Haut PDF Rôle de la phosphorylation dans la distribution cellulaire de la protéine tau

Rôle de la phosphorylation dans la distribution cellulaire de la protéine tau

Rôle de la phosphorylation dans la distribution cellulaire de la protéine tau

Cette distribution nous rappelait donc celle de la protéine tau endogène dans les premiers stades de développement des neurones en culture, qui était alors dans tous les compartiments mê[r]

157 En savoir plus

Effet du diabète sur la pathologie de la protéine Tau «in vivo»

Effet du diabète sur la pathologie de la protéine Tau «in vivo»

Les fonctions des PS ne sont pas bien connues. On suggère que ce sont des aspartyl protéases qui ont un rôle clé dans le clivage intramembranaire de l‟APP ainsi que plusieurs autres substrats protéiques (Wolfe et al, 1999a; Wolfe et al, 1999b). En effet, L‟expression des PS au niveau de la membrane plasmique leur permet de participer à de nombreuses fonctions à la surface de la cellule, notamment la protéolyse intramembranaire régulée (RIP pour regulated intramembrane proteolysis). La RIP est un mécanisme conservé au cours de l‟évolution qui consiste à cliver des protéines transmembranaires au niveau de la membrane, permettant ainsi la libération des fragments cytosoliques qui pénètrent dans le noyau et contrôlent la transcription des gènes (Brown et al, 2000). Il a été établi que les PS participent dans la RIP ce qui leur permet par conséquent d‟influencer des processus vitaux, tels que la différentiation cellulaire, le métabolisme lipidique, ainsi que l‟UPR (unfolded protein response), (pour revue, voir (Brown et al, 2000; Fortini, 2002)). De plus, les PS contribuent à la maturation de l‟APP. Cette hypothèse est renforcée par les observations que les mutations dans les PS se manifestent par une augmentation de la production d‟A42 dans les cerveaux de patients atteints de la MA. Toutefois, le mécanisme par lequel les PS pourraient contrôler le métabolisme de l‟APP n‟est pas bien connu.
En savoir plus

226 En savoir plus

Inhibition du virus de l'herpès simplex par la protéine cellulaire upstream binding factor

Inhibition du virus de l'herpès simplex par la protéine cellulaire upstream binding factor

Le rôle d’UBF dans l’élongation de la transcription décrit précédemment est régulé par la phosphorylation. Ces événements sont régis par la kinase ERK en réponse à un signal de croissance tel qu’une stimulation par EGF (Epidermal Growth Factor) (Stefanovsky et al., 2001b). Deux résidus thréonine sont phosphorylés : les résidus 117 et 201, situés dans le premier et le deuxième domaine HMG (High Mobility Group) respectivement (Stefanovsky et al., 2006a). Cette phosphorylation entraine une modification de la conformation d’UBF et de l’ADN auquel elle est liée par le fait même. Ce changement conformationnel résulte en un déroulement de l’enhancesome, et une augmentation du taux de transcription. En contrepartie, une absence de phosphorylation de ces deux sites résulte en une répression de l’élongation (Stefanovsky et al., 2006b). Le résidu 117 a aussi été impliqué dans la capacité d’UBF1 de maintenir la chromatine dans une conformation active. Une mutation de ce résidu thréonine en acide glutamique ne permet pas de restaurer la conformation active des gènes ribosomaux comme le fait la protéine de type sauvage (Sanij et al., 2008). Ces résultats soulignent le rôle d’UBF dans la régulation de l’élongation en fonction du métabolisme. L’ensemble de la production des ribosomes et des ARN ribosomaux est sujet à la régulation selon l’état du métabolisme et de la croissance cellulaire. Plus de détails au sujet des autres facteurs impliqués dans la modulation complète de la production d’ARN ribosomaux et ribosomes en fonction des nutriments et du métabolisme sont présentés dans ces revues (de la Cruz et al., 2018, Grummt et al., 2010).
En savoir plus

183 En savoir plus

Relation entre la phosphorylation de Tau et la fragmentation de l'appareil de Golgi

Relation entre la phosphorylation de Tau et la fragmentation de l'appareil de Golgi

