Haut PDF Traitement des fractures de l’extrémité inférieure du fémur

Traitement des fractures de l’extrémité inférieure du fémur

Traitement des fractures de l’extrémité inférieure du fémur

VIVES (55) n’a noté aucune pseudarthrose dans les 31 fractures ayant bénéficie d’une greffe corticospongieuse. i- Chirurgie mini-invasive De nouvelles techniques de chirurgie mini-invasive ont été développées préservant au maximum la biologie des tissus incriminés. Elles ont permis une amélioration de la prise en charge des patients en diminuant la morbidité de l’intervention (diminution du temps chirurgical et des pertes sanguines), en diminuant le recours à la greffe osseuse et en permettant une meilleure récupération fonctionnelle et une amélioration des taux de consolidation (100). De bons et excellents résultats fonctionnels et anatomiques peuvent êtres obtenus en utilisant des techniques mini-invasives chez des patients polytraumatisés et ayant une fonction pulmonaire compromise (101).
En savoir plus

143 En savoir plus

L’enclouage centromédullaire rétrograde dans les fractures de l’extrémité inférieure du fémur ( A propos de 07 cas )

L’enclouage centromédullaire rétrograde dans les fractures de l’extrémité inférieure du fémur ( A propos de 07 cas )

Le chirurgien supposé droitier est à la droite du blessé quel que soit le côté atteint. Son premier aide lui fait face. Le deuxième aide chargé de la réduction est à côté du premier mais à hauteur de la jambe. Il manipule le membre inférieur avec ou sans l’aide d’une broche trans-tibiale. Entre ces deux aides passe l’arceau de l’amplificateur de brillance qui coulisse pour donner à volonté des vues de face et de profil du foyer de fracture et du fémur. [4.5.6.7.8]

92 En savoir plus

Traitement orthopédique des fractures de l'extrémité inférieure du radius, description, validité de son application en cabinet de station de sport d'hiver

Traitement orthopédique des fractures de l'extrémité inférieure du radius, description, validité de son application en cabinet de station de sport d'hiver

Les anglo-saxons proposent différentes classifications qui s'attachent chacune à un aspect particulier du problème sans jamais être exhaustive ; la classification de Melone [72] par exemple ne s'intéresse qu'aux fractures articulaires. La classification de Frykman est la plus fréquemment utilisée [73]. Elle a l’avantage d’attirer l’attention sur le bord ulnaire du poignet et de différencier les fractures avec atteinte direct radio ulnaires [74]. Elle ne prend pas en compte la direction du déplacement initial, la comminution dorsale et le raccourcissement initial, étant pourtant utile lors qu’il s’agit de définir les critéres pronostiques de stabilité. Fernandez regroupe les fractures en fonction du mécanisme du traumatisme. Mac Mutry et Jupiter en fonction du nombre de fragments osseux.
En savoir plus

69 En savoir plus

Traitement chirurgical des fractures articulaires de l'extrémité inférieure du radius

Traitement chirurgical des fractures articulaires de l'extrémité inférieure du radius

Pour ces fractures, il faut abondonner le traitement orthopédique,et opter pour le traitement chirurgical, et il ne faut pas hésiter dans certains cas à associer les genres d’ostéosynthèse (plaque, broches, fixateur) sans oublier l’autogreffe. Une bonne prise en charge ne nécessite pas obligatoirement les moyens les plus sophistiqués, mais plutôt une bonne analyse des fractures et un choix judicieux des indications, ce qui suppose un bilan pré thérapeutique minutieux.

