Haut PDF Propriétés caractéristiques de courbes ou de surfaces

Propriétés caractéristiques de courbes ou de surfaces

Propriétés caractéristiques de courbes ou de surfaces

où Ton doit remplacer p par l'expression ( 8 ) ; Ifis fermes non écrits dans la dernière intégrale ont un degré, en p, supérieur à n~\~ 2 s'ils ont pour coefficient une fonction de u do[r]

103 En savoir plus

Le contrôle des inflexions et des extremums de courbure portés par les courbes et les surfaces B-Splines

Le contrôle des inflexions et des extremums de courbure portés par les courbes et les surfaces B-Splines

n’est pas une raison de baisser les bras. À tout le moins, il est possible d’utiliser les propriétés différentielles des surfaces pour mieux les comprendre. Jan J. Koenderink a côtoyé Ian R. Porteous (2001) auteur du livre GEOMETRIC DIFFE- RENTIATION, For the intelligence of Curves and Surfaces. On peut dire que la théorie des singularités s’inscrit dans une continuité des travaux de Christiann Huygens et Gaspard Monge. Le livre de Porteous est en quelque sorte un retour d’ascenseur à la théorie des pro- priétés différentielles des courbes et des surfaces. En particulier, le livre de Porteous présente la théorie des lignes d’extremums de courbure portées par les surfaces. Peter Giblin, un proche collègue de Ian R. Porteous est un coauteur d’un ouvrage sur la reconnaissance des visages. Ce dernier livre de Hallinan et al. (1999) ainsi que les livres de Koenderink et de Porteous forment de façon complémentaire une belle introduction au sujet. La notion d’extremums de courbure est également utile à la génération de maillages. Un raffinement et un alignement du maillage avec les extremums de courbure permettent de mieux approximer une forme. On peut lire sur ce sujet la thèse de Boris Clémençon (2008).
En savoir plus

183 En savoir plus

CONTRIBUTION À L’AMÉLIORATION DES PROPRIÉTÉS OPTIQUES ET MÉCANIQUES DES SURFACES DOUCIES ET POLIES

CONTRIBUTION À L’AMÉLIORATION DES PROPRIÉTÉS OPTIQUES ET MÉCANIQUES DES SURFACES DOUCIES ET POLIES

Dans les dernières années, Kaller [Kal98] dans son travail a critiqué l’hypothèse avancée par certains auteurs qui ont été cité tels que Brüche et Smekal qui ont démontrés que les grains employés dans le polissage doivent être très durs pour permettre l’enlèvement de matière. Kaller a démontré dans le travail cité qu’au contraire l’agent de polissage doit être plus doux que le matériau à polir et il a avancé une théorie de polissage dont le mode d’enlèvement de matière est l’effet tribochimique (il a définie la tribochimie comme étant une branche de la mécano chimie, et aussi une branche de la chimie qui concerne les changements chimiques et physico chimiques du solide comme résultat de l’application d’une énergie mécanique). Dans sa théorie connue aussi par la théorie des défauts de maille de l’agent à polir, Kaller a conclu que les défauts de maille de l’agent de polissage conduit aux valeurs quantifiables pour les caractéristiques désirées des agents de polissage aussi bien qu’aux méthodes par lesquelles ces caractéristiques peuvent être réalisées à travers la connaissance et le contrôle de la manière de fabrication.
En savoir plus

195 En savoir plus

Traitements de passivation des surfaces de l'arséniure de gallium et impact sur les propriétés électro-optiques de ce matériau

Traitements de passivation des surfaces de l'arséniure de gallium et impact sur les propriétés électro-optiques de ce matériau

