Haut PDF Signification clinique des auto-anticorps au cours des polyarthralgies inflammatoires

Signification clinique des auto-anticorps au cours des polyarthralgies inflammatoires

Signification clinique des auto-anticorps au cours des polyarthralgies inflammatoires

I. Généralités 1. Rhumatisme inflammatoire chronique La difficile définition du RIC, clinique ou biologique, atteste la difficulté de son diagnostic. Du grec rheumatismos, synonyme de fluxion, un rhumatisme est défini comme une fluxion douloureuse des articulations, des muscles et des viscères. En rajoutant le mot « inflammatoire », le rhumatisme peut avoir une meilleure précision clinique sur le type de la douleur. Cependant, « inflammatoire » a surtout une valeur physiopathologique car les RIC sont secondaires à un processus auto-immun (production d’auto-anticorps) et/ou auto- inflammatoire (10). Si le premier concerne l’anomalie de l’immunité adaptative, l’auto- inflammation est due à une anomalie de l’immunité innée dont la plus connue est l’activation anormale de la caspase-1 par l’inflammasome sur lequel de nombreuses mutations génétiques sont identifiées. En effet, les microcristaux d’urate monosodique sont détectés spécifiquement par l’inflammasome NALP3, lui-même siège de nombreuses mutations génétiques, qui induisent une forte production d’IL-1β, l’événement initiateur de la réaction inflammatoire dans la goutte [10]. D’autres explications physiopathologiques du RIC sont possibles, le point commun étant la présence d’une désorganisation ou déséquilibre du système immunitaire, comme l’illustre la figure-13.
En savoir plus

105 En savoir plus

Prévalence et signification clinique des anticorps anti-annexine A2 au cours de la polyarthrite rhumatoïde

Prévalence et signification clinique des anticorps anti-annexine A2 au cours de la polyarthrite rhumatoïde

Patients et méthodes : Il s’agissait d’une étude rétrospective, transversale et monocentrique. Les données cliniques étaient recueillies dans le dossier médical informatisé des patients. Les aANXA2 ont été détectés par une technique ELISA. Résultats : 154 patients ont été inclus dans l’étude : 48 PR, 25 spondyloarthrites (SA), 4 rhumatismes psoriasiques (RPs), 12 syndromes de Gougerot-Sjögren (SGS), 40 pseudo- polyarthrites rhizoméliques (PPR), 25 autres rhumatismes inflammatoires, et 65 témoins sains. La prévalence des aANXA2 IgG était de 20.8% dans la PR, 8% dans les SA, 8.3% dans le SGS, 10% dans la PPR, 16% dans le groupe des autres rhumatismes inflammatoires, et 6.2% chez les témoins sains. En analyse univariée, il existait une différence significative entre les patients atteints de PR et les témoins sains, concernant l’âge, le sexe et les aANXA2 IgG. Après régression logistique sur l’âge et le sexe, les aANXA2 IgG restaient associés à la PR (Chi-square à 5.8705, p = 0.0154). Il n’y avait pas de corrélation entre les aANXA2 et les formes sévères de PR.
En savoir plus

75 En savoir plus

Signification clinique des anticorps antithyrodiens

Signification clinique des anticorps antithyrodiens

Les cellules endocrines, et principalement les cellules thyroïdiennes sont une cible privilégiée du système immunitaire au cours de ces MAI [1]. L’atteinte thyroïdienne représente une des maladies auto-immunes spécifiques d’organe les plus fréquentes chez l’Homme [2-3]. Les thyroïdites auto-immunes partagent un marqueur immunologique commun qui est la présence d’AAT (AAT) circulants. La détection de ces autoanticorps permet de rattacher une dysthyroïdie à une origine auto-immune, et également de définir des formes cliniques de ces maladies [2,4], qui sont dominées par la maladie de GRAVES BASEDOW (MB) et la thyroïdite de HASHIMOTO (TH). Ces auto-anticorps comprennent les anticorps antithyroglobuline (anti-TG), une protéine iodée présente dans la substance colloïde des vésicules thyroïdiennes, les anticorps anti-thyropyroxydase (anti-TPO), une enzyme clé de la biosynthèse thyroïdienne qui caractérisent la TH, et les anticorps anti récepteur de la TSH (anti-RTSH) qui stimulent la sécrétion des hormones thyroïdiennes en se fixant sur les récepteurs de la TSH et caractérisent la MB[2,4].
En savoir plus

