Haut PDF Procréation médicalement assistée à Marrakech

Procréation médicalement assistée à Marrakech

Procréation médicalement assistée à Marrakech

L’assistance médicale à la procréation est une discipline qui comprend plusieurs techniques bio-médico-chirurgicales destinées à venir en aide aux couples infertiles en leur offrant la possibilité d’avoir un enfant. Cette étude rétrospective menée sur 5 ans dans le secteur privé de Marrakech, nous a permis d’une certaine mesure d’avoir une idée sur la pratique des techniques de la procréation médicalement assistée dans notre ville et sur les facteurs cliniques et biologiques qui conditionnent le succès de la FIV d’une part et de l’ICSI d’autre part. Pour une approche plus globale de la PMA au Maroc, il serait souhaitable que d’autres études soient menées dans les 14 autres centres existants et surtout qu’un registre national soit mis en place pour pouvoir comparer nos résultats à ceux des autres pays.
En savoir plus

144 En savoir plus

Psychopathologie et procréation médicalement assistée : Comment les couples infertiles élaborent-ils la demande d’enfant ?

Psychopathologie et procréation médicalement assistée : Comment les couples infertiles élaborent-ils la demande d’enfant ?

aujourd’hui associée à la préoccupation de son épanouissement, tend à disqualifier ces choix procréatifs trop tardifs » – les parents (surtout la mère) se devant de rester jeunes le plus longtemps possible. Ce préambule sur les grossesses tardives me paraît d’autant plus important que les soignants sont souvent aux prises avec les normes que la société (et aussi la médecine) admet concernant l’âge acceptable pour avoir des enfants. Les demandes de procréation médicalement assistée sont souvent encadrées par des limites d’âge, variables selon les services hospitaliers, mais les cas individuels sont discutés en réunion d’équipe dans les meilleures hypothèses. Ainsi la demande d’enfant des individus n’est-elle pas toujours superposable à ce que la médecine peut reconnaître comme acceptable. Dans certains services hospitaliers, par exemple, les obstétriciens refusent de recevoir des femmes de plus de 43 ans. Un cas particulier, la grossesse tardive liée au parcours très long de la stérilité peut conduire des femmes et des hommes à transgresser ces règles éthi- ques et à aller voir ailleurs (dans un autre pays) si leur problème peut obtenir une meilleure réponse.
En savoir plus

16 En savoir plus

L'ouverture de la procréation médicalement assistée aux couples de femmes et aux femmes célibataires

L'ouverture de la procréation médicalement assistée aux couples de femmes et aux femmes célibataires

25 A) L’admission jurisprudentielle de l’adoption, par la conjointe de la mère, de l’enfant né de PMA à l’étranger La loi du 17 mai 2013 62 ouvre le mariage et l’adoption aux couples de même sexe. Ainsi, elle ouvre la voie à la parentalité homosexuelle et offre la possibilité d’adopter l’enfant de son conjoint, sans faire de distinction selon son mode de conception 63 . L’ouverture de la PMA aux couples de même sexe avait également été évoquée lors des débats mais, face à l’ampleur que prenaient les manifestations contre le mariage pour tous, le Gouvernement a finalement abandonné cette réforme. Si l’ouverture de la procréation médicalement assistée aux couples de femmes n’a pas été inscrite dans les textes, l’intention du législateur de tolérer de telles pratiques est néanmoins claire puisque les différents amendements qui visaient à interdire l’adoption, par la conjointe, de l’enfant conçu par PMA à l’étranger ont tous été rejetés 64 . Toutefois, en ne réglant pas véritablement la question de l’ouverture de l’assistance médicale à la procréation aux couples de femmes et aux femmes seules, la loi a créé une situation problématique puisqu’elle laisse aux juridictions le soin d’apprécier le caractère frauduleux ou non de l’adoption, par le conjoint, de l’enfant conçu par PMA à l’étranger. Ainsi, pendant plus d’un an, il y a eu de fortes divergences d’interprétations entre les différentes juridictions. Afin de dissuader les couples de femmes qui souhaitaient recourir à une procréation médicalement assistée à l’étranger, certaines juridictions ont refusé de reconnaitre et de prononcer l’adoption au motif qu’un tel contournement des lois françaises constituait une fraude à la loi. 65
En savoir plus

