• Aucun résultat trouvé

Université de Caen 1

N/A
N/A
Protected

Academic year: 2021

Partager "Université de Caen 1"

Copied!
3
0
0

Texte intégral

(1)

Université de Caen 1

er

semestre 2015-2016

UFR Sciences Mathématiques

L2 Maths Analyse

Séries numériques

Exercice 1. Déterminer la nature des séries données par les termes généraux suivants : – a n = cos n

n 3 , – b n = sin e −n , – c n = n sin 1 n ,

– d n = 2n + 3

2 n , – e n =

√ n + 1

n + ln n , – f n = arctan n,

– g n = 1

n + (−1) n

n , – h n = ln

n

2

+n+1 n

2

+n−1

, – i n =

n+3 2n+1

ln n

, – j n = R π/2

0

(cosx)

2

n

2

+(cosx)

2

dx, – k n = 1

ln(n) ln(ch n) , – l n = arccos √

3

1 − n −2 , – m n =

cos 1 n n

1 e , – n n = n

2 sin(

π4

+

n1

) .

Exercice 2. Soit (u n ) n une suite de réels positifs tels que la série ( P

n u n ) converge.

a. Montrer que la série ( P

n u 2 n ) converge. Le résultat subsiste-t-il si on ne suppose plus les u n positifs ? b. Montrer que les séries ( P

n u

n

n

2

), ( P

n

√ u

n

n ) convergent. Pour la deuxième on pourra utiliser Cauchy-Schwartz.

c. Montrer que la suite des produits P n = Q n

k=1 (1 + u k ) a une limite quand n tend vers +∞.

d. Soit (v n ) n une autre suite de réels positifs tels que la série ( P

n v n ) converge.

Montrer que la série ( P

n

√ u n v n ) converge.

Exercice 3. Déterminer la nature des séries données par les termes généraux suivants : – a n = n 2

(n − 1)! , – b n = n 2 n

, – c n =

n−1 2n+1

n

, – d n =

n−1 2n+1

(−1)

n

n

, – e n = n!

n 2n , – f n = 1 2

√ n

.

Exercice 4. Pour tout n ∈ N on pose

u n = 1 × 3 × 5 × · · · × (2n − 1)

2 × 4 × 6 × · · · × (2n) et v n = 1 × 3 × 5 × · · · × (2n − 3) 2 × 4 × 6 × · · · × (2n) . a. Quelle est la limite de la suite u u

n+1

n

?

Montrer que la suite (nu n ) n est croissante. En déduire la nature de la série (Σ n u n ).

b. Quelle est la limite de la suite v

n+1

v

n

?

Montrer qu’on a (n + 1) α v n+1 ≤ n α v n pour tout n et tout α ∈ 0, 3 2

. En déduire la nature de la série (Σ n v n ).

Exercice 5. Étudier la nature des séries données par les termes généraux suivants : a n = (−1) n ln n

n , b n = sin πn 2

n + 1

, c n = (−1) n n + (−1) n−1 .

Exercice 6. Pour tout n ∈ N on pose a n = n 1

s

et b n = (−1) n

sn−1

. a. Étudier la convergence des séries ( P

n≥1 a n ) et ( P

n≥1 b n ), selon la valeur du paramètre réel s.

b. Lorsque s > 1, déterminer une relation entre ζ = P ∞

n=1 a n et η = P ∞ n=1 b n . c. Le paramètre s est maintenant un nombre complexe non nul.

(i) Montrer qu’on a b 2n−1 + b 2n = −1+(1− (2n−1)

2n1s

)

s

. En déduire un équivalent simple de b 2n−1 + b 2n . On admet que le DL 1 (0) de (1 + t) α reste valable pour α ∈ C .

(ii) On écrit s = r + iθ. Déterminer la forme trigonométrique du complexe n s . Montrer que ( P

n≥1 b 2n−1 + b 2n ) converge absolument si r > 0.

(iii) Étudier la convergence de la série ( P

n≥1 b n ) selon la valeur du paramètre complexe s.