104 En savoir plus

Traitement par corticoïdes des polyradiculonévrites inflammatoires démyélinisantes chroniques : recherche des facteurs prédictifs d'une amélioration clinique

Traitement par corticoïdes des polyradiculonévrites inflammatoires démyélinisantes chroniques : recherche des facteurs prédictifs d'une amélioration clinique

Une étude évalue pour la première fois en 2008, l‟efficacité au long cours des IgIV dans le cadre des PIDC, dans un essai randomisé en double aveugle avec 117 patients dans 33 pays différents (étude ICE). Elle montre une efficacité des IgIV (2,0 g/kg sur 2 à 4 jours, avec perfusion d‟entretien toutes les 3 semaines à 1,0 g/kg sur 1 à 2 jours) maintenue plus de 24 semaines et possiblement plus de 48 semaines, avec une amélioration plus marquée de l‟incapacité et moins de rechute qu‟avec un placebo [46]. Néanmoins, les effets des IgIV sont de courte durée, et les perfusions doivent être répétées à intervalle et posologie ajustés au cas par cas [54]. Une étude récente reprend les données de l‟étude ICE afin de déterminer le délai et la durée de réponse aux IgIV : sur les 30 patients répondeurs, 14 s‟améliorent 3 semaines après la première perfusion et 16 seulement à 6 semaines (soit 2 semaines après la seconde perfusion), suggérant qu‟au moins deux perfusions espacées de trois semaines doivent être réalisées avant de considérer les patients comme non répondeurs aux IgIV [58].
En savoir plus

190 En savoir plus

Implication des cellules NK au cours des maladies auto-immunes

Implication des cellules NK au cours des maladies auto-immunes

  1.1.2.  Conséquences  possibles  des  anomalies  NK  constatées     En  dehors,  de  l’action  des  cellules  NK  sur  la  fonctionnalité  des  pDCs  [292,293]  et   des   conséquences   connues   de   la   sécrétion   d’IFNγ   sur   les   acteurs   de   l’immunité   adaptative  (monocytes,  lymphocytes  B  et  lymphocytes  T)  [72],  les  autres  conséquences   des   anomalies   des   cellules   NK   restent   mal   comprises.   Ainsi,   l’impact   de   la   faible   cytotoxicité   des   cellules   NK   circulantes   qui   a   été   observée   (Résultats   1)   et   rapportée   dans  d’autres  études  consacrées  au  Lupus  Systémique  (Table  3)  peut-­‐être  envisagé  de   plusiseurs  façons.  Une  conséquence  séduisante  mais  hypothétique,  adaptée  des  études   portant   sur   les   interactions   avec   les   cellules   dendritiques   dérivées   des   monocytes,   concernerait  la  promotion  indirecte  de  l’auto-­‐immunité  par  les  cellules  NK  à  travers  un   défaut   de   lyse   des   mDCs   immatures.   En   effet,   si   ces   cellules   étaient   moins   contrôlées   par   les   cellules   NK   au   cours   du   Lupus   Systémique,   elles   seraient   plus   nombreuses   à   maturer  et  à  stimuler  les  cellules  du  système  immunitaire  adaptatif  en  présentant  des   peptides   du   soi.   Toutefois,   il   n’est   pas   certain   que   les   anomalies   des   cellules   NK   observées   dans   le   sang   soit   le   reflet   strict   de   leurs   fonctions   dans   les   tissus.   Les   résultats  de  Huang  Z  et  coll.  [284]  concernant
En savoir plus

