Haut PDF [PDF] Tutoriel la Gestion des Risques dans le cadre de la Gestion Actif-Passif ALM | Formation informatique

[PDF] Tutoriel la Gestion des Risques dans le cadre de la Gestion Actif-Passif ALM | Formation informatique

[PDF] Tutoriel la Gestion des Risques dans le cadre de la Gestion Actif-Passif ALM | Formation informatique

Les principales étapes d’une bonne gestion Actif Passif consistent à identifier ces risques, afin de les mesurer pour pouvoir enfin les gérer. Les approches traditionnelles de gestion des risques sont défensives par nature. Les risques sont généralement gérés au travers de procédures classiques qui consistent à mettre en place une définition des risques, des normes d'analyse, des outils de mesure, des systèmes sécurisés, des contrôles permettant de réduire les risques et des reportings destinés à la direction. Ce type d'approche vise à réduire l'exposition aux pertes inattendues ou excessives résultant des risques de marché, de crédit ou opérationnels. Dans un environnement extrêmement compétitif, cette approche traditionnelle ne suffit plus. Il s'agit maintenant de concevoir et mettre en place les structures et processus de gestion intégrée de la rentabilité permettant d'établir le lien entre les systèmes de gestion des performances ajustées des risques et la gestion stratégique de la valeur.
En savoir plus

45 En savoir plus

[PDF] Cours La gestion actif-passif ALM en pdf | Formation Informatique

[PDF] Cours La gestion actif-passif ALM en pdf | Formation Informatique

notre approche. Notamment, celle de Cairns (1998) [5] intro- duit un flux de retraite stochastique dans la modélisation d’un fonds à prestations définies. La retraite est un pourcentage fixe du salaire, que l’auteur modélise par un processus de diffusion non corrélé aux bruits du marché. Par ailleurs, les analyses développées dans les articles de Svensson et Werner (1993) [6], ainsi que Koo (1998) [7], ont une résonance directe avec notre réflexion. Leurs auteurs examinent l’optimalité du portefeuille et de la consommation, dans le cas d’un agent doté d’un salaire stochastique. Ils introduisent une source de risque non duplica- ble par un instrument négociable, et placent ainsi le problème dans un cadre d’incomplétude du marché.
En savoir plus

10 En savoir plus

[PDF] Initiation à ALM : La gestion actif-passif selon un gestionnaire d’une dette publique | Formation informatique

[PDF] Initiation à ALM : La gestion actif-passif selon un gestionnaire d’une dette publique | Formation informatique

    Aujourd’hui, avec la pression concurrentielle sur les taux des fonds euro, les assureurs peuvent être  amenés à puiser dans leurs richesses initiales afin de servir des taux satisfaisants puisque les produits  financiers  comptables  sont  insuffisants.  En  l’absence  de  cette  richesse,  les  produits  financiers  distribuables  sont  réduits,  ce  qui  impacte  négativement  la  marge  financière  de  l’assureur  chaque  année. Voilà pourquoi la suppression de toute richesse initiale fait baisser la valeur actuelle des gains  futurs.  La  répartition  initiale  des  richesses  en  termes  de  plus  ou  moins  values  doit  donc  être  particulièrement étudiée afin d’optimiser le résultat financier de l’entreprise. Cependant, si la situation  de  baisse  actuelle  des  rendements  perdure  sur  le  fonds  Euro,  les  assureurs  pourraient  se  retrouver  dans un scénario d’absence de richesse initiale et devront alors faire face à la situation décrite dans le  cadre de ce stress. Il convient donc d’intégrer cette réalité et commencer à réfléchir à des stratégies  afin d’anticiper cette situation. 
En savoir plus

110 En savoir plus

[PDF] Cours ALM : la Gestion des Risques dans le cadre de la Gestion Actif-Passif

[PDF] Cours ALM : la Gestion des Risques dans le cadre de la Gestion Actif-Passif

- chiffrer l’influence des rachats, selon qu’il soient prevus d’avance ou non, sur la participation aux b&kfices et sur le resultat de I’assu- reur; l’assureu[r]

18 En savoir plus

[PDF] Cours ALM : Gestion des Risques Bancaires Gestion actif - passif | Formation informatique

[PDF] Cours ALM : Gestion des Risques Bancaires Gestion actif - passif | Formation informatique

Gestion des risques bancaires Cas du repo Banque Centrale • The « liste unique » • ECB set up in 2007 a single framework for eligible assets which came into effect on the 1st of January 2007 and has replaced the two-tier system European framework. This new framework also called « Liste Unique » (single list), defines the eligibility criteria that an asset must fulfill to be considered as collateral for Eurosystem credit operations.

