Les années 1980 à Liège. Art et culture

Texte intégral

(1)

Revue des historiens de l’art, des archéologues et des musicologues

de l’Université de Liège

Numéro 31/2012

Les années 1980 à Liège.

Art et culture

(2)

3 En pu bl ian t, il y a d eux an s, L e to ur na nt d es années 1970. Liège en ef fervescence 1 , tr ois des plus fidèles contributeurs à notr e revue, Jacques Dubois, Nancy Delhalle et Jean-Marie Klinken -ber g ont of fert une double opportunité à notr e as so cia tio n  : d e fa ire œ uv re u tile e n ét en d an t leur rétr ospective aux années quatr e-vingt et de se replonger dans le contexte de sa naissance. Le lie n en tre le s d eu x p ub lic at io ns n e p o uv ait q u’ê tre re nf o rc é p ar J uli e B aw in , q ui, a p rè s avoir collabor é à l’ouvrage pr écité, a bien voulu as su m er la c o -d ire ct io n sc ie nt ifi q ue d e ce tte 31e livraison et par Jacques Dubois, auteur de l’article consacr é au M an ife ste p ou r l a cu ltu re wallonne de 1983 . Je ne reviendrai pas ici sur la gestation et l’his -to ire d ’A rt& fa ct , re m ar q ua b le m en t re tra cé es p ar Is ab ell e Ve rh o ev en d an s le n um ér o d éd ié au 100 e a nn ive rs air e d es é tu d es e n his to ire d e l’a rt, a rc hé o lo g ie e t m us ic o lo g ie à l’U niv er sit é de Liège 2 et dont elle fournit supra le complé -ment, en compagnie de Jean Housen. Même s’il se restr eint au champ liégeo-liégeois et à la période contemporaine, le pr ésent recueil n’en illustr e pas moins les principes fondateurs de notr e entr eprise éditoriale. Il fait en ef fet fi des hiérar chies académiques en accueillant des textes rédigés par une étudiante et des histo -riens de l’art actifs hors du milieu universitair e. Il illustr e le pluridisciplinair e de départ, en abor -d an t à la fo is la lit té ra tu re (L au re nt D em o uli n, Gérald Purnelle), la photographie (Jean-Michel Sa rle t), le c in ém a (D ic k To m as o vic ), la b an d e d es sin ée (P hil ip p e C ap ar t, E rw in D eja ss e et F ré d é ric P aq u e s), la m u siq u e (C h ris to p h e Pir enne), les arts plastiques (Sébastien Char -lie r et P ie rre F ra nk ig no ull e, So p hie D elh as se , Pierr e Henrion et Yves Randaxhe, Jean Hou -se n) et l’h ist o ire c ult ur ell e (J ac q ue s D ub o is) . I l d éc lo iso nn e le s m ét ie rs d e la re ch er ch e et d e la cr éation, non seulement via l’édition de deux «  m ult ip le s  », d o nt n o us re m erc io ns c ha le u-re us em en t J ac q ue s Liz èn e et L ae tit ia L efè vre , mais en donnant la par ole à Jacques Charlier , à Patrick Corillon, à Alain Denis, à Jacques Lizène, en co re lu i, à Je an -P ie rre R an so nn et e t à L éo n W uidar . Qu’ils tr ouvent ici l’expr ession de notr e gratitude, laquelle s’adr esse aussi aux chevilles o uv riè re s d e «  la r éd ac tio n  », M ar ie -S o p hie D eg ard e t M ar ie -A m an d in e G ér ard , a in si q u’à nos soutiens financiers et logistiques, la Fédé -ration W allonie-Bruxelles, Ministèr e de la Com -munauté française de Belgique, le Ministèr e de la Région wallonne, Division de l’Emploi et de la Formation pr ofessionnelle, le Fonds national d e la R ec he rc he s cie nt ifi q ue , l’ É ch ev in at d e la Cultur e de la V ille de Liège, l’Échevinat de l’Ur -b an ism e, d e l’E nv iro nn em en t, d u To ur ism e et du Développement durable de la V ille de Liège, Ethias et le Service des Relations extérieur es de l’Université de Liège ainsi que celui de l’Admi -nistration de l’Enseignement et des Études. «  L’audace des cr éateurs dont nous parle Le tour nant des années 1970. Liège en ef fer -vescence , c’est d’arriver à parler de cette ville sans en parler , de gens qui ont réussi à dépasser le s ter ro irs e t le ur m o rn e in cur io si té q ui pr en d les pr oportions de l’éternité. Tous les pays pri -vé s d e ce tte c ap ac ité d e p ar le r d ’e ux -m êm es sans chauvinisme sont condamnés à mourir non pas de fr oid, mais d’un manque de légèr eté et de pr ofondeur . »3 . Sans nul doute le jugement d e Jo sé F o nt ain e d em eu re -t-il va la b le p o ur la décennie ici revisitée  !4 Jean-Patrick Duchesne Co-dir ecteur scientifique

Notes

1 Bruxelles, Les Impr essions Nouvelles, 2010. 2 Cfr Art&fact , n° 23, 2004, p. 70-78. 3 Jose FONT AINE, Critique : Le tournant des années 1970. Liège en ef fervescence (Nancy Delhalle, Jacques Du -bois, Jean-Marie Klinkenber g) [en ligne], La revue Toudi, 4 juin 2010 [r éf. du 8 août 2012], disponible sur http:// ww w .lar ev uet ou di .or g/ fr /st or y/ cri ti qu e-l e-to ur nan t-des -ann%C3%A9es-1970-l i%C3%A8ge-en -ef fervescence-nan -cy-delhalle-jacques-dubois-jean. 4 En wallon de Liège, «  l’îdèye da José Fontaine våt sûr e-mint co todi po les an.nêyes cwatr è-vint  ».

A

VANT

-PROPOS

Rédacteur en chef et éditeur responsable de la revue Jean-Patrick Duchesne, administrateur délégué d’Art&fact Dir ecteur scientifique du numér o Jean-Patrick Duchesne, Pr ofesseur d’Histoir e de l’Art de l’Époque contemporaine Julie Bawin, Docteur en histoir e de l’art, Service d’Histoir e de l’Art de l’Époque contemporaine Coor dination du numér o Marie-Sophie Degar d, Marie Amandine Gérar d Graphisme et mise en page Chauveheid, Stavelot Art&fact Association des diplômés des sections d’histoir e de l’art, ar chéologie et musicologie de l’Université de Liège Association sans but lucratif Université de Liège, Bât. A1 Place du 20-août 7, B-4000 Liège Tél. : 04/366 56 04 – Fax : 04/366 58 54 Courriel : art-et-fact@misc.ulg.ac.be Site web : www .artfact.ulg.ac.be Compte financier BE88 7925 5240 4241 Code BIC : GKCCBEBB ISSN 0774-1863 Publié avec le soutien de l’Université de Liège – Département des Relations extérieur es et de la Com -munication et Service Pr omotion et Information sur les Études, de la Fédération W allonie-Bruxelles, M in ist èr e d e la C o m m un au té fr an ça ise d e B elg iq ue , d u M in ist èr e d e la R ég io n w all o nn e, D ivi sio n de l’Emploi et de la Formation pr ofessionnelle, du Fonds national de la Recher che scientifique, de l’Échevinat de la Cultur e de la V ille de Liège et de l’Échevinat de l’Urbanisme, de l’Envir onnement, du Tourisme et du Développement durable de la V ille de Liège. En couvertur e : MacPlus, 1986 © Collection de la Maison de la Métallur gie et de l’Industrie

(3)

5

Julie

Bawin

Docteur en histoir e de l’art Enseignante – cher cheuse à l’Université de Liège Service d’Histoir e de l’Art de l’Époque contemporaine jbawin@ulg.ac.be

