Haut PDF Prise en charge des noyades en ranimation pdiatrique

Prise en charge des noyades en ranimation pdiatrique

Prise en charge des noyades en ranimation pdiatrique

Figure 38 : Taux de noyade par 100 000 habitants par an chez les jeunes de moins de 20 ans en 2004 [44] 2. Impact économique de la noyade En dépit de la rareté des données fiables et comparables, les estimations disponibles semblent indiquer que les noyades ont de sérieuses conséquences économiques. En effet, le coût moyen d’hospitalisation aux états unis pour noyade non mortelle s’élève à 14 000 US$ par cas et pouvant atteindre les 100 000 US$ [45]. En Australie, on a constaté que le coût moyen par noyade excédait celui de tout autre type de traumatisme compte tenu des coûts directs et indirects [46].
En savoir plus

190 En savoir plus

Les polyradiculonvrites aigues en milieu de ranimation pdiatrique : profil pidmiologique et prise en charge thrapeutique

Les polyradiculonvrites aigues en milieu de ranimation pdiatrique : profil pidmiologique et prise en charge thrapeutique

b. Efficacité et protocoles La première étude à avoir démontré l’efficacité des immunoglobulines dans la prise en charge du SGB s’est déroulée en 1992 {72}.Elle a été suivie après par des études plus récentes, dont une étude Néerlandaise, de Van der Meché et Dutch Guillain-Barré Study Group qui a comparé les échanges plasmatiques durant les 14 premiers jours et les immunoglobulines à dose de 0,4g /kg/j pendant 5 jours. Cette étude a confirmé que ces derniers sont au moins aussi efficaces que les échanges plasmatiques avec moins d’effets secondaires {73}.
En savoir plus

125 En savoir plus

pidmiologie des envenimations viprines en unit de  ranimation pdiatrique de l'hpital d'enfants de Marrakech

pidmiologie des envenimations viprines en unit de ranimation pdiatrique de l'hpital d'enfants de Marrakech

Les morsures de vipères constituent des urgences médicales responsables d’une forte morbimortalité dans le monde. Leur présentation clinique est polymorphe et potentiellement fatale. L’objectif de notre étude est d’établir le profil des envenimations vipérines dans notre contexte, leur gravité, ainsi que la prise en charge des enfants victimes de morsures de vipères dans notre structure. Les différents aspects clinico-biologiques, la physiopathologie, la toxicocinétique du venin ainsi que les facteurs de risque de gravité seront discutés le traitement des envenimations vipérines repose sur l’immunothérapie antivenimeuse par immunoglobulines spécifiques. Leur efficacité sur les signes généraux d’envenimation et leur tolérance ne sont plus à prouver. Les protocoles proposés dans notre contexte reposent sur une prise en charge symptomatique médico-chirurgicale en l’absence d’une immunothérapie spécifique. Il est ainsi fort nécessaire de développer une immunothérapie spécifique au venin des espèces Marocaines, seul garant d’une prise en charge efficace et efficiente, visant à améliorer le pronostic des envenimations, à réduire la morbi-mortalité ainsi que la durée de séjour.
En savoir plus

171 En savoir plus

Information  et place des familles de patients en ranimation pdiatrique Enqute auprs des familles et du personnel soignant

Information et place des familles de patients en ranimation pdiatrique Enqute auprs des familles et du personnel soignant

3.3 Particularités de la réanimation pédiatrique La réanimation pédiatrique reçoit les enfants pour une prise en charge intensive pour des états graves du fait d’une affection aiguë ou de la décompensation d’une affection chronique. En effet, la prise en charge de ces malades nécessite le recours à la haute technologie, par l’utilisation d’un appareillage perfectionné, afin de suppléer aux défaillances « multi-viscérales ». De même, elle requiert la compétence d’une équipe médicale et paramédicale formée à cette spécialité. Cette phase aiguë responsable d’une hospitalisation singulière de l’être cher pour toute famille, peut aller de quelques heures à quelques jours. Et dans tous les tableaux graves, l’évolution est rarement d’une progression positive constante. Et selon le cas, cette variation de l’état de santé peut perdurer pendant des jours voire des semaines. Pendant cette période difficile, l’équipe soignante va devoir aussi s’occuper de l’entourage proche du malade, que l’on nomme communément famille.
En savoir plus

