Haut PDF Le profil clinique et bactriologique des infections nonatales au CHU Mohamed VI de MARRAKECH

Le profil clinique et bactriologique des infections nonatales au CHU Mohamed VI de MARRAKECH

Le profil clinique et bactriologique des infections nonatales au CHU Mohamed VI de MARRAKECH

La listériose est fréquente en Europe et en Amérique du Nord, elle arrive au 3ème rang (7%) des infections néonatales après le streptocoque B et l’Escherichia coli [37]. Au Maghreb, son incidence réelle est très faible ; seuls cinq enfants atteints de listériose néonatale documentée ont été hospitalisés au service des soins intensifs pédiatriques et de néonatologie de I ‘hôpital d’enfants de Casablanca entre janvier 1990 et décembre l998 [38]. Il s’agit d’un bacille Gram positif ubiquitaire dont les sérotypesIa et IVb sont les plus fréquents, l’alimentation est le facteur majeur de contamination, la plupart des cas décrits, sont associés à une consommation de lait, pâtes et fromages. Le mode de contamination est habituellement hématogène à la suite d’une bactériémie chez la mère, avec colonisation du placenta et formation de multiple abcès [2]. Les signes cliniques, chez la mère, sont souvent inapparents, un tableau pseudo-grippal avec fièvre, frisson, myalgies et céphalées peuvent précédés l’accouchement de 2 à 14 jours ou plus, une rechute fébrile avec bactériémie est souvent observée au cours de l’accouchement. La transmission matero-fœtale est souvent hématogène, plus rarement amniotique. Le taux de transmission est de 54% ; beaucoup plus élevé que celui du streptocoque B, estimé entre 20 et 25% [39]. Dans les formes précoces, le germe est toujours isolé dans le liquide gastrique, le méconium et sur la peau, l’examen bactériologique du placenta est performant. Le traitement repose sur l’association ampicilline et aminoside, les céphalosporines sont inefficaces, la ponction lombaire est indispensable. La prévention de la Listériose chez les femmes enceinte est un élément déterminant de la prévention des infections néonatales.
En savoir plus

139 En savoir plus

Profil épidémiologique, clinique et thérapeutique des péritonites aigues: étude rétrospective sur 2 ans au CHU Mohamed VI de Marrakech

Profil épidémiologique, clinique et thérapeutique des péritonites aigues: étude rétrospective sur 2 ans au CHU Mohamed VI de Marrakech

Résumé : La péritonite aigue généralisée se définit comme l’inflammation brutale et diffuse de la séreuse péritonéale. L’objectif de notre étude est de déterminer la fréquence, les aspects épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques des péritonites aigues généralisées au CHU Mohamed VI de Marrakech. Nous avons procédé à une étude rétrospective sur une période de 2 ans, du 1er janvier 2009 au 31 Décembre 2010, sont inclus dans l’étude 360 patients dont l’âge est supérieur à 15 ans et qui se sont présentés aux urgences pour une péritonite aigue généralisée diagnostiquée sur un ensemble d’éléments cliniques et paracliniques. Il s’agit de 327 hommes (91%) et de 33 femmes (9%) soit un sexe ratio de 9,9. L’age moyen des patients était de 39,2 ans avec des extrêmes de 15 à 77 ans. Les étiologies suivantes ont été retrouvées: les perforations d’ulcères gastroduodénaux (53,8%), les appendicites compliquée (32,7%), les autres causes de péritonites notamment les péritonites post-traumatiques, post- opératoires, péritonites par perforation tumorale, biliaires et les pélvipéritonites ne représente que 13,5% des cas. Des complications ont été notées chez 36 patients (10%) dominées par la suppuration pariétale chez 31 cas (8,61%). Le taux de mortalité est de 1,38%, due surtout au choc septique et à la défaillance multiviscérale. En conclusion, les perforations d’ulcères gastroduodénaux, en premier, suivies des appendicites compliquées sont les causes les plus fréquentes. La mortalité et la morbidité surtout pariétale ne sont pas négligeables.
En savoir plus

129 En savoir plus

Les Gangrnes de Fournier d'origine anale Une exprience du CHU Mohamed VI de Marrakech

Les Gangrnes de Fournier d'origine anale Une exprience du CHU Mohamed VI de Marrakech

