Haut PDF Ulcre de Marjolin : Profil pidmiologique, clinique et thrapeutique: A propos de 30 cas

Ulcre de Marjolin : Profil pidmiologique, clinique et thrapeutique: A propos de 30 cas

Ulcre de Marjolin : Profil pidmiologique, clinique et thrapeutique: A propos de 30 cas

Futrell et Myers [89] en 1972 montrent une association entre la création d’îlots alymphatiques de la peau chez le rat et la survenue de cancers du même type que ceux occasionnés par les brûlures. Bostwick [90] en 1975 montre que les cicatrices de brûlures chez l’homme oblitèrent les lymphatiques périphériques créant ainsi ces îlots alymphatiques que décrivent les études sur le rat. Il avance une hypothèse intéressante : La barrière cicatricielle jouerait un rôle primordial dans un premier temps : elle limiterait la croissance tumorale au sein de la fibrose ; d’où la latence particulièrement longue des ulcères de Marjolin. Mais cette barrière provoquerait l’oblitération des lymphatiques péri- tumoraux, empêchant ainsi aux antigènes tumoraux de gagner les relais ganglionnaires et les cellules immunocompétentes d’aller au contact tumoral : la réaction Antigène-anticorps est alors impossible. Lorsque la barrière cicatricielle est franchie, du fait de la croissance tumorale ou d’une exérèse chirurgicale, les cellules immunocompétentes (lymphocytes) seraient rapidement débordées : d’où l’évolution explosive et le pronostique péjoratif des adénopathies locorégionales.
En savoir plus

119 En savoir plus

Les kratoconjonctivites vernales : Profil pidmiologique, clinique et thrapeutique ( propos de 35 cas)

Les kratoconjonctivites vernales : Profil pidmiologique, clinique et thrapeutique ( propos de 35 cas)

visuelle. Il a été mis en évidence par le fait que certaines tumeurs pouvaient se développer dans la chambre antérieure de l’œil alors qu’elles en étaient incapables ailleurs. L’existence du PrIO a été démontrée d’une part, par l’induction d’une déviation de la réponse immunitaire normale aux antigènes présents dans la chambre antérieure (anterior chamber associated immune deviation ou ACAID) après l’injection d’antigènes tumoraux et d’autre part, par la capacité du microenvironnement oculaire (particulièrement l’humeur aqueuse) à réprimer des réponses inflammatoires. Medawar dés 1948 démontrait que la règle de l’immunologie de transplantation qui veut que le système immunitaire de l’hôte puisse provoquer le rejet de la greffe en développant une réponse contre les antigènes du greffon et qui s’applique a la plupart des organes du corps, ne s’applique pas à l’œil. Il a aussi constaté que les allogreffes dans la chambre antérieure de l’œil ont une survie prolongée comme c’est le cas également pour le cerveau. De ce fait, le terme de ≪ privilège immunitaire ≫ a été utilisé pour décrire cette propriété spéciale de la chambre antérieure et du cerveau. Aujourd’hui avec les ovaires, les testicules, le cortex surrénalien, le foie, les matrices des poils et la poche jugale du hamster, le cerveau et l’œil sont considères comme des sites immunologiquement privilégies au niveau desquels les greffes incompatibles peuvent persister longtemps.
En savoir plus

171 En savoir plus

Nphropathies glomrulaires: Profil pidmiologique, thrapeutique
et volutif au CHU Mohammed VI de Marrakech

Nphropathies glomrulaires: Profil pidmiologique, thrapeutique et volutif au CHU Mohammed VI de Marrakech

Dans la littérature, le sex-ratio est diversement apprécié. Simon [3] rapporte dans une étude épidémiologique des GN primitives que la GNMP est 3 fois plus fréquente chez l’homme que chez la femme. Cet avis est partagé par Abdulmassih [17] alors que Droz [56] et Lagrue[57] soulignent une prédominance féminine. La présentation clinique est très variable allant de simples anomalies du sédiment urinaire au syndrome néphrotique sévère avec insuffisance rénale évolutive. Un SN impur est présent dans 33 à 50% des cas. Dans environ 30% des cas, une protéinurie est découverte au cours d’un examen systématique des urines, associée à une hématurie macro ou microscopique. Dans 20% des cas le tableau clinique initial est celui d’un syndrome néphritique aigu. En cas de SN, une HTA initiale est présente dans 25 à 30% des cas. Une IR est présente au début de la maladie dans 25 à 33% des cas [54, 56, 58]. Les anomalies du complément sont caractéristiques de cette néphropathie; habituellement, il s’agit d’une baisse du complément total hémolytique CH50 et de la fraction C3 du complément sérique. Elle est
En savoir plus

