• Aucun résultat trouvé

Analyse dialogique de l'activité interprétative chez Freud et Bakhtine

N/A
N/A
Protected

Academic year: 2021

Partager "Analyse dialogique de l'activité interprétative chez Freud et Bakhtine"

Copied!
138
0
0

Texte intégral

(1)

1+1

Nationallibrary 01 Canada

Bibliothèque nationale du Canada

Acquisitions and Direction des acquisitions et Bibliographie Services Branch des services bibliographiques 395 Wellinglon Street 395. rue Wellinglon

Ollawa.OnltHio Onawa (Onlmlo)

K1AON4 K1AON4

NOTICE AVIS

.,

'j

The quality of this microform is heavily dependent upon the quality of the original thesis submitted for microfilming. Every effort has been made to ensure the highest quality of reproduction possible.

If pages are missing, contact the university which granted the degree.

Some pages mayhave indistinct 1 print especially if the original pages were typed with a poor typewriter ribbon or if the university sent us an inferior photocopy.

Reproduction in full orcin part of this microform is governed by the Canadian Copyright Act, R.S.C. 1970; c. C-30, and subsequent amendinents.

Can

d···

,

Cl!

a

La qualité de cette microforme dépend grandement de la qualité de la thèse soumise au microfilmage. Nous avons tout fait pour assurer une qualité supérieure de reproduction.

S'il manque des pages, veuillez communiquer avec l'université qui a conféré le grade.

La qualité d'impression de certaines pages peut laisser

à .

désirer, surtout si les pages

originales ont été

dactylographiées

à

l'aide d'ur; ruban usé ou si l'université nous

(,

a fait parvenir une photocopie de qualité inférieurë.

La reproduction, même partielle, de cette m!croforme est sou'inise~

à

la Loi canadienne sur le droit 0 d'auteur, SRC 1970, c. C-30, et ses amendements subséquents.

(2)

par

Martine Touchette

Mémoire présenté à la

Faculté des études supérieures et de la recherche en vue de l'obtention du diplôme de

Maîtrise ès Lettres

Départecment de langue et littérature françaises Université McGill, Montréal

Mars 1995

o

. © Martine Toucl1ètte, 1995

(3)

1+1

Nalional Library of Canada

Bibliothèque nalionale duCanad~.

Acquisilions and Direction des acquisitions et Bibliographie Services Branch des services bibliographiques 395 Wellington Slreel Otlawa. OnlariG K1AON4 395.rueWellinglon Ottawa (Onlario) K1AON4

\ THE AUTHOR HAS GRANTED AN

IRREVOCABLE NON-EXCLUSIVE LICENCE ALLOWING THE NATIONAL LffiRARY OF CANADA 1'0

REPRODUCE, LOAN, DISTRIBUTE OR SELL COPIES OF mSIHER THESIS BY ANY MEANS AND IN ANY FORM OR FORMAT, MAKING TmS THESIS AVAILABLE 1'0 INTERESTED PERSONS.

THE AUTHOR RETAINS OWNERSHIP OF THE COPYRIGHT IN mSIHER THESIS. NEITHER THE THESIS NOR

SUBSTANTIAL EXTRACTS FROM 11' MAY BE PRINTED OR OTHERWISE REPRODUCED WITHOUT mSIHER PERMISSION.

''''''''-'

L'AUTEUR A ACCORDE UNE LICENCE IRREVOCABLE ET NON EXCLUSIVE PERMETTANT A LA BffiLiOTHEQUE NATIONALE DU CANADA DE

REPRODUIRE, PRETER, DISTRIBUER OU VENDRE DES COPIES DE SA THESE DE QUELQUE MANIERE ET SOUS QUELQUE FORME QUE CE SOIT POUR METTRE DES EXEMPLAIRES DE CETTE THESE A LA DISPOSITION DES PERSONNE INTERESSEES.

L'AUTEUR CONSERVE LA PROPRIETE DU DROIT D'AUTEUR QUI PROTEGE SA THESE. NI LA THESE NI DES

EXTRAITS SUBSTANTIELS DE CELLE-CI NE DOIVENT ETRE IMPRIMES OU AUTREMENT REPRODUITS SANS SON AUTORISATION.

ISBN 0-612-05430-6

(4)

Bien qu'ils s'appuient sur des domaines d'investigation et des idéologies apparemment fort différents, Freud et Bakhtine participent. tous les deux à ce courant qui, au XXe siècle, bouleverserait les fondements de la pensée positiviste et modifierait profondément la conception traditionnelle de la science, du langage, de même 'lue la vision cartésienne de la conscience et du sujet humain. La pensée de l'un comme de l'autre dépasse d'ailleurs largement l'objet premier de leurs recherches: si Freud applique les principes de l'inte.prétation des rêves à l'étude des oeuvres littéraires, Bakhtine étend sa théorie du roman et questionne la polyphonie et le dialogisme de tout langage. Dans la conception du discours littéraire de Bakhtine et dans celle des l'êves de Freud, les signes, les discours et les multiples intentions ou affects qui les animent, sont sans cesse en interaction dynamique et' obéissent, semble-t-il, à des mécanismes de transformation semblables. Le problème de l'interprétation est au centre de leurs oeuvres. Les deux auteurs sont à la fois des théoriciens et des analystes dont la théorie de la littérature, des discours, du travail du rêve, passe nécessairement par un acte d'interprétation. On connaît le rôle joué par les romans àe Dostoïevski dans le travail théorique de Bakhtine. De même chez Freud, les principes du travail du rêve, selon ~secs~propres affirmations, ne s'élaborent qu'à mesure de l'interprétation. Aussi faut-il penser que chez lui comme le chercheur russe, la thforie est toujOUl"S dans un rapport de complicité active avec" l'ÙîterprétaÜon, que l'une et l'autre ,- se reflètent et se déterminent sans cesse mutlfellement. Une analyse comparée de leurs textes peut mettre en évideri~e. la proximité de la démarche des deux penseurs" mais révéler aussi ses écarts, avec leurs i::conséquences ati point d,e vue

(5)

.-\BSTR.~CT

Even if they rely on apparently quite different invest.igation domains and ideologies, both Freud and Bakhtin participat.e h thllt current which in the XXth century would upset the foundation of the positivist thought and would modify profoundly the trllditionlll conception of science, language ani! the cartesilln vision of the conscience and of the human subject. The thought of one as of the other, therefore, surpasses largely the principal reason of their resellrch: If Freud applies th" principles of the interpretation of dreams 1.0 the study of literary works, Bakhtin expands on the novel theory and questions polyphony ami dialogism of ail langage. In conception of the literary speech of Bakhtin and of the dreams of Freud, the signs, the speeches and the multiple intentions ,or affects that animate them are constantly in dynamic interaction and obey il. seems, 1.0 mechanism of similar transformation. The problem of interpretation is al. the center of their works. The two authors are al. the same time theoreticians and analysts of wholU the

theory of literature, of speeches, of work and dreams, pass necessarily by an act of interpretation. We are aware of the l'ole played by the novels of Dostoievski on the theoretical work of Bakhtin. For Freud also,' the principles of the work on dreams, according 1.0 is own affirmation develop with the interpretation process. We have 1.0 think that fol' him as fol' the russian researcher, the theory is always in a link of active complicity with the interpretation; that one and the other are constantly Illut;ually reflected and determined. A compared analysis of their texts can put in evidence the proximity oi the thought processes of the thinkers, but can reveal also the differences, with their consequences l'rom the point of view of ideology, ontology, even ethics.

,,-':~\,

(6)

.-•

Il

"

Merci au professeur Diane Desrosiers·Bonin pour l'aide généreuse et la confiance qu'elle m'a accordées.

