• Aucun résultat trouvé

Chronique des banques et questions monétaires

N/A
N/A
Protected

Academic year: 2022

Partager "Chronique des banques et questions monétaires"

Copied!
5
0
0
En savoir plus ( Page)

Texte intégral

(1)

J OURNAL DE LA SOCIÉTÉ STATISTIQUE DE P ARIS

P. R ICARD

Chronique des banques et questions monétaires

Journal de la société statistique de Paris, tome 65 (1924), p. 163-166

<http://www.numdam.org/item?id=JSFS_1924__65__163_0>

© Société de statistique de Paris, 1924, tous droits réservés.

L’accès aux archives de la revue « Journal de la société statistique de Paris » (http://publications-sfds.math.cnrs.fr/index.php/J-SFdS) implique l’accord avec les conditions générales d’utilisation (http://www.numdam.org/conditions). Toute uti- lisation commerciale ou impression systématique est constitutive d’une infrac- tion pénale. Toute copie ou impression de ce fichier doit contenir la pré- sente mention de copyright.

Article numérisé dans le cadre du programme Numérisation de documents anciens mathématiques

http://www.numdam.org/

(2)

CHRONIQUE DES BANQUES ET QUESTIONS MONÉTAIRES

La Banque de France en 1923. — Le compte rendlu annuel, présenté à TAssem- blée générale des actionnaires du 3i janvier dernier, contient une analyse succincte de la situation financière et économique de la France en 1923 ainsi qu'un exposé de?

variations du change français au cours du dernier exercice :

« Pendant toute l'année qui vient de finir, la tension de nos changes n'a pas cessé d'être préoccupante. Elle s'est par deux fois brusquement aggravée et a revêtu dans les dernières semaines le caractère d'une crise aiguë et sans précédent.

« Rien dans la situation économique du pays ne peut justifier un pareil fléchisse- ment du cours du franc. Cette situation s'est au contraire très notablement améliorée depuis un an grâce à l'effort persévérant de nos producteurs et à la restauration industrielle, aujourd'hui presque achevée, de nos départements dévastés.

Situation monétaire de quelques pays extra-européens.

ÉTATS-UNIS.

ARGENTINE.

BRÉSIL.

CHILI EGYPTE.

INDE.

JAPON.

Trésor.

Banques de réserve

fédérale.

Encaisse : or (millions de franes)

— argent — Circulation (greenbacks et

certificats métalliques) . . — Encaisse disponible . . . — Encaisse (y compris les certi-

ficats métalliques et l'or

dans les agences étrangère!) . —

I Circulation — Taux courant de l'escompte

\ a New-York (o/G) Valeur au change de la piastre or (pair = 100)

Valeur au change du milreis — Valeur au change du peso — Valeur au change de la livre égyptienne . —

Or (currencij réserve et gold standard

réserve) (millions de Crânes) Argent (currency reserve et gold standard •

reserve) ". — Valeur au change de la roupie (pair = 100)

Encaisse or de la Banque du Japon. . . . (millions de francs) Val»'ir au change du yen (pair = 100)

FIN jaillet 1923

17 647 2.469 8 028 1.471 5.173 11.418

79,86 4 H 31,66 63,11 94,09 405 1 413

94,52 2.849

98 FI\

août 1923

17.809 2 474 8 22 \ 1 313 5 235 11 577 75,83 4 H 28 88 58,7i 93,37 405 1 591

93,80 2 848

98,22

FIN

septembre 1923

17 924 2.472 8 301 2 198 5 207 11.691

VARIA110SS de

fin septembre 1922

a

[in septembre 1923 + 1.037 + 395 + 1 289 + 8G3

4 H 78,58 29 72 58,64 93,42 405 1 638

94,76 2 877

97,74 712

24 23,90

2,98 3,42

+ 143 + 5.15

— 84 + 1,24 NOTA. — Le* conversions en francs sont effectuées sur la base du pair monétaire. — La valeur au change des unité* monétaires est calculée d'après le cours du change sur New-York, cote directement ou évalue d'api es la pa- \ rite sur le marché de Londres

(3)

— i64 —

« S S,

u & =

w © s , « * » * 5 "3i

o o o CM o o o o

" î O î O o î Î O Ï O S

O S f Ç f O «S

rsoscs "*""

+

QO-e*TC ^fr

3 ^ W N O

0

H

32 GO

H

- H Q oo H

&

t. n i A i n s 3 3 3 S *

« O s O s O a

+

o -£

Sa

a

oo S O £

" 2

+

ooosao >-"

D « H S > o

M § S

2osoo«s 5 s r t î O _ L |

• M 0 0 O • *

« © S i f t CM

a Q a f l i Q I t - » Wî o .