177 En savoir plus

View of Encéphalite auto-immune à anticorps
						antirécepteur N-méthyl-D-aspartate : intérêt
						de l’électroencéphalographie continue en réanimation

View of Encéphalite auto-immune à anticorps antirécepteur N-méthyl-D-aspartate : intérêt de l’électroencéphalographie continue en réanimation

recherche tumorale était négative. La patiente était mutique. Elle était transférée en neuroréanimation après trois semai- nes d ’évolution. Elle était traitée par lacosamide. L’enregis- trement par EEGc et vidéo était mis en place. Le premier jour d ’enregistrement (J1), on retrouvait un épisode de dysauto- nomie avec polypnée et tachycardie sans anomalie électrique critique. Il était suivi par une crise motrice avec clonies de la tête et des membres supérieurs. Puis survenaient plusieurs décharges infracliniques durant une à trois minutes, avec une activité deltarythmique. À J3, apparaissaient des bouf- fées d ’activité rapide mêlées à des ondes delta, plus amples en regard de l ’hémisphère gauche. Elles se réptaient plu- sieurs dizaines de fois par 24 heures. L ’aspect était proche des delta-brush. Le clobazam était associé au lacosamide. À J4, on retrouvait la persistance de pointes temporales gau- ches. À J5, il existait des décharges d ’activité thêtarythmi- ques à point de départ temporal gauche durant plusieurs minutes ou dizaines de minutes et compatibles avec des cri- ses infracliniques. Le traitement antiépileptique était majoré avec lacosamide 400 mg/jour et clobazam 30 mg/jour. Un traitement immunomodulateur par veinoglobulines et cyclo- phosphamide permettait une nette amélioration clinique après un mois, avec reprise de la marche, de la parole et réalimentation. Le traitement poursuivi associait veinoglo- bulines et cyclophosphamide, une fois par mois.
En savoir plus

3 En savoir plus

Expression clinique des rhumatismes inflammatoires et microcristallins dans les suites d’un accident vasculaire cérébral ischémique ou hémorragique

Expression clinique des rhumatismes inflammatoires et microcristallins dans les suites d’un accident vasculaire cérébral ischémique ou hémorragique

EXPRESSION CLINIQUE DES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES ET MICROCRISTALLINS DANS LES SUITES D’UN ACCIDENT VASCULAIRE CEREBRAL ISCHEMIQUE OU HEMORRAGIQUE INTRODUCTION : L’existence d’une relation complexe entre système neuro-immunologique et douleur est suspectée depuis de nombreuses décennies, et fait l’objet d’un intérêt scientifique accru, comme en témoignent les parutions récentes. Nous proposons de décrire prospectivement la distribution clinique d’une crise de goutte ou de chondrocalcinose (rhumatismes microcristallins – RM) dans les suites d’un Accident Vasculaire Cérébral (AVC) ischémique ou hémorragique ; et rétrospectivement, la distribution clinique des rhumatismes inflammatoires (RI) (spondylo-arthropathie, polyarthrite rhumatoïde, sclérodermie systémique) après survenue d’un AVC ischémique ou hémorragique. METHODES: De janvier 2016 à avril 2017, nous avons réalisé une étude observationnelle prospective multicentrique. Les patients étaient inclus en cas de crise articulaire lors de leur hospitalisation en neurologique pour AVC ischémique et hémorragique. L’étude observationnelle rétrospective monocentrique a été réalisée de 2008 à mars 2016, à partir de la base informatique des services de rhumatologie et de neurologie du Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux. Les données recueillies concernaient les caractéristiques démographiques, neurologiques et rhumatologiques lors de l’AVC, de la crise microcristalline, et à distance de l’AVC dans le cas des RI. Les principaux calculs quantitatifs étaient des calculs de médiane, de moyenne et d’écart type. Un test de Chi2 d’ajustement a été réalisé afin de comparer la survenue d’une crise microcristalline du côté déficitaire ou sain. RESULTATS : Nous avons inclus 37 RM, et étudié finalement 33 RM ; nous avons inclus 104 RI et étudié finalement 18 RI. Les rhumatismes microcristallins
En savoir plus

