Haut PDF Rupture prématurée des membranes ( Étude rétrospective à propos de 675 cas )

Rupture prématurée des membranes ( Étude rétrospective à propos de 675 cas )

Rupture prématurée des membranes ( Étude rétrospective à propos de 675 cas )

L’estimation de la fréquence de l’infection dans notre série n’été pas possible puisque aucune patiente n’a bénéficié d’un prélèvement de liquide amniotique, toutefois, l’anam[r]

97 En savoir plus

Unit policies regarding tocolysis after preterm premature rupture of membranes: association with latency, neonatal and 2-year outcomes (EPICE cohort)

Unit policies regarding tocolysis after preterm premature rupture of membranes: association with latency, neonatal and 2-year outcomes (EPICE cohort)

support at 36 weeks of postmenstrual age. However, we chose not to include BPD in our composite score because data on the fraction of inspired oxygen (FiO 2 ) was not collected in two regions in the UK. Another outcome was latency duration. This was defined by the time between rupture of membranes and delivery in days. Finally, we investigated survival at two years of corrected age without gross motor impairment as a secondary outcome. Parents were asked five forced-choice items from which impairment in gross motor function, hearing and vision were classified using standard criteria from a scale which has been used in clinical practice across the UK since the late 1990s 26 . Gross motor impairment was defined as inability to walk without assistance or aids, inability to
En savoir plus

13 En savoir plus

Rupture prématurée prolongée des membranes entre 24 et 36 semaines d'aménorrhée‎ : établissement d'un protocole de prise en charge à domicile et étude pilote de faisabilité

Rupture prématurée prolongée des membranes entre 24 et 36 semaines d'aménorrhée‎ : établissement d'un protocole de prise en charge à domicile et étude pilote de faisabilité

INTRODUCTION : The purpose of our study was to evaluate the evolution of the mother and of the fœtus when pregnancy is complicated with a preterm premature rupture of the membranes, and patients are managed at home as opposed to patients who are hospitalised until delivery. DEVICES AND METHODS : We initially carried out a retrospective study in order to highlight the factors that could affect the delay time between the rupture of the membranes and delivery, in order to set up a home care protocol.

64 En savoir plus

Pépite | Rupture des membranes à terme avant travail et déclenchement par méthode mécanique: quelle est l’efficacité et existe-t-il un sur-risque d’infection ?

Pépite | Rupture des membranes à terme avant travail et déclenchement par méthode mécanique: quelle est l’efficacité et existe-t-il un sur-risque d’infection ?

En l'absence d'induction, le travail démarre spontanément dans les 24 heures chez 60 % des patientes et dans les 72 heures chez 77 % (4 –6). La RMTAT s'accompagne d'une augmentation chez la mère du taux d’infections intra-utérines (IIU) (1 à 7 %) (1,7) et chez l'enfant du taux d'infections néonatales (1 à 3 %) (4,7,8). Ce risque d’IIU augmente avec la durée de la rupture des membranes. L’objectif du déclenchement travail serait de diminuer le risque d’infection intra-utérine ainsi que la morbidité maternelle ou néonatale qui y serait associée. L’attitude expectative viserait à diminuer le risque de césarienne, ainsi qu’à limiter la iatrogénie potentiellement associée à une intervention médicale non nécessaire (9).
En savoir plus

25 En savoir plus

Compression, Rupture, and Puncture of Model Membranes at the Molecular Scale

Compression, Rupture, and Puncture of Model Membranes at the Molecular Scale

an additional role favouring such mechanism. In other words, the use of a small AFM in- denter induces an in-plane local perturbation in absence of elastic compression followed by membrane rupture. Indentations with the high-speed AFM (HS-AFM) or eventually cor- relative fluorescence correlation spectroscopy (FCS)-AFM experiments can further explore the contribution of lipid diffusion to the mechanical response of the membrane. During all experimental sessions for fluid-phase membranes using the 2 nm AFM tip, we observed a prevalence of indentation cycles where the tip can penetrate the membrane in absence of molecular vertical compression in respect of cycles where compression is present, as shown in Figure 3 a (see also Supporting Information, Figure S3). Sharp probes were previously used to evaluate the Young’s modulus of DOPC membranes using Peak-Force Tapping AFM (indentation cycles in between one and two orders of magnitude faster) in buffer containing MgCl 2 . 7 , 8 Our data suggest that small indenters should not be used to quantify the DOPC
En savoir plus

24 En savoir plus

Comment j'explore... la rupture prematuree des membranes foetales par l'examen ultrastructural de la peau.

