• Aucun résultat trouvé

Textes écrits par les élèves de 5ème2

N/A
N/A
Protected

Academic year: 2022

Partager "Textes écrits par les élèves de 5ème2"

Copied!
19
0
0

Texte intégral

(1)

Mosel’ Lire 2022

Textes écrits par les

élèves de 5ème2

(2)

Texte inspiré de l’univers de : Lancelot Dulac

Lancelot a retrouvé Jennifer. Elle propose à Lancelot de partir à la découverte de son royaume, le parc d’acclimatation. Lancelot accepte la proposition de Jennifer avec enthousiasme. Ils partent pendant la nuit, Jennifer lui fait visiter le parc car elle a emprunté à son père les clés de toutes les attractions.

Jennifer et Lancelot décide de faire une attraction qui se surnomme

«la maison hantée» car Lancelot a envie d’affronter des monstres pour prouver à Jennifer son courage. Ils pénètrent dans la maison qui est toute sombre. En marchant, ils se rendent compte que le sol bouge .Lancelot rassure Jennifer qui a peur. Ils entendent des rires effrayants. Ils continuent leur chemin et aperçoivent au bout d’un couloir un clown avec une tronçonneuse. Lancelot se met devant Jennifer pour la protéger et se demande comment sortir de ce manoir rempli de monstres cruels.

Lancelot essaye de reculer discrètement avec Jennifer et ils s’enfuient du manoir. Alors, Lancelot se trouve ridicule, il dit à Jennifer :

- Désolée de ne pas avoir été à la hauteur pour te protéger. Propose-moi un défi, je le ferai les yeux fermés.

Elle lui propose alors ce défi, celui de monter dans un manège effrayant appelé le Monster. Lancelot accepte, ils se dirigent vers l’attraction et là, il découvre un immense grand huit qui fait plusieurs mètres de haut.

Lancelot monte sur le grand 8 il se met tout devant. Jennifer va dans la cabine pour lancer l’attraction. Au départ du grand 8, les voitures démarrent doucement : Lancelot est rassuré. Puis le wagon grimpe une pente très raide, puis il commence à monter la pente et là il n’est plus rassuré du tout. C’est très haut, il commence à avoir le vertige. Arrivé au sommet, Lancelot se rend compte qu’il y a une descente vertigineuse et que lça va être horrible. Le wagon se lance vers le sol et prend de la vitesse, Lancelot a le souffle coupé et envie de vomir. Il est paralysé par la peur et il n’arrive pas à hurler tellement qu’il est sous le choc. Le train termine de tourner et s’arrête . Lancelot descend du Grand 8 et il a les

(3)

jambes qui tremblent . Il a honte de lui. Jennifer se précipite vers lui et lui demande :

- Comment vas-tu ?

- ça va, mais dommage que c’était trop haut, lui répond Lancelot.

- Ah ! mince tu veux refaire un tour ?

- Oui je veux bien réessayer car je veux te montrer que je suis fort.

- D’accord.

Lancelot remonte dans le manège et Jennifer le redémarre. Cette fois, Lancelot n’a plus peur et il est fier de lui.

Les deux enfants décident d’essayer un autre manège. Jennifer lui propose de faire le « Space shoot » . Ce manège ressemble à une tour de 55 mètres de haut sur laquelle des sièges montent et redescendent à toute vitesse. Lancelot accepte même s’il a peur et qu’il a le vertige. Il s’installe dans le Space shoot sans dire un mot. Jennifer se doute que Lancelot a peur de cette attraction, elle lui demande si tout va bien.

Lancelot lui répond que oui. Jennifer rassurée l’attache. Lancelot prend sa respiration. Jennifer lançe l’attraction sans prévenir Lancelot. Lancelot comprend que Jennifer a lancé l’attraction. Au début, l’attraction monte doucement, Lancelot est rassuré. Puis, soudain, elle part comme une fusée à 55 mètres de haut. Puis, elle s’arrête et redescend en quelques secondes. Lancelot a un choc épouvantable. Une fois en bas, Lancelot fit semblant de se sentir bien. Il dit à Jennifer qu’il veut aller aux toilettes. Il court car il a envie de vomir et ne veut pas que Jennifer s’en rende compte.

