Haut PDF Les tumeurs stromales du tube digestif ( A propos de 7 cas )

Les tumeurs stromales du tube digestif ( A propos de 7 cas )

Les tumeurs stromales du tube digestif ( A propos de 7 cas )

b-2- Chimioembolisation intra-artérielle hépatique : L’efficacité de la Chimioembolisation intra-artérielle hépatique est mal évaluée dans les métastases hépatiques de tumeurs stromales. Elle a été étudiée dans deux essais de phase II ayant inclus de faibles effectifs de malades atteints de métastases hépatiques isolées et non résécable. La première, réalisée chez 14 malades atteints de sarcome digestif, associait des particules d’éponges de polyvinyle mélangées à du cisplatine, suivies de vinblastine. Le taux de réponse objective était de 70% (après en moyenne 2 séances) et la médiane de survie de 18 mois (43). La seconde plus récente utilisant l’association cisplatine, doxorubicine et mitomycine C ne confirme pas ces résultats en terme de réponse tumorale chez 16 malades dont 11 avaient une tumeur stromale. Le taux de réponse objective était de 13%, et la médiane de survie de 20 mois (130).
En savoir plus

173 En savoir plus

Mesures de protection du tube digestif au cours de thermodestructions de tumeurs hépatiques malignes primitives et secondaires : étude rétrospective de 53 procédures consécutives

Mesures de protection du tube digestif au cours de thermodestructions de tumeurs hépatiques malignes primitives et secondaires : étude rétrospective de 53 procédures consécutives

Livraghi et al. (56), ont montré, dans leur étude portant sur 3,554 tumeurs hépatiques, que la principale complication majeure était la complication digestive, et qu’elle survenait chez 0,7 % des cas, pouvant provoquer le décès chez les patients les plus fragiles. Dans son étude, six décès sont survenus (0,3%), principalement en rapport avec une complication digestive (56). Ces complications sont liées à la ponction directe du tube digestif au contact du foie par l’aiguille de radiofréquence ou de micro-ondes ou à une thermodestruction dont la marge se situe à moins de 10 mm du tube digestif (68,69). Un deuxième facteur de risque de perforation est l’existence d’un antécédent de chirurgie digestive ou de cholécystite chronique, provoquant des adhérences fibreuses hépatico-digestives (56).
En savoir plus

121 En savoir plus

Les tumeurs stromales digestives : Exprience du service de chirurgie viscrale entre 2006 et 2018

Les tumeurs stromales digestives : Exprience du service de chirurgie viscrale entre 2006 et 2018

Résumé Les tumeurs stromales gastro-intestinales sont des tumeurs prenant naissance à partir des cellules spécialisées de Cajal situées au niveau du tissu conjonctif du tube digestif. L’objectif de ce travail était d’analyser les caractéristiques épidémiologiques, cliniques, morphologique, anatomo-pathologiques, thérapeutiques et évolutifs des GIST au niveau du service de chirurgie viscérale CHU Med VI de Marrakech, et ce à travers une étude rétrospective étalée sur 13 ans allant de Janvier 2006 à Décembre 2018. Nous avons recensé un total de 64 cas de GISTs pris en charge au service. L’âge moyen au moment du diagnostic était de 53.2 ans, avec une sex-ratio homme/femme de 1.46.
En savoir plus

238 En savoir plus

Les sarcomes à cellules claires du tube digestif : du microscope à la biologie moléculaire

Les sarcomes à cellules claires du tube digestif : du microscope à la biologie moléculaire