121 En savoir plus

Le Profil des dcs prcoces au service de ranimation pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Le Profil des dcs prcoces au service de ranimation pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Figure20: Répartition des patients décédés selon les antécédents pathologiques . XI. Traitements entrepris : La prise en charge de tous les patients étaient instaurées selon le diagnostic d’admission et l’état des malades, ainsi 76% des patients avaient bénéficié d’une réhydratation (SSI 0.09%, SG5%, SG10%, SG30%), les drogues vaso-actives étaient administrées pour 56% des patients (adrénaline, noradrénaline…), le massage cardiaque externe était entrepris chez 56% des patients et 53% des patients avaient bénéficié d’une antibiothérapie. (Tableau XIX, Figure 21, 22,23)
En savoir plus

114 En savoir plus

La thrombophlbite crbrale en milieu de ranimation pdiatrique (A propos de 16 cas)

La thrombophlbite crbrale en milieu de ranimation pdiatrique (A propos de 16 cas)

En résumé, Sur le plan mondial, il existe des différences considérables dans la prise en charge des TVC [81], néanmoins l’héparinothérapie (HBPN ou HNF) a fait la preuve de son efficacité à la phase aigüe. La thrombolyse locale ou la thrombectomie seraient des alternatives chez les patients comateux ou dont l’état clinique se détériore malgré une anticoagulation bien conduite. La chirurgie de décompression peut être d’un apport considérable chez les patients qui présentent un effet de masse lié à l’infarctus veineux. L’œdème papillaire avec menace de cécité fait discuter la réalisation d’une dérivation ou de fenestrations du nerf optique. Après une première crise convulsive, un traitement anti- convulsivant est recommandé, en particulier s’il existe une lésion hémisphérique.
En savoir plus

156 En savoir plus

Analyse de la mortalit au service de ranimation pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Analyse de la mortalit au service de ranimation pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Figure 17 : Répartition des décès selon l’état hémodynamique à l’admission. 4. Score PIM2 à l’admission : Le PIM2 est calculé à partir des informations collectées à l'admission en réanimation, décrivant l'état de l'enfant lors de sa prise en charge médicale intensive et permettant de prédire la mortalité, ces informations doivent être enregistrées dès le premier contact visuel (pas téléphonique) avec l'équipe de soins intensifs ou de transport médicalisé spécialisé.

122 En savoir plus

Epidmiologie des tats de mal pileptiques chez lenfant en ranimation pdiatrique

Epidmiologie des tats de mal pileptiques chez lenfant en ranimation pdiatrique

L’intubation et la ventilation mécanique sont indiquées en cas de détresse respiratoire aiguë (hypotonie du voile du palais, encombrement bronchique, inhalation. . .), ou à l’occasion d’une altération profonde et prolongée de la vigilance malgré l’arrêt des convulsions. Dans ce cas, le délai au delà duquel le patient doit être intubé dépendra de la profondeur du coma, de la tolérance respiratoire du patient, du terrain (vulnérabilité accrue à l’hypoxie), du lieu de la prise en charge (en pré hospitalier, il faudra garantir un transport sécurisé, et recourir à la ventilation mécanique), de l’accès à un monitorage électroencéphalographique, permettant d’éliminer un état de mal larvé.
En savoir plus

121 En savoir plus

Linfection chez le brl en ranimation pdiatrique

Linfection chez le brl en ranimation pdiatrique

A la lumière de ces données et malgré l’absence de discernement de l’écologie bactérienne précoce et tardive chez les brûlés, le schéma thérapeutique probabiliste proposé devant l’infection invasive chez les brûlés pourrait être: position s’avère multi-résistant à la majorité des antibiotiques. Les antibiotiques les plus actifs contre l’ A.baumannii sont la rifampicine, et la colistine non instaurés d’emblée en antibiothérapie empirique, et dont la prescription concerne les patients avec notion de transit hospitalier, et retard de prise en charge favorisant l’infection par cette bactérie multi-résistante. Une réévaluation de l’antibiothérapie doit être considérée dans les plus brefs délais, dès disponibilité de la documentation bactériologique. Les entérobactéries présentent une sensibilité non négligé aux TZP.
En savoir plus