115 En savoir plus

Tumeurs osseuses : Profil pidmiologique et prise en charge thrapeutique. A propos de 109 cas  au service de Traumatologie CHU Mohamed VI Marrakech

Tumeurs osseuses : Profil pidmiologique et prise en charge thrapeutique. A propos de 109 cas au service de Traumatologie CHU Mohamed VI Marrakech

Dans notre série on a noté une anémie hypochrome microcytaire chez 19patients (14.44%) et une CRP est augmentée dans 40% des cas, ceci s’explique par le phénomène inflammatoire qui accompagne les tumeurs malignes. Les troubles ioniques représentées par l’hypercalcémie qui est un symptôme révélateur de la métastase osseuse dans 3% des cas, en général, les cancers du sein, du poumon, du rein sont à l’origine des deux tiers des hypercalcémies néoplasiques [30].Le dosage de la calcémie pourra éliminer une hyperparathyroïdie (qui peut simuler une lésion tumorale, notamment une tumeur à cellules géantes ou une dysplasie fibreuse, et d’autre part, dépister une hypercalcémie d’origine tumorale [28].
En savoir plus

236 En savoir plus

Le carcinome lobulaire du sein : Le profil clinique, pidmiologique, anatomopathologique et thrapeutique au service de gyncologie obsttrique

Le carcinome lobulaire du sein : Le profil clinique, pidmiologique, anatomopathologique et thrapeutique au service de gyncologie obsttrique

Figure 48 : Taille du nodule dans les différentes séries. 3.4. La bilatéralité : Le CLIS est bilatéral dans 30 à 35 % des cas, alors que le carcinome lobulaire invasif est bilatéral dans 25 % à 36 % des cas, ce qui conduit certains auteurs à pratiquer de façon systématique une biopsie controlatérale en miroir (54-59).Actuellement Le diagnostic de cancer du sein bilatéral peut être suspecté : en dehors de toute expression clinique, lors de la découverte fortuite par écho mammographie du sein controlatéral, dans le cadre du suivi des cas de cancers du sein unilatéraux traités ou dans le cadre d’une mammographie de dépistage. Mais aussi peut être suspecté devant des éléments cliniques évocateurs, notamment la palpation d’un nodule mammaire, la présence d’un écoulement mamelonnaire, d’une rétraction du mamelon ou la découverte d’une adénopathie axillaire Le tableau diagnostic du cancer du sein bilatéral, le plus souvent rencontré dans la littérature, associait une lésion clinique d’un côté à une anomalie radiologique controlatérale dans 43,5 % des cas (60). Cette dernière situation était également fréquente dans les deux séries détaillant les modalités diagnostiques avec des taux rapportés de 34% pour Polednak et al. (62) et 45 % pour De La Rochefordière et al. (61). Dans la série de Polednak et al. en 2003, 104 patientes parmi 300 soit 34,7 % avaient un CSBS sans traduction
En savoir plus

209 En savoir plus

Pseudarthrose de la palette humrale : profil pidmiologique, clinique, radiologique, thrapeutique et volutif

Pseudarthrose de la palette humrale : profil pidmiologique, clinique, radiologique, thrapeutique et volutif

Les complications neurologiques postopératoires intéressent en 1er lieu le nerf ulnaire (0 à 30%) puis le nerf radial (2 à 7%). Le repérage sur lac du nerf ulnaire doit faire partie de l’abord chirurgical et sa transposition antérieure en fin d’intervention permet de l’isoler du matériel d’ostéosynthèse et de le mettre à distance de la fibrose cicatricielle, facilitant ainsi une éventuelle ablation. Dans la plupart des cas les troubles sensitifs purs disparaissent en quelques semaines. Lorsqu’une paralysie complète est constatée en postopératoire immédiat et que le geste chirurgical ainsi que le temps de garrot ne sont pas en doute, il est recommandé de faire un EMG 3 à 4 semaines après l’intervention pour apprécier la récupération nerveuse. [9,39]
En savoir plus