111 En savoir plus

La pratique infirmière en procréation médicalement assistée au sein d’un établissement de santé québécois : une étude autoethnographique

La pratique infirmière en procréation médicalement assistée au sein d’un établissement de santé québécois : une étude autoethnographique

Résumé Problématique : L’infertilité – considérée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme une maladie du système reproducteur – affecte de plus en plus d’hommes et de femmes, soit un couple sur six en âge de procréer au Canada et au Québec. Elle a un impact sur le bien- être physique et mental des patient.e.s, souvent stigmatisé.e.s et isolé.e.s socialement parce que, pour plusieurs, l’infertilité demeure un sujet tabou. L’infertilité est traitée en procréation médicalement assistée (PMA) où les patient.e.s-familles sont accompagné.e.s par des infirmières dont la pratique est complexe et diversifiée, mais méconnue. But : L’étude avait pour but d’explorer la pratique infirmière en PMA dans un établissement de santé québécois. Méthode : Le devis retenu est une autoethnographie où l’étudiante-chercheuse a mis à profit son expérience comme patiente et comme infirmière en PMA. Des entretiens semi-dirigés, une observation participante et un journal de terrain ont été employés pour la collecte des données. Une analyse thématique a été réalisée. Résultats : L’expérience des patient.e.s-familles en infertilité est au cœur de la pratique infirmière et l’une des principales dimensions de cette pratique est le soin relationnel, peu importe les sphères d’activités auxquelles les infirmières sont affectées au sein de la clinique. Les autres dimensions rapportées sont le leadership/advocacy, l’apprentissage/enseignement, la collaboration et les interventions techniques. Ces résultats correspondent à l’expérience de l’étudiante-chercheuse, tant à titre de patiente que d’infirmière en PMA. Retombées : L’étudiante-chercheuse a documenté la pratique infirmière en PMA, mettant en valeur une méthode peu usitée en sciences infirmières : l’autoethnographie.
En savoir plus

362 En savoir plus

Désir d'enfant, procréation médicalement assistée et adoption : réflexion sur la définition des liens de parenté

Désir d'enfant, procréation médicalement assistée et adoption : réflexion sur la définition des liens de parenté

lointaine ou hypothétique, de retrouvailles possibles. Des renseignements médicaux peuvent être transmis confidentiellement en cas de préjudice grave, mais aux seules autorités médicales. Le secret des origines demeure pour l’enfant hermétique » (Philips Nootens et Lavallée 2003 : 352). Le fait également que cette confidentialité, dans le cas de la procréation médicalement assistée, soit imposée par le corps médical est hautement critiquable; cette attitude, à bien des égards, satisfait l’intérêt des parents et celui des milieux médicaux (elle permet aux cliniques de gérer la circulation des gamètes sans devoir porter une attention particulière aux conséquences psychiques de celle-ci), mais interroge très peu l’intérêt de l’enfant à naître. Mis de l’avant dans le but de privilégier une filiation sociale (au lieu d’une filiation strictement génétique), le principe de la confidentialité a tout de même pour effet d’empêcher l’enfant de connaître ses origines biologiques. En adoption, les législations sont aujourd’hui beaucoup plus souples et le contrôle de l’information sur les circonstances relatives à la naissance des adoptés fait aussi l’objet de débats et de revendications au sein de la société et des groupes d’acteurs impliqués, ce qui n’est (encore) pas le cas dans les procréations médicales avec donneur. Une situation sujette à changement si les enfants issus de ces techniques, une fois adultes, revendiquent le droit d’accès à leurs origines et réclament la levée de l’anonymat 79 .
En savoir plus

465 En savoir plus

Risques épigénétiques de la procréation médicalement assistée : enjeux éthiques pour les parents, les futurs enfants et les professionnels de la santé

Risques épigénétiques de la procréation médicalement assistée : enjeux éthiques pour les parents, les futurs enfants et les professionnels de la santé

