Haut PDF Les tumeurs de la paroi thoracique exprience du service de la chirurgie thoracique CHU Mohamed VI Marrakech

Les tumeurs de la paroi thoracique exprience du service de la chirurgie thoracique CHU Mohamed VI Marrakech

Les tumeurs de la paroi thoracique exprience du service de la chirurgie thoracique CHU Mohamed VI Marrakech

L’exérèse large a été indiquée chez les deux patientes qui présentaient une tumeur sternale par métastase de carcinome thyroïdien. IV. BILAN PRE-THERAPEUTIQUE Quelle que soit la nature tumorale, il est indispensable, de distinguer trois circonstances de découverte. La tumeur de paroi peut être isolée, ou, au contraire, il s’agit d’une maladie connue (extension locale ou à distance) ou bien encore il peut s’agir d’une récidive de tumeur déjà traitée. La chirurgie étant considérée comme l’acte thérapeutique par excellence, un bilan préopératoire doit être effectué afin de connaître les situations à risque liées à la topographie de la tumeur, à son extension et à sa vascularisation. [43]
En savoir plus

129 En savoir plus

Les tumeurs rtropritonales primitives  propos de 08 cas au service de chirurgie Viscrale du CHU Mohamed VI de Marrakech

Les tumeurs rtropritonales primitives propos de 08 cas au service de chirurgie Viscrale du CHU Mohamed VI de Marrakech

Les tumeurs rétropéritonéales primitives à propos de 08 cas au service de chirurgie Viscérale du CHU Mohamed VI de Marrakech «Fléau du siècle» par excellence, le Cancer aligne les victimes et personne n’est à l’abri.Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), un homme sur cinq et une femme sur six dans le monde développeront un cancer au cours de leur vie. En 2019, quelques 9,6 millions de décès dus au cancer dans le monde ont été notifiés à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et, d’après les données recueillies par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), leur nombre devrait atteindre 13 millions en 2030. Malheureusement dans les pays à revenu faible ou intermédiaire comme le notre, il n’est guère aisé de trouver à la fois des moyens de diagnostic, un traitement chirurgical de qualité, un ensemble de médicaments essentiels et des installations de radiothérapie pour une prise en charge adéquate du cancer.
En savoir plus

189 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale des tumeurs crbrales, exprience de dix ans au service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech

Prise en charge chirurgicale des tumeurs crbrales, exprience de dix ans au service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech

Si de nombreuses études ont déjà démontré l’apport de la radiothérapie dans les tumeurs malignes, leurs résultats ne sont pas toujours concordants lorsqu’il s’agit d’évaluer l’intérêt d’une irradiation prophylactique encéphalique (cancer du poumon) ou craniospinale notamment dans le cadre des tumeurs pinéales et l’épendymome malin ou son influence sur l’évolution de tumeurs au pronostic imprévisible comme les gliomes de bas grade. Une place plus importante doit être faite aux études prospectives, voire randomisées lorsque cela est légitime et possible, afin de clarifier l’impact de la radiothérapie en termes de survie et de qualité de vie. Citons par exemple, la méta-analyse évaluant l’irradiation prophylactique cérébrale chez les patients présentant un cancer bronchique à petites cellules en rémission complète (130) ou l’étude conduite par l’EORTC pour les gliomes de bas grades.
En savoir plus

203 En savoir plus

Les Aspergillomes pulmonaires : Exprience du service de chirurgie thoracique du CHU Mohammed VI Marrakech

Les Aspergillomes pulmonaires : Exprience du service de chirurgie thoracique du CHU Mohammed VI Marrakech

Le recours à la chirurgie vidéo-assistée a été rapporté dans le travail récent d’Ichinose [121] pour des cas d’aspergillomes simples, permettant de réaliser un geste réglé avec des suites opératoires simples et un séjour hospitalier plus court. Les gestes de résection réalisés par la vidéochirurgie seraient moins hémorragiques et moins délabrant. Toutefois, cette technique n’est pas applicable à tous les cas d’aspergillome complexe où l’importance des adhérences pleurales pariétales et médiastinales rend cet abord risqué et dangereux. La greffe aspergillaire se fait le plus souvent sur des lésions préexistantes, cicatricielles, siège de phénomènes inflammatoires importants qui prédisent des difficultés opératoires du fait des adhérences serrées. Ces contraintes rendent parfois l’abord vidéo-thoracoscopique dangereux.
En savoir plus