146 En savoir plus

Traitement chirurgical des fractures de l'extrémité inférieure du fémur chez l'adulte : à propos de 40 cas

Traitement chirurgical des fractures de l'extrémité inférieure du fémur chez l'adulte : à propos de 40 cas

Avantages : la pose d’un fixateur externe est rapide. Il est possible secondairement de modifier un défaut d’axe ou de mettre le foyer en compression. Inconvénients : la fréquence des fractures ouvertes pourrait conduire à poser des fixateurs externes de manière abusive. Le fixateur externe permet difficilement une bonne prise épiphysaire. Ces fractures sont parfois longues à consolider, avec un bras de levier entre le fémur et le tibia très important, et il est fréquent d’assister à une déstabilisation des fiches ou à une ostéite qui conduit à enlever précocement le fixateur externe, tout en fermant la porte à une ostéosynthèse interne stable. Les fiches épiphysaires posées en percutané traversent le cul-de- sac synovial latéral de Poirier avec un risque important d’arthrite, risque que le fixateur avait initialement pour but d’éviter.
En savoir plus

145 En savoir plus

Fractures de l'extrémité inférieure du fémur au sein du service de traumatologie orthopédie B

Fractures de l'extrémité inférieure du fémur au sein du service de traumatologie orthopédie B

Le traitement dans un premier temps a consisté en une AMO plus parage et lavage. Ultérieurement et après traitement de l’infection, on a procédé à une reprise chirurgicale et mise en place d’un clou Centro médullaire rétrograde , le résultat final était moyen. - Obs 38 Obs 38 : patient âgé de 39 ans , présentant une fracture ouverte type C2 , Obs 38 Obs 38 traitée par DCS qui s’est compliquée d’une infection profonde avec nécrose

137 En savoir plus

Le traitement chirurgical des fractures de lextrmit suprieure de lhumrus

Le traitement chirurgical des fractures de lextrmit suprieure de lhumrus

VI. Traitement: Les nombreuses propositions thérapeutiques témoignent des difficultés rencontrées. Elles vont du traitement orthopédique à la prothèse humérale en passant par différents types d’ostéosynthèse. Quatre-vingt à 85% des fractures de l’extrémité supérieure de l’humérus peuvent être traitées orthopédiquement. Ce traitement s’adresse à toutes les fractures peu ou non « déplacées ». Cette notion d’absence de déplacement reste purement arbitraire : Neer la définie comme une bascule de la tête inférieure à 45° ou/et un déplacement des fragments de moins de 1 cm de plus, dans le cas de fractures peu ou non déplacées, le risque de survenue de nécrose de la tête humérale est faible et son retentissement fonctionnel peu important [40] Pour 20 à 15% des fractures, instables ou à grand déplacement, le traitement est chirurgical, plusieurs techniques et moyens ont été décrits dans ce cadre. Certaines conditions (os de mauvaise qualité, mauvais état général du patient) peuvent amener à traiter orthopédiquement ce type de fractures.
En savoir plus

147 En savoir plus

Le traitement chirurgical des fractures de lextrmit distale du fmur

Le traitement chirurgical des fractures de lextrmit distale du fmur

D’autres méthodes d’ostéosynthèse par plaque sont été rapportées dans les séries de la littérature. EHLINGER et al. [76], ont réalisé une étude prospective de 92 cas de fractures de l’extrémité distale du fémur, traitées par plaques verrouillées. Le montage était élastique dans 52 cas, rigide dans 26 cas, et non conforme dans 14 cas. Les résultats obtenus étaient jugés modestes mais comparables à ceux de la littérature. L’influence du type de matériau ou du type de montage n’a pas pu être démontrée dans cette étude, même si un meilleur taux de consolidation a été retrouvé pour les montages élastiques comparant aux rigides (92,5% versus 77,3%). L’étude de WENGER, et ANDERSSON [119] n’a pas pu également mettre en évidence une différence statistiquement significative entre les plaques en acier inoxydable et en titane en ce qui concerne la consolidation et le taux de pseudarthrose.
En savoir plus

213 En savoir plus

Résultats du traitement chirurgical des cals vicieux de l'extrémité inférieure du radius du CHU de Marrakech

Résultats du traitement chirurgical des cals vicieux de l'extrémité inférieure du radius du CHU de Marrakech

