Haut PDF Profil épidémiologique thérapeutique et évolutif de la maladie de Hodgkin : expérience du service d’hématologie du CHU Mohammed VI

Profil épidémiologique thérapeutique et évolutif de la maladie de Hodgkin : expérience du service d’hématologie du CHU Mohammed VI

Profil épidémiologique thérapeutique et évolutif de la maladie de Hodgkin : expérience du service d’hématologie du CHU Mohammed VI

L’étude réalisée au service d’Hématologie du CHU Mohammed VI à Marrakech à propos de 60 cas de MDH, nous a permis de dégager le profil épidémiologique de la MDH similaire à celui retrouvé dans les pays en voie de développement. C’est une maladie rare avant l’âge de 4 ans, elle plus fréquente chez l’homme (sex ratio

163 En savoir plus

Tumeurs surrénaliennes : profil épidémiologique, clinique, thérapeutique et évolutif, service d’urologie, CHU Mohammed VI Marrakech

Tumeurs surrénaliennes : profil épidémiologique, clinique, thérapeutique et évolutif, service d’urologie, CHU Mohammed VI Marrakech

Our work is a retrospective analysis of clinical epidemiology and treatment of adrenal tumors scalable CHU Mohammed VI Marrakesh from 1 January 2002 to December 31, 2010. During this period, 12 cases of adrenal tumors treated in the urology department at CHU Mohammed VI Marrakesh. The sex ratio is 5 showing a marked female predominance, the average age is 46 years, the diagnosis is often delayed, the clinical symptomatology is dominated by abdominal pain in 83.34% of cases. Imaging to locate the tumor and look for possible metastases, several methods are used: abdominal ultrasound, computed tomography (CT) was the most appropriate diagnostic tool to visualize adrenal tumors, it was performed in all our patients, the tumor was right in 5 patients and left in 7 patients. Laboratory tests were requested to differentiate between adrenal tumors secreting and not secreting. Surgical resection was complete, the conventional surgical adrenalectomy by the anterior was performed in 7 patients, the retroperitoneal laparoscopic adrenalectomy was performed in 5 patients. Histological examination was in favor of a non-secreting adenoma in 5 cases, pheochromocytoma in 4 cases, 2 adrenocortical and adrenal metastasis of renal origin. 10 patients had an uneventful postoperative simple, one patient developed subcutaneous emphysema, another presented a fever, two long-term patients were reviewed after six months with observation of clinical signs of regression
En savoir plus

175 En savoir plus

Profil épidemio-clinique, thérapeutique et évolutif du cancer du col utérin au CHU Mohammed VI de Marrakech, expérience de service de gynécologie obstétrique B

Profil épidemio-clinique, thérapeutique et évolutif du cancer du col utérin au CHU Mohammed VI de Marrakech, expérience de service de gynécologie obstétrique B

Le cancer du col de l’utérus représente toujours un problème de santé publique puisqu’il occupe le deuxième rang des cancers féminins dans le monde et touche surtout les femmes entre 40 et 60 ans. L’HPV est le principal facteur de risque. Notre étude a concerné 91cas de cancers de col utérin colligés au service de gynécologie obstétrique B du CHU Mohammed VI de Marrakech entre Janvier 2005 et Décembre 2009. Il ressort de notre étude que le cancer du col est le deuxième après celui du sein avec un taux de 24,1% de tous les cancers gynéco-mammaires. La symptomatologie était faite dans 90,1% des cas par des métrorragies et le carcinome
En savoir plus

121 En savoir plus

Profil épidémiologique thérapeutique et évolutif des lymphomes malins non hodgkiniens : expérience du service d’hématologie clinique du CHU Mohammed VI

Profil épidémiologique thérapeutique et évolutif des lymphomes malins non hodgkiniens : expérience du service d’hématologie clinique du CHU Mohammed VI

b- La tomodensitométrie abdominopelvien : La TDM est plus fiable que l’échographie pour la détection des adenomegalies abdominales et pelviennes, car elle n’est pas gênée par les gaz digestifs. Pour cette raison, la TDM est l’examen le plus souvent utilisé dans les bilans d’extension de lymphomes abdominaux et plus tard il peut servir de référence dans l’estimation de la réponse thérapeutique. Quand une biopsie ganglionnaire percutanée est nécessaire, elle peut se faire sous contrôle écho ou tomodensitométrique [71,72].