93 En savoir plus

Tableau clinique et mécanismes physiopathologiques des principales maladies inflammatoires chroniques des voies respiratoires du cheval

Tableau clinique et mécanismes physiopathologiques des principales maladies inflammatoires chroniques des voies respiratoires du cheval

En conclusion, les connaissances actuelles permettent d’affirmer que la pousse ne correspond ni à une hyper- sensibilité de type I ni à une hypersen- sibilité de type II. Même si un consen- sus existe sur le fait que la pousse soit une hypersensibilité de type IV, l’absence d’éosinophilie et les délais de réaction dans cette maladie contre- disent cette théorie. Les similitudes entre la pousse et l’hypersensibilité de type III semblent intéressantes mais l’absence de preuves significatives ne nous permet pas de classer la pousse dans cette catégorie d’hypersensibi- lité avec certitude. Finalement, il sem- blerait que les caractéristiques de la pousse se rapprochent le plus d’une hypersensibilité de type III mais on pourrait également envisager l’exis- tence d’un autre type d’hypersensibi- lité encore actuellement inconnu ou bien simplement la présence simulta- née des hypersensibilités III et IV. S’il reste encore de nombreux points à éclaircir quant au type d’hypersensi- bilité caractérisant la pousse, on peut cependant affirmer que les inflam- mations récurrentes des voies respira- toires sont associées à une expression exagérée des gènes codant pour les protéines inflammatoires intervenant dans les réponses immunes et inflam- matoires. En effet, l’action des anti- gènes au niveau des voies respiratoi- res profondes stimule la libération de cytokines engendrant l’activation des facteurs de transcription qui permet- tent l’expression des gènes inflamma- toires (Figure 1).
En savoir plus

14 En savoir plus

Affections bucco-dentaires inflammatoires félines et infection par les rétrovirus félins : étude clinique

Affections bucco-dentaires inflammatoires félines et infection par les rétrovirus félins : étude clinique

lymphoïde généralisé. Chez certains chats, une hyperglobulinémie liée à une hyperactivation des lymphocytes B est notée (Guiot, Poulet 1999; Tompkins, Tompkins 2008). Lorsque cette diminution devient trop importante, l’animal devient clinique de son immunodépression, c’est la phase de SIDA (phase 3 sur la Figure 5). Au cours de cette phase chronique, les lymphocytes T CD8+ et les lymphocytes B peuvent être également infectés (Dean et al. 1996). Les lymphocytes T CD4+ continuent de diminuer drastiquement mais on observe également une diminution des lymphocytes T CD8+ (Tompkins, Tompkins 2008). Outre leur diminution, les lymphocytes T, bien que activés, perdent leur habilité à répondre à une stimulation antigénique. La modification de l’expression de certaines protéines de surface des lymphocytes, dont CD4, des récepteurs aux cytokines et CMH-II ainsi que l’altération de l’activité des cellules dendritiques contribuent à l’immunosuppression (Sykes 2010; Tompkins, Tompkins 2008).
En savoir plus

213 En savoir plus

Thrombose du système porte au cours des maladies inflammatoires chroniques

Thrombose du système porte au cours des maladies inflammatoires chroniques

Background: Inflammatory bowel disease (IBD) is associated with a high risk of deep venous thromboembolism. However, few data are available so far on portomesenteric vein thrombosis (PMVT). The aim of this study was to describe the characteristics of PMVT in patients with IBD. Methods: A retrospective study was conducted at 13 GETAID (Groupe d’Etude Thérapeutique des Affections Inflammatoires du Tube Digestif) centers from January 1995 to June 2010. The following data were collected, using a standardized questionnaire: characteristics of IBD, disease status at the time of PMVT, PMVT characteristics and mode of discovery, concomitant prothrombotic disorders, anticoagulant therapy, and evolution of PMVT.
En savoir plus

