Haut PDF Toxidermies médicamenteuses graves : expérience du service de dermatologie CHU Mohamed VI

Toxidermies médicamenteuses graves : expérience du service de dermatologie CHU Mohamed VI

Toxidermies médicamenteuses graves : expérience du service de dermatologie CHU Mohamed VI

2-La pustulose exanthématique aigue généralisée (PEAG) 2-1 La clinique :[4],[20], [23], [29] La PEAG a été individualisée par Beylot et al en 1980. Elle apparait dans les premières 48h quelquefois même 10j après la mise en route du traitement responsable, chez un patient ayant des antécédents psoriasiques dans un tiers des cas, parfois au décours d’un épisode infectieux viral, il s’agit de la survenue brutale de très nombreuses pustules de moins de 5mm de diamètre non folliculaires stériles développées sur des placards érythémateux et œdémateux étendus prédominants sur le visage et/ou les plis. Le prurit et la fièvre sont presque constants, un décollement cutané superficiel évoquant le signe de Nikolsky peut se voir après coalescence des pustules. L’atteinte buccale ou génitale est possible, mais peu fréquente, les adénopathies périphériques sont souvent retrouvées, les atteintes viscérales graves sont rares.
En savoir plus

117 En savoir plus

Sclérodermie systémique : expérience de service de Dermatologie CHU Mohamed VI

Sclérodermie systémique : expérience de service de Dermatologie CHU Mohamed VI

RESUME La sclérodermie systémique regroupe un spectre continu d’affections allant de l’atteinte cutanée «bénigne » aux manifestations systémiques graves. A travers une étude rétrospective, portant sur 28 cas de sclérodermie systémique colligés au service de dermatologie et de médecine interne du CHU Mohamed VI de Marrakech, nous avons essayé de tracer le profil épidémiologique, clinique, biologique, histologique, thérapeutique, et évolutif des différents aspects cutanés et systémique de sclérodermie. La période d’étude s’est étalée sur 9 ans de Janvier 2002 à Décembre 2010, l’âge de nos patients variait entre 12 et 62 ans, avec une moyenne d’âge de 39 ans et une nette prédominance féminine (85.7 %). Les manifestations dermatologiques ont été révélatrices dans tous les cas réparties en : sclérodermie systémique limitée dans 32.1% des cas et sclérodermie systémique diffuse dans 67.8%. Sur le plan biologique, les anticorps antinucléaires ont été positifs dans 60 % des cas et les anticorps antiScl70 dans 42.8% des cas de sclérodermie systémique diffuse et 33.3% des cas de sclérodermie systémique limitée. Le traitement de choix était la corticothérapie générale et la colchicine. Une rémission complète a été notée dans 50%. Des complications aux traitements ont été notées dans 6% des cas. Au terme de cette étude, il semble que la sclérodermie systémique est moins fréquente avec possibilité d’atteintes cardiaques, pulmonaires ou multiviscérales d’où l’intérêt d’une surveillance clinique, biologique et radiologique.
En savoir plus

150 En savoir plus

Dermatoses infantiles en milieu hospitalier: expérience de service de dermatologie au CHU Mohamed VI

Dermatoses infantiles en milieu hospitalier: expérience de service de dermatologie au CHU Mohamed VI

Résumé La pathologie dermatologique est fréquente dans la population pédiatrique. Le but de cette étude est de déterminer le profil épidémiologique des dermatoses infantiles en milieu hospitalier, leurs aspects cliniques, thérapeutiques et évolutifs. Il s’agit d’une étude rétrospective portant sur les dossiers d’hospitalisation colligés au service de dermatologie vénérologie du CHU Mohamed VI sur une période de 7 ans allant du Janvier 2002 à Décembre 2008. Ont été inclus dans cette étude tous les nouveaux patients hospitalisés dont l’âge est inférieur ou égal à 16 ans. Ont été exclus les patients de consultation et de l’hôpital de jour. Pendant cette période de 7 ans, 98 enfants ont été inclus parmi 1273 hospitalisation, soit une fréquence de 7,7% avec une prédominance féminine (56,12 %), le sexe ratio masculin/féminin est de 1,27. les patients issus d’un mariage consanguin représentaient 26,53%. Un total de 103 diagnostics a été posé. La tranche d’âge 5-10 ans était la plus représentée avec 30 patients (30,61%). La moyenne d’âge est de 8,84 ± 4,81 ans. L’analyse des différents diagnostics dans notre série a montré la prédominance des dermatoses infectieuses et des génodermatoses (15,53% chacune), suivies des dermatoses inflammatoires et des tumeurs cutanées avec 14,56 % des cas chacune. Les maladies de systèmes représentaient 13,60 % des cas, suivies des dermatoses bulleuses auto-immunes avec 7,74 % des cas. Les toxidermies médicamenteuses représentaient 6,78 % des cas. Les dermatoses allergiques et les dermatoses par agent physique venaient en dernier lieu avec 3,90 % des cas chacune. Dans 3,90 % des cas, aucune pathologie n’était retrouvée. 61,14 % des cas nécessitait un bilan paraclinique pour poser le diagnostic positif. L’examen le plus demandé est la biopsie cutanée (58,73%). En fonction de l’étiologie retenue, un traitement adéquat a été instauré. À la lumière de plusieurs revues de la littérature, nous avons analysé les aspects épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques des dermatoses infantiles en milieu hospitalier.
En savoir plus

