Haut PDF Profil épidémiologique, clinique et thérapeutique des péritonites aigues: étude rétrospective sur 2 ans au CHU Mohamed VI de Marrakech

Profil épidémiologique, clinique et thérapeutique des péritonites aigues: étude rétrospective sur 2 ans au CHU Mohamed VI de Marrakech

Profil épidémiologique, clinique et thérapeutique des péritonites aigues: étude rétrospective sur 2 ans au CHU Mohamed VI de Marrakech

Résumé : La péritonite aigue généralisée se définit comme l’inflammation brutale et diffuse de la séreuse péritonéale. L’objectif de notre étude est de déterminer la fréquence, les aspects épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques des péritonites aigues généralisées au CHU Mohamed VI de Marrakech. Nous avons procédé à une étude rétrospective sur une période de 2 ans, du 1er janvier 2009 au 31 Décembre 2010, sont inclus dans l’étude 360 patients dont l’âge est supérieur à 15 ans et qui se sont présentés aux urgences pour une péritonite aigue généralisée diagnostiquée sur un ensemble d’éléments cliniques et paracliniques. Il s’agit de 327 hommes (91%) et de 33 femmes (9%) soit un sexe ratio de 9,9. L’age moyen des patients était de 39,2 ans avec des extrêmes de 15 à 77 ans. Les étiologies suivantes ont été retrouvées: les perforations d’ulcères gastroduodénaux (53,8%), les appendicites compliquée (32,7%), les autres causes de péritonites notamment les péritonites post-traumatiques, post- opératoires, péritonites par perforation tumorale, biliaires et les pélvipéritonites ne représente que 13,5% des cas. Des complications ont été notées chez 36 patients (10%) dominées par la suppuration pariétale chez 31 cas (8,61%). Le taux de mortalité est de 1,38%, due surtout au choc septique et à la défaillance multiviscérale. En conclusion, les perforations d’ulcères gastroduodénaux, en premier, suivies des appendicites compliquées sont les causes les plus fréquentes. La mortalité et la morbidité surtout pariétale ne sont pas négligeables.
En savoir plus

129 En savoir plus

Etude épidémiologique, clinique et thérapeutique de la coqueluche au service de Pédiatrie A du CHU Mohamed VI de Marrakech de 2009 à 2011

Etude épidémiologique, clinique et thérapeutique de la coqueluche au service de Pédiatrie A du CHU Mohamed VI de Marrakech de 2009 à 2011

La coqueluche est une toxi-infection bactérienne due au Bordetella pertussis. Particulièrement grave chez le nourrisson, c’est une maladie en pleine résurgence. Notre objectif est de faire une mise au point sur la maladie et proposer des recommandations pratiques pour un meilleur contrôle de celle-ci. Le travail que nous avons mené, dresse un profil épidémiologique, clinique et thérapeutique de la coqueluche au service de Pédiatrie du CHU de Marrakech, de 2009 à 2011. L’âge moyen des 25 cas de notre étude était de 4,84 mois et 68% avaient moins de 3 mois. Le sexe ratio H/F était de 1,27. Un contaminateur probable dans l’entourage a été identifié dans 28% des cas. Dix-huit enfants étaient en âge d’être vaccinés et parmi eux 64% avaient reçu la dose de vaccin correspondant à leur âge. Tous les enfants de notre étude présentaient une toux quinteuse évoluant depuis au-moins 2 semaines. Douze pour cent avaient une reprise inspiratoire sonore et 8% présentaient le classique « chant de coq ». Quarante pour cent présentaient des vomissements au décours de la toux ; vingt-quatre pour cent et 16% ont présentés respectivement des accès de cyanose et des apnées. Parmi les 14 enfants qui avaient un hémogramme, une hyper-lymphocytose et une thrombocytose ont été retrouvées dans la majorité des cas. Des mesures symptomatiques ont été entreprises en fonction des cas et le traitement spécifique était l’antibiothérapie par macrolides. L’évolution a été favorable dans la quasi-totalité des cas. La coqueluche reste une maladie grave et mortelle chez le nourrisson, d’où l’intérêt de la vaccination chez ces derniers et les rappels chez les adolescents et adultes afin de réduire la contagiosité.
En savoir plus