Le cal vicieux représente la complication principale des fractures du radius distal. Notre étude rétrospective comporte 12 patients porteurs de cals vicieux de l’extrémité inférieure du radius colligés au service de Traumatologie –orthopédie (aile B) du Centre Hospitalier Universitaire Mohamed VI de Marrakech de Janvier 2004 à Décembre 2011. Le but de notre travail est d’analyser les résultats du traitement chirurgical des cals vicieux du radius distal dans notre série et ses conséquences sur la biomécanique du poignet. L'âge de nos patients variait entre16 et 60 ans avec un âge moyen de 34 ans et 6 mois. Notre série est constituée de 8 hommes et 4 femmes soit un sex ratio ½ . le côté prédominant était atteint dans 75%. Tous nos patients étaient opérés pour un cal vicieux extra-articulaire. Les plaintes fonctionnelles induites par les cals vicieux devraient être analysées objectivement à l’aide d’examens complémentaires appropriés avant de proposer une prise en charge chirurgicale. Dans les cals vicieux extra-articulaires, nous préconisons les ostéotomies de réorientation avec addition d’un greffon iliaque trapézoïdal.
En savoir plus

124 En savoir plus

Les fractures de l'extrémité supérieure du fémur : cohorte prospective amiénoise

Les fractures de l'extrémité supérieure du fémur : cohorte prospective amiénoise

38 Dans une méta-analyse portant sur 8 essais randomisés et 983 patients, Zhao et al. retrouvaient un score de Harris à 2 ans postopératoire significativement augmenté pour les PTH comparativement aux hémiarthroplasties (+ 6,91). Le taux de reprise était également significativement augmenté dans le groupe hémiarthroplasties (RR = 4,14). Ils concluaient ainsi à une préférence pour les PTH dans le traitement des fractures cervicales vraies du sujet âgé (59). Sharma et al. faisaient le même constat dans une étude prospective randomisée menée sur 80 patients dont la moyenne d’âge était de 75,5 ans. A 1 an, ils retrouvaient un score de Harris de 80/100 en moyenne dans le groupe hémiarthroplasties contre 90/100 dans le groupe PTH (p < 0,05)(60). Cependant, plusieurs types d’hémiarthroplasties existent. Contrairement aux prothèses unipolaires, les prothèses bipolaires, offrent une seconde articulation entre la tête et une cupule mobile. Dans leur étude prospective randomisée sur 2 ans, Sonaje et al. comparaient 21 PTH et 21 hémiarthroplasties par prothèse bipolaire chez des patients âgés de plus de 60 ans avec une fracture cervicale vraie. Ils n’observaient aucune différence sur le score de Harris (84 vs 88 ; p = 0,067), mais une augmentation significative du temps opératoire (52 min vs 119 min ; p < 0,0001) et une augmentation significative des pertes sanguines dans le groupe PTH (238 mL vs 337 mL ; p < 0,0001)(61). Dans une méta- analyse de 8 essais contrôlés randomisés incluant un total de 1014 patients, Wang et al. retrouvaient dans 5 travaux un taux de luxation des prothèses bipolaires significativement inférieur à celui PTH (RR = 0,2 ; p = 0,01)(62). Si nous avons retrouvé de meilleurs résultats fonctionnels et un taux très faible de complications pour les patient opérés d’une PTH, nous indiquions ce type de prothèse pour les patients beaucoup plus jeunes et plus autonomes que les patients ayant bénéficié d’une hémiarthroplastie. Il serait intéressant d’évaluer la place des cupules à double mobilité et des prothèses bipolaires dans les FESF du sujet âgé.
En savoir plus

50 En savoir plus

Fracture de l’extrémité inférieure du fémur chez l’adulte ( A propos de 44 cas )

Fracture de l’extrémité inférieure du fémur chez l’adulte ( A propos de 44 cas )

- Permet secondairement de modifier un défaut d’axe ou de mettre le foyer en compression. Inconvénients. Le fixateur externe n’est pas adapté aux fractures en os spongieux, le pontage du genou est source de raideur et de réduction imparfaite de l’épiphyse, sa position juxta articulaire augmente le risque d’arthrite septique, sa stabilité est affaiblie par le bras levier de la jambe avec déstabilisation progressive des fiches (fig 31),

148 En savoir plus

Fractures de l’extrémité supérieure de fémur traitées par prothèse bipolaire : etude rétrospective

Fractures de l’extrémité supérieure de fémur traitées par prothèse bipolaire : etude rétrospective

