Haut PDF Prise en charge de la sténose hypertrophique du pylore, Expérience du service de chirurgie pédiatrique générale du CHU de Marrakech

Prise en charge de la sténose hypertrophique du pylore, Expérience du service de chirurgie pédiatrique générale du CHU de Marrakech

Prise en charge de la sténose hypertrophique du pylore, Expérience du service de chirurgie pédiatrique générale du CHU de Marrakech

5.2 ANOMALIES DES NEUROTRANSMETEURS: L'étude de l'innervation intrinsèque a pu être obtenue a partir de biopsie de l'olive pylorique. Les résultats sont divergents selon les auteurs, les cellules étant décrites comme normales (14), diminuées en nombre marqué par le GDNF (glial-cell line derived neurotrophic factor) (24) ou immature dans leur structure avec augmentation de desmine (25), De nombreuses études sont en faveur d'anomalie transitoire de l'innervation des cellules musculaires lisses de la musculature pylorique (1). La diminution du nombre des cellules ganglionnaires au niveau du plexus myentérique (dégénérescence ou immaturité) est connue de longue date (16). Au début des années quatre vingt dix, on a retrouvé des anomalies des neurotransmetteurs (substance P, vasoactive intestinal peptide, neuropeptide y, monoxyde d’azote) tant au niveau du plexus myentérique qu'au niveau des cellules musculaires lisses, avec en particulier une atteinte du système myorelaxant non adrénergique, non cholinergique (26),il s'agit d' une diminution d'expression de VIP, CGRP( calcitonin-gene related peptide) ,la substance P(2) ; et de n NOS(neuronal netric oxyde synthase)( 27). Et il existerait une involution du système entérique au moment de la SHP, qui ne dépend pas de la durée d'évolution de la maladie mais régresse avec l'âge (28). En effet lors des biopsies réalisées à distance de la sténose ou chez des enfants présentant une authentique sténose mais plus âgé (quelques mois), on ne retrouve pas ces anomalies de l'innervation. Cette régression histologique explique le bon pronostic de la SHP. (29) L'étude en microscope électronique retrouvent une ultra structure normale.
En savoir plus

110 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale de la hernie hiatale chez l'enfant au service de chirurgie pédiatrique générale du CHU de Marrakech

Prise en charge chirurgicale de la hernie hiatale chez l'enfant au service de chirurgie pédiatrique générale du CHU de Marrakech

La fréquence moyenne était de 15 cas/an, avec un âge moyen de 3,5 ans, et une prédominance masculine (Sexe Ratio M/F : 1,3). Les vomissements étaient le motif de consultation chez tous les patients, avec des signes respiratoires et ORL associés dans 36,7% des cas. La fibroscopie digestive haute réalisée systématiquement, avait un apport diagnostique et pronostique, même en l’absence des donnés du transit œso-gastro-duodénal, qui n’a été réalisé que dans 7 cas (23,4%). Les complications liées au RGO étaient d’ordre peptique (œsophagite chez 96,7% des cas, sténose chez 33,4% des cas) et respiratoires (36,7%). Les indications de la chirurgie étaient dominées par la présence d’anomalies anatomiques permanentes, avec des complications peptiques ne répondant pas au traitement médical, ou chez des enfants ayant un retard psychomoteur.
En savoir plus

137 En savoir plus

Prise en charge des malformations anorectales au service de chirurgie pédiatrique générale du CHU de Marrakech

Prise en charge des malformations anorectales au service de chirurgie pédiatrique générale du CHU de Marrakech

Les écrits publiés sont divisés essentiellement en partisans de la technique de Pena, ceux de la technique de Mollard et ceux de la technique de Stephens. Chaque catégorie défend son abord chirurgical et sa technique et cite les inconvénients des autres techniques. Notre service a opté pour la technique de Pena qui est jugée adaptée aux formes hautes comme aux formes intermédiaires (mini Pena). En effet la technique de Pena est maintenant utilisée dans la plupart des pays notamment aux Etats-Unis, l’Amérique latine, l’Espagne, le Japon…. Et même si on l’accuse de léser les structures musculaires on n’a pas déploré chez nous de problèmes particuliers inhérents à cet abord.
En savoir plus

146 En savoir plus

Prise en charge de l'atrésie de l'osophage au service de chirurgie pédiatrique générale au CHU de Marrakech

Prise en charge de l'atrésie de l'osophage au service de chirurgie pédiatrique générale au CHU de Marrakech