85 En savoir plus

Profil épidémiologique, clinique et évolutif de la Maladie Coeliaque dans la région de Marrakech

Profil épidémiologique, clinique et évolutif de la Maladie Coeliaque dans la région de Marrakech

RESUME La maladie coeliaque (MC) est la conséquence d’une hypersensibilité digestive au gluten liée à une anomalie de l’immunité cellulaire survenant chez des sujets génétiquement prédisposés. La lésion muqueuse caractéristique est l’atrophie villositaire totale ou subtotale qui guérit après exclusion du gluten de l’alimentation. Longtemps considérée comme pathologie de l’enfant, on sait actuellement qu’elle peut survenir à tout âge. L’objectif de ce travail est d’étudier les profils clinique, épidémiologique et évolutif chez une série d’enfants atteints de MC. Il s’agit d’une étude rétrospective étalée sur deux ans (entre Janvier 2005 et Juin 2007) et intéressant 87 enfants suivis au service de pédiatrie B du CHU Mohamed VI de Marrakech pour MC. Le diagnostic est basé sur la présence de l’atrophie villositaire. La moyenne d’âge est de 6,58 ans avec une prédominance féminine (58,62%). Le constat important est le retard diagnostique estimé à 5 ans en moyenne depuis le début des symptômes. Le tableau clinique est largement dominé par la forme dite « classique » où la diarrhée chronique constitue le maître symptôme (60% des cas). Ailleurs, le retard staturo-pondéral isolé prédomine (37%). Les associations pathologiques auto-immunes réputées fréquentes sont rares dans notre série : 1cas de diabète de type1. Les anomalies biologiques sont dominées par l’anémie microcytaire. Les lésions histologiques muqueuses prédominantes sont l’atrophie villositaire totale. Le dosage des anticorps n’a été nécessaire que chez 3 patients, tous positifs. Le régime sans gluten, instauré chez tous les enfants, a montré son efficacité chez 95% d’entre eux reflétée par la bonne évolution pondérale. Les 5% restants ont rencontré des problèmes d’observance.
En savoir plus

169 En savoir plus

Profil pidemiologique des couples infertiles pris en charge par le centre de FIV de CHU Mohamed VI de Marrakech

Profil pidemiologique des couples infertiles pris en charge par le centre de FIV de CHU Mohamed VI de Marrakech

Ce travail a pour objectif d’étudier le profil épidémiologique des couples bénéficiant de la fécondation in vitro (FIV) au ventre de PMA du CHU Mohammed VI de Marrakech. Nous avons réalisé une étude auprès de notre service, récoltant de façon rétrospective les dossiers des patients ayant bénéficié de techniques de fécondation in vitro, entre janvier 2017 et décembre 2018. Le nombre total des tentatives était de 119. La moyenne d’âge des patientes était de 30 ans avec des extrêmes allant de 19 à 41, et de 26ans à 59 ans avec une moyenne de 42,5 chez les patients. S’agissant des comportements à risques13% des couples sont exposés au tabagisme. L’infertilité était dans 82,4% des cas primaire et secondaire dans 17,6%. La durée d’infertilité varie entre 1 à 20 ans avec une moyenne de 6,5.L’origine de l’infertilité était masculine dans 44% des cas et féminine dans 36,2 (dont 60,6% tubaire, 15,2% insuffisance ovarienne 9,1% OPK et 12.1% d’origine endometriosique), mixte et inexpliquée dans 6,6% et 13,2% des cas respectivement.
En savoir plus

116 En savoir plus

Profil épidémiologique et clinique du cancer du sein chez la femme au CHU Mohammed VI de Marrakech

Profil épidémiologique et clinique du cancer du sein chez la femme au CHU Mohammed VI de Marrakech