120 En savoir plus

Profil épidémiologique des métastases cérébrales : expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Profil épidémiologique des métastases cérébrales : expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Les résultats globaux de la radiochirurgie et de la radiothérapie stéréotaxique hypofractionnée paraissent comparables, en particulier en termes de toxicité grave. On peut admettre qu’en l’absence actuelle de données plus précises, en pratique quotidienne, des données incomplètes puissent éclairer un choix thérapeutique. Les métastases cérébrales de petit et moyen volumes peuvent être traitées avec l’une ou l’autre des deux techniques. Dans les séries de la littérature, les résultats de la radiothérapie stéréotaxique hypofractionnée pour les formes volumineuses n’ont pas été individualisés, ce qui nécessite la poursuite d’études prospectives dans ce domaine, avec des critères techniques, volumétriques et dosimétriques rigoureux.
En savoir plus

129 En savoir plus

Sténoses intestinales au cours de la maladie de Crohn : aspect épidémiologique, profil évolutif et prise en charge

Sténoses intestinales au cours de la maladie de Crohn : aspect épidémiologique, profil évolutif et prise en charge

  Résumé Nous avons effectué une étude rétrospective descriptive de 48 cas de sténoses intestinales au cours de la maladie de Crohn sur l’ensemble de 106 cas de maladie de Crohn suivis de l’année 2002 à l’année 2010 au service de gastro-entérologie du CHU Mohamed VI de Marrakech. Le but était de déterminer le profil épidémiologique, clinique et évolutif des sténoses intestinales au cours de la maladie de Crohn et leur prise en charge dans le service. L’âge moyen des patients ayant présenté une sténose au cours de la maladie de Crohn était 29,8 ans, avec des extrêmes de 17 et 58 ans. Le sexe ratio H/F était de 1,82. Les facteurs de risque étaient avec la même fréquence l’intoxication tabagique (31%), et les antécédents d’appendicectomie (31%), et en deuxième position, l’antécédent familial de MICI (4%). La sténose était surtout de localisation iléale étendue dans 34 cas (70%), de nature inflammatoire dans 26 cas (54%). Le diagnostic positif de sténose a été établi par l’entéro-IRM pour un cas. La coloscopie a contribué au diagnostic positif dans tous les cas où elle a été pratiquée. Le traitement a été chirurgical dans 32 cas (68%), et médical dans 16 cas (32%). La durée moyenne de suivi après prise en charge thérapeutique de la sténose intestinale a été de 19,1 mois. Aucun cas de récidive symptomatique de SI durant cette période n’a été observé.
En savoir plus

171 En savoir plus

Profil épidémiologique des tumeurs vertébrales chez l'adulte Expérience du service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI (2003-2010)

Profil épidémiologique des tumeurs vertébrales chez l'adulte Expérience du service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI (2003-2010)

l’étendue de la tumeur. Cependant l’aspect est aspécifique à type d’hyposignal T1 et hypersignal en T2 (28-55). Les anomalies sur la radiographie standard, s’elles existent, sont de type lytique ou mixte associant des images de lyse et de condensation, dans la série de Harzy (30) , les clichés simples n’étaient parlants que dans 20% , ceci dit que l’aspect normal des radiographies standard ne doit pas tranquilliser devant une symptomatologie rachidienne ou radiculaire et dans le cas ou la maladie hématologique est connue, il faut savoir poser l’indication d’un examen complémentaire plus performant (26-55-74).
En savoir plus

181 En savoir plus

Sciatique par hernie discale à propos de 420 cas. Expérience du service de neurochirurgie de CHU Mohammed VI de Marrakech

Sciatique par hernie discale à propos de 420 cas. Expérience du service de neurochirurgie de CHU Mohammed VI de Marrakech

