Haut PDF Les tumfactions sous mandibulaires A propos de 42 cas et revue de la littrature

Les tumfactions sous mandibulaires A propos de 42 cas et revue de la littrature

Les tumfactions sous mandibulaires A propos de 42 cas et revue de la littrature

nerf lingual à la glande. Ces éléments vasculo-nerveux sont sectionnés après ligature au ras de la glande, afin de ne pas léser le nerf lingual. Celui-ci, ainsi libéré, remonte sous le bord inférieur de la mandibule. La glande sous-mandibulaire ne tient plus que par le canal de Wharton et par son prolongement profond antérieur. On sectionne entre deux pinces le canal de Wharton, le plus près possible du plancher buccal, en visualisant correctement le nerf lingual qui doit être préservé. Le nerf grand hypoglosse est bien visible, accompagné des veines linguales, sous l’aponévrose profonde. La glande est adressée au laboratoire d’anatomopathologie systématiquement. On vérifie l’hémostase de la loge sous-maxillaire, en particulier les ligatures des vaisseaux faciaux. La fermeture de la voie d’abord se fait en deux plans après mise en place d’un drain de Redon-Jost ; elle comporte un plan sous cutané prenant le peaucier par des points inversants au fil résorbable et un plan cutané par des points séparés ou par un surjet intradermique. Un pansement légèrement compressif est appliqué. Le drainage aspiratif est retiré à la 48 e heure. L’antibiothérapie de principe, probabiliste, est discutable selon l’intensité
En savoir plus

186 En savoir plus

Syndromes myloprolifratifs : A propos de 53 cas et revue de la littrature

Syndromes myloprolifratifs : A propos de 53 cas et revue de la littrature

Cinquante trois cas de SMP, sont rapportés, repartis comme suit : 44 cas de LMC, 4 cas de PV, 3cas de TE et 2 cas de MP. La moyenne d’âge était respectivement de 42±15ans, 56±14ans, 50±5ans et de 43 ans ±5ans avec une prédominance masculine nette. L’incidence des SMP, est estimé à 5à 10 nouveaux cas par an, par millions d’habitants dans les pays occidentaux. Dans notre série, l’âge correspond à celui rapporté dans la littérature, sauf pour la MP qui est diagnostiquée à un âge plus précoce. Pour le sexe, nous avions noté une nette prédominance masculine pour tous les SMP. Pourtant dans la littérature, le sexe ratio est de 1 pour la PV, et MP ; par contre dans TE le sexe est équilibré après l’âge de 50 ans, avec une prédominance féminine avant l’âge de 30 ans.
En savoir plus

123 En savoir plus

Syndrome d'activation macrophagique (A propos de 6 cas et revue de littrature)

Syndrome d'activation macrophagique (A propos de 6 cas et revue de littrature)

c. Hémostase Les troubles d’hémostase viennent en second rang par leur fréquence [19]. D’après Karras et Hermine ces troubles sont retrouvés dans 50 à 70% des cas [2,20, 3]. Ils sont nettement dominés par l’apparition d’une hypofibrinogénémie globalement évaluée à 42,7% selon Larroche [3] et 34,9% des cas selon Karras. Soit isolée, soit associée à l’abaissement des taux de thrombine, de prothrombine et à l’allongement du temps de céphaline activée, témoignant d’une activation de la coagulation, voire d’une réelle CIVD, ce qui constitue un facteur de mauvais pronostic étant donné la survenue de complications hémorragiques pouvant être fatales [2]. Il a été décrit une LH se développant en cours d’évolution d’un purpura thrombotique thrombocytopénique, pour laquelle l’hypothèse de l’activation des neutrophiles et macrophages par les échanges plasmatiques a été évoquée [30].
En savoir plus

162 En savoir plus

Paragangliomes carotidiens  propos de 10 cas et revue de la littrature

Paragangliomes carotidiens propos de 10 cas et revue de la littrature

Diverses mutations, dans des familles à paragangliomes ou phéochromocytomes, ont été décrites, telles que les mutations non-sens, faux-sens et des délétions dans les gènes SDHD et SDHB. Une seule voire deux mutations ont été retrouvées dans le gène SDHB. La transmission des mutations semble différente selon le gène : pour le SDHB, le plus fréquemment concerné, elle est autosomique dominante, avec empreinte maternelle (40,41). En effet un sujet ayant reçu la mutation de son père pourra exprimer la pathologie. En revanche un sujet ayant reçu la mutation de sa mère ne présentera pas de paragangliomes, mais pourra être porteur de l’allèle muté et le transmettre à ses enfants. Ceci suppose une possibilité de sauts de génération, pouvant parfois simuler une pathologie sporadique (42) (Figure 20).
En savoir plus

