Haut PDF Etat de la vaccination contre la rougeole à l’échelle nationale et dans la région de Marrakech Tensift Al Haouz

Etat de la vaccination contre la rougeole à l’échelle nationale et dans la région de Marrakech Tensift Al Haouz

Etat de la vaccination contre la rougeole à l’échelle nationale et dans la région de Marrakech Tensift Al Haouz

Pour atteindre un taux de vaccination dépassant 95%, le Bénin a procédé par des compagnes de vaccination contre la rougeole. Il a atteint ainsi un taux de CV de 97% suite à une compagne qui s’est déroulée en janvier 2003 (67). L’amélioration des couvertures doit s’accompagner d’un changement du système de surveillance. Ce système ne permet pas de connaître la proportion des cas de rougeole parmi les cas cliniquement suspectés. Malgré les différences de performance des systèmes de surveillance entre les pays, la classification basée sur l’incidence déclarée de la rougeole devrait être fiable. En Finlande, aucun cas de rougeole n’a été confirmé depuis 1996, bien que près de 2.000 cas suspects soient analysés chaque année (69). Les analyses en provenance du Royaume-Uni montrent que 11% seulement des rougeoles cliniquement observés chez les nourrissons sont confirmés par des tests de laboratoire (70).
En savoir plus

93 En savoir plus

Etat de la vaccination contre l'hépatite type b dans la région de Marrakech et à l'échelle nationale

Etat de la vaccination contre l'hépatite type b dans la région de Marrakech et à l'échelle nationale

-En 1960 et 1970 : Krugman avait décrit deux types de virus de l’hépatite MS-1 et MS-2. MS-1 ressemble à celui déjà classé par Mac Callum comme hépatite A. Des études sur des volontaires avaient confirmés que cet agent est transmis par voie oro-fécale et son incubation est de 30 à 38 jours. MS-2 ressemble à l’hépatite B qui a une longue période d’incubation (41 à 108 jours) et qui est transmis par voie transcutanée. Ces études avaient aussi confirmé l’existence d’une réaction immunitaire après l’hépatite A ou B. En effet, Krugman et al. avait bouilli une préparation de sérum contenant MS-2 pendant 1 minute pour déterminer l’effet de la chaleur sur l’infectivité de virus ; la préparation a perdu son infectivité et la chaleur a détruit le matériel susceptible d’être antigénique. Par la suite, cette préparation a été montrée immunogénique mais partiellement protectrice. La description de ce vaccin inactif a rapidement amené au développement de vaccins purifiés de plasma des porteurs de AgHBs.
En savoir plus

102 En savoir plus

Maladie diarrhéique à l’échelle nationale et dans la région de Marrakech Tensift El Haouz : enquête épidémiologique auprès de 166 médecins généralistes

Maladie diarrhéique à l’échelle nationale et dans la région de Marrakech Tensift El Haouz : enquête épidémiologique auprès de 166 médecins généralistes

Pour Martinot et al [31], ces indications doivent tenir compte en premier lieu de l’âge de l’enfant, puis de l’existence ou non d’une DHA, de vomissements fréquents, enfin du niveau de compréhension et des facilités de déplacements des parents. Chez les nourrissons de moins de 2 ans, en l’absence de DHA, le retour au domicile peut être autorisé sous réserve des limites suivantes : absence d’affection chronique sévère, vomissements peu fréquents, absence de contre-indication à la RO, parents ayant compris les modalités de la RO et les signes devant amener à consulter à nouveau [31].
En savoir plus

83 En savoir plus

Etude épidémiologique de maladie de la rougeole dans la région d'El-oued

Etude épidémiologique de maladie de la rougeole dans la région d'El-oued

Son taux de reproduction R0, c’est-à-dire le nombre de cas secondaires induit par un sujet porteur, est élevé : de 15 à 17. (Levy et al, ) Restant actif dans l’air ou sur les surfaces pendant deux heures (OMS, il infecte l’épithélium des voies respiratoires supérieures depuis sa lumière, se multipliant dans les cellules de la muqueuse avant de se répandre dans les cellules lymphatiques, puis dans les autres organes par virémie (Moss, . Trois récepteurs des cellules hôtes ont été identifiés : CD46, protéine de régulation largement répandue dans l’espèce humaine qui se trouve à la surface de toutes les cellules nucléées, CD150 aussi appelé SLAM (Signalling Lymphocyte Activation Molecule) qui s’exprime à la surface des lymphocytes T et B activés et des cellules présentatrices d’antigènes et la nectine- 4 ou PVRL 4 (poliovirus receptorrelated 4)(Griffin, .
En savoir plus