144 En savoir plus

Les tumeurs mdiastinales du diagnostic au traitement : exprience du service de chirurgie thoracique du CHU MOHAMED 6

Les tumeurs mdiastinales du diagnostic au traitement : exprience du service de chirurgie thoracique du CHU MOHAMED 6

Les tumeurs médiastinales du diagnostic au traitement : expérience du service de chirurgie thoracique du CHU MOHAMED 6 du goitre est flou, alors que son pôle supérieur se noie dans les parties molles du cou. L’orifice supérieur du thorax est simplement élargi [59,69]. Elle permet également d’apprécier la déviation trachéale dans les deux plans frontal et sagittal. Cette déviation est un grand signe de présomption de la nature thyroïdienne de l’opacité médiastinale. Une scoliose trachéale peut être le témoin d'un goitre plongeant bilatéral à développement inégal [59,69]. Les clichés peuvent également révéler une sténose trachéale laissant préjuger de difficultés d'intubation [59].
En savoir plus

154 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale des tumeurs crbrales, exprience de dix ans au service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech

Prise en charge chirurgicale des tumeurs crbrales, exprience de dix ans au service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech

3-1 Les principales altérations génétiques : a. Les pertes des chromosomes 1p/19q : Les oligodendrogliomes se distinguent des tumeurs astrocytaires par la rareté des mutations du gène TP53 [14, 157,158] et surtout la présence de délétions récurrentes du chromosome 1p et 19q [159]. Ces deux dernières altérations sont quasiment toujours associées, suggérant qu’elles sont intimement liées d’un point de vue fonctionnel. La fréquence de ces altérations varie entre 50 et 80 % selon les études utilisant les techniques classiques de perte d’hétérozygotie (LOH) ou de FISH (fluorescence in situ hybridization) [160, 161, 14, 157, 162,159]. La perte du chromosome 1p et, a fortiori, les pertes combinées des chromosomes 1p/19q sont très caractéristiques des oligodendrogliomes et ne sont présentes que dans moins de 10 % des tumeurs astrocytaires [163,164]. Elles sont observées aussi bien dans les oligodendrogliomes de bas grade (grade II) que dans les oligodendrogliomes anaplasiques (grade III), indiquant que ces événements surviennent précocement dans le développement de ces tumeurs. Le (ou les) gène(s) suppresseur(s) de tumeur(s) cible(s) porté(s) par les chromosomes 1p et 19q joue(nt) probablement un rôle primordial dans la tumorigénèse des oligodendrogliomes, mais reste(nt) encore à identifier. Les cartographies de délétions 1p et 19q, établies grâce aux analyses de LOH (loss of heterozygosity) ont permis de préciser les régions d’intérêt respectivement en 1p34-1p36 [165, 166,167] et 19q13.3 [168,164]. L’analyse des gènes candidats des régions d’intérêt s’est avérée, jusqu’à présent, infructueuse [169,166, 164,170]. En revanche, les délétions isolées du chromosome 19q (sans perte du 1p associée) sont peu spécifiques, étant retrouvées dans près de 40 % des tumeurs astrocytaires [171]. Il est possible que le chromosome 19q comporte deux gènes distincts, respectivement spécifiques aux oligodendrogliomes et aux astrocytomes.
En savoir plus

152 En savoir plus

Intrt de la chirurgie prcoce dans la hernie discale lombaire: exprience du service de Neurochirurgie CHU Mohamed VI Marrakech

Intrt de la chirurgie prcoce dans la hernie discale lombaire: exprience du service de Neurochirurgie CHU Mohamed VI Marrakech

Le résultat de ce traitement médical initial est jugé bon en fin d’hospitalisation. Chez nos malades 7 cas ont présenté une infection de la paroi qui s’est améliorée sous traitement médical. 3 . Evolution et retentissement socioprofessionnel 2mois après opération : Dans notre série, pour évaluer l’intérêt de la chirurgie précoce on a opté à diviser nos malades en 2 groupes. Le groupe des patients opérés avant 6 mois et celui des patients opérés après 6 mois depuis début de sciatalgies.

