• Aucun résultat trouvé

Transfert de la clhordécone du sol vers les cultures

N/A
N/A
Protected

Academic year: 2021

Partager "Transfert de la clhordécone du sol vers les cultures"

Copied!
1
0
0

Texte intégral

(1)

Page 1/1

TRANSFERT DE UA CHLORDÉCONE

DU SOL VERS LES CULTURES

4~,···'h"''')

PRAM ...

,f

"-"llrliflltllJ

-Sa ns contact avec

le sol

cirad

Avec le concours de chlordêconePlan

M. Lesueur, F. Clastre, K. Romuald - Cirad, 2010

~ 1 mg/ kg ::snl de sol sec 5; 3 D) )(

3'

D) in c. C ln 2. nl ::s n ::s-C

a.

nl· n 0 0.1 mg/ kg ::s de sol sec nl

Les études menées ces dernières années ont permis d'établir trois grandes catégories de produits selon leur comportement face au transfert de chlordécone du sol vers le produit consommé. A partir de la teneur d'un sol en chlordécone, il est maintenant possible de savoir

ce que l'on peut cultiver sans risque pour la santé.

Les cultures fruitières arbustives, l'ananas et les légumes poussant sans contact avec le sol peuvent être cultivés quel que soit le niveau de contamination du sol en chlordécone.

Cette catégorie inclut tant des fruits (ananas, banane, mangue, goyave... ) que des légumes verts (haricot, chou, piment, tomate, aubergine, gombo, christophine palissée ... ) et des féculents (fruits à pain, pois d'Angole, ti-nain).

Les produits se développant avec un contact partiel avec le sol peuvent être cultivés sur des sols ayant des teneurs en chlordécone jusqu'à 1 mg par kg de sol sec.

Sont concernés le giraumon, le concombre, la courgette, le melon non paillé, la pastèque, la cive (ou oignon pays) mais aussi la laitue et la canne à sucre bien que l'on ne trouve pas de trace de chlordécone dans le sucre ni le rhum. Certaines pratiques culturales peuvent être mises en oeuvre pour limiter

ou empêcher le transfert de chlordécone vers les produits consommés: tuteurage (concombre), palissage (christophine), paillage (giraumon)

culture hors sol (laitue, cives) ...

Il est déconseillé de cultiver les racines et tubercules, dont toute la croissance se déroule en contact avec le sol, sur des sols dont la concentration en chlordécone est supérieure à 0,1 mg par kg de sol sec.

Les ignames, dachines, patates douces, carottes, navets, radis, gingembre et curcuma sont concernés.

eOIf.fOllfllfeZ fa.otifité,lflfellfelft

rle.r

1f#1U"t.f

et

~" lo(Jo.~

Références

Documents relatifs

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des

GESTION DES PARCELLES POLLUÉES ET ANTICIPATION DU RISQUE DE CONTAMINATION DES RACINES ET TUBERCULES Intégration des données disponibles : une capacité de transfert maximale est

Les résultats importants obtenus sont la vérification de la grande affinité des racines des plantes tests, carotte et melon, pour la molécule ainsi que la rapidité et

En attendant l’issu de cette étude et en appliquant le principe de précaution, un arrêté préfectoral (n°030725 voir Annexe 1) impose aux agriculteurs de déclarer les surfaces

La plantation « Simon » est caractérisée par un déficit du potassium par rapport au calcium et au magnésium, qui pa r contre dans cette plantation ainsi qu'à « Digue » sont

La dispersion, qui entraîne le produit et éventuellement ses dérivés hors du point d'application ou du volume de sol dans lequel il est recherché et la dégradation, qui assure

Cette étude est une étude préliminaire, visant à (i) connaître si la fluorescence de la chlorophylle a est une méthode précoce de diagnostic de présence de Tl,

- Si l’évaluation est menée sur des molécules déjà étudiées et pour lesquelles des coefficients de transfert ont déjà été publiés ; ces derniers peuvent alors être