Haut PDF Tumeurs phyllodes du sein : à propos de 40 cas

Tumeurs phyllodes du sein : à propos de 40 cas

Tumeurs phyllodes du sein : à propos de 40 cas

141 RESUME Notre étude rétrospective a porté sur 40 cas de tumeurs phyllodes du sein colligés dans le service d’anatomie pathologique du CHU Mohammed VI de Marrakech, durant une période de 6 ans allant de Janvier 2002 à Décembre 2008. L’âge de nos patientes était compris entre 16 et 47 ans, avec une moyenne de 30,7 ans. La principale manifestation clinique était un nodule mammaire unilatéral mesurant entre 2 et 35 cm de diamètre (7.4 cm en moyenne) et qui était rarement accompagné de signes inflammatoires locaux ou de modifications des téguments en regard. Les explorations paracliniques préopératoires avaient suspecté le diagnostic de TP dans 12,5% des cas au niveau mammographique, et dans 9% des cas au niveau de l’échographie mammaire. L’examen anatomopathologique a permis de classer les tumeurs de notre série en : 75% de TP de grade 1 ; 12,5% de TP de grade 2 et 12,5% de TP de gade 3. Sur le plan thérapeutique, toutes nos patientes ont bénéficié d’une résection chirugicale pour leurs tumeurs : en effet, nous avons pratiqué 34 tumorectomies simples (85%), 2 tumorectomies larges (5%) et 4 mastectomies totales (10%) dont 3 cas ont été associées à un curage ganglionnaire axillaire. Un traitement adjuvant (chimiothérapie, radiothérapie) a été necessaire dans 3 cas de TP de grade 3. L’évolution de nos malades était marquée par l’avènement de 4 récidives locales (10% des cas), dont 3 ont rechuté une seconde fois. Nous avons remarqué que les récidives étaient survenues dans tous les grades tumoraux, et que la récidive tumorale apparaissait aussi bien après une tumorectomie qu’après une mastectomie totale. Nous n’avons relevé aucune métastase à distance ni aucun décès jusqu’à terme de surveillance.
En savoir plus

181 En savoir plus

Profil cliniquo-pidemiologique, radiologique et volutif des tumeurs phyllodes  A propos de 36 cas

Profil cliniquo-pidemiologique, radiologique et volutif des tumeurs phyllodes A propos de 36 cas

proportions variables d'un composant épithélial malin, qui peut être de type pavimenteux, glandulaire ou adénosquameux. Les Carcinomes métaplasiques peuvent également être entièrement dépourvus d'éléments épithéliaux francs, ou montrent en outre la différenciation mésenchymateuse hétérologue, bien que des éléments liposarcomateux ne sont presque jamais vus. La présence d’un carcinome canalaire in situ adjacent à une tumeur à cellules fusiformes mammaire malin favorise grandement le diagnostic de carcinome métaplasique. Sarcomes mammaires primaires, qui sont nettement hors du commun, [94] et les sarcomes métastatiques du sein, qui sont extrêmement rares, n'a pas de caractéristiques histologiques distinctives de chaque tumeur phyllode ou d'un carcinome du sein métaplasique, et peuvent avoir histologique des attributs communs aux sarcomes à tout site. Une histoire du sarcome précédent ou métastatique, l’imagerie et la corrélation clinique peut être utile.
En savoir plus

137 En savoir plus

Imagerie des tumeurs mixtes mésenchymateuses et épithéliales du rein : à propos de 21 cas

Imagerie des tumeurs mixtes mésenchymateuses et épithéliales du rein : à propos de 21 cas

L’aspect macroscopique est illustré par la figure 2a. b) Histologie La tumeur présente deux composantes : épithéliale et mésenchymateuse. La composante épithéliale fait partie intégrante de la tumeur et ne se contente pas de la border : elle s’immisce au sein de la composante stromale. Elle est faite de tubules ou structures tubulo-papillaires plus complexes avec ou sans dilatation kystique. Ceux-ci sont bordés par un épithélium aplati ou cubo- cylindrique qui peut présenter un cytoplasme clair et ont un aspect caractéristique en clous de tapissier (40). L’épithélium forme parfois de petites touffes papillaires. Un urothélium, parfois hyperplasique, peut également border certaines parties des kystes (22).
En savoir plus