° + (M (M (M i S 5 a f 3 ï O _ j _

+

5 « iK C- «O

^S2 H * n — CM

H ^ +

2 S — — • * Wi «s* ÇO»H « 5 q o - " ^ - o

W23S5ES

+

H ^ + J ^ H -

+

1 '*

o» os<M es.

O O O » CM

* a o g oQ

(M CM

:ft 5>1 OS « 5 coco sq

0 0 0 0 Oî « î C O 0 0 — Os

H-

«O «s* COCO

ï"3 C ï t © t s . O X O î N > O ••'î Jfî o o

4-

«••• ! " • © * » • V H ï O f f q C M , « * C ' t - ' ï « 0

«M 50 «N CM O f O î O O

0 0 « ! * © «>

O 4DC0 T~

S r t C - O «3

CS M ©S ° 0 t » «s* © CM

3 2 3 + 1 ^ ^ +

w<Neo*5 SgaoSS ^"

s o r t i » "T

o o o ^ . §385 CO t - © * *

t - f * ï co O î C S

H-

•i «*H n ""H « O Ç O t - CM

»5- O i t - o OStC t - os

• A l O C O c o

«*r » * «=* CM

»H«eH «H I

<MSM (M 1 3o a a

u c 6;

o î s

O G «

•a S S

o p. ~

>T = S

*"°S

' « S

« * CQ 0) t . P

S s =

•3 g a

« Qy © t- 5J=-CJ s « s w a g 0) o 5

2 o « 3 O W ..£3 M

M A M "

O LT

* -S

< ^

ce «

coco

11

S. 2

p 1«

111 s »

8 '

. a <n

S "

T-.C0

« © > •

OC ^ - 2 Π-s. S o =3 =

< 3 ¾ A S S

w r o s

UJ "S

§ 1

5 c

Ui g-

» Ê

o o vz

& LU

w S

03 - •-=

« o "S..2

"-»€8 W S co co co

• = < 3 f

UI "râ

z | Ui o

8 1

CO o -

0 <D

•9 =

8 1

«Ui a

I w

Q

(4)

« La diminution du déficit dé la balance commerciale, l'augmentation de la pro- duction des céréales, la reconstitution des mines du Mord et du Pas-de-Calais, rac- croissement de l'extraction du minerai de 1er, la plus-value des impôts directs et indirects, sont autant d'indices favorables de notre équilibre économique qui n'ont pas suffi à améliorer la valeur internationale du franc.

« Celle-ci a subi, dès le début de l'année, une assez brusque dépréciation, elle est demeurée depuis lors, sauf pendant quelques semaines, en avril et en mai, constam- ment inférieure aux cours les plus bais de 1922. Dès le 3i janvier, le dollar, coté i4 francs à la fin de 1922, toucbait le cours de 17 francs. La livre s'élevait paral- lèlement jusqu'à dépasser 78 francs.

« Une courte détente saisonnière a ramené, au printemps, le cours du dollar aux environs de i5 francs et celui de la livre au-dessous de 70 francs. Dès le mois de juin, la courbe des changes s'est relevée. Les cours du dollar et de la livre sont re- montés progressivement jusqu'à 18 francs et 83 fr. 32 au milieu du mois d'août.

En septembre, la cessation annoncée de la résistance passive de l'Allemagne a fait fléchir un instant le cours dlu dollar à 16 francs, et celui de la livre? à 72 fr. 75.

Mais, quelques semaines plus tard, la hausse a repris, elle s'est accélérée au cours des dernières semaines de l'année, et par bonds chaque jour plus précipités, a porté respectivement à la fin de décembre les cours du dollar et de la livre aux maxima depuis lors largement dépassés de 20 francs et de 87 francs.

« Ces oscillations démesurées de nos changes, cette chute imméritée de la valeur du franc ont certainement pour cause initiale une orientation pessimiste de l'opinion étrangère influencée.par des commentaires tendancieux et répétés sur les charges croissantes que l'insolvabilité prolongée de l'Allemagne impose à notre trésorerie.

« Nos meilleurs amis eux-mêmes, ébranlés par ces campagnes, en sont venus à se demander si les finances de la France ne fléchiraient pas sous le poids des répara- tions avant que les gages saisis aient donné un résultat productif ou coercitif effi- cace, si les emprunts répétés que nous sommes encore obligés de contracter pour subvenir aux dépenses recouvrables sur l'Allemagne ne compromettraient pas â la longue, par le jeu des intérêts, l'équilibre de notre budget, et si la carence persis- tante de nos débiteurs d'outre-Rhin ne finirait pas, malgré toutes les assurances so- lennellement données, par nous contraindre à l'inflation.