Intr

oduction

Ta nt ô t q ua lifi ée s d e d éc en nie d o ré e, ta nt ô t p ré se nt ée s co m m e un e p ér io d e d e cr ise , d e désillusions ou de ruptur e, les années 1980 sont sujettes à des appr éciations aussi diverses que co nt ra d ic to ire s. S’a g iss an t d e re to ur ne r s ur u n terrain fraîchement foulé, nous aurions vite fait d’interpr éter ces dif fér entes per ceptions comme la d iffi cu lté d ’o p ér er u ne le ct ur e d e l’h ist o ire ré ce nt e, un e his to ire p ar a ille ur s tro p ré ce nt e pour pr étendr e au recul nécessair e qu’imposent no s d isc ip lin es , so uc ie us es q u’e lle s so nt d e livr er une histoir e neutr e et scientifique. Or , on le s ait  : l’h ist o ire n ’e xis te p as p ur e. E lle s ’é cri t se lo n d es p ré su p p o sé s q ui ne s o nt p as m o in s tranchants que ceux qui dictent le discours sur le pr ésent. Cela étant, il peut s’imposer de ne pas fair e retomber tr op rapidement la poussièr e soulevée par ce qui se révèle êtr e un contexte aux multiples résonances, tant esthétiques que politiques, économiques ou philosophiques. G én ér ale m en t co up lé e au x an né es 1 99 0, la décennie 1980 fournit des modèles de pensée qui, même lorsqu’ils sont gr ossièr ement décrits, ne re nc o nt re nt p as la lo g iq ue d ’u nif o rm isa tio n p ro p re a ux a nn ée s 19 60 -1 97 0. D e ce lle s-c i, o n ne retient généralement que l’éner gie contesta -tair e, l’ef fervescence artistique et intellectuelle, l’inventivité, le hors-norme et la subversion. En revanche, quand il s’agit de qualifier les années 1980, il est autant question de crise économique que d’euphorie du mar ché, de cultur e alter -native que de soutien institution nel, de pr o -lifé ra tio n ar tis tiq ue q ue d e cré at io n à b o ut d e souf fle. La confusion est grande, une confusion d’ailleurs lar gement entr etenue par un vocable souvent associé à la période qui nous intér esse  : le postmodernisme. Depuis au moins vingt ans, des points de vue, conver gents ou diver gents, so nt c o ns ac ré s à ce tte n o tio n d o nt l’ un e d es p re m iè re s ut ilis at io ns re m o nt e à 19 77 lo rs q ue l’ar chitecte Charles Jencks publie Le L an g ag e de l’ar chitectur e postmoderne . Le m o t se ra ensuite brandi par le philosophe Jean-Fran -ço is Ly o ta rd p o ur s ig na le r l ’e ffo nd re m en t d es « grands récits  » dans son célèbr e ouvrage La Condition postmoderne ( Pa ris , 1 97 9). D én o n-çant l’idéologie du pr ogr ès et du principe d’uto -p ie p ro p re a u m o d er nis m e, la p o stm o d er nit é se ré d uit a lo rs a u p ur e t s im p le re la tiv ism e. Il devient aussi, sous la plume du théoricien amé -ric ain F re d ric J am es o n, «  la lo g iq ue c ult ur ell e d u ca p ita lis m e ta rd if  », c’e st- à-d ire le s ys tè m e même du monde actuel 1 . Le s an né es 1 98 0 co ns tit ue nt d o nc u n te m p s d e p as sa g e, p as sa g e ce rte s en g ag é d ès le s années d’apr ès-guerr e, mais qui pr end à cette époque les allur es d’une véritable ruptur e. Dans le domaine des arts, le même scepticisme s’ex -prime et, si l’on ne peut nier un continuum avec la génération pr écédente, une forme de lassi -tu d e se m b le d és o rm ais p es er s ur la c ré at io n. L’historien d’art Paul Ar denne analyse finement la s itu at io n lo rs q u’i l d éc rit la p o stm o d er nit é comme une « exaspération à l’égar d du culte du Nouveau  »  et « de la quête, toujours aléatoir e, de l’utopie  »2 . Cela ne veut pas dir e qu’il y ait «  mort de l’art  », thèse pourtant fr équemment so ut en ue d ès le m ilie u d es a nn ée s 19 70 . C ela sig nifi e, p lu s sim p le m en t, q ue le c lim at e st à pr ésent ouvert aux esthétiques les plus diverses. Le mouvement cohér ent qui avait dominé l’Eu -rope et les États-Unis à partir de la modernité d e l’E nt re -d eu x-g ue rre s p ar vie nt à s o n p o in t ultime. Il n’est dès lors plus question d’inven -tion pur e ou de renouvellement incessant, mais d e d ét o ur ne m en t, d e cit at io n, d e ré p ét itio n. Rejetant le cr edo de table rase cher aux avant-gar des, les artistes se lancent dans une redé

(4)

-7 6 des témoignages et des souvenirs, de l’acces -sibilité aux œuvr es et aux textes, chacun a été guidé par un même dessein  : mettr e en évi -d en ce u n tis su in te lle ctu el, c elu i d ’u ne v ille e t d’une époque particulièr es, pour en restituer les enjeux, le contenu passionnel et en fair e sur gir to ut e la ri ch es se e t l a co m p le xit é. Le p ré se nt volume a ainsi été conçu comme un aller -r etour entr e la particularité d’un espace-temps (Liège d an s le s an né es 1 98 0) et la g én ér ali té d ’u ne époque que ce même espace-temps révèle et de laquelle il participe. Il s’agit donc de montr er qu’une pr oduction artistique, même lorsqu’elle s’accomp lit dans une conjonctur e internatio -na le , es t to ujo ur s en p ar tie t rib ut air e d ’u ne identité, que celle-ci soit nationale, régionale ou locale. Si ce rapport identitair e est abor dé à de no m b re us es re p ris es d an s le p ré se nt v o lu m e, l’objectif n’est cependant pas de défendr e une sp éc ifi cit é b elg e, w all o nn e o u lié g eo ise . Le s te xte s ré un is ic i e nt en d en t s ur to ut m o nt re r l a vit ali té , l a «  m at iè re v iv an te  » d ’u ne v ille q ui, dans le pr olongement de ce qui s’est fait dans les années 1960 et 1970 5 , a d o nn é l’o cc as io n à d es é cr iv ain s, d es p o èt es , d es ré ali sa te ur s, d es v id éa ste s, d es p ein tre s, d es s cu lp te ur s, des ar chitectes, des photographes, des gale -ristes d’émer ger ou de gagner en visibilité  ; de devenir ainsi les acteurs incontournables d’une scène dont l’éclat est encor e bel et bien pr ésent aujour d’hui.

Notes

1 JAMESON, F., Le postmodernisme ou la logique cultur elle du capitalisme tar dif , Paris, 2007. 2 ARDENNE, Paul, A rt. L ’â g e co nt em p o ra in . U ne h ist o ire des arts plastiques à la fin du XXe siècle, Paris, Éditions du Regar d, 2003, p. 29. 3 MOULIN, Raymonde, L’artiste, l’institution et le mar ché, Paris , Flammarion, 1997. 4 MENGER, Pierr e-Michel, Ra tio na lité e t i nc er tit ud e d e la vie d’artiste , dans L’Année sociologique, vol. XXXIX, 1989, p. 111. 5 Su r le s an né es 1 97 0 à Liè g e, vo ir l’o uv ra g e d irig é p ar D E LH A LL E , N an cy , D U B O IS , J ac q ue s et K LIN K E N B E R G , Jean-Marie, Le tournant des années 1970. Liège en ef fer -vescence, Bruxelles, Les Impr essions Nouvelles, 2010. couverte de ce qui avait été banni jusqu’alors. E n p ein tu re , ce s er a all er d u m o no ch ro m e ve rs la n ua nc e, d e l’a b str ac tio n ve rs la fi g ur e, de la géométrie ascétique vers le pastiche. Et, d e m an iè re p lu s g én ér ale , c e se ra n ’im p o se r aucune règle, ne cher cher aucune vérité abso -lue. L’hétér ogénéité est donc à l’or dr e du jour . Envisagée de cette manièr e, la pr oduction artis -tique de la décennie apparaît donc comme à la fois tr ès riche et pr ofondément chaotique. Cette extr ême diversité de l’art ne manquera d’ailleurs pas de diviser l’opinion, certains y voyant même le signe annonciateur d’un déclin. Mais ne nous éloignons pas, car c’est au début d es a nn ée s 19 90 , lo rs q ue le m ar ch é ac cu se un e ch ut e im p o rta nt e, q ue le d o ut e s’i ns ta lle et que des débats virulents sur l’art contempo -ra in v o ie nt le jo ur. D an s le s an né es 1 98 0, l’a rt contemporain triomphe, les prix montent et le m arc hé e nfl e. E n sim p lifi an t p as sa b le m en t, o n peut même admettr e que cette période a enr e-g ist ré , d an s le d o m ain e d es a rts , la p lu s fo rte activité mar chande jamais connue. De nouvelles fo ire s se c ré en t, le s g ale rie s co ns ac ré es à l’a rt vivant se multiplient et les collectionneurs sont d e p lu s en p lu s no m b re ux à in ve sti r d an s la cr éation actuelle. Parallèlement à cette reprise du mar ché, dont les ef fets ne touchent pas seu -le m en t c elu i d es b ie ns e sth ét iq ue s, un in té rê t cr oissant du public pour l’art voit le jour . L’acti -vité institutionnelle, en matièr e de soutien et de pr omotion de la cr éation artistique, est particu -lièr ement intense. Elle se manifeste par l’or gani -sation d’expositions toujours plus nombr euses, le développement d’une politique en faveur de la commande publique, la cr éation de nombr eux centr es d’art et l’invitation lancée aux artistes à travailler dans et pour le musée. Plus qu’aucune autr e avant elle, la décennie 1980 consacr e ainsi une attention inégalée à l’égar d de l’art vivant. Mais la situation est-elle aussi idyllique qu’on le pr étend ? Cette entr ée de la cr éation artistique dans le domaine de la (sur)consommation est-elle aussi bienfaisante qu’elle n’y paraît  ? Sans entr er dans le détail d’un débat qui demanderait à lui seul la rédaction d’un ouvrage, il convient néanmoins de nuancer l’impr ession d’euphorie laissée par cette extraor dinair e floraison de l’art contemporain à partir de 1980. Non seulement, ce tte s itu at io n n’e st q ue d e trè s co ur te d ur ée (dès l’année 1989, le mar ché enr egistr e les pr e-miers signes d’un essouf flement qui conduira à la c ris e d u d éb ut d es a nn ée s 19 90 ), m ais e lle sig na le é g ale m en t d es in ég ali té s d e so ut ie n au s ein m êm e d e la c o m m un au té a rti sti q ue . Comme le note tr ès justement Raymonde Mou -lin, ce sont en réalité les artistes déjà favorisés qui sont avantagés par cette nouvelle conjonc -tu re 3. D an s un a rti cle s ’in tit ula nt «  R at io na lit é et incertitude de la vie d’artiste  », Pierr e-Michel Menger poursuit la réflexion en notant : «  Si l’in -certitude du succès contribue au pr estige social des pr ofessions artistiques et à la magie même d’une type d’activités devenu le paradigme du travail libr e, non routinier , idéalement épanouis -sant, elle engendr e aussi des disparités considé -rables de condition entr e ceux qui réussissent et ceux qui sont relégués aux degr és inférieurs de la pyramide de la notoriété.  »4 E t c ’e st b ie n ce q ui se p as se d an s le s an né es 19 80 . C et te p ér io d e a b ea u m ar q ue r d an s le champ de l’art une cr oissance majeur e en terme de soutien institutionnel et d’activité mar chande, elle voit aussi un nombr e considérable d’artistes se réunir en petit gr oupes ou en collectifs pour p all ie r le s m an q ue s d u sy stè m e in sti tu tio nn el de l’art. C’est en ef fet à cette époque que l’on assiste à l’essor d’une infinité de regr oupements initiés par des artistes dans le but avoué de se p ré se nt er te ls d es c o nt re -p o uv o irs à la c ult ur e o ffi cie lle . La d isp o sit io n à l’a ut o g es tio n et à l’autor epr ésentation qui caractérise la majo -rit é d es c o lle cti fs d ’a rtis te s tro uv e as su ré m en t so n o rig in e d an s le s m o d es d e p ro te sta tio n d es a nn ée s 19 60 -1 97 0. M ais p as s eu le m en t. La cultur e «  alternative  » des années 1980 naît aussi d’un sentiment de déception à l’égar d des utopies modernistes et s’inscrit dès lors dans le ch am p , p lu s re la tiv ist e, d e la p o stm o d er nit é. Se d es sin e ain si p lu s p ré cis ém en t l e p ay sa g e d u m o nd e d e l’a rt d an s le s an né es 1 98 0. U n p ay sa g e co nt ra sté , o ù l’a cti vit é ar tis tiq ue p eu t to ur à to ur é p o us er le s d iffé re nt s co nt o ur s d u sy stè m e m éd ia tiq ue e t éc o no m iq ue , p la ça nt dès lors l’artiste sous l’orbite de la succes story (B as q uia t, H ar rin g , K o o ns ) et , d an s le m êm e te m p s, p er p ét ue r l e m yth e d e l’a rtis te m au d it frappé de solitude, d’indif fér ence et de mépris. Ce contraste ne date évidemment pas du der -nier tiers du XXe siècle. Depuis la Renaissance, un fossé existe entr e les «  élus  », soutenus par les pouvoirs mis en place, et les « autr es  », que l’histoir e n’a pas ou n’a que peu retenus. Mais ap p liq ué e à la ré ali té d es ra p p o rts a rtis tiq ue s q ui so nt c eu x d es a nn ée s 19 80 , l’o p p o sit io n entr e ces deux «  modèles  » pr end assur ément une dimension inédite. Les auteurs qui ont collabor é au pr ésent volume connaissent ces débats. Certains ont vécu plei -ne m en t le s an né es 1 98 0, d ’a ut re s – et c ’e st peut-êtr e ici une majorité – étaient alors enfants ou tr ès jeunes adultes. Pr ofitant de la fraîcheur

