société sider, a signé hier à Alger un accord de partenariat avec la compagnie sud-coréenne, Posco interna- tional. «Cet accord devrait nous per- mettre d’exporter en 2021 un volume de 150 000 tonnes de produits sidérur- giques (rond à béton, fil machine et billettes d’acier) à travers le monde à des prix intéressants, notamment vers l’euro- pe avec laquelle nous avons des avan- tages fiscaux dans le cadre de l’accord d’association Algérie-ue», a déclaré le P- dg du groupe des industries métallur- giques et sidérurgiques imetal, tarik Bouslama, à l’issue de la signature de ce contrat. Bouslama a considéré que cette initiative «est un grand pas vers la concrétisation des objectifs des pouvoirs publics qui consistent à promouvoir les exportations hors hydrocarbures». outre l’expédition des produits sidérurgiques vers l’europe, les accords de l’Algérie avec le continent africain, dans le cadre de la zone de libre-échange continentale africaine (ZleCAf) ainsi qu’avec la gran- de zone arabe de libre- échanges (gZAle), ouvre la voie pour exporter davantage vers ces régions, en tirant pro- fit des avantages fiscaux offerts par ces accords, selon le P-dg de imetal.

«nous avons déjà acquis de l’expérien- ce dans l’exportation des produits métal- lurgiques de sider el Hadjar, mais avec l’entrée en produc-tion du complexe sidé- rurgique de Bellara, nos capacités ont augmenté et nous avons besoin d’un relais puissant pour renforcer notre posi- tion sur les marchés internationaux et de pouvoir ainsi écouler nos produits à des prix intéres-sants», a-t-il souligné. Pour

sa part, le président du conseil d’adminis- tration de la zone industrielle de Bellara, mohamed lamine lebbou, a affirmé que le choix du partenaire sud-coréen a été fait sur la base de «critères objectifs»

dont son expérience avérée dans l’accom- pagnement des entreprises exportatrices à l’international et sa présence dans les quatre coins du monde. «Avec ce partena- riat, nous comptons réaliser des exporta- tions considérables et nous projetons de dépasser les 150 000 tonnes au cours des

années à venir», a-t-il affirmé, en préci- sant que le plan de commercialisation sera défini en fonction des commandes.

le complexe sidérurgique de Bellara, fruit d’un partenariat entre Qatar steel inter- national (49%), le groupe imetal (46%) et le fonds national des investissements fni (5%), «produit 1,5 million de tonnes en 2021, et devrait atteindre une capacité de 2 millions de tonnes en 2022», selon ce même responsable.

H.M.

exPoRtAtion de PRoduits sidéRuRgiQues À tRAveRs le monde

Sider signe un contrat avec le sud-coréen Posco

ACCès À l’emPloi PouR les diPlômés en HYdRoCARBuRes

Attar promet des solutions

A l’instar des autres diplômés, les sor- tants de la faculté des hydrocarbures de l’université de Boumerdès éprouvent des difficultés à trouver de l’embauche dans les sociétés relevant du secteur de l’éner- gie. Cette préoccupation a été exposée par les représentants de ladite faculté à l’occa- sion de leur rencontre avec le ministre Abdelmadjid Attar. en réponse à leurs doléances, le ministre a promis d’y remé- dier, après consultation avec ses homo- logues des départements du travail et de l’enseignement supérieur. selon un com- muniqué publié sur la page officielle face- book du ministère, la rencontre, qui a eu lieu avant-hier, a été une occasion pour les représentants des étudiants de la faculté des hydrocarbures à l’université m’hamed Bouguera de Boumerdès de soulever une série de préoccupations liées essentielle- ment «à la levée des entraves empêchant leur participation à des concours de recru- tement au niveau des entreprises du sec- teur des hydrocarbures à travers l’en- semble du territoire national». A cette occasion, les représentants des étudiants ont préconisé de permettre aux titulaires de diplômes spécialisés dans les hydrocar- bures de participer à tout concours de recrutement dans le secteur. le ministre de l’energie a, selon la même source, écou- té attentivement les préoccupations des

étudiants, leur assurant de «ses contacts avec les ministres du travail, de l’emploi et de la sécurité sociale, el Hachemi djaâ- boub et de l’enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Ben- ziane pour la tenue d’une réunion de coor- dination regroupant les trois ministères en vue de parvenir à un règlement définitif de ce dossier», a précisé le communiqué.

Hafid M.

SÉCURITÉ ÉNERGÉTIQUE

L’Algérie,

un «partenaire important»

pour l’UE

Pour garantir la sécurité énergétique des pays de l’Union européenne (UE), l’ambassadeur et chef de la délégation en Algérie, John O’Rourke, a estimé que l’Algérie constituait un «partenaire important».

