Haut PDF Profil histologique, thérapeutique et pronostique des tumeurs rares de la vessie

Profil histologique, thérapeutique et pronostique des tumeurs rares de la vessie

Profil histologique, thérapeutique et pronostique des tumeurs rares de la vessie

2- Les lymphomes Les localisations vésicales des lymphomes malins à un stade avancé de la maladie sont observées dans 13% des cas. Les lymphomes primitifs de la vessie, dont le premier cas a été rapporté en 1885, sont exceptionnels et représentent moins de 0,2% de tous les lymphomes extra-ganglionnaires. Cette prévalence serait due à la pauvreté de cet organe en tissu lymphoïde. Ils sont apparentés au lymphome du MALT ( Mucosa Associated Lymphoid Tisssue), bien qu’aucun antigène n’a été encore individualisé pour la vessie. La formation de microfollicules lymphoïdes sous-muqueux pourrait être secondaire à des cystites répétées. Néanmoins, cette hypothèse physiopathologique est contredite par le faite que cet antécédent n’est retrouvé que chez 20% des patientes atteintes de lymphome vésical. De plus, des études histologiques ont montré une prédominance des cellules tumorales dans la couche musculaire profonde et non en territoire sous-muqueux. La possibilité d’un reliquat embryonnaire cloacal, source d’une prolifération lymphoïde à l’âge adulte a également été évoquée (80, 84).
En savoir plus

109 En savoir plus

Morbidit et Mortalit per et post-opratoire  court et  moyen terme des entrocystoplasties pour tumeurs de vessie

Morbidit et Mortalit per et post-opratoire court et moyen terme des entrocystoplasties pour tumeurs de vessie

c. Le stade TNM : : Le stade des tumeurs correspond à la description du degré d’infiltration de la paroi vésicale ou de l’extension ganglionnaire et la présence ou non des métastases systémiques. La classification TNM est établie après la réalisation d’un bilan clinique, endoscopique, histologique et radiologique complet. Cette classification a un double intérêt : pronostique et thérapeutique.La classification histopathologique post-opératoire pTNM (figure 18) est appréciée sur une pièce opératoire, utile pour le choix ou non d’un traitement adjuvant sur une pièce de cystectomie, il est établi facilement. Cependant, sur les copeaux de résection, cela peut s’avérer plus difficile et laisser planer un doute quant au degré d’extension locale exact de la tumeur.
En savoir plus

142 En savoir plus

Le profil pidmiologique des tumeurs de la vessie dans la rgion de Marrakech

Le profil pidmiologique des tumeurs de la vessie dans la rgion de Marrakech

moléculaire de la maladie et de rechercher des altérations spécifiques de ce type de tumeur pour prédire leur apparition, leur récidive ou la progression vers l’invasion tumorale. Ce qui laisse entrevoir des applications cliniques ou diagnostic, au pronostic voir à la stratégie thérapeutique. Les techniques de CGH (comparative genomic hybridation) de SNP (single nucleotide polymorphism), de FISH (Fluorescent in situ hybridation) et de LOH (loss of heterozygoty) [113,114] ont permit d’affiner les observations cytogénétiques, elles ont également permis de démontrer que certaines instabilités chromosomiques pourraient jouer un rôle dans la carcinogenèse et la progression des tumeurs vésicales.
En savoir plus

104 En savoir plus

La chimiothrapie noadjuvante dans le traitement des tumeurs de vessie infiltrant le muscle

La chimiothrapie noadjuvante dans le traitement des tumeurs de vessie infiltrant le muscle

Dans les régions endémiques schistosomiales d'Afrique, la prévalence du carcinome épidermoïde est élevée par rapport au carcinome à cellules transitionnelles urothéliales en particulier dans les zones rurales [27]. En Egypte, les cancers de la vessie représentent 30,3% de tous les cancers, dont la majorité est des carcinomes épidermoïdes liés à une infection schistosomique. Ceci est similaire à d'autres pays africains, tels que le Soudan, le Kenya, l'Ouganda, le Nigeria et le Sénégal [28- 30]. Dans les zones de faible endémie, le carcinome épidermoïde se produit rarement [31]. Dans les zones où le contrôle de bilharziose a été efficace, il y a une diminution de l'incidence des tumeurs de la vessie, avec un changement du profil histologique du carcinome épidermoïde au carcinome à cellules transitionnelles [32].
En savoir plus

134 En savoir plus

Les tumeurs osseuses  cellules gantes : Profil pidmiologique, clinique et thrapeutique

Les tumeurs osseuses cellules gantes : Profil pidmiologique, clinique et thrapeutique