Le cancer du sein est le premier cancer de la femme dans le monde. C’est la première cause de mortalité par cancer féminin. Notre travail concerne une série rétrospective de 209 cas de Cancer du sein hospitalisés au service de gynécologie obstétrique B du CHU Mohammed VI entre Janvier 2005 et Décembre 2009. Le but de notre étude est d’élucider les particularités épidémiologiques et cliniques du cancer du sein chez la femme. L’âge moyen de nos patientes était de 48,9 ans. On a noté une diminution du risque lié aux facteurs hormonaux, la majorité des patientes avait une ménarche après 12ans, une première grossesse précoce, une parité élevée, et une ménopause précoce. Néanmoins, l’allaitement prolongé a été rapporté seulement chez 13,4%, la prise de la pilule constituait 42,5%. Les antécédents familiaux de cancer gynécologique ont été rapportés chez 6,7%. Au plan clinique, le délai moyen de consultation était tardif (8mois), l’atteinte élective du sein gauche (44,9%) et du quadrant supèro-externe (37,3%). L’étude histologique montrait que la majorité des tumeurs était des carcinomes canalaires infiltrants (68,4%) avec un grade histopronostique SBR souvent élevé (II et III : 56,4%), la présence d’emboles vasculaires dans11, 5%. avec des métastases ganglionnaires dans 33,9% .Les récepteurs hormonaux étaient positifs dans 18,6 % cas. Les métastases au moment du diagnostic représentaient 5,7 %.La chirurgie radicale était la plus pratiquée dans 62,2%.Ces résultats pourraient s’expliquer par le diagnostic tardif. D’où la nécessité d’une politique nationale de dépistage précoce pour lutter contre ce problème.
En savoir plus

137 En savoir plus

Occlusions intestinales aigues au CHU Mohammed VI de Marrakech à propos de 103 cas

Occlusions intestinales aigues au CHU Mohammed VI de Marrakech à propos de 103 cas

106 De Juillet 2004 à juillet 2008, une étude rétrospective a été faite sur 103 dossiers de patients admis au service de chirurgie viscérale du CHU Mohamed VI, Pour occlusion intestinale aigue. Le but de cette étude était de réunir les données épidémiologiques et diagnostiques, et évaluer les modalités thérapeutiques et évolutives de l’occlusion intestinale aigue dans notre contexte. Il s’agissait de 67 hommes et 36 femmes avec un âge moyen de 43.4 ans. 44.66 % des malades avaient des antécédents de chirurgie abdominale, avec prédominance de la chirurgie appendiculaire dans (9.70%). Le tableau clinique est polymorphe et varié, le principal symptôme est l’arrêt des matière et gaz retrouvé dans 87.37% avec présence de niveaux hydroaériques à l’ASP dans 88.34% des cas. Les occlusions gréliques sont les plus fréquentes soit (54.36 %). les étiologies sont nombreuses, dominées par les brides et adhérences dans (31.06%), les tumeurs dans (22.33%). Tous les malades opérés ont été abordés par laparotomie.La résection intestinale pour nécrose intestinale a été faite dans 15.53%. Les suites post-opératoires immédiates étaient simples chez 86 malades (83.49%). Par ailleurs, on a noté 3suppurations de paroi (2.97%) ,1 péritonite post- opératoire (0.99 %), 1 éviscération (0.99 %), 1 pneumonie (0.99%) et 1sépticémie (0.99%). La mortalité globale est de 6.93%. On conclue, devant ces résultats, que tous les caractères épidémiologiques de notre série concordent avec la littérature sauf l’âge qui est avancé dans les pays développés, et la fréquence augmentée des hernies étranglées dans les pays en voie de développement. La prise en charge précoce de l’occlusion intestinale aigue à travers une bonne sensibilisation des populations, pourra réduire le taux de morbidité et de mortalité qui sont encore augmentées dans nos pays en voie de développement.
En savoir plus

144 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale des tumeurs crbrales, exprience de dix ans au service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech

Prise en charge chirurgicale des tumeurs crbrales, exprience de dix ans au service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech

Les études de biologie moléculaire prennent une importance croissante. Leur développement commence à apporter des informations d’ordre thérapeutique et pronostique et devrait contribuer ainsi à améliorer la classification histo-pronostique des oligodendrogliomes. Ainsi, la délétion du chromosome 1p et, plus encore, l’association d’une délétion des chromosomes 1p et 19q, retrouvées dans 50 à 80 % des oligodendrogliomes, représentent un facteur prédictif sur la chimiosensibilité éventuelle des oligo de haut grade : le taux de réponse à la chimiothérapie étant de 100 % en cas de perte 1p et de 23,5 % en cas de non perte 1p. Cette délétion influence, par là même, la survie des patients : il a ainsi été démontré que la médiane de survie des patients traités par une chimiothérapie néo-adjuvante de type PCV serait supérieure à 10 ans en cas de la perte du 1p, de 16 mois à 6 ans dans le cas contraire. La valeur prédictive en matière de chimio-sensibilité favorable serait du même ordre pour les oligo de bas grade. À l’inverse, d’autres paramètres tels les délétions 10q ou p16/CDKN2A ou l’augmentation et/ou les mutations de la P53, semblent être des facteurs péjoratifs, mais demandent à être étudiés plus précisément. Dans le même ordre d’idée, des études récentes, parfois contradictoires, semblent montrer que l’expression du gène MGMT (O 6 méthyl guanine méthyl transférase)
En savoir plus

152 En savoir plus

Les mtastases hpatiques des Cancers Colorectaux: exprience du CHU Mohamed VI de Marrakech

Les mtastases hpatiques des Cancers Colorectaux: exprience du CHU Mohamed VI de Marrakech

- l‘examen clinique et l‘évaluation de l‘état général du patient qui Conditionne la poursuite du bilan - L’échographie est l’examen de première intension, souvent à l’origine de la découverte des métastases. elle fait partie du bilan indispensable à condition qu’elle soit réalisée par un opérateur expérimenté [52]. cependant, le scanner Hélicoïdal, l’IRM et le PET-scan sont considérés comme les examens les plus Performants [53.54] .En effet la TDM avec ses reconstructions tridimensionnelles Ou l’IRM avec ses coupes frontales permettent de préciser l’extension, la Localisation des métastases par rapport aux structures biliaires, et aux Vaisseaux portes et sus-hépatiques qui sont les éléments déterminants de la résécabilité [55]. L’IRM avec injection de PC spécifique du foie (Férumoxide) est l’examen préopératoire le plus sensible pour la détection des MH [56]. Une reconstruction tridimensionnelle avec volumétrie peut être réalisée afin D’évaluer le volume du futur foie restant.
En savoir plus

166 En savoir plus

Prise en charge des traumatismes crniens au CHU Mohamed VI de Marrakech exprience de 13 annes de 2002  2014 : Profil pidmiologique

Prise en charge des traumatismes crniens au CHU Mohamed VI de Marrakech exprience de 13 annes de 2002 2014 : Profil pidmiologique

L’hématome extradural résulte de la constitution d’une collection sanguine comprise entre la boîte crânienne et la dure-mère, et le plus souvent associé à une fracture du crâne en regard. Il est la conséquence d’une lésion d’une artère ou veine méningée, plus rarement de la rupture d’un sinus veineux. Son diagnostic est scanographique et sa présentation est celle d’une lentille biconvexe spontanément hyperdense, bien limitée, accompagnée d’un effet de masse sur le parenchyme adjacent. La constitution est en général rapide, même si la décompensation clinique peut prendre plusieurs heures. Cependant, la possible apparition retardée de cette lésion, et cela en particulier chez les enfants, impose une interprétation prudente des images et le renouvellement de l’examen lorsque la réalisation de celui-ci est très précoce [97, 110].
En savoir plus

208 En savoir plus

L'Insuffisance rnale aigue chez l'enfant au CHU de Mohamed VI  Marrakech

L'Insuffisance rnale aigue chez l'enfant au CHU de Mohamed VI Marrakech

La prise en charge commence par l’instauration d’une surveillance rigoureuse, avec bilans des entrées et des sorties toutes les 6 à12 heures. Doivent être comptabilisés tous les apports (intraveineux ou per os) en eau, en sodium, en potassium ainsi que les apports caloriques. Chez les patients en EER, l’ultrafiltration doit être quantifiée précisément. La diurèse doit être mesurée mais sauf indication particulière, il n’est pas nécessaire de poser systématiquement une sonde urinaire. Chez les nourrissons, la pesée des couches permet une estimation suffisante. En dehors des situations de réanimation difficile, l’enfant doit être pesé au moins deux fois par jour. L’examen clinique répété doit apprécier la tolérance de l’IRA : recherche de signes de surcharge hydrosodée, léthargie, vomissements.
En savoir plus