(7)

TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION 1

PROBLÈME DES ÉCRITS SUR LE FREUDISME DANS

L'OEUVRE DE BAKHTINE 10

L'APPROCHE FORMALISTE 17

L'APPROCHE LINGUISTIQUE 18

L'APPROCHE MARXISTE 21

L'APPROCHE DES SUBJECTIVISTES INDIVIDUALISTES 23 PAR DELÀ L'OBJECTIVISME ET LE SUBJECTIVISME 33

LE SUJET PARLANT 39

BAKHTINE 39

FREUD 48

UNE RHÉTORIQUE DE LA PAROLE 55

LE LANGAGE EN TANT QUE PHÉNOMÈNE OBJECTAL ET

INTENTIONNEL 60

LE DISCOURS INDIRECT 72

LA CONDENSATION: PRINCIPE DE REPRÉSENTATION

INDIRECTE 76

L'ORIENTATION DU DISCOURS VERS L'OBJET 80

L'ORIENTATION DU DISCOURS VERS LE MOT D'AUTRUI 85

LE PROBLÈME DE LA CONSCIENCE ET LA RELATION

INTERSUBJECTIVE 96

LE MOT BlVOCAL D'ORIENTATION CONVERGENTE 97

LE MOT BlVOCAL D'ORIENTATION DIVERGENTE 101

LE DÉPLACEMENT 105

TRANSFERT ET DYNAMIQUE PSYCHIQUE 111

CONCLUSION 116 '

(8)

INTRODUCTION

Le problème de la signification et de son

interprétation, sans doute le plus ancien, le plus fondamental, le

moins épuisé aussi des problèmes, est central à tous les domaines

de la science et de la culture humaine. Après le parti pris

positiviste des sciences du XIxe siècle, les romantiques

allemands et, à leur suite, Freud se situent à ce carrefour dans

l'histoire des idées européennes, où les fondements de la

philosophie et de la métaphysique classique allaient être ébranlés, et qui favoriserait, dans l'époque moderne, la recrudescence et le bouleversement des réflexions sur le langage.

Contemporain de L'Interprétation des rêves, Bakhtine

participe lui aussi à ce mouvement de renouvellement de la

pensée et, comme Freud, il fait du langage, constitutif pour lui de l'humain, le fondement de sa méthodologie scientifique. Bakhtine

cependant est plus difficile à situer par rapport aux courants de

pensée du xxe siècle. Par ses multiples facettes, ses inégalités,

sa diversité étonnante, l'oeuvl'e de Mikhaïl Bakhtine déconcerte, ne s'inscrit tout à fait dans aucune des idéologies qui dominent son époque et déjoue toute tentative de lui imposer une unité; au point même qu'on a parfois contesté au penseur la paternité de

(9)

2

certains de ses écrits. C'est le cas en particulier des Écrits sur le

freudisme publiés dans les années 1920 sous le nom de N. V. Volochinov, et dont le ton polémique, virulent, contraste avec

celui des ouvrages ultérieurs de Bakhtine. Le livre étonne.

D'autant plus que l'argumentation essentiellement marxiste et sociologique, sur laquelle Bakhtine fait reposer sa critique des

théories freudiennes, reflète mal la diversité et l'originalité

profonde de l'ensemble de son oeuvre. De la même façon que Le

Marxisme et la philosophie du langage dissimulait un contenu beaucoup plus large que ne le laissait entendre son titre, la pensée de Bakhtine se révèle infiniment plus riche et variée que

son premier ouvrage ne l'annonçait. Aussi faut-il voir dans la

férocité de l'attaque du «Cercle tie Bakhtine.. contre la doctrine

freudienne, des motivations en partie d'ordre politique. La

deuxième version du Freudisme est d'ailleurs beaucoup plus

étayée que la version de 1925; Bakhtine y renforce sa critique du «subjectivisme individualiste» et du courant psychanalytique en

général, mais nuance sa position par rapport à la théorie

particulière de Freud : à presque tous les principes définis par le

psychanalyste, Bakhtine propose en fait des termes dialectiques. dont l'origine n'est plus organique et individuelle, mais sociale et extérieure aux individus.

Comme il le fera pour la linguistique dans Le

Marxisme et la philosophie du langage {comme il le fera·· aussi

1

dans son Dostorevski en confrontant les différents points de vue

(10)

lui-même l'interprétation), Bakhtine, dans ses Écrits sur le

freud:3me, entre en dialogue avec les diverses tendances de la

psychologie de son époque pour former sa propre position. La

vérité, pour lui, n'est ni dans la thèse psychanalytique, ni dans

les théories empiristes qui se limitent à la connaissance des

comportements observables; elle ne réside pas plus dans le

.subjectivisme individualiste., qui isole l'homme, fait comme s'il était seul au monde, que dans .l'objectivisme.' qui en fait un objet

abstrait idéal, neutre dans l'interaction humaine; la vérité se

trouve au-delà, plus loin, elle manifeste un refus égal de la thèse

comme de l'antithèse, et constitue une synthès'3 dialectique.!

Pourtant, par sa conception vivante de la langue, du psychisme, de l'oeuvr", d'art, M. Bakhtine paraît plus proche, malgré ce qu'il en dit, de la philosophie individualiste inspirée des romantiques

que de .l'objectivisme, abstrait» issu du cartésianisme. Comme le

fait en effet remarquer T. Todorov en parlant de son opposition

aux Formalistes russes, Mikhaïl Bakhtine, en redonnant à la

forme artistique son sens plein d'interaction et d'unité des

différents éléments de l'oeuvre,2 rétabli{ssait} la doctrine

romantique dans sa pureté.3 Et paradoxalement, si les Écrits sur

le freudisme sont de toutes les oeuvres du penseur soviétique, la plus virulente et la plus polémique, Freud (éminent représentant

l Bakhtine, Mikhatl, Le Marxisme et la philosophie du langage, Les Éditions

de Minuit, Paris. 1977. p. 118.

2 Tzvetan Todorov, «Préface» à l'Esthétique de la création verbale de Mikhatl Bakhtine, Éditions Gallimard. Paris. 1979, p. 10.

(11)

du ,(subjectivisme idéaliste" selon lui) est peut-être le penseur qui offre le plus de parenté avec Bakhtine.

Dans la théorie du langage de M. Bakhtine, comme dans celle des rêves de Freud en effet, les signes, les discours et les multiples intentions ou affects qui les animent, sont sans cesse en interaction dynamique et obéissent à des mécanismes de

transformation semblables. Pour Bakhtine, la communication

verbale est le lieu où s'entrecroisent et s'affrontent les dil1ërents accents sociaux; elle implique conflits, rapports de domination, d'accord ou de résistance avec le discours de la classe dominante,

univoque et autoritaire. La notion de conflit est également au

centre de la conception de Freud. Contrairement à la linguistique

abstraite et systématique de Saussure, l'auteur du Marxisme et la

philosoph~e du langage met tout l'accent sur la parole, sur

l'énonciation verbale, responsable de la nature vivante, mouvante,

changeante de la langue. La psychanalyse de la même façon est

toute entière fondée sur l'écoute, sur la parole d'autrui. Mais

Mikhaïl Bakhtine affirme le caractère essentiellement social, non

individuel, de la parole, du signe. Cette "conviction, il la garde

depuis ses premiers écrits jusqu'à la fin de sa vie. C'est elle qui

fait à la fois l'originalité de sa pensée et sa marginalité dans

l'histoire des idées du XXe siècle. Pour lui, les variations dans la langue reflètent celles qui agitent la société, et les signes, qui se réalisent dans le psychisme, sont avant tout régis par des lois

externes, de nature sociale. En cela, la conception de Bakhtine

(12)

relativiste de Freud. Il reste néanmoins, qu'à plusieurs égards, la proximité des deux penSf>urs est frappante et que, percevant l'objet de leur reclH,rche d'une façon relativement similaire, non seulement proposeront-ils une conception de la science semblable elle aussi, mais également une manière de concevoir et de pratiquer l'interprétation.

Freud applique ses principes de l'analyse des rêves à

l'étude des mythes et de la littérature. Bakhtine étend sa théorie

du roman et questionne la polyphonie et le dialogisme de tout langage. Ses intérêts sont si variés que, à la suite de T. Todorov, on a l'habitude de distinguer entre plusieurs Bakhtine: un sociologue et un marxiste, un théoricien du roman et un historien de la littérature et, dans ses derniers écrits, un phénoménologue. Ainsi, la pensée de l'un comme de l'autre penseur dépasse-t-elle

largeinent l'objet premier de leurs recherches. Ce qui intéresse

Freud et Bakhtine, c'est le vaste domaine de la culture humaine, c'est le fait humain, dont l'étude est indissociable de celle du

langage, de l'interprétation des mythes,. des rêves, de la

littérature, des discours des hommes. La théorie chez eux est

donc toujours dans un rapport de complicité active avec

l'interprétation, l'une et l'autre se· fécondant mutuellement.