48 CHAPITRE 4. RÉSULTATS ET ANALYSES 4.7 Mesures des antennes THz Dans cette section nous comparons les caractéristiques d'une antenne d'émission THz fa- briquée sur un substrat de GaAs :H (bombardéaux protons) non passivéà celles de deux antennes fabriquées sur le même type de substrat, mais ayant subi un traitement de pas- sivation à l'aide d'un dépôt LF-PECVD. Tel que mentionné à la section 3.1.2, le choix de ce traitement est liéà une bonne compatibilitéavec le procédéde fabrication de nos antennes. Mentionnons qu'une étude comparable a déjà été eectuée par C. Headley et al. [Headley et al., 2011]. Pour cette étude les auteurs ont utilisé un traitement de passivation chimique au soufre suivit d'une encapsulation de nitrure de silicium par dépôt PECVD. L'alignement des lentilles de Si de collection est assez critique. Les mesures des traces THz et des spectres fréquentiels associés, pour les trois antennes étudiées, se trouvent à la gure 4.13. Comme mentionnées dans la section 3.2.7, les mesures ont été prises dans l'environne- ment humide de la pièce. C'est pour cette raison que les spectres présentent de nombreuses bandes d'absorption [Rosker et Wallace, 2007] et que des mesures sous une atmosphère d'azote sec aurait été préférables. Nos résultats indiquent qu'une passivation LF-PECVD permet d'améliorer l'intensité THz émise de même que la largeur du spectre (entre 0.5 THz et 1 THz), en accord avec les travaux de C. Headley et al. [Headley et al., 2011]. Ces améliorations peuvent être associées à une augmentation de la mobilité des porteurs causée par une réduction de la densité d'états de surface (réduction des pièges). L'amélioration du spectre à basse fréquence peut être attribuée au changement de mécanismes d'émis- sion. Encore selon C. Headley et son équipe, les dispositifs passivés émettraient plus par eet Dember que ceux non passivés. Notons que nous avons aussi mesuré un photocourant plus grand (0.3 mA versus 0.11 mA) sur les antennes passivées. Cet eet pourrait être lié à une résistivité de couche plus faible (la mesure n'a pas été faite), mais pourrait aussi être liéau changement d'indice de réfraction associéà la couche de nitrure de silicium. Ainsi, une partie de l'augmentation du signal THz pourrait provenir d'une plus grande transmission du faisceau d'excitation à l'interface air/couche passivée/GaAs. Des mesures sur diérentes surfaces pourront nous en indiquer plus.
En savoir plus

78 En savoir plus

Outils de base pour l'extraction de caractéristiques de surfaces numérisées

Outils de base pour l'extraction de caractéristiques de surfaces numérisées

♦ La seconde catégorie de méthode décompose la surface en se basant sur un réseau de courbes définies comme des arêtes vives, des lignes de niveaux, des lignes de plus grandes pentes, des lignes de symétries, etc. Les carreaux sont construits à partir de ce réseau de courbes, mais aucun critère n’impose qu’ils aient quatre côtés. Plusieurs approches ont été proposées pour revenir par la suite à des carreaux à quatre côtés. Cette catégorie de méthodes présente l'intérêt de fournir une décomposition naturelle de la surface, c'est à dire que la segmentation reflète la conception (vue par l'utilisateur) de la forme de la surface. La gestion des problèmes de continuités est également garantie. Bahi [ BAH 97] propose des algorithmes de
En savoir plus

22 En savoir plus

Modulation des propriétés de surfaces par des liaisons réversibles

Modulation des propriétés de surfaces par des liaisons réversibles

On observe sur la figure 2.14 un changement de couleur après dépôt du composé R1. Le passage de la couleur verte au rouge/orange indique une probable formation de l’azométhine correspondante. Dans notre démarche, nous avons également déposé le composé A1 sur du verre et du silicium à titre d’étude comparative. La surface recouverte de A1 indique également une couleur orange sous la lampe UV et ceci présente un premier signe encourageant en ce qui concerne la formation d’azométhine sur support solide. Une première analyse infrarouge/ATR sur nos échantillons ont été effectuée dont trois d’entre elles ont été caractérisés via l’ATR, les surfaces S0, S1 r et la surface recouverte de composé A1 (SA1) (fig. 2.15). Le but est d’identifier les liaisons caractéristiques de chacun des composés respectifs, notamment la liaison imine C=N pour l’échantillon S0 et A1. Pour ces 3 films, le paramétrage de l’instrument ATR est de 128 scans.
En savoir plus

95 En savoir plus

Comparaison des caractéristiques microstructurales et des propriétés en fluage de superalliages monocristallins à base de nickel de différentes générations

Comparaison des caractéristiques microstructurales et des propriétés en fluage de superalliages monocristallins à base de nickel de différentes générations