Comment j'explore... la rupture prematuree des membranes foetales par l'examen ultrastructural de la peau.

SUMMARY : The etiology of recurrent preterm premature rupture of fetal membranes (PPROM) is varied. Skin biopsies were performed in women who presented recurrent PPROM of unknown origin, searching for a possible general expression of a connective tissue disorder. In the majority of cases, ultra- structural abnormalities were found in collagen bundles and fibrils, as well as in elastic fibres. In conclusion, some types of recurrent PPROM are probably the expression of a generalized connective tissue disorder. The genetic alteration remains to be explored.

3 En savoir plus

Portage vaginal d’entérobactéries chez les patientes ayant une rupture prématurée des membranes entre 24SA et 34SA et risque infectieux chez le nouveau-né

Portage vaginal d’entérobactéries chez les patientes ayant une rupture prématurée des membranes entre 24SA et 34SA et risque infectieux chez le nouveau-né

20. Krohn, M. A., Thwin, S. S., Rabe, L. K., Brown, Z. & Hillier, S. L. Vaginal colonization by Escherichia coli as a risk factor for very low birth weight delivery and other perinatal complications. J. Infect. Dis. 1997 ;175 : 606–610 21. Pasquier, J., Audra, B., Boog, G., Martin, X. & Mellier, G. Rupture prématurée des membranes avant 34 semaines d’aménorrhée. Encycl Méd Chir Ed. Sci. Médicales Elsevier SAS Obstétrique 13 p. (2002).

27 En savoir plus

La rupture prématurée des membranes avant 25 semaines d'aménorrhée : étude rétrospective réalisée au CHU de Caen entre 2003 et 2016

La rupture prématurée des membranes avant 25 semaines d'aménorrhée : étude rétrospective réalisée au CHU de Caen entre 2003 et 2016

ABSTRACT Introduction. - Preterm premature rupture of membranes (PPROM) before the viability term is a rare and serious event involving neonatal prognosis. Objectives. - To evaluate the overall survival rate of pregnancies complicated by PPROM between 18 weeks of gestation (wg) and 24 wg and 6 days to find factors associated with neonatal prognosis. Method and Results. – This was a retrospective observational study carried out at the University Hospital of Caen from 2003 (June) to 2016 (January). A total of 113 patients was included. The survival rate increases after 22 wg. The gestational age of delivery is the major associated factor.
En savoir plus

59 En savoir plus

Devenir et complications des patientes hospitalisées à domicile pour rupture prématurée des membranes avant terme : expérience Montpelliéraine de 2012 à 2020

Devenir et complications des patientes hospitalisées à domicile pour rupture prématurée des membranes avant terme : expérience Montpelliéraine de 2012 à 2020

33 Dans notre étude, 30 patientes (23.2%) étaient sorties de l’HAD pour RPM « colmatées ». Le diagnostic de RPM avait été majoritairement fait par le test biochimique de détection immunochromatographique du liquide amniotique (n=28) et non par la visualisation d’écoulement de liquide amniotique au spéculum (n=2) pour ces patientes. Elles avaient toutes une quantité de liquide amniotique normale aux échographies. Le pronostic de ces patientes était très favorable puisqu’elles n’ont pas présenté de complication et ont toutes accouché à terme. Dans une étude Tchirikov et al. 36 en 2017 décrivaient des RPMAT avec test immunochromatographique positif et quantité de liquide amniotique normale. Ces auteurs définissaient la « pré-RPM » comme la rupture d’une seule des deux membranes et la « high RPM » par la rupture des membranes située plus haut que l’orifice cervical interne (souvent secondaire à un geste invasif). Dans ce type de RPMAT le pronostic obstétrical était bon. Toutefois, il était difficile de faire le diagnostic entre les deux car le test de détection immunochromatographique était positif et la quantité de liquide amniotique normal. Sur nos 7 RPM iatrogènes, 4 faisaient partie de ce groupe de patientes sorties de l’HAD pour RPM « colmatée » (une post amniocentèse et 3 post interruptions sélectives de grossesse). On pourrait penser qu’un certain nombre de nos patientes étiquetées RPM « colmatées » pourrait correspondre aux entités de « high » ou « pré-RPM » décrites précédemment par Tchirikov et al. étant donné leur présentation clinique et leur excellent pronostic. Il n’a pas été mentionné dans la littérature sur le devenir des RPMAT suivies en HAD, de groupe de patientes similaire. Il semblerait cependant s’agir d’une partie non négligeable de notre population, surtout sur des termes de RPMAT précoce. Il serait intéressant dans d’autres études d’essayer de distinguer ce groupe de patientes aux RPM « classiques », et d’évaluer leur pronostic. Cela permettrait ainsi de sélectionner une population de RPMAT à moindre risque et d’adapter leur surveillance. La persistance d’écoulement de LA clinique au moment de l’entrée en HAD dans notre étude était d’ailleurs significativement associée à la survenue de complications (RR à 2.05 [1.38-4.4] p=0.01). Ces RPM pourraient correspondre aux RPM “classiques” décrites par Tchirikov et al. 36 avec un moins bon pronostic et plus de risque de complications.
En savoir plus