(5)

9 8 ju sq u’à in ve nt er le s no m s et b io g ra p hie s d es artistes supposés les avoir peints et, last but not least , les attribuer à la collection d’un amateur imaginair e, Ser gio Bonati 2 . Mais dans son pr ojet central de « l’art au service de l’idée  », Charlier a toujours su mobiliser tous les médias. Les années 1980 ser ont donc aussi d es a nn ée s m us ic ale s, av ec d e la «  m us iq ue régr essive  » au nom lour d de sens, des « chan -sons idiotes  » et des «  chansons tristes  », qu’il p ré se nt e à q ua tre re p ris es à L iè g e, d o nt tr o is au Cir que Divers. Chez lui, qui mènera un jour campagne sur le thème Oublier Liège , c et te vil le e xe rc e un e fo rm e d ’a ttr ac tio n-ré p uls io n : «  D ès 1 96 2, je m e su is lié a ve c d es F la m an d s. J’ai mesur é le pr écipice cultur el qui séparait la Flandr e de la W allonie et je me suis dit que si je ne fr équentais pas ces gens-là, c’était foutu.  » Il est donc quelque peu distant de la galerie L’A, où il n’exposera qu’une fois, en 1982  ; là où ce g ro up e re ste p ro ch e d u m in im ali sm e, C ha rlie r s’est déjà lancé dans d’autr es aventur es. Il ne manquera pourtant pas l’exposition lié -g eo ise d e la d éc en nie d an s le s so us -s o ls d e la place Saint-Lambert (P la ce S ain t-L am b er t Investigations , 1985), où il poursuit sa réflexion sur l’art moderne et le simulacr e sur un ton par -ticulièr ement pr ovocateur . Sous le titr e La voie de garage - celle de l’art, évidemment -, il fait p la ca rd er à l’ en tré e d e l’e xp o sit io n un e sé rie d ’a ffi ch es p ub lic ita ire s d e g ra nd fo rm at : «  [... ] l’in té rê t d e l’e xp ér ie nc e ré sid e m o in s à ju g er de la qualité de la publicité qu’à mieux mesu -rer son impact général plastiquement parlant... sa for ce de frappe [...] certaines œuvr es ser ont peut-êtr e mises en évidence de par ce voisi -na g e im p ré vu ... d ’a ut re s vo nt p eu t-ê tre s ub ir une diminution d’impact... 3  », pr écise-t-il dans le catalogue. « Je voulais m’intégr er à l’exposition tout en en montrant les contradictions.  » Quoi qu’il en soit, ce n’est pas impunément que l’ar -tiste s’aventur e sur le terrain de la publicité com -mer ciale : l’af fiche, vantant R TL, tr ès visible, est p eu a p p ré cié e p ar la ra d io té lé vis io n p ub liq ue , qui sponsorise l’événement. Elle sera finalement recouverte des af fiches de l’exposition. So yo ns ju ste , la p ar tic ip at io n d e l’a rti ste à Chambr es d’amis , mis sur pied l’année suivante d an s d es h ab ita tio ns p ar tic uli èr es g an to ise s p ar J an H o et s ub ira d e la p ar t d u Lié g eo is un traitement non moins critique. Il y pr ésente une inquiétante Chambr e d’ennemi q ui in au g ur e un cycle d’œuvr es quasi philosophiques consa -cr ées au mal et à la séduction, donc in fine au rôle de l’art : «  Cette séduction en cascade pr o -duit un blanc momentané de la mémoir e. C’est au tr av er s d e ce tte a m né sie q ue s e g lis se c e que l’on appelle généralement la faute 4 . » Sans ab an d o nn er l’h um o ur g rin ça nt q ui re ste ra l’u n d es m arq ue ur s d e so n tra va il, C ha rlie r p la ce ra désormais ces questions graves au cœur -même de sa démar che. Yves Randaxhe

Pierr

e

Henrion

Historien de l’art Pr ofesseur à l’Académie royale des Beaux-Arts de Liège P.Henrion@ulg.ac.be

Yves

Randaxhe

Historien de l’art yves.randaxhe@nbb.be

Les

arts

plastiques

à

Liège

dans

les

années

1980

Entr

etiens

Plutôt que d’opér er la synthèse des connais -sa nc es h ist o riq ue s su r le s ar ts p la sti q ue s à Liège dans les années 1980, nous avons réalisé six interviews  : Jacques Charlier , Patrick Corillon, Al ain D en is, Jacqu es Lizè ne, Jea n-P ierr e Ra n-sonnet, Léon W uidar . Nous avions en outr e sol -licité Johan Muyle, qui a décliné notr e invitation. C er ta in es d e ce s in te rv ie w s o nt c o ns er vé le ur fo rm e d ia lo g ué e, ta nd is q ue d ’a ut re s o nt é té retranscrites sous forme de texte continu. Le choix des artistes a été essentiellement déter -miné par une volonté de constituer un éventail repr ésentatif des dif fér entes sensibilités qui ont traversé le jeu des avant-gar des. Il s’est égale -ment agi de cr oiser les expériences et d’appr o -cher une cartographie cultur elle d’une décen -nie sans nécessair ement avoir la pr étention de ne révéler que des informations inédites. Nous avons voulu relever l’intér êt de pr ojeter un éclai -rage dir ect, de livr er «  une matièr e pr emièr e  » o ù la s en sib ilit é d e ch ac un re flè te a ut an t q ue se s so uv en irs c e q ue fu re nt le s av en tu re s d e cette époque. Au bout du compte se dessine un paysage riche et foisonnant. Les lieux géométriques de l’acti -vit é ar tis tiq ue d e ce tte d éc en nie s o nt é tu d ié s par ailleurs. On per cevra à travers ces témoi -gnages l’importance du rôle joué par exemple par 251 Nor d, le Cir que Divers, les galeries l’A o u A rt ac tu el. L es a nim at eu rs d e ce s lie ux e t d’autr es personnalités ont déployé une activité remar quable qui a permis aux artistes d’exposer et d e ré ali se r d es p ro je ts in no va nt s. Pa rm i c es acteurs, il convient de citer par exemple Michel Antaki, infatigable animateur du Cir que Divers, Laur ent Jacob, fondateur de 251 Nor d et or ga -nisateur de Saint-Lambert investigations, Daniel Dutrieux, or ganisateur de Tectonic 84 (1984) et d e N o ise - Fe nê tre s en v ue (1 98 9) o u en co re Geor gette Ballegeer .

