Haut PDF Prise en charge chirurgicale de l’hématome sous dural chronique Expérience du service de neurochirurgie du CHU Med VI de la période allant de 2002 à 2010

Prise en charge chirurgicale de l’hématome sous dural chronique Expérience du service de neurochirurgie du CHU Med VI de la période allant de 2002 à 2010

Prise en charge chirurgicale de l’hématome sous dural chronique Expérience du service de neurochirurgie du CHU Med VI de la période allant de 2002 à 2010

The subdural hematoma is a frequent disease in neurosurgery. It’s said chronic when it occurs after 14 days of trauma. We menune a retrospective study in 623 patients over 9 years in the service of Neurosurgery University Hospital Mohammed VI. We were able to evaluate our service experience Contents of support for the chronic subdural hematoma, recount through advances couraging, lead a discussion and conclusions. The mean patient age was 51 years. The sex ratio is the 6.69, the male reached in 87% of cases. The sex ratio is the 6.69, the male reached in 87% of cases. The etiology dominant is the cranien trauma (73.67%) with an average of 11 weeks of evolution. The clinical encounter TCell most forms mimicking tumor (56.34%). All our patients have benefitted from a cerebral scanner for diagnostic confirmation. The same surgical technique in all patients under local anesthesia (73.03%); was making a trepanation, evacuation of hematoma, extensive washing and external drainage for 48 hours with a systematic average. The immediate evolution was excellent in 82.35% of patients, the short and medium term, even better: dead 9 (1.44%), five recidivism and the cure were obtained with reintervention. No patient has retained sequelae. In light of literature, we can say that our service is not outside of advances gained in the management of this disease. Our results among the best in the littrature: 1.44% Mortal, 84.43% without complication, and 98.56% of complet retablissement. The chronic subdural hematoma is a frequent disease in neurosurgery; who’s the best pronostic makes any doubt.
En savoir plus

139 En savoir plus

Prise en charge Neurochirurgicale des tumeurs ventriculaires, Expérience du service de neurochirurgie du CHU Med VI, Marrakech période allant de l'an 2006 à l'an 2010

Prise en charge Neurochirurgicale des tumeurs ventriculaires, Expérience du service de neurochirurgie du CHU Med VI, Marrakech période allant de l'an 2006 à l'an 2010

Ventricular tumors, are a rare entity in neurosurgery. They grow at the expense of intraventricular structures. It is a retrospective study of 32 patients over 5 years in the service of Neurosurgery ,at University Hospital Mohammed VI. These tumors represent 9.2% of brain tumors, are more common in children .The average age of our patients was 18.6 years. Sex ratio M/F is 1.66, with a male predominance (62.5%). The mean time to diagnosis was 6 months. The clinical picture was dominated by the intracranial hypertension (93.7%) and cerebellar syndrome (40%). A cerebral scanner was performed in 93.7% of patients. The fourth ventricle was the most affected structure (56.2%). The shunt interventions (62.5%) and excision (100%) were the cornerstone of treatment. They were associated radiotherapy (43.7%) and chemotherapy ( 34.4%) .The postoperative course was uneventful in 72% of patients and major complications were: postoperative meningitis (9.4%) and neurological deficits (9.4%) .Overall mortality was 3.1 %. The histological types encountered were ependymoma (50%) in children, and astrocytoma ( 57.2%) in adults. We observed 5 cases of tumor recurrence (15.6%).
En savoir plus

207 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale de l’hydatidose cérébrale de l’enfant (2002-2010) expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Prise en charge chirurgicale de l’hydatidose cérébrale de l’enfant (2002-2010) expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Les progrès dans le matériel informatique et les logiciels de ces 10 dernières années ont permis d'avoir des systèmes de localisation et des neuronavigations assistés par l'imagerie, utilisable en peropératoire. Toutes les images voulues sont chargées dans ces appareils et reproduites en 3D sur écran. D'autre part des instruments, sonde à ultrasons, microscope etc.., sont suivis trigonométriquement par des caméras lasers à l'aide de réflecteurs incorporés, ce qui permet d'avoir en continu sur écran différentes positions en 3D avec une précision allant jusqu'en 0,5mm.
En savoir plus