Ainsi, les principes du travail du rêve chez Freud ne paraissent

s'élaborer qu'à mesure de l'interprétation. De même, c'est à

partir de son analyse de l'oeuvre de Dostoïevski, créateur du

roman polyphonique, que Bakhtine développera sa théorie

(13)

Dostoi"euski a cessé d'être l'objet d'étude enuisagée

par Bakhtine pour passer du c6té du sujet même:

c'est lui qui a enseigné à Bakhtine sa TlOuuelie

position, et tout le traunil théoriq ue et descriptif

auquel ua se liurer Bakhtine 1: partir de ce moment

n'apparaît maintenant que comme l'applicntion et l'interprétation de la leçon de Bahhtine [' ..J:l

Bakhtine et Freud sont donc, dans le sens plein du

mot, des explorateurs. La description la plus juste des deux

penseurs pourrait bien correspondre à celle que fait Bakhtine de

Dostoïevski : Rien ne lui semble Jamais accompli; tout problème

reste ouvert, sans fournir la moindre allusion à une solution définitive.5 L'élargissement progressif, les transformations, les

modifications profondesG qu'ont connus les conceptions de Freud,

sont le signe en effet d'une pensée sans cesse en train de se

chercher et toujours prête à corriger ses théories,7 comme le

constate lui-même l'auteur du Freudisme. L'oeuvre de Bakhtine

est le lieu de variations tout aussi importantes. Ainsi s'il valorise

d'abord, dans ses premiers essais publiés dans Esthétique de la

création verbale, la relation d'extériorité et de supériorité de

l'auteur avec son héros, à partir de son étude sur Dostoïevski,

Bakhtine ne cache plus sa préfér~nce pour, le discours dont le

4 Tzvetan Todorov, .Bakhtine et l'altérité., Poétique, vol. 40, novembre 1979,

p.150.

5 Mikhatl Bakhtine, La Poétique de Dostoïellski; Paris, Éditions du Seuil,

1970, p. 132.

GMikhatl Bakhtine, Le Marxisme et la philosophie du langage, Les Éditions de Minuit, Paris, 1977, p. 112.

(14)

principe est le dialogue, pour le roman polyphonique où le sens échappe à toute hiérarchie, où l'auteur est l'égal de son héros. La position de Bakhtine ne varie pas seulement dans le temps, mais même lorsqu'il affirme le caractère essentiellement «polyphonique •. des romans de Dostoïevski, même

synchroniquement, ses interprétations restent contradictoires, voire parfois proches du contresens, estime T. Todorov dans sa préface à l'Esthétique de la création verbale;

L'égalité du héros et de l'auteur que Bakhtine impute

à Dostorevski n'est pas seulement en contradiction

avec les intentions de celui-ci; elle est, à vrai dire,

impossible dans son principe même. Bakhtine le dit

presque lui-même; la fonction de .l'idée régnante»

dont il était question dans la phrase précitée de

Dostorevski** est réduite par lui à presque rien ;

«elle ne doit dirige!;, que le choix et la disposition de la matière»; mais ce presque rien est énorme. Chez

Dostorevski dit un autre texte, «l'auteur n'est qu'un

participant du dialogue (et son organisateur)>> : mais

la parenthèse abolit toute la radicalité du propos qui

précède. Si on est l'organisateur du dialogue on est

pas qu'un simple participant.8

En dévoilant sous l'apparente unité de l'oeuvre de Dostoïevski le jeu complexe des multiples discours, des points de vue entrecroisés et équivalents de l'auteur et de ses héros,

"

**

Todorovprécise: .Dans [...J La Vie d'un grand pêcheur, Dostol!vski écrit :.Mais que l'idée régnante de la vie soit visible - c'est-à-dire quoique sàns

expliquer par des mots toute l'idée régnante [...J, faire en sorte que le lecteur

voie toujours que cette idée est une idée pieuse.»» (Tzvetan Todorov, .Préface» 0

à l'Esthétique de la création verbale de Mikhaïl Bakhtine, Éditions

Gallimard:Paris, 1979, p. 15). '

"

BTzvetan ToJorov, ~Préface» à l'Esthétique de la création verbale de Mikhaïl

(15)

"

Bakhtine révèle en même temps le conflit qui se Joue dans son

propre discours d'interprète entre la parole monologique,

autoritaire, et le dialogue, entre la tentation d'imposer au texte étudié une vérité, et l'attitude d'écoute des multiples voix qui le

tissent. Or cette dualité dans l'activité d'interprétation, Freud la

partage avec Bakhtine. Le problème que soulève le psychanalyste

dans son Interprétation des rêves est celui de la signification : le

rêve, se demande-t-il, malgré son apparente absurdité, malgré son incohérence, a-t-il un sens caché? Toute son activité d'interprète

consistera à montrer que les rêves sont susceptibles d'être

interprétés,O que leur fragmentation et le jeu complexe du

«déplacement), et de la «condensation), dissimulent un contenu

latent signifiant et que l'on peut même embrasser [ce contenu}

d'un seul coup d'oeil, le réunir en un seul groupe de pensées.1Il

Mais sans cesse Freud ~ultiplie les allusions à la possibilité

infinie des interprétations, jusqu'à l'aveu parfois de l'impossibilité

de leur arrêter un sens. Sa position d'interprète se voudrait

hiérarchique, autoritaire par rapport aux rêves qu'il interprète,

mais sa démarch~ le place le plus souvent, dans une attitude de

",

dialogue à l'instar de Bakhtine, un dialogue qui en principe ne peut pas finir.

°

Sigmund Freud, L'Interprétation des rêves, Presses Universitaires de France, Paris, 1976, p.90.

10 Ibid., p. 111.

(16)

c

Ainsi, chez Freud comme chez Mikhaïl Bakhtine, le

même conflit latent se joue-t-il activement dans l'activité

d'interprétation. Ce conflit, c'est précisément celui qui, dans leurs théories, animait le langage vivant et dynamisait le psychisme : la contradiction de l'unité et de la pluralité des significations, de la liberté du sens ou de sa contrainte, du discours univoque, autoritaire et du langage plurivocal, de l'isolement et de la rencontre dialogique.

(17)

PROBLÈME DES

ÉCRITS SUR LE FREUDISAIE

DANS L'OEUVRE DE BAKHTINE

Le Freudisme, publié dans sa première version en

1925, est l'un des premiers ouvrages attribué à \Mikhaïl Bakhtine.

C'est aussi, de ses écrits présumés pseudonymes, le plus

controversé. En effet, le ton polémique, critique et virulent de

l'essai, l'argumentation étroitement marxiste et sociologique par laquelle son auteur exécute le courant psychanalytique, refiètent

mal la richesse, la diversité, l'originalité profonde de l'ensemble

de l'oeuvre du penseur soviétique et contrastent même avec le

style des textes antérieurs au Freudisme, officiellement signés par

Bakhtine. Dans «L'Auteur et le héros»,H «Le Problème du

contenu, du matériau et de la forme»,12 rédigés entre 1922 et à la pensée

1

i

Même Le

ou bien discrètes.

1924, les allusions marxiste sont en effet fort1rares,

i

Marxisme et la philosophie du 1

langage, que l'on dit généralement de Bakhtine mais publir sous

le nom de Volochinov

~omme

le Freudisme, dissimule un cdntenu

l '

infiniment plus large,lplus varié et original que ne l'annonçait

1 1

1: 1

- - - 1 '

,!

"

11 MikharJ. Bakhtine, Estl!étique de la création verbale, Paris, É,ditions Gallimard, 1984, «Bibliothè~uedes Idées», p. 27-210.

il

12 MikharJ. Bakhtine, Esthétique et théorie du roman, Paris, Éditions Gallimard, 1978, «Bibliothè~uedes Idées», pp. 21·82.