72 En savoir plus

Les tumeurs des glandes salivaires accessoires :  propos de 15 cas

Les tumeurs des glandes salivaires accessoires : propos de 15 cas

Le palais dur a été le site anatomique le plus touché (33,3 %). L'adénome pléomorphe a occupé la première place parmi les types histologiques (53,4 %) suivi du carcinome mucoépidermoide (13,3 %). La TDM a constitué l’examen paraclinique de choix dans l’exploration des masses tumorales quelques soit leurs localisations avec une bonne valeur diagnostique de malignité ou de bénignité. Selon la classification TNM de 2009 les malades ayant une tumeur maligne ont étéclassés en : T2 = 40 %, T3 = 20 %, et T4 = 40 %, 1 seul malade a eu des adénopathies (N0-1).
En savoir plus

117 En savoir plus

Tumeurs malignes du scalp : Profil pidmiologique et prise en charge chirurgicale  propos de 52 cas

Tumeurs malignes du scalp : Profil pidmiologique et prise en charge chirurgicale propos de 52 cas

Lambeaux multiples On peut associer deux lambeaux de transposition, additionnant ainsi leurs possibilités de couverture. Au maximum, cesont les procédés décrits par Orticochea Orticochea Orticochea Orticochea qui utilisent tout le scalp restant, qui est décollé très loin puis fragmenté en plusieurs lambeaux (initialement quatre puis trois), au mieux axés sur un pédicule (Figure n° 40). La striation de la galéa de ceslambeaux, associée à leur transposition et à leur glissement, permet la couverture d’importantes pertes de substance (de 100 à 150 cm2) des régions : frontale, occipitale, pariéto-occipitale ou même du vertex .
En savoir plus

153 En savoir plus

Les facteurs prdictifs de malignit dans la prise en charge des tumeurs parotidiennes A propos 76 cas

Les facteurs prdictifs de malignit dans la prise en charge des tumeurs parotidiennes A propos 76 cas

Summary Tumor of the parotid gland pathology is complex and creates a diagnostic and therapeutic problem. The purpose of this study was to investigate the predictive factors of malignancy in parotid tumors. We performed a retrospective study of 76 cases of parotid gland tumors treated at the ENT service and Neck Surgery of the military hospital of Marrakech between January 2000 and December 2012. It concerns 40 women and 36 men. The average age was 44 years for benign tumors; whereas, it was 50 years for malignant tumors. The mean time to consultation was 24 months for benign tumors and 16 months for malignant tumors. Swelling of the parotid region has been a constant telltale sign in all patients. Malignancy is suspected clinically to pain, facial paralysis, fixity compared to superficial or deep plane and the presence of lymphadenopathy. MRI is now, the investigation of choice in exploring the parotid tumor masses with good diagnostic of malignancy or benignity. The fine-needle aspiration cytology has no value unless it was positive. Parotidectomy Explorer with extemporaneous histological examination remains the key to positive diagnosis. Parotid benign tumors are the most common entity (80%) and pleomorphic adenoma remains the predominant histologic type (61%). As for malignant tumors are rare, mainly dominated by Muco Epidermoid carcinomas (6.5%). Surgical treatment is the most essective option, and it is often associated with lymph node dissection and radiotherapy for malignant tumors. Facial palsy is the most common complication of parotid surgery. Tumor of the parotid gland pathology raises many diagnostic and therapeutic problems. A good analysis of predictors of malignancy of parotid tumors lead to better planning the treatment strategy.
En savoir plus