Résumé La procréation médicalement assistée (PMA) permet à beaucoup d’individus infertiles de concevoir un enfant qui leur est génétiquement lié. Cependant, des données scientifiques émergentes suggèrent que la PMA pourrait entraîner des risques épigénétiques pour les futurs enfants. Conformément à l'hypothèse des origines développementales de la santé et des maladies, la PMA pourrait augmenter le risque de développer des maladies à apparition tardive par des mécanismes épigénétiques, car l’hyperovulation, les méthodes de fécondation et la culture embryonnaire pourraient nuire à la reprogrammation épigénétique de l'embryon. De tels risques épigénétiques soulèvent des enjeux éthiques pour toutes les parties prenantes: les futurs parents et enfants, les professionnels de la santé, et la société. Ce mémoire se concentre sur les questions éthiques soulevées par la prise en compte de ces risques lors de l'utilisation de la PMA. Pour mettre en lumière ces enjeux, nous utilisons l’approche principiste. Nous argüons qu'une tension éthique peut émerger entre le respect de l'autonomie procréative des parents d’intention et le devoir de minimiser les risques pour les enfants potentiels. Une seconde tension éthique peut émerger entre le droit des parents d’intention de faire un choix éclairé, et la réticence que peuvent avoir les professionnels de la santé de communiquer l’information sur les risques épigénétiques de la PMA, étant donné la validité incertaine de ces informations. Nous explorons aussi le risque de conflits d’intérêts pour les cliniciens des cliniques de PMA.
En savoir plus

108 En savoir plus

La procréation médicalement assistée et le droit des enfants qui en sont issus à la connaissance de leurs origines

La procréation médicalement assistée et le droit des enfants qui en sont issus à la connaissance de leurs origines

http://www.usherbrooke.ca/droit/fileadmin/sites/droit/documents/RDUS/volume_41/41-1-cousineau.PDF (page consultée le 19 novembre 2013). 12 Ni la législation québécoise ni la législation canadienne ne fixent d’âge maximal en vue de recourir à une procédure de PMA. La Loi sur les activités cliniques et de recherche en matière de procréation assistée, L.R.Q., c. A-5.01 précise néanmoins qu’ « [a]fin de se conformer aux normes médicalement reconnues, lesquelles visent notamment à assurer la santé de la femme et de l'enfant, aucun embryon ne peut être transféré chez une femme qui n'est plus en âge de procréer » (article 10). Étant donné que les chances de réussite diminuent avec l’âge, les centres de procréation assistée fixent leurs propres règles quant à l’admissibilité d’une patiente à la PMA. Par exemple, la clinique OVO affiche sur son site que la FIV ou l’insémination artificielle ne sont offertes qu’aux femmes de moins de 43 ans. Néanmoins, la clinique OVO indique que ces femmes pourront recourir à un don d’ovocytes jusqu’à l’âge de 51 ans et 11 mois : OVO, Nos services. Fécondation in vitro, en ligne : http://www.cliniqueovo.com/ovo- fertilite/index.asp?page=Fecondation_In_vitro (page consultée le 19 novembre 2013).
En savoir plus

126 En savoir plus

Le refus de traitement en procréation médicalement assistée au Québec

Le refus de traitement en procréation médicalement assistée au Québec

1. Introduction Depuis l’utilisation de la fécondation in vitro (FIV) qui a mené à la naissance d’un être humain à la fin des années 70, les technologies de procréation médicalement assistée (PMA) se sont grandement développées (Ajayi & Dibosa-Osadolor, 2013). Cette avancée technologique a redéfini la perception de la reproduction humaine et a permis l’ouverture de cliniques spécialisées en procréation assistée dans le monde entier. En réponse à cette spécialisation, de nombreux pays ont adopté dans les trois dernières décennies des lois afin de réglementer l’utilisation des technologies de procréation assistée (Busardo et coll., 2014). Bien que ce ne soit pas tous les pays qui l’aient fait, une tendance se dessine depuis le début des années 2000 afin de mieux encadrer cette spécialisation de la médecine. Certains pays, dont l’Australie et l’Espagne, se sont tournés vers la promotion de standards promulgués par des agences de réglementation (Ajayi & Dibosa-Osadolor, 2013). En plus d’établir les critères de bonnes pratiques en matière de procréation assistée, ces agences agréent les cliniques souhaitant offrir ce service à la population. Pour certains chercheurs, il s’agit de mesures nécessaires afin d’assurer la protection du public, notamment des femmes faisant appel à la PMA, et de répondre à des enjeux ayant de grands impacts sociaux, culturels et économiques (Zachia et coll., 2011).
En savoir plus