Les tumeurs osseuses à cellules géantes : Profil épidémiologique, clinique et thérapeutique - L e traitement classique reste l'exérèse chirurgicale, aussi complète que possible afin de réduire le risque de récidive, plus lié au traitement qu'à l'agressivité initiale radiologique et histologique de la tumeur. Mais, le traitement des TCG doit en priorité s’orienter vers le curetage avec ou sans comblement. Les résections ne sont discutées que si elles n’exposent pas à des séquelles fonctionnelles, ou lorsqu’un curetage ne peut pas être réalisé de façon complète. Ce curetage doit être minutieux et complété par un comblement au ciment acrylique le plus souvent. Le rôle protecteur de récidive des autres adjuvants locaux reste discuté.
En savoir plus

135 En savoir plus

La résection de « 2nd look » améliore la survie sans récidive des tumeurs de la vessie n’infiltrant pas la musculeuse de haut risque

La résection de « 2nd look » améliore la survie sans récidive des tumeurs de la vessie n’infiltrant pas la musculeuse de haut risque

Ces résultats vont nous amener à nous réorganiser au sujet de la prise en charge de ces patients. Le 1 ère axe serait d’appliquer d’avantage les recommandations d’onco-urologie avec réalisation d’un « 2 nd look » pour toutes les lésions pT1 et surtout pTaG3 qui avaient été sujettes à moins de « 2 nd look » jusqu’à présent (sauf patients en soins palliatifs ou forte suspicion clinico-radiologique de pT2). Pour atteindre ce but, nous pourrions rappeler les arbres décisionnels de prise en charge des tumeurs de vessie lors de la présentation des dossiers préopératoires en staff, et avoir à portée de main ces arbres décisionnels en salle de consultation. Le 2 nd axe serait de pouvoir diminuer le délai entre les 2 résections, en planifiant une 2 nd date de chirurgie dès parution des résultats sur le logiciel informatique et en améliorant leur délai de parution grâce à une
En savoir plus

29 En savoir plus

Profil épidémiologique clinique et thérapeutique du cancer de la prostate

Profil épidémiologique clinique et thérapeutique du cancer de la prostate

Ryan CJ et al (181), rapportent qu’une hormonothérapie adjuvante de six mois chez des patients ayant reçu une radiothérapie apportait un bénéfice en terme de survie. Les indications dépendent de l’âge du patient, de son état général et de ses désirs, en particulier concernant l’activité sexuelle. En fonction de ces critères, certains patients âgés ne seront traités que par hormonothérapie, d’autres patients plus jeunes ou désireux de conserver une activité sexuelle n’auront qu’une radiothérapie uniquement précédée de quelques semaines d’hormonothérapie qui ne sera pas poursuivie au long cours. Là encore la surveillance post- thérapeutique sera essentiellement fondée sur le taux de PSA. En cas d’échappement biologique (augmentation du PSA), une hormonothérapie continue ou intermittente sera prescrite.
En savoir plus

185 En savoir plus

Importance de l'examen macroscopique et du compte rendu histologique dans la prise en charge thérapeutique des tumeurs du rein. [Importance of the macroscopic examination and histologic report in the therapeutic management of kidney tumors] : Compte rendu

Importance de l'examen macroscopique et du compte rendu histologique dans la prise en charge thérapeutique des tumeurs du rein. [Importance of the macroscopic examination and histologic report in the therapeutic management of kidney tumors] : Compte rendu macroscopique et histologique des carcinomes du rein

compartiments tubulo-interstitiels ou vasculaires. En effet il est assez fréquent de retrouver des néphropathies associées (diabète, lésions de l’HTA, glomérulonéphrite à dépôts mésangiaux d’IgA ...) chez les patients atteints de cancer du rein [18]. Il n’existe actuellement pas de tumorothèque à visée sanitaire recommandée par l’INCa pour les tumeurs du rein. Cependant devant un aspect macroscopique particulier de la tumeur (suspicion de lymphome ou de sarcome….), une congélation peut être réalisée. Une étude cytogénétique sur fragment frais peut également être envisagée dans certaines conditions en particulier sujet jeune (moins de 30 ans), tumeurs bilatérales et/ou multiples…..
En savoir plus

16 En savoir plus

Splénectomie et tumeurs épithéliales malignes de l'ovaire : prévalence, complications post-opératoires et corrélation histologique