117 En savoir plus

Tumeurs pulmonaires rares :  propos de 05 Cas

Tumeurs pulmonaires rares : propos de 05 Cas

e. Pronostic : Bien que certaines observations de rémission spontanée aient été rapportées, le pronostic de la granulomatose lymphomatoïde est médiocre, avec une survie à 5 ans comprise entre 30 % et 40 %, du fait d’une évolution vers un lymphome de haut grade dans 20 % à 50 % des cas [2]. Les facteurs pronostiques identifiés dans la littérature sont, comme au cours des lymphomes, l’âge, la réponse à la chimiothérapie de première ligne et l’étendue des lésions. La granulomatose lymphomatoïde est de plus en plus considérée comme un lymphome de bas grade. Certains auteurs ont défini plusieurs grades histo- pathologiques, en fonction du degré d’atypie cellulaire et de nécrose, afin de prédire le risque d’évolution vers un lymphome de haut grade et d’identifier les patients devant faire l’objet d’un traitement agressif [148].
En savoir plus

176 En savoir plus

Tumeurs cutanes malignes de la face Prise en charge diagnostique et thrapeutique  propos de 48 cas

Tumeurs cutanes malignes de la face Prise en charge diagnostique et thrapeutique propos de 48 cas

Notre travail est une étude rétrospective sur 3 ans, du janvier 2013 au décembre 2015, portant sur 48 cas de cancers cutanés de la face colligés au niveau du service de chirurgie maxillo-faciale et de chirurgie plastique de l’hôpital militaire Avicenne de Marrakech. Cette étude a consisté en une analyse épidémiologique, clinique, histologique, thérapeutique et pronostic de ces tumeurs. La moyenne d’âge au moment du diagnostic de la tumeur était de 61 ans avec des extrêmes allant de 23 ans à 89 ans et une concentration des cas (67%) dans la tranche d’âge entre 60 et 80 ans. Concernant le sexe on trouve une prédominance masculine avec un sexe ratio H/F=2.5. Tenant compte de leur âge, la plupart des patients était sans profession à la date de leur consultation, mais la majorité avait exercé un métier en plein air, donc avaient été régulièrement exposé au soleil. La majorité de nos patients provenaient du milieu rural, soit 85% des cas. Les phototypes prédominants étaient le phototype IV (40%) et V (52%). Le tabagisme a été noté chez 10 patient, dont 2 présentaient un CEC de la lèvre inferieure. La kératose actinique était l’état précancéreux le plus rencontré (14.5%).
En savoir plus

188 En savoir plus

Etude pidmiologique et anatomopathologique des tumeurs des glandes salivaires au sein du service danatomie pathologie CHU Mohammed VI Marrakech propos de 55 cas

Etude pidmiologique et anatomopathologique des tumeurs des glandes salivaires au sein du service danatomie pathologie CHU Mohammed VI Marrakech propos de 55 cas

1. Les glandes salivaires principales : 1.1. La glande Parotide : D’origine ectodermique, la parotide naît dans la cavité buccale sous la forme de bourgeons épithéliaux. Elle est la première glande salivaire principale à s’individualiser anatomiquement, vers la cinquième, sixième semaine de développement, après rupture de la membrane pharyngée sur le versant ectodermique de la jonction endo-ectodermique de la cavité buccale. Les canalicules salivaires apparaissent vers la douzième semaine ; ils sont entourés de cellules mésenchymateuses: les cellules myoépithéliales. Les acini s’individualisent vers la vingt- huitième semaine de développement. Le rôle des cellules myoépithéliales est lié à la présence dans leur cytoplasme de fibrilles myoïdes qui contactent acini et canalicules au moment de la sécrétion sous la dépendance de stimuli nerveux. Les cellules myoépithéliales jouent un rôle primordial dans la constitution des différentes variétés de tumeurs salivaires (Adénome pléomorphe, monomorphe et cylindrôme). La parotide est d’encapsulation tardive, en règle vers le troisième mois de développement, d’où l’incorporation possible de tissu lymphoïde (tissu en nappe ou ganglions). De même, il existe parfois des tubes ou des acini salivaires dans des ganglions lymphatiques, en général proche de la parotide. Le feuillet superficiel du fascia cervical profond recouvre la glande formant la loge parotidienne.
En savoir plus