II.2.2.2.1 Sarcome à cellules claires des gaines et des tendons Le sarcome à cellules claires des gaines et des tendons (ou sarcome à cellules claires des tissus mous : SCC TM) est une tumeur rare, qui représente < 1% des sarcomes. Cette tumeur se développe dans la majorité des cas au niveau des extrémités distales, proche des tendons, des fascias ou des aponévroses, et fréquemment en regard d’une articulation. Ces sarcomes apparaissent le plus souvent chez des adolescents ou des adultes jeunes. Ce sont des tumeurs plutôt agressives avec un taux de mortalité estimé entre 37% à 59% ainsi qu’une forte probabilité de récidive locale, d’infiltrations ganglionnaires et de métastases à distance dans les 10 ans suivant le diagnostic d’après l’OMS (77). Devant les similitudes cliniques, morphologiques et immunohistochimiques avec le mélanome (la fréquence des métastases ganglionnaires, la présence de mélanosomes en microscopie électronique, la positivité constante des marqueurs immunohistochimiques mélaniques), Enzinger et al avaient proposé en 1965 d’appeler cette entité le « mélanome malin des tissus mous » (2). Cependant, malgré ces ressemblances, le SCC TM est une entité moléculaire bien différente du mélanome, caractérisée par un réarrangement du gène EWSR1 tandis que le mélanome présente classiquement une mutation du gène BRAF (mutation V600 dans 40 à 50% de cas et une autre mutation que V600 dans < 5% des cas) ou du gène NRAS (dans 15 à 20% des cas), NF1 (dans 10 à 20% des cas) et plus rarement du gène KIT (dans 1 à 2% de cas) (78).
En savoir plus

87 En savoir plus

Diagnostic et prise en charge des tumeurs stromales gastro-intestinales

Diagnostic et prise en charge des tumeurs stromales gastro-intestinales

différenciation musculaire lisse ; et le nom de « tumeur stromale » est alors cité pour la première fois [12]. Au début des années 80, l’introduction de l’immunohistochimie a mis en évidence le manque de caractéristiques immunophénotypiques de la différentiation musculaire lisse. Ceci a conduit à une classification plus générique. Ainsi, en 1983, Mazur et Clark [13,14] utilisèrent le concept de « tumeurs stromales » pour désigner les « tumeurs conjonctives indifférenciées » qui ne sont ni des léiomyomes typiques ni des schwannomes typiques, ayant pour origine une cellule mésenchymateuse immature, mais n’exprimant aucun marqueur de lignée musculaire lisse ou nerveuse, c'est-à-dire n’exprimant que le CD34. L’expression « tumeur stromale » s’étendit peu à peu jusqu’à désigner toute tumeur conjonctive du tube digestif exprimant le CD34. En 1984, Herrera et al. [15] décrivent sous l’appellation de pléxomes ou pléxosarcomes, une variété de tumeurs stromales d’évolution bénigne ou maligne, présumée issue des nerfs du système nerveux autonome du tube digestif.
En savoir plus

228 En savoir plus

Tumeurs stromales gastro-intestinales

Tumeurs stromales gastro-intestinales

Au début des années 80, l’introduction de l’immunohistochimie a mis en évidence le manque de caractéristiques immunophénotypiques de la différentiation musculaire lisse. Ceci a conduit à une classification plus générique. Ainsi,en 1983, Mazur et Clark (1,2,3) utilisèrent le concept de « tumeurs stromales » pour désigner les « tumeurs conjonctives indifférenciées » qui ne sont ni des léiomyomes typiques ni des schwannomes typiques,ayant pour origine une cellule mésenchymateuse immature ,mais n’exprimant aucun marqueur de lignée musculaire lisse ou nerveuse, c'est-à-dire n’exprimant que le CD34. L’expression « tumeur stromale »s’étendit peu à peu jusqu’à désigner toute tumeur conjonctive du tube digestif exprimant le CD34. En 1984, Herrera et al (4) décrivent sous l’appellation de pléxomes ou pléxosarcomes, une variété de tumeurs stromales d’évolution bénigne ou maligne, présumée issue des nerfs du système nerveux autonome du tube digestif.
En savoir plus

119 En savoir plus

Les tumeurs stromales gastro-intestinales (GIST) - À l’avant-garde des thérapies ciblées antitumorales