169 3.3.1. Fluage à 950 °C / 390 MPa Nous avons vu précédemment, avec les essais réalisés sur du CMSX-4 Plus A pour les deux états de traitement thermique (traitement initial et traitement optimisé), que les hétérogénéités chimiques n’avaient pas d’effet significatif sur la durée de vie en fluage dans ces conditions. La Figure 4.32 présente les courbes de fluage réalisées à ces mêmes conditions pour le CMSX-4 Plus B ayant été soumis à différentes vitesses de refroidissement après la remise en solution. Le Tableau 4.18 résume les durées de vie obtenues. La plus longue durée de vie est obtenue à la suite à un refroidissement avec une vitesse de l’ordre de 285 °C/min (soit une taille moyenne de précipités γ’ de 0,46 µm). Le deuxième temps à rupture le plus élevée est obtenu pour une trempe à l’air classique, soit une vitesse de refroidissement de l’ordre de 500 °C/min, avec des précipités d’une taille moyenne de 0,44 µm. Il semblerait que la durée de vie soit la plus élevée pour cette taille moyenne de précipités γ’ (autour de 0,45 µm) et que, lorsqu’on s’en écarte, la durée de vie diminue. Le temps à rupture le plus faible est obtenu pour la vitesse de refroidissement la plus faible (10 °C/min), soit des précipités γ’ avec une taille moyenne de l’ordre de 0,72 µm. Il est intéressant de remarquer que la microstructure très hétérogène produite après une trempe à l’eau, ainsi que la microstructure résultant d’un refroidissement à 100 °C/min avec une microstructure de morphologie de précipités γ’ plus cubique et également plus régulière (que pour la trempe eau), ont conduit à des durées de vie identiques. On peut alors supposer qu’il existe une valeur optimale, ou une étroite fourchette de taille moyenne de précipités γ’ correspondant au maximum de durée de vie dans ces conditions d’essai. Cependant, l’éprouvette à 35 °C/min présente un temps à rupture plus élevé que pour l’éprouvette à 100 °C/min (malgré une taille moyenne de précipité plus faible) ce que nous ne pouvons expliquer (peut-être un problème au cours du refroidissement ou des taux de retassures différents d’un barreau à l’autre).
En savoir plus

329 En savoir plus

Etude des propriétés statistiques des moyennes de Fréchet dans des modèles de déformations pour l'analyse de courbes et d'images en grande dimension

Etude des propriétés statistiques des moyennes de Fréchet dans des modèles de déformations pour l'analyse de courbes et d'images en grande dimension

I.1. Authentification de signatures de discrétisation régulière. Le pas de discrétisation est de l’ordre de la milliseconde. Les signaux d’ac- célération sont entachés d’un bruit de fond important, dû à la grande sensibilité des capteurs qui sont capables, par exemple, de détecter les vibrations issues du contact entre la mine et les anfractuosités du papier. En fait, la plage des fréquences que peuvent mesurer les MEMS utilisés est bien plus grande que la plage de fréquences des mouvements caractéristiques de l’écriture qui, elle, est comprise entre 2 et 50 Hz. De ce fait, l’interprétation physique des courbes enregistrées via les MEMS présente quelques difficultés. Les deux MEMS enregistrent des signaux très similaires et leur disposition, à la manière de la stéréoscopie, doit permettre de calculer l’accélération des mouvements suivant la troisième compo- sante. Néanmoins, il n’est évident que l’on puisse reconstruire le mouvement du stylo a partir de ces quatre signaux. En effet, les capteurs enregistrent, outre la force exercée par l’utilisateur, la résultante de la force de gravité sur les axes de mesure x i et y i , i = 1, 2. De plus, suivant la manière dont est
En savoir plus

145 En savoir plus

Caractéristiques et origine fonctionnelle des propriétés fréquentielles du noeud auriculoventriculaire

Caractéristiques et origine fonctionnelle des propriétés fréquentielles du noeud auriculoventriculaire