62 En savoir plus

Etat de santé des sujets âgés enquête à Marrakech

Etat de santé des sujets âgés enquête à Marrakech

Ce travail a été mené dans le but d’étudier l’état de santé des personnes âgées vivant à Marrakech et l’impact de plusieurs facteurs socio-économiques sur la santé de ces personnes. Ce travail fait partie d’un projet de recherche multicentrique sur le vieillissement, réalisé auprès des personnes âgées vivant à Marrakech, non hospitalisées, durant la période allant du 27 /07 /2005 au 21 /04 /2006. Cette étude comprend un questionnaire adressé à un échantillon aléatoire de 123 personnes âgées de plus de 65 ans. L’âge moyen des personnes âgées de ce travail était de 75,33 ans, on a étudié leur état de santé et leur perception de la vieillesse, et il s’est révelè que 43,90% des sujets étudiés s’estimaient en bonne santé, et que la prévalence des maladies chroniques augmente significativement avec l’âge, ainsi, la pathologie rhumatismale vient en premier suivie des maladies cardiovasculaires, des maladies ophtalmologiques et du diabète. 40% des sujets étudiés consultaient 1fois /mois, et 42,3% prenaient 3 médicaments ou plus. Concernant les mesures anthropométriques, l’IMC moyen chez les hommes était de 24,11 kg/m2 et chez les femmes, il était de 27,88 kg/m2. L’acuité visuelle diminue considérablement avec l’âge, 35% des sujets de plus de 65 ans sont malvoyants, les femmes ont une vision plus faible que les hommes. L’ HTA a été retrouvée dans 38,7%chez les hommes et 55,7% chez les femmes. L’étude des corrélations entre les variables biologiques et socio-psychologiques a montré que l’acuité visuelle de loin est significativement corrélée à l’âge,et l’acuité visuelle de près est corrélée à l’ acuité visuelle de loin et à la perception sociale.
En savoir plus

92 En savoir plus

Vaccination contre l’hépatite B

Vaccination contre l’hépatite B

par les recommandations, se sont fait massivement vacciner (probablement 20 millions de personnes) à l’âge habituel des premières manifestations cliniques de la SEP. Alors que les interrogations sur l’association entre vaccination contre l’hépatite B et survenue de maladies démyélinisantes n’ont été soulevées dans aucun autre pays, plusieurs études ont été réalisées afin d’analyser les liens éventuels entre ces deux faits. Le Tableau III (adapté de [27]) résume les principaux résultats des études réalisées dans ce contexte. Alors qu’aucune des premières études n’avait permis de démontrer le lien entre la vaccination et la surve- nue d’atteintes démyélinisantes ou de SEP, une étude cas-témoins publiée par Hernan et al. [28] a suggéré un risque avec un odds ratio (OR) de 3,1 (1,5 ; 6,3). Cette étude a fait l’objet de nombreuses analyses, et il a été remarqué que les données avaient été recueillies à partir de dossiers médicaux tenus en routine, et que l’omission de quelques vaccinations chez les témoins ou une erreur dans la date de début des symptômes chez un ou deux patients pouvaient inverser les résultats. Par ailleurs, cette étude a été réalisée au Royaume-Uni où la vaccination n’est recommandée que dans les popula- tions à risque, et a pris en compte une période de risque potentiel plus longue (3 ans). Le Center for disease
En savoir plus

8 En savoir plus

Impact des campagnes d’information sur la vaccination contre la rougeole de 2011 sur la couverture et l’activité vaccinales antirougeoleuses
des jeunes adultes parisiens fréquentant les centres de vaccination de la Ville de Paris et des professionnels de

Impact des campagnes d’information sur la vaccination contre la rougeole de 2011 sur la couverture et l’activité vaccinales antirougeoleuses des jeunes adultes parisiens fréquentant les centres de vaccination de la Ville de Paris et des professionnels de l’enfance et de la santé de la Ville de Paris.