Les tumeurs stromales gastro-intestinales (GIST) - À l’avant-garde des thérapies ciblées antitumorales

(Figure 3) [6] . Le diagnostic nécessite également de réaliser une étude immunohistochimique avec des anticorps spécifiques des protéines KIT et DOG-1 3 (discovered on GIST-1) (Figure 3) . La positivité des cellules tumorales pour chacun de ces deux marqueurs est d’environ 95 % [7] . Les GIST correspondent à une prolifération de cellules interstitielles de Cajal (ou de leur progéniteurs). Il s’agit de cellules fusiformes ou étoi- lées, peu abondantes, réparties au sein de la musculeuse du tractus digestif. Elles sont douées d’une activité électrique pulsatile sponta- née (pacemaker) qui active le péristaltisme du tube digestif. Des GIST spontanées ont été décrites chez plusieurs autres mammifères (chien, chat, furet) [8] et il existe également des modèles de souris généti- quement modifiées qui développent ce type de tumeurs.
En savoir plus

7 En savoir plus

Tumeurs stromales gastro-intestinales : à propos de 14 cas

Tumeurs stromales gastro-intestinales : à propos de 14 cas

- 20 - Les tumeurs stromales digestives (gastrointestinal stromal tumors ou GIST pour les Anglo-saxons) sont les tumeurs mésenchymateuses les plus fréquentes du tube digestif. Elles représentent 1% de l’ensemble des tumeurs gastrointestinales. Elles se développent à partir des cellules interstitielles de Cajal « cellules mésenchymateuses pacemaker» présentes à l’état normal entre les couches circulaire interne et longitudinale externe de la musculeuse digestive. Ces cellules interviennent dans la régulation de la motilité digestive. Leur histogenèse, leur classification, leurs critères diagnostiques ainsi que leur potentiel évolutif ont fait l'objet de multiples controverses.
En savoir plus

95 En savoir plus

Effet des habitudes alimentaires sur les cancers du tube digestif au niveau de la wilaya de Batna Et

Effet des habitudes alimentaires sur les cancers du tube digestif au niveau de la wilaya de Batna Et

hypocholesterolemiques et anti-oxydantes, de même qu’un très fort potentiel anticancéreux (Birt et al, 1999). L’effet anticancéreux de la curcumine chez les animaux de laboratoire est bien établi par l’observation que l’administration de cette molécule à des souris prévient l’apparition de tumeurs induites par divers carcinogènes. Ces études ont démontré que la curcumine serait utile dans la prévention et le traitement de plusieurs types de cancers, dont celui de l’estomac, de l’intestin, du colon, de la peau et du foie, et ce, tant au niveau de l’initiation qu’a celui de la promotion du cancer. Ces résultats sont en accord avec ceux obtenus à l’aide de cellules cancéreuses cultivées en laboratoire où la curcumine bloque la croissance d’un nombre impressionnant de cellules provenant de tumeurs humaines, notamment celle de leucémie, de cancer du colon, du sein et de l’ovaire. En règle générale, ses effets semblent reliés au blocage de certains processus nécessaires à la survie des cellules cancéreuses, ce qui les rend incapable d’échapper à la mort par apoptose. Et certaines études suggèrent également que la curcumine empêche la formation de nouveaux vaisseaux sanguins par angiogenése, privant du même coup les tumeurs de leur source d’énergie (Riboli et al, 1996; Aggrawal et al, 2003).
En savoir plus