41 En savoir plus

Physiopathologie de la polyarthrite rhumatoïde : effet inflammatoire des auto-anticorps anti-protéines citrullinées et du facteur rhumatoïde

Physiopathologie de la polyarthrite rhumatoïde : effet inflammatoire des auto-anticorps anti-protéines citrullinées et du facteur rhumatoïde

Mr YOUINOU Pierre, Professeur, Université de Brest, Rapporteur Mr ROUDIER Jean, Professeur, Université de Marseille, Rapporteur Mr BOISSIER Marie-Christophe, Professeur, Université Paris[r]

1 En savoir plus

[DOC] Auto-formation PowerPoint | Cours PDF

[DOC] Auto-formation PowerPoint | Cours PDF

1. Lancer le logiciel Powerpoint : Démarrer – Programmes – Microsoft Office – Powerpoint 2. Choisir "Ouvrir une présentation existante" : auto-formation Power-Point.ppt Il n'y a plus qu'à se laisser guider : * lire ce qui apparaît à l'écran * cliquer quand c'est demandé * réaliser les actions proposées.

7 En savoir plus

Anticorps spécifiques du greffon fixant le C3d et rejet humoral infra-clinique en transplantation rénale

Anticorps spécifiques du greffon fixant le C3d et rejet humoral infra-clinique en transplantation rénale

II - PHARMACIE PROFESSEURS DES UNIVERSITES Mr Thierry BESSON Chimie Thérapeutique Mr Jean COSTENTIN (Professeur émérite) Pharmacologie Mme Isabelle DUBUS Biochimie Mr Abdelhakim ELOMRI Pharmacognosie Mr François ESTOUR Chimie Organique Mr Loïc FAVENNEC (PU-PH) Parasitologie Mr Jean Pierre GOULLE (Professeur émérite) Toxicologie Mr Michel GUERBET Toxicologie Mme Isabelle LEROUX - NICOLLET Physiologie Mme Christelle MONTEIL Toxicologie Mme Martine PESTEL-CARON (PU-PH) Microbiologie Mr Rémi VARIN (PU-PH) Pharmacie clinique Mr Jean-Marie VAUGEOIS Pharmacologie Mr Philippe VERITE Chimie analytique
En savoir plus

121 En savoir plus

Prise en charge des pousses svres au cours des maladies inflammatoires chroniques intestinales

Prise en charge des pousses svres au cours des maladies inflammatoires chroniques intestinales

En 2015, ce sujet a été abordé par Gibson et al. [183] qui ont mené une étude visant à comparer les résultats de deux régimes d’IFX chez 50 patients atteints de RCH sévère. Le premier schéma étant le standard : 5mg/kg à S0, S2, S6 puis une injection toute les 8 semaines, un deuxième schéma a été adopté dans lequel 15 patients ont reçu les 3 injections d’induction (5 mg/kg) au cours d’une période beaucoup plus courte (24 jours en moyenne) en fonction de la réponse clinique (l’aggravation des symptômes, les marqueurs de l’inflammation), suivi d’une injection toute les 8 semaines. Le taux de colectomie à court terme était significativement plus faible avec le schéma accéléré (6,7%) qu'avec le schéma standard (40%).
En savoir plus

212 En savoir plus

Évolution après colectomie subtotale au cours des maladies inflammatoires chroniques intestinales de l'enfant

Évolution après colectomie subtotale au cours des maladies inflammatoires chroniques intestinales de l'enfant

