Haut PDF Pronostic de l'accouchement chez la grande multipare

Pronostic de l'accouchement chez la grande multipare

Pronostic de l'accouchement chez la grande multipare

La définition de la grande multipare varie d'une étude à l’autre. Pour Lacomme [1] : Ce sont des femmes plus ou moins âgées, ayant un passé pathologique et surtout dont l'utérus au cours des gestations antérieures, a acquis une laxité qui ne lui laisse pas de forme définie. C'est la caractéristique fondamentale de la grande multipare et c'est presque toujours ce caractère qui, plus que le nombre absolu de grossesses, définit obstétricalement la grande multipare. Certaines femmes sont ainsi des grandes multipares à la 4ème ou à la 5ème gestation. D'autres seulement à la 8éme ou à la 10ème. La qualité des tissus, ceux de la paroi abdominale et ceux de la paroi utérine, avance ou repousse donc le moment où la femme peut être qualifiée de grande multipare.
En savoir plus

124 En savoir plus

L’accouchement du foetus macrosome chez la patiente multipare non diabétique. Comparaison des issues obstétricales, maternelles et
néonatales par rapport au foetus eutrophe.

L’accouchement du foetus macrosome chez la patiente multipare non diabétique. Comparaison des issues obstétricales, maternelles et néonatales par rapport au foetus eutrophe.

soit un accouchement par voie basse spontanée, par voie basse instrumentale ou par césarienne pendant le travail. Le taux de césarienne est très faible dans les deux groupes, tout comme le taux d’extractions instrumentales qui est même moindre en cas de nouveau-né macrosome comparé à un nouveau-né eutrophe. Ces résultats vont à l’encontre de ceux rapportés dans la littérature. D’après différentes études, le taux de césarienne programmée s’élève entre 2% et 10,2% et le taux d’extraction instrumentale entre 7,2% et 14%(2,3,8,11,12). Cependant, nous avons choisi dans cette étude de nous placer dans une population à bas risque et notre population d’étude excluait les primipares, les patientes diabétiques, les déclenchements, les utérus cicatriciels et les césariennes programmées ce qui nous expose à un biais de sélection pouvant minorer le taux de césariennes observé. Si l’on ne considère que les césariennes pendant le travail, ce taux reste inférieur à celui qui a pu être décrit dans des études (5,7% à 19%) (2,11,12). Cela peut s’expliquer par le fait que notre étude incluait des nouveau-nés à partir de 4000 g et que la médiane de poids était peu élevée (4140 g). Un certain nombre de « petits » macrosomes étaient donc inclus, ce qui pourrait favoriser les accouchements par voie basse et expliquer le faible taux de césarienne. De même, nous avons exclu les patientes diabétiques pour lesquelles le pronostic obstétrical, notamment le taux d’accouchement par voie basse, est plus défavorable. Cela pourrait également témoigner d’un interventionnisme médical minoré à la maternité Port-Royal par rapport à la césarienne (respect de la phase de latence, moyen de deuxième ligne en cas d’ARCF tel que le pH au scalp).
En savoir plus

55 En savoir plus

Prise en charge obstétricale de la femme obèse sévère ou morbide : pronostic obstétrical, accouchement et déclenchement

Prise en charge obstétricale de la femme obèse sévère ou morbide : pronostic obstétrical, accouchement et déclenchement

I.4.5. Complications obstétricales et fœtales Plusieurs études ont montré que l’obésité avait des conséquences sur la fertilité [15,16,17] . Tout d’abord elle est un facteur de risque avéré du Syndrome des Ovaires Polykystiques, altérant ainsi l’ovulation. De plus, le délai de conception est altéré. Une première étude annonce qu’il est allongé de 9 mois pour 75% des femmes obèses après l’arrêt de la contraception [16] . Une seconde étude réalisée en Grande-Bretagne montre que les femmes ayant un IMC supérieur à 28,6 kg/m² avaient un risque relatif de conception dans les 12 mois suivant l’arrêt de la contraception de 0,69 en comparaison aux femmes dont l’IMC est compris entre 18,8 et 23,8 kg/m² [17] .
En savoir plus