170 En savoir plus

Les tumeurs stromales gastro-intestinales

Les tumeurs stromales gastro-intestinales

- 91 - Résumé Les tumeurs stromales gastro-intestinales représentent la tumeur mésenchymateuse maligne la plus fréquente du tube digestif. L’objectif de ce travail était d’analyser les caractéristiques épidémiologiques, cliniques, thérapeutiques et pronostiques des GISTs. A travers une étude rétrospective étalée sur 10 ans allant du 1er Janvier 2006 au 31 Décembre 2015 et déroulée au service d’oncologie-radiothérapie du CHU Mohammed VI de Marrakech, nous avons recensé 51 cas de GISTs. L’âge moyen au moment du diagnostic était de 52,06 ans, avec une sex-ratio de 0,82 au profit du sexe féminin. La localisation tumorale avait intéressé essentiellement l’estomac (39,22%) et l’intestin grêle (33,33%), plus rarement le colon (9,8%), le duodénum (7,84%). Le rectum (5,88%), le mésentère (1,96%) et le pancréas (1,96%). La découverte était fortuite dans 19,60% des cas. La majorité des patients avait consulté entre 0 et 6 Mois après le début de leur symptomatologie clinique. Quatre de nos patients avaient des antécédents familiaux de néoplasie et un malade avait un antécédent personnel de néoplasie (cancer du larynx). Aucun cas de GIST n’était signalé dans les familles de nos patients. La symptomatologie fonctionnelle était dominée par la douleur, l’hémorragie digestive, la perception d’une masse abdominale.
En savoir plus

139 En savoir plus

Traitement chirurgical des tumeurs stromales digestives

Traitement chirurgical des tumeurs stromales digestives

*Chimioembolisation intra-artérielle hépatique L'efficacité de la chimioembolisation intra-artérielle hépatique est mal évaluée dans les métastases hépatiques de tumeurs stromales. Elle a été étudiée dans deux essais de phase II ayant inclus de faibles effectifs de malades atteints de métastases hépatiques isolées et non résécables. La première, réalisée chez 14 malades atteints de sarcome digestif, associait des particules d'éponges de polyvinyl mélangées à du cisplatine, suivies de vinblastine. Le taux de réponse objective était de 70 % [après en moyenne 2 séances] et la médiane de survie de 18 mois [190]. La seconde plus récente utilisant l'association cisplatine, doxorubicine et mitomycine C ne confirme pas ces résultats en terme de réponse tumorale chez 16 malades dont 11 avaient une tumeur stromale. Le taux de réponse objective était de 13 %, et la médiane de survie de 20 mois [191].
En savoir plus

168 En savoir plus

Échographie du tube digestif et de la cavité abdominale des bovins : correspondance entre les signes cliniques et les examens paracliniques et nécropsiques

Échographie du tube digestif et de la cavité abdominale des bovins : correspondance entre les signes cliniques et les examens paracliniques et nécropsiques

La péritonite est souvent accompagnée de douleur abdominale, de signes d’hypovolémie, de septicémie ou d’endotoxémie. Lors de septicémie, les bactéries (ou leurs toxines) sont résorbées par le péritoine et passent dans la circulation générale, ce qui entraine une généralisation de l’infection. La clinique est souvent non spécifique et suggère un dysfonctionnement digestif. En phase aiguë, il y a une hyperthermie modérée, une tachycardie, une anorexie, une diminution de production laitière, une distension abdominale, une rigidité abdominale, une atonie ruminale et des fèces sèches en petite quantité ou de la diarrhée dans les cas chroniques. La stase fécale est due à un iléus paralytique c'est-à-dire une inhibition du réflexe de péristaltisme du tractus digestif. Des adhérences se mettent en place et interférent avec la mobilité intestinale, à la fouille transrectale on constate un signe du bras. Il est possible de voir une distension abdominale mais celle-ci n’est pas toujours présente (Braun 1998; Braun et al. 2015).
En savoir plus

165 En savoir plus

Pronostic des transplantations rénales après reconstruction du bas appareil urinaire avec du tube digestif : étude rétrospective bicentrique

Pronostic des transplantations rénales après reconstruction du bas appareil urinaire avec du tube digestif : étude rétrospective bicentrique