172 En savoir plus

Embolie amniotique :  propos de cinq cas avec revue de la littrature

Embolie amniotique : propos de cinq cas avec revue de la littrature

La première description clinique a été rapportée en 1941 par deux anatomopathologistes Steiner et Luschbaugh [4,5] à partir d’investigations menées chez 42 patientes décédées en couches. Ils ont décrit chez huit d’entre elles du matériel d’origine fœtale en forte quantité dans la circulation maternelle. Toutes sont décédées après un choc cardiovasculaire profond, soudain et inattendu, au cours ou au décours immédiat d’un travail long. Les caractéristiques des patientes et des accouchements présentaient de nombreuses similitudes : multipares âgées, enfant macrosome, LA souvent méconial ou mort in utéro. Leurs travaux soulignaient déjà l’importance de l’œdème pulmonaire aigu contrastant avec l’absence de pathologies cardiaques associées.
En savoir plus

115 En savoir plus

Recherche danticoagulants circulants,  propos de 10 cas et revue de littrature

Recherche danticoagulants circulants, propos de 10 cas et revue de littrature

LA dépendant de la β2GPI En 2004, une méthode a été décrite pour discriminer les LA suivant que l’allongement des temps de coagulation était dû à un aPL de type anti-β2GPI ou d’un autre type [93]. En effet, lors de l’étape de neutralisation qui consiste à ajouter un excès de PL pour confirmer la dépendance aux PL du LA, les auteurs de cette étude ont remarqué que l’ajout de cardiolipine corrigeait l’allongement du TCA uniquement avec les LA de type anti β2GPI. Les anti β2GPI étant les aPLs les plus pathogènes, la même équipe a ensuite démontré que la présence d’un LA dépendant de la présence d’anti- β2GPI était associée à un risque thrombotique majeur avec un RR de 42,3 alors qu’un LA non dépendant de la β2GPI n’induisait pas de risque thrombotique [94]. Très récemment, une étude internationale multicentrique a confirmé que ce test était plus fortement corrélé au risque de thrombose qu’une simple recherche de LA [95].
En savoir plus

149 En savoir plus

La surdit brusque A propos de 36 cas et revue de la littrature

La surdit brusque A propos de 36 cas et revue de la littrature

- - - - 42 42 42 42 - - - - A faible intensité de stimulation, les vibrations de la membrane basilaire sont transmises aux cellules ciliées externes. Les vibrations des cils des cellules ciliées externes créent une excitation de ces cellules. Ce phénomène de transduction est dite transduction mécanoélectrique. Les signaux électriques produits (courant ou potentiel récepteur) peuvent alors contrôler la réponse mécanique résonnante des cellules ciliées externes : la transduction électro- mécanique, génératrice de force. Ainsi les cellules ciliées externes sont le siège d’une transduction « bidirectionnelle ». Cette boucle de rétrocontrôle actif résonnante est capable de modifier la mécanique cochléaire en amplifiant sélectivement les vibrations mécaniques à la fréquence caractéristique. Dans ce cas, les cellules ciliées internes restent des simples détecteurs passifs des vibrations da la cloison cochléaire qui transmettent l’information aux fibres afférente du nerf auditif. Ce système d’amplification localisée des vibrations a pour seul but de limiter l’excitation mécanique à un petit nombre des cellules ciliées internes.
En savoir plus

219 En savoir plus

Bilan de thrombophilie : Exprience du laboratoire dhmatologie  propos de 200 cas et revue de littrature

Bilan de thrombophilie : Exprience du laboratoire dhmatologie propos de 200 cas et revue de littrature

b. Thromboses artérielles Les thromboses artérielles ne représentent que 30% de l’ensemble des bilans de thrombophilie. Mais semblent plus fréquentes en cas de déficit en protéine S et surtout dans des circonstances majorant le risque artériel [60]. Dans notre série, nous avons réalisés 59 bilans de thrombophilie chez des sujets jeunes ayant présentés un accident vasculaire cérébral ischémique inexpliqué (29.5%), 20 patients avaient un déficit en PS (34%), 4 patients un déficit en PC (7%) contre 35 patients avec un bilan normal (59%). Ces résultats ont été comparés avec une étude similaire [125], faites sur 4697 patients de tous âges, admis pour un premier AVC, la recherche de thrombophilie élargie, réservée aux sujets avant 60 ans, n’a mis en évidence que quatre syndromes des antiphospholipides, un déficit en protéine S et une hyperhomocystéinémie. La relation entre thrombophilies fréquentes, héréditaires ou acquises, et AVCI reste mineure, malgré les études qui ont montré une augmentation légère de leur prévalence chez les patients jeunes présentant un AVC d’origine indéterminée [126-127].   Le nombre élevé de thrombophilie constaté dans notre étude par rapport aux données de la littérature pourrait être expliquée par le fait que le bilan de thrombophilie n’est, en général, demandé que dans les cas où aucune étiologie évidente d’AVCI n’a été retrouvée.
En savoir plus