Jennifer voit bien que Lancelot est malade mais elle veut encore jouer avec lui pour voir s’il l’aime vraiment. Elle lui propose alors un grand défi. Elle lui dit : « Lancelot, serais-tu capable de faire une dernière chose pour moi ? ». Lancelot répond que oui. Elle lui dit : « pour ce dernier défi, pour me prouver que tu es un vrai chevalier, tu dormiras seul dans le parc et demain matin vers 7h00, je serai là pour te délivrer.

Lancelot accepte le défi malgré sa peur insupportable d’être seul dans le noir. Jennifer part et laisse Lancelot seul. Il ne sait pas où dormir alors il monte sur un manège et commence à s’endormir. Le lendemain, il se réveille très tôt pour ne pas se faire prendre par les gardiens et se cache, il attend Jennifer qui ne vient pas. Au bout de deux heures, il grimpe par dessus le portail et décider d’aller chez Jennifer pour voir ce qui se passe.

(4)

En chemin, il lui envoie un message car il s’inquiète. Elle ne répond pas.

Arrivé chez elle, sous sa fenêtre, il entend beaucoup de bruit et de la musque. Il l’appelle en criant son nom, puis sonne à al porte, elle finit pour lui ouvrir. Et là, il découvre qu’elle a organisé une fête sans lui.

Lancelot se rend compte qu’elle s’est moqué de lui et qu’elle ne mérite pas son amour. Il rentre chez lui très triste. Depuis, Jennifer et lui ne se sont jamais revus.

Mohamed Asekour, Sarah Benalouache Mohamed Fatoumi, Inès Homesse Axel Schorsch, Adam Souici Elèves de la classe de 5ème Collège Julie Daubié, Rombas

(5)

Texte inspiré de l’univers de : La maison aux 36 clés

Je me posais de plus en plus de questions sur l’étrange maison dont ma sœur me parlait sans cesse : elle était grande, très vieille et elle avait un jardin d’une immensité extraordinaire.

-Tu es prête ? me dit Ornella.

- Oui ! me suis-je exclamée .

J’étais folle de joie à l’idée de rencontrer Dimitri et Tessa, les deux amis d’Ornella. Ma sœur sonna à la porte et Dimitri apparut. Il était grand, avait un peu près 13 ans, il avait des cheveux bruns clairs et des yeux marrons. Sa sœur vint à côté de lui, elle était plus jeune que lui, avait des cheveux blonds et les mêmes yeux que son frère.

- Bienvenue ! dit Dimitri.Tu es Daphné n’est ce pas ? - Oui, c’est bien moi .

Nous sommes entrés dans la maison, le mobilier était très ancien tout comme la tapisserie, d’immenses fenêtres ornaient les murs. Tessa me fit visiter la maison et je dis bonjour à sa mère. Nous étions en train de parler quand je m’aperçus que je n’avais plus ma bague sur mon doigt.

J’ai commencé à chercher dans les environs , mais sans succès. Je me suis baissée pour regarder sous les meubles du salon. Elle était là sous une commode ! Je déplaçai le meuble car elle était hors de ma portée.

Quel soulagement de la retrouver, elle appartenait à ma sœur qui me l’avait offerte avant de tomber malade.

Mais à côté , dans le parquet, il y avait une étrange trappe. Je courus vers Dimitri,Tessa et ma sœur et je partageai avec eux ce que je venais de découvrir. Tous les trois se précipitèrent vers l’endroit où se trouvait la trappe, Tessa l’ouvrit et ils virent un escalier qui menait sûrement à un sous sol. Ils décidèrent d’aller explorer. Il y avait une petite pièce avec plusieurs portes, dans le fond de cette pièce se trouvait une petite machine en bois avec un entonnoir et une manivelle rouillée. Sur le bois était gravé le dessin de glaçons.