• Continentes : sur vessie en place ou agrandie trans-appendiculaire selon Mitrofanoff (Fig.10), ou trans-iléale selon Monti ou sur entérocystoplastie après cystectomie. Les dérivations cutanées continentes avec création d’un réservoir interne anastomosé à la peau et réimplantation urétérale permettent de préserver l’image corporelle. Les poches de Kock (Fig.11), d’Indiana (Fig.12), de Mayence (Fig.13), se développent dans les années 1970 et diffèrent entre elles par le segment digestif utilisé et la technique d’invagination qui crée les valves anti-reflux (38). La dérivation vésicale cutanée trans-appendiculaire décrite par Mitrofanoff en 1980 dans le cadre de vessies neurologiques, est utilisée afin de faciliter les auto-sondages souvent traumatiques chez l’enfant et de dériver une vessie native ou reconstruite en cas d’impossibilité de conserver l’urètre (39) .
En savoir plus

59 En savoir plus

Recherche des bactéries spiralées dans le tube digestif des bovins abattus dans quelques abattoirs de la wilaya de Bouira

Recherche des bactéries spiralées dans le tube digestif des bovins abattus dans quelques abattoirs de la wilaya de Bouira

Résumé du PFE : sous titre : Recherche des bactéries spiralées dans le tube digestif des bovins abattus dans quelques abattoirs de la wilaya de Bouira Résumé: Les bactéries spiralées, principalement du genre Helicobacter sont actuellement la cause majeure de maladies d’origines digestive dans le monde et représente donc un sérieux problème de santé publique et animale. Notre étude avait pour but de la recherche de bactéries spiralées (Helicobacter en particulier) au sein de tube digestif des bovins par l’utilisation de technique d’Histopathologie. Pour cela, 60 bovins (15 vaches laitières et 45 veaux d’engraissement) de race et d’âge différents ont fait l’objet de notre expérimentation qui s’est déroulée au sein laboratoire d’anatomo-pathologie du laboratoire d’anapathologie et d’histologie et de cytologie du CHU Neffissa Hamoud (Ex. Parnet). Sur les 60 sujets étudiés, 33.3% (20/60) seulement ont présenté un aspect lésionnel au niveau gastrique. Parmi ces 20 sujets, 09 femelles et 11 males. Nous avons noté la présence de bactéries de formes spiralées dans 03 coupes histologiques sur les 60 coupes analysées. Plus de la moitié 58.3% (35/60) des fragments de muqueuses digestives analysés ont présenté une activité positive à l’Uréase. Bien que les résultats présentés ici ne puissent être considérés comme ceux d’une véritable enquête épidémiologique, ce travail reste un pas pour des études futures afin d’élucider le rôle des bovins dans la transmission des bactéries spiralés d’origine digestive.
En savoir plus

1 En savoir plus

Vido-capsule endoscopique technique innovante dans lexploration du tube digestif : place et indications dans lexploration des anmies inexpliques

Vido-capsule endoscopique technique innovante dans lexploration du tube digestif : place et indications dans lexploration des anmies inexpliques

Depuis son introduction, la VCE s'est avérée être un outil utile pour le diagnostic de la pathologie de l’intestin grêle. Son indication la plus fréquente reste l’exploration des anémies ferriprives dans le cadre du saignement digestif inexpliqué soit extériorisé ou occulte. Elle représente l'examen de référence après une endoscopie digestive haute et une iléo-coloscopie normales. Cependant, le respect des contre- indications est nécessaire pour éviter la rétention de la VCE. Actuellement, toutes les études publiées par la majorité des sociétés endoscopiques internationales confirment le rôle primordial de la VCE dans le diagnostic des patients avec une anémie ferriprive inexpliquée ou un saignement digestif obscur.
En savoir plus

147 En savoir plus

Analyse des mécanismes d'action antiparasitaire de plantes riches en substances polyphénoliques sur les nématodes du tube digestif des ruminants

Analyse des mécanismes d'action antiparasitaire de plantes riches en substances polyphénoliques sur les nématodes du tube digestif des ruminants