117 En savoir plus

Aspects épidémiologiques, cliniques, thérapeutiques et évolutifs de la diplégie spastique à propos de 40 cas

Aspects épidémiologiques, cliniques, thérapeutiques et évolutifs de la diplégie spastique à propos de 40 cas

En ce moment, le diagnostic est facile mais le traitement est moins efficace. Le diagnostic est le plus souvent fait à ce stade. Dans notre étude, 27 enfants (67,5%) étaient âgés de 0 à 6 mois tandis que 13 enfants (32,5%) avaient un âge entre 9 à 18 mois. La spasticité et l’irritation pyramidale (reflexes ostéotendineux vifs et signe Babinski) étaient retrouvées chez 35 de nos enfants (87,5%), un déficit de la force musculaire des membres inférieurs était noté chez 95% de nos enfants. Nous avons également trouvé une hypotonie axiale chez 7 enfants (17,5%) et une discrète participation des membres supérieurs dans 5 cas (12,5%) faite d’une légère hypertonie. Ces résultats étaient comparables à ceux de la littérature.
En savoir plus

94 En savoir plus

L’apport de la TDM dans la tuberculose thoracique chez l’adulte ( A propos de 40 cas )

L’apport de la TDM dans la tuberculose thoracique chez l’adulte ( A propos de 40 cas )

2-1) Les complications parenchymateuses : 2-1-1) L’Atélectasie : Elle résulte de différents mécanismes ; une compression ganglionnaire(Fig 27), un granulome endobronchique, une bronchectasie, ou une sténose, et se voie deux fois à droite qu’à gauche, cela reflète la proximité anatomique des ganglions par rapport à l’arbre bronchique. Le segment interne du lobe médian est un territoire bien connu de cette possibilité réalisant le classique syndrome du lobe moyen ou syndrome de Brook. Les raisons principales de cette atteinte du lobe moyen sont liées à la longueur de la bronche lobaire moyenne et à sa situation anatomique, cernée par les ganglions du réservoir intrascissural de Borie, tout phénomène d’hypertrophie ganglionnaire touchant ces sites ganglionnaires est donc susceptible de comprimer la bronche lobaire moyenne. La mauvaise ventilation collatérale du lobe moyen est un facteur supplémentaire expliquant la grande fréquence de ce syndrome. (13, 15, 27), ce qui est concordant avec notre série ou l’atélectasie a touché le lobe moyen chez 2 patients des 6 cas présentant cette complication (Fig 28). Chez les autres patients, l’atélectasie a touché les autres lobes (LSD, LID, LSG, LIG).
En savoir plus

180 En savoir plus

Les tumeurs malignes naso-sinusiennes,  propos de 32 cas et revues de la littrature

Les tumeurs malignes naso-sinusiennes, propos de 32 cas et revues de la littrature

Figure 59 : Carcinome épidermoïde du sinus maxillaire gauche. Voie paralatéronasale associée à une voie vestibulaire. Le plancher orbitaire, à distance de la tumeur a pu être préservé (61). Dans notre série, nous n’avons pas eu besoin de réaliser de voie mixte, ni d’exentération. Cette dernière ne serait réalisée qu’en cas d’extension tumorale au-delà du périorbite. Certaines équipes, surtout aux Etats Unis, réalisent plus facilement une exentération à visée carcinologique (50% des malades opérés par Spiro). Tous les patients de notre série ont bénéficié un traitement chirurgical sauf un, qui a reçu une radiochimiothérapie dans un but palliatif.
En savoir plus

158 En savoir plus

Les aspects radiologiques des tumeurs de l'estomac Etude rtrospective  propos de 36 cas

