Haut PDF Profil des tuberculeux pris en charge au service des maladies respiratoires de l’hôpital Ibn Nafis (2005-2009)

Profil des tuberculeux pris en charge au service des maladies respiratoires de l’hôpital Ibn Nafis (2005-2009)

Profil des tuberculeux pris en charge au service des maladies respiratoires de l’hôpital Ibn Nafis (2005-2009)

35 IV.1. Ampleur actuelle du problème de la tuberculose L a tuberculose est considérée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme une urgence sanitaire au niveau planétaire. Elle représente l’un des plus graves problèmes de santé dans les pays en développement. L’OMS estime qu’entre 2000 et 2020, près d’un milliard de personnes seront nouvellement infectées par le bacille tuberculeux, que 200 millions d’entre eux développeront une maladie dont 35 millions mourront de tuberculose si aucun progrès n’est apporté dans le contrôle de l’infection [3]. Environ 95% des cas et 99% des décès surviennent dans les pays en développement. La tuberculose est responsable de 10 millions de nouveaux cas par an. C'est la première cause de mortalité dans le monde liée à un agent infectieux unique (près de 3 millions de décès par an) [4]. La tuberculose risque donc de ne plus apparaître comme une maladie du passé, mais une maladie actuelle. Il est important de poursuivre, outre la surveillance épidémiologique, les recherches pour optimiser le traitement de la tuberculose, aussi bien dans les pays développés que dans les pays en voie de développement [5].
En savoir plus

102 En savoir plus

Profil des tuberculoses hospitalisées prises en charge au Centre Hospitalier Universitaire Mohammed VI (2005-2009)

Profil des tuberculoses hospitalisées prises en charge au Centre Hospitalier Universitaire Mohammed VI (2005-2009)

II.2. Méthodes d’étude: Il s’agissait d’une étude descriptive, réalisée par l’exploitation manuelle des dossiers à l’aide d’une fiche pré établie (annexe I) comportant des renseignements d’ordre épidémiologique (âge, genre, profession, situation familiale, origine géographique) clinique (circonstances de découverte, maladies associées, contage tuberculeux etc.…) thérapeutique et évolutifs (régime thérapeutique, devenir des malades). Tous les services qui recrutent les cas de tuberculose ont été contactés pour participer à cette étude. Sur les 18 services contactés, 13 ont confirmés leur participation à l’étude (tableau I). Les questionnaires ont été confiés au chef de service pour les remplir avec son équipe : c’était le cas des services de rhumatologie, cardiologie, médecine interne et la dermatologie ; pour le reste des services nous sommes déplacés nous même pour les remplir après avoir obtenu le consentement du chef de service. Pour le devenir des malades après traitement anti bacillaire nous nous sommes déplacés au centre de diagnostic de tuberculose et de maladies respiratoires (CDTMR) de Marrakech pour préciser les régimes thérapeutiques préconisés et les renseignements nécessaires pour l’évolution.
En savoir plus

126 En savoir plus

Aspects radiologiques des cas des tuberculoses pris en charge au service de pneumologie de l'hôpital Ibn Nafis

Aspects radiologiques des cas des tuberculoses pris en charge au service de pneumologie de l'hôpital Ibn Nafis

service de pneumologie de l’hôpital Ibn Nafis. Matériel et méthodes : étude transversale de 2005 à 2009 portant sur 118 malades. La saisie et l’analyse des données ont été réalisées sur logiciel Epi- info version 6. Résultats : Le sex ratio était de 1, et la tranche d'âge la plus atteinte était celle de 14 à 35ans. La tuberculose pulmonaire était retrouvée chez 49,2%, elle concernait la tuberculose

99 En savoir plus

Profil des carcinomes bronchogéniques hospitalisés à l'hôpital Ibn Nafis de Marrakech de Janvier 2005 à Décembre 2009