sont limitées par la difficulté de mesurer l’’ERPN chez le chien étant donné qu’’elle est souvent plus courte que la FRPA. Pour pallier cette difficulté, certains chercheurs ont approximé la valeur de l’’ERPN par la FRPA. 179,269,298,299 Dans ce cas, l’’ERPN pourrait donc paraître raccourcie à cause du raccourcissement de la FRPA et non à cause d’’un vrai raccourcissement de la période réfractaire nodale. Une autre approche développée par Tsukada 290 est basée sur l’’estimation de la valeur de l’’ERPN à partir d’’une modélisation hyperbolique de la courbe de récupération (A 1 A 2 vs A 2 H 2 ). L’’ERPN correspond alors au A 1 A 2 équivalent à l’’asymptote verticale de la courbe. Cette méthode plutôt élégante n’’a cependant pas été validée et pourrait être une source d’’erreur, étant donné l’’absence fréquente d’’asymptote dans les courbes expérimentales (Figures 11, 17, 19, 21 et 24). Enfin, pour prolonger l’’ERPN au-delà de la FRPA et ainsi pouvoir étudier sa variation avec la fréquence cardiaque chez le chien, Segawa 300 a effectué le protocole de stimulation prématurée après l’’administration du vérapamil (un bloqueur non-dihydropyridine des canaux calciques). Il a observé une augmentation de l’’ERPN avec la fréquence cardiaque. Or, il n’’est pas clair si cette variation de l’’ERPN, aussi observée par d’’autres équipes après inhibition pharmacologique de la transmission AV, 179,298,299 est intrinsèque au nœœud AV ou est plutôt induite par ces agents pharmacologiques. Devant ces limitations, il serait donc raisonnable d’’affirmer que l’’effet de la fréquence cardiaque sur l’’ERPN chez le chien demeure obscur. En bref, l’’augmentation de la fréquence cardiaque de base typiquement raccourcit la FRPN et prolonge l’’ERPN.
En savoir plus

175 En savoir plus

Etude de l'influence des propriétés mécaniques des surfaces sur l'énergie de collage direct

Etude de l'influence des propriétés mécaniques des surfaces sur l'énergie de collage direct

2.2.1.4.2 Les différents modes d’utilisation de l’AFM employés Comme introduit dans le chapitre 1 (partie 1.2.2.2), divers modèles mettant en jeu le contact au niveau des aspérités de surface sont évoqués dans le cas du collage direct hydrophile. Dans ces modèles, les aspérités sont supposées s’élargir lors de la consolidation thermique de l’interface de collage, menant ainsi à l’augmentation conjointe de la surface collée et de l’énergie de collage. Cet élargissement des aspérités peut être le fait de divers phénomènes d’origine mécaniques ou physicochimique. C’est dans l’objectif de répondre à cette problématique que les surfaces d’oxydes de silicium déposés ont été analysées via l’AFM. Ceci en tenant compte des différents paramètres ayant traits à la préparation des oxydes déposés tels que le vieillissement qu’ils ont subi ou la nature du matériau (oxyde thermique ou déposé). Pour ce faire, différents modes d’utilisation de l’AFM ont été mis à contribution sur ces surfaces, tel que le mode Peak Force ou encore le mode Force Volume. Les deux modes impliquent l’utilisation de courbes de force réalisées sur l’échantillon. Le mode Peak Force nous a été utile pour réaliser des cartographies de mesures d’adhésion, et de mesures de déformation. Nous avons également utilisé ce mode pour réaliser des engagements unitaires afin de réaliser des nanoindentations (avec une pointe diamant), des courbes de forces permettant de mesurer le « pic adhésif » ou encore la raideur du matériau. Le mode Force Volume a notamment servi à réaliser des cartographies de mesures de raideur. Le mode Tapping a quant à lui servi à réaliser une imagerie des empreintes réalisées dans le cas de la nanoindentation par exemple. Nous allons désormais décrire ces deux principaux modes d’utilisation de l’AFM qui ont été utilisés dans cette thèse, sachant qu’ils font intervenir deux types d’interactions pointe-surface : le mode tapping et le mode contact.
En savoir plus