183 En savoir plus

Cellulites orbitaires et pri-orbitaires de lenfant : profil pidmiologique, clinique, thrapeutique et volutif

Cellulites orbitaires et pri-orbitaires de lenfant : profil pidmiologique, clinique, thrapeutique et volutif

jours, et en aucun cas on a recours à la Vancomycine. Le relai oral est assuré dans la majorité des cas par l’Amoxicilline Acide Clavulanique. En conclusion, dans les formes rétro-septales les antibiotiques à large spectre d’activité, couvrant les bactéries aérobies et anaérobies sont conseillées. L’association d’une Céphalosporine de troisième génération (ex. Céfotaxime 100 à 200 mg/kg par jour ou Ceftriaxone 50mg/kg/J) au Métronidazole 20 à 30 mg/Kg/J (ou Clindamycine 20 à 40 mg/Kg/j) avec ou sans aminoside (selon la gravité du tableau clinique) est un exemple intéressant. L’utilisation de la Vancomycine doit être restreinte, sauf dans les cas ou les prélèvements bactériologiques confirment la responsabilité d’un SARM, pour prévenir l’émergence des souches multi-résistantes. La durée du traitement intraveineux est guidée par l’obtention d’une apyrexie et la diminution de l’œdème palpébral requise dans une durée moyenne de 5 jours avec un relai per os par Amoxicilline—Acide Clavulanique pendant au moins dix jours [63,64].
En savoir plus

122 En savoir plus

Tumeurs malignes du scalp : Profil pidmiologique et prise en charge chirurgicale  propos de 52 cas

Tumeurs malignes du scalp : Profil pidmiologique et prise en charge chirurgicale propos de 52 cas

La microchirurgie reste cependant une intervention lourde pour ces patients âgés etfragiles , sa morbidité est non négligeable. Les taux de complications nécessitant une seconde microchirurgie en urgence (allant jusqu’à la levée d’un 2e lambeau libre) sont variables selon les séries : de 6 % (un cas sur 16) [70,71], à 18 % (deux cas sur 11) [72]. Ce taux élevé fait préférer à certains auteurs la technique du « chausson aux pommes » de Servant, qui consiste à mettre le lambeau microchirurgical sur le site receveur pendant quelques jours pour s’assurer de sa viabilité avant de réaliser l’exérèse tumorale [73] , ou la technique du lambeau semi-libre de grand dorsal avec un relais transitoire au poignet [74].
En savoir plus

153 En savoir plus

Les polyradiculonvrites aigues en milieu de ranimation pdiatrique : profil pidmiologique et prise en charge thrapeutique

Les polyradiculonvrites aigues en milieu de ranimation pdiatrique : profil pidmiologique et prise en charge thrapeutique

2. Anatomopathologique : Le syndrome de Guillain-Barré est une pathologie neurologique distincte par sa composante anatomopathologique inflammatoire, touchant le système nerveux périphérique {4,5}. La première observation du cette composante lésionnelle du SGB a été faite par un médecin Français : Louis Duménil en 1864, à propos d’un cas d’une patiente âgée de 71 ans, décédée cinq mois après l’installation progressive de symptômes sensitivomoteurs. Durant l’étude macroscopique, aucune lésion n’a été rapportée au sein des systèmes nerveux central et périphérique, par contre une atteinte distale des nerfs périphériques a été mise en évidence lors de l’examen microscopique. Cependant, cette observation de Duménil ainsi que d’autres travaux qui ont vu la lumière par la suite ont échoué à changer le qualificatif de pathologie fonctionnelle tant lié au syndrome de Guillain-Barré {6}.
En savoir plus

125 En savoir plus

Mningites nonatales :  propos de 20 cas ; profil clinique ; bactriologique et volutif

Mningites nonatales : propos de 20 cas ; profil clinique ; bactriologique et volutif