Les infections gangréneuses dans la plupart de leurs localisations, sont majoritairement liées à l’association de plusieurs germes où le couple aérobie –anaérobie représente un exemple de synergie [153]. La culture des prélèvements pariétaux est en règle positive, mais des résultats négatifs ont été rapportés dans 3 à 13% des cas [154], qui seraient en rapport avec une déficience des techniques de prélèvements [152]. Toutes les bactéries isolées appartiennent à la flore commensale du tube digestif qui devient pathogène par agression locorégionale. L’Escherichia Coli (53% des cas), bactéroide fragilis (46% des cas), streptocoque (42% des cas) staphylocoque (29% des cas), pseudomonas (25% des cas) et clostridium (10% des cas) [155].La présence d’air, soit clinique par crépitation, soit plus fréquemment à l’imagerie, ne signe pas forcément une atteinte à clostridium perfringens [8].
En savoir plus

133 En savoir plus

Etude épidémiologique, clinique et thérapeutique de la coqueluche au service de Pédiatrie A du CHU Mohamed VI de Marrakech de 2009 à 2011

Etude épidémiologique, clinique et thérapeutique de la coqueluche au service de Pédiatrie A du CHU Mohamed VI de Marrakech de 2009 à 2011

La coqueluche est une toxi-infection bactérienne due au Bordetella pertussis. Particulièrement grave chez le nourrisson, c’est une maladie en pleine résurgence. Notre objectif est de faire une mise au point sur la maladie et proposer des recommandations pratiques pour un meilleur contrôle de celle-ci. Le travail que nous avons mené, dresse un profil épidémiologique, clinique et thérapeutique de la coqueluche au service de Pédiatrie du CHU de Marrakech, de 2009 à 2011. L’âge moyen des 25 cas de notre étude était de 4,84 mois et 68% avaient moins de 3 mois. Le sexe ratio H/F était de 1,27. Un contaminateur probable dans l’entourage a été identifié dans 28% des cas. Dix-huit enfants étaient en âge d’être vaccinés et parmi eux 64% avaient reçu la dose de vaccin correspondant à leur âge. Tous les enfants de notre étude présentaient une toux quinteuse évoluant depuis au-moins 2 semaines. Douze pour cent avaient une reprise inspiratoire sonore et 8% présentaient le classique « chant de coq ». Quarante pour cent présentaient des vomissements au décours de la toux ; vingt-quatre pour cent et 16% ont présentés respectivement des accès de cyanose et des apnées. Parmi les 14 enfants qui avaient un hémogramme, une hyper-lymphocytose et une thrombocytose ont été retrouvées dans la majorité des cas. Des mesures symptomatiques ont été entreprises en fonction des cas et le traitement spécifique était l’antibiothérapie par macrolides. L’évolution a été favorable dans la quasi-totalité des cas. La coqueluche reste une maladie grave et mortelle chez le nourrisson, d’où l’intérêt de la vaccination chez ces derniers et les rappels chez les adolescents et adultes afin de réduire la contagiosité.
En savoir plus

85 En savoir plus

Evaluation des prescriptions d'antibiotiques dans un service d'accueil des urgences du CHU Mohamed VI de Marrakech

Evaluation des prescriptions d'antibiotiques dans un service d'accueil des urgences du CHU Mohamed VI de Marrakech

3. Prescription assistée par un infectiologue : Un médecin spécialisé en maladies infectieuses, de par sa formation et son expertise clinique peut contribuer à l’amélioration de la qualité des prescriptions. Cette intervention est particulièrement appropriée pour des pathologies peu connues des prescripteurs et dans les situations plus complexes d’infections nosocomiales ou à bactéries multi résistantes. Une étude déjà ancienne [77] avait montré que le recours à l’avis d’un service des maladies infectieuses diminuait les dépenses d’antibiotiques en modifiant les prescriptions dans 34,5% des cas. Dans une autre étude portant sur les bactériémies, Byl et al [78] ont montré que le traitement probabiliste était approprié dans 54% des cas sans recours à un infectiologue, et dans 78% des cas quand l’avis de ce dernier était demandé.
En savoir plus

98 En savoir plus

Profil pidemiologique des couples infertiles pris en charge par le centre de FIV de CHU Mohamed VI de Marrakech