97 En savoir plus

Accouchement en présentation siège : à propos de 481 cas

Accouchement en présentation siège : à propos de 481 cas

Kumari (63) dans une études faite chez une population de grandes multipares constate que la voie basse chez la grande multipare est associée à un faible risque néonatale, par contre la césarienne augmente la morbidité maternelle. Mais la comparaison entre les résultats observés chez les primipares et les multipares est souvent faussée par la grande fréquence des césariennes systématiques chez les premières. On peut donc seulement conclure que les paucipares accouchent bien, mais la primarité n’est pas d’un si mauvais pronostic ni la multiparité d’un si bon pronostic, pour qu’on puisse décider la conduite à tenir d’après ce seul critère (1).
En savoir plus

139 En savoir plus

Pépite | Le trouble de stress post-traumatique chez les pères au décours d’un accouchement : étude de cas cliniques

Pépite | Le trouble de stress post-traumatique chez les pères au décours d’un accouchement : étude de cas cliniques

INTRODUCTION Décrit comme « le plus beau jour de la vie » par certains parents ou encore comme un moment douloureux voire violent ou de souffrance extrême, l’accouchement est un moment particulier dans la vie d’un individu, d’un couple, d’une famille. Il est également l’aboutissement des 9 mois de grossesse durant lesquels le couple a pu se préparer à l’événement. Néanmoins, des complications maternelles ou fœtales peuvent survenir de façon imprévisible et donner lieu à des situations d’extrême urgence où le pronostic vital de la mère et/ou le nouveau-né est engagé. L’accouchement et le post-partum sont des périodes de grande vulnérabilité durant lesquelles des remaniements psychiques et physiques s’opèrent. Dans ce contexte des équipes de périnatalité interviennent dans les maternités afin de rencontrer les personnes ayant besoin d’un accompagnement. Leurs missions consistent à repérer les situations à risque, à dépister, à informer et à accompagner les parents et leur bébé dans le but de proposer une prise en charge adaptée à tous. Ils peuvent intervenir en amont et en aval de la naissance de manière continue. Ils favorisent les collaborations entre les différents professionnels par un travail en réseau (1). L’accouchement est une situation qui peut paraître banale. Même s’il se déroule sans complication, il est connu pour être une situation génératrice d’angoisse et de stress. Chez certaines personnes il peut générer un sentiment de peur intense, d’impuissance, de mort imminente ou d’horreur. C’est dans les années 1970 que l’accouchement a été reconnu comme événement potentiellement traumatique suite à la constatation des symptômes de TSPT chez les mères (2).
En savoir plus

124 En savoir plus

Le « Faux Travail »,  pronostic d'un accouchement dystocique ? Étude rétrospective, descriptive et unicentrique

Le « Faux Travail », pronostic d'un accouchement dystocique ? Étude rétrospective, descriptive et unicentrique

CW. Schauberger met en évidence l’augmentation de stagnation de la dilatation cervicale pendant le travail chez les patientes ayant eu un faux travail (26). Notre étude montre 14,2% de dystocie cervicale d’au moins deux heures chez nos patientes, alors que selon la littérature, en se limitant aux présentations céphaliques, la dystocie cervicale concerne 10 à 15% des patientes (30). Nos résultats ne coïncident pas avec l’étude de CW. Schauberger et on ne peut donc affirmer que le faux travail soit un facteur de risque de dystocies cervicales pendant le travail. Cependant, la parité joue un rôle sur la dilatation cervicale car le taux de dystocie cervicale de la primipare (25,6%) est significativement plus élevé que celui de la multipare (7,8%).
En savoir plus

48 En savoir plus

Pronostic de l’accouchement en présentation de siège : accouchement vaginal vs accouchement par césarienne

Pronostic de l’accouchement en présentation de siège : accouchement vaginal vs accouchement par césarienne