1.2.2. Localisation On retrouve principalement la protéine Tau au niveau des axones des neurones, et ce aussi bien pour l’isoforme fœtale que les 5 autres isoformes humaines adultes (Brion et al. 1988; Binder, Frankfurter, and Rebhun 1985; Brion, Flament-Durand, and Dustin 1986). On retrouve cependant la Tau à la fois dans l’axone et le corps cellulaire. La Tau présente au niveau du corps cellulaire du neurone y serait synthétisée, puis transportée le long de l’axone. Ce transport serait possible grâce à l’intervention de kinésines, des protéines mobiles et motrices qui se déplacent le long des MTs du soma vers le bouton axonal – on appelle cela le transport antérograde (Michelle A. Utton et al. 2005). Cette relation aux MTs apporte une autre explication à la localisation axonale de Tau, possiblement due à cette affinité avec la protéine (Hirokawa, Shiomura, and Okabe 1988). La Tau présente au niveau de l’axone pourrait également y être directement synthétisée, comme le laisse penser le signal de ciblage axonal présent dans la région 3’ non traduite de son ARNm (Litman et al. 1993; Litman, Barg, and Ginzburg 1994; S. Aronov et al. 2001; Stella Aronov et al. 2002; Giuditta et al. 2008). En plus de l’ARNm, des ribosomes sont également présents au niveau de l’axone, ce qui favorise une synthèse locale de Tau directement au site cible qu’est l’axone, et plus particulièrement à son extrémité distale (M. M. Black et al. 1996).
En savoir plus

162 En savoir plus

Détermination de la voie de signalisation cellulaire eucaryote détournée par la protéine bactérienne Cif

Détermination de la voie de signalisation cellulaire eucaryote détournée par la protéine bactérienne Cif

Bacterial effector Cif interferes with the host cell cycle 1913 Journal compilation © 2006 Blackwell Publishing Ltd, Cellular Microbiology , 8 , 1910–1921 No claim to original French government works EPEC infection. Human colon carcinoma cells (Caco-2) and untransformed cells from rat small intestine (IEC-6) were treated with purified CDT or infected with a cif mutant or Cif + EPEC. Microscopic examination of these cells 72 h after infection with Cif + EPEC did not reveal formation of stress fibres comparable to that observed in infected HeLa cells (not shown), however, we did not observe any divid- ing cells. This difference in the response to EPEC infection between intestinal (Caco-2 and IEC-6) and HeLa cells confirms the previous demonstration that cytoskeleton alteration and cytostatic activity are uncoupled (Nou- gayrede et al ., 2001). Cell cycle analysis showed that both IEC-6 and Caco-2 cells accumulated with 4N DNA content following Cif + EPEC infection or CDT treatment, whereas cells infected with the cif mutant strain had a cell cycle distribution similar to that of uninfected cells (Fig. 3A and data not shown). To investigate whether the cell cycle was blocked in G2, we analysed the phosphorylation status of CDK1 in the presence of nocodazole, which arrests cells in late mitosis. As expected, untreated cells exhibited a high level of phosphorylated CDK1 (first lanes, Fig. 3B), whereas in the presence of nocodazole, uninfected and
En savoir plus

170 En savoir plus

La sécrétion de la protéine Tau : nouveau mécanisme de propagation de la pathologie de Tau dans la maladie d'Alzheimer

La sécrétion de la protéine Tau : nouveau mécanisme de propagation de la pathologie de Tau dans la maladie d'Alzheimer

1.1.3.1. Théorie de la cascade amyloïde L’APP est exprimée de façon ubiquitaire et son gène est situé sur le chromosome 21 (Goldgaber, Lerman et al. 1987; Robakis, Wisniewski et al. 1987; Goate, Chartier-Harlin et al. 1991). Cette protéine transmembranaire de type I est composée d’une importante région extracellulaire, appelée ectodomaine, d’un domaine transmembranaire unique ainsi que d’un court fragment intracellulaire (Figure 1, p.4). Bien qu’une multitude d’études aient été effectuées sur cette protéine, la vaste panoplie de ses fonctions ne semble pas avoir été entièrement élucidée. On sait entre autre que l’ectodomaine de la protéine a un rôle à jouer dans l’adhésion cellulaire, APP étant co-localisée avec les intégrines aux sites d’adhésion cellulaire dans l’axone (Storey, Spurck et al. 1996; Yamazaki, Koo et al. 1997). Cette portion de l’APP a aussi une fonction au niveau de la pousse neuritique et de la synaptogenèse. Le domaine intracellulaire de l’APP peut tant qu’à lui agir sur l’apoptose, le transport axonal, la migration cellulaire et le remodelage des synapses (Zheng and Koo 2006). Il a aussi un rôle dans certaines voies de signalisation cellulaire, de par sa translocation au noyau et sa fonction de régulateur de la transcription (Cupers, Orlans et al. 2001; Gao and Pimplikar 2001; Kimberly, Zheng et al. 2001). Il a de plus la capacité d’interagir avec plusieurs autres protéines, ce qui lui permet, par exemple, de s’impliquer dans la régulation de la motilité cellulaire et d’agir sur la dynamique du cône de croissance (Sabo, Ikin et al. 2001; Sabo, Ikin et al. 2003).
En savoir plus