- Vous pensez que cette machine pourrait fabriqué de la neige, s’exclama Tessa.

(6)

- Mais non regarde ! c’est une machine à fabriquer des glaçons ! rectifia Dimitri.

Je vis un petit carnet à côte de la machine, il était taché et jauni par le temps. Je l’ouvris et lu à voix haute :

15 juillet 1967

Je viens tout juste de terminer ma nouvelle invention,la machine à glaçons qui est un grand succès. Moi qui pensait que cette formation d’ingénieur à l’armée me serait inutile, elle m’a tout compte fait bien servie.

17 août 1967

Mon invention avait bien fonctionné jusqu’à aujourd’hui, et là la machine s’est emballée et plein de glaçons se sont déversés sur tous les invités qui m’ont pris pour un fou qui invente des machines ratées qui vous explosent à la figure...

- Oh, c’est tellement dommage que cette machine ne fonctionne plus!

s’exclama Tessa.

- Regardez, on peut aller voir ce qu’il se passe derrière une des deux portes, m’écriai-je .

- Oui tu as raison, dit Dimitri. Allons y.

Nous avons ouvert la porte de gauche. Cette fois ce qui se trouvait à l’intérieur était beaucoup plus grand que la machine à glaçons, elle ressemblait à un appareil qu’on trouve chez les ophtalmologues. J’ai cherché dans le carnet et j’ai continué à le lire :

1er janvier 1968,

Après l’humiliation que j’ai éprouvé suite à l’échec de ma machine à faire des glaçons, j’ai fait une pause et j’ai de nouveau étudié. Maintenant je suis prêt pour créer d’autres inventions. J’ai commencé à construire une machine qui corrige la vue. Je l’ai terminée aujourd’hui et je l’ai essayé sur moi car je suis myope.

Enfin une expérience réussie, je n’ai plus besoin de lunettes. J’ai parlé de cela à un voisin et il m’a dit qu’il voulait essayer. Demain, il va venir...

(7)

2 janvier 1968,

Quel malheur ! Mon voisin est venu et j’ai testé la machine sur lui. Quand il a ouvert les yeux, il m’a dit qu’il ne voyait plus rien d’un œil. J’ai commencé à paniquer. Je l’ai remonter dans la machine pour régler le problème mais il ne voyait toujours pas . Il est parti à l’hôpital.

Heureusement il n’a pas porté plainte contre moi, j’ai eu de la chance cette fois...

- Ouah, votre oncle a eu de sacrés problèmes dans sa vie ! ai-je dis.

- Oui et on ne le savait même pas !dirent Dimitri et Tessa en même temps.

- Et dire que ces machines étaient censées de ne pas faire de mal, répliqua ma sœur.

- Bon on continue ? dit Tessa.

Tessa courut vers la dernière porte et l’ouvrit. On vit une machine qui ressemblait à une sorte de photomaton. Je rentrai dedans et je vis un mode d’emploi sur le tableau de bord en face du siège. Il était écrit : Machine à remonter le temps.

- Une machine à remonter le temps ! s’’exclama Tessa.

- Oui c’est bien ça. Lui répondit Dimitri qui continua à lire.

Insérer un jeton spécial Eustache, et mettez la date à laquelle vous voulez vous rendre, puis appuyer sur le bouton rouge...

Ornella nous appela, elle a commencé à lire un nouveau carnet de leur oncle qu’elle avait trouvé sur le siège de la machine.

29 mars 1968

J’ai commencé à créé une machine capable de remonter dans le temps pour aider ma nièce car ses parents sont morts dans un accident de voiture. J’aimerai pouvoir empêcher cet accident.