131 En savoir plus

Les tumeurs volues du sein  propos de 35 cas. Etude rtrospective et revue de la littrature

Les tumeurs volues du sein propos de 35 cas. Etude rtrospective et revue de la littrature

intéressé que les femmes jeunes de moins de 40ans. En résumée, l’incidence du cancer du sein a augmenté au fil des années. Ceci pourrait être expliqué par l’influence des facteurs sociodémographiques, mais l’approche d’une incidence parait difficile à faire en raison de l’absence d’un registre de cancer national, car au Maroc, nous ne disposons pas encore de base de données nationale exhaustive, en dehors des données du registre de la région RABAT ZEMMOUR-ZAIR ayant démarré le premier octobre 1990, et le deuxième rapport 2006-2008. Le registre de population du grand CASABLANCA, ayant vu le jour en 2004 et dont le deuxième rapport 2005-2007 montrant sur sa dernière publication en 2012 que l’incidence n’a cessé d’augmenter durant les trois années pour atteindre 39,9 nouveaux cas par 100 000 femmes en 2007, et de cela il représente le tiers de l’ensemble des cancers de la femme. (Figure 26 et 27)
En savoir plus

218 En savoir plus

POEMS syndrome : tude de deux cas historiques et revue de la littrature

POEMS syndrome : tude de deux cas historiques et revue de la littrature

Le POEMS syndrome : étude de deux cas historiques et revue de la littérature - 46 - Abstract POEMS syndrome is a paraneoplastic syndrome due to an underlying plasma cell neoplasm. The major criteria for the syndrome are polyradiculoneuropathy, clonal plasma cell disorder (PCD), sclerotic bone lesions, elevated vascular endothelial growth factor, and the presence of Castlemaine disease. Minor features include organomegaly, endocrinopathy, characteristic skin changes, papilledema, extravascular volume overload, and thrombocytosis. The diagnosis of POEMS syndrome is made with three of the major criteria, two of which must include polyradiculoneuropathy and clonal plasma cell disorder, and at least one of the minor criteria. Diagnoses are often delayed because the syndrome is rare and can be mistaken for other neurologic disorders, most commonly chronic inflammatory demyelinating polyradiculoneuropathy. POEMS syndrome should be distinguished from the Castlemaine disease variant of POEMS syndrome, which has no clonal PCD and typically little to no peripheral neuropathy but has several of the minor diagnostic criteria for POEMS syndrome.
En savoir plus

75 En savoir plus

Les tumeurs malignes naso-sinusiennes,  propos de 32 cas et revues de la littrature

Les tumeurs malignes naso-sinusiennes, propos de 32 cas et revues de la littrature

ABSTRACT Under the designation of sino-nasal malignant tumors, are grouped a wide range of tumors, within varied histologies and locations, but often with similar clinical symptoms. The diagnosis of these tumors is difficult, requiring a multidisciplinary approach, including otolaryngological, radiological and anatomopathological. Our retrospective study concerns 32 cases of malignant sino-nasal tumors, collected at the Otorhinolaryngology (ENT) department of the military hospital Avicenne in Marrakech, between January 2004 and December 2014. Data analysis noticed that the epithelial tumors frequency (75% of cases) was higher than that the non- epithelial tumors (25% of cases), leading the way with ethmoid adeno-carcinoma (31.25%) and squamous cell carcinoma of the maxillary sinus (18.75 %). These tumors occurred mainly to the elderly, with an average age of 52 years, and a fair distribution between the sexes. The average consultation time was 12 months, with a symptomatology dominated by a nasosinusal syndrome, associated, in some cases, with ophthalmological (12,5%) or neurological signs (15,6%). All our patients benefited for a clinical examination, an endoscopic assessment, radiological evaluation of tumors and their extension, and an anatomopathological examination which enabled diagnostic confirmation. The treatment consisted of surgical excision of the tumor as soon as possible, which means in 81.3 % of cases (26 patients) generally completed by an adjuvant radio-chemotherapeutic treatment (77%). Patients with lymphoma (12.5%) were treated by radio-chemotherapy. The Follow-up at one year of our patients, allows to notice a good evolution for 08 patients (25%), a recurrence in 06 cases(18,8%), the death of 09 patients (28,1%) and the lack of information about other patients (28,1%).
En savoir plus