149 En savoir plus

Epidmiologie des brlures graves admises en ranimation pdiatrique

Epidmiologie des brlures graves admises en ranimation pdiatrique

II. Saisie des données : Ces données ont été saisies et codées sur le logiciel MICROSOFT Excel 2016. L’analyse des résultats a fait appel au même logiciel. Les variables étudiées étaient : les données sociodémographiques (âge, sexe, origine, mécanisme, agent causal, intervalle d’admission et structure d’admission initiale), les données cliniques (étendue, localisation, profondeur des lésions), ainsi que l’évolution durant l’hospitalisation (troubles hydro-électrolytiques, hématologiques, complications locales et infectieuses), sans oublier les modalités de prise en charge initiale (refroidissement – préparation artisanale - traitement dans une structure de soins) et au service (abord vasculaire - réanimation respiratoire – remplissage vasculaire – analgésie – transfusion - alimentation - protection gastrique).
En savoir plus

132 En savoir plus

Infections nosocomiales priopratoires chez les nouveau-ns en ranimation pdiatrique

Infections nosocomiales priopratoires chez les nouveau-ns en ranimation pdiatrique

Ce travail rétrospectif est réalisé par l'analyse des dossiers de 200 nouveau-nés, ayant été hospitalisés pour prise en charge périopératoire d’une pathologie chirurgicale, au service de réanimation pédiatrique du Centre Hospitalier Universitaire Mohammed VI de Marrakech, entre le 1er Janvier 2016 et le 31 Décembre 2018. Il a pour objectif d’identifier l’écologie microbienne des nouveau-nés ayant présenté une infection nosocomiale postopératoire et de décrire leurs aspects cliniques et leurs particularités thérapeutiques. Nous avons identifié 58 nouveau-nés ayant présenté une infection nosocomiale postopératoire documentée, soit un taux de 29%. La majorité avait entre H1 et 5 jours de vie à l’admission, avec 12 % des prématurés et 22,41% de nouveau-nés hypotrophes. Le sexe ratio M/F était de 2. La durée moyenne de séjour était de 7 jours avec des extrêmes allant de 1 jour à 44 jours. L’hospitalisation préopératoire était de 46 heures en moyenne. Le taux d’IN le plus élevé (50%) a été enregistré chez les nouveau-nés opérés pour une occlusion néonatale notamment l’atrésie du grêle, suivi par ceux opérés pour une atrésie de l’œsophage (36,2%) et un défaut congénital de la paroi abdominale (13,8%). Le délai moyen d'acquisition de l’infection nosocomiale était de 4 jours après l’admission et de 2 jours après le geste opératoire. Les bactériémies étaient la localisation prédominante avec un taux de 88 % suivies par les pneumopathies qui ont représenté 5,17 %. Les germes responsables étaient des bacilles à Gram négatifs (BGN) dans 47,2 % des cas, dominés par l’ Acinetobacter baumanii et Klebsiella
En savoir plus

145 En savoir plus

Prise en charge du syndrome de Lyell en ranimation :A propos de 05 cas

Prise en charge du syndrome de Lyell en ranimation :A propos de 05 cas

Prise en charge du syndrome de Lyell en réanimation : à propos de 05 cas surtout de mesurer cette dépense énergétique dans des conditions extrêmes ou complexes, pour lesquelles les formules ne sont pas valides, comme chez l’obèse morbide, en phase de réhabilitation « post- réanimatoire », ou en cas de recours à de nouvelles thérapeutiques. La calorimétrie indirecte garde quelques limites essentiellement méthodologiques et financières. Et les recommandations actuelles concernant les apports caloriques aux malades de réanimation (20–30kcal/kg par jour) sont probablement adaptées dans plus de 75 % des cas sans risque majeur de sous-nutrition. (105)
En savoir plus