Entr

etien

avec

Jacques

Charlier

Mars

2012

Liège

Les années 1980 sonnent le grand retour de la p ein tu re . «  J ’a i v u ar riv er c ela a ve c p an iq ue  » , av o ue a ujo ur d ’h ui C ha rlie r : «  L a ré ha b ilit at io n fo rc ée d es é p o q ue s, le re viv al et le re m ak e à tout prix sont les pr oduits de notr e vertige  »1 . Il repart en guerr e : cette décennie sera pour lui l’è re d u co nt re te m p s. O n p rô ne u n re to ur a ux formes traditionnelles de la peintur e ? Charlier en re m et u ne c o uc he (d e p ein tu re ), av ec d es œuvr es lor gnant sur l’art du XIX e siècle : « plin -th ur es  » , «  p ein tu re s d e g ue rre  » , «  p ein tu re s p o m p ie r » , «  p ein tu re s m ys tiq ue s  » ... en u ne ré fle xio n m éla nc o liq ue s ur la d és ué tu d e d es choses. En 1986 et 1987, à partir d’une série de ca d re s ré cu p ér és , il ré ali se to ut e un e sé rie d e tableaux inspir és des styles du XX e siècle, allant Fig.  1 Jacques Charlier , Peintur es - Schilderijen , peintur es sur toiles et sur bois, 1988, 220 x 900 cm.

(6)

11 10

Entr

etien

avec

Alain

Denis

Mars

2012

Liège

Pierr e Henrion – Dans les années 1980, vous avez déjà ef fectué un par cours. Vous êtes notamment enseignant à l’Académie des Beaux-Arts depuis le début des années 1970. De quelle façon avez-vous développé votr e travail à Liège  ? Alain Denis – En ef fet, depuis 1973, j’ai enseigné à l’Académie où j’avais ef fectué mes études.  J’ai d ’a b o rd é té p ro fe ss eu r d e d es sin , p uis , p lu s tar d, de couleur . Sur le plan artistique, j’ai, dès cette époque, poursuivi un travail graphique et p ic tu ra l m arq ué p ar la d éc o uv er te d u Po p ’A rt. Fernand Flausch était alors pr oche de moi. Sur le plan pratique, je dois reconnaîtr e que, jusque dans la seconde moitié des années 1980, il n’y avait pas de place pour moi dans les milieux lié

-geois. C’est une époque de forte polarisation. Il

y avait, d’une part, les « conceptuels  » avec des artistes comme Jacques-Louis Nyst ou Jacques Liz èn e, so ut en us p ar to ut u n m ilie u as so cia tif q ue je n e fré q ue nt ais p as . E t, d ’a ut re p ar t, o n tro uv e un e sé rie d e p ein tre s co m m e Fe rn an d Ve tc o ur o u R en é Ju lie n q ui cu ltiv aie nt d es p ra tiq ue s tra d itio nn ell es e t q ui co nn ais sa ie nt un c er ta in s uc cè s. Je n e m e re tro uv ais n i d ’u n côté, ni de l’autr e. Alors, je montrais mon tra -vail à Verviers, à Anvers ou à Bruxelles où j’avais un contrat avec une galerie, mais pas à Liège. C et te s itu at io n a p er d ur é ju sq u’à l’ o uv er tu re d ’A rt A ctu el p ar G eo rg et te B all eg ee r q ui m ’a consacr é une pr emièr e exposition en 1987, dans sa galerie de la rue Sur -les-Foulons. C’est Rudy Pijpers qui me l’avait pr ésentée. PH – G eo rg et te B all eg ee r a co m b lé u n vid e dans l’of fr e cultur elle liégeoise. AD – Absolument. Sa galerie ouvr e en 1986  ; elle avait auparavant déjà pr ésenté des artistes dans son magasin de mobilier contemporain du quai De Gaulle  ; ce magasin était d’ailleurs aussi une pr emièr e à Liège. Très vite, elle a su en fair e un lie u in co nt o ur na bl e. L amb er t Ro co ur , Ru d y Pi j-pers, moi-même, et, dans une moindr e mesur e M ar c R ulm o nt , é tio ns le s «  Lié g eo is  » d e so n éq uip e. G eo rg et te é ta it trè s p ro ch e d e no us , av ec u ne a m itié p ro fo nd e q ui ét ait n éc es sa ire d an s no s re la tio ns . N o us a vo ns v ér ita b le m en t vé cu à s o n ry th m e. E lle p as sa it ré g uli èr em en t dans nos ateliers, suivait le travail et exigeait de notr e part un véritable engagement, ce qui était logique tant son implication était pr ofonde. Je m e so uv ie ns a vo ir cra in t d e la re nc o nt re r s i je n’a va is p as a ss ez p ein t. G eo rg et te a va it au ss i b ea uc o up d e ju g em en t. E lle s av ait t rè s vit e mettr e le doigt sur la bonne pièce. J’ai bénéficié des quatr e expositions chez elle, en 1987, 89, 90 et 93, l’année de son décès  ; elle était à peine âgée de 50 ans. Si, ef fectivement, elle combla un vide dans l’of fr e cultur elle liégeoise en cr éant sa galerie, la brusque disparition de Geor gette Ballegeer en laissa un autr e, abyssale celui-là. PH – Comment s’or ganisait le travail avec Geor -gette Ballegeer  ? AD – E lle m en ait u n vra i t ra va il d e g ale ris te . Geor gette pr enait tout en char ge. Elle s’achar -nait à mobiliser tout un réseau de collection -ne ur s. E lle p o uv ait p ar e xe m p le o rg an ise r un dévernissage, ce qui se faisait peu à l’époque, si elle estimait que les ventes étaient insuf fisantes. A rt A ct ue l é ta it au ss i p ré se nt e su r d es fo ire s importantes à Knokke, à Gand ou à Bâle. Grâce à Geor gette, j’ai eu des contacts aux États-Unis o ù j’a i p u ex p o se r, p o ur la p re m iè re fo is, e n 19 91 . C ’é ta it un v ér ita b le c ap ita in e d ’in d us trie g ér an t s o n m ag as in d e m o b ilie r e t s a g ale rie av ec d e l’a ud ac e et d es p ro je ts , no ta m m en t celui d’ouvrir une galerie à Saint-Paul de Vence. PH – Et les artistes étrangers… AD – Là aussi, elle a joué un rôle important. Elle a fait venir des cr éateurs de pr emier plan, prin -cipalement autour des acteurs de la Transavan -tga rde it alie nne et des No uve aux Fa uves al le -m an d s au xq ue ls s’i nt ér es sa it so n co m p ag no n, Harald Inselber ger . Elle a fait venir Luciano Cas -telli, Mar co Del Re. Je ne sais rien du réseau de relations qui lui a permis de réussir des événe -m en ts c o m m e ce ux -là . M ais , je s uis p er su ad é q ue s o n au ra , s a fo rc e o nt c o m p té . E n o ut re , Geor gette n’hésitait pas à investir  : elle pouvait acheter la totalité des pièces d’une exposition pour pouvoir la monter .