Le traitement chirurgical des fractures du col fémoral constitue un enjeu thérapeutique et économique de premier ordre, vu le nombre croissant de ces fractures surtout chez les patients âgés souvent en mauvaise santé ostéoporotiques et grabataires. L’intérêt de ce traitement chez la personne âgée, c’est d’autoriser la remise en charge la plus précoce possible de façon à éviter les complications de décubitus ; Alors que chez le sujet jeune, il s’agit d’essayer de prévenir la nécrose de la tête fémorale et de reconstruire de façon anatomique et stable l’extrémité supérieure du fémur.
En savoir plus

121 En savoir plus

Profil épidémiologique des fractures de l’extrémité inférieure du radius

Profil épidémiologique des fractures de l’extrémité inférieure du radius

Fractures de l’extrémité inférieure du radius thèse n°117 /2010 4.7. La prothèse radiale : Les prothèses totales du poignet sont utilisées depuis de nombreuses années mais les indications sont restées rares surtout dans le cadre de l’arthrose. Les séries publiées sont courtes (118,119) mais les résultats de ces prothèses ont montré de manière commune la défaillance des implants essentiellement au niveau carpien. Roux (120) propose récemment le remplacement et le resurfaçage du radius distal par une prothèse s’articulant à la fois avec le condyle carpien et la tête ulnaire autorisent le traitement des fractures complexes. Les résultats cliniques préliminaires sont favorables. Le taux de descellement des prothèses totales de poignet est faible au niveau du radius mais la fiabilité à long terme de cet implant reste à démontrer. Cette prothèse est dotée d’une rotation longitudinale dont l’objectif est triple : diminuer les contraintes engendrées par la pronosupination, offrir une meilleure adaptation de l’implant au condyle carpien et assurer une plus grande stabilité radio-ulno-carpienne.
En savoir plus

160 En savoir plus

Fractures de l'extrémité supérieure du fémur

Fractures de l'extrémité supérieure du fémur

3-1- Grand trochanter : Ou (trochanter major) est une éminence quadrilatérale située à la jonction du col avec la partie supérieure du corps. Il est situé légèrement latéralement et postérieurement et, chez l'adulte, est environ 1 cm plus bas que la tête. Il a deux surfaces et quatre arêtes. La surface latérale sert d'insertion au muscle moyen glutéal (gluteus medius), ancien muscle fessier moyen. La surface médiale, plus petite que la latérale, présente à sa base une dépression, la fosse trochantérique ou fossette digitale, où s'insère le tendon du muscle obturateur externe (obturator externus). Au-dessus et en avant se trouvent le lieu de l'attachement de l'obturateur interne et des muscles jumeaux. L'arête supérieure est le lieu d'insertion du muscle piriforme. L'arête inférieure donne naissance à la partie supérieure du vaste latéral (vastus lateralis). L'arête antérieure est proéminente, le muscle petit glutéal (gluteus minimus), ancien petit fessier, s'y rattachant.
En savoir plus

150 En savoir plus

L’embrochage centromédullaire élastique stable des fractures diaphysaires du fémur chez l’enfant ( A propos de 100 cas )

L’embrochage centromédullaire élastique stable des fractures diaphysaires du fémur chez l’enfant ( A propos de 100 cas )

Nous rapportons une étude rétrospective colligée au service de traumato- orthopédie pédiatrique du CHU HASSAN II DE FES, sur une période de 5 ans s'étalant de janvier 2005 jusqu'au septembre 2009 chez 100 enfants de 6 à 15 ans présentant des fractures de fémur. L'âge moyen de nos patients était de 13 ans (6- 15), 60% des patients étaient victimes d'un AVP. L'ouverture cutanée était trouvée dans 9 cas, et 34 cas présentaient des lésions associées. L'embrochage a été réalisé dans 80 cas de façon ascendante et dans 20 cas de façon descendante. Tous les malades ont été surveillés cliniquement et radiologiquement avec un recul moyen de 4 mois (4-10). La durée moyenne d'hospitalisation était de 4 jours.
En savoir plus