Les obstétriciens étaient alors des virtuoses de la voie basse et la grande extraction était couramment apprise et pratiquée. L’avènement de la césarienne segmentaire sous péritonéale et de l’antibiothérapie allait bouleverser les données du problème. Les césariennes pouvant désormais être réalisées sans beaucoup de risque, l’obstétricien fut libéré de l’obligation de la voie basse en cas de dystocie. Ceci fut particulièrement intéressant dans le cas de siège. La césarienne fut alors de plus en plus pratiquée car on considérait qu’elle évitait les complications périnatales, traumatiques ou asphyxiques liées à l’accouchement par le siège. Au fil des années s’instaura un débat entre les partisans de la voie haute systématique (9,10,5) et ceux s’y opposant (11,12,13).
En savoir plus

130 En savoir plus

Pronostic à long terme du choc septique chez les patients ayant une pathologie oncologique ou hématologique (POH)

Pronostic à long terme du choc septique chez les patients ayant une pathologie oncologique ou hématologique (POH)

3.3.2.! "DEFINITIONS" Jusqu’en"2016,"il"était"d’usage"de"distinguer"sepsis,"sepsis"grave"et"choc"septique"considérant" qu’il" s’agissait" d’un" continuum" de" sévérité" clinique" basé" sur" le" niveau" d’inflammation 48 ." Depuis" 2016," les" définitions" du" sepsis" et" du" choc" septique" ont" changées 40 ." Le" sepsis" est" désormais" défini" comme" une" réponse" inappropriée" de" l’hôte" à" une" infection" responsable" d’une"dysfonction"d’organe(s)"menaçant"le"pronostic"vital 49 ."Le"choc"septique"est"un"type"de" sepsis" responsable" d’anomalies" circulatoires" et" métaboliques" dont" la" définition" repose" sur" une" lactatémie" supérieure" à" 2" mmol/L" (18" mg/dL)" associée" à" la" prescription" de" vasopresseurs" afin" de" garantir" une" pression" artérielle" moyenne" (PAM)" ≥" 65" mmHg" non" obtenue"après"expansion"volémique"adéquate"(30"mL/kg"de"cristalloïdes) 40,50 ."La"dysfonction" d’organe" liée" au" sepsis" est" évaluée" et" graduée" à" partir" du" score" pronostique" Sequential.
En savoir plus

63 En savoir plus

Contribution à l'étude des paramètres cliniques et biochimiques pour le pronostic des maladies digestives chirurgicales chez le bovin.

Contribution à l'étude des paramètres cliniques et biochimiques pour le pronostic des maladies digestives chirurgicales chez le bovin.

5 cas de causes infectieuses ou pour provoquer le vêlage, chirurgical pour retirer le corps étranger. Le pronostic lors de lésions du nerf vague est mauvais (Doll et al., 2009; Niehaus, 2016). La diminution de la motricité et l’accumulation de gaz peuvent provoquer un déplacement de caillette à gauche ou à droite (Doll et al., 2009). Ces atteintes sont plus fréquentes chez l’adulte, d’autres facteurs de risque étant liés à la période du post-partum (désordres métaboliques, métrite, gestation gémellaire) (Rohrbach et al., 1999). Les signes cliniques sont une chute de production laitière, des matières fécales biphasiques, un soulèvement des dernières côtes du côté du déplacement et un tintement métallique à la percussion de la zone où se trouve la caillette déplacée. La biochimie sérique montre une alcalose métabolique hypochlorémique. Le déplacement à gauche de l’abomasum est plus fréquent que le déplacement à droite (Nichols et Fecteau, 2018), mais celui-ci peut entraîner un volvulus abomasal, maladie au pronostic réservé, nécessitant une intervention rapide et entraînant un état de choc important.
En savoir plus

34 En savoir plus

Intérêt de l'analyse histologique rénale pour le diagnostic, le pronostic et le traitement des néphropathies chez le chien et le chat

Intérêt de l'analyse histologique rénale pour le diagnostic, le pronostic et le traitement des néphropathies chez le chien et le chat