70 En savoir plus

La prise en charge ambulatoire de la rupture prmature des membranes. Exprience du service de gynco-obsttrique CHU Med VI - Marrakech

La prise en charge ambulatoire de la rupture prmature des membranes. Exprience du service de gynco-obsttrique CHU Med VI - Marrakech

Dans notre étude, le toucher vaginal a été réalisé chez 98% des parturientes à l'admission soit une fréquence de 98%. 1.4. Age gestationnel: Dans la littérature, aucune rupture n'a été constatée avant 15 SA. Elles sont pratiquement impossibles au 1er trimestre pour une raison embryologique, ce n'est qu'à la fin du 3ème mois de grossesse que les membranes s'individualisent nettement, devenant plus fragiles et donc susceptibles de se rompre. La répartition des termes de survenue de la rupture des membranes montre que la fréquence de celle-ci s'accroît avec le terme gestationnel. Avant terme, la RPM survient dans 3% des grossesses, alors qu’à terme sa fréquence est de 8% [40,63,64].
En savoir plus

188 En savoir plus

Impact du délai de déclenchement chez les patientes présentant une rupture prématurée des membranes à terme avec un prélèvement vaginal négatif

Impact du délai de déclenchement chez les patientes présentant une rupture prématurée des membranes à terme avec un prélèvement vaginal négatif

Impact du délai de déclenchement chez les patientes présentant une rupture prématurée des membranes à terme avec un prélèvement vaginal négatif RESUME Introduction : La Rupture prématurée des membranes à terme survient dans 6 à 10% des grossesses. En l’absence de travail spontané, il existe un risque infectieux pour lequel il convient de déclencher l’accouchement dans les 48 heures. Cependant la crainte d’un sur-risque de césarienne en cas de déclenchement sème le doute dans les esprits. Le but de cette étude est de comparer deux délais de déclenchement (plus ou moins de 36 heures) en taux de césariennes et en taux d’infections materno-fœtales (IMF). Materiels et méthodes : Il s’agit d’une étude de cohorte rétrospective descriptive et analytique portant sur 237 patientes de janvier à décembre 2014 à la maternité de Bordeaux. Nous avons comparé deux populations de patientes ayant une grossesse physiologique et ayant rompu les membranes à plus de 36 SA avec un prélèvement vaginal négatif. Un 3 ème groupe était analysé, correspondant aux patientes ayant un
En savoir plus

66 En savoir plus

Ballonnet versus Propess dans le déclenchement des patientes à terme ayant une rupture spontanée des membranes : voie d’accouchement et complications materno-foetales

Ballonnet versus Propess dans le déclenchement des patientes à terme ayant une rupture spontanée des membranes : voie d’accouchement et complications materno-foetales

Les caractéristiques suivantes des patientes ont été extraites des données informatiques : âge de la patiente, Gestité-Parité avant la grossesse actuelle, âge gestationnel à l’accouchement, indice de masse corporelle (IMC) en début et fin de grossesse, durée entre la rupture des membranes et la mise en place du dispositif pour le déclenchement du travail, présence ou absence de streptocoque B sur le Prélèvement Vaginal (PV) datant de moins de 5 semaines, usage d’une antibiothérapie durant l’hospitalisation, complications de la grossesse (Menace d’accouchement prématuré, Hypertension artérielle / Pré-éclampsie, Diabète gestationnel, Petit poids pour l’âge gestationnel ou Retard de Croissance Intra-Utérin (RCIU)), valeur des globules blancs et de la C-Reactive Proteine (CRP) à l’admission, score de BISHOP à l’entrée, méthode
En savoir plus

64 En savoir plus

Risk Factors and Outcomes of Preterm Premature Rupture of Membranes in a Cohort of 6968 Pregnant Women Prospectively Recruited.