253 En savoir plus

Vision stéréoscopique et propriétés différentielles des surfaces

Vision stéréoscopique et propriétés différentielles des surfaces

vision préattentive et à croire que c'est là toute l'information qu'ils peuvent tirer des images. Dans le cas de la détection de contours, on a l'habitude d'utiliser des contours donnés à une précision d'à peu près un pixel pour ensuite les lisser, par exemple par une approximation polygonale ou par des splines. La détection de contours comme l'approximation introduisent cha- cun une certaine dose d'erreur, mais alors que l'erreur due a l'approximation peut en général être choisie, celle de l'extraction de contours est xe et non négligeable, surtout lorsqu'on désire calculer des propriétés diérentielles de courbes visibles dans l'images, comme l'orientation ou la courbure [Pap95]. De nombreuses méthodes ont déjà été proposéees en matière de détection de contours à une précision inférieure au pixel, par exemple Huertas et Médioni [HM86] ont utilisé une amélioration de la méthode de détection des contours comme les passages par zéro du laplacien, mais n'ont pas donné de résultats quant à la précision de la détection des contours. Tababai et Mitchell [TM84] ont eectué un travail intéressant dans le cas d'images monodimensionnelles, dont l'extension au cas d'images bidimensionnelles semble bien fonctionner. Une méthode d'anage de position de contours est égallement donnée dans [VF92] mais elle reste plutôt complexe. Les meilleurs résultats en termes de précision [NB86] ont été obtenus en contrepartie d'un coût en calculs impor- tant, la méthode mettant en oeuvre une approximation locale de l'intensité par une surface, et les résultats ne sont pas meilleurs que ceux présentés ici. En général les diérentes techniques proposées reviennent à utiliser de la régularisation, une puissance calculatoire importante, et parfois même les deux.
En savoir plus

202 En savoir plus

Courbes multiples primitives et déformations de courbes lisses

Courbes multiples primitives et déformations de courbes lisses

D’apr` es 2.4.5, il existe u 0 ∈ H 1 (T C )/D tel que C n 0 = C n (u 0 ). Puisque λ est surjective, on peut choisir ψ tel que λ(ψ) n−1 = u 0 , ce qui prouve que C n 0 provient bien d’une famille de courbes lisses. R´ ef´ erences [1] B˘ anic˘ a, C., Forster, O. Multiple structures on space curves. In Contemporary Mathematics 58, Proc. of Lefschetz Centennial Conf. (1986), AMS, 47-64.

19 En savoir plus

Influences de paramètres d'usinage et de stockage sur les propriétés fonctionnelles des surfaces de bois de Douglas

Influences de paramètres d'usinage et de stockage sur les propriétés fonctionnelles des surfaces de bois de Douglas

Depuis quelques années, les interdictions réglementaires de produits de préservation (notamment ceux à base d’arsenic) se multiplient de part le monde alors que parallèlement de solides alternatives à ces traitements ont vu le jour comme les bois traités thermiquement ou les bois imprégnés d’huiles végétales. La même problématique existe au niveau des colles et des produits de finitions (protection par application d’une enveloppe), toutefois avec une acuité moindre. Ces produits font encore majoritairement appel à des solvants organiques issus de la pétrochimie (« white spirit »), à des aminoplastes (Mélamine-Formaldéhydes, Urée-Formaldéhyde), phénoplastes (Phénols-Formols-PF). Cependant, les obligations réglementaires inspirées par les contraintes environnementales et la raréfaction en cours de la ressource en pétrole imposent de substituer à ces produits de traitements d’autres principes moins nocifs, en poudre ou en solvant aqueux. Ces produits, dont les performances sont encore perfectibles en particuliers dans le cas des finitions, restent peu utilisés dans l’industrie du bois à cause du pouvoir hygroscopique du bois. L’application de ces produits nécessite une maîtrise rigoureuse du processus de fabrication, un séchage plus poussé et un stockage soigneux des pièces en bois. En effet, le solvant aqueux induit le gonflement du bois, l’accentuation des défauts dus à l’usinage (arrachement de fil, grain pelucheux, marques de couteau), le soulèvement des fibres générant ensuite une surconsommation des produits et une détérioration de la qualité au toucher. Un des objectifs de notre recherche sera de voir dans quelle mesure, il est possible d’influencer le processus d’échantillonnage et de fabrication des surfaces bois pour limiter les effets perturbateurs de l’eau sur les surfaces bois à revêtir ou à encoller.
En savoir plus

287 En savoir plus

Rapport sur quelques propriétés des surfaces apsidales ou conjuguées par M. Ph. Gilbert

Rapport sur quelques propriétés des surfaces apsidales ou conjuguées par M. Ph. Gilbert

ser.2:t.28 (1869): http://www.biodiversitylibrary.org/item/28480 Article/Chapter Title: Rapport sur quelques propriétés des surfaces apsidales ou conjuguées par M. Gilbert[r]

6 En savoir plus

Propriétés optiques de monocouches moléculaires auto-assemblées sur surfaces métalliques