Les lésions ont été plus fréquemment identifiées chez le chien (57 %) car notre confrère possède une plus grande expérience des néphropathies dans cette espèce. Par contre, nos hypothèses lésionnelles n’ont été confirmées que dans un peu plus d’un cas sur trois chez le chat (39 %). Il est apparemment plus difficile d’établir un diagnostic lésionnel dans cette espèce. Les néphropathies tubulo-interstitielles n’ont pas été diagnostiquées. A l’inverse, les néphrites interstitielles chroniques et les glomérulopathies membraneuses ont été sur- diagnostiquées. Les suspicions de glomérulonéphrites étaient rattachées à la contamination par le FIV de l’animal. Seulement une pyélonéphrite sur trois a été diagnostiquée. La biopsie semble indispensable à la caractérisation de la lésion, car même dans les lésions bien diagnostiquées, telles que glomérulaires ou néoplasiques, elle permet de différencier amyloïdose de glomérulonéprite et de déterminer la nature exacte de la tumeur ; ce qui n’est pas négligeable en ce qui concerne l’élaboration du pronostic.
En savoir plus

83 En savoir plus

Infections a bactéries multirésistantes chez les transplantes hépatiques : facteurs prédictifs et impact sur le pronostic

Infections a bactéries multirésistantes chez les transplantes hépatiques : facteurs prédictifs et impact sur le pronostic

La présence d’une encéphalopathie hépatique stade III était associée à un risque d’infection à BMR. Cette association est peu décrite.La présence d’une encéphalopathie hépatique est le reflet de la gravité de la maladie et est associée à un mauvais pronostic. A contrario, le score de MELD ou le score IGS 2 ne sont pas associés à un sur risque alors qu’ils sontaussi le reflet de la gravité de la maladie ou du patient. Elle peut favoriser une intubation orotrachéale prolongée (retard de réveil ou troubles de la conscience), retarder la sortie de réanimation post-TH et être responsable de l’utilisation plus fréquente d’antibiotiques non absorbables au long cours (Rifaximine) qui pourrait induire des résistances bactériennes. Les donnéespour étayer cette hypothèse sont encore discordantes(63,64).
En savoir plus

55 En savoir plus

Explorer le choix d'un accouchement sans analgésie péridurale

Explorer le choix d'un accouchement sans analgésie péridurale

9.3. Blandine Blandine tenait à donner des nouvelles suite à son accouchement pour que nous puissions avoir un retour a posteriori. Aussi lorsqu'elle a accouché quelques jours plus tard a-t-elle envoyé un message disant qu’elle était à la maternité et nous proposait de venir la voir. Nous avons donc pu la rencontrer lors de son séjour. Elle a accouché sans analgésie péridurale d’un petit garçon. L’accouchement a été très rapide. Elle a très bien géré les contractions. Elle nous raconte qu’elle est arrivée souriante à la maternité, son col était alors ouvert à neuf centimètres, et elle a donné naissance à son bébé dans l’heure suivante. Pour gérer les contractions elle s’est servie des points d’acupression dans le dos et sur la main, ainsi que la respiration et ce qu’elle avait appris en séances de chant prénatal en faisant des sons graves. Son mari était présent et lui a servi de repère. Il avait pour mission de lui parler de leur dernière randonnée mais n’en a même pas eu besoin. Blandine conseille aux autres femmes qui veulent vivre un accouchement sans APD de faire des séances de PNP « parce que le jour de l’accouchement on est vite submergée.
En savoir plus

92 En savoir plus

Évaluation de la prise en charge par les sages-femmes des douleurs du post-partum chez les patientes jusqu’à J1 de leur accouchement voie basse

Évaluation de la prise en charge par les sages-femmes des douleurs du post-partum chez les patientes jusqu’à J1 de leur accouchement voie basse

Elles doivent être prises en charge convenablement tel qu’indiqué ci-dessus d’un point de vue éthique et législatif, mais aussi afin de privilégier un lien mère-e[r]

37 En savoir plus

La construction de l'espace chez l'enfant de maternelle (grande section)

La construction de l'espace chez l'enfant de maternelle (grande section)