Le bilan biologique : a. La ponction Lombaire (PL) : L’indication de la PL n’est pas systématique, mais elle est dictée par l’analyse minutieuse et simultanée des critères anamnestiques, cliniques et biologique évocateurs de l’infection et de sa localisation méningée. Sa place dans le bilan initial des IMF sans signe d’appel neurologique est discutée : la rareté de la localisation méningée autorise à ne pas la faire systématiquement. Toutefois, un syndrome inflammatoire important (CRP supérieure à 60 à 80 mg/L) pourrait en être une indication. La PL est réalisée en dehors de toute contre-indication hémodynamique, respiratoire et neurologique. Elle est mieux tolérée en décubitus latéral, sous surveillance clinique et de la saturation transcutanée en oxygène. Le LCR peut fournir des informations très utiles, mais la positivité de la culture est indispensable pour la certitude diagnostique [32].
En savoir plus

121 En savoir plus

Le profil pidmio-clinique, thrapeutique et volutif du carcinome mdullaire du sein

Le profil pidmio-clinique, thrapeutique et volutif du carcinome mdullaire du sein

(Anthracycline-Cyclophosphamide), FEC (5-Fluorouracile -Epirubicine-Cyclophosphamide) ou FAC (5-Fluorouracile - Anthracycline –Cyclophosphamide) (123). Si un effet dose n’a jamais pu être démontré avec la Doxorubicine (124) Des études menées dans le cancer du sein métastatique ont montré qu’une posologie d’Epirubicine supérieure ou égale à 90mg/m² donnait de meilleurs résultats qu’une posologie plus faible. D’autres études ont testé une dose plus forte d’Epirubicine (125), l’une comparait le CMF classique à une FEC 60 mg/m²/j, l’autre comparait FEC 50 à FEC 100, la seule différence entre les deux protocoles étant la posologie d’Epirubicine. Dans ces deux études également, l’avantage du FEC 100 est établi par rapport à une dose moindre et par rapport au protocole CMF (126),avec une toxicité à long terme,en particulier cardiaque, satisfaisante (127). A la suite des premières publications, le FEC 120 et le FEC 100 ont fait partie des protocoles de référence.
En savoir plus

161 En savoir plus

Profil clinique, thrapeutique et volutif de la maladie de Still de ladulte

Profil clinique, thrapeutique et volutif de la maladie de Still de ladulte

traitement puisse être commencé tôt pour réduire les taux de mortalité dans cette maladie souvent mortelle [111]. L'absence de traitement entraîne un taux de mortalité d'environ 90%, mais même avec un traitement, le taux de mortalité peut atteindre 20%. Le traitement repose actuellement sur l'échange plasmatique en raison de son efficacité dans les essais cliniques randomisés [112] Les épisodes récurrents peuvent être gérés avec succès: échange plasmatique supplémentaire, aspirine, vincristine, hémodialyse, corticoïdes, immunoglobulines intraveineuses, Azathioprine, cyclophosphomure, rituximab et / ou splénectomie. [110]. Il n'y a que de rares cas de traitement de patients avec TTP et AOSD avec des agents biologiques. En 2010, Sumida et al. ont présenté un cas de TTP chez des patients multirésistants traités au tocilizumab avec succès, qui semblait pouvoir traiter à la fois le TTP et la maladie de Still réfractaire.
En savoir plus

150 En savoir plus

Laspect pidmiologique, clinique, thrapeutique et volutif des mningiomes du systme nerveux central

Laspect pidmiologique, clinique, thrapeutique et volutif des mningiomes du systme nerveux central

- 64 - A localisation nucléaire, ces récepteurs sont suggérés être fonctionnels, désormais, des études précliniques, effectuées sur des cellules en culture et sur la xénogreffe de souris, suggèrent, en dépit de quelques résultats contradictoires, que la progestérone stimule la croissance des méningiomes et que les antagonistes (notamment la mifépristone) bloquent la croissance [36]. Les preuves qui impliquent des hormones sexospécifiques dans la pathogenèse du méningiome provient de données montrant une augmentation de la croissance des méningiomes pendant la grossesse et un changement de taille pendant les règles. Les données d'observation ont identifié la ménopause et l'oophorectomie comme une protection contre le risque de développer des méningiomes, tandis que l'adiposité est associée positivement à la maladie. [123]
En savoir plus