Les aspects radiologiques des tumeurs de l'estomac Etude rtrospective propos de 36 cas

métastases prévisibles pour la tumeur. Qu’il y ait ou non des signes cliniques, la recherche d’une évolution de la maladie va faire appel à l’endoscopie et l’imagerie [127]. 2. Radiologie : La surveillance vise à prévenir et à dépister les complications postopératoires pour cela, le TOGD et la TDM sont deux examens permettent d’explorer de façon complémentaire ces complications [129]. La place de l’imagerie dans la surveillance s’accentuera, car elle permettra d’adapter le traitement à un patient donné; l’évaluation précoce au traitement sera très bénéfique pour un patient, si elle permet de savoir s’il est bon répondeur ou non. En pratique clinique, la TDM, moins coûteuse et plus accessible que la TEP-FDG, est la plus utilisée. Dans tous les cas, la surveillance devra être effectuée avec la modalité d’imagerie utilisée avant traitement qui servira ainsi de référence. Les autres modalités pourront y être associées pour éclairer des situations équivoques.
En savoir plus

154 En savoir plus

Traitement chirurgical des tumeurs cutanes malignes de la face:  propos de 100 cas

Traitement chirurgical des tumeurs cutanes malignes de la face: propos de 100 cas

3-2 la cartographie des carcinomes cutanés : Les carcinomes cutanés sont les plus fréquents lors de notre étude. Ils sont répartis comme suit : les CBC 74% et les CSC 16%. Ces chiffres se rapprochent de ceux de la littérature, ainsi Samarasinghe et Medan(19) rapporte 75% des CBC et 20% des CSC, Staub et Al(1) rapportent les mêmes résultats avec une légère prédominance des CBC 80% et CSC 20% sur une étude prospective de 844 cas. Les résultats de Kim et Armstrong (22) démontrent que 80% des carcinomes cutanés sont des CBC, alors que 15% sont des CSC et 5% sont des mélanomes ou autres. Girich et al (28) montrent que les CBC représentent 77% , les CSC 20% et les mélanomes représentent 3% ; Ahmed et Gupta(20) montrent que 80,47% sont des CBC et 18,47% sont des CSC, Kavoussi et al(21) qui eux ont trouvé un pourcentage plus élevé de CBC 88% et plus bas de CSC 12%, et enfin Pinatel et Mojallal (7) ont trouvé que les CBC représentent 77%, les CSC 20% et les mélanomes 3% des carcinomes cutanés.
En savoir plus

154 En savoir plus

Tumeurs parotidiennes : aspects épidémiologiques, cliniques, histologiques et thérapeutiques, à propos de 50 cas

Tumeurs parotidiennes : aspects épidémiologiques, cliniques, histologiques et thérapeutiques, à propos de 50 cas

Sa pathogénie est encore discutée. Il existe au niveau de la région cutanée de la parotide, et au niveau de la parotide elle même, des fibres sympathiques et parasympathiques venant du nerf auriculo temporal, les fibres parasympathiques sont destinées à la stimulation de la sécrétion salivaire, et les fibres sympathiques à la parotide et aux glandes sudoripares. Il est à noter qu'une partie de ces fibres rejoint les vaisseaux du revêtement cutané. En cas de parotidectomie, ces différentes fibres sont sectionnées. Après une période moyenne de six mois, apparaissent ces manifestations de sueur, chaleur, rougeur, expliquées par la régénération "anarchique" des fibres sympathiques et parasympathiques venant innerver la peau, les glandes sudoripares et les vaisseaux de la région parotidienne, entraînant alors de façon variable, le syndrome de Frey [68].
En savoir plus

154 En savoir plus

Lupus rythmateux systmique : exprience de lhpital militaire avicenne de marrakech. ( propos de 40 cas)