Entr

etien

avec

Patrick

Corillon

A

vril

2012

Liège

Pour Patrick Corillon, la fin des années 1970 et le tout début des années 1980 sont des périodes d e fo rm at io n. N é d an s un m ilie u d ’a m at eu rs d ’a rt, il fré q ue nt e as sid ûm en t l a g ale rie V eg a et s es a rtis te s (J ac q ue s-L o uis N ys t, B ar b ar a et Michel Leisgen). Philologie romane, philoso -phie, théâtr e : son itinérair e d’un curieux est à l’image de la pratique artistique qu’il dévelop -pera dès la fin des années 1980. Au début de la décennie, son passage à l’Académie des Beaux-Arts de Liège ressemble à un malentendu. Il en sortira pourtant pr êt à s’af firmer en tant qu’ar -tiste. Mais pas pour autant disposé à suivr e une voie toute tracée : il met le cap sur Paris, où il suit des cours de théâtr e tout en assouvissant sa boulimie de visites d’expositions. Revenu à Liège, il pr ésente sa pr emièr e exposi -tion personnelle en 1985 dans l’incontournable Cir que Divers, Macadram . M ais , c ’e st l’a nn ée suivante qu’il pose le véritable geste fondateur de son œuvr e en réalisant une exposition pour le Centr e wallon d’art contemporain La Châtai -gneraie, à Flémalle. Ce n’est pourtant pas une exposition de Corillon en tant qu’artiste, ni non p lu s un e ex p o sit io n d e p la sti cie n. À p ar tir d e dessins d’enfants, de corr espondances, d’ob -jets, Que reste-t-il d’un artiste dont les œuvr es auraient été détruites, volées ou achetées ? per -met à Corillon de rendr e hommage à des cr éa -teurs de tous bor ds, issus de Liège ou d’autr es parties de la W allonie - le musicien Henri Pous -seur , le pataphysicien Andr é Blavier , le plasti -cie n Ja cq ue s-L o uis N ys t, le p o èt e Je an -P ie rre Ve rh eg g en , l’ arc hit ec te C ha rle s Va nd en ho ve ... - , c o m m e p o ur s ’in sc rir e lu i-m êm e d an s un e filiation et dans un lieu. Il y pose aussi la ques -tion de ce qu’est vraiment « une vie dans l’art  », qui ne cessera de hanter son œuvr e. Sur cette la nc ée , i l p ro p o se e nc o re e n 19 87 , a u M us ée d’art moderne et d’art contemporain de Liège, une confér ence en forme de divagation bor gè -sienne intitulée Vie et mort des noms d’artistes , accompagnée d’un petit livr e 5 . Bien que régulièr ement infidèle à sa ville, il est résolu à s’y inscrir e par son art et conçoit pour ce lle -c i u n p ro je t d e p la q ue s d e ru e év o q ua nt d es s o uv en irs im ag in air es d e g ra nd s ar tis te s. Fa ce a u re fu s d es a ut o rit és , C o rill o n re p ar t e n 1988 pour Paris et l’Institut des hautes études en art plastique. La même année, il pr ésente déjà deux expositions personnelles : l’une à la gale -rie Ficher oulle de Bruxelles et l’autr e à la galerie Ve g a à Pla in ev au x, av ec d es œ uv re s hy b rid es , fa ite s à la fo is d ’o b je ts e t d e te xte s, no uv ell es va ria tio ns s ur le s b io g ra p hie s d ’a rti ste s. C ’e st alors qu’il invente le personnage d’Oskar Serti, p o èt e im ag in air e d o nt il d éc lin er a d ur an t d e nombr euses années les aventur es douces-am èr es . S es ré cit s in ca rn és d an s to ut es s o rte s d’objets anodins font basculer dans une réalité su b tile m en t m o d ifi ée , o ù le p lu s lé g er d ét ail re cè le u n se ns c ac hé . M ais C o rill o n n’i nv ite à aucune relectur e hér oïque de notr e envir onne -ment : si sens caché il y a, c’est que « la fiction, plutôt que dépasser la réalité, doit se satisfair e d’en êtr e lorsque ce miracle advient  »6 . Pr oto -type de l’artiste exilé, Oskar Serti devient ainsi le double de Patrick Corillon, « toujours un pied ici, un pied ailleurs  », artiste et biographe, entr e la réalité et la fiction, à l’intersection impr obable d es fo rm es d ’e xp re ss io n le s p lu s va rié es , et entr e Liège et Paris. Yves Randaxhe Fig.  2 Patrick Corillon, vue de l’exposition Que reste-t-il d’un artiste dont les œuvr es auraient été détruites, volées ou achetées ?, La Châtaigneraie, Flémalle, 1986. Fig.  3 Af fiche de l’exposition Alain Denis. Œuvr es de 1968 à 1993, Galerie Art Actuel, du 13 août au 24 septembr e 1993.

(7)

13 12 1979-1982  ; Vous êtes en coulisses , 1982  ; toutes deux au Cir que Divers), mais aussi des chor é-graphies « primitives  » et pr ojets d’installations musicales pour bras-r obots, des instruments de musique modifiés, et conçoit des sculptur es uti -lis an t d es fu m ig èn es d e sp ec ta cle , q ui se ro nt fin ale m en t ré ali sé es e n 19 88 g râ ce à L au re nt Jacob et Espace 251 Nor d. Si Jacques Lizène n’a plus de galerie à Liège à ce moment, il y est omnipr ésent. Son par cours illu str e d o nc p ar fa ite m en t l a d iv er sit é d u tis su cu ltu re l e t a rtis tiq ue d e la v ille à l’é p o q ue . E n 1984, il of fr e ainsi une participation mar quante au p ro je t p o rté p ar D an ie l D ut rie ux s o us le titr e Te cto nic 8 4, et qui se pr oposait «  d’abor -der les questions du rapport de l’art à l’ar chi -tectur e et de la place qu’occupe actuellement le p la sti cie n d an s la d ém ar ch e ar ch ite ct ur ale (ou urbanistique)  » , entr e autr es par une série d’interventions réparties dans la ville. Pour l’oc -casion, le « petit maîtr e  » réalise une « fr esque urbaine horizontale  » pr enant la forme d’un pas -sa g e p o ur p ié to n fis su ré d ’o ù s’e nfu ie nt d eu x fig ur es p ein te s à la b o m b e. L’a nn ée s uiv an te , pour Place Saint-Lambert Investigations , Lizène pr ésente une installation multiple autour d’une g ra nd e b âc he «  e xt rê m e ré ali ste  » d éc o up ée d’une ouvertur e donnant sur les br oussailles du chantier . A u fil d es re p ris es d e p ro je ts a nc ie ns e t d e l’é m er g en ce d ’id ée s no uv ell es , so n œ uv re co nt in ue d o nc d e fa ire fe u d e to ut b o is, m ais jamais au hasar d : en 1987, son « néo déco  » fait pièce au «  néo géo  » qui émer ge sur la scène in te rn at io na le . D eu x an s p lu s ta rd , r ép o nd an t à l’in vit at io n d e D an ie l D ut rie ux d e p ar tic ip er à travers la ville à l’exposition Noise - Fenêtr es en vue , il fait pr euve d’une même ironie en ins -crivant dans l’une des fenêtr es du Musée d’art moderne un Placar d à tableaux (1970) . Mais si Lizène démontr e un véritable attache -ment à sa ville, son activité de cette décennie ne s’y limite pas. On le voit entr e autr es à Bâle et à Venise (avec Laur ent Jacob) et c’est une institu -tion française, La Criée de Rennes, qui lui of frira en 1989 une Rapide rétr ospective , un an avant celle mise sur pied par l’Atelier 340. Pour Liège, on attend toujours... Yves Randaxhe