130 En savoir plus

Caractérisation de modèles Alzheimer de C. elegans transgéniques, exprimant la protéine Tau humaine dans leurs motoneurones GABAergiques

Caractérisation de modèles Alzheimer de C. elegans transgéniques, exprimant la protéine Tau humaine dans leurs motoneurones GABAergiques

Dans la maladie d’Alzheimer, la protéine tau subit de nombreuses altérations changeant sa fonction physiologique et entrainant une toxicité dans les cellules. La première chose qui fut mise en lumière, est que la protéine tau semble hyperphosphorylée (hyperP) sur beaucoup de ses sites (Mandelkow, Biernat et al. 1995) (Trojanowski and Lee 1995). De plus, la majorité de ces sites sont soit des sérines soit des thréonines. Cela a pu être identifié par la mise au point d’anticorps (AT8) dirigés contre la tau humaine, capables de reconnaitre des épitopes phosphorylés. Ces anticorps sont encore aujourd’hui utilisés dans le diagnostic de la maladie d’Alzheimer (Mandelkow and Mandelkow 1998). Enfin, suite à ces nombreux diagnostiques ainsi qu’aux modèles de souris, il a été montré que la phosphorylation excessive de la protéine tau, survenait avant l’agrégation de celle-ci (Braak, Braak et al. 1994). Enfin l’évidence du rôle toxique de cette hyperphosphorylation a aussi été mis en évidence par le fait qu’il existe un groupe de protéine phosphatases qui sont impliquées dans la déphosphorylation de la tau (Hanger, Anderton et al. 2009). Parmi elles, se trouve la PP2A (pour protéine phosphatase 2A) qui est en condition normale, la principale phosphatase de tau. Or, dans la MA, son activité est réduite de 20 et 40% dans la matière grise et blanche respectivement (Gong, Singh et al. 1993). Cette diminution d’activité dans la MA peut s’expliquer par l’augmentation d’inhibiteurs PP2A, ou la diminution de son expression (Chen, Li et al. 2008). Par ailleurs, les kinases et phosphatases voient leurs activités diminuer selon la température, mais cette diminution est exponentielle pour les phosphatases alors qu’elle n’est que linéaire pour les kinases (Planel, Miyasaka et al. 2004). Cela expliquerait le fait que chez des animaux en hibernation, on retrouvait une tau hyperphosphorylée (Arendt, Stieler et al. 2003) (Planel, Richter et al. 2007).
En savoir plus

149 En savoir plus

Rôle de la GTPase ARF6 dans la prolifération cellulaire

Rôle de la GTPase ARF6 dans la prolifération cellulaire

endocriniennes), ce qui suggère des fonctions spécialisées de ces isoformes (Cuadrado and Nebreda 2010). La p38MAPK est activée par certains agonistes mitogènes mais elle est généralement plus sensible aux stimuli de stress tels que : les rayons UV, le choc thermique, l'hypoxie, les ROS, les LPS (lipopolysaccharids) et les cytokines inflammatoires (IL-1 et TNF- α) (Rouse, Cohen et al. 1994, Zhang and Liu 2002, Cuadrado and Nebreda 2010). L'IL-1 et le TNF-α activent la p38MAPK en favorisant le recrutement de la protéine adaptatrice TRAF au niveau des domaines intracellulaires de leurs récepteurs (Bradley and Pober 2001). Ceci induit l'activation de diverses MAPKKKs impliquées dans l'activation des p38MAPKs. Les isoformes p38MAPKs sont également activées par les RCPGs et les protéines G associées (Goldsmith and Dhanasekaran 2007) ainsi que par les GTPases de la famille Rho (Rac1 et Cdc42) (Bagrodia, Derijard et al. 1995). MKK3 et MKK6 sont les principales MAPKKs responsables de l'activation de p38MAPK (Enslen, Raingeaud et al. 1998) suite à une double phosphorylation (Thr et Tyr) du motif conservé Thr-Gly-Tyr (TGY) situé dans la boucle d'activation de p38MAPK (Raingeaud, Gupta et al. 1995). MKK3/6 sont activées par multiples MAPKKKs à savoir: MEKK1/2/3, MLK2 /3, ASK1, TpI2, TAK1 et TAO1/2 (Cuadrado and Nebreda 2010). Dans les cellules quiescentes, p38MAPK est localisée dans le noyau et le cytoplasme mais après stimulation, elle s'accumule soit au cytoplasme (Ben-Levy, Hooper et al. 1998) ou au noyau (Wood, Thornton et al. 2009) selon le type de stimulus. La p38MAPK peut activer et phosphoryler un grand nombre de substrats dans le cytoplasme (cPLA2, MNK1/2, MK2/3, HuR, Bax et Tau) et le noyau (Elk-1, p53, ATF1/2/6, MEF2, GADD153, Ets1 et MSK1/2) (Cuadrado and Nebreda 2010).
En savoir plus