Chez les ruminants, les nématodes parasites du tractus digestif les plus prévalents, communément appelés strongles gastro-intestinaux (GIs) ou strongles digestifs en médecine vétérinaire[r]

246 En savoir plus

Lactobacillus farciminis une bactérie produisant du monoxyde d’azote dans le tube digestif : mise en évidence de potentialités thérapeutiques

Lactobacillus farciminis une bactérie produisant du monoxyde d’azote dans le tube digestif : mise en évidence de potentialités thérapeutiques

Ces dernières étant généralement associées à des modifications de la sensibilité viscérale, nous nous sommes donc demandés si le traitement par cette souche bactérienne pouvait égalem[r]

216 En savoir plus

Recherche et identification des helminthes de tube digestif chez les reproducteurs chair dans 3 élevages et l’impact sur la production

Recherche et identification des helminthes de tube digestif chez les reproducteurs chair dans 3 élevages et l’impact sur la production

Les helminthiases du tube digestif sont des pathologies importantes des reproductrices chair, entrainant des pertes économiques considérables chez ces dernières. En Algérie, vu l’absence de chiffres sur leur prévalence dans les élevages, ces parasitoses restent sous-estimés et la répercussion économique reste alors non évaluable .A cet effet, une étude a été menée, afin de rechercher ces parasites digestifs et voir leur impact sur la rentabilité dans 03 élevages de poules reproductrices, situés dans les communes suivantes (Mohammadia, Boufarik et Chebli). Au cours de laquelle, un diagnostic basé essentiellement sur la coprologie et la nécropsie a été établi. Le test Anova 1 a été utilisé pour les analyses statistiques A l’issue, 4 parasites helminthes sont dominants par l’ordre suivant : Ascaridia, Hétérakis, Capillaria et Raillietina. L’impact sur la productivité des poules (ponte et éclosion) du à la présence de ces parasites a été bien démontré .Aussi des mortalités, ont été enregistrées en cas d’infestations massives .Par ailleurs une reprise de la production lié a l’utilisation des antihelminthiques et par maitrise les règles d’hygiène ont été notés.
En savoir plus

1 En savoir plus

Apport de la tomodensitométrie dans l'étude du péritoine et du tube digestif abdominal : radioanatomie, applications pathologiques

Apport de la tomodensitométrie dans l'étude du péritoine et du tube digestif abdominal : radioanatomie, applications pathologiques

Les hématomes digestifs intra muraux sont des affections rares, qui surviennent le plus souvent dans un contexte étiologique particulier. Parmi les causes plus rare[r]

219 En savoir plus

Thérapie prolongée au mesylate d'imatinib avant la chirurgie pour les tumeurs stromales gastrointestinales avancées : résultats d'une étude prospective de phase II

Thérapie prolongée au mesylate d'imatinib avant la chirurgie pour les tumeurs stromales gastrointestinales avancées : résultats d'une étude prospective de phase II

tissus mous. Ce système emploie essentiellement les critères de Mettinem et Lasota (incluant le site de la tumeur, sa taille et l’index mitotique) et ajoute la catégorie métastase [47, 48]. Ses nouveaux ajouts importants sont une catégorie pour l’index mitotique dans le TNM et la différenciation du stade selon le site tumoral (voir tableaux 1 et 2). Cette méthode de stratification n’a pas encore été comparée aux autres en ce qui a trait à l’estimation du pronostic. Elle est tout de même préférée par plusieurs pathologistes, à cause de l’universalité de ce système pour tous les types de tumeurs. Selon plusieurs auteurs, la classification TNM est un outil utile mais qui doit être utilisé en combinaison avec d’autres afin de déterminer le risque de récidive et le plan thérapeutique, surtout chez les patients aux prises avec un GIST de stade I, II ou III [49, 50].
En savoir plus

129 En savoir plus

Show all 701 documents...