(18)

\

pourtant son titre; ce qui fera dire à Marina Yaguello que, fait

remarquable [dans cette étude], Bakhtine ne critique pas Saussure

au nom de la théorie marxiste, [ ...] il le critique sur son propre

terrain, c'est-à-dire qu'il trouve la faille dans son système

d'opposition langue/parole, synchronie/diachronie.13 S'il ne saurait

être question de mettre en doute la conviction marxiste de

l'auteur du Marxisme et la philosophie du langage -qui se

propose d'emblée de jeter les bases d'une théorie marxiste de la

création idéologique14-, la remarque n'en indique pas moins la

particularité du Freudisme, même parmi les oeuvres pseudonymes

de Bakhtine. L'attaque que porte l'essai contre la théorie de

Freud est, au contraire, essentiellement menée au nom du critère

marxiste.1G Il s'agit pour l'auteur de prouver que la psychanalyse

n'est pas la science entièrement nouvelle vouée à l'étude objective

du psychismelG que prétendent les freudiens, qu'elle concord...e·

[plut6t1 avec tous les messages de la philosophie bourgeoise

moderne17 et qu'il y a une doctrine profondément,

organiquement étrangère au marxisme,lB Le dernier chapitre dé'

l'ouvrage est en entier consacré à une «critique des apologies

, '

1'3 Marina Yaguello, «Introduction» au Marxisme et la philosophie du langage

de BàkhtinelVolochinov, Paris, Éditions de Minuit, 1987, p. 13.

14 BakhtinelVolochinov, Le Marxisme et la philosophie du langage, Paris

É(litions de Minuit, 1987, p. 25.

16 BakhtinelVolochinov, Le Freudisme, Paris, Éditions L'Âge d'Homme, 1980, p. 10~.

16 Ibid. ,p. 159.

17 Ibid., p. 92.

,II'

(19)

12

marxistes du freudisme»19 et certains passages, à force de

dogmatisme et de volonté polémique, font douter que celui qui les écrivait puisse avoir été le même auteur dont Les Problèmes de

la poétique de Dostoïevski étaient férocement critiqués par le

marxiste orthodoxe M. Starinkov en 1930.20 Le Freudisme, de la

part de Bakhtine, surprend. À tel point que depuis les

déclarations du professeur V.V. Ivanov qui révélait, quelques,

années avant la mort de l'homme que le texte principal [ ...} [dJ'un livre signé pal' Medvedev, [de}

signés pal' V olochinov [était} da

deux livres et de trois articles

à M.M. Bakhtine,21 l'ouvrage n'a

:::-~,

pas cessé d'alimenter le débat concernant l'auteur véritable de ces oeuvres. Ivanov avait suggére que les disciples de Bakhtine, sous

les noms desquels [ ...} [le Freudisme, le Marxisme et la

philosophie du langage, la Méthode formelle en étude littéraire} étaient publiés, ont seulement procédé à de petites interpolations. 22 Des critiques continuent de penser que Medvedev et Volochinov, afin de permettre la parution des ouvrages, seraient responsables d'une certaine addition de termes marxistes dans les travaux de Bakhtine. Marina Yaguello dans son

---/ /(.. -~-! .Introduction. au Marxisme

19 Ibid.

20 L'article de Starinkov, .L'idéalisme polyphonique». paraissait dans une

revue au nom révélateur: Literatura i marksizm, qui publiait aussi les textes de MedlJedelJ et de VolochillOIJ, précise Tzvetan Todorov dans Mikhaïl Bakhtine. Le principe dialogique. Paris. Éditions du Seuil. 1981. collection

"Poétique.. , p. 21.

" 21 V.V. Ivanov• •Zllachellie idej M.M. Bakhtilla... cité par Tzvetan Todorov dans Mikhaïl Bakhtine. Le principe dialogique. Paris. Éditions du Seuil,

1981. collection "Poétique... p. 17.

(20)

et la philosophie du langage, affirme que, pour elle, le doute n'est

pas permis quant à la paternité de [ces] oeuvres [ ...] [dont] le

contenu s'inscrit parfaitement dans la ligne [ ...] [des] publications signées [de Bakhtine}.23 Tout au contr"ire Ann Shukman, notant des différences majeures entre les textes de Bakhtine lui-même et

ceux qui lui sont attribués, semble contester à l'auteur du

Dostorevski et

du

Rabelais sa participation à la rédaction du

Freudisme.24 Ginette Michaud dans son «Bakhtine lecteur de

Bakhtine", sans mettre en question la thèse du pseudonymat,

tient le même livre pour un ouvrage polémique, peu révélateur, à

SOD avis, du véritable rapport de la pensée de Bakhtine avec la

psychanalyse.2/i Todol'OV propose' une solution plus mesurée et

souligne l'enjeu moral qu'implique l'attribution à Bakhtine de

textes qui sont autant d'exécutions: de la

psychaii.~lyse, du~'

formalisme en étude littéraire, de la linguistique contemporaine,26 ainsi que du livre pour lequel Medvedev a été arrêté, déporté, puis exécuté :

Il faut savoir [écrit-ill ce que cela signifie à une

certaine époque, en Union soviétique, que de

2:.1 Marina Yaguel1o. «Introduction .. au Marxisme et la philosophie du langage

de Bakhtine/Volochinov, Paris. Éditions de Minuit, 1987, p. 10.

24 This is a fairly pedestrian work and il is hard ta ascribe ta the pen of Bakhtin. écrit-elle à propos des Écrits sur le freudisme dans son article

"Between . Marxism and formalism :the Stylistics of Mikha'il Bakhtin». Comparative Criticism, vol.2. Cambridge University Press, 1980, p. 231.

2G Voir la remarque qu'elle fait sur cet ouvrage dans son «Bakhtine lecteur de

Bakhtine», Études françaises, vol. 20. nO 1, printemps 1984, note 25» p.148. 26 Tzvetan Todorov, Mikhaïl Bakhtine. Le principe dialogique, Paris» Éditions du Seuil» 1981. collection "Poétique,., p. 20.

(21)

qualifier quelqu'un, au nom de l'idéologie officielle.

[ ...l d'«ennemi intransigeant du marxisme. ou de

«réactionnaire bourgeois. [...l.

Penser que Bakhtine signe des ouvrages positifs de

son nom propre, alors qu'il emploierait des

pseudonymes pour exécuter ses adversaires, revient à

faire de lui une sorte de Dr. Jekyll, qui dispose d'un

MI'. Hyde pour les sales besognes [...l. Il y a dans

cette affaire un aspect plus sinistre encore. Tout

auteur d'écrit polémique de ce genre s'exposait,

durant cette période en Union soviétique, au risque

de devenir lui-même la cible d'une polémique

ultérieure [...l. Or si Volochinov semble être mort de

mort naturelle, tel n'est pas le cas pour Medvedev.

[...l Je ne voudrais donc pas, dans ce contexte, lui refuser le travail pour leq uel il est mort.

[...l [Ill est inadmissible qu'on efface purement et

simplement les noms de Volochinov et Medvedev [...l.

Mais il est tout aussi inadmissible de ne pas tenir

compte de l'unicité de pensée dont témoigne

l'ensemble de ces publications (et qu'on peut

attribuer, suivant en cela divers témoignages, à

l'influence de BakhtineJ.27

D'autres éléments contribuent encore à perpétuel' la

controverse entourant les écrits pseudonymes de Bakhtine : son

\\ refus, dansc1'les dernières années de sa vie, de réclamer ces textes

comme étant

l~~

siens; une critique adressée au livre de Medvedev

dans un article de Volochinov, .Les Frontières entre poétique et

linguistique», attribué comme l'autre à M. Bakhtine,28 etc. Mais

27 Ibid., pp. 22.23.

28 Dans cet article, l'auteur reproche à P.N. Medvedev des conclusions qui ne

sont pas entièrement convaincantes en ce qui concerne la parenté des

formalistes avec l'objectivisme abstrait de Saussure: selon [Medvedeu),

[écrit-il] en effet, l'influence du linguiste français n'a pas déterminé les fondements

de l'école formaliste. (<<Les Frontières entre poétique et linguistique., .Écrits du

cercle de Bakhtine», dans Mikhaïl Bakhtine. Le principe dialogique de

(22)

("

s'ils s'étonnent de la singularité du style et de la composition des textes parus sous les noms de Volochinov et de Medvedev -qu'ils

prennent parti tantôt pour le pseudonymat, tantôt pour un

rapport de collaboration ou d'influence de Bakhtine avec ses disciples- r:nes sont les critiques qui ne s'accordent pas avec Todorov à reconnaître dans ces ouvrages les idées de Bakhtine.