93 En savoir plus

Transition à la maternité et expérience des soins des femmes lesbiennes enceintes via le recours à la procréation médicalement assistée

Transition à la maternité et expérience des soins des femmes lesbiennes enceintes via le recours à la procréation médicalement assistée

banques de gamètes à l’extérieur du Canada seulement et son utilisation est aux frais du couple ou de la femme qui souhaite y recourir. En effet, au Québec, le don de gamètes anonyme (donneur à identité fermée) est le seul à être remboursé par le gouvernement. Au plan international, d’importantes avancées technologiques ont été réalisées dans le domaine de la PMA depuis les dernières années : celles-ci permettent à la fois un plus grand nombre de grossesses fructueuses ainsi qu’un contexte plus sécuritaire autant pour la future mère que le bébé à naître (Brezina et al., 2012). Au Québec, le Collège des médecins du Québec (2015) remarque que la population porte un intérêt grandissant aux activités de PMA. Les données du Registre canadien des techniques de procréation assistée (RCTPA) font état d’une augmentation constante du nombre d’interventions pratiquées entre 1999 et 2008 (Bushnik et al., 2012). En ce sens, en août 2010, le gouvernement québécois a mis en place un programme remboursant de nombreux frais liés aux traitements de PMA, la rendant ainsi plus accessible à tous (ce programme remboursait l’ensemble des techniques PMA ainsi que trois cycles complets de FIV 4 ). Ces progrès observés dans le domaine de la médecine reproductive, combinés à la législation québécoise avantageuse pour les familles homoparentales et le programme de financement, semblent avoir contribué à créer une conjoncture qui a permis à bon nombre de femmes lesbiennes d’avoir recours à la PMA afin de concrétiser leur projet d’enfant.
En savoir plus

228 En savoir plus

Cryoconservation spermatique dans le cadre d’un cancer masculin : incidence sur le déroulement de la grossesse, l’accouchement et l’état néonatal : étude comparative au centre de Procréation Médicalement Assistée du Centre Hospitalier Universitaire de Gre

Cryoconservation spermatique dans le cadre d’un cancer masculin : incidence sur le déroulement de la grossesse, l’accouchement et l’état néonatal : étude comparative au centre de Procréation Médicalement Assistée du Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble

Objectif : L’incidence des cancers masculins en France est en augmentation. Avant tout traitement anti-cancéreux, il est nécessaire d’avoir recours à une préservation de fertilité. Les paillettes alors conservées pourront être utilisées en Aide Médicale à la Procréation et pourront donner lieu à d’éventuelles grossesses. L’objectif de la présente étude est d’identifier les éventuelles complications de ces grossesses. Matériel et méthode : Il s’agit d’une étude rétrospective, cas- témoins. La population cas obtenant une grossesse après préservation de la fertilité a été comparée à une population témoin ayant obtenu une grossesse spontanée. Les variables comparées étaient les pathologies maternelles pendant la grossesse, le mode de début de travail, l’accouchement, le terme et le devenir néonatal (poids, Apgar, éventuel transfert en néonatologie).
En savoir plus

39 En savoir plus

ARTheque - STEF - ENS Cachan | Enjeux éthiques de la procréation médicalement assistée : quiproquos dans la population genevoise

ARTheque - STEF - ENS Cachan | Enjeux éthiques de la procréation médicalement assistée : quiproquos dans la population genevoise

Lorsque la formule était négative, les personnes interrogées se sont révélées être plus opposées que les autres au don de sperme ou d'ovules, à l'anonymat des donneurs, à la conservation[r]

6 En savoir plus

Procréations médicalement assistées, sexualité et religions. Circulation sexuelle des gamètes en islam et dans les autres monothéismes

Procréations médicalement assistées, sexualité et religions. Circulation sexuelle des gamètes en islam et dans les autres monothéismes