104 En savoir plus

Analyse des dficits neurologiques aprs chirurgie veille des tumeurs crbrales. Exprience du service de neurochirurgie du CHU MED VI de Marrakech et revue de littrature

Analyse des dficits neurologiques aprs chirurgie veille des tumeurs crbrales. Exprience du service de neurochirurgie du CHU MED VI de Marrakech et revue de littrature

- 64 - et du langage ainsi que ceux visuels, avec des résultats similaires à ceux de la stimulation électrique sous-corticale. En préopératoire cette technique permet au chirurgien d’évaluer le rapport de la tumeur avec les structures de la substance blanche ce qui influence le déroulement du geste particulièrement l’étendu de l’exérèse, comme le montre la série de Romanos [66] ayant évalué l’impact de la tractographies sur la conduite chirurgicale chez 28 patients porteurs de tumeurs cérébrales. Chez ces patients une conduite chirurgicale était établie avant de réaliser la tractographie , puis réévaluée après ça réalisation .Chez 20% des patients, la conduite chirurgicale initiale a été modifiée, et les limites de l’exérèse ont été redéfinies dans 64 % des cas.
En savoir plus

121 En savoir plus

Chirurgie plastique de la paroi abdominale : Exprience du service de chirurgie plastique et rparatrice. CHU MED VI Marrakech. A-propos de 40 cas

Chirurgie plastique de la paroi abdominale : Exprience du service de chirurgie plastique et rparatrice. CHU MED VI Marrakech. A-propos de 40 cas

I. Généralités : 1. Historique et évolution des idées : Bien que les premières procédures de liposuccion sur l’homme furent effectuées à la fin des années 70 [6], les premières abdominoplasties ont été réalisées en Europe et aux Etats-Unis au début du 20ème siècle, lorsque Demars et Marx [1] ont entrepris une résection étendue de graisse dans la paroi abdominale, y compris la région ombilicale, en 1890. Aux États-Unis en 1899, Kelly [2] a utilisé le terme de ''lipectomie abdominale'' pour décrire la résection transversale d'un grand tablier abdominal pendant. Gaudet et Morestin [3] ont publié un article 15 ans plus tard sur la fermeture transversale des grandes hernies ombilicales avec résection de l'excès de peau et de la graisse et, pour la première fois, conservation de l'ombilic. En Allemagne, en 1909, Weinhold [7] a rapporté son expérience de combinaison de résection verticale et transversale en forme de trèfle. En 1911, Morestin [8] a rapporté sa série de cinq patients ayant subi une dermolipectomie massive utilisant des incisions transversales. Dans les années 1960, l'attention s'est portée à l'utilisation de l'abdominoplastie pour le remodelage du corps. Deux chirurgiens, Callia [4] et Pitanguy [5], ont alors mis au point des procédures dans lesquelles de larges décollements amélioraient l’efficacité de la technique. Selon une approche différente, Illouz [6] devint le premier à utiliser la lipoaspiration pour modifier la silhouette abdominale, ce qui fût un grand pas en avant. En 1987, Cordoso de Castro rapporte son expérience sur 20 patients de la combinaison entre lipoaspiration et dermolipectomie permettant de limiter la longueur de la cicatrice [9]. C’est en 1992 que Le Louarn et Pascal présentent leurs expériences de la technique de la Haute tension supérieure associant lipoaspiration profonde de la zone réséquée et des flancs à la mise en place de 2 points para- ombilicaux de capiton en tension maximale afin de reporter la tension cutanée au niveau ombilical plutôt que sur la cicatrice [10].
En savoir plus

219 En savoir plus

Les colectomies droites sous coelioscopie Exprience du service de chirurgie gnrale au CHU Mohamed VI de Marrakech

Les colectomies droites sous coelioscopie Exprience du service de chirurgie gnrale au CHU Mohamed VI de Marrakech

Le cancer appendiculaire correspond soit à un adénocarcinome classique, soit le plus souvent à une tumeur carcinoïde [82]. Le cancer du caecum est rarement sténosant et souvent surinfecté. Il peut se manifester par des douleurs de la FID, des hémorragies distillantes avec pâleur ou syndrome anémique, une masse de la FID ou une fièvre persistante inexpliquée. Le cancer du caecum peut rester intraluminal sans traduction clinique pendant une période de temps assez longue. Il peut s’étendre vers la paroi abdominale antérieure et latérale envahissant par contiguïté le péritoine pariétal antérieur et latéral [84].
En savoir plus