128 En savoir plus

La prise en charge chirurgicale de la sciatique  par hernie discale lombaire  Exprience du service de neurochirurgie du CHU  Mohammed VI de Marrakech sur une priode de 13 ans

La prise en charge chirurgicale de la sciatique par hernie discale lombaire Exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech sur une priode de 13 ans

La sciatique par hernie discale représente un problème de la santé publique, par sa fréquence et son retentissement socioprofessionnel. Notre travail est une étude rétrospective concernant 820 cas de sciatique par hernie discale, opérés au service de neurochirurgie de CHU Mohamed VI de Marrakech sur une période de de treize ans, allant de Janvier 2002 à Décembre 2014. Dans cette étude nous nous sommes proposé de dresser le profil épidémiologique, clinique, paraclinique, thérapeutique et évolutif, afin de rapporter l’expérience du service en matière de la prise en charge des sciatiques par hernie discale, et de comparer nos résultats avec les données de la littérature.
En savoir plus

158 En savoir plus

La Prise en Charge des Polyradiculonvrites au CHU Med VI, Marrakech

La Prise en Charge des Polyradiculonvrites au CHU Med VI, Marrakech

Peu d’études épidémiologiques sur les polyradiculonévrites ont été réalisées au Maroc. Notre étude actuelle est une étude pilote à l'échelle nationale sur la prise en charge des PRN en générale, incluant toutes les formes aiguës, subaigües et chroniques. Pour la discussion des résultats, nous allons nous intéresser uniquement aux formes aiguës et chronique. Cette décision est justifiée par le faite que la forme subaigüe des polyradiculonévrites rejoigne la forme aiguë sur les plans clinique, paraclinique, étiologique, thérapeutiques et évolutif.
En savoir plus

108 En savoir plus

La prise en charge chirurgicale de la sciatique par hernie discale lombaire. Exprience du service de Neurochirurgie du CHU Mohammed VI sur une priode de 10 ans

La prise en charge chirurgicale de la sciatique par hernie discale lombaire. Exprience du service de Neurochirurgie du CHU Mohammed VI sur une priode de 10 ans

 Technique L’intervention se fait habituellement sous anesthésie générale. Les techniques d’anesthésie locorégionales sont possibles. Une broche guide est mise en regard de la lame, en percutané, contrôlée sous amplificateur de brillance. Cela permet d’éviter les erreurs d’étage. Ensuite, l’incision de 2 cm est réalisée, des tubes dilatateurs de taille croissante pour décoller les muscles paravértébraux sans les couper, sont introduits et sont mis en regard de l’espace à opérer et sont fixés ensuite sur un bras qui est rattaché à la table. L’endoscope est ainsi placé dans les tubes dilatateurs. Ensuite l’intervention est poursuivie selon le même procédé que celui de la chirurgie conventionnelle. Après ouverture du ligament jaune et courte laminectomie de la lame sus-jacente, on accède à la racine et à la hernie. Le disque est repéré et incisé, les séquestres ôtés et le disque excisé, la racine est alors bien libre. La fermeture se fait en 2 plans seulement sans drainage (Figure 16, 17, 18,19).
En savoir plus

135 En savoir plus

La prise en charge chirurgicale du pied plat valgus selon la technique de Cavalier : Exprience du service traumato-orthopdie pdiatrique CHU Med VI

La prise en charge chirurgicale du pied plat valgus selon la technique de Cavalier : Exprience du service traumato-orthopdie pdiatrique CHU Med VI