3 Les techniques de procréation médicalement assistées ont rapidement été adoptées par de nombreux pays musulmans. La rapidité avec laquelle les autorités religieuses de ces pays ont accepté ces nouvelles techniques témoigne que le fait de dissocier la procréation de la sexualité n’est pas en soi un problème en islam dans la mesure où la sexualité, comme dans le judaïsme, peut avoir une finalité non procréative mais hédoniste. C’est moins le cas dans le catholicisme romain qui, liant de façon très étroite la sexualité à la procréation, rattache de façon tout aussi étroite la procréation à la sexualité, et par conséquent interdit toute forme de procréation médicalement assistée, qu’elle soit intraconjugale ou qu’elle implique un tiers. Les dernières instructions aux croyants de la Congrégation pour la doctrine de la foi (2008) légitiment l’interdiction des procréations médicalement assistées par cette séparation de la procréation et de la sexualité bien que ce dernier terme ne soit pas prononcé, mais que soit évoquée « la dissociation de la procréation du contexte intégralement personnel de l’acte conjugal ».
En savoir plus

13 En savoir plus

L'assistance médicale à la procréation en droit international privé comparé

L'assistance médicale à la procréation en droit international privé comparé

103 assistée aux personnes indépendamment de leur orientation sexuelle. D’où la création de familles composées par deux parents de même sexe, d’abord entre des couples de femmes, et par la suite entre couples d’hommes avec l’apport d’une gestatrice. Cette nouvelle réalité a été suivie par l’institution dans certains ordres juridiques d’un double lien de filiation monosexué. En Belgique, en Angleterre, en Suède, au Québec et aux Pays-Bas, on a prévu à l’instar des filiations traditionnelles la création automatique d’un nouveau lien de filiation immédiatement après la naissance de l’enfant conçu par procréation médicalement assistée. Assez souvent, la création de ces liens de filiation inédits nécessite l’intervention d’une autorité publique ou d’une juridiction. En outre, la possibilité de cryoconservation du matériel génétique étend les limites temporelles du recours à la procréation en la rendant possible même après le décès du géniteur, voire de la génitrice. L’assistance à la procréation post mortem permet, de la sorte, la réalisation d’un projet parental qui aurait pu se former avant le décès d’un des deux membres d’un couple. Ce processus, relativement marginal dans la pratique internationale, entraîne néanmoins, des difficultés nouvelles telles que celle du lien de filiation avec la personne décédée. Ce lien est admis dans des pays comme la Grèce et l’Angleterre, et refusé en Belgique. Des différences subsistent en ce qui concerne les effets du lien de filiation sur le plan de la succession. En Grèce, les effets successoraux sont admis explicitement, ce qui n’est pas le cas pour la Belgique et dans une moindre mesure pour le Royaume-Uni. Par ailleurs, des différences subsistent aussi par rapport à la réglementation de l’accès à la procréation médicalement assistée la moins controversée, à savoir celle qui concerne un couple hétérosexuel. La diversité des approches adoptées ne concerne pas seulement les règles substantielles, mais aussi les méthodes empruntées. Ainsi, en matière de gestation pour autrui, des différences sensibles existent d’un ordre juridique à l’autre. En Grèce, le lien de parenté de l’enfant est réglé avant la naissance, contrairement à la réglementation anglaise. Une autre différence tient à la nature des décisions relative à la détermination du lien de filiation qui varie d’un ordre juridique à l’autre. En Angleterre, le parental order est de nature décisionnelle bien que le terme utilisé suggère le contraire. Par opposition, en Grèce, la décision d’autorisation pour une gestation pour autrui est de nature administrative, puisque les juges procèdent à un strict contrôle de légalité 213 . Enfin, il
En savoir plus