142 En savoir plus

Tumeurs malignes de lintestin grle : Exprience du service de chirurgie viscrale CHU Med VI Marrakech

Tumeurs malignes de lintestin grle : Exprience du service de chirurgie viscrale CHU Med VI Marrakech

Décrit pour la première fois en Europe en 1992, l’enteroscanner a été propose initialement pour l’exploration des pathologies inflammatoires de l’intestin puis en 1996 dans l’occlusion de bas grade. En 2000, cette technique a montre son intérêt majeur dans la détection des tumeurs de l’intestin grêle. [89] L'intérêt du scanner classique dans le diagnostic des tumeurs primitives de l'intestin grêle a été évalué par Dudiak [90]. L'enteroscanner peut apprécier la situation endoluminale, mixte ou exoluminale des lésions. Il permet non seulement le diagnostic de la tumeur primitive, avec dans certains cas un aspect très caractéristique permettant de suggérer le type tumoral exact (tumeurs bénignes, Leiomyosarcomes, tumeurs carcinoïdes), mais également le staging préopératoire avec bilan d'extension ganglionnaire et métastatique et le suivi post thérapeutique [43]. ™ Technique : [48] Le patient doit être a jeun depuis 8 heures en particulier pour les solides. En effet l’eau doit être autorisée afin de réduire le phénomène de réabsorption de l’eau par le grêle lors de l’infusion intestinale. Aucun régime particulier n’est nécessaire avant le jeune. Une prémédication peut être pratiquée Avant l’acquisition scannographique, un agent antispasmodique peut être administre par voie IV afin de réduire les artefacts cinétiques lies au péristaltisme et les faux positifs a type de spasmes ou d’invaginations fonctionnelles.
En savoir plus

130 En savoir plus

Prise en charge endoscopique de la pathologie neurochirurgicale : Exprience du Service de Neurochirurgie du CHU Mohamed VI De Marrakech

Prise en charge endoscopique de la pathologie neurochirurgicale : Exprience du Service de Neurochirurgie du CHU Mohamed VI De Marrakech

d’acier de 11mm avec un mandrin mousse. Après introduction de l’optique de 30°, on découvre dans la direction caudale, au-delà du poumon affaissé, la coupole diaphragmatique. On introduit par l’espace intercostal sous contrôle optique une canule, à deux travers de doigts dans le sens ventral de la vertèbre fracturée dessinée (le plus souvent D12/ L1) pour garantir la position intra- thoracique correcte du trocart suivant. On ouvre à cet endroit un accès par trocart à 11mm de diamètre. Pour que la visibilité ne soit pas gênée pour la radioscopie intra-opératoire, on utilise un trocart à chemise plastique.On place dans l’espace intercostal sus-jacent un autre trocart plastique de 11 mm, à la même distance de la colonne vertébrale. Puis, dans l’espace intercostal sous-jacent, un peu plus loin dans le sens ventral de la colonne vertébrale, le quatrième accès par trocart de 11mm. Il se trouve au point le plus profond du récessus phréno-costal. On repousse, pendant que l’on fait pénétrer ce trocart, la coupole diaphragmatique dans la direction caudale avec un porte-tampon de préparation pour élargir l’interstice costo-diaphragmatique.
En savoir plus

241 En savoir plus

Apport de l'imagerie dans les cancers de la vsicule biliaire exprience du service de radiologie CHU Mohamed VI Marrakech

Apport de l'imagerie dans les cancers de la vsicule biliaire exprience du service de radiologie CHU Mohamed VI Marrakech

l’aire de la vésicule biliaire (Figure 46, Figure 47, Figure 48). Le SUV moyen des lésions malignes était de 4,1 par rapport à une moyenne de 1,8 pour les lésions bénignes. AI OE, JOJI KAWABE, KENJI TORII, et al, [118] ont étudié la distinction entre un épaississement bénin et malin de la paroi de la vésicule biliaire au moyen de FDG-TEP. Dans leur étude rétrospective sur 12 patients : Quatre avaient une fixation positive (PET positive), parmi ces quatre, 3 avaient un CVB et 1 avait une cholécystite chronique. Huit patients n’avaient pas de fixation du FDG (PET négative) ; parmi ces huit, deux ont subi une intervention chirurgicale et ont été confirmé avoir une cholécystite chronique et les 6 autres ont été diagnostiqué avec cholécystite chronique sur la base des résultats d’autres examens complémentaires et du FDG- PET, et ont été suivi sans traitement. Concluant à la fin que le FDG-PET peut être utile à prédire la malignité d’une lésion de la vésicule biliaire lorsque les autres moyens d’imagerie sont non concluants.
En savoir plus