225 En savoir plus

Découverte d'une nouvelle famille de protéine kinases bactériennes : mécanismes de fonctionnement et rôle cellulaire de YdiB, un archétype chez Baccillus subtilis

Découverte d'une nouvelle famille de protéine kinases bactériennes : mécanismes de fonctionnement et rôle cellulaire de YdiB, un archétype chez Baccillus subtilis

Keywords : kinase, phosphatase, phosphorylation, YdiB, Bacillus subtilis, ribosome, oxidative stress Résumé : Les données de séquençage des génomes ont révélé la famille UPF0079 comprenant des protéines de fonction inconnue qui sont exclusivement présentes chez les bactéries; largement distribuées dans ce règne et possèdent le motif A de Walker dans leur séquence. La caractérisation biochimique et l'élucidation du rôle physiologique de cette famille contribueront à élargir nos connaissances en biologie fondamentale, et sont également un préalable vers le développement de nouveaux composés antimicrobiens. Notre étude sur YdiB, un archétype de cette famille chez Bacillus subtilis a révélé à la fois l’autophosphorylation de YdiB et son activité de protéine kinase. L’activité kinase de double spécificité Ser/ Thr et Tyr de YdiB semble nécessiter son oligomérisation et semble être stimulée par des molécules basiques telles que des polyamines naturelles ou la poly-L-lysine. Les 10 résidus les plus conservés chez cette famille ont été étudiés afin de mieux comprendre le mécanisme moléculaire de YdiB. Concernent la caractérisation fonctionnelle de la phosphorylation liée à YdiB, l’étude de l’opéron ydiA-B-C-D-E de B. subtilis nous a permis de montrer que YdiB et YdiC fonctionnent comme un couple de protéine kinase/phosphatase de deux protéines substrats dont les fonctions seraient liées aux ribosomes, YdiD et YdiE. Une co-localisation partielle entre YdiB et les ribosomes a été observée. En outre, YdiB est capable de phosphoryler des protéines ribosomiques appartennant aux deux sous-unités 50S et 30S, ainsi que deux GTPases liées aux ribosomes, EngA et EngB. Nous avons également démontré que EngA phosphorylée par YdiB est un substrat in vitro de la phosphatase YdiC. Enfin, basé sur le phosphoprotéome de Bacillus subtilis, des peptides mimant des sites de phosphorylation in vivo ont été utilisés. Certains d’entre eux ont été trouvés à être phosphorylés in vitro par YdiB. Deux de ces peptides appartient à la superoxyde dismutase SodA dont l'activité in vitro et après purification est régulée positivement via la phosphorylation par YdiB. Nous avons ensuite constaté que les cellules de B. subtilis dépourvues du gène ydiB sont plus sensibles aux agents oxidants tels que le paraquat ou la norfloxaxin. Nous proposons que, in vivo, YdiB fonctionne comme une protéine kinase impliquée dans la fonction des ribosomes dans des conditions physiologiques normales, et son activité kinase contribuerait à protéger les cellules contre les dommages du stress oxydatif.
En savoir plus

132 En savoir plus

Rôles et implications de la protéine HRI dans la réponse cellulaire face au stress

Rôles et implications de la protéine HRI dans la réponse cellulaire face au stress

RÉSUMÉ OBJECTIFS : Le Bortezomib (Velcade©) est un inhibiteur de protéasome présentement utilisée e n chimiothérapie pour soigner les cas de myélomes multiples et de lymphomes. Les tumeurs solides sont souvent résistantes à ce type de traitement. Mon laboratoire d’accueil à récemment déterminé que le traitement de cellules cancéreuses issues de tumeurs solides avec le Bortezomib induit une réponse de stress caractérisée par la phosphorylation du facteur d’initiation à la traduction eIF2α. Cette phosphorylation est médiée par une protéine kinase, nommée Heme Regulated Inhibitor (HRI). La phosphorylation du facteur eIF2α par HRI occasionne la formation de granules de stress (GS); corps cytoplasmiques renfermant les protéines ribosomales, les ARNms, et des molécules de signalisation. La formation des GS est associée à une résistance à la mort cellulaire induite par différents types de stress, tels qu’un choc oxydatif, l’hypoxie ou les radiations. Nous avons ainsi impliqué la formation des GS dans la résistance des cellules cancéreuses au Bortezomib. En effet, nous avons démontré que la suppression des GS en interférant avec l’expression d’HRI sensibilisait les cellules cancéreuses au traitement de Bortezomib. Ce résultat dénote aussi un nouveau rôle potentiel de HRI dans la chimiorésistance. Mon projet consistait donc à tester cette hypothése in vivo en utilisant des cellules cancéreuses déplétées de manière stable en HRI.
En savoir plus