Données épidémiologiques : Durant notre période d’étude, 31 patients avec une atrésie de l’œsophage ont été admis au service de chirurgie pédiatrique générale, soit une fréquence de 15.5[r]

154 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale du pied bot varus équin congénital chez l'enfant (2009-2010): expérience du service d'orthopédie traumatologie pédiatrique CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge chirurgicale du pied bot varus équin congénital chez l'enfant (2009-2010): expérience du service d'orthopédie traumatologie pédiatrique CHU Mohammed VI de Marrakech

TAYTON et THOMPSON en 1979 , préconisent une chirurgie tardive après un long traitement fonctionnel, permettant d’assouplir au maximum le pied[11]. L’intervention plus tardive entre l’âge de 1et 2 ans en l’absence d’amélioration par les manipulations et les plâtres a aussi de nombreux défenseurs [78, 79]. Il n’y a pratiquement plus de partisans d’une chirurgie précoce, néo-natale [80]. La libération précise des parties molles, puis le maintien plâtré d’un pied de petite taille sont difficiles et les récidives semblent fréquentes [80]. Ainsi, Seringe [81] détermine l’âge de l’intervention à 10mois et Turco à 12mois [69]. Turco insiste beaucoup pour dire que les meilleurs résultats qu’il a obtenus sont acquis sur des malades opérés après l’âge de 1 an, et que la plupart des récidives qu’il a constatées sont survenues sur des malades opérés avant l’âge de 1 an [69]. La chirurgie entre l’âge de 2 et 6 mois est préconisé par de nombreux auteurs [82,83, 84, 4]. La correction du pied à ces âges permettrait un meilleur remodelage ostéo-articulaire avec la croissance [83,84].
En savoir plus

137 En savoir plus

Prise en charge de la luxation congénitale de la hanche chez l'enfant au-delà de l'âge de la marche: Expérience du service d'orthopédie traumatologie pédiatrique au CHU de Marrakech

Prise en charge de la luxation congénitale de la hanche chez l'enfant au-delà de l'âge de la marche: Expérience du service d'orthopédie traumatologie pédiatrique au CHU de Marrakech

L’IRM, un examen anodin très performant, est d’actualité dans la recherche de signe précoce d’OTF. Des séquences vasculaires spécifiques pourraient permettre d’évaluer précocement une souffrance vasculaire épiphysaire supérieure. La mise en évidence de certains signes permet de rectifier le mode d’immobilisation ou de traitement reçu afin de diminuer ce risque et les conséquences futures sur la croissance. C’est ce que prouve une étude réalisée en 2009 [56], dans laquelle 27 patients âgés de 5,5 mois en moyenne ont bénéficié d’une IRM moins de 24 heures après une réduction réalisée au bloc opératoire sous anesthésie générale sans traction préalable. Sur cet examen, 21% ont développé des signes précurseurs de nécroses épiphysaire, tous les cas ont été confirmés par le suivi radiologique ultérieur de 2 à 12 ans. Cet examen est un élément pronostic valable pour prédire l’évolution du noyau épiphysaire fémoral supérieur. Néanmoins, il est essentiel de rappeler que l’évolution radiologique n’est pas systématiquement en rapport avec le résultat fonctionnel.
En savoir plus

143 En savoir plus

Kyste hydatique d u foie chez l’enfant Expérience du service de ch irurgie pédiatrique générale CHU Marrakech

Kyste hydatique d u foie chez l’enfant Expérience du service de ch irurgie pédiatrique générale CHU Marrakech

- 111 - Cette méthode n’a pas trouvé place, dans notre série, ni dans les autres séries nationales de Souiki [27] et Bencherifa [26]. Dans une étude argentine de prés de 6000 enfants ayant un KHF, 70 cas ont été suivis en moyenne de 44 mois, sur les 39 cas qui ne justifiaient pas une prise en charge thérapeutique immédiate, 21% ont spontanément évolué vers l’involution complète, 18% ont présenté des signes échographiques d’évolution vers la dégénérescence, 28% avaient un aspect échographique inchangé, seulement 33% présentaient des signes d’évolution justifiant un protocole thérapeutique adéquat. Des observations similaires ont été faites en Chine et au Moyen orient [35]. Donc, c’est une méthode qui a prouvé son efficacité, mais elle nécessite un suivi particulier avec la possibilité de conversion. Dans notre contexte, l’abstention thérapeutique reste difficile à adopter par les chirurgiens ou d’être acceptée par la famille du patient car elle nécessite un suivi long et couteux.
En savoir plus

174 En savoir plus

Péritonites appendiculaires chez l’enfant : expérience du service de chirurgie pédiatrique générale du CHU de Marrakech