Lors d’une rencontre avec le ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar, les deux hommes ont évoqué les relations bilatérales, notamment dans le secteur énergétique, selon un communiqué du ministère publié sur sa page officielle Facebook. A cette occasion, les deux parties ont mis en exergue «la solidité des relations et l’impératif de les renforcer à tous les niveaux, d’autant que les pays de l’UE comptent parmi les grands clients et principal partenaire de l’Algérie dans le secteur de l’énergie», ajoute la source. En outre, Attar a plaidé pour la poursuite et la consoli-dation de cette coopération à travers la réalisa-tion davantage de projets de partenariat dans le cadre du principe gagnant- gagnant. Le ministre a par ailleurs, souligné l’importance de la nouvelle loi sur les

hydrocarbures, étant le cadre juridique fondamental à même de booster l’investisse-ment, notamment après la finalisation de l’élaboration de 32 textes d’application. Pour sa part, l’ambassadeur de l’UE a mis en avant l’importance du «partenaire algérien dans la sécurité énergétique pour les pays de l’UE». Le diplomate européen a également exprimé l’intérêt des compagnies européennes pour l’investissement énergétique en Algérie, évoquant les opportunités de coopération et de partenariat, notamment en matière de formation, de transfert de technologies et d’assistance technique, pouvant être assurées par l’UE au profit de l’Algérie dans le domaine de la sécurité énergétique. Le même jour, le ministre de l’Energie a reçu l’ambassadeur de France en Algérie, François Gouyette avec qui il a évoqué les relations bilatérales, notamment dans le domaine de l’énergie. Les deux parties ont examiné, par la même occasion, les voies de renforcer les relations dans ce domaine. De son côté, l’ambassadeur français a rappelé nombre de projets et d’investissements réalisés en Algérie en partenariat avec des entreprises algériennes.

Gouyette a également mis l’accent sur les opportunités de coopération et d’échange d’expertises entre les PME des deux pays.

R.E.

tiRée PAR les PRix du Poisson et des œufs

L’inflation atteint 2,4%

en 2020

A l’instar des autres diplômés, les sor- tants de la faculté des hydrocarbures de l’université de Boumerdès éprouvent des difficultés à trouver de l’embauche dans les sociétés relevant du secteur de l’éner- gie. Cette préoccupation a été exposée par les représentants de ladite faculté à l’occa- sion de leur rencontre avec le ministre Abdelmadjid Attar. en réponse à leurs doléances, le ministre a promis d’y remé- dier, après consultation avec ses homo- logues des départements du travail et de l’enseignement supérieur. selon un com- muniqué publié sur la page officielle face- book du ministère, la rencontre, qui a eu lieu avant-hier, a été une occasion pour les représentants des étudiants de la faculté des hydrocarbures à l’université m’hamed Bouguera de Boumerdès de soulever une série de préoccupations liées essentielle- ment «à la levée des entraves empêchant leur participation à des concours de recru- tement au niveau des entreprises du sec- teur des hydrocarbures à travers l’en- semble du territoire national». A cette occasion, les représentants des étudiants ont préconisé de permettre aux titulaires de diplômes spécialisés dans les hydrocar- bures de participer à tout concours de recrutement dans le secteur. le ministre de l’energie a, selon la même source, écou-

té attentivement les préoccupations des étudiants, leur assurant de «ses contacts avec les ministres du travail, de l’emploi et de la sécurité sociale, el Hachemi djaâ- boub et de l’enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Ben- ziane pour la tenue d’une réunion de coor- dination regroupant les trois ministères en vue de parvenir à un règlement définitif de ce dossier», a précisé le communiqué.

Hafid M.

(8)

R É GIONS

4 8

CRÉSUS # 550 DU JEUDI 28 JANVIER 2021

L

e plan de développement vise à

"satisfaire les besoins de la population des zones d’ombres en eau potable, généraliser le raccordement à l’électricité et au gaz naturel et à désenclaver les zones isolées et montagneuses, tout en améliorant les conditions de la scolarisation des enfants". dans ce cadre, il a été procédé, selon la même source, à "l’organisation d’un recensement moderne et participa- tif des zones d’ombre, dans le but d’orienter les opérations de développe- ment, et ce à travers la mise au point d’un système informatique au niveau local, renfermant 16 critères d’évaluation. de même qu’il a été procédé à l’inscription des opérations, en associant les citoyens et les associations locales, ce qui a permis de recenser 13.587 zones d’ombre au niveau national. les indicateurs de l’an- née écoulée montrent "l’achèvement de 7276 projets sur 8143 projets recensés, soit un taux de réalisation de 89.35%", selon la même source qui fait état de l’en- registrement d’un taux d’avancement de 80% dans 633 opérations et d’un taux de 50 % dans 635 opérations, ainsi que d’un nombre global des projets inscrits qui s’élève à 12.841 projets.