155 En savoir plus

Traitement chirurgical du cancer du rectum : exprience du CHU Mohamed VI de Marrakech

Traitement chirurgical du cancer du rectum : exprience du CHU Mohamed VI de Marrakech

-42- Endoscopiquement, la charnière rectosigmoïdienne est marquée par la troisième valvule muqueuse. La distance à la MA varie considérablement selon que l’on utilise un rectoscope rigide ou un coloscope souple, selon que la mesure se fait lors de la montée de l’appareil ou de son retrait, selon que l’opérateur a réalisé un « débouclage» du coloscope ou non, selon le volume fessier et la position du malade, etc. Comme le montre la (Figure 27), la distance à partir de la marge anale est très variable selon que l’on mesure la face antérieure très courte, avec un cul-de- sac de Douglas parfois à moins de 5 cm de la marge anale chez la femme, ou la face postérieure appuyée sur le sacrum ce qui se traduit en coloscopie par une charnière rectosigmoïdienne parfois mesurée à 18, voire 19 cm de la marge anale. Radiologiquement il s’agit d’une zone repliée sur elle-même avec une modification de calibre de la lumière correspondant au début de l’ampoule rectale. Un cliché de profil, toujours nécessaire, est la meilleure incidence pour analyser l’anatomie du rectum. [7]
En savoir plus

180 En savoir plus

Epidemiologie des cancers digestifs au  CHU MOHAMED VI de Marrakech 2003-2007

Epidemiologie des cancers digestifs au CHU MOHAMED VI de Marrakech 2003-2007

Dans notre étude le carcinome épidermoide était présent chez 86.36% des patients et l’adénocarcinome chez 13.64%. Le carcinome épidermoide peut prendre origine au niveau d l’épithélium malpighien du canal anal ou de l’épithélium transitionnel de la jonction anorectale. Les cancers qui naissent de la jonction anorectale ont des caractéristiques microscopiques particulières, durant la période entre 1970 et 2000, plusieurs descriptions histologiques ont été utilisées comme le carcinome cloacogénique, basaloide, ou transitionnel, actuellement ce sous typage est abandonné sauf pour les carcinomes anaplasiques, à petites cellules et le carcinome à microkystes mucineux [64 ; 65].l’adénocarcinome du canal anal a une ethiopathogénie et un pronostic différent du carcinome épidermoide [57].
En savoir plus

105 En savoir plus

Les Gangrnes de Fournier d'origine anale Une exprience du CHU Mohamed VI de Marrakech

Les Gangrnes de Fournier d'origine anale Une exprience du CHU Mohamed VI de Marrakech

La réanimation n'est pas spécifique. Il s'agit de traiter un état septique grave pouvant se décompenser ou déjà à la phase de choc [12]. Ce traitement n'offre pas de particularité en dehors de l'hypovolémie intense du fait de l'importance de l'oedème. Le profil hémodynamique est donc celui d'un choc hypovolémique et septique. Cette hypovolémie s'accentue en général en postopératoire, volontiers aggravée par une composante hémorragique secondaire aux troubles de coagulation. La correction de l'hypovolémie par remplissage vasculaire préopératoire est indispensable, parfois gêné par la pathologie sous- jacente des malades, souvent porteurs de pathologie cardiovasculaire préalable. Elle nécessite une compensation adaptée en peropératoire et un suivi précis en postopératoire, qui ne peut être réalisé qu'en milieu de soins intensifs, éventuellement à l'aide d'un cathétérisme droit. Le recours aux amines vasoactives est souvent indispensable pour maintenir une pression de perfusion adéquate, en se méfiant de leur effet vasoconstricteur pouvant majorer les lésions ischémiques. La ventilation mécanique est souvent utile dès la période préopératoire pour soulager le travail diaphragmatique, réduire la consommation d'oxygène et améliorer l'hémodynamique, et pour traiter un oedème lésionnel débutant. Elle devra souvent être poursuivie de façon prolongée du fait de la sédation et des pansements itératifs.
En savoir plus