(8)

18 novembre 1968

J’ai terminé ma machine après huit mois de travail. Mais je me suis rendu compte qu’il était très dangereux de changer les événements passés. Je risque de bouleverser le monde. Je préfère renoncer et trouver autre chose qui rendent les gens heureux.

Tessa voulut tester un jeton qu’elle avait trouvé dans le carnet mais cela ne fonctionna pas. Nous décidâmes de remonter au rez-de- chaussée et de tout montrer à leur mère. Un nouveau secret avait été résolu.

Nassim Berbaza Hiba Bouaichat Sanaa El Bouani Yanis Rebbah Rouy Lili Guarino San Filippo Elèves de la classe de 5ème2

(9)

Texte inspiré de l’univers de : La maison aux 36 clés

Juillet 1936

Eustache arriva devant une grande et belle maison, il était épuisé car il avait fait de nombreux kilomètre à pied sous le soleil, il passa le portail de la maison. Il aperçut la porte entrouverte, le jeune homme sonna à la porte, personne ne répondit et Eustache décida d’entrer il se retrouva dans une cuisine.

Il était tellement affamé et assoiffé qu’il n’avait pas remarqué que la porte s’était refermée derrière lui.

En ouvrant tous les placards à la recherche de nourriture, il tomba sur une clé. Il décida d’aller faire une sieste et chercha une chambre pour se reposer. La porte qui semblait mener vers le 1er étage étaient fermée à clé, il réussit à ouvrir une pièce avec la clé qu’il avait trouvée, c’était un salon : il dormit sur un canapé car il était fatigué.

Le lendemain, Eustache eut envie d’explorer la mystérieuse maison, il voulait aller au 1er étage. Sur la porte, il voit graver trois lettres A, B et C avec en dessous trois boites qui comportait un bouton. Il vit une feuille posée sur une petite table et lut dessus une énigme qui contenait trois réponses A, B ou C. Il comprit qu’il devait résoudre l’énigme :

Le chiffre du milieu est 4 fois plus grand que le troisième et dernier chiffre. De plus, le premier est plus petit de 3 unités que le second. Qui suis-je ?

A: 136 B: 141 C : 153

Eustache calcula dans ma tête et appuya sur le bouton B, la boîte s’ouvrit et il trouva une clé. Il put accéder au 1er étage, il était très fier de lui quand tout à coup il entendit une voix féminine appelée à l’aide, elle semblait venir du grenier.

Il décida de poursuivre son chemin pour aller au second étage et tomba sur une nouvelle porte avec une nouvelle énigme :

Un père a 4 fois l'âge de sa fille. Dans 20 ans, ce père sera deux fois plus âgé que sa famille. Quel âge ont le père et sa fille ?

A : La fille a 10 ans et le père 40

(10)

B : .La fille a 20 ans et le père 55 C : La fille a 15 ans et le père 50

Eustache réfléchit et appuyer sur la réponse A. Il eut la seconde clé et fonce vers le 3ème étage. Une nouvelle énigme :

Un fermier a 40 porcs, 10 lapins et 20 chevaux. Si vous appelez les chevaux les porcs, combien de nouveaux chevaux aura-t-il maintenant ?

A : 60 B ; 20 C : 50

Eustache réfléchit et appuya sur la réponse B, encore une nouvelle clé gagnée. Enfin il était au 3ème étage, il explora le couloir et vit la porte du grenier.

Il entendit encore la voix mais cette fois-ci plus fort et plus près. Il prit peur et tomba dans les escaliers. Il se releva et décida d’affronter ce qu’il y avait derrière la porte. Il tremblait rien qu’à l’idée de trouver ce qui se cachait derrière.

Il poussa la porte et entra, trouva la pièce en désordre avec beaucoup de vieux objets et de vieux meubles. Il fouilla la pièce et omba sur une jeune femme qui tremblait et qui avait l’air de mourir de faim et de soif. Elle s’était réfugiée derrière une grande armoire. Elle était grande, mince, avec de long cheveux bruns et de beaux yeux verts éclatants. Voyant qu’elle avait peur, Eustache la rassura tout en lui disant qu’il ne lui ferait aucun mal et qu’elle était en sécurité avec lui.