Voilà ce qui rendait si vraisemblable l'affirmation d'Ivanov. Et

Le Freudisme ne fait pas exception: la plupart des principes qu'il

oppose aux conceptions freudiennes, Bakhtine les soutiendra

jusqu'à la.fin de sa vie. Le livre, cependant, pose le problème de

l'unité de l'oeuvre du penseur soviétique, puisqu'au Bakhtine théoricien de l'art, philosophe du langage, critique de Rabelais et

de Dostoïevski, historien de la littérature1 au phénoménologue du

premier écrit, s'en ajoute un autre au ton de voix encore

différent : le sociologue et le marxiste qui dresse le procès de la

psychologie contemporaine. Bakhtine est un inclassable.

L'ambiguïté, l'instabilité parfois de sa position vis-à-vis des

grands courants de pensée qui dominent son. époque a de quoi dérouter ceux qui s'interrogeaient déjà sur les multiples facettes de son oeuvre, la diversité impressionnante de ses intérêts.

Comme il le fera dans son Rabelais, comme il le fera

aussi dans son Dostol"evski en confrontant les différents points de

vue critiques sur l'oeuvre de l'écrivain avant d'en entreprendre lui-même l'interprétation, Bakhtine n'a jamais cessé au cours de sa carrière de chercheur de dialoguer avec les diverses tendances

(23)

16

Freudisme en cela s'inscrivent parfaitement dans la démarche

d'ensemble du penseur. Et sans doute peut-on en apprendre

autant sur sa pensée en étudiant ce qu'il critique de la

psychanalyse ou dans les idées de ses contemporains, qu'en

s'intéressant à ce qu'il affirme positivement dans son oeuvre.

Qu'il s'élève contre le subjectivisme individualiste de Freud ou les

conceptions de l'art, de la langue, de l'humain inspirées des

romantiques allemands, et tout autant contre l'esthétique

matérielle29 des formalistes, contre les catégories mécanistes

d'«opposition», de «transcodage»30 du structuralisme naissant dans son dernier essai, contre l'approche normative, systématisante, l'esprit rationaliste qui règne31 sur la linguistique de l'école de Genève, il n'en demeure pas moins que le rapport de Bakhtine

aux freudiens, aux formalistes, à la linguistique saussurienne, à

la philosophie idéaliste, à l'idéologie marxiste même, n'est jamais

simple : c'est un rapport tendu d'opposition et d'accord à la fois,

de dénonciation féroce et de participation. D'une façon plus

paradoxale encore, les penseurs qui font l'objet des polémiques les

plus virulentes dans son oeuvre sont souvent ceux à qui il doit le

plus.

29 Mikhal1 Bakhtine, «Le problème du contenu.... , Esthétique et théorie du roman, Paris, Éditions Gallimard, 1978, «Bibliothèque des Idées», p. 29.

30 Mikhatl Bakhtine, Esthétique de la création verbale, Paris, Éditions

Gallimard, 1984, «Bibliothèque des Idées», p. 393.

31 BakhtinelVolochinov, Le Marxisme et la philosophie du langage, Paris,

Éditions de Minuit, 1987, p. 92.

(24)

L'APPROCHE FORMALISTE

Au formaliste V.M. Jirmounski, auquel plusieurs textes

des années vingt reprochent le parti pris positiviste d'une

esthétique de la forme artistique, compris(e) à partir des sciences

naturelles ou de la linguistique,32 l'auteur du Marxisme et la

philosophie du langage emprunte pourtant sa dichotomie entre thème et signification, en revalorisant cette fois-ci. le rôle du

thème dans la langue.33 Avec l'ensemble de l'école formaliste,

Bakhtine n'est pas sans parenté: il partage sans réserve sa

volonté spécificatrice de l'objet littéraire, sa nécessité d'en

comprendre scientifiquement le caractère particulier.34 Les

analyses structurales du roman, des types de discours, les études sur le dialogue, la parodie, la stylisation, sur le «mot.. rapporté,

32 Mikharl Bakhtine, Esthétique et théorie du roman, Paris, Éditions Gallimard, 1978, «Bibliothèque des Idées .. , p. 28.

33 Cette notion de thème, opposée à celle de signification des discours, souligne en effet Todorov dans son Principe dialogique (p. 72), n'est pas nouvelle. BakhtinelVolochinov parait particulièrement sensible à la définition qu'en donne Jirmounski et à la façon dont il met en valeur cet aspect de la langue. Malgré le point de vue extrêmement critique adopté par l'auteur de l'article .Le Discours dans la vie et le discours dans la poésie. envers les travaux de ce théoricien de l'art (voir, par exemple, Le Principe dialogique de Todorov, p. 202), dans .Le Problème du contenu, du matériau et de la

forme .... , au contraire, Bakhtine semble lui faire une place à part parmi les

tenants de l'esthétique matérielle: Ce postulat [de la primauté du matériau dans l'oeuvre d'art], [écrit-il] [ ...], adopte souvent des formes plus estompées, ;dont l'une des variantes est la conception de V.M. Jirmounski : il met en relief

l'aspect thématique (Esthétique et théorie du roman, note 1, p. 29). Des

oeuvres telles que La Rime, sa Théorie et son Histoire de V.M. Jirmounski [ajoute-t-il dans une autre note], [ ...] ont une haute valeur scientifique

(Ibid., note 3, p. 29).

34 Mikharl Bakhtine, Esthétique et théorie du roman, Paris, Éditions Gallimard, 1978, "Bibliothèque des Idées.. , p. 26.

(25)

l~

indirect ou indirect libre qu'il entreprendra dans sa Poétique de

Dostol"evski, dans son essai sur la Philosophie du langage, des

poéticiens russes les avaient tentées avant lui. Et le jugement

que porte Bakhtine sur la poétique formelle est rarement

univoque. Ainsi "Le Problème du contenu et de la forme " qui

s'attaque, parfois violemment, à la position scientifiqlle [ J, [li

l'Jattitude fausse ou, dans le meilleurs des cas, vague, qllant èl ICI

méthode35 de la plupart des formalistes, s'ouvre pOUl'tant Sl\l' unc

toute autre forme d'appréciation, sur une évaluation d'ensemble fort positive de leurs travaux:

À l'heure actuelle, en Russie [estime en effet

Bahhtine], on se livre à IUt travail extrêmement

sérieux et fructueux dans le domaine de l'urt. Ces

dernières années lu littérature scientifique russe s'est

enrichie de travaux de valeur dans le domaine de

l'art, particulièrement dans le dOlnuine de ICI

poétique.36

L'APPROCHE LINGUISTIQUE

D'une façon très semblable, la position de Bakhtine et de son «cercle.. vis-à-vis de la linguistique de Saussure, de BaBy ou de leurs élèves, qu'il nomme l'objectivisme abstrait, n'aura pas

toujours la fermeté qu'elle avait dans Le Marxisme et la

philosophie du langage. Cette position varie plutôt dans le

35 Ibid .• p. 25. 36 Ibid., p. 24.

(26)

temps, voire d'un texte à un autre de la même période. Ainsi,

dans son «Essai d'application de la méthode sociologique en

linguistique», le penseur sloppose au cheminement méthodologique [ ...} que nous propose Saussure pour mettre en évidence l'objet

spécifique de la linguistique37 : alors que Saussure, on le sait,

sépar[e} la langue de la parole38 et se placer }, de prime abord sur

le terrain de la langue,39 définie comme système de formes

normalisées40 calquées sur les catégories de la lexicologie, [de la}

grammaire [et de la} phonétique41, pour éclair~r tous les faits de

langage,42 BakhtinelVolochinov, lui, désigne tout au contraire l'acte de parole, ou plus exactement son produit, l'énonciation,43

comme ce qui constitue l'objet de la philosophie du langage.44 Or,

37 BakhtinelVolochinov, Le Marxisme et la philosophie du langage, Paris, Éditions de Minuit, 1987, p. 90.

38 Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, cité par BakhtinelVolochinov, Le Marxisme et la philosophie du langage, Paris, É<litions de Minuit, 1987, p. 91.