638 En savoir plus

Enfant de qui ? Procréation assistée et filiation en Suisse et au Québec

Enfant de qui ? Procréation assistée et filiation en Suisse et au Québec

s’intégrer plutôt bien à la conception juridique suisse de la filiation 135 , elle peut être déroutante au Québec, où la vérité socio-affective est nettement privilégiée. F. C ONCLUSION Les bouleversements scientifiques des dernières décennies ont concrétisé des fantasmes millénaires de contrôle de la procréation. D’un côté, la maîtrise des techniques de procréation médicalement assistée a permis de pallier à la stérilité avant d’être étendue à d’autres types de demandes, motivées par des considérations de moins en moins thérapeutiques. De l’autre, le déchiffrage du code génétique a permis, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, de connaître avec certitude la vérité sur l’ascendance biologique d’un individu. Ces développements ont eu des effets divergents et potentiellement contradictoires sur la notion de filiation. Alors que la procréation assistée complexifie cette dernière et interroge ses fonctions et sa nature, l’avènement de la génétique séduit par une objective simplicité. Un équilibre réussi entre ces techniques scientifiques doit donc trouver un ancrage juridique dans une définition aussi cohérente que possible des règles relatives à l’établissement de la filiation, d’une part, et à la preuve de la filiation, d’autre part. Or cet équilibre doit tenir compte de développements d’une autre nature, qui en constituent la toile de fond. L’évolution des mœurs a en effet accentué le tiraillement idéologique initié par la science. En prônant individualisme, laïcité et égalité, la société occidentale de la fin du XX ème siècle a commencé à façonner le visage d’une famille nouvelle, à la fois plus ouverte et plus insaisissable. Avant d’examiner quelles sont les solutions juridiques retenues en Suisse et au Québec à l’heure des nouvelles technologies pour redéfinir l’équilibre entre les différentes composantes de la filiation, il convient donc de tenir compte des mouvements sociaux qui ont fait évoluer la famille par le passé et de l’impact de tels changements sur la définition de la filiation.
En savoir plus

125 En savoir plus

La procréation assistée au Québec: de la science de laboratoire au service public

La procréation assistée au Québec: de la science de laboratoire au service public

spécifiquement deux types de pratiques qui sont jugées non sécuritaires pour les femmes et les enfants qui pourraient en être issus. La première interdiction vise le transfert d’embryon chez une femme qui n’est plus en âge de procréer. 101 Le gouvernement prend d’ailleurs bien soin d’indiquer que cette restriction, que certains pourraient percevoir comme une restriction à l’autonomie décisionnelle des femmes 102 , est faite pour assurer la santé de la femme et de l’enfant et se conformer aux normes médicalement reconnues. Il n’invoque pas à cet égard une quelconque considération éthique. Cette restriction est appréciable et soulève plusieurs questions importantes mais rejoint les objectifs de santé des femmes et de santé publique recherchés par le gouvernement. Certaines données scientifiques démontrent en effet que les femmes plus âgées ayant recours aux techniques de procréation assistée courent un plus grand risque pour leur santé et celle de l’enfant qu’elles pourraient porter 103 . Les coûts sociaux engendrés par ce phénomène sont aussi susceptibles d’être importants. On peut notamment penser aux probabilités que les enfants nés de mères ayant dépassé l’âge de procréer se retrouvent orphelins avant même d’avoir atteint l’âge de la maturité. 104 Ce sont à notre avis, principalement ces coûts potentiels pour la société qui ont justifié le gouvernement d’interdire cette pratique.
En savoir plus

134 En savoir plus

Utilisation de la reproduction médicalement assistée, les grossesses multiples et les malformations congénitales majeures

Utilisation de la reproduction médicalement assistée, les grossesses multiples et les malformations congénitales majeures

118 NE = non-évalué; CC: Clomiphene citrate; CI: Confidence interval; CS: Conception spontanée; FIV: Fécondation in vitro; FSH: Hormone folliculostimulante ou Follicle-stimulating hormone; GnRH: Hormone de libération des gonadotrophines hypophysaires ou Gonadotropin-releasing hormone; hCG: Gonadotrophine chorionique humaine ou Human chorionic gonadotropin; hMG: Gonadotrophine menopausal humaine ou Human menopausal gonadotropin; IC: Intervalle de confiance; IICS: Injection intracytoplasmique de spermatozoïdes; IMC: Indice de masse corporelle : IIU: Insémination intra-utérine : LH: Hormone lutéinisante ou Luteinizing hormone; MCM: Malformations congénitales majeures : NTD: Neural tube defect : OR: Ratio de cotes ou odds ratio; SOPK: Syndrome des ovaires polykystiques; rFSH: FSH recombiné ou recombinant FSH; PMA: Procréation médicalement assisté; RR: risque relatif ou Risk Ratio; SO: Stimulation ovarienne; uFSH: FSH urinaire ou urinary FSH ; ZIFT: Transfert intra-tubaire de zygote ou Zygote intrafallopian transfer; DZ: Dizygotique; NBDPS: National Birth Defect Prevention Study; REDCB: BD Registry of the city of Barcelona.
En savoir plus