Splénectomie et tumeurs épithéliales malignes de l'ovaire : prévalence, complications post-opératoires et corrélation histologique

véritable « état des lieux » de la splénectomie dans la prise en charge chirurgicale des tumeurs épithéliales malignes de l’ovaire au sein de notre centre. Les deux groupes de notre étude étaient similaires en tout point sauf pour le stade FIGO, ce qui biaise potentiellement nos résultats. La proportion de stades localisés £ IIB était

103 En savoir plus

Intérêts et limites de l’observatoire REVELA13 pour la connaissance épidémiologique des tumeurs de vessie de la femme dans les Bouches-du-Rhône

Intérêts et limites de l’observatoire REVELA13 pour la connaissance épidémiologique des tumeurs de vessie de la femme dans les Bouches-du-Rhône

Les nouveaux cas ont été recueillis à partir de signalements directs à l’observatoire, de signalements indirects via les fiches issues des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire RCP[r]

123 En savoir plus

Facteurs pronostiques des tumeurs infiltrantes de vessie : comparaison entre 2 groupes <60ans et =60ans

Facteurs pronostiques des tumeurs infiltrantes de vessie : comparaison entre 2 groupes <60ans et =60ans

INTRODUCTION …………………………………………………………………………………………. 1 RAPPEL ANATOMIQUE ET HISTOLOGIQUE………………………………………………………….. 4 PATIENTS ET METHODES……………………………………………………………………………… 17 I. But de l’étude………………………………………………………………………………….. 18 II. Méthodes et analyse………………………………………………………………………..... 18 1. Méthodes de collecte de données…………………………………………….….. 18 2. Analyse statistique……………………………………………………………….….. 19 III. Données anamnéstiques………………………………………………………………….….. 20 IV. Examen physique………………………………………………………………………………. 20 V. Bilan pré-opératoire…………………………………………………………………………... 20 VI. Cystoscopie et résection initiale de la tumeur vésicale………………………………. 22 VII. Traitement radical……………………………………………………………………………. 23 VIII. Données anatomopathologiques………………………………………………………….. 23 1. Chimiothérapie………………………………………………………………………. 23 2. Radiothérapie …………………………………………………………………………. 23 IX. Traitement associé……………………………………………………………………………. 23 X. Suivi des patients……………………………………………………………………………… 24
En savoir plus

115 En savoir plus

CXCR4, une cible thérapeutique dans certains déficits immunitaires rares?

CXCR4, une cible thérapeutique dans certains déficits immunitaires rares?

ce traitement est celui pour lequel l’anomalie de CXCR4 est réfractaire aux effets bénéfiques de l’IL-2 [5]. Ceci soulève la possibilité qu’une correction de l’anomalie de CXCR4 in vitro soit prédictive d’un succès thérapeutique. La modélisation de ces maladies permettra également d’identifier de nouveaux partenaires moléculaires de CXCR4 et de définir leur contribution à l’activité du RCK. Ces candidats pourraient constituer les cibles de nouvel- les approches thérapeutiques. Enfin, on peut concevoir d’instaurer une veille systématique des immunodéfi- ciences « non étiquetées » dont la sémiologie suggère un désordre de la migration leucocytaire, et de fait, une anomalie des RCK. L’identification d’un nouveau déficit immunitaire lié à une anomalie de CXCR4, différent de la LCI et du SW et prédisposant à des infections à mycobac- téries, en est le parfait exemple [26]. ‡
En savoir plus

7 En savoir plus

L’heure est venue d’un (re)positionnement thérapeutique des maladies ultra-rares

L’heure est venue d’un (re)positionnement thérapeutique des maladies ultra-rares

très encourageants [7] , directement issus de la découverte du méca- nisme causal [8] . C’est aussi celui, récemment couronné de succès, du syndrome de Cloves 7 [9] . Un lien aussi direct est toutefois très rare mais, pour accroître les chances de découvrir une possibilité de repositionnement, on peut adapter la stratégie classique de criblage de l’industrie pharmaceu- tique en choisissant une chimiothèque restreinte aux quelques milliers de composés repositionnables. Cette adaptation des techniques de criblage est clairement facilitée, du fait que les maladies ultra-rares d’origine génétique bénéficient de l’ensemble des ressources biolo- giques et technologiques envisagées plus haut. Grâce aux analyses moléculaires et phénotypiques comparatives, les cellules pertinentes différenciées à partir des lignées de cellules iPS fourniront une cible pour le criblage de composés repositionnables pour un bon nombre d’entre elles. L’identification d’un hit pourra déboucher directement sur sa validation chez un modèle animal existant ou créé pour l’occasion par édition du génome. De là, il sera possible d’avancer directement vers l’essai clinique, puisque toutes les autres étapes habituelles du développement du médicament seront soit volontairement exclues (le
En savoir plus