Péritonites appendiculaires chez l’enfant : expérience du service de chirurgie pédiatrique générale du CHU de Marrakech

Résumé Le diagnostic de péritonite appendiculaire reste très difficile chez l’enfant. Devant la fréquence des erreurs diagnostiques, nous avons réalisé cette étude rétrospective de 63 péritonites appendiculaires colligées sur une période de 2 ans, du 01 janvier 2009 au 31 décembre 2010, au service de chirurgie infantile du CHU Med VI, afin de juger la qualité de la prise en charge de cette pathologie, et de proposer des solutions pour l’améliorer. L’âge moyen était de 10 ans, avec une prédominance masculine (sex.ratio H/F :2,14), l’origine urbaine était prédominante(59%), une recrudescence de cette pathologie entre le mois d’avril et octobre a été notée, le délai moyen de consultation était de 5 jours. Le symptôme majeur était la douleur abdominale qui était diffuse chez 52% des cas, les vomissements étaient bilieux chez 53%, la diarrhée a été présente chez 18%. 92% des enfants étaient fébrile à l’admission avec une défense abdominale généralisée chez 46% d’entre eux. Une hyperleucocytose a été trouvée chez 86% des patients, 7,5% des radiographies d’abdomen sans préparation (ASP) ont mis en évidence la présence d’un stercolithe, 78% des échographies faites ont permis de poser le diagnostic. Une laparotomie d’emblée a été réalisée chez 96,5%, les appendices étaient retro coecale internes dans 32% des cas et perforés chez 48%. le traitement a été basé sur l’appendicectomie avec une toilette péritonéale abondante et un drainage, associé à une triple antibiothérapie. Le germe Escherichia coli a été trouvé dans 45% des cultures bactériologiques. 9% des cas avaient une évolution compliquée et La moyenne de séjour hospitalier était de 9 jours. Notre étude a mis en évidence l’absence de la chirurgie par laparoscopie, qui est devenue une actualité en matière de la prise en charge de cette pathologie.
En savoir plus

173 En savoir plus

Prise en charge intgre du patient obse: Exprience du service dEndocrinologie du CHU MOHAMMED VI de Marrakech

Prise en charge intgre du patient obse: Exprience du service dEndocrinologie du CHU MOHAMMED VI de Marrakech

− Cuisine thérapeutique. Alors qu’en Norvège, « Evjekliniken » est un centre de changement de mode de vie et de traitement de l'obésité morbide. Il fait partie du service de santé spécialisé (146). La clinique a un total d’espace d'env. 7000 m². Avec un bâtiment principal (avec l'administration, le cabinet du médecin, la salle à manger et les salles de classe, etc.), le salon principal avec de grandes cuisines et salles de banquet / salles de cours, 7 bâtiments résidentiels pour les patients, un gymnase, etc. De plus, la clinique dispose de beaux espaces communs à l'intérieur et à l'extérieur, qui servent à la pratique des loisirs. Le centre dispose aussi d’un terrain de volley-ball sur sable et un espace privé en plein air près de la rivière. La clinique a également accès à la piscine.
En savoir plus

158 En savoir plus

Etude rtrospective des occlusions intestinales : diagnostic et prise en charge (service de chirurgie viscrale, HIT Marrakech)

Etude rtrospective des occlusions intestinales : diagnostic et prise en charge (service de chirurgie viscrale, HIT Marrakech)

Le Docteur Wangensteen , que plusieurs considèrent comme étant le plus grand pédagogue en chirurgie du vingtième siècle, est reconnu pour ses études révolutionnaires de l’occlusion intestinale .il a défini les critères pour le diagnostic initial de l’obstruction intestinale s’aidant de son sthétoscope pour définir la nature mécanique ou pralytique de l’occlusion ) ; il était également le premier à préconiser les examens radiographiques pour déterminer l’existence d’une occlusion réelle .De plus il a découvert que la succion appliquée à une sonde nasale se rendant dans l’estomac pouvait soulager aussi efficacement que l’entérostomie réduisant ainsi les complications de l’entérostomie ( péritonites , fistules intestinales qu’il avait remarqué) cette méthode fut améliorée, après par l’aspiration longue à l’aide du tube de MILLER ABBOTT.
En savoir plus