« Si notre marché des changes a pu, parfois, au cours de ces dernières années, laisser l'impression qu'il contribuait, lui aussi, à précipiter l'attention du cours des devises, ce n'est pas qu'il se soit laissé gagner par la contagion du doute, mais simplement parce que toute précaution défensive contre la hausse provoque momen- tanément une nouvelle hausse. En présence d'un pareil mouvement, nos industriels et commerçants obligés d'effectuer des couvertures à terme prochain ne peuvent se prémunir contre les cours de demain sans aggraver ceux d'aujourd'hui.

« Pour mettre un terme à cette crise, dont la prolongation entraînerait une nou- velle élévation du prix de toutes choses, pour rassurer la confiance de l'étranger dans l'avenir du franc, pour enlever aux fauteurs de panique tout prétexte à pour- suivre leurs manoeuvres, le Gouvernement a décidé de procéder dès maintenant au réajustement des recettes et charges budgétaires de l'Etat.

« La défense du franc résolument (pratiquée est^e seul moyen qui puisse nous acheminer vers un allégement du coût de la vie et du loyer de l'argent et, par ?à, vers une atténuation progressive de toutes les charges publiques et privées.

« Aucune nouvelle avance à l'Etat n'a été faite au cours du dernier exercice. De- puis la conclusion de la paix, le maximum des avances à l'Etat n'a point été relevé, au contraire, le montant des remboursements^définilifs a été de 3.800 millions. Aux termes de la convention du i4 décembre 1923, le Conseil a dû accepter que l'annuité de remboursement afférente à l'année 1923 fût exceptionnellement réduite au chiffre de 800 millions.

« Le Conseil a dû s'incliner une fois de plus devant une situation de fait qui ne pouvait évidemment être modifiée à la veille de l'échéance. »

Le portefeuille commercial, qui s'élevait à la fin de 1922 à 2.4oo millions, attei-

(5)

— i66 —

gnait 4 milliards fin 1923. Les avances sur titres passaient de 2.100 millions à 2.5oo millions.

a Ce développement de nos opérations est pour la plus large part une conséquence normale de la hausse des prix intérieurs et du mouvement d'aliaires dont nous avons rappelé les indices les plus significatifs. »

La Banque a pu assurer au commerce et à l'industrie les concours de son crédit, sans atteindie le maximum légal de la circulation.

« C'est pour garder à cet égard toute la marge indispensable et pour prévenir par une indication opportune tout entraînement spéculatif, plus encore que pour con- tribuer à rappeler en France les disponibilités susceptibles d'être maintenues à l'étran- ger, en raison de la hausse des changes, que nous avons dû nous résoudre à porter de 5 à 5 1/2, puis à 6 % le taux de nos escomptes, et de 6 1/2 à 7 % le taux de nos avances. »

Les réserves métalliques ont encore augmenté de quelques millions de francs. Au sujet de l'ouverture de crédit consentie au Trésor français par la Banque d'An- gleterre, en exécution de la Convention du 25 avril 1916, un avenant a été signé le

12 avril 1923. « Aux termes de ce nouvel accord, le règlement des sommes restant dues, soit £ 55 millions, et qui étaient exigibles entre le 5 mai et le 25 août 1923, a été reporté sur sept années et sera réalisé par des versements progressifs s'échelon- nant du mois de mai 1924 au mois de novembre 1930.

« L'or déposé en garantie et dont le montant figure à notre bilan sous la rubrique a Or à l'étranger » pour 462.800.000 francs, sera restitué par envois successifs a partir du mois d'avril 1928 et proportionnellement aux remboursements intervenus jusqu'à la liquidation totale en novembre 1930. »

Le montant de la circulation au 22 décembre 1923 est en augmentation de près de 2 milliards sur le dernier bilan de 1922. Cet accroissement est dû, comme le fait remarquer le rapport du Gouverneur, aux nombreuses demandes du commerce et de l'industrie. Le nombre des petites coupures n'a pas subi une augmentation pro- portionnelle au montant total de la circulation. Celui des billets de 20 francs est même en diminution. Seul le nombre des billets de 10 et de 5 francs s'est accru.