Entr

etien

avec

Jacques

Lizène

Mars

2012

Liège

«  Liè g e d an s le s an né es 1 98 0, c’é ta it su rto ut amusant  », se souvient Jacques Lizène. Four -millant déjà d’idées et de pr ojets parfois cou -ch és s ur le p ap ie r d es d éc en nie s p lu s tô t, le «  petit maîtr e liégeois de la ‘deuxième’ moitié du XX e s iè cle  » s er a alo rs s ur to us le s fro nt s. Grâce à l’appui du centr e R TB Liège 7 , il va par ex em p le c o nc ré tis er d es p ro je ts d e ch an so ns et d e sp ec ta cle s re m o nt an t a ux a nn ée s 19 70 . En 1980, à l’initiative de Jacques Delcuvelle -rie, qui anime l’émission Radio Titanic avec un humour grinçant et décalé qui fera date, l’artiste va mettr e en forme pour la pr emièr e chaîne de la radio publique un «  minable music-hall  » où un «  chanteur en dessous de tout  » interpr è-ter a de s ch ansons nul les d ans des or ches tra -tions impr obables. Il y en aura plus de 200. Le minable music-hall connaîtra même une version vidéo au début de l’année 1983, grâce à l’émis -sion Vi d éo g ra p hie , é g ale m en t p ro d uit e p ar le centr e R TB Liège. Lizène conçoit pour ce fair e toute une scénographie, avec danse nulle, ins -truments hybrides et coif fur e dite « à la fontaine de cheveux  ». Le minable music-hall se pr oduira aussi en live , entr e autr es au Cir que Divers, dont Lizène avait été l’un des fondateurs. Décidé -ment inspir é par cette veine musicale, il réalise dif fér entes performances, (Musique à l’envers , d éb ut d e l’a nn ée s uiv an te , a ve c le s o ut ie n d e l’Échevin Geor ges Goldine, Guy a or ganisé, au Musée Saint-Geor ges, l’expostion L’A qui mani -festait tr ès bien l’esprit de ce que nous vou -lions fair e. Je faisais partie de la sélection avec d ’a ut re s co m m e M ic he l B o ula ng er, J ac q ue s-Lo uis N ys t o u C at he rin e d e La un o it. E t p uis l’aventur e a commencé en mars 1980, avec un pr emier lieu, rue Sur -la-Fontaine, où nous avons mis sur pied deux expositions  : une consacr ée à M ic he l M o ffa rts e t G eo rg es S ch ur g er s p uis l’a ut re à R en é H ey va er t. N o us a vo ns a lo rs p u bénéficier d’une pr emièr e aide de la Commu -nauté française. Léon W uidar s’est joint à nous à cette époque. Ensuite, d’autr es comme Jean-Jacques Symul et René Debanterlé sont arrivés. C ’e st en m ar s 19 81 q ue n o us n o us s o m m es installés au 10 de la rue Trappé avec une pr e-mièr e exposition consacr ée à Dan Van Sever en. Il y avait chez nous la conscience que la dispari -tion de l’APIA W laissait un vide et nous voulions le c o m b le r. N o us v o uli o ns re la ye r un e m êm e volonté d’innovation. PH – Quels étaient les grandes lignes de votr e pr ogrammation  ? J-PR – D’emblée, nous avons voulu montr er des artistes internationaux aussi bien que régionaux. La d im en sio n in te rn at io na le a d ’a ille ur s ét é mar quée d’emblée avec Van Sever en  ; d’autr es co m m e M ar th e W ér y, Je an L e G ac , B er nd Lohaus ou Peter Downsbr ough sont venus ren -fo rc er c et te o rie nt at io n. J ac q ue s C ha rlie r q ui co nn ais sa it b ea uc o up d e m o nd e m e d o nn ait d es a d re ss es . La g ale rie L ’A a a us si ét é un e chance pour beaucoup de Liégeois qui ne tr ou -va ie nt p as d e lie u p o ur e xp o se r… d o nt n o us . J’ai ainsi bénéficié d’une exposition personnelle en septembr e-octobr e 1983. Mais il y a eu aussi Bernar d Herbecq, Nic-Jo et Jacques Lizène. L’A pr ésentait aussi des choses nouvelles, notam -ment par l’intér êt que nous portions à la photo -graphie. Tout cela n’allait pas sans oppositions qui pouvaient d’ailleurs êtr e tr ès virulentes  ; je p en se p ar e xe m p le a ux c rit iq ue s d e Ja cq ue s Parisse. Il faut encor e reconnaîtr e que la galerie L’A était tr ès pr oche de l’Académie des Beaux-Arts. En tant que pr ofesseur , Guy Vandeloise y repérait des talents pr ometteurs et cela a défini un tr oisième axe autour de la mise en valeur de je un es a rtis te s. M arc A ng eli , C éc ile V an d re ss e o u A nn e-M ar ie K le ne s o nt a in si ex p o sé . I l y a eu aussi Laur ent Jacob qui avait fait ses études à La Cambr e, Flor ence Fr éson et Michel Cou -tu rie r. To ut c ela e st d ét ail lé d an s le c at alo g ue que nous avons édité à l’occasion de la rétr os -p ec tiv e o rg an isé e au M us ée S ain t-G eo rg es e n 1986. C’est à cette époque que je recentr e mes activités sur mon travail personnel et que mon implication au sein de la galerie L’A s’arr ête.

Entr

etien

avec

Jean-Pierr

e

Ransonnet

Mars

2012

Tilf

f

Pierr e Henrion – C o m m en t av ez -v o us m en é votr e travail dans les années 1980  ? Jean-Pierr e Ransonnet – Jusqu’en 1986, j’ai été employé à la Fondation Andr é Renar d en tant que documentaliste. Et, ensuite, je suis devenu pr ofesseur à l’Académie royale des Beaux-Arts de Liège. Sur le plan artistique, je menais, dès les années 1970, des recher ches tr ès concep -tu ell es . J’a i ét é p ro fo nd ém en t in flu en cé p ar Dokumenta 5, en 1 97 2, et p ar la p er so nn ali té de son commissair e, Harald Szeemann. À Liège, j’ai été mar qué par le travail initié par la galerie Yellow Now . PH – Comment se pr ésentaient les milieux lié -geois  ? J-PR – L’a tm o sp hè re é ta it à l’o p p o sit io n en tre les artistes figuratifs plutôt conservateurs et tout un g ro up e en c o nn ex io n av ec d es p ra tiq ue s contemporaines, gr oupe auquel je m’intégrais. M ic he l B o ula ng er e t G uy V an d elo ise é ta ie nt d an s un e p o sit io n se m b la b le à la m ie nn e. Je me sentais également pr oche de Jacques Char -lie r. A la in D en is, F er na nd F la us ch o u, d an s un au tre e sp rit , F re d d y B eu nc ke ns d év elo p p aie nt d es o eu vre s fig ur at iv es in té re ss an te s  ; ils n e s’i nt ég ra ie nt p as a ux g ro up es q ui p o uv aie nt êtr e identifiés. Puis, dans le courant des années 1980, de plus jeunes comme Daniel Fourneau, G eo rg es B ia nc hin i o u A nn e-M ar ie K le ne s so nt arrivés. PH – Qu’en est-il des structur es qui accueillaient votr e travail  ? J-PR – Par rapport aux années 1970, il y avait, se lo n m o i, un r ec ul. J ’a i le s o uv en ir d ’u ne époque mar quée par un esprit de crise, conser -va te ur q ui p re na it ra cin e d an s le s p re m iè re s cr ise s p ét ro liè re s. C e n’é ta it p as é vid en t d e d iffu se r u n tra va il no uv ea u. E n 19 78 , le C irq ue D iv er s av ait o uv er t un e g ale rie e t c’é ta it un e b o nn e o p p o rtu nit é  ; je m ’e n su is o cc up é av ec Andr é Stas, notamment. Puis, il y a eu l’aventur e de la galerie L’A qui, pour moi, a pallié l’absence à Liège de lieu où montr er des oeuvr es contem -poraines de tendance conceptuelle. PH – Q ue ls so nt le s so uv en irs q ue v o us e n conservez  ? J-PR – C’est un moment d’émulation, de ren -contr es, d’expériences. Nous sommes en 1978 q ua nd M ar ie -H e n rie tte N as so g n e , Ju lie tte R o us se ff, G uy V an d elo ise e t m o i-m êm e av o ns décidé de mettr e une galerie sur pied. Tout au Fig.  4 Jacques Lizène, Le Chanteur -en-dessous-de-tout à la Fontaine de cheveux. Minable music-hall en vidéo art, 1982.

(8)

15 14 déménagé cinq ans plus tar d, à Plainevaux dans une maison construite par Charles Vandenhove d an s le s an né es 1 96 0. Ja cq ue s C ha rlie r av ait fait évolué de façon heur euse les choix de cette g ale rie e n m o nt ra nt d es a rti ste s co m m e So l LeW itt, Simon Hantaï ou Giovanni Anselmo. J’ai pu y exposer en 1985 et en 1988.

Notes

1 Le temps de la détr esse, D isc us sio n av ec G ér ard L er o y, dans Jacques Charlier . L’art à contr etemps , Centr e d’art Nicolas de Staël - Keepsake éditions, 1994, p. 157. 2 Jacques Charlier . L ’art à contr etemps , Centr e d’art Nicolas de Staël - Keepsake éditions, 1994, pp. 83-94. 3 Place Saint-Lambert Investigations , Liège, 1985, n.p. 4 Interview avec R. Vandersanden. 5 CORILLON, Patrick,