Profil des carcinomes bronchogéniques hospitalisés à l'hôpital Ibn Nafis de Marrakech de Janvier 2005 à Décembre 2009

  IV. 1. Aspects épidémiologiques IV. 1. 1. Fréquence A travers une étude rétrospective portant sur 144 cas de CBP colligés au service de pneumologie du CHU Ibn Sina de Rabat durant une période de deux années (1999-2000), Bourkadi [7] conclue à une fréquence de 9%. Alors que notre étude rapporte une fréquence supérieur a celle-ci et égale à 13,9%. Ceci peut être expliqué par la répartition inégale des ressources humaines et matérielles entre Rabat et la région de Marrakech. En effet l’hôpital Ibn Nafis reçoit une population très importante du fait de la rareté des services de pneumologie en mesure de prendre en charge des malades suspects d’être porteur d’un CBP dans la région. En plus, la répartition de nos malades selon la région de provenance n’attribue que 68,6% des malades à la région de Marrakech-Tansift-Lhaouz, alors que 41,4% des cas venaient de 5 régions différentes du royaume.
En savoir plus

137 En savoir plus

Effets du dioxyde d'azote et de l'ozone sur les maladies respiratoires à Montréal.

Effets du dioxyde d'azote et de l'ozone sur les maladies respiratoires à Montréal.

d’étude, ce qui n’est donc pas si rare et mérite de retenir l’attention. De plus, dans une étude de Friedman et al (2001), il était observé qu’une diminution du niveau d’ozone, liée à des modifications de la circulation urbaine, a entraîné une diminution des crises d’asthme chez les enfants durant la période des jeux olympiques d’Atlanta. On observe également que les concentrations inférieures à ce seuil peuvent aussi avoir des conséquences néfastes. Cela pourrait s’expliquer par une variable non considérée dans les modèles : le facteur vent. En effet, le vent dissipe l’ozone (Pinto et al., 2005), mais peut soulever la poussière et le pollen. Par ailleurs, dans une autre étude, il a été observé que l’exposition répétée à la pollution atténue les effets néfastes et semble indiquer qu’il y aurait adaptation (Labelle, 1998). Donc, selon ce raisonnement, les concentrations d’ozone devraient être plus grandes pour être significativement nuisibles. D’autre part, on observe une association négative entre l’O 3 et les hospitalisations pour l’asthme au décalage 0, pour les deux groupes d’âge, quoique pour les 65 ans et plus, on retrouve une association positive à des concentrations d’O 3 de 63 µg/m 3 et plus. Middleton et al. (2008) ont également retrouvé dans plusieurs études cette association négative dans plusieurs des 23 villes faisant partie du projet pollution et santé en Europe (APHEA). Ils supposent que cela est en lien avec les réactions photochimiques existant entre l’O 3 , l’oxyde d’azote (NO) et les composés organiques volatiles (COV). Les concentrations élevées d’ozone refléteraient alors les faibles concentrations de NO et de COV dues à la circulation, ou à un bonne dispersion de ces polluants.
En savoir plus

96 En savoir plus

Prise en charge du canal lombaire étroit expérience du service de neurochirurgie de l’hôpital Ibn Tofail : à propos de 80 cas

Prise en charge du canal lombaire étroit expérience du service de neurochirurgie de l’hôpital Ibn Tofail : à propos de 80 cas

Les résultats fonctionnels du traitement chirurgical d’une sténose lombaire à moyen terme ont été largement étudiés dans la littérature internationale [26,100, 101, 102, 103, 104].. Il[r]

181 En savoir plus

Abcs du cerveau chez l'adulte immunocomptent  propos de 60 cas : Exprience du service des maladies infectieuses CHU Ibn Rochd Casablanca

Abcs du cerveau chez l'adulte immunocomptent propos de 60 cas : Exprience du service des maladies infectieuses CHU Ibn Rochd Casablanca