Il lui demanda alors des informations sur elle, comment s’était-elle retrouvée ici et comment elle se nommait :

- Je m’appelle Lucy, merci d’être venue m’aider, et vous comment êtez-vous arrivé ici ?

- moi c’est Eustache, je suis arrivé ici par hasard car mon village a été inondé et ma maison détruite. J’étais à la recherche d’un abri et de nourriture, j’ai vu la maison qui semblait abandonnée, j’ai vu une porte entrouverte donc j’ai décidé de rentrer à l’intérieur. Puis j’ai commencé à entendre des bruits et j’ai voulu savoir ce que c’était. J’ai réussi à monter jusque là grâce aux énigmes.

- moi aussi, j’ai tout perdu dans l’inondation, je cherchais aussi un refuge. J’ai trouvé cette maison, les portes étaient ouvertes mais à chaque fois je montais d’un étage, elles se refermaient derrière moi jusqu à ce que je finisse au grenier.

(11)

Eustache l’aida à se relever, il la trouvait charmante, décidèrent de rester ensemble dans la maison. Ils y vécurent longtemps heureux et fondèrent une famille.

Ozalee Ozturk Ruben Schunck Nordine El Mokrif Elisa Oculi Terrisi Elèves de la classe de 5ème2 Collège Julie Daubié, Rombas

(12)

Texte inspiré de l’univers de :

Les jeunes filles ne montent pas si haut d’habitude

Minuit. Gérard est dans sa chambre, il entend la porte d’entrée grincer. Il se demande si quelqu’un est entré dans la la maison. Gérard prend une règle pour se défendre, il se précipite sur la pointe des pieds. Il ne voit personne, il entre dans la cuisine, regarde par la fenêtre et voit Timoti son fils dans l’allée s’éloigner avec une inconnue . Il ouvre la fenêtre et l’interpelle : pas de réponse. Timoti est trop loin pour l’entendre. Alors, il se dépêche de mettre ses chaussures, il ouvre la porte et commence à les poursuivre de loin en cachette car il est intrigué par le comportement de son fils qui est parti avec une petite valise.

Il les suit sans se faire voir et les voit entrer dans une grotte. Il s’approche et Ies observe s’installer pour la nuit. Il entend leur discussion et entend le nom de la petite fille nommée Diane. Il s’assoit en cachette au pied d’un rocher pour les observer, il est encore sous le choc du comportement de son fils et qu’il soit avec une amie. Petit à petit, somnolent, il s’endort. Le lendemain il se réveille, il entend du bruit en dehors de la grotte. Il frotte ses yeux en avançant vers la sortie de la grotte et voit son fils se baigner avec Diane.Gérard n’a jamais vu son fils aussi heureux. Le visage de la petite fille lui rappelle quelqu’un.

Les enfants ont repris leur route. Toujours sur les pas de son

fils et Diane, Gérard aperçoit une femme menacée les enfants, il

entend un tir de fusil, il se précipite vers son fils et au même

moment il voit la chasseuse attraper violemment le bras de

Diane en les menaçant. Il voit son fils qui, sans réfléchir, attrape

(13)

sa valise, tire la poignée rétractable et assène un coup impitoyable dans les mollets de la femme. Gérard est surpris par le geste brutal de son fils. Tétanisé par le choc, Gérard n’arrive plus à bouger. Quelques secondes plus tard, Gérard voit les deux enfants s’éloigner vers la route, la chasseuse derrière eux, il essaye de les rattraper en vain. Il les voit monter dans une camionnette de cirque de la famille Flouzatte. Alors, il se souvient que Timoti avait reçu un courrier de ce cirque et il se rappelle de la destination de ce cirque .