133 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale des tumeurs crbrales, exprience de dix ans au service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech

Prise en charge chirurgicale des tumeurs crbrales, exprience de dix ans au service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech

-156- Abstract Brain tumours represent a frequent pathology in current neurosurgical practice. They are classified according to their histological types and form a heterogeneous group of forecast and variable evolution. Our work is a retrospective study on a period of 10 years, extending from October, 2001 upto December, 2011, of a consecutive series of 838 cases of brain tumours which were recruited and operated in the Neurosurgery service of the CHU Mohammed VI in Marrakesh. The average age of our patients was 41 years, with two extremes starting from 1 year up to 80 years. The majority of patients were between 41 and 50 years old, so according to this study, we realize male ascendancy by sexe ratio 1.17. The clinical picture had been dominated by the intra-cranial syndrome of high pressure (79,59 %), the overdrawn syndrome(50.59 %) and the comitiales crises by (31.02 %) of the cases. The scannographic examination was realized in 95.22 % of the cases .the subject known-tentoriel has been dominant by (64.31 %).The surgical treatment was focused on a diversion of the cerebrospinal fluid in 8.11 % of our series , a macroscopic tumoral exérèse in 82,10 % of the total patients, partial in 14,08 % of the cases, and a simple biopsy in 3,81 % of the patients. The most frequent histological type found was the méningiome in 20.52 % of the sick, followed by the glioblastome in (17.18 %), followed by astrocytomes in (15.39 %) then the tumors of the region sellaire (the pituitary adenoma and the craniopharyngiome) in (10 %), the metastases in (08,83 %). In our series 41,05 % of our patients were sent the oncology service of to get the therapeutic complement with radiotherapy only or associated with a chemotherapy. The post-operative consequences were simple to 669 sick so 79,83 % of the cases, whereas in 169 patients which is 20,16 % of the cases were marked by varied complications. We noted 49 cases of tumoral recurrences that is 5,84 % of the cases.
En savoir plus

203 En savoir plus

Prise en charge des traumatismes hpatiques : Exprience du CHU Mohamed VI, Marrakech

Prise en charge des traumatismes hpatiques : Exprience du CHU Mohamed VI, Marrakech

VI. PHYSIOPATHOLOGIE DES GRANDES HEMORRAGIES HEPATIQUES : Des progrès significatifs dans la gestion des traumatismes abdominaux hémorragiques ont été réalisés au cours des vingt dernières années, grâce notamment, à une meilleure connaissance des phénomènes physiopathologiques, d’une part, du choc hémorragique avec le risque de l’association hypothermie-acidose-coagulopathie et, d’autre part, du syndrome de réponse inflammatoire systémique qui peut induire ou accentuer un syndrome de défaillance multi viscérale (SDMV).

153 En savoir plus

La greffe de la membrane amniotique : Exprience du service dOphtalmologie du CHU Mohamed VI de Marrakech

La greffe de la membrane amniotique : Exprience du service dOphtalmologie du CHU Mohamed VI de Marrakech

 Le stroma cornéen : Représente la majeure partie de l’épaisseur cornéenne, soit environ 450 μm, avasculaire, pauci cellulaire avec moins de 2 ou 3 % du volume en cellules. Il est constitué de collagène type I (75%) et accessoirement de collagène type V et VI. Le diamètre de fibrilles de collagène est constant, il est de 35 nm. L’espacement est aussi constant et il est de 41 nm. L’arrangement des fibres en lamelles parallèles entrelacées et reliées par des ponts inter lamellaires. Tous ces critères sont indispensables à la transparence cornéenne. C’est le collagène du stroma qui assure l’essentiel de la résistance biomécanique de la cornée, maintenant sa forme contre les forces qui s’exercent sur elle (pression intraoculaire en arrière et paupières et pression atmosphérique en avant).
En savoir plus

140 En savoir plus

Evaluation des prescriptions d'antibiotiques dans un service d'accueil des urgences du CHU Mohamed VI de Marrakech