Les abcès cérébraux posent encore des problèmes diagnostiques notamment chez l’immunocompétent car les signes infectieux ne sont pas toujours présents. Notre objectif est de souligner quelques traits épidémiologiques, cliniques, thérapeutiques et pronostiques de cette affection. Notre étude a porté sur 60 cas d’abcès cérébraux colligés entre 2000 et 2010 dans le Service des Maladies Infectieuses CHU Ibn Rochd de Casablanca. L’étude est basée sur les données épidémiologiques cliniques les problèmes diagnostiques l’apport des examens complémentaires les attitudes thérapeutiques et les suites évolutives. Notre série comporte 53 hommes et 7 femmes avec un âge moyen de 36 ans, le début brutal est noté chez 23 cas (soit 38,3%), un déficit moteur a été marqué chez 21 patients (35%). La triade de BERGMAN n’était présente que dans 19 cas soit 31,7%. Le diagnostic a été retenu à la TDM cérébrale dans 57 cas et l’IRM cérébrale dans 3 cas. L’origine octogène était la porte d’entrée la plus fréquente suivie des traumatismes crâniens. L’agent pathogène est retrouvé dans 58,6% des prélèvements de pus réalisés. Trente et un patients ont été mis sous traitement médical seul et 29 ont eu un traitement chirurgical associé. L’évolution était favorable dans 56,7% avec 13,3% de complications et 21,7% de séquelles neurologiques. Le décès était survenu dans 8,3% de cas. Un plateau technique d’imagerie, de neurochirurgie, une microbiologie de qualité et des décisions d’antibiothérapie permettront certainement d’améliorer le pronostic de ces patients.
En savoir plus

134 En savoir plus

Profil clinique et pronostic des patients pris en charge pour syndrome coronarien aigu sans sus décalage du segment ST troponine positive

Profil clinique et pronostic des patients pris en charge pour syndrome coronarien aigu sans sus décalage du segment ST troponine positive

bénéficiera d’une coronarographie dans les vingt-quatre suivant son admission. Donc, avoir les résultats de la troponine peut certes avancer de 16 minutes le diagnostic de NSTEMI, mais il ne changera pas la prise en charge à court terme. Le délai pour arriver sur table de coronarographie est aussi contestable. 13,2% des NSTEMI du SAU n’en bénéficie qu’après vingt-heures de leur admission. Cela peut se justifier par des contre-indications relatives à la coronarographie, qui peuvent s’amender après vingt-quatre heures comme une insuffisance rénale aigue, une anémie ou même un processus infectieux.
En savoir plus

67 En savoir plus

Prise en charge des goitres à l’hôpital Ibn Tofail

Prise en charge des goitres à l’hôpital Ibn Tofail

Résumé : Le goitre est une affection extrêmement fréquente. Elle représente la pathologie endocrinienne la plus répandue dans le monde. Le but de cette étude est d’étudier le profil épidémiologique, clinique, paraclinique et thérapeutique des goitres thyroïdiens et d’évaluer notre expérience, afin d’essayer de déterminer une stratégie diagnostique et thérapeutique pour leur prise en charge à travers une étude rétrospective incluant 642 cas de goitres thyroïdiens colligés aux services de chirurgie viscérale et d’endocrinologie du CHU Mohamed VI de Marrakech sur une période de cinq ans, entre janvier 2005 et décembre2009. Dans notre série, l’âge moyen des patients était de 40 ans avec une prédominance féminine (93,2%). La tuméfaction cervicale antérieure était le motif de consultation le plus fréquent (96,1%). L’examen clinique a révélé un goitre homogène chez 66% des cas. L’échographie thyroïdienne pratiquée chez 633 patients , a montré un goitre multinodulaire hétérogène dans 51,4% des cas. La cytoponction, réalisée chez 37 patients a montré une cytologie folliculaire dystrophique dans 36 cas. Le choix thérapeutique va de la simple surveillance à la thyroidectomie, 126 patients ont été traités par les antithyroidiens de synthèse pour hypethyroidie. Les gestes chirurgicaux pratiqués sont dominés par la thyroïdectomie totale dans 436 des cas (67,9%). La répartition anatomopathologique des affections thyroïdiennes opérées montre une prédominance des goitres dystrophiques (87,8%) . Les suites post-opératoires étaient simples dans 487 cas (93,8%). Au Maroc le goitre endémique reste encore un problème préoccupant et justifie une amélioration de la prophylaxie.
En savoir plus