Les auteurs de l’ouvrage L’espace et la diversité des paysages au CP, expliquent que la construction du concept d’espace est progressive chez l’enfant et définissent trois stades, étroitement liés aux stades de développement de J. Piaget : - Le stade de l’espace vécu : « Sa construction est liée aux progrès de la perception et de la motricité. C’est le stade de la connaissance par le corps. » Il correspond aux stades sensorimoteur et préopératoire de Jean Piaget. L’enfant perçoit l’espace avec sa vision égocentrique, situe les objets par rapport à lui en les manipulant ou en se déplaçant dans l’espace. Selon ces auteurs, «le jeune enfant ne fait que vivre son milieu environnant : il ne le perçoit pas, il ne le conçoit pas encore. L’égocentrisme enfantin, défini par Piaget comme « une sorte d’illusion inconsciente et générale de perspective », implique une impossibilité de voir le monde objectivement. L’enfant ne pourra accéder à une authentique connaissance de l’espace que lorsqu’il sera capable de prendre sur lui un certain recul, lorsqu’il parviendra à se décentrer. »
En savoir plus

37 En savoir plus

L’enseignement de la compréhension en lecture chez les élèves en grande difficulté scolaire

L’enseignement de la compréhension en lecture chez les élèves en grande difficulté scolaire

Les situations causant cette grande difficulté sont souvent multifactorielles et complexes : elle n’est pas rattachée à un facteur global qui en serait la cause, ce qui peut la rendre difficile à cerner précisément. D’après le rapport Delaubier, si les grandes difficultés scolaires sont parfois liées aux inégalités sociales, ce n’est pas toujours le cas et il n’y a pas d’élève « type » en difficulté. Elle est difficile à détecter pour plusieurs raisons. Le prisme des « besoins » plutôt que du handicap rend l’analyse plus complexe (mais également plus pertinente et adaptée à chaque élève). De plus « de très nombreux élèves ont des profils qui les situent autour de la limite du handicap (dans la zone « d’indécision ») (Delaubier, 2013, p.40), ce qui rend certaines difficultés plus difficiles à détecter. Certains élèves sont également très volontaires et appliqués, ce qui peut « faire illusion » alors qu’ils sont en grande difficulté. Même si c’est une analyse complexe, il est nécessaire de penser la « grande difficulté scolaire » en termes de besoins, ce qui a l’avantage de cerner quel élève ne peut atteindre les objectifs (les compétences visées semblent inaccessibles) à un moment donné, pourquoi et comment l’y aider.
En savoir plus

45 En savoir plus

Pronostic materno-foetal avec ou sans diabète gestationnel chez des patientes en surpoids ou obèses dans une maternité de niveau 3

Pronostic materno-foetal avec ou sans diabète gestationnel chez des patientes en surpoids ou obèses dans une maternité de niveau 3

Dans notre population, la prématurité ressortait également comme significativement plus élevée dans le groupe de patientes diabétiques vs non diabétiques (13,4 vs 3,1%, p< 0,001). Ce résultat est contraire aux résultats publiés récemment (45) où il n ’était pas retrouvé d’association entre DG et prématurité : les pourcentages étaient similaires dans les deux groupes (5,1% avec DG vs 5,3% sans DG). En revanche, nous n’avons pas retrouvé de différence en termes de prématurité chez les obèses non diabétiques en fonction de la prise de poids gestationnelle ou de l’IMC avant la grossesse. Dans la littérature, la prématurité est souvent décrite comme plus fréquente dans les IMC extrêmes (20) (33). Le taux retrouvé dans notre étude chez les 20 femmes non diabétiques avec un IMC ≥ 40 kg/m² est de 10 %. Dans une méta-analyse de 2009 (51), Torloni et al. rapportent une diminution du risque de prématurité spontanée chez les patientes en surpoids ou obèses de grade I (OR ajustés 0,85 et 0,83, respectivement) et une augmentation de la prématurité chez les patientes obèses de grade II (OR 1,33) et de grade III (OR 2,27), avec plus de prématurités extrêmes chez les obèses de grade III (avant 32 SA). Les auteurs retrouvaient également plus de prématurité induite chez les obèses, et expliquaient ce résultat par le fait que les patientes obèses étaient plus à risque de développer un diabète gestationnel ou une pré-éclampsie et ainsi induire un déclenchement en raison des risques maternels et fœtaux. Une autre étude menée de 2007 à 2009 sur près d’un million de naissances en Californie, retrouvait chez les patientes obèses sans hypertension ni diabète un risque relatif d’accouchements prématurés (entre 20 et 23 Semaines de Grossesse, soit entre 22 et 25 SA) compris entre 4,3 et 6,3 selon les origines ethniques des patientes (19). A noter cependant que l’absence d’hypertension ou de diabète était définie à partir des codages et non à partir de données cliniques ou biologiques.
En savoir plus