141 En savoir plus

[PDF] Tutoriel Gestion actif-passif pour les institutions de microfinance collectrices de dépôts | Cours informatique

[PDF] Tutoriel Gestion actif-passif pour les institutions de microfinance collectrices de dépôts | Cours informatique

–  Pour les marchés: le ratio ‘loan to deposit’, le solde de ressources stables, le ratio dette CT/collatéral –  Pour les superviseurs: le LCR ou tout réglementation équivalente locale, le NSFR, l’AER,… ▪  La traduction de la stratégie liquidité va se faire à travers: –  La politique d’appétit au risque traduite à travers les limites de risques ALM

45 En savoir plus

[PDF] Cours Gestion Actif-Passif : Méthodologie et application | Formation informatique

[PDF] Cours Gestion Actif-Passif : Méthodologie et application | Formation informatique

Cr´e´e en f´evrier 1969, le GRO sous la direction d’Antoine Frachot, est rattach´e `a Yves Perrier, Directeur des Risques du Groupe Cr´edit Agricole. L’´equipe du GRO est actuellement compos´ee de 14 ing´enieurs d’´etudes, et d’un nombre variable de stagiaires : pour cette ann´ee, trois stagiaires longs d’un an, cinq stagiaires de six mois, et plusieurs autres stagiaires, prin- cipalement en ´et´e. Les ing´enieurs sont jeunes et leur travail au GRO constitue g´en´eralement un premier emploi. La dur´ee d’un poste est de trois `a quatre ans. Les ´evolutions en sortie du GRO sont tr`es vari´ees (centre d’affaires Entreprises, marketing quantitatif, gestion de bilan, recherche sur les march´es de capitaux, gestion de portefeuille, etc).
En savoir plus

61 En savoir plus

[PDF] Cours ALM avancé : gestion des risques bancaires | Formation informatique

[PDF] Cours ALM avancé : gestion des risques bancaires | Formation informatique

4-1. Politique de gestion des risques financiers Dans le respect des contraintes externes, la Direction Générale détermine un objectif de niveau de risques financiers pour l'établissement. Cela peut aller : - De la couverture systématique de tous les risques financiers (y compris les risques de positionnement concurrentiels futurs), en considérant que la seule gestion du risque de contrepartie commerciale doit générer de la valeur. Dans un tel cadre, la fonction de la Gestion Actif-Passif est de préserver la valeur...
En savoir plus

60 En savoir plus

[PDF] Formation Architectures logicielles et Matérielles ALM | cours informatique

[PDF] Formation Architectures logicielles et Matérielles ALM | cours informatique

I. La gestion actif-passif : objectifs et démarche 1- Définition du concept de la gestion actif-passif La gestion actif-passif est en charge de la gestion des risques de transformation (ou risques financiers), qui comprennent les risques de taux, de liquidité et de change. Au- delà de l’aspect technique de la gestion, la cellule de gestion actif-passif est la structure qui veille à la cohérence du développement du bilan de l’établissement. C’est elle qui réconcilie au sein de l’établissement la sphère opérationnelle et la sphère financière. Outre le fait de gérer globalement les risques financiers, le service de gestion actif- passif devra appréhender la contribution de chacune des activités à la position globale en termes de risque.
En savoir plus

29 En savoir plus

[PDF] Introduction à ALM : gestion des risques de taux dans la firme Bancaires | Formation informatique

[PDF] Introduction à ALM : gestion des risques de taux dans la firme Bancaires | Formation informatique

- le risque sur l’emprunteur, sur les crédits accordés à la clientèle ou sur les placements effectués sur les marchés financiers. Les opérations avec la clientèle de particuliers ou d’entreprises sont relatives à la sphère opérationnelle. Elles sont de responsabilité des entités opérationnelles puisqu’elles relèvent de la gestion des risques commerciaux. La gestion du risque de contrepartie sur la sphère financière peut être de la responsabilité de la gestion Actif Passif, ou dépendre d’une direction des engagements. - le risque sur le prêteur, sur les garanties potentielles de financement accordées par des contreparties bancaires pour assurer le financement de l’activité en cas de difficultés d’approvisionnement sur les marchés. Cependant, le risque de contrepartie est ici un risque de second ordre : il est subordonné à la matérialisation pour l’établissement de crédit d’un risque de liquidité. La probabilité que de tels risques se concrétisent est bien moindre que pour les risques commerciaux par exemple.
En savoir plus