48 En 2003, celles-ci représentent en moyenne 22% de l’activité d’un médecin généraliste (18). Cette part est de moins en moins importante. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette baisse. Premièrement, l’accord de bon usage des soins signé le 5 juin 2002 lors de la Convention Nationale des Médecins Généralistes comprenait une limitation du remboursement de la visite à domicile aux circonstances de véritable impossibilité pour le patient à se déplacer et une augmentation du tarif de la visite avec création de la majoration de déplacement. L’objectif de ce dispositif était de diminuer le nombre de visites à domicile (en particulier les visites injustifiées qui deviennent non remboursées) et ainsi d’en baisser les coûts pour le système de santé. Cette mesure a eu un effet significatif car le nombre de visites à domicile a chuté de 22,5% dans l’année qui a suivi (27). Nous ne savons pas si le délai entre la demande de visite et la visite elle même a été allongé par cette baisse du nombre de visites puisqu’à notre connaissance, il n’y a pas de données disponibles sur ce sujet.
En savoir plus

62 En savoir plus

Connaissance de la rougeole, perception de la vaccination et couverture vaccinale chez les étudiants des Universités de Bordeaux et Poitiers durant l’épidémie de rougeole de 2018

Connaissance de la rougeole, perception de la vaccination et couverture vaccinale chez les étudiants des Universités de Bordeaux et Poitiers durant l’épidémie de rougeole de 2018

Figure 5. Couverture vaccinale de la rougeole par 2 doses de vaccin en Europe, 2016 (Source ECDC mai 2018) 4.2. En France En France, le nombre de cas a augmenté progressivement depuis la semaine 50-2017 jusqu’au pic en semaine 13-2018 (figure 6) avec près de 200 cas hebdomadaires. Au 1 er août 2018, Santé publique France rapporte que 2741 cas de rougeole ont été déclarés en France depuis le début de l’épidémie en novembre 2017, dans 86 départements différents [20]. Vingt-deux pour cent des cas ont été hospitalisés. L’incidence la plus élevée se retrouve chez les moins d’un an avec 29,4 cas pour 100 000 habitants de cette classe d’âge. Ceci est la conséquence d’une couverture vaccinale insuffisante, comme vu dans le chapitre précédent. En effet, comme cette population ne peut être vaccinée, elle est essentiellement protégée par l’immunité collective. Or la couverture vaccinale pour la seconde dose de vaccin ROR est trop faible en France, et le rattrapage vaccinal des cohortes plus âgées est insuffisant. En résulte un large réservoir de personnes susceptibles d’être contaminées. Ainsi 89% des cas de rougeole sont survenus chez des personnes non ou mal vaccinées au cours de l’épidémie actuelle. Trois décès ont été signalés. Tous étaient atteints de comorbidités importantes ou de déficit immunitaire (greffés de longue date).
En savoir plus

75 En savoir plus

Pépite | Connaissances sur la rougeole et sa vaccination : enquête auprès de patients consultant en médecine générale

Pépite | Connaissances sur la rougeole et sa vaccination : enquête auprès de patients consultant en médecine générale

Résultats : 222 questionnaires ont été recueillis, 50% auprès de parents d’enfants âgés de 0 à 6 ans et 50% dans le reste de la population. Seuls 43,7% des patients connaissent la nature virale de l’infection, 58,1% perçoivent les risques de mortalité et 56,3% de morbidité. Mais 95,5% savent que la rougeole est toujours présente en France. 32,9% ne connaissent pas leur statut vaccinal, et seuls 21,3% ont été informés par un médecin sur le sujet. Jusqu’à 21,8% des parents ignorent le statut vaccinal de leur enfant. 89,2% d’opinion sont favorables à la vaccination, les motifs d’avis défavorable les plus cités sont la peur des effets indésirables à 47,1% et le doute sur la composition du vaccin à 41,2%. L’échange avec le médecin à 65,6% et la transparence des laboratoires à 46,6% sont les éléments d’amélioration les plus cités. Les parents d’enfants âgés de 0 à 6 ans ignorent davantage les complications graves de la rougeole (p=0,036) et sont plus en demande de transparence des laboratoires (p=0,035) que le reste de la population. Les femmes ont répondu en majorité au questionnaire à 76,1% (p<0,001). Les hommes ignorent davantage (47,2%) leur statut vaccinal vis-à-vis de la rougeole (p=0,003). Il n’y a pas de différence significative selon l’âge que ce soit sur les connaissances ou sur l’opinion (p=0,11 pour l’opinion sur le vaccin contre la rougeole). 4 profils particuliers de patients ont pu être mis en évidence en regard de leurs réponses aux différentes questions.
En savoir plus

87 En savoir plus

Modélisation hydrologique du bassin versant de l'oued Rheraya et sa contribution à la recharge de la nappe du Haouz (bassin 
du Tensift, Maroc)