_ _ _ _ _ _ ^ _ _ Circulation ^ ^ ^ _ _

au au au 24 décembre 23 décembre 22 décembre

1921 1922 1923 (en millions de francs )

1.000 francs I 3 . I 4 Ï 12.843 i3.5gi 5oo — a.ï85 2.222 2.366

100 — i4.438 i4.623 i5.5og 5o — 3.628 3.36o 3.370 20 — 1.691 1.536 1.246 10 — ' . . . . - 638 685 961

5 — 706 6g4 720 36.427 35.g63 37.763

M. RICARD.

Le Gérant : J. COMBE.

IMPEIlUatt MROER-LEVRIOLT, H*HCY-PÀRIS-tTRASBOCR«

Références

Documents relatifs

C'est le principe de l'étalon-or de change qui est appliqué en Equateur et la Banque peut également émettre des billets contre dépôts d'or dans des banques de New-York ou à

La création de la Banque de Madagascar permettra à la Banque de France de récupérer 150 à 200 millions de billets qui étaient nécessaires pour alimenter la cir- culation monétaire

— L'accroissement des virements d e J a Banque de France et des effets présentés dans les Chambres de Compensation, qui avait été enregistré durant les années précédentes,

Le rapport du Comité de la Société des Nations, prévoyant la suppression du contrôle exercé sur le marché des changes, c'est à la Banque d'émission que revient le rôle

Elle peut aussi avec l'autorisation du Conseil général accepter des obligations du Reich n'excédant pas trois mois, et lui accorder des crédits de roulement de trois mois au plus

— Gomme les aimées précédentes, le gouverneur de la Banque de France a fait à l'Assemblée générale des actionnaires, un exposé détaillé de la situation économique

La couverture exigée en garantie du montant des billets en circulation doit être d'un tiers en monnaie d'or, billets de la Banque d'Angleterre, ou en créances sur cette

(?) 1.200 Dont pour les avances aux banques d'émission (?) 34 Dont pour le fonds de caisse (?) 8 Titres de rente en circulation » » Le portefeuille de devises que le nouvel

millions de francs depuis 1919- Malgré cette diminution de la dette de l'Etat envers la Banque, le montant de la circulation des billets n'a pas cçssé de s'accroître, comme on peut

Toutefois le comité Dawes a prévu l'émission d'un emprunt international de 800 millions de marks-or, dont une moitié devra constituer le capital de la nouvelle banque d'émission

industriel (remarquable, de sorte que les besoins des indigènes y augmentent, que les prix s'y élèvent; il en résulte que l'or tend de plus en plus à prendre La place de l'argent

A partir de 1927 et dans un délai de cinq ans, la Belgique, la France et l'Italie rapa- trieront leurs écus restés en Suisse (à raison toutefois de 6 millions seulement pour

— L'or et l'argent ont vu leurs cours baisser sensible- ment sur le marché de Londres au cours du premier trimestre 1922; en ce qui con- cerne l'or, ce recul est en corrélation

Vissering, président de la Banque Néer- landaise, qui étudie les mesures à prendre en vue du retour à une situation normale, et spécialement de la réduction de la

L'échange des billets d'autres pays s'est, effectué au pair pour les marks allemands et sur la base de 70 marks polonais pour 100 couronnes en ce qui concerne les

— Les règlements effectués dans les principaux pays, soit par voie de compensation dans les clearing houses, soit par virements de compte à compte dans les banques

Les dépôts dans les banques anglaises ont ainsi doublé au cours de la guerre, en même temps que la circulation de billets augmentait dans les proportions que nous avons citées

Situation monétaire de quelques pays extra-européens. — Les conversions en francs sont effectuées sur la ba^e du pair monétaire. — La valeur au change des unités monétaires

82 93 106 Dans le tableau ci-dessous, on a isolé les sept prinoipales banques, dont l'impor- tance individuelle répond àxjelle des sociétés de crédit françaises (Bank of Liverpool

— On sait que, sous l'influence d'un change constamment défavorable, il s'est créé en Belgique, depuis un certain nombre d'années, une spéculation très active et très lucrative

Le régime auquel elles étaient soumises par la loi du 10 août 1893, votée au milieu de la très grave crise due à l'abus qui avait été fait de la monnaie fiduciaire, avait pour

La statistique officielle évalue, pour 1912, les importations d'or dans l'Inde à 31.981.000 livres sterling, et les exportations à 4.394.000 livres sterling seulement, ce qui laisse

La nouvelle unité monétaire est bien, en vertu de la loi, équivalente au quart du dollar américain, c'est-à-dire à l f 2958, et c'est sur celte base que doit finalement