188 MILLIARDS DE DINARS POUR PARACHEVER LES OPÉRATIONS INSCRITES dans le but de parachever les opéra- tions inscrites, "une enveloppe de 188,42 milliards de dA a été mobilisée, à la

faveur de la réorientation des pro- grammes inscrits précédemment à la charge du fonds de garantie et de solida- rité des collectivités locales, des budgets des Collectivités locales et des Plans com- munaux de développement (PCd). Bien que coïncidant avec les efforts de lutte contre la Covid-19, la mise en œuvre du Plan de développement des zones d’ombre a permis d'avoir "des effets

concrets sur le terrain". Ainsi, en termes de l’Alimentation en eau potable (AeP),

"le réseau de l’eau s’est vu renforcé par la réalisation de 2700 km de réseaux". il s'agit également de la réhabilitation 495 km et le raccordement au réseau d’eau, de plus de 173.000 foyers au profit de près de 830.000 habitants. Quant à l'as- sainissement, "un nouveau réseau de 1.100km a été réhabilité et plus de

79.000 foyers raccordés, au profit de près de 398.000 habitants". en matière d'énergie électrique, "un nouveau réseau de 218km a été réalisé et plus de 33.000 foyers raccordés, au profit de près de 166.000 habitants, en sus de l'équipe- ment de 2.531 logements de 860 pan- neaux solaires".

RÉSEAU ROUTIER RENFORCÉ

s'agissant de l'éclairage public et de l'approvisionnement en gaz, la même source a fait état de la réalisation de 600km de réseau d'éclairage public et de la réhabilitation de 253km", outre "la réalisation de 2.055km du réseau et du raccordement de plus de 56.000 foyers en gaz, au profit de près de 284.000 habi- tants". les opérations de désenclavement ont permis de "renforcer le réseau rou- tier par la réalisation de 1.323km, la réhabilitation de plus de 2.800km et l'ou- verture de 884km de voies dans des zones isolées".

Afin d'améliorer les conditions sco- laires, "375 salles d'étude et 84 cantines scolaires ont été réalisées et 298 écoles et 51 restaurants réhabilités, outre le renforcement du parc du transport sco- laire par 471 nouveaux bus et 515 bus loués". A l'effet de renforcer les struc- tures de santé de proximité, "32 nou- velles salles de soins ont été réalisées et 175 autres réhabilitées", en sus de "225 espaces de loisirs réalisés".

R. R.

PlAn stRAtégiQue de déveloPPement des Zones d’omBRe

Un bilan positif

TLEMCEN

Le port de

«Sidna Youchaa»

dédié à la pêche en haute mer

Le ministre de la Pêche et des Productions halieutiques Sid Ahmed Ferroukhi a annoncé mardi à Tlemcen que le port de "Sidi Youchaa" (daira de Ghazaouet), sera dédié à la pêche hauturière. Lors de sa visite à cette nouvelle infrastructure portuaire, située dans la commune de Dar Yaghmoracen (Tlemcen), le ministre a indiqué, qu’une étude sera incessamment lancée pour "adapter cette infrastructure en port de pêche en haute mer". L’intérêt de l’étude est de donner des solutions adéquates pour permettre au port d’accueillir les grands bateaux de pêche au lieu des petits métiers, des chalutiers et autres prévus initialement dans ce projet, a-t-il fait savoir. Le port de "Sidna Youchaa" était destiné aux activités de pêche avec une capacité de 295 embarcations.

Réceptionné en 2020, le port devra connaitre la réalisation de nouvelles structures, telle qu’une halle à marée, des cases de pêcheurs, un bloc administratif, une station de ravitaillement ainsi que la réalisation d’atelier de réparation navale, fabrique de glaces outre des ateliers de ramonage. Ecoutant les préoccupations des professionnels locaux, notamment celle liée à la possibilité d'exercer au niveau de cette nouvelle infrastructure, le ministre a instruit de créer une commission, composée de la direction de la pêche, des représentants des petits pêcheurs et les autorités locales afin de "recenser tous ceux qui activent dans ce secteur et de convertir leurs activités de plaisanciers à des marins pêcheurs professionnels". Il a insisté sur la formation des ces pêcheurs. La délégation ministérielle s’est rendue ensuite à l’école de pêche de Ghazaouet ou le ministre a procédé au lancement d’une session de formation initiée au profit de 25 stagiaires. Ces derniers recevront au terme de cette formation qui s'étalera sur six (06) mois, un certificat de capacité.