(2)

Exercice 7. Étudier la convergence des séries de termes généraux suivants : u n = ln

1 + (−1) n n

, v n = ln

1 + (−1) n

√ n

, w n = (−1) n

p n α + (−1) n , x n = (−1) n n α + (−1) n n β . Comparer la convergence de

P

n (−1) √

n

n

et

Q

n (1 + (−1) n

n

) . Exercice 8. Calculer les sommes suivantes :

A =

X

n=1

1

n(n + 1) , B =

X

n=2

1

√ n − 1 + 1

√ n + 1 − 2

√ n

, C =

X

n=3

2n − 1 n 3 − 4n .

Exercice 9.

a. Calculer P ∞ n=1

1 1+2+···+n . b. Calculer P ∞

n=1

1

n + n+1 12n+1 4

. On rappelle que P ∞ n=1

(−1)

n

n = − ln 2.

c. Calculer P ∞ n=1

1 1

2

+2

2

+···+n

2

. Exercice 10.

a. Calculer, pour tout x 6= r, la somme s(x) = P n k=0

x

k

r

k

. Exprimer s 0 (x) comme une somme.

b. Calculer les sommes suivantes :

A =

X

k=0

1

4 k , B =

X

k=0

k

3 k , C =

X

k=0

k 2 5 k .

Exercice 11. On rappelle que e z = P ∞ n=0

z

n

n! pour tout z ∈ C . Calculer les sommes suivantes : A =

X

n=0

1

n! , B =

X

n=0

(−1) n

n! , C =

X

n=0

1

(2n)! , D k =

X

n=0

1 (kn)! , E =

X

n=0

n

n! , F =

X

n=0

n − 1

n! , G =

X

n=0

(n + 1) 2 n! .

Exercice 12. Soit (x n ) n la suite définie par x 0 > 1 et la relation de récurrence x n+1 = x n + x 2 n . a. Démontrer que la suite (x n ) n tend vers +∞.

b. On pose u n = 2 −n ln x n et v n = u n+1 − u n . Montrer que v n = o(2 −n ).

c. Démontrer que la série ( P

n v n ) converge. On note S sa somme. Montrer que u n+1 − u 0 = S + o(2 −n ).

d. En déduire qu’il existe α > 0 tel que x n ∼ α 2

n

.

Exercice 13. On définit une suite (u n ) n par la donnée de u 0 > 0 et la relation de récurrence u n+1 = u n + u 1

n

. a. Montrer que la suite (u n ) n tend vers +∞, puis que lim(u 2 n+1 − u 2 n ) = 2.

b. À l’aide d’une série télescopique, en déduire que u n ∼ √ 2n.

c. On pose v n = u 2 n − 2n. En utilisant la question précédente, déterminer un équivalent simple de v n+1 − v n . d. On rappelle que P n

k=1 1

k ∼ ln(n). Déterminer un équivalent simple de v n . e. Montrer que

u n = √ 2n +

√ 2 8

ln n

√ n + O 1

√ n

.

Exercice 14. Soit (p k ) k la suite ordonnée des nombres premiers. On souhaite étudier la série ( P

k 1

p

k

). Pour tout n ∈ N on pose V n = Q n

k=1 (1 − p 1

k

) −1 .

a. Montrer que la suite (V n ) n converge ssi la suite (ln V n ) n converge.

En déduire que la suite (V n ) n converge ssi la série ( P

k 1

p

k

) converge.

b. Démontrer que V n = Q n k=1

P ∞ j=1 p −j k

. En déduire que V n ≥ P n j=1

1

j . Conclure.

c. Pour α ∈ R , quelle est la nature de la série ( P

k

1

p

αk

) ?

(3)

Université de Caen 1

er

semestre 2014-2015

UFR Sciences Mathématiques

L2 Maths Analyse

Séries numériques (suite)

Exercice 15.

a. On pose H n = P n k=1

1

k , u n = H n − ln(n) et v n = n 1 . (i) Montrer que ( P (v n+1 − v n )) converge.

(ii) Montrer que u n+1 − u n ∼ v n+1 − v n . (iii) Montrer que ( P (u n+1 − u n )) converge.

(iv) En déduire l’existence d’une constante γ telle que H n = ln(n) + γ + o(1).