158 En savoir plus

Agénésie des incisives centrales mandibulaires : à propos d’un cas clinique, approche pluridisciplinaire

Agénésie des incisives centrales mandibulaires : à propos d’un cas clinique, approche pluridisciplinaire

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

80 En savoir plus

Lupus et grossesse ( A propos de 02 cas et revue de la littérature )

Lupus et grossesse ( A propos de 02 cas et revue de la littérature )

v Manifestations cutanées : Les manifestations cutanées surviennent en moyenne à 6 semaines de vie avec une éruption qui peut cependant être présente dès la naissance (25 % des cas) où ne survenir qu’à 5 mois de vie [91] . Une photosensibilité des lésions est retrouvée chez 94 % des 57 enfants avec atteinte cutanée du registre de Buyon [92] . L’apparition des lésions semble d’autant plus précoce que l’enfant est exposé au soleil et des lésions apparues dans les suites de photothérapie néonatale pour hyperbilirubinémie ont été décrites [91] . Les lésions consistent en des macules ou des papules érythémateuses arrondies, parfois recouvertes par de fines squames [92] , similaires aux lésions de lupus érythémateux cutané subaigu (pathologie au cours de laquelle la présence d’anticorps anti-SSA/Ro est particulièrement fréquente). Le visage (notamment la région périorbitaire) est très fréquemment touché mais l’éruption peut être située sur tout le corps y compris dans le cuir chevelu. Il n’y a pas d’atteinte muqueuse [91] .
En savoir plus

112 En savoir plus

Le Diabète Néonatal ( A propos d’un cas et revue de la littérature )

Le Diabète Néonatal ( A propos d’un cas et revue de la littérature )

L’activité du canal est déterminée par l’interaction entre les sous-unités et l’ATP ou l’ADP. Les ions Magnésium (Mg 2+ ) ont également un rôle clé. Ce mécanisme est très complexe. La liaison de l’ATP seul à Kir 6.2 inhibe l’activité du canal alors que la liaison de l’ATP complexé aux ions Mg 2+ à SUR1 contrebalance l’inhibition en augmentant l’ouverture du canal (52, 53). Des perturbations dans cette activité électrique sont prédictives d’un défaut de sécrétion d’insuline et entraine des niveaux sériques d’insuline inappropriés à la concentration de glucose.Une hyperexcitabilité persistante entraine une hypersécrétion d’insuline et un tableau d’hyperinsulinisme (54).
En savoir plus

135 En savoir plus

Bilan de thrombophilie : A propos de 95 demandes d'analyses et revue de la littrature

Bilan de thrombophilie : A propos de 95 demandes d'analyses et revue de la littrature

Toutefois, lorsque l’antécédent est idiopathique, le risque de récidive est élevé: dans deux études randomisées contrôlées évaluant l’intensité optimale d’un traitement anticoagulant pou[r]

114 En savoir plus

Les syndromes mylodysplasiques Exprience du laboratoire de lhpital militaire Avicenne Marrakech A propos de 30 cas et revue de la littrature

Les syndromes mylodysplasiques Exprience du laboratoire de lhpital militaire Avicenne Marrakech A propos de 30 cas et revue de la littrature

3.1-4 Blastes médullaires et sanguins : Le décompte des blastes est un élément majeur pour la classification des syndromes myélodysplasiques. Leur détection et leur identification requièrent des frottis de sang et de moelle de bonne qualité. Il est conseille d’effectuer le décompte sur 200 éléments sur les frottis de sang et sur 500 éléments sur le myélogramme [77]. En cas d’hyperplasie de la lignée érythroblastique (> 50 % des éléments nucléés), un décompte des éléments nucléés sans les érythroblastes est nécessaire. Ces pré-requis sont indispensables pour limiter les imprécisions statistiques de ce décompte [80]. Jusqu’a présent, le pourcentage de blastes médullaires était prédominant pour la classification des syndromes myélodysplasiques, mais dans la dernière proposition de l’OMS 2008, la présence et le pourcentage de blastes circulants peuvent également faire changer de catégorie indépendamment du pourcentage des blastes médullaires [77].
En savoir plus

176 En savoir plus

Les syndromes lymphoprolifratifs chroniques  B   lHpital Militaire  AVICENNE  de Marrakech  propos de 40 cas et revue de la littrature

Les syndromes lymphoprolifratifs chroniques B lHpital Militaire AVICENNE de Marrakech propos de 40 cas et revue de la littrature