Après installation du malade comme les techniques précédentes ,une incision latérale longitudinale est pratiquée depuis la pointe de la malléole latérale jusqu’à l’interligne articulaire entre le cuboïde et le 4 ème métatarsien pour éviter de rencontrer le nerf sural. L’ostéotomie d’ouverture et d’allongement est réalisée entre les facettes antérieure et moyenne du calcanéum après stabilisation préalable de la calcanéo-cuboïdienne. Un greffon trapézoïdal tricortical prélevé sur la crête iliaque maintient la longueur. Son effet immédiat est la correction de l’éversion sous-talienne et de la translation dorso latérale du naviculum. Le muscle peroneus longus conservé intact et s’opposera à l’élévation du premier rayon [51]. L’allongement du tendon d’Achille, triceps ou du court fibulaire peuvent être associés à la technique [51].
En savoir plus

132 En savoir plus

Prise en charge neurochirurgicale des traumatismes de l’étage antérieur de la base du crane expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Prise en charge neurochirurgicale des traumatismes de l’étage antérieur de la base du crane expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Résumé Résumé Résumé Résumé :::: Les traumatismes de l’étage de la base du crane sont assez fréquents, leur fréquence dans notre série est de 45,8 cas par an en moyenne, leur prise en charge pose des difficultés, le but de cette étude est d’analyser le profil épidémiologique de ces traumatismes ainsi que les problèmes diagnostiques et thérapeutiques que posent .Cette étude concerne 42 cas des traumatismes de l’étage antérieur de la base du crane colligés au service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI de Marrakech du Janvier2002 à décembre 2011.l’âge moyen de nos patients était de 29,4 ans avec une prédominance masculine(78,6%).les accidents de la voie publique représentent la première cause chez l’adulte, par contre chez l’enfant, ce sont les chutes qui en sont la principale cause. le diagnostic est actuellement facilité par le scanner, cependant le diagnostic d’une brèche ostéoméningée pose beaucoup de problèmes et reste surtout clinique devant des rhinorrhée persistant ou méningite récidivante.la méningite représente la redoutable complication, le traitement chirurgical est très discuté et le taux de mortalité est de l’ordre de 7,14%.
En savoir plus

109 En savoir plus

Prise en charge des encphalocles : exprience du service de neurochirurgie, CHU Mohammed VI, Marrakech

Prise en charge des encphalocles : exprience du service de neurochirurgie, CHU Mohammed VI, Marrakech

Il y a aussi de nombreux faux négatifs (lorsque la lésion du tube neural est fermée), c’est le cas de certaines encéphalocèles. En cas de découverte d’un taux d’AFPMS élevé entre 15 et 17 SA, il faut répéter le prélèvement après 15 jours, si les deux résultats sont élevés on pratique une échographie qui peut mettre en évidence une grossesse multiple, une sous-estimation de l’âge gestationnel, une malformation ou une mort fœtale. Sinon il faut réaliser un dosage de l’AFP amniotique. Un taux pathologique doit faire rechercher une malformation fœtale par tous les moyens (caryotype, ACHE, nouvelle échographie).
En savoir plus

136 En savoir plus

Prise en charge du mal de pott dans le service de neurochirurgie au CHU Mohamed VI à Marrakech

Prise en charge du mal de pott dans le service de neurochirurgie au CHU Mohamed VI à Marrakech

Deux facteurs influencent l’incidence du mal de pott : la situation géographique, et la période de recrutement des malades. Ceci explique le fait qu'elle est plus élevée dans les pays en voie de développement en comparaison avec les pays développés (6,7). Cependant, il a été observé ces dernières décennies, une élévation de l’incidence de la tuberculose dans les pays développés, attribuée à l’augmentation des sujets atteints d’immunodépression (l’épidémie du sida), à l’immigration et au vieillissement de la population (1,2). De ce fait, des efforts importants ont été faits dans ces pays pour le contrôle de la tuberculose en partie grâce aux progrès socioéconomiques, la généralisation de la vaccination par le BCG et l’ère des antibiotiques (2)
En savoir plus