674 En savoir plus

Enquête nationale sur les questions d’ordre sociétal en aide médicale à la procréation auprès des spécialistes français en assistance médicale à la procréation

Enquête nationale sur les questions d’ordre sociétal en aide médicale à la procréation auprès des spécialistes français en assistance médicale à la procréation

exemple en Allemagne, depuis la restriction financière de la prise en charge en 2004, le nombre de naissances par procréation médicalement assistée a fortement chuté. X. Départ à l’étranger La disparité du cadre légal dans le monde entraîne un tourisme procréatif, c’est à dire une prise en charge en AMP transfrontalière qui permet aux personnes ayant un problème de fertilité d’avoir une descendance grâce aux techniques de procréation d’un autre pays. Ce phénomène, largement étudié dans la littérature, est lié à l’interdiction de certaines techniques ou au fait que les conditions d’accès ne s’appliquent pas à tous les modèles familiaux actuels (162). Dans cette enquête, on retrouvait que 84,8% des participants souhaitaient soutenir les démarches des français à l’étranger. Seulement, la grande majorité (62,5%) n’acceptaient que si aucune prise en charge en France n’était possible. Ces résultats rejoignent ceux de Rozée- Gomez et al. qui retrouvait que dans 86% des cas les patients étaient accompagnés par des gynécologues français en plus des équipes étrangères (163). Cependant, ce double suivi peut être problématique pour les patients puisque les protocoles de soin ne sont pas forcément identiques d’un pays à l’autre.
En savoir plus

116 En savoir plus

Assistance médicale à la procréation  et cardiopathies congénitales : études en population

Assistance médicale à la procréation et cardiopathies congénitales : études en population

Nous avons conduit des analyses par régression logistique basée sur un modèle par analyses de cheminement (path-analysis), pour décomposer l’effet total associé à l’AMP sur le risque d[r]

269 En savoir plus

La place du pharmacien d'officine dans l'accompagnement des couples vers la procréation

La place du pharmacien d'officine dans l'accompagnement des couples vers la procréation

46 III. Informer les couples sur l’assistance médicale à la procréation Comme le souhaite l’agence de la biomédecine, le pharmacien doit participer à l’information concernant l’AMP et doit lutter contre les nombreuses idées reçues (43). Par exemple, l’AMP ne permet pas « d’avoir des enfants à n’importe quel âge ». Les chances de grossesses après insémination intra-utérine et FIV diminuent après 40 ans et le nombre de fausses couches liées à l’âge augmente. De plus, le parcours en AMP n’est pas « le même pour tout le monde ». L’AMP est une médecine personnalisée. Le choix de la technique dépendra de la cause de fertilité du couple et de son histoire. C’est la raison pour laquelle un bilan médical, concernant à la fois l’homme et la femme, est systématiquement réalisé avant toute décision d’AMP.
En savoir plus

118 En savoir plus

Le retentissement de l'infertilité et de l'assistance médicale à la procréation sur la sexualité des couples

Le retentissement de l'infertilité et de l'assistance médicale à la procréation sur la sexualité des couples

VII-Discussion Dans cette situation de couple surmédicalisée faite pour répondre à un désir d'enfant, nous pouvons nous poser la question de la place faite à l’amour, à la sexualité et à la spontanéité. L’assistance médicale à la procréation ne centre-t-elle pas le couple sur leur sexualité en dépit de la relation amoureuse ? Les couples n’ont-ils pas tendance à oublier qu’amour et désir sont les moteurs de leur sexualité ? L’AMP bouleverse ce schéma rendant la sexualité pour procréer parfois plus forte que l’amour des deux partenaires. Certains sujets auront besoin d’être soutenus, aidés psychologiquement afin de ne pas perdre de vue ce qui fait leur couple. Cependant, la place de l’amour chez l’homme et la femme diffère, chacun exprimant, ressentant ce sentiment en fonction de ses difficultés sexuelles ou de son vécu. Plusieurs étapes sont distinguées au cours de la prise en charge [8] :
En savoir plus

110 En savoir plus

Show all 843 documents...