Modélisation hydrologique du bassin versant de l'oued Rheraya et sa contribution à la recharge de la nappe du Haouz (bassin du Tensift, Maroc)

Figure 23 : Distribution des temps de base des crues de l’oued Rheraya à Tahanaout (1962-2006). Les valeurs obtenues après calage (Tab. 8) pour les deux paramètres du module CemaNeige sont dans la gamme de variation mentionnée par Valéry (2010) . On observe en revanche pour GR4J, par rapport aux intervalles fournis par Perrin, des valeurs X1 nettement plus faibles (11, 18 et 21 pour un intervalle de [100-1200]) et des valeurs X3 nettement plus fortes (560, 866 et 614 pour un intervalle de [20-300]). Ces écarts sont peu surprenants étant donné que les domaines fournis par Perrin (2003) concernent des bassins français ayant donc un fonctionnement a priori très différent de Rheraya. Bien que les paramètres d‘un modèle conceptuel puissent difficilement être reliés à des caractéristiques physiques, nous proposons une analyse des valeurs obtenues. La très faible valeur de X1 peut s‘interpréter par la faible épaisseur des sols dans ce bassin, et donc un faible réservoir de production. Inversement, la forte valeur de X3 peut être reliée à un stockage profond dans des aquifères cristallins fissurés qui permettent d‘alimenter les étiages durant les mois secs (Chaponnière et al., 2008) . Le paramètre X2 a une valeur négative indiquant des sorties d‘eau du bassin sous forme de percolations profondes. Néanmoins, la géologie du bassin étant constituée principalement de roches imperméables, nous favorisons l‘hypothèse d‘inféroflux dans les sédiments de l‘oued plutôt que des infiltrations profondes directement vers la nappe du Haouz. Enfin, le paramètre
En savoir plus

175 En savoir plus

Pépite | Etat des lieux d’une pathologie à prévention vaccinale : la rougeole

Pépite | Etat des lieux d’une pathologie à prévention vaccinale : la rougeole

Lors de l’administration du vaccin contre le virus de la rougeole en une injection intramusculaire ou sous-cutanée il n’y a pas eu de réaction immédiate ou locale au site d’inoculation. Sept à huit jours plus tard, 80% des sujets ont montré une fièvre pendant environ 3 jours, à la suite de quoi, 45% d’entre eux ont développé un exanthème rose, maculaire, non prurigineux et discret. Ce dernier était, dans la majorité des cas, confiné au cou, aux joues et au tronc supérieur. Chez les individus précédemment immunisés, aucune réponse clinique n’a eu lieu comme cela aurait pu être prévu.
En savoir plus

80 En savoir plus

Les communautés d'irrigants à l'épreuve de l'exclusion sociale dans la grande hydraulique du Haouz de Marrakech

Les communautés d'irrigants à l'épreuve de l'exclusion sociale dans la grande hydraulique du Haouz de Marrakech

La répartition interne est assurée par un représentant désigné par les usagers. Celui-ci doit délivrer à l’office les états réels de consommation par usagers afin d’établir la facturation. Une telle gestion administrative aussi lourde pèse fortement sur les irrigants qui sont constamment soumis à la procédure de la programmation et ses divers aléas. A travers la programmation, l’Etat semble plus chercher le contrôle de la distribution de l’eau que d’assurer un service adéquat pour les communautés d’irrigants. Avec les vagues successives de sécheresse, l’extension des aménagements et la multiplication des usagers de l’eau (eau potable et tourisme international pour la principale attraction de la région à savoir la ville de Marrakech), l’office du Haouz a de plus en plus du mal à tenir ses engagements envers les paysans. Des sévères restrictions en matière de dotation d’eau sont appliquées mettant à mal la masse des petits exploitants incapables, compte tenu de leur situation sociale et de leur revenu, de se détourner du réseau étatique vers l’hydraulique individuelle. La baisse des subventions publiques, le déficit budgétaire et la difficile récupération d’une partie des recouvrements et des redevances affectent le budget général de l’Office et rendent difficile l’amélioration du service de l’eau. Les agents des Cgr (Centre de gestion de réseau) qui ont la charge de servir les irrigants sur le terrain travaillent dans des conditions difficiles peu compatibles à l’accompagnement et à l’animation des communautés d’irrigants (dégradation des moyens de travail, manque de motivation…). Ils sont le plus souvent accaparés par de lourdes taches administratives : contrôle des dotations individuelles, vérification des états de consommation, facturation, ouverture et fermeture des vannes (ou des bornes), transmission des programmations au siège central… Cette situation fragilise les exploitations des petits irrigants et rend leur devenir de plus en plus
En savoir plus