Gérard se rend au cirque et se dirige vers la famille Flouzatte, il leur demande où sont Diane et Timoti. Deux jeunes enfants nommés Rosalie et Rosalion répondent qu’ils les ont déposés à côté d’un parc isolé. Gérard les remercie et repart à leur recherche.

Gérard arrive sur place et voit au loin un ours en train de jouer avec une poupée semblable à celle de Timoti, il commence à paniquer, se demandant si l’ours a attaqué les enfants et les a dévoré…..

Tout à coup, Gérard a une vision, il se revoit le jour où il a donné cette poupée à la naissance de sa fille, Diane,la jumelle de son fils que son épouse avait emmené avec elle lors de leur séparation. Il se met a pleurer toutes les larmes de son corps car il comprend que la petite fille est sa propre fille. D’un coup, il a le courage de croire que les deux enfants sont vivants, il s’avance vers la route et voit le facteur M.Jacqueline en camionnette . M.Jacqueline le prend en stop, Gérard lui explique ce qui se passe.

La nuit tombe, Gérard et le facteur entendent des rire, il

reconnaît le rire de son fils, Gérard est soulagé. Pâle, il descend

de la camionnette et se dirige avec une torche vers les enfants.

(14)

Il prend Timoti dans ses bras, il regarde le visage de la petite fille avec les yeux rempli d’amour.

Istabrak Azil Inès Benkadi Rayan Legouit Mélissa Mameri Mariam Diallo Oumar Aishawana Witter Elèves de la classe de 5ème2 Collège Julie Daubié, Rombas

(15)

Texte inspiré de l’univers : Nowhere girl

3 juillet 1987

Cher journal, aujourd’hui j’ai terminé mon école d’art et je viens de recevoir les résultats de mon bac, mes parents sont très fiers de moi sauf que je ne sais pas si tout ça me plaît vraiment. Je me pose énormément de questions sur mon avenir…

10 juillet 1987

Cela fait maintenant une semaine que les vacances ont commencé, je m’ennuie beaucoup mais j’ai prévu de faire une sortie avec ma meilleure amie Agathe pour la fête nationale du 14 juillet. Agathe, c’est le genre de filles sur qui tu peux toujours compter et qui sera toujours là pour te faire rire, je suis tellement contente de l’avoir rencontrer durant l’école primaire.

14 juillet 1987

Aujourd’hui j’ai vu Agathe, tout s’est super bien passé et les feux d’artifice étaient magnifiques.

27 août 1987

Cher journal, aujourd’hui rien ne va : j’ai appris que mon père était malade, un cancer des poumons…

Il est tellement déprimé, j’aimerais lui remonter le moral mais je n’ai aucune idée de comment faire...

10 août 1987

Ma mère m’a demandé d’aller chercher le pain et le journal, me voilà dehors avec mon baladeur et les Beatles dans les

(16)

oreilles. Je suis arrivée devant la boulangerie et j’ai vu à l’intérieur Paul Mac Cartney en grand sur la première page du journal. Je l’ai vite acheté et j’ai couru vers la maison pour annoncer la nouvelle à maman. Paul Mc Cartney était en concert à Paris dans deux semaines. J’ai convaincu maman de faire une surprise à papa. Lui aussi aime les Beatles, ça le rendrait vraiment très heureux.

11 août 1987

Maman a réussi à avoir des places je suis vraiment très contente cela remontera le moral à papa !

15 août 1987

Aujourd’hui j’ai eu mon cours de chant, ma professeure m’a fait un compliment sur ma voix, je l’ai tenue au courant pour le concert, elle est super contente pour nous.

20 août 1987

Je suis trop impatiente!!!!! J – 4.

25 août 1987

Hier s’était le grand jour, j’avais prévenu papa à son réveil, nous étions très excités dès le matin, j’ai vu le visage de papa s’illuminer lors de cette annonce. Je n’avais pas vu ceci depuis l’annonce de son cancer...

18h : Plus que 2h30, papa et moi nous nous sommes préparés et nous nous sommes mis sur notre 31.