127 En savoir plus

Vydrocéphalies malformatives de l’enfant: dérivation ventriculopéritonéale versus ventriculo-cisternostomie (2002-2010) expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Vydrocéphalies malformatives de l’enfant: dérivation ventriculopéritonéale versus ventriculo-cisternostomie (2002-2010) expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

L’hydrocéphalie malformative est une affection redoutable malgré les espoirs que suscitent les récents progrès de la neurochirurgie et de la neuroradiologie. Nous rapportons 42 cas d’hydrocéphalie malformative chez l’enfant, dont 21 sont traités par une dérivation ventriculopéritonéale (DVP) et 21 par une ventriculocisternostomie (VCS), entre Janvier 2002 et Décembre 2010, au service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI de Marrakech. Pendant cette période, les hydrocéphalies malformatives représentaient 63% de l’ensemble des hydrocéphalies non tumorales. L’âge moyen de nos malades dérivés est de 0,49 ans versus 2,19 ans pour ceux traités par VCS, avec une légère prédominance masculine (52%) pour ces derniers et une légère prédominance féminine (52%) pour les DVP. Les manifestations cliniques restent dominer par la macrocrânie pour les deux groupes (VCS: 36%/DVP: 46%), associée ou non aux troubles visuels (VCS: 23%/DVP: 27%) ou aux signes déficitaires (VCS: 13%/DVP: 18%). La tomodensitométrie est jugée suffisante avant la chirurgie dans 86% des VCS contre 90% des DVP. Le recours à l’imagerie par résonnance magnétique n’a concerné que 3 DVP et 2 VCS. L’étiologie la plus fréquente était la sténose de l’aqueduc de sylvius pour les VCS versus une dysraphie rachidienne associée à la malformation d’arnold chiari pour les DVP. Les suites postopératoires étaient marquée par la survenue de complications (29% post VCS/ 33% post DVP) dont la plus fréquente était une méningite (19%) pour les deux groupes,suivie par l’echec de la VCS dans 3 cas. A moyen et long terme, une VCS et trois DVP ont nécessité une réintervention chirurgicale. Mots clé
En savoir plus

167 En savoir plus

Prise en charge du cancer de l’estomac au CHU Med VI

Prise en charge du cancer de l’estomac au CHU Med VI

V –TRAITEMENT 1- But Après un bilan d’extension n’ayant pas révélé de métastases, la résection chirurgicale complète de la tumeur primitive et des adénopathies régionales constitue la seule possibilité curatrice des cancers gastriques. Les principaux buts de la chimiothérapie et de la radiothérapie sont d’améliorer les résultats de la chirurgie à visée curative grâce à l’optimisation des traitements adjuvants et neoadjuvants, et de réduire la masse tumorale chez les malades métastatiques pour augmenter leur survie en cas d’inopérabilité. Dans les LMNH la chimiothérapie est a but curatif.
En savoir plus

126 En savoir plus

Prise en charge neurochirurgicale de l'hydatidose vertbrale exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Prise en charge neurochirurgicale de l'hydatidose vertbrale exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Certains auteurs, se sont attachés à essayer de déterminer des critères de vitalité des kystes en fonction de leur signal en IRM, les résultats sont contrevérsés : Certains concluent à l'absence de critères fiables, les mesures de temps de relaxation transversales T2 ne montrent pas de différence significative entre kystes fertiles ou stériles. D'autres, sont plus optimiste, et après corrélation chirurgicale et anatomopathologique, retiendraient des différences significatives d'intensité : Sur les images pondérées en T1, les kystes vivants contiennent un liquide en hypo signal et leur paroi est en iso ou hyper signal modéré. La dégénérescence du kyste se traduit par une nette diminution de l'hyper signal intra kystique tandis que la paroi du kyste s'affaisse et devient plus hypo intense en T2 [3,35].
En savoir plus

134 En savoir plus

La prise en charge des oligodendrogliomes intracrniens Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI de Marrakech

La prise en charge des oligodendrogliomes intracrniens Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI de Marrakech

