Profession de foi de la liste FO ESR

Texte intégral

(1)

UNIVERSITÉ SORBONNE PARIS-NORD Élections des représentants des personnels BIATSS

au Conseil d’Administration (CA),

au Conseil de la Formation et de la Vie Universitaire (CFVU) et à la Commission de Recherche (CR)

Profession de foi de la liste FO ESR

FO ESR est affiliée à la FGF-FO (Fédération Générale des fonctionnaires FO), première fédération de la Fonction publique d’Etat.

Le 29 septembre 2020 nous sommes appelés, titulaires et non titulaires de l’établissement, à voter pour élire nos représentants au CA, au CFVU et à la CR de l’USPN. Il convient de noter que la modification des statuts a permis de faire une place plus importante à la représentation des BIATSS dans le CA, passant de 4 à 6 sièges.

Le CA est une instance décisionnaire pour l’essentiel des aspects qui règlent notre vie professionnelle à l’Université.

Concernant la politique de recherche et de formation, cela relève du CAC (Conseil Académique), composé par la réunion du CFVU (Conseil de la Formation et de la Vie Universitaire) et de la CR (Commission de Recherche).

Ces deux instances ont également leur rôle à jouer dans la politique de notre établissement et notre liste compte bien porter les problématiques spécifiques de la politique de recherche et d’enseignement en les corrélant avec le reste des décisions prises à l’université.

Cet ensemble est complété par le Comité Technique (CT) qui bénéficie du concours du CHSCT (Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail).

FO ESR siège au CT, qui se prononce sur les regroupements d’établissements, les réorganisations de services, les fusions de composantes et de services. FO ESR participe également et activement au travail du CHSCT depuis plusieurs années. Aujourd’hui il sollicite vos suffrages pour s’impliquer plus encore dans les décisions prises par l’organe central qu’est le CA.

FO ESR défend nos droits et revendications au niveau national

A l'heure où toutes les réformes convergent vers un démantèlement du service public et de la remise en cause sans précédent des statuts des BIATSS, FO ESR œuvre au CNESER (Conseil National de l’ESR) et au CTMESR (Comité Technique du Ministère de l’ESR) pour la défense du SERVICE PUBLIC de l’ESR. FO ESR continue à réclamer la revalorisation des grilles indiciaires de de rémunération qui ont perdu près de 18 % en 10 ans de gel. Sans cette attitude profondément injuste, les collègues qui perçoivent actuellement un salaire brut de près de 1500 euros, auraient perçus 1770 euros si l’indice dont nous demandons la revalorisation l’avait été. Nous poursuivons ce combat ainsi que celui qui s’oppose à l’individualisation croissante des rémunérations qui exclut l’écrasante majorité d’entre nous de toute revalorisation digne de ce nom. Il relaie nos revendications au niveau national pour ce qui concerne les retraites, les conditions de travail, les mesures relatives à la protection des personnels en cette rentrée encore placée dans le contexte de la COVID-19.

Retrouvez l’actualité de nos actions sur le lien suivant : http://www.snpreesfo.fr/

(2)

Voter pour les candidats FO ESR, c’est défendre vos droits et revendications à l’USPN, entre autres :

- A défaut de la revalorisation de la grille indiciaire, nous demandons celle de la prime, qui a été opérée dans plusieurs autres universités ;

- L’attribution de la prime de fin d’année à tous les collègues, sans exclusive ; - L’amélioration des conditions matérielles de travail ;

- La mise en œuvre effective de la protection et du suivi annuel de notre santé, par la mise en place d’un service de médecine du travail digne de ce nom ou/et l’aménagement de parcours spécifiques dans l’un des CHU rattachés à notre université, cette demande s’étend évidemment à nos collègues enseignants et enseignants-chercheurs, contractuels ou titulaires ; cette revendication est indissociable d’une politique plus active en matière de prévention des risques psycho-sociaux ; - Une approche globale et cohérente de la structuration des services, l’abandon de la campagne du

gel des postes et des campagnes « zéro emploi » ; sans cela, nous aurons à faire face plus encore, si cela a un sens, à une surcharge de travail, un mal-être, des dépressions ainsi que des départs croissants vers d’autres universités, sans oublier la multiplication des conflits et des altercations ; - Les droits des contractuels, qui représentent 30 % de notre corps, notamment pour la revalorisation

de leurs salaires et pour la titularisation de celles et ceux qui le souhaitent ;

- Notre formation, afin d’assurer les nouvelles missions dont le nombre ne cesse de croître, mais aussi de valoriser nos compétences et permettre une évolution des carrières de chacune et chacun ; cet aspect est d’autant plus important qu’il paraît pour le moins paradoxal que nous soyons toutes et tous au service de la formation de nos étudiant(e)s alors que l’Université n’offre pas suffisamment cette possibilité à ses agents ;

- La mise en œuvre d’une véritable politique de promotion ; actuellement l’écrasante majorité d’entre nous doit attendre plus de 10 ans, ou fréquemment bien plus, pour bénéficier d’une promotion ;

- Orienter résolument la politique de l’Université vers la création et le maintien de postes statutaires ; - Soutenir les projets inventifs et créatifs qui participent à l’amélioration des conditions de travail

pour le personnel de l’établissement

- Améliorer la prise de connaissance des décisions qui nous impactent toutes et tous (participer au développement d’une politique d’ouverture des données)

Pour des représentants qui participent activement à tous les conseils et toutes les commissions, le 29 septembre 2020, VOTEZ et faites voter pour vos représentants FO

ESR aux CA, CFVU et CR

CA CFVU BIATSS

Catherine Bernardi (IUT de Saint-Denis) Rachid Bailla (DSI)

Audrey Keita (Institut Galilée)

Timothée Bonnet (Service des archives) Souad Kadaoui (CEDIP)

Karim Boualem (BU)

Souad Kadaoui (CEDIP) Abdelmjid Lahmouid (DSI) Maud Loubet (UFR LLSHS) Rachid bailla (DSI)

CR collège E CR collège F

Timothée Bonnet (Service des archives) Audrey Keita (Institut Galilée)

Marie Quadrini (BU)

Figure

Updating...

Références

Updating...

Sujets connexes :