Profil pidemiologique des couples infertiles pris en charge par le centre de FIV de CHU Mohamed VI de Marrakech

c. Le risque carcinogène : L’augmentation des risques de cancers du sein, de l’endomètre et de l’ovaire chez les femmes soumises à des stimulations de l’ovulation est très controversée [71,72]. Dans une étude ayant porté sur 29 700 femmes, les patientes qui ont reçu des stimulations ovariennes dans le cadre de FIV ont une augmentation significative et transitoire du risque de développer un cancer du sein ou de l’utérus dans la première année suivant le traitement. Deux hypothèses ont été faites : la première est l’existence d’une lésion pré existante dont le bilan clinique aurait permis de faire le diagnostic, la deuxième hypothèse est que les stimulations ovariennes favorisent le développement de lésions et accélèrent leur révélation clinique.[73]
En savoir plus

116 En savoir plus

Prise en charge des traumatismes crniens au CHU Mohamed VI de Marrakech exprience de 13 annes de 2002  2014 : Profil pidmiologique

Prise en charge des traumatismes crniens au CHU Mohamed VI de Marrakech exprience de 13 annes de 2002 2014 : Profil pidmiologique

L’hématome extradural résulte de la constitution d’une collection sanguine comprise entre la boîte crânienne et la dure-mère, et le plus souvent associé à une fracture du crâne en regard. Il est la conséquence d’une lésion d’une artère ou veine méningée, plus rarement de la rupture d’un sinus veineux. Son diagnostic est scanographique et sa présentation est celle d’une lentille biconvexe spontanément hyperdense, bien limitée, accompagnée d’un effet de masse sur le parenchyme adjacent. La constitution est en général rapide, même si la décompensation clinique peut prendre plusieurs heures. Cependant, la possible apparition retardée de cette lésion, et cela en particulier chez les enfants, impose une interprétation prudente des images et le renouvellement de l’examen lorsque la réalisation de celui-ci est très précoce [97, 110].
En savoir plus

208 En savoir plus

Profil clinique et therapeutique des anemies par carence en fer : prise en charge par le service d'hematologie du chu mohamed VI

Profil clinique et therapeutique des anemies par carence en fer : prise en charge par le service d'hematologie du chu mohamed VI

Figure13 :Structure du fer liposomal 2.2) La transfusion sanguine : Elles ne sont pas souvent nécessaire dans les anémies ferriprives et on y a recours si on a une anémie est très mal tolérée, une comorbidité cardiaque sévère, une chirurgie d’urgence. Les effets secondaires doivent être connus : Infections, réactions allergiques, hyper volémie, surcharge en fer, hémolyse par incompatibilité. Elles sont pratiquées habituellement lorsque le taux d’hb est < à 8g / dl mais ce seuil est largement modulable selon les caractéristiques propres à chaque malade. La quantité de sang à transfuser en millilitres est calculée selon le poids et l’hémoglobine du patient selon la formule : (Hb idéale-Hb réelle) x3xpoids (kg).Un concentré érythrocytaire de 280ml contient 200mg de fer [58].Dans cette étude 6.7% des patients ont bénéficié d’une transfusion de culots globulaires.
En savoir plus

140 En savoir plus

Tumeurs surrénaliennes : profil épidémiologique, clinique, thérapeutique et évolutif, service d’urologie, CHU Mohammed VI Marrakech

Tumeurs surrénaliennes : profil épidémiologique, clinique, thérapeutique et évolutif, service d’urologie, CHU Mohammed VI Marrakech

La chirurgie ne requiert aucune technique anesthésique spécifique. Certaines particularités cliniques ne doivent cependant pas être négligées. Ainsi, l’hypercortisolisme peut s’accompagner d’anxiété, voire d’agitation, qui nécessite une prémédication adaptée. L’ostéoporose parfois sévère, avec risque de fractures pathologiques, oblige à mobiliser le patient avec précaution et une attention toute particulière doit être apportée au positionnement opératoire [101, 102] Les modifications cutanées avec atrophie et fragilité capillaire (nombreuses ecchymoses) peuvent encore compliquer l’installation du malade, mais aussi l’abord veineux. La présence d’une nuque en bosse de bison (Buffalo hump) et l’obésité peuvent rendre l’intubation difficile. La fragilité des tissus favorise également le risque de complications hémorragiques, et notamment de plaie de la rate ou de lésions veineuses [101]. Toutes les complications de l’hypercortisolisme augmentent également la morbidité postopératoire. Les héparines de bas poids moléculaire et les techniques non médicamenteuses de prophylaxie des thromboses veineuses des membres inférieurs doivent être utilisées en raison du risque majoré d’accidents thromboemboliques. Les glucocorticoïdes étant lympholytiques et immunosuppresseurs, ils prédisposent aux infections. Ceci doit faire porter une attention toute particulière aux règles d’asepsie et d’antibioprophylaxie [103, 104]. La cicatrisation est lente et le risque d’hématome et d’infection augmenté [104].
En savoir plus