19h30 : Papa a sorti la voiture du garage, j’ai fait un bisou à maman et nous voilà partis pour le concert de mes rêves !!

20h : Nous voilà arrivés au Zénith de Paris, nous avons attendu les ouvertures des portes.

(17)

20h30 : La première partie a commencé avec un petit groupe peu connu, j’avais hâte que cela se finisse, je voulais voir Paul Mc Cartney

21h20 : La première partie terminée, Paul Mc Cartney est monté sur scène, il était aussi imposant en vrai qu’en photo.

Mon plus grand rêve était en train de se réaliser.

21h50 : Le concert était génial mais mon père m’a chuchoté a l’oreille «il fait très chaud » je lui ai répondu en criant « oui c’est vrai mais c’est super !»

22h00 : A la fin d’une musique de son album Tug Of War, un des musiciens de Paul m’a appelée au micro «Magalie est appelée à venir chanter une chanson avec nous!» Un cercle s’est créée autour de moi et la lumière fut projetée sur moi, un garde du corps est arrivée et m’a fait monter sur scène.

Mes pensées se sont bousculées : vais-je vraiment performer avec Paul Mac Cartney sur scène devant plus de 6000

personnes ? J’étais très confuse et très stressée a la fois et je me demandais pourquoi moi ?Vais je vraiment performer avec Paul McCartney sur scène devant plus de 6000 personnes ? J’étais confuse et très stressée à la fois, pourquoi moi ?

22h15 : Paul McCartney me salua et décida de la chanson que nous allions interpréter : Live and let die ». Je lui dis que c’était ma chanson préféré avec mon père..Une petite larme coula sur mon visage…Paul dit alors « Dédions la à ton papa»

J’ai commencé à chanter et regardai papa au loin : un grand sourire de fierté était sur ses lèvres, il cria « c’est ma fille !!!! » en me faisant un cœur avec ses mains.

La fin de la musique arriva et Paul fut surpris de ma voix

«Tu as un réel talent, j’ai une idée pour toi » me dit-il. Il chuchota à son manager quelque chose . Avais-je réellement performer sur scène avec l’une de mes idoles ?

(18)

A la fin du concert, Paul me fit un signe de la main. Avec mon père, nous avons donc attendu que tout le monde sortent et nous avons rejoint Paul dans sa loge. Il me félicita de

nouveau.

«Ta performance à mes cotés était superbe, j’ai une

proposition à te faire…je te propose d’enregistrer ce duo en studio et de la mettre dans mon prochain album. »

«Je suis ravie mais pourquoi moi, pourquoi m’avoir choisi devant tout ce monde ? » Je me demandais comment tout cela avait pu se produire. Comment nous connaissait-il ?

J’acceptai sa proposition avec joie et le remerciai

énormément. Nous partîmes, je fis un câlin à mon père

pensant que c’était lui qui était derrière tout cela. Mais il me dit immédiatement «Ne me remercie pas je ne sais pas

comment tout ceci a pu avoir lieu » Je fus confuse sur la situation mais nous avons fini par prendre la route et retrouver maman pour tout lui raconter. Elle fut autant confuse et surprise que moi.

29 aout 1987

Aujourd’hui, j’ai eu mon cours de chant, je ne m’étais toujours pas remise de cette proposition que Paul McCartney m’avait faite il y a quelques jours. Je me devais de prévenir ma

professeure que j’allais un son avec Paul Macartney»

«Je suis au courant de tout, ne t’inquiète pas» me dit-elle.

Comment ca, elle était au courant de tout ? Non ce n’était pas possible ! peut être que papa ou maman l’avaient informée?

Non, ils n’ont pas discuté avec elle en me déposant, comment était ce possible ?

(19)

Soudain, je compris tout. C’était elle qui avait organisé tout cela, je savais bien qu’elle avait des contacts avec des

célébrités mais Paul Mc Cartney !!!!