Lupus rythmateux systmique : exprience de lhpital militaire avicenne de marrakech. ( propos de 40 cas)

articulations (MCP et MTP). Les myalgies sont rapportées chez 3,1 % des cas. Une atteinte déformante était notée chez un patient à type de rhumatisme de Jaccoud. (Tableau 7) Au plan paraclinique, le facteur rhumatoïde a été recherché chez 25 patients (88%), est revenu positif dans 5 cas (20%). Les anticorps anti peptides cycliques citrullinés ont été recherchés chez 16 patients (50%), les résultats étaient positifs dans 1 cas (6%). Des radiographies standard des articulations symptomatiques ont été pratiquées selon les signes d’appel chez 30 cas (93,75%). Chez 25 patients les radiographies étaient normales. Des signes radiologiques de destructions articulaires ont été objectivés dans 4 cas avec des érosions et pincement articulaire dans 1 cas, une synovite des MCP dans 3 cas. L’ostéodensitométrie était demandée chez les 32 patients et avait retrouvé une ostéopénie et/ ou une ostéoporose chez environ 31,25% des patients (n=10).
En savoir plus

206 En savoir plus

Greffe de peau totale dans le traitement des séquelles de brulures de la main : A propos de 40 cas

Greffe de peau totale dans le traitement des séquelles de brulures de la main : A propos de 40 cas

perfusion locale sont respectées, et en absence d’infection majeure). Dans les cas où l’évolution tourne mal, la conversion en troisième degré survient après une vasoconstriction ou une thrombose des vaisseaux dermiques au niveau de la zone d’ischémie, devenue zone de nécrose [18]. La cicatrisation sera alors la plupart du temps celle d’une brûlure du troisième degré. La cicatrisation se fait par desquamation progressive des zones de nécrose superficielle. Par endroit l’effraction de la basale conduit à une prolifération du tissu conjonctif importante, contemporaine de l’épidermisation superficielle. Il se crée ainsi un tissu de granulation enchâssant quelques îlots épidermiques qui en confluant vont progressivement le couvrir. La cicatrisation primaire sera ainsi obtenue. Elle peut aboutir à la formation de séquelles graves si l’on n’a pas pris soin de pratiquer un traitement efficace.
En savoir plus

135 En savoir plus

Perception de la douleur chez l'enfant autiste  propos de 40 cas Hpital militaire Avicenne

Perception de la douleur chez l'enfant autiste propos de 40 cas Hpital militaire Avicenne

Figure 27 : Voies neuronales de la douleur 2. Douleur chez l’enfant autiste 2.1 Généralités : A part le nombre restreint d’études cherchant à prouver ou mettre en doute la sensibilité à la douleur des enfants autistes, aucune étude n’évalue la prévalence de la douleur dans cette population. Pourtant il a été rapporté que plus de 20% des patients de la consultation de douleur pédiatrique de l’université de Californie présentent des traits autistiques[107]. Par ailleurs plusieurs études ont noté un taux relativement élevé de symptômes gastro-intestinaux chez des enfants autistes et nombre d’entre eux sont douloureux (reflux gastro-œsophagien par exemple). Une seule étude a évalué La prévalence de douleurs abdominales qui est particulièrement remarquable dans la population autiste, approchant les 40% alors qu’elle n’est que de 16% chez les enfants d’âge équivalent. [108]
En savoir plus

141 En savoir plus

Traitement chirurgical des fractures de l'extrémité inférieure du fémur chez l'adulte : à propos de 40 cas

Traitement chirurgical des fractures de l'extrémité inférieure du fémur chez l'adulte : à propos de 40 cas

La greffe ne doit pas être située sous la plaque, elle risque de nécroser. En effet sa survie est liée au contact et à la réinsertion des parties molles qui seront gênée par la présence de la plaque. La greffe représente le meilleur moyen de prévenir la survenue des pseudarthroses. Dans la série MARTIN (21), sur les 84 cas de fractures complexes le taux de pseudarthrose n’est que de 15% après une ostéosynthèse associant une greffe osseuse, alors qu’il est de 25% dans les autres cas.

145 En savoir plus

Bilharziose génitale chez la femme en république populaire du Congo à propos de 40 cas

Bilharziose génitale chez la femme en république populaire du Congo à propos de 40 cas

préSider cette Thèse. dont vers vous vous vous.. Les Schistosomoses, Schistosomiases ou Bilharzioses sont connues dans le monde depuis la plus haute J1ntiquité. BILHA[r]

129 En savoir plus

Show all 10000 documents...