3 En savoir plus

Nectine-4 - Un biomarqueur pronostique et une cible thérapeutique potentielle dans le cancer du sein triple-négatif

Nectine-4 - Un biomarqueur pronostique et une cible thérapeutique potentielle dans le cancer du sein triple-négatif

permis, en effet, d’améliorer notre com- préhension de la maladie et de définir des sous-types moléculaires associés au pronostic. Elles ont également vocation à orienter la décision thérapeutique. Pour- tant, celle-ci est encore principalement conditionnée par l’étude, en immuno- histochimie, du niveau d’expression des récepteurs hormonaux des œstrogènes (RE) et de la progestérone (RP), et de la protéine oncogénique HER2/ERBB2 (human epidermal receptor growth factor 2). Sur cette base, trois sous-types prin- cipaux sont décrits en clinique : Le lumi- nal (environ 45 % des cas ; de phénotype [RE + /RP + /HER2 - ]) sensible à l’hormono- thérapie anti-œstrogène ; le sous-type HER2 (environ 25 % des cas ; de phé- notype [RE - /RP - /HER2 + ]) sensible aux thérapies ciblant l’oncogène HER2, dont l’anticorps herceptin/trastuzumab ; et le sous-type triple négatif ou TN (environ 20 % des cas ; de phénotype [RE - /RP - / HER2 - ]) pour lequel il n’existe pas de
En savoir plus

4 En savoir plus

PD-L1 est-il un marqueur pronostic dans les tumeurs de vessie n'infiltrant pas le muscle à haut risque traitées par instillations endo-vésicales de BCG ?

PD-L1 est-il un marqueur pronostic dans les tumeurs de vessie n'infiltrant pas le muscle à haut risque traitées par instillations endo-vésicales de BCG ?

En se basant sur les données de l’EORTC, European Organisation for Research and Treatment of Cancer, Sylvester et al ont établi un score permettant d’établir à court et long terme un risque individuel de récidive et de progression (65). Il est basé sur des critères cliniques (nombre de tumeurs, taille tumorale, date de récidive) et histologiques (grade, stade, présence de CIS). Les facteurs de risque de progression sont le stade, le grade et la présence de CIS tandis que les facteurs de risque de récidive sont le nombre de tumeurs, la taille et l’antécédent de récidive. L’EAU recommande de s’appuyer sur ce score pour prédire de façon individuelle le risque de récidive et de progression après résection trans-urétrale de vessie (RTUV) (grade B). Pour prédire le risque de récidive et de progression chez les patients traités par BCG, l’EAU recommande de s’appuyer également sur le score CUETO, Club Urologico Espanol de Tratamiento Oncologico (grade B). Ce dernier possède les mêmes critères que le score EORTC, le genre et l’âge étant également pris en compte (cf. page 23).
En savoir plus

81 En savoir plus

Pépite | Suivi à 5 ans des tumeurs de vessie incidentes de la zone de proximité de Lille : étude de la survie observée et de la survie nette

Pépite | Suivi à 5 ans des tumeurs de vessie incidentes de la zone de proximité de Lille : étude de la survie observée et de la survie nette

2. G Defossez, Sandra Le Guyader-Peyrou, Zoé Uhry, Pascale Grosclaude, Marc Colonna, Emmanuelle Dantony, Patricia Delafosse, Florence Molinié, Anne- Sophie Woronoff, Anne-Marie Bouvier, Nadine Bossard, Laurent Remontet, Alain Monnereau – Estimations nationales de l’incidence et de la mortalité par cancer en France métropolitaine entre 1990 et 2018 – Etude à partir des registres des cancers du réseau Francim – Volume 1 – Tumeurs solides – Juillet 2019

28 En savoir plus

Nectine-4 : un biomarqueur pronostique et une cible thérapeutique potentielle dans le cancer du sein triple-négatif

Nectine-4 : un biomarqueur pronostique et une cible thérapeutique potentielle dans le cancer du sein triple-négatif

cancers du sein invasifs au diagnostic. Une association entre l’expression de PVRL4 et celle du groupe de gènes caractérisant le sous-type basal-like a été retrouvée. Elle est corrélée à un pronostic péjoratif au sein du sous-type TN, et ce de manière indépendante des facteurs pronostiques classiques [10]. L’analyse par immunohistochimie confirme la forte expression de nectine-4 dans deux-tiers des cancers du sein TN. Dans des modèles in vitro et in vivo, son expression ectopique dans les cellules tumorales mammaires augmente leurs capacités migratoires, invasives et tumorigènes, en accord avec l’impact pronostique défavorable en clinique. L’ensemble de ces propriétés nous a permis de proposer que la nectine-4 pourrait être une cible thérapeutique dans le sous-type TN. Son expression rare dans les tissus sains adultes, sa présence à la surface des cellules tumorales, ses propriétés pro-oncogéniques associées à un mauvais pronostic, et le fait qu’elle soit internalisée au cours de l’infection virale, nous ont orientés vers le développement d’un outil thérapeutique de type immuno- conjugué.
En savoir plus