135 En savoir plus

Indications de la césarienne. Expérience du service de gynéco-obstétrique B au sein du CHU Mohamed VI durant 2ans (2009-2010)

Indications de la césarienne. Expérience du service de gynéco-obstétrique B au sein du CHU Mohamed VI durant 2ans (2009-2010)

nous parvenaient tardivement au stade de complications maternelles qui nécessitaient une césarienne d’urgence. Ceci est dû d’une part au non suivi des grossesses, c’est que la première consultation pour la majorité de ces patientes était celle qu’elles avaient à la salle d’admission de notre service, de ce fait certaines pathologies comme la pré éclampsie, évoluaient sans prise en charge adéquate jusqu’à arriver au stade de complications graves comme l’hématome rétroplacentaire et l’éclampsie, nécessitant une césarienne d’urgence pour sauvetage maternel, de ce fait aussi, on ne connaissait pas parfaitement l’état de nos patientes avant l’intervention notamment devant l’urgence on ne pouvait pas procéder à une consultation pré anesthésique ce qui exposait ces femmes au risque de complications anesthésiques. D’autre part ces patientes sont pour la plus part référées tardivement et dans de mauvaises conditions ce qui retardait la prise en charge urgente que leurs cas imposaient.
En savoir plus

155 En savoir plus

Les toxidermies graves chez lenfant. Exprience du centre hospitalier universitaire Mohammed VI Marrakech

Les toxidermies graves chez lenfant. Exprience du centre hospitalier universitaire Mohammed VI Marrakech

Le but de notre travail est d’étudier le profil épidémiologique, clinique et évolutif de nos malades NSAIDi que les médicaments les plus incriminés. Il s’agit d’une étude rétrospective de 13 cas de toxidermies médicamenteuses graves chez l’enfant colligés au service de pédiatrie (53.8% des cas), de réanimation pédiatrique (30.7% des cas) et de dermatologie (15.4% des cas) du centre hospitalier universitaire Mohammed VI de Marrakech, sur une période de 9 ans, de Janvier 2008 au décembre 2016. Pour l’étude de l’imputabilité, on a utilisé la méthode française élaborée par Bégaud et al.
En savoir plus

89 En savoir plus

Arthrolyse du coude : L’expérience du service de traumatologie B du CHU Mohamed VI

Arthrolyse du coude : L’expérience du service de traumatologie B du CHU Mohamed VI

Il apparaît que le geste à ciel ouvert est globalement plus extensif avec un gain immédiat spectaculaire mais avec une réservation aux malades dites graves pour une étiologie surtout post-traumatique. Le passage du ciel ouvert à l’arthroscopique a permis d’apporter des résultats intéressants mais non validés par des études comparatives rigoureuses. Rappelons que le symposium de la Société française d’arthroscopie (SFA) 2005 avait, lui, comparé les deux techniques et donnait un léger avantage, en termes de résultats sur la mobilité, à la technique traditionnelle [87].
En savoir plus

99 En savoir plus

Lymphomes cutanes primitifs : Expérience du service de dermatologie CHU Mohammed VI Marrakech

Lymphomes cutanes primitifs : Expérience du service de dermatologie CHU Mohammed VI Marrakech

  c.Traitement : La chimiothérapie de type R-CHOP est le traitement de référence (22). Toutefois, ses risques sont élevés chez les sujets très âgés, en mauvais état général ou ayant une fonction cardiaque altérée. Une approche au cas par cas consistant à réduire les doses d’anthracyclines (R- mini- CHOP) ou à les supprimer (R-CVP) chez les sujets de plus de 80 ans ou fragiles, permet de limiter les effets secondaires graves, en particulier hématologiques, infectieux et cardiaques. Une étude rétrospective faite chez 25 malades traités selon ces modalités a montré un taux de réponse complète de 92 % et un taux de survie à trois ans de 87 %, soit une nette amélioration par rapport aux séries historiques (22).
En savoir plus