7 En savoir plus

Couverture vaccinale contre la rougeole et distribution de l'âge à la 1ère et la 2ième dose de vaccin dans la région affectée par l'épidémie de 2011 dans le reste du Québec

Couverture vaccinale contre la rougeole et distribution de l'âge à la 1ère et la 2ième dose de vaccin dans la région affectée par l'épidémie de 2011 dans le reste du Québec

39 Québec (5 ans révolu au 1er octobre). Les âges calculés ont également été utilisés pour distinguer les niveaux primaire et secondaire. Ceci a pu entraîner un biais d’information à cause d’erreurs dans les inclusions ou exclusions dans les cohortes étudiées et dans la classification selon le niveau scolaire. En effet, en raison de dérogations, certains enfants de moins de 5 ans étaient déjà à l’école pendant cette année scolaire. Par ailleurs, comme l’école est obligatoire jusqu’à 16 ans, une partie des jeunes plus âgés n’est possiblement plus scolarisée. Cependant, même si ces erreurs concernaient 20 % des étudiants des cohortes de 1994 et 2006, cela correspondrait à moins de 5 % des étudiants des niveaux primaire et secondaire, ce qui est trop peu pour biaiser significativement les résultats. D’autre part, l’historique de maladie recueilli pendant l’Opération rougeole n’a pas pu être utilisé puisqu’il n’était pas associé à une date permettant de distinguer les cas survenus avant l’épidémie des autres. Ceci induit un biais d’information qui surestimerait la vulnérabilité du Québec en considérant comme non-protégé des étudiants immunisés naturellement.
En savoir plus

61 En savoir plus

Cabale contre la vaccination anti-H1N1 : est-elle justifiée ?

Cabale contre la vaccination anti-H1N1 : est-elle justifiée ?

Deux vaccins « mock-up » ont été à l’essai ; pour chacun des deux, 500 à 5 000 sujets ont été vaccinés. Les adjuvants ont été utilisés pour stimuler la réponse immunitaire dans une population attendue comme étant majoritairement naïve vis-à-vis de l’anti- gène viral ciblé et pour augmenter la capacité de production des vaccins par le biais d’une épargne d’antigènes. De plus, il y aurait une meilleure protec- tion croisée contre les souches mutantes, si celles-ci devaient se développer. L’adjuvant MF59C.1 est à la base d’une émulsion « huile dans eau », l’huile
En savoir plus

4 En savoir plus

Education pour la santé materno infantile : Evaluation d’un programme de formation des personnes Relaies à Al Haouz

Education pour la santé materno infantile : Evaluation d’un programme de formation des personnes Relaies à Al Haouz

Dans les résultats de notre évaluation 70,2% des femmes profitant de l’éducation ont réussi à identifier la période de l’ovulation contre 22% des femmes n’ayant reçu aucune éducation. Dans les pays en développement, particulièrement en Afrique, les maladies liées à la santé reproductive sont responsables de grands enjeux telles la mortalité et la morbidité maternelles comparés aux pays développés, en plus, les connaissances en matière de santé reproductive d’accès au soin de qualité en Afrique sont pauvres avec comme traduction des conséquences sanitaires significatives. En Ibadan à Nigeria, l’évaluation d’un programme d’éducation sanitaire a montré que 56% des femmes savaient quand une grossesse peut survenir lors de leurs cycles menstruels et 90% des femmes connaissaient les avantages et bienfaits de la contraception, il existe cependant un large besoin de continuer l’éducation des femmes en matière d’avantages de l’entretien d’une bonne santé reproductive ainsi que l’intégration et la participation des hommes dans les programmes de planification familiale pour promouvoir l’utilisation des services de planification familiale (82).
En savoir plus

112 En savoir plus

La vaccination contre la grippe chez la femme enceinte

La vaccination contre la grippe chez la femme enceinte

Le taux de vaccination des patientes est différent et de manière significative en fonction du professionnel de santé les ayant conseillées, et varie du simple au double. Ainsi, seulement 24% des patientes conseillées par une sage-femme se sont fait vacciner, tandis qu’elles sont 56% lorsqu’il s’agissait de leur médecin généraliste. Le pourcentage assez bas en ce qui concerne les sages-femmes pourrait s’expliquer par le fait que les patientes suivies à l’hôpital voient généralement plusieurs sages-femmes pour leurs différentes consultations et n’ont donc pas le temps de créer un lien de confiance aussi fort qu’avec leur médecin généraliste, qui les suit parfois depuis l’enfance. Nous pouvons également nous interroger sur le fait de savoir si les sages- femmes sont à jour des compétences et des prescriptions qu’elles peuvent réaliser.
En savoir plus