Ci-gît un homme dont le nom fut

écrit dans l’eau. V

ie et mort des noms d’artistes

, Genève, Editions Nartès, 1987. 6 Idem . 7

voir DUBOIS, Jacques,

Quand R

TB-Liège existait fort

, pp. 113-115 et MELON, Mar c-Emmanuel, Cinéma et vidéo  : utopie et r éalité

, dans DELHALLE, Nancy

, DUBOIS,

Jacques et KLINKENBERG, Jean-Marie,

Le tournant

des années 1970. Liège en ef

fervescence, Bruxelles, Les Impr essions Nouvelles, 2010, pp. 117-138. 8 Tectonic 84 , Liège, 1984, n.p. PH – Et au point de vue institutionnel… LW – C e q ui a r ele vé l a q ua lit é d u m ilie u l ié -geois, ce sont des personnalités indépendantes co m m e M an et te R ep rie ls, C la ud e St re b ell e o u Guy Jungblut. Les pouvoirs publics, tant com -m un al q ue p ro vin cia l, ét aie nt p ar tic uli èr em en t d éfi cit air es . O n p o ur ra it ép in g le r l’a ct iv ité d e Geor ges Goldine qui était Échevin de la Cultur e m ais il n’a p as d év elo p p é d e p o liti q ue à lo ng terme. C’était un peu du coup par coup comme l’achat par la V ille d’une peintur e de Nicolas De Staël. Pour moi, la cr éation du Musée en plein air d u Sa rt-T ilm an a e u d e l’im p o rta nc e. R en é Léonar d en a été l’initiateur et Claude Str ebelle a bien compris l’intér êt de ce pr ojet. J’avais, en 19 77 , l’ an né e m êm e d e la c ré at io n d u M us ée , re çu u ne p re m iè re c o m m an d e sa ns q u’i l m e soit pr écisé un lieu. J’ai alors choisi un mur du re sta ur an t u niv er sit aire d es sin é p ar A nd ré J ac -q m ain . P lu s ta rd , e n 19 87 , j ’a i t er m in é, ap rè s un temps assez long de recher ches et de mise au point, le Labyrinthe situé devant l’Institut de psychologie. PH – On peut aussi penser à l’ar chitecte Charles Va nd en ho ve p o ur le q ue l v o us a ve z ré g uli èr e-ment travaillé. LW – C ’e st à lu i q u’i l f au t su rto ut p en se r. E n 1980, j’ai dessiné des lambris pour son hôpi -ta l a u Sa rt-T ilm an . L ’a nn ée s uiv an te , j’ ai co nç u un m o tif p o ur u n p la fo nd d e l’h ô te l T o rre nt iu s à l’in té rie ur d uq ue l il a in sta llé s es b ur ea ux . I l m ’a e nc o re s o llic ité p lu sie ur s fo is. E n 19 82 , pour des lambris à la Maison Blanche à Esneux, puis, quelques années plus tar d, pour un home d’enfants à Ans et pour la cr èche des Abbesses à Paris, des pr ojets qui ont été respectivement achevés en 1989 et en 1992. Des personnalités p ro ch es d e Va nd en ho ve o nt a us si b ie n vo ulu m e p as se r d es c o m m an d es . R o g er B as tin , p ar exemple, m’a demandé de dessiner des reliefs p o ur l’ A rs en al d e N am ur e n 19 82 e t, l’a nn ée su iva nt e, un e g rill e p o ur u n im m eu b le d an s la mê me vill e. A ve c Jean-Mari e D eth ier amé na -geant à Liège la maison du docteur Malchair et d e so n ép o us e, un g ra nd s ig na l d ’a cie r l aq ué fu t é la b o ré e t i ns ta llé s ur u ne te rra ss e  ; c ’é ta it en 1989. PH – Et les espaces d’exposition  ? LW – J e n’y a va is p as v ra im en t d e p la ce . E n 1980, l’exposition 35 ans d’APIA W a clôtur é les activités de cette association si importante dans le milieu liégeois depuis 1945  ; j’y ai été invité. La galerie L’A a en quelque sorte pris le relais. J’y ai exposé en 1983 ainsi qu’à la rétr ospective d u M us ée S ain t-G eo rg es , e n 19 86 . J e n’a i p as pu m’y impliquer autant que j’aurais voulu pour des raisons personnelles. La galerie Vega a eu de l’importance. Manette Repriels l’avait fondée en 1972, rue des Cr oisiers au centr e ville. Elle a

Entr

etien

avec

Léon

W

uidar

A

vril

2012

Méry

Pierr e Henrion – D an s le s an né es 1 98 0, vo tre par cours pr ofessionnel a déjà des caractéris -tiq ue s q ui en d ét er m in en t le s g ra nd s tra its d’ensemble … Léon W uidar – En ef fet, je poursuivais une acti -vité d’enseignant à l’Académie des Beaux-Arts de Liège qui, entamée en 1976, s’est terminée en 1 99 8. Su r le p la n ar tis tiq ue , je c o nt in ua is à développer les recher ches abstraites com -m en cé es e n 19 63 . I l y a p o ur ta nt e u q ue lq ue chose de nouveau dans les années 1980. Cela co nc er ne m a p ra tiq ue  : c’e st à ce tte é p o q ue , p lu s p ré cis ém en t à p ar tir d ’o cto b re 1 97 9, q ue j’ai commencé à travailler dans des carnets, ce q ue je n ’a i c es sé d e p o ur su iv re . C es d es sin s constituent la matièr e pr emièr e, aussi bien, de mes peintur es que de mes œuvr es intégr ées à l’ar chitectur e et autr es. PH – Q ue lle s so nt le s p er so nn ali té s d u m ilie u liégeois qui vous ont mar qué? LW – P ar m i d ’a ut re s, je v o ud ra is re le ve r c ell e de Philippe Minguet qui, à mon grand étonne -ment, s’est passionné pour mon travail. Il était pr ofesseur d’esthétique à l’Université de Liège. C’était une figur e assez originale qui sortait du car can académique et appartenait pleinement à la modernité de son époque. Depuis les années 1960, il participait activement au gr oupe Mu. Il a soutenu mon travail, notamment par des publi -cations comme Art à Liège en 1980 dans le bul -letin d’informations de la société IBM. En 1979, il a m is su r p ie d le C en tre d e re ch er ch es e n esthétique appliquée qui ressortait de son sémi -nair e à l’université. L’objectif était d’étudier des p ro b lè m es d ’o rd re g ra p hiq ue . L e C R E A a lla it susciter la réalisation de logo, papiers à en-tête, af fiches par un nombr e limité de graphistes et d’illustrateurs. Il a, entr e autr es choses, mis sur p ie d u n co nc o ur s p o ur le s ig le d e l’U niv er sit é de Liège qui a été remporté par Yvon Adam, ou en co re p o ur le C H U  ; c’e st le p ro je t d e Pie rre K ro ll et Is m aë l B o zk ur t q ui fu t c ho isi . G râ ce à M in g ue t, j’a i n o ta m m en t d es sin é un e vig ne tte pour le 25 e a nn iv er sa ire d e l ’In sti tu t d e p sy -chologie et l’emblème de l’émission télévisée Per ceval . J’ai aussi conçu l’af fiche pour un évé -nement qui avait été mis sur pied en 1980, au cha rbonnag e d’A rgentea u, La n uit p arc ou rt le ciel . Plus tar d, j’ai dû renoncer à cette activité, m o n sta tu t d e p ro fe ss eu r m ’in te rd isa nt d ’ê tre indépendant.

(9)

17 16

Sophie

Delhasse

É tudiante en histoir e de l’art sophie.delhasse@student.ulg.ac.be

Des

lieux

de

cr

éation

et

de

pr

omotion

pour

les

arts

plastiques

à

Liège

dans

les

années

1980

Il ne s ’a g it p as d e d re ss er ic i u ne to p o g ra p hie ex ha us tiv e d es d iff ére nt s lie ux d éd ié s au x ar ts p la stiq ue s d ur an t l es a nn ée s 19 80 à L iè g e, m ais de pr oposer un lar ge panorama des diverses ini -tiati ve s q ui, to ut en ry thm ant la v ie cul tur ell e lié -g eo ise , o nt p er m is à la c ré at io n ar tis tiq ue d e se d év elo p p er. Il s em b le d ’a ille ur s né ce ss air e d e so uli g ne r c o m b ie n ce t é p an o uis se m en t e st lié à l’ef fervescence initiée durant les années 1970 1 , une ef fervescence qui a suscité à Liège la cr éation de nouveaux lieux permettant aux artistes d’explor er d es d ém ar ch es  n o va tri ce s et d e re nc o nt re r d es artistes internationaux, comme ceux du mouve -ment Fluxus 2 , de l’art conceptuel ou encor e de l’art vid éo . P ar m i c es lie ux fo nd és d ur an t l es a nn ée s 19 70 e t d o nt l’ ac tiv ité p er d ur e d an s le s an né es 19 80 , d eu x d ’e nt re e ux re tie nn en t l’a tte nt io n  : la g ale rie V ég a, d ’u ne p ar t, et le C irq ue D iv er s, d’autr e part.

La

galerie

V

éga

La g ale rie V ég a, fo nd ée e n 19 72 p ar M an et te Repriels, constitue l’une des seules galeries lié -geoises à pr oposer un pr ogramme d’exposi -tio ns d e d im en sio n in te rn at io na le . E lle p ré se nt e d es a rti ste s ét ra ng er s te ls q ue D an G ra ha m e t Denis Oppenheim, mais aussi des artistes belges comme Panamar enko, Jacques Charlier ou encor e Jacques-Louis Nyst. En 1977, Manette Repriels se voit contrainte de quitter le centr e de Liège pour installer la galerie Véga à Plainevaux 3 . M alg ré c e d ém én ag em en t, le s o b je ct ifs d e la g ale ris te n e so nt e n rie n alt ér és . D ep uis s es d éb ut s, M an et te Repriels se bat pour fair e de Véga un authentique lie u d ’é ch an g es e t d e d éc o uv er te s d es d er niè re s tendances artistiques. Pour atteindr e ses objec -tif s, ell e ne m én ag e p as s es e ffo rts . E lle v o ya g e b ea uc o up e t e ss aie d e no ue r d es lie ns e ffi ca ce s av ec le s d ire cte ur s d e g ra nd s m us ée s d ’E ur o p e. E lle p ar tic ip e ég ale m en t à d e no m b re us es fo ire s internationales d’art contemporain, comme celles de Cologne, de Bruxelles ou de Paris. Elle devient alo rs p ro ch e d e p er so nn ali té s au ss i im p o rta nt es q ue l’ ar tis te a m ér ic ain S o l L eW itt o u le c élè b re commissair e d’exposition Jan Hoet 4 . Parallèle -m en t à s es a cti vit és d e g ale ris te , R ep rie ls fo nd e, en 1 97 6, l’A ss o cia tio n A rt Pr o m o tio n (A .A .P. ). Le but de cette asbl est de fidéliser les habitués de la galerie et de mener de nouvelles actions pour la pr omotion de l’art contemporain à Liège. L’A.A.P . poursuit plusieurs démar ches, comme  l’or ganisa -tio n d e vo ya g es , d e vis ite s et d e co nfé re nc es , la publication d’un bulletin, mais aussi l’achat annuel d’œuvr es à des artistes wallons. Elle apporte éga -le m en t so n so ut ie n au M us ée d ’A rt m o d er ne à Liège 5 . Durant les années 1980, Manette Repriels travaille avec Bernd et Hilla Becher 6 qu’elle reçoit à plusieurs reprises à Plainevaux. Elle continue aussi sa collaboration avec Gilbert & Geor ges en mon -tant pour eux des expositions en France, en Alle -magne et à Bruxelles. Elle maintient, dans le même mouvement, la pr omotion de Sol LeW itt 7 , soutenu par la galerie Véga depuis 1974. Ce dernier réalise d’ailleurs, en 1985, le fameux W all Drawing n°449 (fig. 1) à l’occasion de l’exposition Ressemblance / Dissemblance o rg an isé e p ar l’ A .A .P a u M us ée d’Art moderne de la V ille de Liège 8 . Cet événe -ment exceptionnel n’aurait pu s’or ganiser sans le travail pr éalable de Manette Repriels, laquelle fut d’ailleurs reconnue comme la commissair e de l’ex -position. Grâce à elle, ce sont de grands noms de l’art conceptuel tels que Daniel Bur en, Niele Tor oni et M arc el B ro o d th ae rs q ui in ve sti ss en t l e M us ée d’Art moderne. En nouant des collaborations régu -lièr es avec des artistes américains, Repriels renfor -ce ra é g ale m en t le c ar ac tè re in te rn at io na l d e sa galerie. Elle continuera toutefois à pr omouvoir la cr éation « locale  » en exposant des artistes comme Nic Joosen, Paolo Gaspar otto et Patrick Corillon. La galerie Véga joue donc un rôle primor dial dans l’épanouissement et dans la reconnaissance de la cr éation contemporaine à Liège.