151 En savoir plus

La Prise en Charge des Polyradiculonvrites au CHU Med VI, Marrakech

La Prise en Charge des Polyradiculonvrites au CHU Med VI, Marrakech

Notre étude nous a permis de conclure que le SGB est l'étiologie la plus fréquente des polyradiculonévrites aiguës (PRNA). Son diagnostic repose sur la réunion de critères cliniques, éléctrophysiologiques et des données du LCS. Ce syndrome doit être distingué des PRNA secondaires vu les implications thérapeutiques différentes. Il est de pronostic favorable si pris en charge précocement et correctement. Afin d'assurer un diagnostic précoce, il est souhaitable d'envisager une bonne couverture médicale et sanitaire, d'assurer une formation des médecins généralistes et de rompre avec les pratiques traditionnelles assez répandues à travers des compagnes de sensibilisation assez fréquentes et régulières
En savoir plus

108 En savoir plus

Prise en charge des maladies neurologiques par plasmaphrse : exprience du service de neurologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des maladies neurologiques par plasmaphrse : exprience du service de neurologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

de tout ce que vous avez souhaité pour moi. Je vous dédie ce travail et je prie le bon Dieu vous garder . A Toutes les formidables rencontres à Marrakech (Particulièrement à vous : Mariéta Dia, Sandrine SIGA SENE, Adama lO, Amina DIAGNE, Seynabou fall, Anna LY, Mame diarra THIAM, Awa Farry BA, Madina TALL, Mouhamed FAYE, Binta SALL, Yassin JAH, Sainabou CHAN, Binta Faye, Fatou NJAY …)

134 En savoir plus

Prise en charge Neurochirurgicale des tumeurs ventriculaires, Expérience du service de neurochirurgie du CHU Med VI, Marrakech période allant de l'an 2006 à l'an 2010

Prise en charge Neurochirurgicale des tumeurs ventriculaires, Expérience du service de neurochirurgie du CHU Med VI, Marrakech période allant de l'an 2006 à l'an 2010

e- Métastases :(116, tableau XXI) En l’absence de diagnostic anatomopathologique et/ou en présence d’un risque vital, tout patient atteint d’une seule métastase extirpable doit être opéré. En dehors de ces cas, si une métastase est unique et si une chirurgie peut être effectuée, celle-ci est une option qui doit être proposée au patient. Une irradiation complémentaire est alors souhaitable quelle que soit la qualité de l’exérèse. L’irradiation locale de choix serait logiquement la radiothérapie en conditions stéréotaxiques, mais les seuls essais montrant l’intérêt de l’irradiation postopératoire ont utilisé l’irradiation de l’encéphale en totalité.
En savoir plus

207 En savoir plus

La prise en charge chirurgicale de la malformation de Chiari. Exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI, Marrakech

La prise en charge chirurgicale de la malformation de Chiari. Exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI, Marrakech

L’évolution en postopératoire des patients ayant une malformation de Chiari est variable et peut dépendre de plusieurs facteurs pronostic tel que la présentation clinique, la présence o[r]

186 En savoir plus

Prise en charge endoscopique de la pathologie neurochirurgicale : Exprience du Service de Neurochirurgie du CHU Mohamed VI De Marrakech

Prise en charge endoscopique de la pathologie neurochirurgicale : Exprience du Service de Neurochirurgie du CHU Mohamed VI De Marrakech

L’objectif de la chirurgie sympathique est de supprimer l’innervation sympathique des glandes sudoripares des membres supérieurs, en procédant à l’exérèse des 2 ème ,3 ème et 4 ème ganglions sympathiques thoraciques (T2, T3, T4) ainsi que la pointe inférieure du ganglion stellaire. L’abord endoscopique permet de réduire au minimum le préjudice esthétique, en effet, les patients gardent comme séquelles une cicatrice de 5 mm dans l’aisselle et deux cicatrices punctiformes de 3mm de diamètre. De plus, la mortalité est nulle, la durée d’intervention n’excède pas 30 minutes, le taux du syndrome de Claude Bernard-Horner est très faible et le coût de la STE n’est pas élevé par rapport à d’autres techniques notamment l’ionophorèse.
En savoir plus

241 En savoir plus

La prise en charge des compressions mdullaires tumorales : exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech

La prise en charge des compressions mdullaires tumorales : exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech

Les compressions médullaires d’origine tumorale représentent une urgence neurochirurgicale par excellence. Leur diagnostic et leur prise en charge ne doivent souffrir d’aucun retard et ceci dès la survenue des premiers symptômes. Malheureusement, cette pathologie est souvent diagnostiquée tardivement, c’est le cas dans notre série où 29% des patients étaient admis au service au stade de paraplégie. Ceci est attribuable d’une part, à l’ignorance des malades, à la mauvaise orientation à cause de la discrétion et de l’aspect trompeur des signes de début et d’autres parts, aux moyens d’investigation limités surtout par leur coût élevé.
En savoir plus