79 En savoir plus

Tau et troubles cognitifs - Un rôle pour les lymphocytes T

Tau et troubles cognitifs - Un rôle pour les lymphocytes T

a été récemment suggéré par imagerie cérébrale lors de la progression de la maladie chez les patients atteints de MA [8, 9] . La relation entre immunité innée et pathologie Tau a été peu étudiée. Toutefois, les travaux réalisés jusqu’à présent s’accordent pour suggérer que les dégénérescences neurofibrillaires intra- neuronales provoquent également une activation microgliale [9, 10] qui, en retour, favorise l’hyper-phosphorylation, l’agrégation et la sécrétion de la protéine Tau [7, 11] . Ces changements créent donc un cercle vicieux qui contribuerait au développement des troubles cognitifs. Les mécanismes sous-jacents demeurent peu connus, mais il est logique de penser que les formes extracellulaires de Tau joueraient un rôle important.
En savoir plus

3 En savoir plus

Phosphorylation et régulation de l’E3 ubiquitine ligase MDM2 par la protéine kinase RSK dans les mélanomes

Phosphorylation et régulation de l’E3 ubiquitine ligase MDM2 par la protéine kinase RSK dans les mélanomes

Afin d’observer la fonction biologique résultant de ces différents niveaux d’ubiquitination de MDM2, nous avons, dans un premier temps, montré que l’activité kinase RSK favorise l’enrichissement de la protéine MDM2 dans les cellules. Cette observation peut être d’origine transcriptionnelle, traductionnelle ou post-traductionnelle. Nous pouvons suggérer que cet enrichissement est dû à une augmentation de la stabilité de la protéine. Cependant, la faible augmentation du transcrit en présence de la forme sauvage de RSK ne nous permet pas de dire que la stabilité est le seul facteur aboutissant à cet enrichissement. La voie MAPK joue un rôle important dans la régulation de la traduction des protéines. Il serait intéressant de connaître si la traduction de la protéine MDM2 est régulée par la voie MAPK. Nous avons montré dans ce rapport que la kinase RSK régule la stabilité de MDM2. L’effet sur la stabilité de MDM2 reste encore très faible. Il serait important de connaitre si l’inhibition de la kinase AKT permettrait d’accentuer l’effet observé. De plus, des expériences non présentées dans ce rapport, ne nous ont pas permis de conclure que la stabilité de la protéine est uniquement dépendante des sites de phosphorylation Ser166 et 186 de MDM2. Ceci peut être expliqué par deux hypothèses, premièrement dans cette expérience nous avons utilisé des cellules HEK293T, ces cellules présentent l’antigène T du virus SV40, ce dernier peut avoir un impact majeur sur les résultats de stabilité générés, il serait donc intéressant de valider ces observations dans un autre modèle cellulaire. Deuxième, nous pouvons émettre l’hypothèse que RSK peut réguler une autre protéine ayant un impact sur la stabilité de MDM2 ou qu’une ou plusieurs protéines pourraient influencer de façon prédominante la stabilité de MDM2.
En savoir plus

82 En savoir plus

Pépite | Rôle des modifications post-traductionnelles dans le processus d’agrégation de la protéine Tau

Pépite | Rôle des modifications post-traductionnelles dans le processus d’agrégation de la protéine Tau