73 En savoir plus

Pronostic et algorithmes distribués de décision post-pronostic dans les systèmes à base de MEMS

Pronostic et algorithmes distribués de décision post-pronostic dans les systèmes à base de MEMS

tenant compte des spécificités du micro-monde, nous avons proposé une approche de pronostic hybride pour les MEMS. Cette approche nécessite une instrumentation de sur- veillance, une connaissance suffisante sur le MEMS étudié pour construire son modèle de comportement nominal et sur son utilisation pour définir un seuil de défaillance. L’ap- proche proposée repose sur deux phases : une phase hors ligne et une phase en ligne. Dans la première phase, conduite hors ligne, on commence par la construction d’un modèle de comportement nominal simplifié mais représentatif. Ensuite, pour étudier le comporte- ment du MEMS et définir son modèle de dégradation, des données de surveillance fiables et exploitables sont nécessaires. Cela nécessite la mise en place d’une plateforme expéri- mentale et la réalisation des tests de vieillissement accéléré. Pour ce faire, deux challenges doivent être relevés. Le premier challenge concerne l’identification des grandeurs à sur- veiller et des instruments nécessaires pour le faire. Le deuxième challenge concerne la fixation du dispositif miniature pour le surveiller et réaliser des tests de vieillissement accéléré. L’analyse des données issues des tests de vieillissement accéléré permet de sé- lectionner un indicateur de santé physique (Health Indicator : HI) permettant de suivre la dégradation du MEMS. L’évolution au cours du temps de ce HI peut ensuite être approximée par un modèle empirique pour définir un modèle de dégradation du MEMS. Dans la deuxième phase, réalisée en ligne, les paramètres du modèle empirique de dégra- dation sont inconnus et doivent être estimés comme une partie de l’étape de pronostic. Pour ce faire, nous avons proposé d’utiliser le filtrage particulaire. Cet outil permet d’es- timer et d’ajuster les paramètres du modèle de dégradation et donc d’estimer l’état de santé actuel du système. Il permet aussi de projeter cet état dans le futur et de gérer les incertitudes dans les paramètres du modèle de dégradation et la phase de pronostic.
En savoir plus

203 En savoir plus

À la recherche d’un accouchement physiologique  : revivre la naissance au naturel

À la recherche d’un accouchement physiologique : revivre la naissance au naturel

3.4.2. Etats-Unis Dans une volonté de répondre aux revendications des femmes sur une trop grande médicalisation de la grossesse et de l'accouchement, les Etats-Unis furent les pionniers dans l'implantation des maisons de naissance dénommé les "birth centers". En 1987 ces derniers comptabilisaient déjà 160 structures de ce type [40]. Publiée en 2013, une étude a été élaborée pour analyser la sécurité et l'efficacité des maisons de naissance. Celle-ci dénombrait 15 574 femmes ayant prévu d'accoucher dans une maison de naissance gérée par des sages-femmes. Résultats : 84 % d'entre elles ont bien accouché dans la maison de naissance, 4 % ont été transférées à l'hôpital avant leur admission dans la maison de naissance et 12 % l'ont été durant le travail. Au total, 93 % ont eu un accouchement par voie basse spontané, 1 % ont connu une naissance instrumentalisée et 6 % une césarienne. Il n'y a pas eu de mortalité maternelle et le taux de mortalité néonatale s'est élevé à 0,4 pour 1 000 [41]. Cette étude démontre que les maisons de naissance peuvent assurer une prise en charge sûre et efficace des femmes enceintes dont la grossesse est à bas risque avec un haut niveau de satisfaction de la part de celles- ci.
En savoir plus