39 Ibid., p. 90.

40 BakhtinelVolochinov, Le Marxisme et la philosophie du langage, Paris, Éditions <le Minuit, 1987, p. 98.

41 Ibid., p. 63.

42 Ibid., p. 91.

43 Ibid.;' p. 119.

44 Ibid., p. 71. La tâche principale que s'est donnée l'auteur du Marxisme et la philosophie du langage est, en effet, de définir l'objet qui doit être celui d'une science linguistique: Qu'est-ce qui constitue l'objet de la philosophie du langage {demande-t-il]? Où pouvons-nous trouver. cet objet ? Quelle me'thodologie pouvons-nous adopter pour l'étudier ? {...] Qu'est-ce que le langage? Qu'est-ce que le mot? ( ...] À la base de notre itinéraire, il convient de poser non des définitions mais des consignes méthodologiques: il est indispensable, avant tout, de mettre la main sur l'objet réel de notre recherche, il est indispensable de l'isoler de son contexte et de délimiter au préalable ses

(27)

20

d'autres textes signés par lui dans les mêmes années nuancent ces

premières assertions. L'article «Les Frontières entre poétique et

linguistique»45 (1930), par exemple, n'affirme plus le primat de

l'énonciation sur le système de la langue; il s'agit plutôt ici de

distinguer entre deux événements, également fondamentaux dans

le langage, au point de rendre nécessaire deux disciplines

autonomes: la linguistique qui étudie la langue en faisant

abstraction de certains catés de la vie concrète du mot (ce qui [ ...]

[est) parfaitement légitime et même nécessaire [précise à présent

BakhtineJ),46 et, d'autre part,. comme il l'appellera dans les

Problèmes de la poétique de Dostol'evski, la «translinguistique•. ,

une science [ ...] consacrée47 à l'étude de la langue dans sa totalité

concrète, vivante.48

La translinguistique [soutient-il] ne peut ignorer la

linguistique [...J. Toutes les deux étudient le même.

phénomène concret, infiniment complexe et

multiforme : le mot, mais elles en choisissent divers aspects et les observent sous des angles différents.

Elles doivent se compléter, non se mélanger:19

45 BakhtinelVolochinov, dans les .Écrits du Cercle de Ba1ûltille», Mikhaïl

Bakhtine. Le principe dialogique de Tzvetan Todorov, Paris, Éditions du

Seuil, 1981, collection "Poétique.. , pp. 243-285.

46 Mikhau Bakhtine, La Poétique de Dostoïevski, Paris, Éditions du Seuil,

1970, p. 238.

47 Ibid.

48 Ibid.

(28)

L'APPROCHE MARXISTE

La même tendance à systématiser l'objet de leurs recherches, à le penser depuis les catégories abstraites, figées d'un système achevé, la même approche mécaniste et simplificatrice des problèmes soulevés dans les sciences humaines que Bakhtine

reprochait aux représentants de l'objectivisme abstrait, il les

retrouvera encore chez certains marxistes. Pas plus qu'avec les

formalistes ou la linguistique contemporaine d'inspiration

néo-classi[que),50 la relation de Bakhtine et de son «cercle" à la

doctrine marxiste n'est simple. Déjà, bien que se réclamant de

cette doctrine, les écrits des années 1920 et 1930 affichaient vis-à-vis d'elle une position légèrement hétérodoxe; soutenir que la «société" commence dès qu'apparaissent deux hommes en dialogue,

comme le fera BakhtinelVolochinov dans le Freudisme, définir le

rapport de la langue aux structures sociales comme un processus

ininterrompu, dynamique, vivant de créations,' d'interactions

idéologiques dont le véhicule, le matériau le plus fin est le «mot,.

(plus étroitement, le «mot" comme signe intérieurS1 de la

conscience individuelle52), c'est s'écarter sensiblement, en effet, du

sociologisme de la plupart des marxistes. C'est s'éloigner

notamment de la pensée linguistique de Nicolas Marr, de Staline également qui, en 1950, dans sa volonté de mettre fin au débat

50 BakhtinelVolochinov, Le Marxisme et la philosophie du langage, Paris, Éditions de Minuit, 1987, note 18, p. 87.

51 Ibid., p. 32.

(29)

22

qui régnait parmi les linguistes soviétiques53, réglait autrement la

question des superstructures, en assimilant le langage à un

instrument de production. Par là, Staline, comme les théoriciens

marxistes, perpétuait une image unifiée de la langue, neutre dans l'interaction humaine, indépendante de la lutte des classes, et

rejoignait ainsi le systématisme des objectiuistes. Sans doute

est-ce est-ce qui explique les réserves maintes fois formulées dans l'oeuvre de Bakhtine vis-à-vis de la "dialectique hégélienne>·, à laquelle la philosophie du langage du penseur, son .<dialogisme>·, dont il fera du roman puis, de tout discours, le principe, doivent

autant qu'ils la renouvellent. Il dira ainsi de la méthode

dialectique54 de B.M. Engelgardt qu'elle est impuissante à

comprendre le monde [ ...] profondément plural55 de Dostoïevski,

53 L'objet de la controverse -et on comprend, à cette époque en U.R.S.S., les motivations politiques qlÙ appelaient sa résolution- était celui-ci: la langue est-elle une superstructure et quels sont ses rapports avec l'infrastructure sociale? Deux tendances s'affrontaient: l'école de Nicolas Marr, assure Marina Yaguello, poussait l'assimilation de la langue à une superstructure jusqu'à des conséquences extrêmes: existence de langues de classe et de grammaires de classes indépendantes et théorie de l'évolution par .bonds",. [ ...] à toutes révolutions dans la base devrait correspondre une évolution aussi soudaine dans la langue ("Introduction» au Marxisme et la philosophie du langage, p. 16). Staline, dans A propos du marxisme en linguistique

(Éditions de la Nouvelle Critique, 1950), prenait position pour l'autre courant de pensée qlÙ dominait la linguistique marxiste et condamnait sans retour la conception étroite que se faisait le marrisme de la superstructure: en tout état de cause [pour Staline], la base et les superstructures sont en interaction. En revanche, il affirm[ait] nettement [tout à l'inverse de Bakhtine,] que la langue

[ ...] est [ ...] assimilable à un instrument de production (M. Yaguello, dans Le

Marxisme et philosophie du langage, p. 16).

54 Mikhal:l Bakhtine, La Poétique de Dostoïevski, Paris, J!:ditions du Seuil,

1970, p. 58.

55Ibid., p. 59.

(30)

sans le ramen[er] à un monologue philosophique,56 sans réduire

les univers des personnages [ ...] entre eux [ ...] des] rapports

thèse-antithèse-synthèse.57 Il parlera ailleurs du monologisme de

Hegel dans la Phénoménologie de l'esprit,58 et insistera, dans ses

"Notes de 1970-1971", pour différencier dialogue et dialectique;

Dialogue et dialectique [distingue-t-il]. Le dialogue,

on lui enlève ses voix (séparation des voix), son intonation (émotive-personnalisée), le mot vivant et la réplique, on en prélève des notions abstraites et des raisonnements. On tasse le tout dans une conscience abstraite, et on obtient la dialectique.59

L'APPROCHE DES SUBJECTIVISTES INDIVIDUALISTES

Le danger contre lequel Bakhtine mettait en garde les tenants de la méthode «dialectique», les formalistes, aussi bien que les linguistes objectivistes avec leur ambition d'édifier une

science à tout prix,60 inspirée du modèle des sciences exactes et

naturelles, était de traiter de tel ou tel domaine de la culture et

56 Ibid.

57 Ibid., p. 58.

58 Mikhatl Bakhtine, Esthétique de la création verbale, Paris, Éditions Gallimard, 1984, «Bibliothèque des Idées», p. 384. Bakhtineécrit encore:

Comprise à la manière hégélienne, l'esprit unique CIl devenir dialectique ne

peut engendrer autre chose qu'un monologue philosophique. (La Poétique de

Dostoïevski, p. 59).

59 Ibid.. p. 368.

60 Mikhatl Bakhtine, Esthétique et théorie du roman, Paris, Éditions Gallimard, 1978, «Bibliothèque des Idées», p. 24.

(31)

de la création culturelle, [...J [sansJ conserv[erJ à son objet toute sa complexité, sa plénitude et son originalite'Gl, d'abaiss[erJ fréquemment le niveau du problème, [...J [et d'Jappauvri[rJ ['objet

à étudier.62 Ce même danger, il le verra encore dans la tendance

diamétralement opposée en sciences humaines, le subjectivisme

individualiste. Vis-à-vis de l'idéalisme de Humboldt, de Spitzer, de l'école vosslérienne en esthétique-linguistique, de Dilthey et des freudiens en psychologie, l'attitude du penseur n'est pas moins

ambiguë. Ainsi, tandis que, dans «Les Frontières entre poétique et

linguistique», l'auteur juge monstrueuse [...J, inacceptable[ J pour la science marxiste de la littérature autant que pour la. linguistique marxiste,63 la réduction de la linguistique à

l'esthétique, propre à l'école de Vossler, [quiJ a fait déferler sur la science du langage une vague de psychologisme, [...J en a éliminé tous les aspects stables - objectivement sociologiques _,64 c'est

avec une égale intensité et presque sur le même motif, qu'un an plus tôt, il faisait l'éloge des vosslériens :

On entend souvent critiquer Vossler et les vosslériens parce qu'ils s'occupent davantage de stylistique:,gue de linguistique proprement dite. En réalité [affirmait-il plut6t dans le Marxisme et la philosophie du langage], l'école de Vossler s'intéresse à des problèmes qui sont à cheval sur les

61 Ibid., p. 25.

62 Ibid.

63 BakhtinelVolochinov, dans les .Écrits du Cercle de Bakhtille., publiés par Tzvetan Todorov, Mikhaïl Bakhtine. Le principe dialogique, Paris, Éditiolls du Seuil, 1981, collection "Poétique», p. 244.