218 En savoir plus

Prise en charge des ingestions caustiques svres exprience de service de chirurgie gnrale au CHU Mohammed VI -Marrakech-

Prise en charge des ingestions caustiques svres exprience de service de chirurgie gnrale au CHU Mohammed VI -Marrakech-

Ses contre-indications sont locales : sténose serrée de l’œsophage, antécédents de gastrectomie, ou générales : ascite, troubles de la coagulation. Ses complications majeures sont la péritonite, la pneumopathie d’inhalation, la fasciite nécrosante, la nécrose pariétale, l’hémorragie, la déchirure œsophagienne, la perforation gastrique, l’hémorragie intra-abdominale, la fistule colo-cutanée. Alors que ses complications mineures comprennent l’infection péristomiale, l’obstruction, le déplacement ou l’expulsion de la sonde, l’incarcération de la collerette interne dans la paroi, la fuite péristomiale, la migration du dispositif interne, des troubles réversibles de la vidange gastrique, des douleurs abdominales à type d’infection péri-orificielle de la paroi, pneumopéritoine, reflux gastro-œsophagien [60].
En savoir plus

107 En savoir plus

Les Gangrnes de Fournier d'origine anale Une exprience du CHU Mohamed VI de Marrakech

Les Gangrnes de Fournier d'origine anale Une exprience du CHU Mohamed VI de Marrakech

Une deuxième phase ou phase d’état, variant de 2 à 14 jours selon les séries où les signes généraux peuvent être dramatiques allant jusqu’à la défaillance multiviscérale et localement un état dit prégangréneux où les signes sont plus importants avec des crépitations, peau couverte de phlyctènes et de marbrures dont l’évolution est limitée en profondeur respectant les testicules et les corps érectiles qui sont mis à nu. Par ailleurs, il faut distinguer les formes limitées au périnée (46 à 87%), des formes extensives (13 à 54%) avec atteinte de la paroi abdominale, la paroi thoracique et les cuisses [151, 152]. Ces dernières formes constituaient 44.45% (20 malades) versus 54% dans la série étudiée par Borki et Al. [14].
En savoir plus

133 En savoir plus

Epidmiologie de la Giardiose au CHU Mohamed VI de Marrakech : Exprience du service de parasitologie de lhpital militaire Avicenne

Epidmiologie de la Giardiose au CHU Mohamed VI de Marrakech : Exprience du service de parasitologie de lhpital militaire Avicenne

Le cycle de Giardia comporte deux stades : le trophozoïte et le kyste. L’infection d’un nouvel hôte débute par l’ingestion de kystes viables, suivie de leur dékystement sous l’effet du pH gastrique puis d’une remontée du pH en présence de protéases (trypsine ou chymotrypsine). Ceci correspond à des réponses coordonnées au niveau structural et moléculaire [75, 76]. Ainsi, des variations au niveau de la nature et de la quantité des transcrits sont mises en évidence durant les deux étapes correspondant aux conditions gastriques et intestinales. Au niveau biochimique, de nombreuses enzymes sont mises en jeu lors du dékystement, en particulier les phosphatases acides, la calmoduline ou la protéine kinase A [77 ,78]. La paroi du kyste est lysée, libérant un excyzoïte (élément comportant quatre noyaux tétraploïdes (4×4N) dans le duodénum [79]. Les aspects ultra- structuraux de ce phénomène ont été décrits par Buchel et al. [80, 81]. L’excyzoïte subit alors deux divisions binaires séparées par une division nucléaire ce qui aboutit à quatre trophozoïtes haploïdes (2×2N chacun) [76].
En savoir plus

133 En savoir plus

La lipostructure, exprience du service de chirurgie plastique du CHU Mohammed VI de Marrakech ( propos de 42 cas)

La lipostructure, exprience du service de chirurgie plastique du CHU Mohammed VI de Marrakech ( propos de 42 cas)