147 En savoir plus

Étude descriptive des noyades en France

Étude descriptive des noyades en France

MATERIEL ET METHODE Nous avons réalisé une étude épidémiologique observationnelle multicentrique, rétrospective sur un recueil mené de 2014 à 2017 en France métropolitaine, Polynésie Française et dans les Antilles Françaises. Ont été inclus les patients victimes de noyades, âgés de plus de 15 ans, admis en service d’urgences ou de réanimation. L’objectif principal est la description de la répartition, selon la classification de Szpilman, des patients victimes de noyades. Puis d’évaluer le taux de mortalité global et pondéré en fonction du grade de noyade. Les objectifs secondaires sont la description des caractéristiques cliniques, gazométriques et ventilatoires des patients des différents grades.
En savoir plus

48 En savoir plus

Prise en charge de la tuberculose osto-articulaire chez l'enfant: Exprience du service de traumatologie orthopdie pdiatrique CHU Med VI de Marrakech

Prise en charge de la tuberculose osto-articulaire chez l'enfant: Exprience du service de traumatologie orthopdie pdiatrique CHU Med VI de Marrakech

N otre étude a pour objectif d’analyser, à travers notre série et une revue de la littérature, les différents aspects cliniques, radiologiques et évolutifs de la tuberculose ostéo- a[r]

148 En savoir plus

La prise en charge des fractures ouvertes de jambe chez l'enfant : exprience du service de traumatologie orthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

La prise en charge des fractures ouvertes de jambe chez l'enfant : exprience du service de traumatologie orthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Temps important de la prise en charge des fractures ouvertes, consiste à l’ablation des tissus dévitalisés, il concerne le tissu cutané, sous cutané, fascias et muscles. Le parage du segment jambier doit être longitudinal et si possible en ellipse, de la superficie à la profondeur, le parage doit être complet mais économe, toute la graisse dévitalisée ou douteuse doit être excisée, tous les fragments osseux libres dévascularisés doivent être réséqués. [38]

113 En savoir plus

Prise en charge du rachis cervical traumatique en milieu de ranimation chirurgicale  lhpital militaire Avicenne ( a propos 20 cas)

Prise en charge du rachis cervical traumatique en milieu de ranimation chirurgicale lhpital militaire Avicenne ( a propos 20 cas)

Prise en charge du rachis cervical traumatique en milieu de réanimation chirurgicale à l’hôpital militaire Avicenne catégories : élevé, moyen, faible [96]. D’après l’étude de Blackmore et al. [87, 96,97], le risque élevé concerne les patients porteurs d’un traumatisme crânien sévère et/ou d’un déficit neurologique focal et/ou victimes d’un accident à cinétique élevée (vitesse environ > 50 km h-1) avec un âge > 50 ans ce qui correspond à un risque de fracture du rachis compris entre 11 et 31 %. Le risque moyen (probabilité de fracture voisin de 5%) concerne les patients de moins de 50 ans présentant un traumatisme à haute énergie ou ceux de plus de 50 ans présentant un traumatisme de moyenne énergie (vitesse < 50 km h-1). Le risque faible (probabilité de LCPT ≤ 2%) est défini par un traumatisme de moyenne énergie chez le patient de moins de 50 ans ou un traumatisme à énergie faible. Ainsi, comparativement au coût du handicap moteur potentiel, faire une TDM première est économiquement rentable dans la catégorie à risque élevé [96], économiquement déficitaire mais avec une prévention importante des paralysies dans le groupe à risque modéré. L’intérêt clinique devient très faible dans la dernière catégorie pour un surcoût (trop) important. Les auteurs recommandent la TDM dans les deux premières catégories [96].
En savoir plus

219 En savoir plus

La prise en charge chirurgicale du pied plat valgus selon la technique de Cavalier : Exprience du service traumato-orthopdie pdiatrique CHU Med VI

La prise en charge chirurgicale du pied plat valgus selon la technique de Cavalier : Exprience du service traumato-orthopdie pdiatrique CHU Med VI

 une augmentation de la charge appliquée sur l’extension de l’aponévrose plantaire à M1 et une décharge de l’aponévrose plantaire dans son extension à M5 [27].  Un affaiblissement du muscle et du tendon tibial postérieur .  enfin, une décharge du ligament plantaire long au niveau de son extension à M5. L’électromyogramme (EMG) montre (au contact initial avec le sol lors de la marche) une diminution de l’activité du tibial antérieur et une augmentation de l’activité du soléaire [26]. La majoration de la rotation interne de l’arrière pied, de son inversion et de l’abduction de l’avant pied pourrait augmenter les efforts requis pour remettre en supination et invertir le pied pour la propulsion. En outre, l’altération de la mobilité de l’arrière pied agirait sur la mobilité du tibia qui retentirait sur la mobilité des articulations proximales, notamment celle du genou [19].
En savoir plus