87 En savoir plus

Étude sur les séquelles obstétricales suite à un accouchement par voie basse

Étude sur les séquelles obstétricales suite à un accouchement par voie basse

L’utilisation de spatules plutôt que de ventouses ne modifie pas la fréquence des incontinences urinaires à l’effort ni des troubles sexuels (tableaux 4, 6, 8). Une étude norvégienne confirme ce résultat sur le long terme (Tähtinen et al., 2019). Par ailleurs, l’extraction instrumentale influence la reprise des rapports sexuels et les femmes ayant eu un accouchement par voie basse avec une extraction instrumentale sont moins nombreuses à avoir repris les rapports sexuels à 6 semaines du post – partum vs celles ayant eu une voie basse spontanée (Triviño et al ., 2018).
En savoir plus

60 En savoir plus

Les problèmes persistants de compréhension chez les élèves dyslexiques et en grande difficulté en lecture

Les problèmes persistants de compréhension chez les élèves dyslexiques et en grande difficulté en lecture

• Sophia : pour Sophia on n’observe pas de changement entre les deux évaluations, ni au niveau des résultats ou des réponses choisies. Sophia est une jeune fille en grande difficulté en lecture comme à l’écrit (dans l’écrit Sophia n’a pas encore toutes les correspondances graphies- phonies) ce qui freine sa compréhension. C’est pour cela que j’ai placé cette jeune fille en atelier dirigé avec moi en séance numéro trois. Durant cette séance, j’ai perçu la difficulté de décodage de la jeune fille sur des phrases courtes. Il lui est donc difficile d’accéder au sens de la phrase, et encore moins à son implicite dans ces conditions. Néanmoins, quand la lecture lui est faite à l’oral Sophia sait la plupart du temps proposer une réponse justifiée et correcte si le texte n’est pas trop long. A l’écrit la jeune fille retrouve la barrière du décodage. Sur l’évaluation sommative la jeune fille n’a pas surligner les indices, elle a surligné à chaque fois la phrase réponse qu’elle choisit. On peut donc difficilement évaluer ici la prise d’indice sur cette évaluation. De plus, comme pour Lucas C. cette élève n’a pas eu le temps de terminé l’évaluation, pour l’exercice 5 avant que je ramasse elle a donc coché au hasard une réponse pour chaque question. Un temps supplémentaire aurait été utile pour cette élève, mais l’évaluation ayant eu lieu en fin de journée je n’ai pu prolonger le temps alloué à l’évaluation. • Théo V. : Théo est un jeune garçon en grande difficulté qui en période 3 bénéficie d’un PPRE (concentré principalement sur les mathématiques et le français). Durant cette séquence on observe une progression positive des résultats entre les deux évaluations. C’est un élève ayant très peu de confiance en lui, il reste souvent bloqué sur un exercice en se disant qu’il ne sera pas capable de réussir. L’évaluation diagnostique a montré des difficultés pour Théo dès le troisième exercice. Durant la séquence, Théo est venue dans l’atelier dirigé afin de travailler sur la prise d’indice. Au début de l’atelier, il refuse de proposer des réponses en expliquant qu’il ne sait pas. Après des encouragements de ses camarades et de ma part Théo est entré dans l’activité et s’est prouvé à lui-même que la plupart du temps ses réponses sont correctes. L’évaluation sommative montre que Théo à progresser dans la prise d’indices, mais parfois il ne prend pas tous les indices ce qui ne lui permet pas de choisir la bonne réponse. Il semblerait donc maintenant intéressant de travailler la mise en relation des différents indices afin d’amener Théo à continuer sa progression.
En savoir plus

48 En savoir plus

Show all 10000 documents...