112 En savoir plus

Traitement mini invasif des fractures des plateaux tibiaux

Traitement mini invasif des fractures des plateaux tibiaux

b- Les fractures spinotubérositaires : Ce sont des fractures dont le trait débute sur un plateau et se termine sur la métaphyse controlatérale, isolant ainsi un plateau et le massif des épines du reste de l’os (figure n°15). Ces fractures sont rares 10% [6,7] (12% dans notre série), et prédominent en interne. La fracture spinotubérositaire interne se caractérise par un trait du plateau tibial latéral vers la métaphyse tibial médiale. Le fragment interne comprend donc le plateau médial, le massif des épines ainsi que le pivot central et le ligament latéral interne (LLI) le plus souvent intacte. L’autre fragment comprend l’épiphyse latérale solidaire de la diaphyse. Ce fragment a tendance à s’impacter plus ou moins dans le condyle fémorale (grade II et III) avec comminution du plateau et risque de rupture du système ligamentaire latéral.
En savoir plus

143 En savoir plus

Le traitement des fractures de la diaphyse humrale par enclouage centromdullaire

Le traitement des fractures de la diaphyse humrale par enclouage centromdullaire

a. Ostéosynthèse à foyer ouvert Après la réduction du foyer, la fixation est assurée par une plaque vissée épaisse et la compression inter-fragmentaire est obtenue soit par le tendeur de plaque ou par auto compression, et maintenue par un minimum de six prises corticales (soit trois vis) de part et d’autre du foyer de fracture. Les vis de diamètre 4,5 doivent être utilisées, de même que les plaques dites plaques « à tibia » ou plus larges pour fémur à orifice en quinconce pour prévenir les risques de démontage. Le cal est per premium, sous dépendance de l’ostéogenèse corticale permettant un montage très stable et une reprise fonctionnelle
En savoir plus

126 En savoir plus

Traitement chirurgical des fractures des plateaux tibiaux

Traitement chirurgical des fractures des plateaux tibiaux

2009. Le but de ce travail est d’évaluer les résultats du traitement chirurgical et de les comparer à ceux de la littérature. Le moyen d’âge de nos patients est de 38 ans. Le sexe masculin est atteint dans 92% avec un sex-ratio de 11,5. Les étiologies sont dominées par les accidents de la voie publique (84%). Dans notre étude, nous avons adopté la classification de schatzker. Les fractures type IV, V, VI représentent 44% de l’ensemble des fractures. Le traitement chirurgical était la règle pour tous nos patients. Nos résultats étaient inférieurs par rapport à ceux de la littérature, nous avons obtenu 60% de bons et très bons résultats, ce qui est dû à la gravité des traumatismes.
En savoir plus

111 En savoir plus

Epidmiologie et rsultats de traitement des fractures de la rotule

Epidmiologie et rsultats de traitement des fractures de la rotule

C'est cet aspect de la biomécanique de l'articulation fémoro-patellaire qui doit guider la rééducation ; il ne faut notamment pas forcer vers la flexion dans les 3 premières semaines environ et surtout ne faire travailler le quadriceps contre résistance que dans les derniers degrés d'extension, en évitant le balayage articulaire contre résistance. Le travail articulaire fait appel aux mobilisations passives manuelles et/ou sur attelle motorisée, en évitant les contractions de défense du quadriceps compte tenu des problèmes de contrainte déjà évoqués. Les mobilisations auto-passives, les postures segmentaires dans la zone de sécurité (inférieure à 60° avant la 3e semaine), les mobilisations actives lentes en balnéothérapie viennent compléter le traitement.
En savoir plus

148 En savoir plus

Evaluation économique du cout des implants dans le traitement des fractures

Evaluation économique du cout des implants dans le traitement des fractures

Evaluation économique du coût des implants dans le traitement des fractures Notre étude est une enquête qui avait pour but de faire une évaluation économique du coût des implants orthopédiques dans le traitement des fractures. 84 patients ont fait parti de cette enquête qui s’est étalé de novembre 2004 à septembre 2005. L’âge moyen était de 40ans. 59 patients (70%) étaient de bas niveau socio-économique. 65 patients (78%) avaient une fracture du membre inférieur.

48 En savoir plus

Show all 3675 documents...