159 En savoir plus

TEvaluation de la technique de Ponseti dans la prise en charge du pied bot varus quin congnital chez l'enfant : exprience du service de chirurgie pdiatrique du CHU de Marrakech

TEvaluation de la technique de Ponseti dans la prise en charge du pied bot varus quin congnital chez l'enfant : exprience du service de chirurgie pdiatrique du CHU de Marrakech

Notre étude a trouvé que l’âge du début de la prise en charge influence le devenir du pied bot après traitement, plus la prise en charge est précoce, plus les résultats sont bon, ainsi [r]

155 En savoir plus

Modalits de prise en charge des enfants diabtiques au CHU de Marrakech

Modalits de prise en charge des enfants diabtiques au CHU de Marrakech

b.1. Les analogues rapides : Trois analogues rapides sont actuellement commercialisés : « la lispro», l’analogue rapide «aspart » et la « glulisine ». Ils ont une action deux fois plus rapide et deux fois plus courte que l’insuline humaine [161]: En conséquence, ils peuvent être injectés immédiatement avant le repas voire même, si nécessaire, après le repas quand la prise alimentaire est incertaine, ce qui est très pratique chez les petits enfants dont on ignore l’appétit [163-165]. Ils maîtrisent mieux l’hyperglycémie postprandiale et minimisent les hypoglycémies à distance des repas surtout en fin de matinée et en milieu de nuit, Leur intensité d’action est forte et varie peu d’un jour à l’autre [155, 163-178]. Leur utilisation pour les suppléments ponctuels d’insuline, visant à corriger les hyperglycémies ponctuelles ou les cétoses, permet d’accélérer le retour à la normoglycémie, en réalisant les suppléments toutes les deux à trois heures au lieu de toutes les quatre à six heures avec l’insuline humaine rapide [157, 161]. Le mélange avec d’autres insulines humaines est possible et n’altère pas leur pharmacocinétique [161].
En savoir plus

221 En savoir plus

Glaucomes congénitaux : Expérience du service d'Ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Glaucomes congénitaux : Expérience du service d'Ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

1 1 1- - - -Sténose congénitale des voies lacrymales: Sténose congénitale des voies lacrymales: Sténose congénitale des voies lacrymales: Sténose congénitale des voies lacrymales: Chez le nourrisson, l’imperméabilité lacrymo-nasale est liée à un obstacle congénital sur les voies lacrymales dans leurs portions verticales (valvule de HASNER). Le diagnostic se fait par l’interrogatoire. Les symptômes associent un larmoiement qui n’est jamais clair, généralement unilatéral, apparu dès la naissance, chronique, permanent, avec de fréquents épisodes de surinfection. Ces conjonctivites ou pseudo-conjonctivites sont volontiers concomitantes des infections rhino–pharyngées. Elles disparaissent à l’instillation d’antiseptiques ou d’antibiotiques et recommencent à leur arrêt. L’amélioration spontanée au cours de la première année de vie est fréquente, favorisée par des massages du sac lacrymal (70).
En savoir plus

216 En savoir plus

Interactions médecine générale-service de chirurgie dans la prise en charge vaccinale et l'antibioprophylaxie post-splénectomie au CHU de Toulouse entre janvier 2010 et septembre 2013

Interactions médecine générale-service de chirurgie dans la prise en charge vaccinale et l'antibioprophylaxie post-splénectomie au CHU de Toulouse entre janvier 2010 et septembre 2013

Le risque de survenue d'OPSI chez le patient hypo- ou asplénique est environ 50 fois plus élevé que dans la population générale. Des cas ont été rapportés 20 à 40 ans après une splénectomie [14] [15] [16]. C'est une urgence médicale et seuls un diagnostic rapide et un traitement immédiat peuvent réduire la mortalité. L'origine de la bactériémie est souvent inconnue, les prodromes sont peu spécifiques (fièvre, myalgies, céphalées, vomissements, tremblements) et le tableau clinique évolue en quelques heures en choc septique et défaillance multi viscérale [17]. S. pneumoniae, H influenzae et N. meningitidis sont les agents infectieux, tous encapsulés, les plus fréquemment retrouvés dans les hémocultures. Le S. pneumoniae est identifié dans la moitié des cas. D'autres agents infectieux encapsulés, plus rarement retrouvés, ont été décrits comme le
En savoir plus

81 En savoir plus

Show all 10000 documents...

Sujets connexes