46 En savoir plus

[PDF] Cours ALM avancé : Gestion du risque structurel | Formation informatique

[PDF] Cours ALM avancé : Gestion du risque structurel | Formation informatique

Cette politique n’est pas toujours réalisable pour les caisses de petite taille et de complexité moindre qui n’ont qu’un nombre limité de sociétaires, un bilan simple et des produits peu diversifiés (épargne et prêts personnels) ou qui n’ont pas assez de ressources financières pour promouvoir la diversification. Si c’est le cas, la politique de GAP devrait déclarer qu’une composition appropriée des dépôts et autres éléments de passif sera maintenue afin de refléter les attentes des sociétaires et de faire le lien (en fonction des termes et des taux) avec la composition des éléments d’actif détenus. La composition des éléments d’actif (prêts, placements) devrait être guidée par les objectifs du plan annuel, les contraintes prévues dans le permis de prêt et les restrictions réglementaires sur les placements.
En savoir plus

42 En savoir plus

[PDF] Formation d ALM avec exemples d'application | Cours informatique

[PDF] Formation d ALM avec exemples d'application | Cours informatique

Contrôler le risque de marché consiste à s’assurer que les variations de valeur d’un portefeuille d’instruments, pour une variation donnée des paramètres de marché, restent inférieures à un plafond. Cette limite fixée, il faut structurer les portefeuilles pour qu’elle soit respectée. La gestion Actif Passif gère essentiellement les risques de taux, de change et de liquidité, et ce, afin de ne gérer que des positions nettes consolidées. L’ALM ne gère le risque de marché que dans la mesure où ce dernier peut influencer les impasses de taux ou de liquidité du bilan, et elle permet d’immuniser le bilan contre les risques de marché, grâce à une politique de couverture et de financement adéquate.
En savoir plus

16 En savoir plus

[PDF] Apprendre ALM cours en pdf | Formation Informatique

[PDF] Apprendre ALM cours en pdf | Formation Informatique

Martellini [2006] considère le problème de sélection de portefeuille dans un cadre intertemporel, en présence de contraintes sur le passif. En utilisant la valeur des engagements comme un numéraire naturel ( natural numeraire), il trouve que la solution à ce problème induit un théorème de séparation en trois fonds. Cela constitue une justification à certaines pratiques appelées Liability-Driven-Investment (LDI), offertes par différentes banques d’investissement et des sociétés de gestion de portefeuille. La LDI se base sur l’investissement en deux types de fonds (en plus de l’actif sans risque) : le portefeuille de performance et le portefeuille de couverture du passif. Autrement, cette stratégie consiste à séparer le portefeuille en deux parties, dont l’une recourt à l’immunisation contingente et dont l’autre cherche le rendement absolu. Pour cette seconde partie le contrôle de risque passe impérativement par les méthodes de tests de stress capables d’évaluer les risques extrêmes. Waring [2004] fait la revue, tout en les mettant à jour, des différentes techniques de détermination des frontières efficientes de surplus ainsi que l’allocation d’actif du surplus
En savoir plus

295 En savoir plus

[PDF] Formation d’introduction à ALM : Gestion Actif Passif et Solvabilité

[PDF] Formation d’introduction à ALM : Gestion Actif Passif et Solvabilité

Pour utiliser ces techniques et mettre en place des indicateurs de pilotage de l’activité fondés sur la Fair Value (comme le potentiel de création de Fair Value et le Capital Économique), il nous semble qu’une première étape importante est la définition d’un cadre clair et d’outils simples pour produire un premier jeu d’indicateurs cohérents entre eux et captant de façon globale les principales sources de risque. Cette première étape permet de familiariser les différents intervenants aux concepts, aux aspects techniques importants et aux principaux leviers liés à l’activité. Elle permet surtout d’organiser un large échange autour des mécanismes de création de valeur et de gestion des risques pour permettre à l’organisation de mieux appréhender son processus de prise de décision et les impacts financiers possibles. Cette phase permet ainsi d’identifier ce que les indicateurs doivent véritablement capter, comment ils fonctionnent et la façon dont ils seront utilisés.
En savoir plus

28 En savoir plus

[PDF] Documentation ALM : introduction à la gestion Actif Passif et solvabilité | Cours informatique

[PDF] Documentation ALM : introduction à la gestion Actif Passif et solvabilité | Cours informatique