192 En savoir plus

Le profil pidmio-clinique thrapeutique et volutif du glioblastome

Le profil pidmio-clinique thrapeutique et volutif du glioblastome

d. Principe de la chimiothérapie néoadjuvante : L’efficacité de la CMT en situation néoadjuvante pour les gliomes malins inopérables n’a jamais été clairement prouvée et la RTH reste le traitement standard après la biopsie neurochirurgicale. Il a été prouvé que la Fotémustine (F), le Cisplatine (CDDP) et l’Etoposide (VP16) atteignaient des taux thérapeutiques intracérébraux avec des doses standards intraveineuses. L’association de ces trois agents chimio-thérapeutiques, testée en condition néoadjuvante, sur les gliomes malins inopérables ou avec une exérèse partielle, montre une tolérance acceptable et donnent des résultats intéressants semblent supérieurs au traitement de référence par RTH.
En savoir plus

165 En savoir plus

Les tumeurs malignes de la pyramide nasale : Etude rtrospective, pidmiologique, clinique et thrapeutique

Les tumeurs malignes de la pyramide nasale : Etude rtrospective, pidmiologique, clinique et thrapeutique

Our work is a 7 year retrospective study, from January 2010 to December 2016 , of 20 cases of nose cancer collected at the level of the maxillofacial surgery and plastic surgery department of the Avicenne military hospital in Marrakech. This study consisted of an epidemiological, clinical, histological, therapeutic and prognostic analysis of these tumors. The mean age at diagnosis was 57 years with extremes ranging from 21 years to 75 years and a concentration of cases (67%) in the 50-60 age group. Concerning sex, we find a male predominance with a sex ratio H / F = 4. Considering their age, most patients were unprofessional at the time of their consultation, but the majority had trained in the open air, so they had been regularly exposed to the sun. The majority of our patients came from rural areas, accounting for 80% of the cases. The predominant phototypes were phototype V (50%). Smoking was noted in 11 patients. Nevus was the most pre-cancerous condition (40%).
En savoir plus

148 En savoir plus

Langio-Behet crbral : tude du profil clinique, radiologique, thrapeutique et volutif

Langio-Behet crbral : tude du profil clinique, radiologique, thrapeutique et volutif

were present in all our patients, with a strong presence of oral aphtosis (100%), genital aphtosis (88.88%), cutaneous lesions (44.44%); ophthalmological involvement (48.15%); vascular manifestations (29.63%) and finally joint manifestations (22.22%). Paraclinically, the CSF study revealed aseptic predominantly lymphocytic hypercytosis in 4 patients. Ophthalmological examination revealed papillary edema in 9 patients (33.33%). Angio- MRI was pathological in all patients, showing cerebral thrombophlebitis with preferential localization at the upper sagittal sinus (29.62%). In our series, Methylprednisolone boluses were mainly used in the treatment of the acute phase of Neuro-Behçet, relayed by oral corticotherapy, which was administered to all our patients. The use of anti-coagulation based on heparin with a curative dose relayed by anti-vitamin K was carried out in 26 patients; 96,30%. The administration of Immunosuppressants was carried out in 17 patients (62.90%) of whom 48.14% received Cyclophosphamide. 2 patients in our series benefited from a treatment based on Biotherapy with: 1 case that was treated with Infliximab, and the other case with Tocilizumab. A favorable evolution was observed in 25 patients (92,60%)
En savoir plus

184 En savoir plus

Les traumatismes du bassin Aspect pidmiologique, thrapeutique et pronostique

Les traumatismes du bassin Aspect pidmiologique, thrapeutique et pronostique

Dans notre série 6 patients sont traités par fixateur externe type Hoffman avec montage sur une seule barre avec système de coulissage. b.2 Vissage percutané [10, 12, 13, 69 ,78] Le vissage percutané est d’introduction récente : deux cas seulement sont rapportés pour le Symposium de 1996. La technique scanoguidée fut introduite par Ebraheim [61], puis par Nelson [62]. Nous décrivons la technique de Eude [63] .Elle ne permet pas de réduire le cisaillement, mais permet de réduire l’écart horizontal. Le principe est simple : sur une coupe axiale, le trait de fracture est visualisé, des repères cutanés permettant de choisir le meilleur angle pour introduire la broche guide, la précision du vissage est millimétrique car contrôlée en temps réel sur des coupes axiales. Ainsi, plusieurs vis peuvent être introduites en S1 et S2.
En savoir plus