178 En savoir plus

Les tumeurs de la paroi thoracique exprience du service de la chirurgie thoracique CHU Mohamed VI Marrakech

Les tumeurs de la paroi thoracique exprience du service de la chirurgie thoracique CHU Mohamed VI Marrakech

Les cas inclus dans notre étude sont des patients, de sexe féminin et masculin de tout âge ayant une tumeur de la paroi thoracique au service de chirurgie thoracique du CHU Mohammed I[r]

129 En savoir plus

Les complications de la chirurgie digestive au service de chirurgie viscrale Hpital Arrazi CHU Mohamed VI

Les complications de la chirurgie digestive au service de chirurgie viscrale Hpital Arrazi CHU Mohamed VI

I. Répartition de l’âge : Durant la période d’étude, 3535 patients ont bénéficié d’une intervention chirurgicale au sein du service de chirurgie viscérale Hôpital Arrazi CHU Md VI. La moyenne d´âge en général est de 51,5 ans avec des extrêmes allant de 16 à 85ans. La tranche d’âge [16-30 ans] constitue 400 cas soit 11,25% ; [31-40ans] constitue 583 cas soit 16,40 % ; la tranche d’âge de [41-50 ans] constitue 07,77% de la population étudiée ; [51-60 ans] constitue 630 cas soit 17,73% ; [61-70ans] constitue 682 soit 19,19% ; [71-80ans] constitue 567 cas soit 15,95% ; et les patients âgés de plus 81 ans constitue 398 cas soit 11,20%.
En savoir plus

98 En savoir plus

La greffe de la membrane amniotique : Exprience du service dOphtalmologie du CHU Mohamed VI de Marrakech

La greffe de la membrane amniotique : Exprience du service dOphtalmologie du CHU Mohamed VI de Marrakech

Abstract The amniotic membrane graft is a therapeutic choice recently appeared on the ophthalmological scene, which allows the treatment of certain ocular surface pathologies. The purpose of our work is to report our experience in amniotic membrane transplantation. This is a retrospective study of 122 patients who received an amniotic membrane transplant at the ophthalmology department of Mohamed VI University Hospital of Marrakech over a period of 3 years, from April 2014 to October 2017. The average age of our patients was 45.80 with a slight male predominance of 51.63%. The indications of the transplant were corneal ulcers (45 patients: 36.88%); Corneal perforations (36 patients: 29.5%) Ocular burns (18 patients: 14.75%); delay in cicatrisation on CG (8 patients: 6.55%); Symponépharon (8 patients: 6.55%); Conjunctival or limbic tumors (4 patients: 3.27%); The pterygion (3 patients: 2.45%). Initial visual acuity was less than or equal to 1/10 in 80.32% of cases.
En savoir plus

140 En savoir plus

Pancratite aigue et grossesse : Exprience du service de chirurgie viscrale du CHU Mohamed VI

Pancratite aigue et grossesse : Exprience du service de chirurgie viscrale du CHU Mohamed VI

La PA est modérée ou bénigne en l’absence d’un SIRS, d’une défaillance d’organe, d’une nécrose parenchymateuse ou de toute autre complication. Elle est souvent désignée par le terme d’interstitielle ou œdémateuse. La PA modérée évolue vers l’amélioration, en général en 48 à 72h, après un traitement médical simple. On considère globalement que 20 à 30 % des PA sont sévères, avec une mortalité de 30 %. La réponse individuelle étant souvent imprévisible à l’admission, des scores clinico-biologiques et morphologiques sont utilisés pour aider le clinicien à dépister rapidement les patientes qui présentent d’emblée une PA grave (PAG) ou pouvant s’aggraver, afin de les orienter vers un service de réanimation pour une prise en charge adaptée. Malgré certaines controverses, l’étiologie de la PA n’est pas associée à la gravité de la maladie [60,61].
En savoir plus

189 En savoir plus

La mortalit nonatale au sein de service de ranimation nonatale au CHU Mohamed VI de Marrakech

La mortalit nonatale au sein de service de ranimation nonatale au CHU Mohamed VI de Marrakech

6.3. La prématurité: La prématurité était présente dans 51,9% des cas de décès néonatals dans notre étude. Elle est ressortie comme facteur de risque de la mortalité néonatale précoce (p=0,032). Une étude réalisée par Phan Thi Hoan au Vietnam a mis en évidence que 87,5% des enfants décédés sont nés à terme, ce qui ne concorde pas avec notre série et peut être expliqué par le mode de recrutement du service (43), Katilé M. a trouvé dans son étude un taux de prématurée parmi les décès a été de 24,1% (44), étude à l’hôpital de référence du Camerone a objectivée 31,5% des décès avant 37SA (45).
En savoir plus