Risk Factors and Outcomes of Preterm Premature Rupture of Membranes in a Cohort of 6968 Pregnant Women Prospectively Recruited.

Abstract: We revisited risk factors and outcomes related to the preterm premature rupture of membranes (PPROM). A total of 7866 pregnant women were recruited during 5 years at their first prenatal visit to the perinatal clinic of the institution. We compared three groups (women without prematurity, women with spontaneous preterm labor with intact membranes (sPL with IM), women with PPROM) regarding 60 criteria about characteristics, lifestyle, medical, gynecological, obstetrical history of mothers, medication during pregnancy, events at delivery, and complications in neonates. Logistic regression analyses adjusting for potential confounding factors were used. Of the 6968 women selected, 189 (2.8%) presented a PPROM, and 225 (3.2%) an sPL with IM. The specific risk factors for PPROM were body mass index (BMI) <18.5 kg/m 2 (adjusted odds ratio, aOR: 2.00 (1.09–3.67)), history of PPROM (aOR: 2.75 (1.19–6.36)), nulliparity (aOR: 2.52 (1.77–3.60)), gestational diabetes (aOR: 1.87 (1.16–2.99)), and low level of education (aOR: 2.39 (1.20–4.78)). The complications associated with PPROM were abruption placentae, cesarean, APGAR 5 0 <4, birth weight <2500 g, stillbirth, neonatal jaundice, and hospitalization of mother and neonates. All these complications were also associated with sPL with IM. Our study confirms some of the risk factors of PPROM and highlights a new one: gestational diabetes. Outcomes of PPROM are related to prematurity.
En savoir plus

12 En savoir plus

Prolonged latency after preterm premature rupture of membranes: an independent risk factor for neonatal sepsis?

Prolonged latency after preterm premature rupture of membranes: an independent risk factor for neonatal sepsis?

Dear editor, We read with great interest the article by Drassinower et al who investigated the impact of prolonged latency after preterm premature rupture of membranes (PPROM) on neonatal sepsis.(1) The main finding highlights that, for a given gestational age at PPROM, prolonged latency does not increase the risk of neonatal sepsis, except for latencies over 4 weeks associated with reduced risk of sepsis. As rightly underlined by the authors, this result makes sense as the most stable cases of PPROM with the longest latency durations are probably those with the lowest risks of choriomnionitis and neonatal sepsis.
En savoir plus

4 En savoir plus

Audit de pratique : respect des règles d’hygiène lors du toucher vaginal après rupture des membranes en salle de naissance à la maternité de Voiron

Audit de pratique : respect des règles d’hygiène lors du toucher vaginal après rupture des membranes en salle de naissance à la maternité de Voiron

96,7% of healthcare professionals wore a mask. Sterile gloves on both hands were used in 46,7% of cases. The absence of watch was highlighted in 96,7% of cases. No other jewel or varnish was found. Conclusion: The evaluation and description of professional practices made it possible to suggest some areas of improvement in order to best respect the recommendations: proposal of a protocol and a new technical poster relating to the vaginal touch after rupture of membranes.

46 En savoir plus

Port du masque et de gants stériles après rupture des membranes à terme : prévention des infections nosocomiales au streptocoque du groupe A

Port du masque et de gants stériles après rupture des membranes à terme : prévention des infections nosocomiales au streptocoque du groupe A

Afin d’éliminer la cause infectieuse de la rupture des membranes, il est indispensable de prélever les pertes cervicales par écouvillonnage. Ces prélèvements permettront de dépister la présence d’élément pathogène. Ils font partie du bilan infectieux systématique (numération formule sanguine, dosage de la protéine C réactive, examen cytobactériologique des urines, prélèvement de liquide amniotique). Après la rupture des membranes, les recommandations prévoient une couverture antibiotique systématique immédiate si la patiente présente un prélèvement vaginal (PV) positif au streptocoque du groupe B, ou après 12h de rupture si le PV est négatif. De plus, si les résultats du bilan traduisent une infection, ou si la patiente présente une hyperthermie, elle sera traitée par antibiotiques et le travail sera déclenché.
En savoir plus