33 également confirmé qu’une iléostomie transitoire permettait de réaliser une résection colique plus limitée avant remise en continuité dans 17% à 23% des cas (35,37,67). Un effet bénéfique de la dérivation en double iléostomie sur le rectum avait été observé uniquement si le rectum était atteint avant la chirurgie. Une dégradation de l’état de la muqueuse rectale était en effet constatée lorsque le rectum était sain endoscopiquement à la chirurgie. Cette dégradation était attribuée à la colite d’exclusion (35). Une progression des lésions ano- périnéale a également été décrite comme pouvant apparaître en aval d’une iléostomie au cours d’une MC (37). Ainsi, Burman et al ont rapporté que, parmi 29 patients opérés par iléostomie pour MC, 1 seul des 7 patients porteurs d’une fistule anopérinéale préopératoire s’est amélioré après dérivation, tandis que de nouvelles lésions anopérinéales ou sténoses anales apparaissaient de novo chez respectivement 4 et 3 autres patient
En savoir plus

49 En savoir plus

Étude rétrospective de l'effet de l'Infliximab sur la masse corporelle au cours des rhumatismes inflammatoires chroniques

Étude rétrospective de l'effet de l'Infliximab sur la masse corporelle au cours des rhumatismes inflammatoires chroniques

c. Physiopathologie On estime actuellement que le déclenchement et l’entretien de la maladie pourraient être influencés par de multiples facteurs. Ils peuvent être de nature infectieuse, liés au stress, à l’alimentation, génétiques via les antigènes HLA DR4 et/ou DR1, ou encore des facteurs hormonaux, notamment par le biais de la prolactine et son implication dans les réponses immunitaires [32]. La résultante en est une réaction immunitaire intrasynoviale avec accumulation locale de monocytes et de macrophages producteurs de cytokines pro- inflammatoires comme l’IL-1, IL-6 et le TNFα, contribuant ainsi au recrutement des lymphocytes T et des polynucléaires. Les macrophages activent également les lymphocytes T par présentation d’antigènes associés aux molécules du CMH, pour aboutir par les lymphocytes T CD4+ à des activations cellulaires en cascade et la production amplifiée de cytokines augmentant ainsi l’inflammation locale et provoquant des destructions tissulaires. En effet, il y a un déséquilibre entre les cytokines à action pro-inflammatoire comme le TNFα, l’IL-1 et l’IL-6, alors présentes en excès, et les cytokines à action anti-inflammatoire représentées par l’IL-10, l’IL-4, l’IL13, les récepteurs solubles du TNFα, et l’antagoniste du récepteur de l’interleukine 1, qui sont alors en quantités insuffisantes pour pouvoir bloquer l’action des premières. De ce fait, ces cytokines et leurs récepteurs constituent des cibles thérapeutiques majeures. Par exemple, des souris transgéniques porteuses de TNF humain modifié vont montrer des signes de polyarthrite chronique inflammatoire. Ces mêmes souris traitées par des anticorps dirigés contre le TNF humain ne développaient plus aucun signe de cette maladie, démontrant ainsi l’implication directe du TNF dans la pathogénie de l’arthrite [33].
En savoir plus

109 En savoir plus

Les anticorps anti-protéines carbamylées sont présents chez les patients de la cohorte ESPOIR et sont associés à l’activité clinique et aux lésions radiographiques

Les anticorps anti-protéines carbamylées sont présents chez les patients de la cohorte ESPOIR et sont associés à l’activité clinique et aux lésions radiographiques

1.2.3. Lien entre carbamylation et PR L’idée qu’une carbamylation accrue puisse avoir lieu lors de la PR est plus récente. Comme écrit précédemment, les modifications post-traductionnelles ont la capacité de rompre la tolérance immunologique et donc d’induire la formation d’auto-anticorps. Steinbrecher et al., ont montré pour la première fois que cette rupture de tolérance pouvait survenir avec des antigènes carbamylés. Les anticorps alors produits sont dirigés contre les protéines modifiées mais ne reconnaissent pas les épitopes natifs (26). Mydel et al. ont ensuite démontré que des protéines homocitrullinées étaient détectées dans le sérum et le liquide intra-articulaire de patients atteints de PR ; et que dans des modèles murins, l’immunisation avec des protéines homocitrullinées pouvait induire des arthrites (27). Par ailleurs, des protéines homocitrullinées ont été retrouvées dans des nodules de PR (28).
En savoir plus