Résumé La sciatique par hernie discale représente un problème de la santé publique, par sa fréquence et son retentissement socioprofessionnel. Notre travail est une étude rétrospective concernant 420 cas de sciatique par hernie discale, opérés au service de neurochirurgie de CHU Mohamed VI de Marrakech sur une période de 6ans allant de2001à 2006. Dans cette étude nous nous sommes proposé de dresser le profil épidémiologique, clinique, paraclinique, thérapeutique et évolutif, afin de rapporter l’expérience du service en matière de la prise en charge des sciatiques par hernie discale, et de comparer nos résultats avec les données de la littérature.
En savoir plus

122 En savoir plus

Implantation cochléaire : Expérience du service d'Oto-rhino-laryngologie du CHU Mohammed VI (2007-2010)

Implantation cochléaire : Expérience du service d'Oto-rhino-laryngologie du CHU Mohammed VI (2007-2010)

This is a retrospective study of 3 cases of congenital pre-lingually deaf. Collected in the service of Oto-Rhino-Laryngology and Neck Surgery in Mohamed VI university hospital of Marakech, between june 2007 to june 2010. This work reflects the experience of our service that aims to clarify the indications for cochlear implantation, and these results and the difficulties encountered in the management of sensorineural hearing loss, especially in children. A girl and two boys were implanted. Age of implantation was between 2 and 5 years. The children had no specific medical history. The otoscopic examination was normal. Auditory evoked potentials showed a profound bilateral deafness in all children. The radiological assessment was based on a computed tomodensitometry scan of ear and a brain magnetic resonance imaging. Speech evaluation and psychological assessment was systematic before implantation. The three children received a unilateral cochlear implant.
En savoir plus

210 En savoir plus

Place de la callosotomie dans le traitement de l'épilepsie rebelle Expérience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech

Place de la callosotomie dans le traitement de l'épilepsie rebelle Expérience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech

convulsives répondent mieux aux callosotomies totales qu’aux sections des deux tiers antérieurs habituellement préconisées dans un premier temps.  Selon le type d’épilepsies : Une des critiques souvent formulée est l’absence de précision sur la classification syndromique des cas opérés. En fait, les callosotomies n’étant proposées qu’après échec de toutes les thérapeutiques médicales et souvent après de très nombreuses années d’évolution de la maladie épileptique, il devient alors souvent difficile de classer avec certitude les patients. Le tableau est bien souvent stéréotypé : crises fréquentes, responsables de multiples traumatismes, retard intellectuel contemporain ou secondaire à l’apparition des crises, modifications tomodensitométriques parfois secondaires aux crises elles-mêmes. Les anomalies EEG bilatérales ne signifient évidemment pas obligatoirement qu’il s’agisse d’épilepsies généralisées. L’absence de diagnostic syndromique précis n’élimine pas la possibilité de résultats conséquents à condition de respecter les critères fondamentaux : crises toniques ou atoniques avec chute prédominantes, anomalies EEG latéralisées ou bilatérales synchrones.
En savoir plus

141 En savoir plus

Traumatismes vértébromédullaires chez l’enfant (2002-2010) : expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Traumatismes vértébromédullaires chez l’enfant (2002-2010) : expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Figure 16 16 16 16 7 7 7 7 :::: Méthode de Cattel et Filtzer permettant d'apprécier le déplacement antéropostérieur de C2 sur C3 (23-43). Sur les clichés de profil strict centrés sur le rachis cervical haut et pratiqués en flexion (A) et en extension (B), on trace une droite unissant le point d’angle postéro-inférieur du corps de C3 au bord inférieur de l’apophyse épineuse de C3 ; on dresse à partir de ce point d’angle une perpendiculaire. Il faut apprécier la distance séparant le point d’angle postéro-inférieur du corps de C2 (A et A’) de cette perpendiculaire et ajouter les valeurs obtenues à A’. À l’état normal, cette somme correspondant à l’amplitude du déplacement est inférieure à 4 mm. [23-43-44]
En savoir plus