175 En savoir plus

Le profil bactriologique de l'infection urinaire sur uropathie chez l'enfant exprience de CHU Mohamed VI

Le profil bactriologique de l'infection urinaire sur uropathie chez l'enfant exprience de CHU Mohamed VI

Quelle que soit l’origine d’une vessie dite neurologique, son évolution se fait le plus souvent vers l’altération de la fonction de stockage des urines et la dyssynergie vésico- sphinctérienne. Un travail excessif au niveau du détrusor souvent insensible à l’action inhibitrice des centres pontiques et suprapontiques du contrôle mictionnel est responsable del’instauration d’un régime à haute pression. Hypertrophiemusculaire, puis détérioration de ce même muscle par lafibrose et l’infection chronique vont faire diminuer inexorablement la capacité vésicale. La jonction urétéro-vésicaleest très exposée (méga-uretère sténotique ou méga-uretère secondaire par reflux), et l’infection chronique résultante est responsable le plus souvent de l’altération du haut appareil. Le sphincter strié urétral évolue souvent vers la spasticité. C’est ainsi que la vessie neurologique qui, sur le plan clinique, se traduit essentiellement par une incontinence urinaire, est en fait le plus souvent une pathologie obstructive du bas appareil par dyssynergie vésico- sphinctérienne majeure. L’évolution ne se fait jamais vers l’amélioration spontanée [49].
En savoir plus

167 En savoir plus

Mningites nonatales :  propos de 20 cas ; profil clinique ; bactriologique et volutif

Mningites nonatales : propos de 20 cas ; profil clinique ; bactriologique et volutif

L ’incidence de la méningite néonatale est de 0.22 à 2.66‰ naissances vivantes dans le monde, qui est plus faible dans les pays développés (0.3‰ naissances vivantes), et plus élevée dans les pays en voie de développement de l’ordre de 2,4 à 6,1‰ naissances vivantes [2,3]. La mortalité est estimée à 6,6-13% dans les pays industriels, mais elle est beaucoup plus élevée dans les pays en voie de développement, variant de 27 à 58% [1]. Le taux de séquelles neurologiques varie de 20 à 58% selon les études [4,5]. Au Maroc, aucune étude multicentrique n’a été réalisée pour déterminer cette incidence. Une étude récente sur les infections materno- fœtales, réalisée au service de néonatologie du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Casablanca étalée sur 13 ans avait retrouvé une localisation méningée dans 10,4% des cas d’infections materno-fœtales [6].
En savoir plus

121 En savoir plus

Nphropathies glomrulaires: Profil pidmiologique, thrapeutique
et volutif au CHU Mohammed VI de Marrakech

Nphropathies glomrulaires: Profil pidmiologique, thrapeutique et volutif au CHU Mohammed VI de Marrakech

Néphropathies Glomérulaires: Profil épidémiologique, Thérapeutique et Evolutif - 46 - mais surtout par une politique différente d’indication de la biopsie rénale et de dépistage des hématuries microscopiques (tableau VIII). Au Japon, par exemple, la recherche d’anomalies du sédiment urinaire est systématique chez tous les enfants scolarisés et la présence d’une hématurie microscopique conduit volontiers à une biopsie rénale. À l’opposé, aux États-Unis, au Canada ou en Angleterre, la biopsie rénale n’est indiquée qu’en présence d’une protéinurie abondante et/ou d’une insuffisance rénale. Les données japonaises suggèrent une prévalence importante dans la population générale puisqu’une étude systématique en immunofluorescence des reins de donneurs vivants sans manifestation clinique retrouve des dépôts mésangiaux d’IgA dans 16 % des cas [80].
En savoir plus

115 En savoir plus

La greffe de la membrane amniotique : Exprience du service dOphtalmologie du CHU Mohamed VI de Marrakech

La greffe de la membrane amniotique : Exprience du service dOphtalmologie du CHU Mohamed VI de Marrakech