136 En savoir plus

PRISE EN CHARGE DES TRAUMATISMES DU RACHIS CERVICAL INFERIEUR AU SERVICE DE NEUROCHIRURGIE IBN TOFAIL DU CHU MOHAMED VI

PRISE EN CHARGE DES TRAUMATISMES DU RACHIS CERVICAL INFERIEUR AU SERVICE DE NEUROCHIRURGIE IBN TOFAIL DU CHU MOHAMED VI

PRISE EN CHARGE DES TRAUMATISMES DU RACHIS CERVICAL INFERIEUR AU SERVICE DE NEUROCHIRURGIE IBN TOFAIL DU CHU Le traumatisme vertébro-médullaire cause rarement une section médullaire complète, mais la perte des fonctions peut être totale. De plus, le statut neurologique du traumatisé peut s’aggraver secondairement. Les études essayant d’expliquer ces phénomènes ont abouti au concept fondamental de « lésion médullaire ». La lésion initiale, conséquence directe du traumatisme mécanique déclenche une cascade de réactions médullaires et cellulaires, commençant dans les premières minutes suivant le traumatisme, pouvant se poursuivre pendant quelques jours ou quelques semaines et aboutissant à la lésion définitive responsable du handicap clinique. Ce concept a été initialement postulé par Allen [31].
En savoir plus

209 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale des médulloblastomes, expérience du service de neurochirurgie de l’hopital Ibn Tofail à propos de 23 cas

Prise en charge chirurgicale des médulloblastomes, expérience du service de neurochirurgie de l’hopital Ibn Tofail à propos de 23 cas

Du point de vue psychologique, on observe une très grande fréquence de troubles anxiodépressifs chez les patients ayant été traités pour une tumeur cérébrale dans l’enfance, nécessitant fréquemment une hospitalisation en psychiatrie. Par ailleurs, il existerait un plus grand risque de psychose chez ces patients. Les principaux facteurs de risque de ces séquelles sont : le jeune âge au diagnostic, l’HTIC au diagnostic et le délai de sa prise en charge, la survenue d’un traumatisme chirurgical ayant pu entraîner des lésions cérébelleuses –cette observation illustrant ainsi le rôle majeur du cervelet dans le développement cognitif. La radiothérapie, plus particulièrement la radiothérapie crâniospinale, est un facteur très défavorable, d’autant plus que la dose totale et le volume cérébral irradié ont été importants. La chimiothérapie adjuvante est également un facteur péjoratif dans la survenue de séquelles, bien que cela soit discuté selon les études.
En savoir plus

159 En savoir plus

Place de la nephrolithotomie percutanée (NLPC) dans le traitement des calculs rénaux à propos de 300 cas : expérience de service d’urologie -A- hôpital Ibn Sina Rabat

Place de la nephrolithotomie percutanée (NLPC) dans le traitement des calculs rénaux à propos de 300 cas : expérience de service d’urologie -A- hôpital Ibn Sina Rabat