Le

Cir

que

Divers

Le Cir que Divers, «  cabar et-théâtr e-galerie, scène parallélo-politique coloriée et jar dinier du para -doxe et du mensonge universels  », s’installe dans la rue Rotur e en janvier 1977. Sous le symbole de l’entonnoir , le Cir que devient le lieu de rencontr e de toutes les pratiques artistiques, littérair es, théâ -trales et musicales  ; tous les genr es se mélangent et s ’e nr ic his se nt ré cip ro q ue m en t. C o nç u au to ur d e l’id ée c en tra le d u b ist ro t, q ui so lid ifi e to us ces échanges, le Cir que Divers attir e chaque soir un p ub lic v ar ié p rê t à d éc o uv rir d e no uv ea ux événements. Animé depuis sa cr éation par Michel Antaki, le lieu s’attache dès ses pr emièr es activi -té s à la th éâ tra lis at io n d u q uo tid ie n. Le p re m ie r cycle s’inscrit dans la mouvance engagée par les Sit ua tio nn ist es , e t en p ar tic uli er la «  S o cié té d u spectacle  » dont parlait Guy Debor d. Adeptes du se ns at io nn el, v o ire d u sc an d ale , le s m em b re s d u Cir que pratiquent la mise en scène des gestes du quotidien, de « l’atelier coif fur e » à « l’imitation de funérailles  ». La thématique du quotidien s’élar -g it, ab o rd an t d av an ta g e d es th èm es p lu s p ré cis . Cette spécialisation se concr étise, notamment, en 1979 avec l’ouvertur e du cycle Performance  ? , un cycle ayant pour objectif de questionner la place q u’o cc up e la p er fo rm an ce d an s no tre s o cié té , e t cela tant sur le plan artistique et économique que social ou politique 10 . Une des pr emièr es Perfor -mance  ? dite artistique e st l’e xp o sit io n itin ér an te Fluxus & Co 11 . Celle-ci est inaugur ée le 18 janvier 1980 par un concert Fluxus animé notamment par Ben Vautier , Robert Filliou et W olf Vostell. Dans le ca d re d e ce c yc le , d ’a ut re s in vit és in te rn at io na ux interviennent tels que Laurie Anderson, Orlan ou encor e Barbara Heinish 12 . Plusieurs collaborations avec d’autr es institutions liégeoises se développent durant les années 1980. Dès 1979, le Cir que par -ticipe, avec l’émission V idéographie 13 , a u p ro je t Vi d éo  ? v o us a ve z d it vid éo . I l s ’a g it, ce tte fo is, de mettr e l’art vidéo à l’honneur lors de plusieurs soir ées, en dif fusant diverses pr oductions interna -tio na le s en c o rré la tio n av ec le s th èm es a b o rd és d an s l’é m iss io n V id éo g ra p hie . C er ta in s vid éa ste s sont pr ésents au Cir que lors des pr ojections. Dans un second temps, une collaboration s’établit avec R o b er t L o uis , p ré se nt at eu r r ad io à la R TB L iè g e, à q ui A nt ak i p ro p o se d ’in sé re r, d an s l’é m iss io n radio Du sel sur la queue, une chr onique artistique d iff us an t le s d éb at s-c o nf ér en ce s o rg an isé s au Cir que Divers (fig. 2). En 1980, une émission radio d e cré at io n na ît d e la re nc o nt re a ve c le m et te ur en scène Jacques Delcuvellerie. S’intitulant Radio Titanic, elle porte le slogan suivant  : « Autr efois la situation était grave mais pas désespér ée, mainte -nant la situation est désespér ée mais ce n’est pas grave  ». Dif fusée tous les samedis matins, Ra d io Titanic abor de chaque semaine un thème neuf qui devient pr étexte à la cr éation et aux délir es volon -tie rs te in té s d ’h um o ur n o ir et d ’ir o nie . S o uv en t compar ées à une sorte de Hara Kiri sur les ondes 14 , le s sé q ue nc es s o nt «  im p er tin en te s, co ca ss es o u déconcertantes  »15 . I l s ’a g it d o nc , p ar le b ia is d e l’ir onie et du sar casme, de poser un regar d cri -tique sur la société et d’en montr er les dérives. Cet engagement du Cir que Divers n’est pas étranger au x tro ub le s so cia ux e t é co no m iq ue s q ui ag ite nt le s an né es 1 98 0. C et te p ér io d e se d ist in g ue e n eff et n et te m en t d e la d éc en nie p ré cé d en te  : la Fig.  1 Réalisation du W all Drawing n°449 de Sol LeW itt, 1985, ar chives Daniel Dutrieux.

Figure

Fig.   2Patrick  Corillon,  vue  de  l’exposition  Que  reste-t-il  d’un  artiste  dont  les  œuvr es  auraient  été  détruites,  volées  ou  achetées  ? , La Châtaigneraie, Flémalle, 1986.
Fig. 2Patrick Corillon, vue de l’exposition Que reste-t-il d’un artiste dont les œuvr es auraient été détruites, volées ou achetées ? , La Châtaigneraie, Flémalle, 1986. p.6
Fig.   3Affiche de l’exposition Alain Denis. Œuvres de 1968 à 1993, Galerie Art Actuel, du 13 août au 24 septembre 1993
Fig. 3Affiche de l’exposition Alain Denis. Œuvres de 1968 à 1993, Galerie Art Actuel, du 13 août au 24 septembre 1993 p.6
Fig.   3 Francis  Andr é,  Taur eau,  1984,  photo  J.  Housen  ©  Francis  Andr é  /  Musée  en  Plein Air du Sart-Tilman.
Fig. 3 Francis Andr é, Taur eau, 1984, photo J. Housen © Francis Andr é / Musée en Plein Air du Sart-Tilman. p.13
Fig.   3 Manifestation  de  l’asbl  SOS  Mémoir e  de  Liège  contr e  la  destruction  des  vestiges archéologiques de la place Saint-Lambert, Liège, mai 1993
Fig. 3 Manifestation de l’asbl SOS Mémoir e de Liège contr e la destruction des vestiges archéologiques de la place Saint-Lambert, Liège, mai 1993 p.16
Fig.   7 Pont  bow-string,  ingénieur  ar chitecte  René  Gr eisch,  Haccourt,1983.  ©  JL  DERU  / photo-daylight.com.
Fig. 7 Pont bow-string, ingénieur ar chitecte René Gr eisch, Haccourt,1983. © JL DERU / photo-daylight.com. p.17
Fig.  4Allen Ginsberg, Liège, février 1983.  Fig.  5Jacques Izoar d et Adonis, décembr e 1989
Fig. 4Allen Ginsberg, Liège, février 1983. Fig. 5Jacques Izoar d et Adonis, décembr e 1989 p.42
Fig.   4Débat à Liège autour du « Manifeste  » Fig.   5La réaction  dans  tous  les  sens  du  terme
Fig. 4Débat à Liège autour du « Manifeste » Fig. 5La réaction dans tous les sens du terme p.46
Fig.   7Le « Manifeste » se commente lui-même
Fig. 7Le « Manifeste » se commente lui-même p.47
Fig.   4 Stage  pour  enfants
Fig. 4 Stage pour enfants p.56

Références

Updating...