(32)

deux disciplines, ayant compris leur importance

méthodologique et heuristique, et nous voyons là

matière à admirer cette école.65

La vivacité et l'acuité que les idéalistes de l'école de Vossler introduisent dans la linguistique

[ajoutait-il,] favorisent l'éclaircissement de certains aspects de

la langue que l'objectivisme abstrait avait rendu

inertes et figés. Et nous devons leur en être

reconnaissants. Ils ont stimulé et ravivé l'âme

idéologique de la langue, qui avait pris chez certains

linguistes l'aspect d'une nature morte.66

Plus déroutant encore: l'auteur de ce passage valorise

clairement la pensée linguistique des subjectivistes sur celle des

objectivistes lesquels, tout au contraire des premiers, sous prétexte

que la parole appartient au domaine individuel, qu'elle est donc

infiniment variable, instable, hétéroclite, et qu'elle dénature la

pureté logique du système linguistique,67 n'abordent jamais le

problème de l'expression,68 de l'acte de parole individuel,59 ni, par

conséquent, celui du psychisme subjecti{,70 pour ne s'intéresser

qu'au code linguistique, [ ...] [qu'à] la logique interne du système

de signe lui-même.7l De la même façon, dans son chapitre qui

traite des fondements d'une psychologie véritablement objective,72 il

65 BakhtinelVolochinov, Le Marxisme et la philosophie du langage, Paris, Éditions de Minuit, 1987, p. 174. 66 Ibid., p. 212. 67 Ibid., p. 93. 68 Ibid., p. 88. 69 Ibid., p.,80. 70Ibid., p. 88. 7l Ibid . 72 Ibid., p. 46. ,.

(33)

26

rejettera sans équivoque la conception étroite que s'en font les

psycholog[ues] dit[s] "fonctionnaliste[s]»,73 les tenants de la

théorie cognitive ou les physiologistes par exemple, dont l'étude de

l'activité mentale se limite, bien souvent, à l'observation [des]

mécanismes purement physiologiques (par exemple, le mécanisme des réflexes conditionnés), [ ...] abstrait[s] complètement de leurs significations idéologiques changeantes, [. ..] en un mot, [que] le

contenu du psychisme n'intéress[ent] pas.74 Il s'accordera plutôt

avec Dilthey, qu'il associe au courant idéaliste, pour trancher

nettement entre sciences de la nature et ~sciences de l'esprit»,

lesquelles étudient le psychisme non pas en terme de causalité

psycho-physique,75 ni en termes d'existence, comme pour une chose, mais en termes de signification,76 comme s'il s'agissait d'un

document soumis à l'analyse d'un philologue.77 01', Les Écrits sur

le freudisme font entendre un autre point de vue.

Bakhtine/Volochinov y affiche, cette fois, une préférence marquée

pour ce qu'il appelle la psychologie objectiviste, la réflexologie

73 Ibid., p. 52.

74Ibid., p. 5I.

75 BakhtineNolochinov, Le Freudisme, Paris, Éditions L'Âge d'Homme, 1980, p. 160. Le but de la psychologie ne saurait être d'expliquer les phénomènes psychiques par la causalité, comme s'ils étaient analogues à des processus physiques ou physiologiques, affirme BakhtineNolochinov dans le Marxisme et la philosophie du langage (p. 48).

76 BakhtineNolochinov, Le Marxisme et la philosophie du langage, Paris, Éditions de Minuit, 1987,p. 47.

(34)

(école de Pavlov. Bekhtérev) et la science dite «du comportement-(behaviorism)78 ;

[ ...] à la question de savoir laquelle [des] deux tendances [subjectiviste ou objectiviste] s'accorde le mieux avec le principe du matérialisme dialectique,

il est clair que c'est la seconde, c'est-à-dire

l'orientation objectiviste.79

Une psychologie soucieuse d'exactitude et

d'objectivité,BD [cor,forme à ce qu'attend d'elle le

marxisme, explique-t-il,] doit se placer résolument sur le terrain de l'expérience matérielle externe et à partir de là montrer quel type d'organisation et quel

degré de complexité de la matière déterminent

l'apparition de cette nouvelle qualité, de cette

nouvelle propriété de la matière, qu'est le psychique. Entreprise à laquelle l'expérience subjective interne

ne peut rien apporter. Là dessus la psychologie

objectiviste a entièrement raison.BI

Aussi condamne-t·il la méthode introspective,

absolument subjective[ J,82 des freudiens qui, même lorsqu'ils

observent des phénomènes somatiques, ne s'intéress[entJ [...J

[qu'àl la signification subjective que ce somatique revêt pour le psychisme, [...J indépendamment de la réalité [qu'ilJ peut avoir en dehors de cette <1me, c'est·à-dire pour les méthodes objectives des

sciences de la nature (lesquelles sont authentiquement

78 BakhtinelVolochinov, Le Freudisme, Paris, Éditions L'Âge d'Ho=e, 1980, p.98.

79Ibid., p. 102. 80 Ibid., p. lOI. 81 Ibid., p. 102. 82Ibid., p. 155.

(35)

2S

matérialistes}.83 Bien que BakhtinelVolochinov n'affirme jamais,

dans Le Freudisme, que la physiologie seule, permette d'expliquer l'intégralité de nos comportements et de notre activité mentale et

qu'il mette en garde les objectivistes contre le risque { ...J de

tomber dans un matérialisme mécanique narf,84 en revanche, son

rejet de la méthode introspective en psychologie, dans cet ouvrage,

est radical. Pourtant, l'auteur du Marxisme et de la philosophie

du langage modifiera cette première impression :

Dans sa forme pure, le signe intérieur, c'est-à-dire

l'activité mentale, [écrit-il,] n'est accessible qu'à

l'introspection. [ ...] L'introspection en tant que telle suit une orientation qui va du signe intérieur au

signe extérieur. L'introspection elle-même est, de ce

fait, dotée d'un caractère expressif. Elle constitue la compréhension par l'individu de son propre signe

intérieur. C'est ce qui la distingue de l'observation

d'un objet ou d'un quelconque processus physique.85

La nuance introduite dans Le Marxisme et la

philosophie du langage, la différence de ton entre les deux

ouvrages, la fermeté de la position du penseur contre la

psychologie subjectiviste dans les Écrits sur la freudisme,

renseignent sur les motivations avant tout polémiques de l'auteur de cet essai. Mais elles rendent aussi l'instabilité, l'ambiguïté, le caractère énigmatique, voire troublant de la place, de la situation

83 Ibid., p. 61.

84Ibid., p. 104.

85 BakhtineNolochinov, Le Marxisme et la philosophie du langage, Paris, Éditions de Minuit, 1987, p. 61.

(36)

li

,.

qu'occupe Bakhtine parmi les divers courants de pensée modernes. Si bien que ce problème, jusqu'à présent, est resté au centre des préoccupations de ses critiques et que l'on pourrait sans doute appliquer à Bakhtine, de même qu'à la littérature critique sur son oeuvre, la remarque qu'il faisait à propos de Dostoïevski:

Lorsqu'on aborde la vaste littérature consacrée à

Dostorevski, on a l'impression d'avoir affaire, non

pas à un seul auteur-artiste, {...} mais à toute une

série de philosophes, à plusieurll auteurs-penseurs.