Abstract The amniotic membrane graft is a therapeutic choice recently appeared on the ophthalmological scene, which allows the treatment of certain ocular surface pathologies. The purpose of our work is to report our experience in amniotic membrane transplantation. This is a retrospective study of 122 patients who received an amniotic membrane transplant at the ophthalmology department of Mohamed VI University Hospital of Marrakech over a period of 3 years, from April 2014 to October 2017. The average age of our patients was 45.80 with a slight male predominance of 51.63%. The indications of the transplant were corneal ulcers (45 patients: 36.88%); Corneal perforations (36 patients: 29.5%) Ocular burns (18 patients: 14.75%); delay in cicatrisation on CG (8 patients: 6.55%); Symponépharon (8 patients: 6.55%); Conjunctival or limbic tumors (4 patients: 3.27%); The pterygion (3 patients: 2.45%). Initial visual acuity was less than or equal to 1/10 in 80.32% of cases.
En savoir plus

140 En savoir plus

Le Profil des dcs prcoces au service de ranimation pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Le Profil des dcs prcoces au service de ranimation pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Une transformation de la configuration des maladies et de leur profil épidémiologique résulte essentiellement de la croissance économique des pays et de l'affectation de leurs ressources nationales. Cette transition épidémiologique des maladies se voit clairement chez la population pédiatrique, avec la diminution et l'éradication dans certains pays des maladies à prévention vaccinale. L'impact de ces modifications est clairement visible dans les modes d'admission aux unités de soins intensifs pédiatriques dans les pays où les maladies évitables par vaccin ne sont plus responsables de l’augmentation des charges.
En savoir plus

114 En savoir plus

Prise en charge du mal de pott dans le service de neurochirurgie au CHU Mohamed VI à Marrakech

Prise en charge du mal de pott dans le service de neurochirurgie au CHU Mohamed VI à Marrakech

2-3 L’abcès intradural extra médullaire : (56) Il s’agit d’une entité neurochirurgicale très rare ; souvent isolée ; sans foyer retrouvé de spondylodiscite .Les radiographies du rachis sont donc normales ; faisant souvent erreur de diagnostic .Le tableau clinique est celui d’une compression médullaire d’aggravation progressive à type de paraparésie, des troubles de la marche avec une irritation pyramidale bilatérale succédant une méningite tuberculeuse. La myélographie montre un arrêt brutal, cupuliforme du produit opaque .L’IRM est d’un grand intérêt puisqu’ elle montre l’abcès intradural et extramédullaire, refoulant la moelle, prenant le Gadolinium en périphérie .
En savoir plus

127 En savoir plus

Traumatismes des organes génitaux externes : Etude épidémiologique, clinique, thérapeutique et évolutive. Service d'Urologie. CHU Mohamed VI Marrakech

Traumatismes des organes génitaux externes : Etude épidémiologique, clinique, thérapeutique et évolutive. Service d'Urologie. CHU Mohamed VI Marrakech

1. Les automutilations: 1 ère cas: Il s'agissait d'un patient âgé de 27 ans, suivi depuis deux ans pour une schizophrénie, et détenue dans une structure pénitentiaire pour homicide. Admis aux urgences dans un état de choc hémorragique sur une amputation totale du pénis à sa racine par un objet tranchant. L'examen clinique trouvait un patient calme avec des propos incohérents, mais “conscient” de son acte,. Après remplissage vasculaire et avis psychiatrique, le patient a été conduit au bloc opératoire et a bénéficié d'une hémostase au vicryl 3/0 sur les corps caverneux avec une urétrostomie cutané sur une sonde foley ch 16. Les suites du geste étaient simples, et la prise en charge psychiatrique a permis de stabiliser l’état mental du patient.
En savoir plus

162 En savoir plus

Profil pidmiologique, clinique, paraclinique et volutif de l'infirmit motrice crbrale au niveau du service de pdiatrie A du CHU Mohammed VI Marrakech

Profil pidmiologique, clinique, paraclinique et volutif de l'infirmit motrice crbrale au niveau du service de pdiatrie A du CHU Mohammed VI Marrakech

La comparaison de nos résultats avec les données de la littérature est difficile car, l’adhérence des familles d’enfants suivis pour IMC à la prise en charge reste faible. IV. Profil thérapeutique : La prise en charge de l’IMC doit être précoce et multidisciplinaire et le dépistage d’un handicap chez les enfants à risque doit se faire lors de la surveillance systématique durant les premières années de vie (1). Ce suivi régulier permet d’accompagner réellement l’enfant et sa famille en assurant dès le départ une guidance parentale.L’IMC ne peut être absorbé que dans la complexité de ses composantes médicales, psychologique, familiales et éducatives. Chacun a son rôle à jouer à un moment donné, une corrélation étroite des actions est toujours nécessaire. 1. Rééducation motrice :
En savoir plus