Ce nombre γ est appelé constante d’Euleur.

b. On pose A n = P n k=1

(−1)

k

k .

(i) Vérifier que A 2n = H n − H 2n . (ii) En déduire que lim A 2n = − ln(2).

(iii) Montrer que P ∞ n=1

(−1)

k

k = − ln(2).

Exercice 16. (Partiel 2014)

On considère la suite réelle (x n ) n∈N définie par x 0 = 1 et la relation de récurrence x n+1 = x n + √ x n . a. Étudier le sens de variation de la suite (x n ) n , et en déduire que lim n→∞ x n = +∞.

b. (i) Donner un équivalent simple de √

1 + t − 1 quand t → 0.

(ii) En déduire que lim

x→∞

p x + √ x − √

x

= 1 2 . c. On pose u n = √

x n+1 − √

x n pour tout n ∈ N et on va étudier la série ( P

n≥0 u n ).

On note S n = P n

k=0 u k les sommes partielles de cette série.

(i) α. Exprimer u n en fonction de x n seul, puis déterminer la limite de la suite (u n ) n . Qu’obtient-on comme équivalent simple de la suite (u n ) n ?

β. Quelle est la nature de la série P

n≥0 u n

?

Donner un équivalent simple de la suite des sommes partielles S n . (ii) α. Exprimer x n à l’aide des sommes partielles S n de la série ( P u n ).

β. Déduire des questions précédentes un équivalent simple de la suite (x n ) n . d. On pose v n = √

x n − 1 2 n pour tout n ∈ N . (i) Montrer que v n+1 − v n ∼ − 8 1 x

n

. On pourra utiliser un DL 2 (0) de √ 1 + t.

(ii) Quelle est la nature de la série ( P

n≥1 (v n+1 − v n )) ? En déduire un équivalent de la suite (v n ) n . On rappelle que H n ∼ ln(n), où on note H n = P n

k=1 1 k .

(iii) Déterminer α, β ∈ R tels que x n = αn 2 + βn ln(n) + o(n ln(n)).

Exercice 17. Pour n, p ∈ N on pose a n,p = n

2

−p 1

2

si n 6= p et a n,n = 0.

a. Montrer que pour tout p fixé, la série ( P

n a n,p ) converge.

b. Vérifier que a n,p = 2p 1 ( n−p 1n+p 1 ).

c. Calculer P ∞

n=p+1 a n,p et P p−1 n=1 a n,p . d. En déduire que pour tout p fixé on a P ∞

n=1 a n,p = 4p 3

2

. e. Montrer que la série ( P

p ( P ∞

n=1 a n,p )) converge.

En admettant que P ∞ k=1

1

k

2

= π 6

2

, calculer P ∞ p=1

P ∞ n=1 a n,p . f. Comparer a n,p et a p,n . Quelle est la valeur de P ∞

n=1

P ∞ p=1 a n,p ? g. La famille (a n,p ) n,p est-elle sommable ?

Exercice 18. On fixe a ∈ C tel que |a| < 1 et on pose u p,q = a p(2q−1) . a. Justifier la convergence des séries ( P

p≥1 u p,q ) et ( P

q≥1 u p,q ) et déterminer leurs sommes.

b. Montrer que la série ( P

p≥1

|a|

p

1−|a|

2p

) converge.

c. Montrer que la famille (u p,q ) p,q≥1 est sommable et en déduire que

X

n=1

a n 1 − a 2n =

X

n=1

a 2n−1

1 − a 2n−1 .

Références

Documents relatifs

Université de Caen 1 er semestre 2017-2018. UFR

Montrer sans calcul supplémentaire que (I n ) n converge, et déterminer sa limite.

Déterminer une relation de récurrence entre les intégrales

En utilisant la même méthode, déterminer un équivalent simple de ln(n!). Comparer avec la formule de

Les quatre exercices sont indépendants et peuvent être traités dans l’ordre souhaité.

Université de Caen 1 er semestre 2015-2016. UFR

Montrer sans calcul supplémentaire que (I n ) n converge, et déterminer sa limite..

2π dans la formule de De Moivre a été déterminée par Stirling.