3.1. Neuronavigation La neuronavigation (Fig.28)[50] est un outil interactif permettant d’indiquer à tout moment au chirurgien la position de ses instruments et de sa focale de microscope. Les images par RM, acquises au préalable, sont transférées dans un logiciel opératoire de neuronavigation. Si des stimulations corticales par grilles sous-durales, des séquences d’angio-IRM ou d’IRM fonctionnelle ont été réalisées préalablement, elles peuvent alors être fusionnées avec l’IRM morphologique au sein même du programme de neuronavigation (Fig.29) [49]. Les principales difficultés opératoires sont ainsi visualisées sur la console avant l’intervention dans une sorte de « simulation opératoire ». Au début de l’intervention, la neuronavigation permet un positionnement optimal de la craniotomie, puis de la corticotomie dans les tumeurs qui n’affleurent pas le cortex (tumeur non superficielle). Dans certaines tumeurs de bas grade superficielles, les limites tumorales ne sont que peu distinguables à l’œil nu ou sous microscope opératoire.
En savoir plus

143 En savoir plus

Prise en charge des mningiomes de langle ponto-crbelleux au service de neurochirurgie Du CHU MOHAMMED VI

Prise en charge des mningiomes de langle ponto-crbelleux au service de neurochirurgie Du CHU MOHAMMED VI

II. Les voies d’abord chirurgicales : La voie retrosigmoïde la plus utilisée par l’ensemble des auteurs et en particulier par notre équipe, permet l’abord extra-pétreux de l’angle ponto-cérébelleux. Le patient est installé en décubitus dorsal, la tête du côté opposé à la voie d’abord (figure 29) [33]. D’autres positions ont été décrites comme la position assise le décubitus latéral, ou la position « Park bench ». Le rachis cervical doit être fléchi pour orienter le menton vers la clavicule opposée. L’intervention doit être menée sous monitorage du nerf facial. En raison par ailleurs des troubles végétatifs qui peuvent survenir lors de la dissection des nerfs trijumeau, glosso-pharyngien ou vague, certains auteurs préconisent la mise en place préventive d’un pacemaker externe durant l’intervention [34].
En savoir plus

140 En savoir plus

Bilan dactivit du service de Neurochirurgie du CHU Mohammed VI (2002-2013)

Bilan dactivit du service de Neurochirurgie du CHU Mohammed VI (2002-2013)

RESUME Le service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI vient de démarrer en tant que service de niveau tertiaire en l’an 2002. Ce travail, qui est un bilan d’activité de ce service, a pour but de dresser l’état des lieux, de comparer nos résultats avec ceux de la littérature, de soulever les principales contraintes au bon fonctionnement et enfin de formuler des suggestions de solutions afin d’améliorer nos performances. C’est une étude rétrospective qui a porté sur douze ans du fonctionnement du service allant du premier janvier 2002 au 31 décembre 2013. Elle s’est basée sur l’exploitation des données des patients hospitalisés durant cette période, rapportées sur des fiches d’exploitation puis analysées. Durant cette période, le service a admis 18486 patients. La pathologie colligée au service a été dominée par la pathologie traumatique neurochirurgicale avec 12398 cas (68,24%) dont 10908 cas de traumatismes crânio-encéphaliques (59,11%) et 1490 cas de traumatismes vertébro-médullaires (8,13%). La pathologie dégénérative disco- vertébrale a représenté 7,38% (1368 cas) et était dominée par les hernies discales. La pathologie tumorale a représenté 6,52% avec 1213 cas dont 952 cas de tumeurs intra- crâniennes (5,10%) et 261 cas de tumeurs vertébro-médullaire (1,41%). La pathologie neuro- vasculaire était représentée par 874 cas (4,67%) dont 630 cas d’hématome intracérébral (3,40%) et 244 cas d’hémorragie méningée spontanée (1,27%). Sont venues ensuite, la pathologie infectieuse avec 533 cas (2,83%) puis la pathologie malformative avec 457 cas (2,34%). Le taux des opérés était de 53,25% (9845 cas) et celui de la mortalité de 3,57% (664 décès) dont la cause la plus fréquente était la pathologie traumatique. En fin de ce travail, nous avons repéré quelques contraintes de fonctionnement dont nous avons soulevé les principales et- auxquelles nous avons proposé des suggestions de solutions qui nous ont paru adéquates.
En savoir plus