140 En savoir plus

Profil épidémiologique, clinique, paraclinique, thérapeutique et évolutif des pneumopathies infiltratives diffuses chroniques

Profil épidémiologique, clinique, paraclinique, thérapeutique et évolutif des pneumopathies infiltratives diffuses chroniques

Résumé Objectif: Ce travail a pour but d’apprécier les caractéristiques cliniques et paracliniques d’un groupe de patients qui présentent une pneumopathie infiltrative diffuse chronique, afin d’étudier les corrélations cliniques et étiologiques, et d’élaborer les recommandations utiles à leur prise en charge diagnostique et thérapeutique. Matériel et méthodes: il s’agit de 63 dossiers de PIDC durant 5 ans, qui été analysé grâce à une fiche d’exploitation. Nous avons adopté les définitions et les classifications publiées par l’ATS/ ERS en 2002. Résultats et discussions: L’âge des patients atteints de PIDC se situe entre 25 ans et 80 ans avec une moyenne de 53,6 ans. La dyspnée a été notée dans 49,2%, avec prédominance du stade III (73%). Les signes physiques sont dominés par les râles crépitants, présents chez 46% des patients. Les images radiologiques sont dominées par les opacités réticulaires (73%) et les micronodules (52,4%), souvent bilatéraux et diffus. Les principaux bilans contributifs aux étiologies retenues confirmées sont: les biopsies bronchiques (9 cas), les biopsies pulmonaires transbronchiques (7 cas), la biopsie des glandes salivaires accessoires (12 cas), biopsie ganglionnaire (2 cas), et le bilan immunologique (2 cas). Le scanner thoracique à haute résolution a permis de retenir le diagnostic dans 6 cas de PID idiopathiques. Le diagnostic étiologique a été retenu confirmé chez 30 patients (47,6%), et a été dominé par la sarcoïdose (6 cas) et la fibrose pulmonaire idiopathique (5 cas). Ailleurs, l’étiologie n’est que probable. Un traitement étiologique a été indiqué chez 19 patients, satisfaisants chez 7 patients, avec stabilisation dans 4 autres cas, et non évalué chez les autres patients qui sont perdus de vue. Pour les autres cas, l’abstention thérapeutique nous semble plus judicieuse, que la corticothérapie responsable d’effets iatrogéniques souvent importants. Conclusion: Le diagnostic étiologique des PIDC constitue l’étape clé dans leur prise en charge, qui exige une corrélation entre clinicien, radiologue et anatomopathologiste.
En savoir plus

160 En savoir plus

Les spondylarthropathies : exprience du service de rhumatologie du CHU Mohammed VI

Les spondylarthropathies : exprience du service de rhumatologie du CHU Mohammed VI

Plusieurs méthodes ont été proposées pour quantifier et apprécier les lésions inflammatoires du rachis mais seulement deux ont été retenues et elles sont toutes deux basées sur l’analyse de l’unité disco vertébrale sur des clichés du rachis entier [127,128]. Une unité disco vertébrale correspond à la région située entre deux lignes imaginaires tracées au milieu de deux vertèbres adjacentes [127]. La première méthode a été énoncée en 2003 par un groupe de Berlin, il s’agit du score ASspi MRI-a (Ankylosing Spondylitis spinal Magnetic Resonance Imaging activity) qui comporte à la fois un score d’activité qui quantifie l’oedème osseux (0 à 3) et les érosions (4 à 6) pour chaque vertèbre de C2 à S1, et le score de chronicité qui évalue la progression structurale de la maladie et l’apparition de lésions chroniques [124]. Plusieurs modifications ont été apportées au score ASspi MRI-a, la dernière ne prend pas en compte les érosions et les lésions postérieures du rachis [128]. Il semble être reproductible et sensible au changement chez les patients traités par anti-TNF-α [127,128]. La seconde méthode fut proposée en 2005 et simplifiée en 2007 par le consortium canadien SPARCC. Il s’agit du score SPARCC MRI qui évalue l’inflammation spinale du rachis au niveau des six unités disco vertébrales considérées comme les plus sévèrement atteintes [125,126]. Il semble être fiable et avoir une bonne reproductibilité inter lecteur. Cependant, il ne peut être utilisé pour le diagnostic des formes précoces de la maladie, mais il semblerait être satisfaisant pour l’évaluation de la réponse thérapeutique dans les études cliniques. [128]
En savoir plus