Evaluation des prescriptions d'antibiotiques dans un service d'accueil des urgences du CHU Mohamed VI de Marrakech

3. Prescription assistée par un infectiologue : Un médecin spécialisé en maladies infectieuses, de par sa formation et son expertise clinique peut contribuer à l’amélioration de la qualité des prescriptions. Cette intervention est particulièrement appropriée pour des pathologies peu connues des prescripteurs et dans les situations plus complexes d’infections nosocomiales ou à bactéries multi résistantes. Une étude déjà ancienne [77] avait montré que le recours à l’avis d’un service des maladies infectieuses diminuait les dépenses d’antibiotiques en modifiant les prescriptions dans 34,5% des cas. Dans une autre étude portant sur les bactériémies, Byl et al [78] ont montré que le traitement probabiliste était approprié dans 54% des cas sans recours à un infectiologue, et dans 78% des cas quand l’avis de ce dernier était demandé.
En savoir plus

98 En savoir plus

La mortalit nonatale au sein de service de ranimation nonatale au CHU Mohamed VI de Marrakech

La mortalit nonatale au sein de service de ranimation nonatale au CHU Mohamed VI de Marrakech

agées sont exposées à un risque accru de mort-né et ce, peu importe la parité (11). Vinatier et Coll trouvent que chez les adolescentes, la grossesse est une source de complication qui risque d’être fatales, pour la mère et pour le fœtus (30). En effet les femmes qui tombent enceintes avant l’âge de 18 ans auraient un risque plus élevé de complications de travail et de prématurité et donc de mortalité néonatale. Blondel quant à elle a rapporté que La mortalité périnatale était plus élevée chez les femmes de moins de 20 ans et chez les femmes de 35 ans et plus (31). Même constat pour Akinyemi qui a rapporté que l’âge maternel constitue l’un des déterminants importants de la mortalité néonatale et que les nouveau-nés des femmes âgées de moins de 20 ans ou de plus de 35 ans ont un 50% plus de risque de décès (32). Les femmes plus âgées seraient plus exposées aux morbidités (diabète gestationnel, toxémie gravidique, malformations…) et donc auraient un risque plus important de décès néonatal.
En savoir plus

140 En savoir plus

Prise en charge du mal de pott dans le service de neurochirurgie au CHU Mohamed VI à Marrakech

Prise en charge du mal de pott dans le service de neurochirurgie au CHU Mohamed VI à Marrakech

2-3 L’abcès intradural extra médullaire : (56) Il s’agit d’une entité neurochirurgicale très rare ; souvent isolée ; sans foyer retrouvé de spondylodiscite .Les radiographies du rachis sont donc normales ; faisant souvent erreur de diagnostic .Le tableau clinique est celui d’une compression médullaire d’aggravation progressive à type de paraparésie, des troubles de la marche avec une irritation pyramidale bilatérale succédant une méningite tuberculeuse. La myélographie montre un arrêt brutal, cupuliforme du produit opaque .L’IRM est d’un grand intérêt puisqu’ elle montre l’abcès intradural et extramédullaire, refoulant la moelle, prenant le Gadolinium en périphérie .
En savoir plus

127 En savoir plus

La fivre du nouveau-n : Exprience du service de ranimation nonatale CHU Mohamed VI de Marrakech

La fivre du nouveau-n : Exprience du service de ranimation nonatale CHU Mohamed VI de Marrakech

que même un examen aussi soigneux soit-il ne suffit pas pour éliminer formellement une infection bactérienne potentiellement grave IBPG.[36] On rapporte à ce propos une étude prospective très intéressante de cohorte, réalisée dans 44 états des ÉtatsUnis sur une durée de trois ans par the Pediatric Research in Office Setting (PROS) Network of the American Academy of Pediatrics. Parmi les 776 nouveau-nés fébriles sans aucun signe associé (sur 3066 nourrissons de moins de trois mois) et qui ont été examinés par 573 praticiens de qualité, deux cas de méningites et 19 cas de bactériémies ont été dépistés, soit un pourcentage de 4,1 % au total.[37]
En savoir plus

153 En savoir plus

Show all 10000 documents...

Sujets connexes