Dans le but cette fois de modifier l’apparence pour tromper l’ennemi, des transferts de tissu adipeux ont été réalisés chez des espions alliés durant la deuxième guerre mondiale. La technique ne s’est pas limitée à la reconstruction faciale : après Czerny, d’autres chirurgiens se sont appliqués à la reconstruction mammaire, et parmi eux, Lexer (1931), May (1941), Bames (1953) et Schrocher (1957). Les indications se sont élargies et la greffe de tissu adipeux a progressivement intéressé d’autres parties du corps. Laubier en 1910 a utilisé la graisse pour comblement après éxentération oculaire et pour correction des pertes de substances palpébrales. En chirurgie générale, la graisse a été utilisée en 1917 par Koll pour réparation des pertes de substances périnéovaginales ou pour comblement des loges d’orchidectomies. En chirurgie thoracique, Lambert en 1913, puis Neuhof en 1937 ont utilisé la graisse pour combler des pertes de substances de la paroi thoracique et des cavités bronchopulmonaires. En neurochirurgie, Green en 1947, a utilisé la graisse pour le comblement des pertes de substances de la voûte crânienne. En chirurgie maxillofaciale, Grandin en 1954, a comblé une cavité d’énucléation de kyste mandibulaire et Egyedi en 1977 a utilisé la boule de Bichat pour obturer des communications buccosinusiennes.
En savoir plus

142 En savoir plus

Les mtastases hpatiques des Cancers Colorectaux: exprience du CHU Mohamed VI de Marrakech

Les mtastases hpatiques des Cancers Colorectaux: exprience du CHU Mohamed VI de Marrakech

L’objectif de ce travail est de rapporter l’expérience de service de chirurgie viscérale CHU Mohammed VI de Marrakech (hôpital Ibn Tofail) en matière de prise en charge Des MHCCR et de la mettre en perspective par rapport aux données récentes de La littérature. Nous avons étudié rétrospectivement les observations de 42 patients ayant présenté des métastases hépatiques secondaires à un cancer colique et/ou rectal aux Services de chirurgie viscérale au CHU Mohammed VI de Marrakech (hôpital Ibn Tofail) durant une Période de 6 ans, s’étalant du 1 er Janvier 2010 au 31 décembre 2015. Les données démographique, cliniques, para cliniques, thérapeutiques et évolutives ont Été Recueillies puis analysées.
En savoir plus

166 En savoir plus

Les Rsultats fonctionnels de larthrolyse du genou Exprience du service traumatologie orthopdie B CHU Mohamed VI Marrakech

Les Rsultats fonctionnels de larthrolyse du genou Exprience du service traumatologie orthopdie B CHU Mohamed VI Marrakech

La première règle est de récupérer en per-opératoire la totalité ou le maximum des amplitudes de mouvement. Ce qui n’a pas été récupéré en cours d’intervention ne le sera pas par la rééducation. La deuxième règle est d’obtenir cette amplitude tout en conservant une stabilité complète, autorisant une rééducation précoce sans immobilisation. Celle-ci repose sur l’intégrité des haubans ligamentaires et musculaires. L’étendue du geste sera fonction du degré d’enraidissement. La chirurgie sera la moins traumatisante possible pour diminuer les douleurs postopératoires et les ossifications sources de raideur secondaire.
En savoir plus

119 En savoir plus

La coxite laminaire chez lenfant : Exprience du service de traumatologie orthopdie pdiatrique du CHU Mohamed VI de Marrakech

La coxite laminaire chez lenfant : Exprience du service de traumatologie orthopdie pdiatrique du CHU Mohamed VI de Marrakech

-91- moyenne, les résultats se dégradent 20 ans après l’intervention, sous forme de lombalgies et de gonalgies homolatérales nécessitants une arthroplastie de la hanche. Pour Laubscher [80], aucun patient n’a pas répondu à une prise en charge non chirurgical. Et 4/5 des patients ont déclarés la disparition de la douleur après la chirurgie la même chose pour les déformations de la hanche (4/5). Pour l’évolution radiologique ils avaient une amélioration sauf pour un cas une détérioration avec des érosions sous chondrales visibles, mais après avoir réalisé l’IRM elle montrait des lésions plus graves du cartilage articulaire. De ces résultats, ils ont conclues que malgré un certain soulagement de la douleur offert par la capsulectomie subtotale et de la difformité, ce choix thérapeutique ne modifie pas la progression de la maladie.
En savoir plus

149 En savoir plus

Show all 5870 documents...

Sujets connexes