78 En savoir plus

La mortalit nonatale au sein de service de ranimation nonatale au CHU Mohamed VI de Marrakech

La mortalit nonatale au sein de service de ranimation nonatale au CHU Mohamed VI de Marrakech

This study is based the use of hospital records of newborns from 0 to 28 days died during the study period. The mortality rate found was 27,74% of hospitalized newborns. It is high during the first week of hospitalization, especially in the first twenty four hours. We identified as main causes of neonatal infections, premature death and anoxic- ischemic ancephalopathy. In addition, emerging risk factors for death are prematurity and low birth weight, the low Apgar score at birth, maternal age, the primiparity and high multiparity, low socio-economic parents, diseases during pregnancy.
En savoir plus

140 En savoir plus

Aspects neurochirurgicaux des adénomes hypophysaires, expérience du service de neurochirurgie CHU Mohamed VI de Marrakech

Aspects neurochirurgicaux des adénomes hypophysaires, expérience du service de neurochirurgie CHU Mohamed VI de Marrakech

Les adénomes hypophysaires, tumeurs bénignes se développent aux dépens des cellules du lobe antérieur de l’hypophyse, et constituent 10 % des tumeurs cérébrales. Nous rapportons une étude rétrospective concernant 32 cas d’adénomes hypophysaires colligés au service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech entre janvier 2002 et décembre 2010. L’âge moyen de survenue était de 37,63 ans avec une nette prédominance féminine (59,37 %).Il relève de notre étude un retard diagnostique assez long avec une moyenne de 3 ans, d’où la fréquence élevée des troubles visuels (56 ,25%), des signes d’HIC (81,25 %) ainsi que des troubles endocriniens (62,50 %).Le diagnostic est orienté par la radiographie du crâne centrée sur la selle turcique dans 10 cas, affirmé par la TDM et/ou IRM ainsi que les dosages hormonaux et confirmé par l’histologie. Au plan thérapeutique, La voie trans-sphénoïdale a été utilisée dans 68,75 % des cas, tandis que 12,5 % des cas ont été abordés par voie endoscopique, la voie trans- crânienne est pratiquée chez 18,75 % des cas. Le traitement médical à base de bromocriptine a été préconisé chez 6 patients, dont 5 en association avec la chirurgie. Deux patients ont bénéficié de la radiothérapie postopératoire. La guérison clinique et radiologique est obtenue chez 7 patients (35%), l’échec chirurgical est constaté dans 4 cas et la récidive dans 3 cas (15%).aucun décès n’a été signalé, la morbidité est faible et la mortalité est exceptionnelle si les indications sont respectées. La revue de la littérature montre que ces tumeurs atteignent surtout le sexe féminin(entre 52 et 92%),l’âge moyen varie entre 31 et 47 ans, la fréquence du syndrome d’HTIC varie entre 28 et 90%,celle des troubles visuels entre 54,5% et 83,3%, les signes endocriniens varient selon le type d’adénome .la voie transsphénoïdale reste la méthode de choix puisqu’elle est utilisée entre 95 et 100% des cas selon la littérature, l’utilisation du traitement médical varie selon le type d’adénome hypophysaire.
En savoir plus

209 En savoir plus

Profil épidémiologique des tumeurs intracrâniennes chez l’enfant au CHU Mohammed VI de Marrakech

Profil épidémiologique des tumeurs intracrâniennes chez l’enfant au CHU Mohammed VI de Marrakech

2.1.2. Troubles visuels : Du fait de son trajet anatomique à la base du crâne, la VI ème paire crânienne est exposée en premier lieu en cas d'hypertension intracrânienne, ce qui se manifeste par une diplopie avec paralysie de l'abduction des globes oculaires avec strabisme convergent. La baisse de l'acuité visuelle est souvent plus tardive, elle est signalée par le grand enfant, par contre, beaucoup plus difficile à mettre en évidence chez le petit enfant (heurts fréquents avec les meubles, chutes sur de petits obstacles) et parfois seulement découverte à un stade très avancé dans le cadre du bilan de la tumeur cérébrale.
En savoir plus

175 En savoir plus

Show all 4508 documents...

Sujets connexes