140 En savoir plus

La fivre du nouveau-n : Exprience du service de ranimation nonatale CHU Mohamed VI de Marrakech

La fivre du nouveau-n : Exprience du service de ranimation nonatale CHU Mohamed VI de Marrakech

M.S. Elles sont souvent le fait du prématuré. Elles posent au clinicien un double problème diagnostique et thérapeutique. Aucun signe clinique ou biologique n’est spécifique d[r]

153 En savoir plus

Traitement chirurgical des myélopathies cervicoarthrosiques expérience du service de neurochirurgie CHU Mohamed de Marrakech

Traitement chirurgical des myélopathies cervicoarthrosiques expérience du service de neurochirurgie CHU Mohamed de Marrakech

La myélopathie cervicarthrosiques est une souffrance radiculo-médullaire secondaire à une cervicarthrose. Nous rapportons une série de 100 cas colligés au service de neurochirurgie au CHU MOHAMED VI de Marrakech entre 2002 et 2010, il ressort qu’il reste l’apanage du sujet de la cinquantaine avec prédominance masculine (84%). Plusieurs circonstances de survenues favorisent son installation notamment la notion de profession à risque (79%). la notion de cause déclenchante dans (56%), surtout le traumatisme du rachis cervical. La symptomatologie clinique est souvent progressive dans (62%), faite de NCB (44%), paresthésies (43%) et troubles de la marche 37% des cas. Le syndrome rachidien, lésionnel et sous lésionnel sont retrouvés successivement dans : 33% ; 51% et 75% des cas. Les bilans paracliniques comportaient les radiographies standard du rachis cervical, la TDM et surtout l’IRM cervical qui reste l’examen clé. L’indication chirurgicale était le traitement de choix chez tous les malades. L’abord antérieur était la voie la plus utilisée 64% versus 33% de laminectomie. L’évolution immédiate est marquée par l’amélioration dans 56% des cas. A long terme, l’évolution fut favorable chez 26% des patients opérés, 9 décès, avec 44% des malades perdus de vue. Devant la grande hétérogénéité des MCA, vue nécessaire d’utiliser une échelle unifiée d’évaluation du déficit neurologique en pré et post opératoire. Les traitements de la MCA pratiqués jusqu'à maintenant, visent à éliminer la cause de la sténose; mais n’existe pas à ce jour des données statistiques démontrant la supériorité d’une technique chirurgicale pour l’ensemble des MCA.
En savoir plus

158 En savoir plus

Prise en charge des craniosténoses au CHU Mohamed VI

Prise en charge des craniosténoses au CHU Mohamed VI

Les craniosténoses correspondent à la soudure prématurée d’une ou plusieurs sutures de la boite crânienne. Nous avons essayé, à travers une étude rétrospective, concernant 12 cas colligés dans le service de neurochirurgie de CHU Mohamed VI de Marrakech durant une période de 4 ans entre 2007 à 2010, de dégager certains aspects clinico-radiologiques, étiologiques et thérapeutiques des craniosténoses. Nos 12 malades se répartissent de la manière suivante : 03 plagiocéphales, 03 syndromes d’Apert, 02 scaphocéphales, 02 trigonocéphales, 01 brachycéphale, et 01 cas de crâne en trèfle. La moyenne d’âge de nos malades a été de 13 mois, le sexe ratio est de 1. Cliniquement, le motif de consultation était dans 91 % une anomalie crânienne isolée ou associée à d’autre malformation, et une hypertension intracrânienne dans 8 % des cas. La radiographie du crâne a été réalisée chez 8 malades (66 %), le fond d’œil a été réalisé chez 10 malades (83 %) et la TDM cérébrale a été faite chez tous nos malades avec une reconstruction spiralée chez 5 cas. Tous nos malades ont bénéficié d’une intervention chirurgicale, 75 % des malades ont été opéré avant l’âge de 1 an. Le traitement chirurgical a consisté en une craniotomie paramédiane avec retombées latérales dans un cas, le remodelage fronto-orbitaire chez un cas, et un remodelage crâniofacial avec avancement fronto-orbitaire chez le reste des malades. A part un cas de décès à j1 du post-opératoire, les suites opératoires immédiates ont été simples dans la majorité de nos patients. L’évolution à long terme a été jugée favorable dans 62 % des cas, et défavorable chez 3 malades : persistance de l’exophtalmie chez un et du retard psychomoteur chez 2. Il faut noter la correction de la dysmorphie crânienne chez tous les malades.
En savoir plus