132 En savoir plus

Prise en charge des tumeurs osseuses bnignes chez l'enfant Au service d'Orthopdie Traumatologie Pdiatrique Au Centre Hospitalier Universitaire Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des tumeurs osseuses bnignes chez l'enfant Au service d'Orthopdie Traumatologie Pdiatrique Au Centre Hospitalier Universitaire Mohammed VI de Marrakech

, certaines tumeurs posent un problème de diagnostic différentiel avec les tumeurs malignes, les autres tumeurs bénignes ou la pathologie infectieuse notamment l’abcès de Brodie et la tuberculose osseuse (11, 12, 13, 14, 15). En plus de l’exérèse classique en bloc et la biopsie exérèse, la résection percutanée scannoguidée est d’un grand apport dans la prise en charge des tumeurs de petites tailles difficilement repérables ou accessibles. La chirurgie est indiquée dans les formes symptomatiques, les localisations à risque pour la croissance, les compressions vasculo-nerveuses ou parfois dans un souci purement esthétique. En présence de complications orthopédiques, des corrections de celles-ci peuvent être associées. Ces corrections parfois lourdes, peuvent être évitées si la résection tumorale est réalisée précocement pour les localisations pourvoyeuses de ces séquelles. Le risque de dégénérescence est exceptionnel chez l’enfant, mais impose une surveillance à long terme.
En savoir plus

3 En savoir plus

Lapport de lhypothermie slective dans la prise en charge de lencphalopathie anoxo-ischmique nonatale. Exprience du service de ranimation nonatale CHU Mohammed VI Marrakech

Lapport de lhypothermie slective dans la prise en charge de lencphalopathie anoxo-ischmique nonatale. Exprience du service de ranimation nonatale CHU Mohammed VI Marrakech

Ces enfants ont été séparés ont deux groupes: un groupe de 19 Nouveau-nés mis sous hypothermie (= groupe protocole) et un groupe témoin incluant 19 nouveau-nés ayant une EHI mais non[r]

109 En savoir plus

Prise en charge et imputation, ou la prise en charge à responsabilité limitée

Prise en charge et imputation, ou la prise en charge à responsabilité limitée

La PEC diffère de l’imputation : la PEC concerne les PDV de L1/E1 tandis que les PDV imputés sont ceux que L1/E1 attribue à des énonciateurs seconds. Ces PDV imputés reposent sur une PEC présupposée, quant à e2. Quant à L1/E1, la quasi PEC lui permet de jouer sur les ambiguïtés d’une imputation qui va au-delà de la simple prise en compte, dans les cas où L1/E1 use de l’implicite : il lui est alors commode de rapporter des PDV imputés tout en laissant entendre qu’ils sont « vrais ». L’adage « il n’y a pas de fumée sans feu » alimente une suite de topoi : si L1/E1 rapporte ce qu’a dit l2/e2, c’est que l2/e2 l’a vraiment dit, et si l2/e2 l’a dit, c’est que c’est vrai ; et si c’est vrai, inutile à L1/E1 d’en rajouter en prenant explicitement en charge le PDV imputé… Mais la quasi PEC est encore plus utile, dans les situations explicites où LI/E1 se positionne par rapport au PDV imputé. L1/E1 marque soit son désaccord (non PEC), soit sa neutralité (PEC zéro), soit son accord (PEC) avec le PDV imputé, pouvant aller jusqu’à prendre à son compte le PDV d’un autre. Ces phénomènes sont complexes, surtout en contexte dialogique, parce que la PEC ne porte pas seulement sur la vérité des contenus propositionnels : car l’expression linguistique du vrai est très variable dans son empan − selon le cadre, les modalités − et la dimension intersubjective du vrai relatif est parfois malaisément dissociable des données axiologiques ou idéologiques qui opacifient la PEC ou la non PEC de PDV imputés, surtout en cas d’accord ou de désaccord implicites.
En savoir plus

22 En savoir plus

Show all 5194 documents...