PRogRAmme AAdl À el-oued

Un millier de logements à distribuer cette année

un millier de logement de type location vente relevant du program- me de l’Agence d’amélioration et de développement du logement (AAdl) seront distribués cette année dans la wilaya d’el-oued, a-t-on appris auprès de cet organisme. Ces unités sont localisées dans quatre com- munes de la wilaya à fortes concen- tration d’habitants, à savoir el-oued (500 unités), djamaâ (250), el- meghaier (170) et guemmar (80), a révélé le directeur des programmes AAdl à el-oued, smail souadkia. Ces logements sont à un stade avancé de réalisation, estimé à 80% pour les 500 unités projetées dans la commu- ne d’el-oued et à une moyenne de

plus de 90% pour ce qui concerne les 480 unités des communes de djamaâ et el-meghaier, sachant que cer- taines sont achevées, a-t-il précisé.

s’agissant des chantiers connaissant un retard, que ce soit dans la réalisa- tion où les aménagements, ils ont été relancés après résolution de leurs situations et atteignent pour 50 des 80 logements localisés dans la com- mune de guemmar un taux d’avance- ment de 40% après six (6) de tra- vaux. les travaux d’aménagement, notamment les raccordements aux réseaux divers (eau, assainissement, électricité et routes secondaires), sont à un stade très avancé sur cer- tains chantiers, a noté m. souadkia en ajoutant que pour le reste ils seront finalisés dans le courant du second semestre de 2021 au plus tard. les services de l’Agence AAdl ont rencontré diverses contraintes depuis le lancement de ces chantiers d’habitat ayant ralenti leur rythme d’avancement, dont le non respect des délais par les entreprises réalisa- trices, les contraintes liées à la natu- re de la propriété foncière ainsi que les problèmes techniques inhérents à l’étude des sols. l’attribution de ces logements AAdl devrait intervenir en quatre (4) étapes durant l’année 2021, à commencer par une tranche de 277 unités dans la commune d’el- oued à être attribuée aux bénéfi- ciaires en mars prochain, selon la même source.

Les données relatives à la mise en œuvre du Plan stratégique pour le développement des zones d’ombre au titre de l’année 2020 font ressortir un bilan positif en terme de concrétisation des objectifs tracés

et de réalisation d’effets concrets sur le terrain, a fait savoir, mardi, le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire.

DANGERS DE LA MAUVAISE UTILISATION D’INTERNET

La gendarmerie de Constantine

sensibilise les élèves

Une campagne de sensibilisation sur les dangers de la mauvaise utilisation d’internet a été organisée lundi par le groupement territorial de la Gendar-merie nationale de Constantine au profit des élèves des trois paliers de l’éduca-tion, apprend-on auprès de la cellule de communication de ce corps constitué. Organisée en prévision des vacances scolaires, cette opération de sensibi- lisation, entamée à partir de l’école primaire Malek Bennabi de la commune de Didouche Mourad (15 km au nord du chef-lieu), ciblera les

établissements scolaires de l’ensemble des communes de la wilaya en vue de prévenir les élèves aux dangers de la mauvaise utilisation d’internet, notamment les réseaux sociaux, a indiqué à l’APS, la responsable de communication de ce corps sécuritaire, le lieutenant Nedjoua Bekiri. Elle a également ajouté que cette action permettra de sensibiliser les familles à travers leurs enfants quant à l’importance de maintenir élevé le niveau de vigilance, s’agissant de la lutte contre la Covid 10 en réduisant notam-ment les déplacements pendant la période des vacances scolaires. Un cours sur les avantages et les inconvénients des moyens modernes de télécom- munication a été dispensé aux élèves par les éléments de la Gendarmerie nationale qui ont également distribué des dépliants relatifs aux conduites à tenir durant la période des vacances scolaire pour se protéger de la Covid-19, a-t-elle ajouté. Par ailleurs, cette campagne de sensibilisation a constitué une occasion pour les organisateurs de cet évènement pour rappeler aux élèves les mesures préventives et instructions sécurité routière. La responsable de communication du commandement de la Gendarmerie nationale de Constantine a noté que le numéro vert 1055 ainsi que le site ppgn.mdn.dz demeurent à la disposition de tous les citoyens pour signaler toute urgence pouvant affecter leur sécurité ou celle des leurs enfants.

Figure

Updating...

Références

Updating...

Sujets connexes :