Introduction De plus en plus, la banque d’affaires ressemble à une « machine de risques ». Elle prend les risques, les transforme et les incorpore aux services et aux produits bancaires. Techniquement, la gestion des risques n’était pas réalisable avec l’ampleur et l’efficacité d’aujourd’hui. Les principes et les logiques n’en étaient pas universellement admis. La réglementation, en pleine transformation, ne permettait pas de savoir comment les risques seraient contrôlés par la tutelle, ni quels risques feraient l’objet des contraintes les plus strictes. Les instruments financiers, nécessaires pour moduler les risques du bilan, n’étaient pas suffisamment développés. Certains risques bancaires ne pouvaient être évalués efficacement faute d’un système d’information adapté. Aujourd’hui, tous ces obstacles sont levés ou vont l’être. Ce contexte réunit toutes les conditions pour qu’une nouvelle gestion des risques devienne une nécessite. Le développement de la gestion actif-passif s’est donc effectué parallèlement au développement des techniques de gestion des risques lorsque les banques se sont vues dans l’obligation de mettre en place de véritables outils de gestion de ces risques. En effet, de nouvelles contraintes leur ont été imposées par la pression concurrentielle et par la nouvelle réglementation prudentielle. La mise en place en 1974 du Comité de Bâle par les banques Centrales d’une dizaine de pays a permis aux banques et aux autorités de tutelle nationales de mettre au premier plan l’importance d’une gestion active des risques financiers.
En savoir plus

76 En savoir plus

[PDF] Tutoriel général sur le logiciel Ciel Gestion Commerciale | Cours informatique

[PDF] Tutoriel général sur le logiciel Ciel Gestion Commerciale | Cours informatique

a) Clic droit dans l’écran de travail. Un bouton permet de l’agrandir ou de la réduire si elle est sélectionnée. Décocher Afficher la barre de navigation. d) Cliquer sur le b[r]

25 En savoir plus

[PDF] Fortran tutoriel pdf gratuit | Formation informatique

[PDF] Fortran tutoriel pdf gratuit | Formation informatique

N.B.: Comme pour les fonctions, toutes les variables doivent ˆetre r´einitialis´ee dans les subroutines.. program factoriel2 integer n,i integer*4 fact call INIT(n)[r]

9 En savoir plus

[PDF] Tutoriel sur le logiciel CIEL Gestion Commerciale Evolution | Cours informatique

[PDF] Tutoriel sur le logiciel CIEL Gestion Commerciale Evolution | Cours informatique

Gestion des RIB Dans la Ciel Comptabilité, l’enchaînement logique passe par l’affectation de ces Rib aux comptes de trésorerie et enfin, le rapprochement qui portera sur la racine 51XXXX. En Sage 100 Comptabilité, le schéma logique passe par la création des comptes 512xxxx, la création des codes journaux de banque auxquels on rattachent les comptes 512xxx correspondants, puis par l’ajout des Banques (Menu Structure) avec saisie du Rib et association du code journal approprié.

128 En savoir plus

[PDF] Apprendre la gestion avec le  progiciel OpenERP | Formation informatique

[PDF] Apprendre la gestion avec le progiciel OpenERP | Formation informatique

OpenERP est une solution complète qui automatise et F IG . 1 – capture d’écran-OpenERP unifie tous les processus critiques de l’entreprise : la fi- nance, la gestion de caisse, les processus d’achat et vente, la gestion de production, la logistique et la relation client et fournisseur. De nombreux outils de reporting sont dis- ponibles. OpenERP fournit un accès rapide à l’informa- tion. Chaque employé accède aux informations néces- saires en un temps record : les informations sont traitées simplement et efficacement, avec par exemple l’intégra- tion directe avec OpenOffice.org (il est possible d’im- porter n’importe quel type de données par l’intermédiaire d’un fichier de type CSV, avec OpenOffice Calc ), les publipostages marketing sont faites avec l’intégration OpenOffice et les journaux de caisse sont exportés dans un tableur. OpenERP offre une automatisation de nombreuses tâches : envoi d’offres commerciales, synchronisation avec un site web e-commerce, gestion des campagnes marketing, envoi de lettres types. OpenERP tient compte des préférences et besoins de chaque utilisateur afin d’accélérer son travail, ou pour qu’il construise et automatise la solution selon ses besoins.
En savoir plus

17 En savoir plus

[PDF] Tutoriel VBA pour Excel en pdf | Formation informatique

[PDF] Tutoriel VBA pour Excel en pdf | Formation informatique

Celles-ci seront alors stockées dans un classeur .XLA (voir l'aide en ligne de VBA sur ce thème). On crée ses macros dans un nouveau classeur qui est ensuite enregistré au format XLA. En[r]

10 En savoir plus

Show all 10000 documents...