105 En savoir plus

Vaccination contre l’hépatite B - Succès et perspectives

Vaccination contre l’hépatite B - Succès et perspectives

voir viral important à l’échelle mondiale [34] . L’hépatite B chronique est une maladie avec une évolution dynamique et complexe. Elle a été divisée schématiquement en quatre formes différentes en fonction de paramètres virologiques et cliniques (Figure 4) [2] . C’est le dialogue permanent entre le virus et le système immunitaire qui conditionne l’évolution de cette maladie [35] . Aussi, le vaccin a très tôt été utilisé pour stimuler la production d’anticorps anti-HBs et favoriser l’élimination du virus circulant chez les porteurs chroniques. Les pre- mières études réalisées dans de petits groupes de sujets, puis celles comparant le vaccin au traitement par l’interféron-alpha, ont montré quelques améliorations virologiques et immunologiques mais celles-ci sont restées malheureusement transitoires [36] . Le vaccin a été par la suite combiné à différents adjuvants de l’immunité et à des antiviraux, comme la lamivudine 2 , mais sans augmentation significative d’effica- cité antivirale [37] . Avec une connaissance de plus en plus poussée de l’immunité anti-VHB chez les PC [35] , et la mise en évidence de la nécessité d’activer les lymphocytes T CD8 + afin d’éliminer les hépato- cytes infectés, de nombreuses approches ont été développées parmi lesquelles la vaccination à base d’ADN nu [37] . Ainsi lors d’un essai de phase I réalisé chez des patients PC du VHB, l’injection d’ADN codant deux des protéines d’enveloppe du virus s’est montrée efficace pour réactiver les réponses T CD8 + spécifiques du VHB à l’origine de la pro- duction de cytokines antivirales [38] . Mais, à nouveau, le passage aux
En savoir plus

7 En savoir plus

Cout de l'épilepsie dans la ville de Marrakech et sa région

Cout de l'épilepsie dans la ville de Marrakech et sa région

I. Objectif L’épilepsie est la plus courante des affections neurologiques. On estime à quelques 50 millions le nombre de personnes qui en souffrent dont trois quarts, 40 millions, dans les pays en développement (23). L’épilepsie est donc l’une des maladies non transmissibles les plus répandues dans le monde et ceci principalement dans les pays à faibles revenus. Compte tenu du rythme de la croissance démographique de ces pays dont le Maroc, l’épilepsie représente une lourde charge sanitaire et socio-économique face à laquelle des mesures de prise en charge rigoureuses s’imposent. Ce défi constitue un des objectifs de l’organisation mondiale de la santé. Et nous essayons par notre étude d’avoir une idée sur le coût qu’engendre cette pathologie dans ses deux volets, direct et indirect, à l’échelle individuelle et nationale et son impact sur le plan socio-économique marocain.
En savoir plus

89 En savoir plus

Vaccination contre la bilharziose : réalités et perspectives

Vaccination contre la bilharziose : réalités et perspectives

Une fois délivré à l'hôte qui doit être immunisé, cet ADN de plasmide se lie à la cellule hôte et la protéine produite par la suite in vivo est exposée au système i[r]

105 En savoir plus

Détermination de la date optimale de vaccination contre la maladie de Gumboro sur des élevages de poulets de chair d’une région de l’Algérie

Détermination de la date optimale de vaccination contre la maladie de Gumboro sur des élevages de poulets de chair d’une région de l’Algérie

Résumé : L’objectif de cette etude est de determiner la date optimale de vaccination contre la maladie de Gumboro chez le poulet de chair, dans le cas d’utilisation d’un vaccin vivant attenue de souche "intermediaire plus", dans les condition terrain, afin d’eviter un echec vaccinal du a la neutralisation des particules virales vaccinales par les anticorps d’origine maternelle. Trois sites A, B et C ont ete selectionnes pour cette etude, chaque site etant compose de trois lots de poulets de chair. Le site A est compose de 35000 poussins chair/lot a la mise en place, par contre les sites B et C sont composes entre 12000 et 15000 futurs poulets de chair/lot. Toutes ces volailles ont ete vaccinees avec un vaccin Gumboro vivant attenue de souche
En savoir plus

2 En savoir plus

Show all 7747 documents...