Ainsi, en 1997, le paramètre dégénérescence neurofibrillaire impliquant Tau est pris en compte dans l’établissement du diagnostic de la MA mais ça n’est pas pour autant que les facteurs étiologiques de la maladie sont déterminés : les acteurs principaux sont connus mais toujours pas les causes et la relation existant entre les deux. Même si depuis 40 ans de nombreuses études ont été menées sur ces deux acteurs moléculaires caractéristiques de la MA, à l’heure actuelle aucun lien clair n’est établi entre la protéine Tau, le peptide Aβ et le déclenchement de la pathologie. Des études montrent qu’une accumulation de peptide Aβ a pour conséquence une hyperphosphorylation de la protéine Tau (Grueninger et al., 2010) et qu’un traitement contre la neurotoxicité induite par Aβ diminue la phosphorylation de Tau (Song et al., 2008) ce qui suggère donc que ce peptide Aβ soit l’élément déclencheur de la maladie. D’autres études ont montré qu’un neurone exprimant Tau dégénère en présence d’Aβ mais qu’en absence de Tau (KO), la cellule survit (Rapoport et al., 2002). De plus, l’atrophie synaptique retrouvée non seulement dans la MA mais aussi dans d’autres tauopathies est directement liée au dysfonctionnement de la protéine Tau (Lipton et al., 2001). Ces résultats posent donc le peptide Aβ comme précurseur de la maladie. On peut donc dire que la toxicité induite par le peptide Aβ et la protéine Tau n’est plus à prouver mais qu’en 2017 aucun lien clair n’est établi. Concernant la protéine Tau, sujet central de ma thèse, il apparaît clairement que la phosphorylation joue un rôle, aussi bien dans le processus d’agrégation (Brion et al., 1985; Goedert et al., 1992; Grundke-Iqbal et al., 1986) que dans le lien pathologique (éventuel) avec le peptide Aβ (Song et al., 2008). Cette phosphorylation est même devenue un marqueur spécifique dans la détection post-mortem de la maladie d’Alzheimer par l’utilisation d’anticorps reconnaissant des épitopes phosphorylés tel que l’AT8 (pS202+pT205) (Alafuzoff et al., 2008). Outre le rôle joué par la phosphorylation, on peut légitimement se demander quels sont les rôles joués par d’autres modifications post-traductionnelles (MPTs) telles que l’acétylation, la O- GlcNAcylation… toujours dans le but de comprendre le processus d’agrégation pathologique impliquant la protéine Tau.
En savoir plus

346 En savoir plus

en
                                                                    fr

en fr Identification and functional characterization of new Tau cleavage sites Identification et caractérisation fonctionnelle de nouveaux sites de clivage de la protéine Tau

serait relativement tardive. De plus, la phosphorylation de Tau entraînerait des modifications conformationnelles avec l’apparition de nouveaux épitopes (MC1 ou Alz50) détectés uniquement dans la MA (Jicha et al., 1997a; 1997b; Ghoshal et al., 2002). La présence de protéines Tau hyper- et anormalement phosphorylées dans les neurones en DNF suggère donc que cette dérégulation de phosphorylation joue un rôle dans la pathologie. Ainsi, de nombreux travaux se sont intéressés aux conséquences d’une dérégulation des activités kinases et phosphatases comme potentialisateurs de la pathologie Tau. Une injection intra-péritonéale de chlorure de lithium (LiCl) ou un régime riche en LiCl administré dans des modèles murins conduisent à une inactivation de GKS3β et permettent de diminuer la phosphorylation de Tau sur plusieurs épitopes et d’abaisser le nombre de neurones en DNF dans des modèles de Tauopathies (Muñoz-Montaño et al., 1997; Engel et al., 2006; Caccamo et al., 2007). La surexpression d’autres kinases telles que CDK5 dans un modèle murin conduit à une hyperphosphorylation de Tau et également à la formation de DNF au niveau cortical et hippocampique (Cruz et al., 2003). De même, celle de LRRK2 dans un modèle de Tauopathie exacerbe la pathologie Tau (Bailey et al., 2013). De la même façon, la surexpression de la Tau Tubuline Kinase 1 in vivo conduit à une hyper-phosphorylation de Tau corrélée à une activation des kinases GKS3β et CDK5 suivie de formations de DNFs (Xu et al., 2010). Moduler l’expression ou l’activité des kinases étant une approche trop générale, d’autres approches plus ciblées ont également été développées afin d’étudier les conséquences de la dérégulation de la phosphorylation de Tau. A cet effet, des modèles de drosophiles de surexpression de Tau mutées sur tous les sites Thr-Pro et Ser-Pro en Ala-Pro ont été générés et de manière intéressante aucune dégénérescence rétinienne n’est observée dans ces modèles à l’inverse des mutants drosophiles Glu-Pro, mimant donc une phosphorylation sur ces sites ; prouvant ainsi que la phosphorylation sur ces motifs conduit à une mort neuronale chez les drosophiles (Dias-Santagata et al., 2007; Fulga et al., 2007; Steinhilb et al., 2007a; 2007b). In
En savoir plus

216 En savoir plus

La régulation de la mort cellulaire par la dynamique de l'actine : leçons de la protéine E4orf4 de l'adénovirus

La régulation de la mort cellulaire par la dynamique de l'actine : leçons de la protéine E4orf4 de l'adénovirus