9 En savoir plus

Profil pidmiologique, clinique, immunologique, histologique et volutif de la maladie coeliaque Chez l'enfant (A propos de 220 cas)

Profil pidmiologique, clinique, immunologique, histologique et volutif de la maladie coeliaque Chez l'enfant (A propos de 220 cas)

En 2012, l’ESPGHAN proposait une nouvelle procédure diagnostique difficilement applicable dans notre contexte vu le coût élevé des examens sérologiques et la non disponibilité du typage HLA. Deux algorithmes ont été développés sur la base des recommandations. Le premier algorithme (Fig28) peut être appliqué aux enfants et aux adolescents présentant des symptômes évocateurs de MC. Dans ce groupe de patients, on a la possibilité de ne pas avoir recours à l’étude histologique, mais seulement si certaines conditions sont remplies. Le second algorithme (Fig29) doit être appliquée aux enfants et aux adolescents ne présentant aucun signe ou symptôme évocateur de la MC mais ayant un risque accru pour cette maladie. Dans ce deuxième groupe, le bilan clinique doit chercher auparavant les signes pouvant être en rapport avec cette affection telle que l'anémie par carence en fer ou élévation des enzymes hépatiques, et quand ils sont présents on applique le premier algorithme.
En savoir plus

169 En savoir plus

La modélisation mathématique, un outil essentiel pour l’étude du ciblage thérapeutique des tumeurs solides

La modélisation mathématique, un outil essentiel pour l’étude du ciblage thérapeutique des tumeurs solides

le rôle de régulateurs essentiels de la voie Raf, diffé- rents dans chacune des lignées ; (2) l’importance d’une étape insoupçonnée : l’étape de déphosphorylation des kinases ERK par les phosphatases. En l’absence de phosphatases spécifiques de MEK et de ERK, le sora- fénib perd sa capacité de bloquer ERK dans des cel- lules pourtant sensibles à ce médicament [18] . Cette observation, quoique surprenante, le sorafénib ayant été conçu et développé comme inhibiteur de kinases, a pu être validée expérimentalement. Les approches de modélisation permettent donc de comprendre comment est régulée une voie oncogénique, comme la voie ERK, dans un contexte thérapeutique [18] . Ce type d’études permet secondairement, de guider la recherche de bio- marqueurs originaux. Elles pourraient être utiles pour prédire l’efficacité du traitement et personnaliser la prescription du sorafénib. La modélisation mathéma- tique révèle donc les détails de l’architecture en réseau des kinases Raf-MEK-ERK. Ces informations cruciales dans le contexte thérapeutique peuvent être obtenues par modélisation, même lorsque le réseau étudié est constitué d’un petit nombre d’acteurs (ici, les kinases Raf, MEK et ERK) [18, 19] .
En savoir plus

8 En savoir plus

Le profil protéomique du plasma des patients souffrant d’anorexie mentale, pronostique de l’évolution clinique

Le profil protéomique du plasma des patients souffrant d’anorexie mentale, pronostique de l’évolution clinique

50 les différentes expériences réalisées pour obtenir ces tubes contrôles IsoProt, avant (Input) et après (Flow through, FT) immunodéplétion et précipitation. Le profil électrophorétique des échantillons avant et après l’immunodéplétion (SDS-PAGE suivi d’une coloration au bleu de comassie colloïdal) montre que celle-ci est à la fois efficace et reproductible sur les 6 répliquats techniques réalisés (Figure 1). En effet, l’intensité des bandes (protéines) majoritaires observables dans l’échantillon de départ (input) a diminué dans les échantillons immunodéplétés. Par exemple, la bande de poids moléculaire proche de 70 kDa correspondant à l’albumine (protéine plasmatique la plus abondante – représentant plus de 50% de la masse protéique - ) n’est plus détectable après l’immunodéplétion. De plus, le profil électrophorétique des échantillons immunodéplétés est bien conservé entre les
En savoir plus

88 En savoir plus

Show all 2598 documents...