168 En savoir plus

Profils épidémio-clinique, thérapeutique et évolutif du cancer du larynx au C.H.U Mohammed VI

Profils épidémio-clinique, thérapeutique et évolutif du cancer du larynx au C.H.U Mohammed VI

Dans notre série, aucun cas de tumeurs synchrones ou métachrones n’a été détecté par la panendoscopie 1.2. Tomodensitométrie cervicale : Son rôle dans le bilan d’extension locorégional est indiscutable. Elle est devenue indispensable au diagnostic et à la décision thérapeutique. Les examens cliniques et endoscopiques sont insuffisants à eux seuls pour préciser l’importance de l’extension locorégionale. L’imagerie apporte surtout des informations complémentaires à l’endoscopie sur l’extension en profondeur, extralaryngée et ganglionnaire.

148 En savoir plus

Cancer du sein : Expérience du service de gynécologie obstétrique A à la maternité du CHU Mohammed VI Marrakech

Cancer du sein : Expérience du service de gynécologie obstétrique A à la maternité du CHU Mohammed VI Marrakech

• Les télangiectasies : sont la conséquence d’un surdosage au niveau de l’épiderme et du derme, le terrain peut également favoriser leur survenue (fragilité capillaire, formation de néovaisseaux) [56]. • L’atteinte du plexus brachial : elle est extrêmement rare, il faut pour cela ne pas dépasser 50 Gy dans le creux sus claviculaire avec un étalement classique. L’atteinte peut être plus ou moins parlante et invalidante (de quelques troubles sensitifs du membre supérieur à une paralysie complète et douloureuse). La prévention est ici la seule possibilité thérapeutique [56].
En savoir plus

179 En savoir plus

PROFIL GANGLIONNAIRE DES CANCERS ORL AU SERVICE D'ORL ET DE CHIRURGIE CERVICO-FACIALE DU CHU MOHAMMED VI

PROFIL GANGLIONNAIRE DES CANCERS ORL AU SERVICE D'ORL ET DE CHIRURGIE CERVICO-FACIALE DU CHU MOHAMMED VI

Pour les carcinomes de la thyroïde, le nodule reste le mode de révélation le plus fréquent ; perçu par le patient lui-même ou par l’entourage. Ils sont rarement isolés et s’intègrent le plus souvent dans un goitre multinodulaire. Seulement 5 à 10 % des nodules sont des cancers [74, 75]. Dans notre série, la localisation prédominante était celle du larynx, suivie de la cavité buccale puis de la thyroïde, aucun cas de cancers de l’orophaynx ou de l’hypopharynx n’a été inclu. Le principal motif de consultation était la perception par le patient lui-même ou par l’entourage d’une lésion tumorale cutanée ou muqueuse, vu le nombre élevé des cancers de la cavité buccale et des cancers à point de départ cutané (47 / 126), et surtout le stade évolué T3 et T4 de la maladie au moment de la consultation.
En savoir plus

170 En savoir plus

Etude épidémiologique de la pathologie traumatique au service de traumato-orthopédie B du CHU MOHAMMED VI de Marrakech

Etude épidémiologique de la pathologie traumatique au service de traumato-orthopédie B du CHU MOHAMMED VI de Marrakech

RESUME À travers une étude rétrospective, nous rapportons une série de 1133 cas hospitalisés dans le service de traumato-orthopédie B du CHU Mohammed VI de Marrakech. L’étude est menée sur une durée d’un an allant du premier Janvier au 31 Décembre 2008. Elle a pour objectif d’étudier le profil épidémiologique des différentes lésions traumatiques traitées au service.