RÉSUMÉ La néphrolithotomie percutanée est une technique chirurgicale mini-invasive qui trouve ces indications dans les calculs rénaux volumineux. Dans cette étude rétrospective, nous présentons notre expérience de 300 cas de néphrolithotomie percutanée ( NLPC ) réalisés chez 270 patients colligés dans le service d’urologie - A – de l’hôpital Ibn Sina Rabat entre 1985 et 2008. Il s’agit de 157 hommes et 113 femmes, l’âge moyen de nos patients est de 46 ans (17 – 75 ans) avec un sex-ratio de 1,38. Il s’agissait d’une lithiase pyelique dans 188 cas (62,7%), et caliciel inferieur dans 52 cas (17,3%) et de calcul coralliforme dans 40 cas (13,3%). A trois mois 68,5% de nos patients étaient stone free. Les principales complications que nous avons rencontrés étaient d’ordre septique (7 cas) et hémorragique (5 cas). La NLPC occupe une place importante dans le traitement
En savoir plus

147 En savoir plus

(Index B12XCRP) et impact sur le devenir des patients âgés de plus de 70 ans atteints de cancer et pris en charge en ambulatoire dans un hôpital de jour d'oncogériatrie

(Index B12XCRP) et impact sur le devenir des patients âgés de plus de 70 ans atteints de cancer et pris en charge en ambulatoire dans un hôpital de jour d'oncogériatrie

p=0.03). Notre étude montre l’impact du PS sur la réhospitalisation précoce, et non sur la survie, contrairement à d'autres études de la littérature, où le PS est uniquement lié à cette dernière [38,46,47]. Le stade de la pathologie tumorale (stade métastatique) est également un facteur de réhospitalisation à 1 mois (OR 2.07 ; IC95% ; [1.02-4.22], p = 0.04) et une tendance pour la survie à 12 mois (OR 1.9 ; IC95% ; [0.97-3.73], p = 0.006) conformément à la littérature. D’autres études comme Soubeyran et al [40] et Boulahssass et al [41] ont montré que le caractère avancé ou métastatique de la tumeur était lié à la mortalité chez les patients âgés atteints de cancer. Le traitement oncologique mis en place après l’évaluation gériatrique a également un impact sur le devenir puisque un traitement palliatif mis en œuvre dès le début de la prise en charge était associé à la mortalité à 3 mois (OR 13.66 ; IC95% ; [3.96-46.43], p < 0.0001) et12 mois (OR 5.07 ; IC95% ; [1.81-14.31], p =0.002).
En savoir plus

49 En savoir plus

Le profil bactriologique de linfection des parties molles  lhpital IBN TOFAIL, MARRAKECH

Le profil bactriologique de linfection des parties molles lhpital IBN TOFAIL, MARRAKECH

Ce travail est une étude rétrospective, analytique et descriptive, étalée sur une période de 5 ans (2013 – 2018) et portant sur une série de 125 patients admis pour IPM au service de traumatologie – orthopédie de l’hôpital IBN TOFAIL à MARRAKECH. Notre série se caractérise par un âge moyen de 52 ans avec un sex-Ratio de 2,125. Le Score de CHARLSON moyen était de 1,2 ; le diabète étant la comorbidité la plus fréquemment associée (68%). La porte d’entrée est retrouvée dans 58,4%. Ces infections siégeaient en majorité au niveau du membre inférieur (80%) et étaient dominées par le pied diabétique (60%).
En savoir plus

131 En savoir plus

Les adolescents auteurs d’agression sexuelle pris en charge par le système judiciaire québécois entre 2005 et 2010 : lien entre la délinquance et la victimisation

Les adolescents auteurs d’agression sexuelle pris en charge par le système judiciaire québécois entre 2005 et 2010 : lien entre la délinquance et la victimisation