Je ne savais pas pourquoi elle avait fait cela, peut- être pour me remonter le moral à cause de la maladie de papa qui va de moins en moins bien…

Je lui dis alors:

«C’était donc toi qui avait tout prévu ?! »

Elle m’a regardé avec un sourire au coin des lèvres.

Chloé Sefrin Erika Seravese Elèves de la classe de 5ème2 Collège Julie Daubié, Rombas

Références

Documents relatifs

Le chiffre des dizaines est le double du chiffre des centièmes donc le chiffre utilisé pour écrire la partie entière est le double du chiffre utilisé pour écrire la partie

Avec le module Hydro’R ® de Ventilairsec, l’air neuf insufflé dans la maison est préchauffé par le circuit hydraulique du chauffage. Une technologie qui procure une sensation

Je le fabrique moi-même en collant sur carton fort toutes sortes de photos trouvées dans les maga- zines féminins ou les revues photos.. Comme le plus souvent,

NC3 Se repérer sur une suite numérique Dépassé Acquis En cours d’acquisition. Non

On le trouve au mont Finelen sur Zermatt, sur les Alpes de Louèche, dans la vallée de St-Nicolas.. Sur le bord de la Lizerne, près

• 125 élèves viennent moins d’une fois par semaine et 16 % d’entre eux consultent entre deux et cinq ouvrages par visite ;.. • 45 % des élèves viennent au moins une fois

Disclaimer: layout of this document may differ from the published version. 1

Les textes des forums internet, écrits et lus par le grand public, peuvent-ils bénéficier de la traduction automatique.. PORRO RODRIGUEZ, Victoria, GERLACH, Johanna,

➤ Lis le texte et colorie-les elle de la couleur qui convient pour les remplacer.. « Ma fille jouait avec

Mais il aurait été insultant d’oublier les artistes qui étaient bien heureux de pouvoir exposer leur art dans un lieu aussi prestigieux et de vendre leurs œuvres pour

enfin il existe une masse médiastinale postérieure en communication avec l'infiltration pré et péri rachidienne.. le contenu est faiblement hypodense par rapport aux

Freud utilise le terme de défense pour désigner tous les procédés dont se sert le moi dans les conflits susceptibles d'aboutir à une névrose.. L'histoire ultérieure des

tracer la courbe des variations de la tension aux bornes du module pression en fonction du temps.. Puis utiliser la fonction tableur pour

Les organisateurs textuels dans quatre types de textes écrits.. Etude chez des élèves de dix, douze et

Production de textes écrits, types de textes et type d'activité..

The nodes and links directly represent the rules and the influence of each of the rules comprising the DIN, and the visualization enables the topological analysis of the

Dans le premier des deux étangs sont citées les espèces suivantes : Mytilus galloprovincialis, Cardium.. edule, Cardium siculum*, Tapes petalinus*, Bittium

Ceci est vrai dès le Tome II, mais va devenir caricatural dans les derniers volumes, surtout sous la plume du chevalier de Jaucourt, comme nous le verrons un peu plus loin.. Nous

Ce calcul de conversion des dénivelés de m en Pa étant fait, revenons à nos mesures : la pression dans le soufflé augmente un peu, parce que la croûte se forme, de sorte que les gaz

Dans ce nouveau modèle, où les prêts sont immédiatement transformés en produits titrisés et vendus à d’autres investisseurs, la croissance du crédit (titrisé) dépend plus de

Depuis ce jour, je n’adressais la parole à personne, je restais dans mon lit et tous les jours j’envoyais mes chevaliers chercher mon fils puis je me remettais

■ Pour installer la machine à glaçons, il faut avoir un tuyau souple d’alimentation en eau froide de ¹⁄₄ " (6,35 mm) de diamètre extérieur en cuivre avec un

Réserve de stockage Bin en acier inox avec porte en skinplate en façade escamotable type NVB255 adaptable pour le stockage allant de 191 à 243 kg pour les machines de production