163 En savoir plus

Profil pidmiologique, diagnostique et volutif de la tuberculose digestive. Service de Gastro-entrologie CHU Mohammed VI, Marrakech

Profil pidmiologique, diagnostique et volutif de la tuberculose digestive. Service de Gastro-entrologie CHU Mohammed VI, Marrakech

C’est une méthode thérapeutique invasive qui consistait en l’injection d'air dans la cavité thoracique, entraînant la rétraction du poumon infecté, permettant l’obtention d’une amélioration de la maladie. Vu que la tuberculose constituait un problème de santé publique, Albert Calmette et son collègue Camille Guérin ont entrepris de mettre au point un vaccin contre la tuberculose. Au nouvel institut Pasteur de Lille, ils ont fournit un effort colossal pour atténuer M. bovis pour l’utiliser comme vaccin. En 1921, le vaccin BCG (Bacille de Calmette-Guérin) était utilisé pour la première fois sur un nouveau-né d'une mère décédée par tuberculose pulmonaire et élevé par sa grand-mère porteuse également de tuberculose. L'enfant a survécu et n'a pas développé de tuberculose. Au cours des sept prochaines années, plus de100 000 enfants ont été vaccinés. Le vaccin a été facilement accepté dans une grande partie de l'Europe.
En savoir plus

140 En savoir plus

Profil immunohistochimique et molculaire des cancers colorectaux : Exprience du service danatomie pathologique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Profil immunohistochimique et molculaire des cancers colorectaux : Exprience du service danatomie pathologique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Le traitement repose classiquement sur la résection chirurgicale carcinologique, associée ou non à la radiothérapie et/ou à la chimiothérapie et de plus en plus sur la thérapie ciblée. Notre étude a eu lieu au sein du service d’anatomie pathologique du CHU Mohammed VI de Marrakech. Le but de ce travail rétrospectif et prospectif est d’une part, d'établir le profil moléculaire via la recherche de mutations KRAS/NRAS/BRAF afin de prédire la réponse aux anti-EGFR et redresser le traitement dans certains stades avancés de la maladie et d’autre part, de définir le profil immuno-histochimique pour identifier le statut MMR fonctionnel ou MMR défaillant afin d’identifier les patients porteurs d’un syndrome HNPCC et d’envisager un traitement adjuvant chez les patients de stade II approchant ainsi l’instabilité micro- satellitaire des CCR.
En savoir plus

111 En savoir plus

Profil épidémiologique, clinique et thérapeutique des péritonites aigues: étude rétrospective sur 2 ans au CHU Mohamed VI de Marrakech

Profil épidémiologique, clinique et thérapeutique des péritonites aigues: étude rétrospective sur 2 ans au CHU Mohamed VI de Marrakech

Abstract: Acute generalized peritonitis is defined as a brutal and diffused inflammation of the peritoneal serous. The aim of our study is to determine the frequency, the epidemiological, clinical and therapeutic features of acute generalized peritonitis at the UHC Mohamed VI of Marrakesh. We proceed to a retrospective study over a period of 2 years from 1st January 2009 to 31th December 2010, we included in the study 360 patients whose age exceeds 15 years and who presented in the emergency departement an acute generalized peritonitis diagnosed on a range of clinical and paraclinical features. 327 were men (91%) and 33 were women (9%) with a sex ratio of 9.9. The average age of patients was 39.2 years and ranged from 15 to 77 years. The following causes were found: perforations of gastro duodenal ulcers (53.8%), complicated appendicitis (32.7%), other causes of peritonitis such as post-traumatic peritonitis, postoperative peritonitis, peritonitis by tumoral perforation , biliary peritonitis and pelvic inflammatory disease accounts for 13.5% of cases. Complications were noted in 36 patients (10%) dominated by parietal suppurations in 31 cases (8.61%). The mortality rate is 1.38%, due mainly to septic shock and multiple organ failure. In conclusion, the most common causes of peritonitis are, on the first position, perforations of gastro duodenal ulcers followed by complicated appendicitis. Mortality and morbidity especially parietal’s one are not negligible.
En savoir plus

129 En savoir plus

Show all 8593 documents...

Sujets connexes