87 AAAS québécois pris en charge en vertu de la Loi sur le Système de Justice Pénale pour Adolescents (LSJPA) entre 2005 et 2010. La principale force de cette étude est qu’elle repose sur une cohorte de grande taille. À notre connaissance, aucune étude québécoise jusqu’à présent n’a pu décrire de façon aussi détaillée la délinquance répertoriée d’un nombre aussi important d’AAAS. Les résultats de cette étude nous permettent de mieux connaître cette population. Par contre, les résultats sont limités par la nature des informations liées aux variables colligées dans la base de données des Centres Jeunesses. De plus, les données traitées dans le présent article incluent les délits dont l’adolescent s’est reconnu coupable ou a été retrouvé coupable ainsi que les maltraitances connues par la DPJ. Les victimisations non signalées ne sont pas dans la base de données et, n’ont donc pas pu être prises en compte. La même restriction s’applique aux données liées à la délinquance. D’un autre côté, le caractère officiel des données constitue une force. En effet, il permet de pallier certaines limites pouvant être liées aux données autorévélées, dont les mensonges, les omissions et les biais induits par la désirabilité sociale. L’accès aux données du système des Centres Jeunesses permet aussi une uniformité des informations ainsi qu’une définition claire des variables (p. ex. : maltraitance selon l’article de loi de la LPJ). Les données portant sur la maltraitance étant habituellement difficilement accessibles, les résultats de notre étude permettent de donner un éclairage nouveau quant à la victimisation vécue par les AAAS. Finalement, il importe de prendre en compte la durée d’observation qui varie d’un jeune à l’autre. Cette variation a certainement influencé les résultats obtenus quant à la délinquance des AAAS, particulièrement au niveau du volume, de la variété et de la persistance.
En savoir plus

258 En savoir plus

Santé et sexualité des jeunes pris en charge par la PJJ

Santé et sexualité des jeunes pris en charge par la PJJ

Des cultures professionnelles en question … en interne Si tous les professionnels interviennent pour le bien-être du jeune et son projet d’insertion, ces objectifs sont parfois mis à rude épreuve lorsque les divergences professionnelles entrent en jeu et s’expriment… L’enquête révèle en effet des discours multiples sur les questions de santé en fonction du corps professionnel d’appartenance des acteurs. Un éducateur ou un professeur technique ne parle logiquement pas de la même manière de la santé, de la sexualité et de la contraception qu’un infirmier de l’institution. Un psychologue n’a également pas le même regard qu’un infirmier. Si les discours diffèrent, les professionnels n’en échangent pas moins pour autant sur leurs pratiques et leur manière d’appréhender et de prendre en compte les questions de santé dans le quotidien de la prise en charge. La réussite de cette prise en charge est aussi le fait de la collaboration au sein des équipes, dans le respect des domaines d’intervention respectifs des professionnels. Échanger avec le psychologue ou l’infirmier sur les situations individuelles permet donc à l’éducateur de mieux les appréhender. Cette division du travail au sein de l’institution s’exprime plus particulièrement dans la manière dont sont officiellement définies les fonctions de chacun (DPJJ, 2013 ; Vuattoux, 2011) : l’éducateur est notamment chargé de « conduire des interventions d’investigation et d’action d’éducation dans un cadre judiciaire auprès des mineurs et de leurs familles » ; de « contribuer à l’élaboration du projet individuel du mineur en vue de favoriser son évolution, son insertion et de prévenir la réitération ». Le professeur technique doit, entre autres, « favoriser les processus de valorisation et de socialisation, l’acquisition de savoirs et de techniques » et « élaborer le projet individualisé d’insertion sociale, scolaire et professionnelle du mineur ». L’infirmier a pour mission notamment d’« accompagner les équipes éducatives dans leurs missions d’accueil des mineurs, de repérage des besoins de santé et d’orientation vers le soin » et de « mettre en œuvre et évaluer les actions d’éducation et de prévention santé adaptées au public […] ». Chacun aborde donc la question de la santé différemment au prisme des missions générales qui lui sont institutionnellement confiées, ce qui ne la place pas au même niveau pour tous les professionnels : dans le référentiel métier, elle n’est explicitement citée que dans le cas particulier des spécialistes de la santé à la PJJ du « champ fonctionnel médico-social » (DPJJ, 2013).
En savoir plus