{...} Dans l'esprit de la critique littéraire, l'art de

Dostorevski s'est décomposé en une suite de

constructions philosophiques et contradictoires,

défendues par différents personnages. {...} Pour certains exégètes, la voix de Dostorevski se confond avec celle de tel ou tel {...} personnages, pour d'autres, c'est une synthèse particulière de toutes ces voix.s6

Comme les critiques de Dostoïevski, ceux de Bakhtine n'ont eu de cesse de relever ses contradictions. Ils se sont presque

exclusi~exfientoccupés à chercher ses influences, ses parentés, à

redéfinir sa place parmi les tendances les plus diverses de l'idéologie moderne, et cela, malgré parfois, ce que Bakhtine

lui-même avait pu en dire. Ainsi, Julia Kristeva s'étonnera-t-elle

d'entendre côte à côte dans les textes de Bakhtine,

de violentes

86 Mikhaïl Bakhtine, La Poétique de Dostoïevski, Paris, Éditions du Seuil, 1970, p. 31. Dans le même ordre d'idées, Ginette Michaud note qu'il existe, sur le marché toujours fluctuant des valeurs critiques, toutes sortes de

Bakhtine. De manière plus significative encore, il y a diverses manière de

pratiquer son Bakhtine, selon que l'on privilégie le Bakhtine idéologue (et idéoclaste), le Bakhtine sémioticien, poétieien, sociologue (translinguistique), ou le Bakhtine philosophe du langage et de la culture. (.Bakhtine lecteur de

(37)

JO

attaques anti-psychologiques, [en même temps] qu'un vocabulaire

psychologisant, ou plut6t sourdement influencé par la théologie.87

Todorov, malgré les nombreuses attaques du penseur contre la

philosophie idéaliste des romantiques, dira de lui, qu'en redonnant

à la forme artistique son sens plein d'interaction et d'unité des

différents éléments de l'oeuvre,88 Mikhaïl Bakhtine, rétabliss[ait}

la doctrine romantique dans sa pureté.89 Dans un autre texte,

Todorov juge que la famille intellectuelle la plus proche de

Bakhtine n'est pas le marxisme, mais plut()t l'existentialisme,9o

celui de J.P. Sartre plus précisément (il n'est pas un Sartre avant

la lettre,91 dira, quant à elle, Kristeva). Il souligne, en plus, sa

proximité de pensée avec Heidegger, Levinas, avec quelques

philosophes religieux, [ ...] Herman Cohen, Martin Buber (dont Bakhtine connatt et apprécie les travaux), [ ...] [et] un fondateur de

la psychologie sociale aux États-Unis, [oo.] G.H. Mead. 92 Anthony

Wall, Marc Angenot93, tenteront de réinterpréter le l'apport de la

87 Julia Kristeva, .Ulle poétique ruillée., La Poétique de Dostoi'evski, Paris,

Éditions du Seuil, 1970, p. 14.

88 Tzvetan Todorov, .Préface. à l'Esthétique de la création verbale, Paris,

Éditions Gallimard, 1984, "Bibliothèque des Idées.. , p. 10.

89 Ibid., p. 11.

90 éTzvetan Todorov, Mikhai'l Bakhtine. Le principe dialogique, Paris,

Éditions du Seuil, 1981, collection "Poétique.. , p. 152.

91 Julia Kristeva, .Ulle poétique ruillée., La Poétique de Dostoïevski, Paris,

Éditions du Seuil, 1970, p. 16.

92 Tzvetan Todorov, Mikhaïl· Bakhtine. Le principe dialogique, Paris,

Éditions du Seuil, 1981, collection. "Poétique.. , p. 52.

93 Voir l'article .Bakhtine, sa critique de Saussure et la recherche contemporaine. de Marc Angenot (Études françaises, vol. 20, nO 1, 1984, pp.

(38)

7-•

philosophie bakhtinienne du langage avec la linguistique inspirée

de Saussure, tandis que Susan Petrilli et Augusto Ponzio, à

l'opposé, s'appuient sur la critique de la linguistique objectiviste

dans le Marxisme et la philosophie du langage, pour étayer leur

rapprochement entre les théories sémiotiques de Bakhtine et

celles de C.S. Pierce94• D'autres critiques encore ont mis en

relation les idées de Bakhtine avec les philosophies modernes de

Roland Barthes, Michel Foucault, Jacques Derrida.95 Charles

Byrd a cherché les traces d'une influence freudienne sur l'auteur de L'Oeuvre de François Rabelais,96 et la .Poétique ruinée» de J.

Kristeva fait de lui le précurseur d'une sémiotique moderne

attentive à la psychanalyse.97

Toutefois, si le penseur a pu être l'objet de

rapprochements aussi contradictoires, s'il a participé de toutes les idéologies et les a rejetées toutes, c'est que la vérité, pour lui,

19) et la critique adressée au travail de Susan Petrelli par Anthony Wall dans

Le Bulletin de Bakhtine, nO 4, 1993, pp. 36-37.

94 DansBAKHTIN E... Averincev, Benjamin, Freud, Levinas Marx, Pierce,

Valery, Welby, Yourcenar, de P. Jachia, A. Biancofiori, S. Petrilli, M.

Valenti, Bari : Laterza & Figli, 1993.

95 Par exemple, J.M. Holquist dans The surd heard : Bakhtin and Derrida

(Stanford University "Press, Stanford, 1986); ou encore, Kathy Sabo et Greg Marc Nielsen dans .Critique dialogique et postmodemisme., Études

françaises, vol. 20, nO l, printemps 1984, pp. 77-88.

96 Charles Byrd, «Freud's influence on Bakhtine: Traces of psychoanalytic

theory in Rabelais and is World., Germano-Slavica, 5, Slavica, 1987.

97 Julia Kristeva, «Une poétique ruinée., dans La Poétique de Dostoïevski,

(39)

.12

n'est ni dans le psychologisme débride'98 de la philosophie

existentielle,99 ni dans l'antipsychologisme aigu. nettoyant le

psychisme de son contenu à un lieu vide. purement formel (comme

dans la psychologie fonctionnalisteJ.lOo Elle ne se trouve pas plus dans le système de la langue, épuré de la parole, tel que le conçoit Saussure, que dans les conceptions linguistiques des

subjectivistes qui, au contraire, ne prenn[ent] en compte que la

parole.101 Elle n'est ni dans le ·.formalisme- abstrait102 de

l'esthétique matérielle, ni dans le psychologisme ou l'idéologisl/w

étroit des interprètes idéalistes et marxislies de la littérature.

Elle ne réside ni dans les théories subjectivistes d'inspi1'l1tion

romantique, ni dans l'objectivisme abstrait issu du cartésianisme;

la vérité se trouve au delà, plus loin, elle manifeste un refus égal

de la thèse comme de l'antithèse, et constitue une synthèse

dialectiq ue.103

98 BakhtineNolochinov, Le Marxisme et la philosophie du langage, Paris,

Éditions de Minuit, 1987, p. 55. 99 Ibid.

100 Ibid., p. 54.

101 BakhtineNolollhinov, Le Marxisme et la philosophie du langage, Paris,

Éditions de Minuit> 1987, p. 119.

102 Mikhal1 Bakhti~;;=Esthétique et théorie du roman, Paris, l1:ditiolls

Gallimard, 1978, ..Bibliothèque des Idées>, p. 85.

103 BakhtineNolochinov, Le Marxisme et la philosophie du langage, Paris,

Références

Documents relatifs

son amour interdit en même temps qu'une série de proverbes connus; «Big- bang» a une tendance à faire des retours sur le texte, à la manière d'Alain Robbe-Grillet

keywords: Polynomial curves, Stieltjes series, Pad´e approximant, torus knots..

» (Bakhtine, 1984, 267) Même si on ne partage pas nécessairement cette hypostase du réel, on voit bien que les genres bakhtiniens sont structurés par cette dissymétrie

La question du timing optimal pour opérer ces patients reste posée et les risques sont non négligeables d’où la nécessité d’une prise en charge péri

The objectives of this work were to study the stability and evolution of organic molecules coming from three chemical families in presence of calcium perchlorate to (1) know if

– Le contexte de textes sur l’espace de la page ou au fil du numéro du journal, où l’on repère des échos sémantiques et formels dès les titres et de texte à texte (et

Les résultats de cette thèse mettent en évidence que 73% des prescriptions pour les infections respiratoires hautes présumées virales chez l’enfant âgé de moins de 3 ans