Dans notre série, tous nos patients ont été traité par le protocole R-CHOP, ce qui s’accorde avec la littérature, puisque le R-CHOP est un protocole de référence et il est le plus communément utilisé. Le schéma thérapeutique général des rechutes ne s’est que peu modifié dans les dernières années. Il comprend un traitement de rattrapage (Immuno-polychimiothérapie de rattrapage est généralement a base de sels de Platine, Cytarabine haute dose, avec éventuellement de l’Etoposide, selon les protocoles : R-DHAP (Rituximab- Dexamethasone – Aracytine :Cytarabine haute dose–CisPlatine), R-DHAOx (Rituximab-Dexamethasone – Aracytine :Cytarabine haute dose–OxaliPlatine),ou R-ICE (Rituximab, Ifosfamide, Carboplatine, Etoposide), suivi chez les malades chimio-sensibles, d’une autogreffe de cellules souches hématopoïétiques pour les sujets dont l’âge physiologique leur permet de la tolérer. Cette stratégie a été le résultat de l’étude randomisée PARMA comparant chimiothérapie suivie ou non d’autogreffe.
En savoir plus

175 En savoir plus

Les gastroentérites aiguës à Rotavirus chez le nourrisson ( A propos de 42 cas )

Les gastroentérites aiguës à Rotavirus chez le nourrisson ( A propos de 42 cas )

1-Aspects cliniques :[29] Les infections digestives virales touchent essentiellement l'intestin grêle et se manifestent par un tableau d'entérite aiguë. L'atteinte isolée du colon est peu fréquente, par contre chez le nouveau né l'atteinte est souvent diffuse se traduisant par une entérocolite. Des lésions authentiques de l'estomac réalisant un tableau de gastrite aiguë virale sont rares, le terme de gastro- entérite, maintenant universellement employé, a été utilisé en raison de la fréquence et de l'intensité des vomissements, qui sont le plus souvent dus à un état de cétose.
En savoir plus

100 En savoir plus

Place de l’acupuncture dans le sevrage tabagique : Méthode point Chiapi, à propos de 42 cas

Place de l’acupuncture dans le sevrage tabagique : Méthode point Chiapi, à propos de 42 cas

lutte contre l’intoxication tabagique, 1975-1976). C’est la première étude à grande échelle mondiale sur le sevrage tabagique. Ainsi avec le seul point Chiapi, il obtenait un arrêt total de 7O % après une ou deux séances d’acupuncture réalisées à une semaine d’intervalle et à 3 mois 60 % des fumeurs ont cessé complètement de fumer [57]. Parmi ceux qui ont repris tout de suite, c’est–à-dire dans les quatre premiers jours, seulement 6,56 % du total des candidats au sevrage reconnaissaient le manque et 10,15 % ont repris dans le premier mois en invoquant la même raison. Soit dans le premier mois, un total de 16,71 % de personnes qui ont invoqué le manque comme motif de reprise. Au-delà, dans le deuxième mois, deux personnes ont encore parlé du manque pour justifier leur reprise (0,17 %), idem le troisième mois. Au-delà du premier mois, donc, et encore moins après deux ou trois mois, le manque n’est jamais invoqué ou presque lorsqu’il y a rechute. Les autres raisons qui ont amenés les fumeurs à reprendre au cours du premier mois suivant la séance, étaient : l’envie, l’habitude, la tentation, ou un stress soudain et inhabituel.
En savoir plus

115 En savoir plus

Fractures mandibulaires pdiatriques : Etude rtrospective  propos de 50 cas durant lanne 2016 - 2017

Fractures mandibulaires pdiatriques : Etude rtrospective propos de 50 cas durant lanne 2016 - 2017

Resultats : L’âge de nos patients variait de 02 à 16 ans avec une nette prédominance de la tranche d’âge entre 11 et 16 ans, l'étude de la répartition par sexe a retrouvé que la majorité des patients étaient de sexe masculin avec un sexe ratio de 1,7. Mai, Juin, Juillet et Aout, sont par ordre de fréquence les 4 mois où il y a eu le plus de fracture mandibulaires pédiatriques. Le délai de consultation varie entre 30 minutes après le traumatisme jusqu'à 4 jours avec une prédominance des consultations entre H1 et H6. L’étiologie dominante de notre série est représentée par les accidents de la voie publique avec 82% des cas, viennent ensuite les chutes et les accidents sportifs totalisant 34% des cas. La fracture mandibulaire était associée à une fractures de l’os malaire chez 7 patients (14%).
En savoir plus

174 En savoir plus

Show all 10000 documents...