154 En savoir plus

La prise en charge neurochirurgicale des tuberculomes crbraux : exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI

La prise en charge neurochirurgicale des tuberculomes crbraux : exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI

We report a series of 13 cases of cerebral tuberculomas retrospectively collected at the neurosurgery department of Mohamed VI University Hospital of Marrakech over a period of 6 years from January 2012 to December 2017. Cerebral tuberculomas accounted for 1.7% of intracranial expansive processes. The average age of our patients was 28.4 years [6-54 years]. Male predominance was noted with a sex ratio of 1.16. There was a history of tuberculous infection in 1 case (7.6%). The clinical features was dominated by increased intracranial pressure in 9 cases (69.2%), followed by seizures and cerebral motor dysfunction in 6 cases (46.1%). brain magnetic resonance imaging was performed in all our patients. Supratentorial lesion was found in 10 cases (76.9%), infratentorial in a single case (7.6%), whereas tuberculomas were multiple in 2 cases (15.3%). Concomitant extra-cerebral localization was found in 3 cases (pulmonary, vertebral and ganglionic). In all patients, therapeutic approach was based on multidrug chemotherapy for a period of 9 to 12 months. Surgical procedure consisted of excision of the tuberculoma in 69.2%, stereotactic biopsy in 23%, endoscopic aspiration in 7.6% and treatment of hydrocephalus in 7.6%. Tubercular origin was proved by anatomopathological or bacteriological examination in all cases. Outcome was favorable in 12 cases, reflecting a rate of 92.3%, with a mean follow-up of 3 years.
En savoir plus

199 En savoir plus

Rôle de l'étude hémodynamique invasive des pressions pulmonaires dans le calibrage du cerclage de l'artère pulmonaire Expérience du service de chirurgie cardiovasculaire CHU Mohamed VI

Rôle de l'étude hémodynamique invasive des pressions pulmonaires dans le calibrage du cerclage de l'artère pulmonaire Expérience du service de chirurgie cardiovasculaire CHU Mohamed VI

d’une étude rétrospective, descriptive et analytique dont le but est d’étudier l’utilité de l’étude hémodynamique invasive per opératoire dans le calibrage du cercl[r]

133 En savoir plus

Expérience du service de gynécologie obstétrique A CHU Mohammed VI - Marrakech

Expérience du service de gynécologie obstétrique A CHU Mohammed VI - Marrakech

Par ailleurs, DeFranco et al. (26), dans une cohorte rétrospective très récente portant sur 25 065 EDT à travers 17 hôpitaux aux Etats Unis, confirment que les taux de tentatives de VBAC sont comparables qu’il que soit le niveau de l’hôpital : hôpital avec et sans service de gynécologie-obstétrique (51.3% et 56.1% respectivement), hôpital communautaire (50.4%) ou hôpital universitaire (61%). Ils confirment également qu’il n’y a pas de différence concernant les taux d’échec de l’EDT et les taux des complications selon ces hôpitaux ; à l’exception d’une augmentation significative du taux de RU dans les hôpitaux communautaires (1.2%), par rapport aux hôpitaux universitaire (0.6%), mais les risques absolus restent faibles.
En savoir plus

106 En savoir plus

Greffe de cornée : Expérience du service d’Ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Greffe de cornée : Expérience du service d’Ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

IX IX IX IX.... Techn Technique opératoire Techn Techn ique opératoire ique opératoire :::: ique opératoire Kératoplastie transfixiante versus kératoplasties lamellaires. Au service d’ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech, nous pratiquons la kératoplastie transfixiante (greffe complète de la cornée), mais cette technique s’accompagne de plusieurs complications majeures et souvent imprévisibles. Parmi celles-ci, le rejet, l’hypertonie oculaire, et la décompensation œdémateuse mettant en jeu le pronostic de la greffe. Il faut également mentionner les autres complications ne compromettant en rien la survie du greffon comme l’astigmatisme secondaire induit par plusieurs facteurs (incongruence des berges, tension et asymétrie des sutures…) et la récupération visuelle qui est tardive s’échelonnant sur 6 mois à un an selon le terrain du receveur, la cause de la greffe et l’heure de retrait des sutures.
En savoir plus

160 En savoir plus

Glaucomes congénitaux : Expérience du service d'Ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Glaucomes congénitaux : Expérience du service d'Ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Nous rapportons notre expérience en matière de prise en charge des glaucomes congénitaux, à travers une étude rétrospective menée entre mars 2009 à Octobre 20[r]

216 En savoir plus

Show all 5403 documents...

Sujets connexes