In the présence of E4orf4, pCRIB and wCRIB were recruited to juxtanuclear vesicles reminiscent of the actin structures induced by E4orf4 (Fig.6B-C, arrows). Strikingly, coexpression of modest levels of Cdc42 enhanced wCRIB recruitment on large perinuclear vesicles, in a way that relied on E4orf4 (Fig.6C, GFP-wCRIB+Cdc42, arrows). Arp3-GFP, a member of the Arp2/3 complex that promotes actin nucleation downstream of Cdc42/N- Wasp (Stradal et al., 2004), was also recruited in the juxtanuclear région (Fig.SlB). Such was the case also for the rRBD probe, which accumulated to juxtanuclear vesicles and fiber-like structures (Fig.6D, arrows). However, a major proportion of the rRBD was recruited to more peripheral sites forming small protrusions in E4orf4 cells, suggesting that Rho is independently activated at the cortical membrane (Fig.6D, arrowheads). We further found that E4orf4 is associated with and enhances the phosphorylation of the target subunit of the myosin light chain phosphatase (MYPT), a Rho kinase substrate (Fig.SIC). Rho kinase-mediated phosphorylation on Thr696 inhibits the catalytic activity of the myosin phosphatase (Amano et al., 1996; Feng et al., 1999) and this could account for E4orf4- induced p-MLC. Finally, activation of Rho GTPases by E4orf4 required Src binding but not PP2A, consistent with actin polymerization and myosin II activation. This was revealed by the diffuse distribution of the reporter probes in cells expressing the mutant E4orf4(6R-A) defective in Src binding (Fig.6C,D), contrasting with spécifie membrane and perinuclear recruitment in cells expressing E4orf4 (R81/F84A), which behaved like the wild type
En savoir plus

260 En savoir plus

Le rôle de la protéine tau dans la mort des cellules ganglionnaires de la rétine : cas du glaucome et de la maladie d’Alzheimer

Le rôle de la protéine tau dans la mort des cellules ganglionnaires de la rétine : cas du glaucome et de la maladie d’Alzheimer

150 begun, a time when there is already tangible RGC death (Quigley, 2011). Our data show that administration of siTau successfully reduced retinal tau levels and promoted robust RGC soma and axon survival in glaucomatous eyes. The observation that siTau effectively rescued RGCs, without altering intraocular pressure, provides strong proof-of- principle for a detrimental gain-of-function role of tau in glaucoma. The altered pattern of tau phosphorylation we report here suggests a potential contribution in the formation of tau oligomers and RGC death. Therefore, by reducing the total amount of retinal tau protein available for phosphorylation siTau is likely to attenuate tau aggregation and neuronal death. Of interest, although this siRNA approach only decreased tau levels in the retina, we observed substantial survival of both RGC soma and axons. The decrease of tau burden in the retina appears to have a widespread beneficial effect on the overall health of RGCs leading to improvements in axonal transport and functionality. Previous studies have demonstrated the benefits of modulating tau levels and activity by kinase inhibitors and phosphatase activators, immunotherapies, inhibitors of protein aggregation and microtubule-stabilizing agents (Himmelstein et al., 2012). The use of siRNA is now added to the arsenal of strategies to limit the toxic effects of tau while re-establishing cellular homeostasis.
En savoir plus

334 En savoir plus

La protéine Prion cellulaire (PrPC) dans la mucoviscidose : Rôle dans le maintien de la barrière épithéliale bronchique

La protéine Prion cellulaire (PrPC) dans la mucoviscidose : Rôle dans le maintien de la barrière épithéliale bronchique

To shed light on the potential involvement of PrP C in CF, we first assessed its level of expression and characterized its tissue distribution and localization in human bronchi of healthy and CF patients. Using RT-qPCR, we demonstrated that PrP C is highly expressed in CF samples compared to normal specimens (Fig. 1A). The mRNA results were strengthened at the protein level using western blotting analysis and ImageJ quantification (Fig. 1B and 1C). The anti-PrP antibodies recognized three different PrP C forms in protein extracts from healthy and CF bronchi samples (Fig. 1B). The forms correspond to the unglycosylated (U~24 kDa), the immature glycosylated (I~26-30 kDa) and the mature highly glycosylated PrP C (H~31-37 kDa). To analyze the tissue distribution in human bronchi, we performed immunohistochemical analyses using human healthy and CF lung sections. PrP C protein was strongly expressed in CF lung sections compared to the healthy samples (Fig. 1D (c,d)). PrP C protein was mainly observed in the cytoplasm and at lateral and apical sides of cilia cells (Fig. 1D (c,d)). PrP C was also detected in blood vessels with stronger expression in CF patients (Fig. 1D (c,d)). Incubation in the absence of the primary antibody (Fig. 1D (a)), or in the presence of the primary antibody (SAF32) that has been preincubated overnight with the immunogen peptide (Fig. 1D (b)) confirmed the specificity of PrP C detection at the bronchial level. These results are in line with the recently reported data regarding the localization of PrP C in healthy human bronchial tissues ( Kouadri et al., 2018 ). These data substantiate the findings at the mRNA and protein levels and suggest that PrP C protein might participate into the pathophysiological features of CF disease.
En savoir plus