69 En savoir plus

Analyse des performances de tests commerciaux pour le dépistage des anticorps au cours de la leishmaniose viscérale méditerranéenne

Analyse des performances de tests commerciaux pour le dépistage des anticorps au cours de la leishmaniose viscérale méditerranéenne

De nombreux tests sérologiques sont actuellement disponibles sur le marché, mais peu d’études comparatives incluant un nombre de patients suffisant ont été réalisées avec les tests commercialisés. Le but de notre étude était d’évaluer les performances (sensibilité, spécificité) de six tests sérologiques commercialisés en France : quatre tests ELISA et deux tests immuno-chromatographique de diagnostic rapide. La technique de western-blot considérée comme la technique de confirmation a aussi été évaluée. Pour cela, nous avons collecté de manière rétrospective les sérums de patients vivant en France, au Maroc ou en Tunisie et ayant une LV confirmée par une méthode parasitologique. Un groupe contrôle de patients n’ayant aucun signe clinique de leishmaniose et vivant en zone d’endémie a aussi été inclus.
En savoir plus

92 En savoir plus

Le développement du raisonnement biomédical et clinique au cours du cursus médical

Le développement du raisonnement biomédical et clinique au cours du cursus médical

2.3. La capacité de raisonnement et la rétention des connaissances factuelles Nous avons pu démontrer à travers nos résultats que, bien que les connaissances et le raisonnement soient intimement liés, les performances aux tests de rétention des connaissances n’évoluent pas parallèlement aux performances aux tests de raisonnement au cours du cursus médical. Dans notre étude transversale où le délai entre apprentissage et test de rétention varie entre moins d’un an et 4 années, il apparaît effectivement que la rétention diminue après un an et se stabilise ensuite (article 2). Dans notre étude longitudinale où le délai apprentissage – test de rétention est court et constant, la capacité de restitution des connaissances a tendance à augmenter mais non significativement (article 3). Bien que globalement notre quantité de connaissances augmente, c’est surtout la façon dont elles sont structurées et organisées qui évolue avec l’expérience (Boshuizen & Schmidt, 2012; Patel, Glaser, & Arocha, 2000 ; Schmidt & Rikers, 2007). Ainsi, lorsque nous évaluons les mêmes connaissances factuelles sur une même matière en dehors de tout contexte, nous pouvons observer une diminution de la rétention de ces connaissances. La trace en mémoire de ces connaissances devient de moins en moins accessible si celles-ci ne sont pas utilisées régulièrement (Bernstein, Penner, Clarke-Stewart et Roy, 2007 ; Custers, 2010). Ce qui va permettre de renforcer et restructurer les connaissances, ce sont leur occurrence d’utilisation en contexte qui permet de créer des liens avec d’autres connaissances. Ceci explique que des connaissances apprises depuis un délai plus long sans réactivation récente soient plus difficiles à récupérer que des connaissances acquises récemment ou utilisées dans la pratique quotidienne pour lesquelles des associations fortes existent (Bernstein, Penner, Clarke-Stewart, & Roy, 2007 ; Custers, 2010). Ceci explique aussi la tendance à l’augmentation de la récupération des connaissances avec la progression dans la formation qui confronte de plus en plus l’étudiant à des situations contextualisées, lors des séminaires et des stages (article 3).
En savoir plus

235 En savoir plus

Évolution des paramètres de la marche sous traitement par biomédicaments au cours des rhumatismes inflammatoires chroniques

Évolution des paramètres de la marche sous traitement par biomédicaments au cours des rhumatismes inflammatoires chroniques

Concernant les patients atteints de PR, seules des tendances à l’amélioration étaient observées pour l’évolution de la cadence et de la vitesse après la mise en place d’un[r]

40 En savoir plus

Show all 9011 documents...