67 En savoir plus

Développement de nomogrammes permettant de prédire l'issue obstétricale des patientes transférées pour rupture prématurée des membranes en maternité de type III

Développement de nomogrammes permettant de prédire l'issue obstétricale des patientes transférées pour rupture prématurée des membranes en maternité de type III

15. Grunkemeier GL, Jin R. Receiver operating characteristic curve analysis of clinical risk models. Ann Thorac Surg. 1 août 2001;72(2):323‑6. 16. Rizzo G, Capponi A, Angelini E, Vlachopoulou A, Grassi C, Romanini C. The value of transvaginal ultrasonographic examination of the uterine cervix in predicting preterm delivery in patients with preterm premature rupture of membranes. Ultrasound Obstet Gynecol. 1 janv 1998;11(1):23‑9. 17. Gire C, Faggianelli P, Nicaise C, Shojai R, Fiori A, Chau C, et al. Ultrasonographic evaluation of cervical
En savoir plus

56 En savoir plus

Rupture prématurée des membranes avant 33 semaines d'aménorrhée : prise en charge anténatale et déterminants du pronostic de l'enfant

Rupture prématurée des membranes avant 33 semaines d'aménorrhée : prise en charge anténatale et déterminants du pronostic de l'enfant

OBJECTIVE: The objective of the study was to investigate whether tocolytic therapy in cases of preterm premature rupture of membranes is associated with improved neonatal or obstetric outcomes. STUDY DESIGN: Etude Epide´miologique sur les Petits Ages Ges- tationnels 2 is a French national prospective, population-based cohort study of preterm births that occurred in 546 maternity units in 2011. Inclusion criteria in this analysis were women with preterm premature rupture of membranes at 24e32 weeks’ gestation and singleton gesta- tions. Outcomes were survival to discharge without severe morbidity, la- tency prolonged by 48 hours and histological chorioamnionitis. Uterine contractions at admission, individual and obstetric characteristics, and neonatal outcomes were compared by tocolytic treatment or not. Pro- pensity scores and inverse probability of treatment weighting for each woman were used to minimize indication bias in estimating the association of tocolytic therapy with outcomes.
En savoir plus

217 En savoir plus

Rupture prématurée des membranes entre 24 et 34 SA : HAD versus hospitalisation traditionnelle

Rupture prématurée des membranes entre 24 et 34 SA : HAD versus hospitalisation traditionnelle

Mots-clés : rupture prématurée des membranes, hospitalisation à domicile, complications de la grossesse Title and Abstract Premature rupture of membranes (PROM) muddles from 1 to 3% of the pregnancies and generate a rise of morbidity and maternal-fetal mortality. Most of the obstetrical teams supervise these women at the hospital until the childbirth although their stay can be very long. Objective: Analyse the maternal, obstetrical and neonatal outcomes of pregnancies complicated by PROM between 24 and 34 weeks in terms of their follow-up place: home versus hospital management. Method: Using a retrospective and multicentric study, we compared two groups of stable patients that had a PROM between 24 and 34 weeks: one of the groups was followed-up at home (n=14) while the other group was followed-up at the hospital (n=23). Results: The women belonging to the hospital group deliver prematurely besides the fact that the PROM term is the same for the two groups (approximately 27 weeks). What’s more they have more chorioamnionitis. Finally, the neonatal outcomes are equivalent in the two groups. Conclusion: Home management seems to be possible for the patients having a PROM lower than 34 weeks without deterioring maternal-fetal morbidity but these results are to be distantly taken considering the low number of patients that participated to the study.
En savoir plus

68 En savoir plus

Rupture prématurée des membranes ≥ 35 SA : identification des facteurs prédictifs d'une expectative bénéfique

Rupture prématurée des membranes ≥ 35 SA : identification des facteurs prédictifs d'une expectative bénéfique

Etant donné que la prise en charge de ces RPM est un sujet de discussion et de controverse obstétrical classique, les recommandations de l’HAS laissent place à un degré de liberté pour les obstétriciens [58] : « En cas de rupture prématurée des membranes confirmée, la conduite à tenir doit prendre en compte le risque infectieux qui augmente avec la durée de l’exposition. Si les conditions cervicales sont favorables, un déclenchement immédiat peut être envisagé à condition d’avoir réalisé une information de la femme enceinte et obtenu son accord. Le délai d’expectative, sauf exception, ne devrait pas excéder 48 heures. »
En savoir plus

81 En savoir plus

Show all 1139 documents...