312 En savoir plus

La protéine MDM2 favorise la mort cellulaire en affectant la bioénergétique mitochondriale

La protéine MDM2 favorise la mort cellulaire en affectant la bioénergétique mitochondriale

L’interaction MDM2-NDUFS1, nouvelle cible thérapeutique anticancéreuse ? Cette étude montre qu’une augmenta- tion de l’expression de MDM2 conduit à une séquestration cytosolique de NDUFS1 et à une diminution de la for- mation du complexe I de la chaîne respiratoire induisant une réduction de l’activité de cette chaîne, à une production accrue de formes réactives de l‘oxygène mitochondriales, à un accroissement des dommages à l’ADN, et à l’activation de la voie apoptotique intrinsèque (Figure 1) . De plus, NDUFS1 et p53 sont en compétition pour intera- gir avec MDM2. Une autre étude montre qu’une forme mitochondriale de MDM2 induirait une réduction de l’expression de NDUFS1 [7] , reliant de nouveau la bioénergétique mitochondriale et MDM2. Cependant, les conditions cellulaires et les signaux en amont qui favorisent l’interaction MDM2-NDUFS1 restent mal définis. Il serait intéressant d’évaluer le rôle du contrôle du fonctionnement mitochondrial impliquant MDM2 dans des conditions pathologiques où la res- piration mitochondriale est compromise, comme dans les cancers.
En savoir plus

3 En savoir plus

Induction et propagation de la pathologie par la protéine tau chez un modèle murin de la maladie d’Alzheimer

Induction et propagation de la pathologie par la protéine tau chez un modèle murin de la maladie d’Alzheimer

la maladie de Parkinson ayant reçu une greffe de tissu fœtal dopaminergique corroborent nos résultats [14, 15, 20] . Une des observations pathologiques de la maladie de Parkinson consiste en la présence dans les neurones d’inclusions intracytoplasmiques, les corps de Lewy, principalement constitués de la protéine D-synucléine agrégée. Le fait que, chez certains patients greffés, des corps de Lewy soient retrouvés à l’intérieur du tissu implanté suggère une propaga- tion de la pathologie de la protéine D-synucléine d’un système cellulaire à un autre tout comme dans notre modèle expérimental. Récemment, une étude menée par Desplats et ses collègues met en évidence le passage de la protéine D-synucléine d’une cellule à une autre in vitro mais aussi in vivo [16] . À ce jour, plusieurs études in vitro ont mon- tré que des agrégats protéiques ont la propriété de pénétrer dans les cellules et d’y induire, en cascade, l’agrégation de leurs homologues sains. C’est le cas par exemple pour les agrégats de polyglu- tamines comme ceux qui sont retrouvés
En savoir plus

4 En savoir plus

PolDIP2, une protéine clé de la régulation du fonctionnement mitochondrial et du métabolisme cellulaire

PolDIP2, une protéine clé de la régulation du fonctionnement mitochondrial et du métabolisme cellulaire

99 Les auteurs ont émis l’hypothèse que le déficit en PolDIP2 pourrait contribuer à ce phénotype. Ils ont démontré que, dans les cellules de cancer du sein « triple-néga- tif », l’expression de PolDIP2 est faible, et la lipoylation de DLAT et DLST est com- plètement inhibée. Ils ont ensuite évalué l’impact de PolDIP2 sur la fonction mito- chondriale : la surexpression de PolDIP2 dans des lignées cancéreuses a permis de stabiliser la protéine ACSM1, d’augmenter la lipoylation de la PDH et α-KGDH, et de réduire la stabilisation d’HIF-1α sous condition de normoxie. Ces changements biochimiques étaient accompagnés par la lipoylation des enzymes mitochondriales, une augmentation de la respiration mito- chondriale, ainsi que par une importante inhibition de la croissance cellulaire [4] . En conclusion, l’étude de Paredes et al. a permis de montrer que PolDIP2 est un régulateur de la lipoylation de protéines mitochondriales. PolDIP2, en séquestrant la protéine Clpx, inhibe la formation du complexe Clpp-Clp, ce qui conduit à la stabilisation d’ACSM1, qui n’est alors plus dégradé. ACSM1 cata- lyse la réaction conduisant à la for- mation du lipoyl-AMP, ce qui permet l’activation par lipoylation des enzymes PDH et α-KGDH intervenant dans le cycle de Krebs (Figure 1) . Ce mécanisme est inhibé en condition d’hypoxie car la concentration cellulaire de PolDIP2 diminue alors fortement. Cela permet une adaptation du métabolisme éner- gétique de la cellule, normale ou cancé- reuse, en situation d’hypoxie. ‡
En savoir plus

4 En savoir plus

Show all 7957 documents...