165 En savoir plus

Prise en charge des maladies neurologiques par plasmaphrse : exprience du service de neurologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des maladies neurologiques par plasmaphrse : exprience du service de neurologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des maladies neurologiques par plasmaphérèse : expérience du service de neurologie au CHU Mohammed VI de Marrakech 41 Dans la plupart des cas, le remplacement du plasma retiré se fait à l’aide d’albumine 5% ou d’un mélange de l’albumine 5% avec du NaCl 0,9%. Si la perte de facteurs de la coagulation au cours des séances d’échanges plasmatiques répétées peut aboutir à des saignements actifs, s i le risque hémorragique est élevé comme dans le cas d’un purpura thrombotique thrombocytopénique (PTT), ou s’il y a un potentiel déficit d’une protéine spécifique chez le patient (comme le déficit de la métalloprotéase ADAMTS-13 chez les patients avec PTT), il est alors préférable de donner au patient du PFC contenant la protéine déficitaire. Les cristalloïdes, en raison du faible pouvoir d’expansion volumique, ne sont pas utilisés [4,17].
En savoir plus

134 En savoir plus

Profil clinique des dilatations des bronches hospitalises au service de pneumologie du CHU Med VI de Marrakech de Janvier 2005  Dcembre 2010

Profil clinique des dilatations des bronches hospitalises au service de pneumologie du CHU Med VI de Marrakech de Janvier 2005 Dcembre 2010

IV-7-3-1-2- dyskinésie ciliaire primitive: C’est une maladie autosomique récessive ou dominante à pénétrance variable, elle est beaucoup moins fréquente que la mucoviscidose. Un diagnostic de présomption de DCP est posé sur les données anamnestiques (antécédents familiaux, contexte génétique, consanguinité) et cliniques : des atteintes respiratoires hautes et basses souvent précoces dans la vie, une otite

111 En savoir plus

Sensibilité aux antibiotiques et profil moléculaire des bactéries responsables d’infections respiratoires basses

Sensibilité aux antibiotiques et profil moléculaire des bactéries responsables d’infections respiratoires basses

La présente étude visait à définir les bases génétiques de 23 souches d’A. baumannii multi-résistantes isolées dans 2 unités de soins intensifs de 2 hôpitaux algériens. Ils ont causé la pneumonie chez les patients débilités en utilisant une ventilation mécanique. Toutes les souches étaient résistantes à la plupart des antibiotiques testés principalement à la famille des β-lactamines, dans cette étude, la résistance des A. baumannii aux C3G est alarmante 100% de nos souches sont résistantes au ceftazedime et aussi aux inhibiteurs des β- lactamines 91,30% (ticarcilline+acide clavulanique et piperacilline + tazobactam), les taux rapportés dans les études sont variable, allant de 22% en Iran [Hassanzadeh et al., 2009] à 100% en Turquie [Bayrem & Balci, 2006]. Cette résistance est liée à une hyperproduction d’une céphalosporinase.
En savoir plus

157 En savoir plus

Le profil clinique, paraclinique et volutif des manifestations respiratoires du reflux gastro-oesophagien

Le profil clinique, paraclinique et volutif des manifestations respiratoires du reflux gastro-oesophagien

pression au niveau du sphincter inférieur de l’œsophage, ce qui prévenait le reflux [70]. Les épisodes de reflux seraient en réalité précédés de manière significative par les éveils et les mouvements nocturnes, responsables d’une relaxation transitoire du sphincter. En effet, l’étude de Penzel et al. a montré que les événements nocturnes survenaient dans la minute précédant un épisode de reflux [71]. Le RGO ne semble donc pas pourvoyeur d’événements respiratoires mais serait plutôt la conséquence d’événements liés au SAOS. Dans tous les cas, il ne semble pas y avoir de parallélisme entre la sévérité du SAOS et celle du RGO.La pression positive continue (PPC) a montré un effet bénéfique sur le RGO avec une diminution des épisodes de reflux.
En savoir plus

129 En savoir plus

Show all 10000 documents...

Sujets connexes