Propriétés optiques de monocouches moléculaires auto-assemblées sur surfaces métalliques

Au<111> sur Mica : Ce substrat nécessite deux étapes de préparation. 1. La première est la fabrication des échantillons d’or par la méthode de l’épitaxie sous vide sur des surfaces de mica fraîchement clivées. En effet, le mica, qui est un minéral dans la na- ture et que l’on peut retrouver dans certaines roches comme le granite, existe sous la forme de feuillets et cristallise selon un réseau de paramètre de maille proche de celui de l’or. L’éva- poration s’effectue dans une enceinte sous une pression d’environ 10 −7 mbar pour éliminer le maximum de contaminants. Des pépites d’or de pureté 99.999%, sont portées à fusion dans un creuset en alumine. Une fois la température de fusion atteinte (de l’ordre de 1000˚C), l’or com- mence à s’évaporer et à se déposer sur les feuillets de mica. Les premières couches atomiques sont peu cristallines, le temps que le paramètre de maille s’établisse à partir de celui du mica. La vitesse de croissance de la monocouche est contrôlable avec le courant apporté pour chauffer le creuset contenant l’or. Celle-ci ne doit pas être trop lente pour éviter que les contaminants rési- duels dans l’enceinte s’adsorbent en même temps que l’or et perturbent son organisation. Elle ne doit pas être trop rapide non plus pour que les atomes puissent s’organiser et former un cristal ordonné. L’épaisseur d’or déposée est contrôlée par le changement en fréquence d’une balance à quartz refroidie par une circulation d’eau.
En savoir plus

255 En savoir plus

Sur la constante de Hida des courbes modulaires et des courbes de Shimura

Sur la constante de Hida des courbes modulaires et des courbes de Shimura

On a défini dans [17] la constante de Hida d’un quotient optimal de la jacobienne d’une courbe. Rappelons brièvement cette définition et quelques propriétés. On suppose que J est la jacobienne d’une courbe C projective, lisse, irréductible de genre g &#x3E; 1 sur C. On fixe un plongement 0 de C dans J, on a un isomorphisme ~* entre HO (J, et HO(C, Ç2’). On notera de la

14 En savoir plus

Les courbes de Shimura

Les courbes de Shimura

I‘BSZ existe comme courbe analytique propre sur Qp et I‘BSZ est alors une.. courbe algébrique sur Qp.[r]

15 En savoir plus

Qualité froment: L'amidon de blé, une matière première agricole aux caractéristiques et propriétés diverses mais maîtrisables

Qualité froment: L'amidon de blé, une matière première agricole aux caractéristiques et propriétés diverses mais maîtrisables

1. L’amidon de blé n’a pas des caractéristiques constantes. Elles varient surtout, par ordre décroissant, en fonction de la variété, de la date de semis et de la fertilisation azotée, l’influence de la protection fongicide étant très faible. Les conditions annuelles de remplissage et de maturation des grains peuvent également les influencer mais dans des proportions limitées.

6 En savoir plus

Sur les asymptotes des courbes algébriques

Sur les asymptotes des courbes algébriques

Reproductions of material on the web site may not be made for or donated to other repositories, nor may be further reproduced without written permission from the Goettingen State- and Un[r]

5 En savoir plus

Les courbes de croissance personnalisées

Les courbes de croissance personnalisées

3.1.5 Valeurs prédictives positive et négative La valeur prédictive positive des courbes de croissance personnalisées est toujours supérieure ou égale à celle de la courbe standard. En effet, dans la population ≥ 1m76, neuf des quinze critères de morbidité et de mortalité ont une valeur prédictive supérieure avec les courbes personnalisées. Il s’agit du nombre d’échographies prénatales ≥ 5 (19% vs 15%), de l’hospitalisation maternelle (12% vs 8%), du liquide amniotique teinté à l’accouchement (13% vs 6%), de l’apgar à 1 min ≤ 7 (16% vs 8%), de la réanimation à la naissance (24% vs 6%), de l’hospitalisation du nouveau-né ≥ 7j (14% vs 6%), du déclenchement du travail (21% vs 6%), de la voie basse spontanée (9% vs 3%), de la césarienne pendant le travail (18% vs 0%).
En savoir plus

66 En savoir plus

Show all 4298 documents...