149 En savoir plus

Xeroderma pigmentosum : aspects pidmiologique, clinique et thrapeutique. Au service de chirurgie plastique CHU Med VI Marrakech

Xeroderma pigmentosum : aspects pidmiologique, clinique et thrapeutique. Au service de chirurgie plastique CHU Med VI Marrakech

plaque dure, translucide, rectangulaire, épousant la forme du doigt. Sa surface est lisse, brillante, avec de légères stries longitudinales qui s’accentuent avec l’âge. Sa face inférieure comporte des stries profondes, ancrées dans les sillons du lit de l’ongle sous jacent. L’ongle joue un rôle esthétique et sensitif du fait des nombreuses terminaisons sensitives associées. Il a un rôle mécanique de protection, de préhension et d’agression. Sur le plan morphologique, on distingue la racine (ou matrice) qui constitue la zone fertile et représente un tiers de la longueur totale de l’ongle et le limbe (ou table de l’ongle), qui lui fait suite et repose sur le lit de l’ongle. L’ongle se termine par un bord libre, distal, non adhérent aux tissus sous- jacents. La racine est insérée sous la peau. Elle est recouverte par le repli
En savoir plus

217 En savoir plus

Les fractures du cotyle aspect pidmiologique, thrapeutique et pronostique

Les fractures du cotyle aspect pidmiologique, thrapeutique et pronostique

Figure 50 : Fenêtre latérale et fenêtre moyenne Ou musculaire de la voie ilio-inguinale.[60] La fenêtre interne, ou fenêtre pubienne, correspond au pubis que l’on aborde en disséquant les vaisseaux fémoraux. Pour aborder l’os coxal entre la fenêtre moyenne et la fenêtre interne, l’opérateur doit sectionner l’arc ilio-pectiné (la bandelette ilio-pectinée) (figure 51). Cet arc sépare le muscle ilio-psoas des vaisseaux fémoraux. Ce n’est que l’épaississement du fascia ilio-psoas en regard de l’éminence ilio-pubienne. L’opérateur doit le couper très profondément vers le détroit supérieur. Lorsque l’opérateur libère les vaisseaux fémoraux (figure 52), il doit repérer et sectionner, si elle existe, l’anastomose entre l’artère fémorale et l’artère obturatrice. Vu le danger qu’elle présente, Létournel l’a nommée la « corona mortis » et Teague [71] l’a retrouvée sur le cadavre dans 43 % des cas. Le nerf cutané latéral de la cuisse passe en dedans de l’épine iliaque antéro-supérieure, sous le fascia du muscle grand oblique et sous l’arcade fémorale. Sa situation et sa position variable le rendent vulnérable et il doit être repéré avant de disséquer le muscle ilio-psoas. Les lésions par étirement sont fréquentes et le patient doit être averti des troubles sensitifs résiduels. Pour De Ridder [72], il existe 35 % de perte de sensibilité et 5 % de névralgie paresthésique, dans cette voie d’abord.
En savoir plus

164 En savoir plus

Abcs Hpatiques (Prise en charge thrapeutique) A propos de 80 cas

Abcs Hpatiques (Prise en charge thrapeutique) A propos de 80 cas

 le sepsis sévère et/ou le choc septique : ce facteur est un facteur indépendant de mortalité dans deux séries de plus de 70 patients [72,73]. Une analyse multivariée [12] a permis d’identifier, comme facteurs significatifs de morbidité et de mortalité, l’existence d’un état de choc et d’un taux bas d’hémoglobine (< 10 g/dl). Dans cette même étude, alors que la chute du taux de prothrombine et le caractère plurimicrobien de l’infection étaient associés à la survenue de tous types de complications, l’existence d’une détresse respiratoire, d’une insuffisance rénale et la positivité des hémocultures étaient associées à la survenue de complications liées à l’abcès lui-même.
En savoir plus

110 En savoir plus

Show all 10000 documents...