132 En savoir plus

Aspects neurochirurgicaux de la malformation de la charnière cervico-occipitale: Expérience du service de neurochirurgie: C.H.U Mohammed VI (de 2002 à 2010)

Aspects neurochirurgicaux de la malformation de la charnière cervico-occipitale: Expérience du service de neurochirurgie: C.H.U Mohammed VI (de 2002 à 2010)

Notre travail est une étude rétrospective concernant 28 patients porteurs de malformation de la charnière cervico-occipitale hospitalisés au service de neurochirurgie, du centre hospitalier universitaire Mohammed VI de Marrakech, sur une période de 09 ans, allant de 2002 à 2010. Une prédominance masculine est observée avec 64,29% d’hommes et 35,71% de femmes. L’âge varie entre 1 mois et 68 ans avec une moyenne de 32,28 ans quand au délai de diagnostic, il oscille entre 1 mois et 12 ans avec une moyenne de 4,3 ans, un cas s’était présenté aux urgences dans un tableau d’HIC. Les signes révélateurs étaient dominés par la symptomatologie douloureuse (86,8%), troubles sensitifs (55,8%), impotence fonctionnelle (36,8%) et troubles de la marche (31,6%). Le tableau neurologique polymorphe était représenté surtout par : syndrome pyramidal (63,2%), anesthésie sensitive (60,5%), déficit moteur (44,7%) et amyotrophie (36,8%). L’IRM constitue l’examen de choix, de par sa spécificité et sa sensibilité largement supérieure à la TDM. La radiographie standard garde son apport dans les anomalies osseuses. En dehors d’un patient présentant une syringomyélie, et chez qui un traitement médical a été fait, tous nos patients ont bénéficié d’un traitement chirurgical avec une amélioration post-opératoire et à court terme chez 85,71%, et stabilisation de l’état neurologique chez 14,29%, avec un taux de mortalité nul. Les malformations de la charnière cervico-occipitale sont des maladies congénitales, à composante héréditaire et multifactorielle caractérisées par une fosse cérébrale postérieure de dimensions réduite et compression de ces éléments nerveux normaux, et nous insisterons sur la nécessité d’un diagnostic précoce pour de meilleurs résultats fonctionnels et avant l’installation de lésions nerveuses irréversibles.
En savoir plus

114 En savoir plus

Prise en charge des mningiomes de la convexit encphalique au service de neurochirurgie CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des mningiomes de la convexit encphalique au service de neurochirurgie CHU Mohammed VI de Marrakech

󲐀 Indirect : des soulèvements et des déplacements des vaisseaux adjacents. Cet examen a néanmoins quasiment disparu aujourd’hui des moyens diagnostiques, pour apparaître comme un éventuel élément d’une stratégie, voire d’un moyen thérapeutique de complément. Elle est en effet surtout réalisée dans le cadre d’une embolisation des pédicules nourriciers des méningiomes préalablement à l’exérèse chirurgicale. L’artériographie permet aussi d’étudier précisément les rapports potentiels étroits soupçonnés en IRM, entre le méningiome et les veines corticales en territoire cérébrale fonctionnel. Dans le cadre particulier des méningiomes envahissant potentiellement un sinus veineux, l’artériographie peut actuellement être supplantée dans certains cas particuliers par l’Angio IRM. Cet examen est en mesure d’affirmer le caractère parfaitement perméable ou au contraire totalement obturé du sinus. Dans les cas intermédiaires, l’artériographie reste le moyen pour apprécier le calibre restant d’un sinus partiellement thrombosé, la qualité du flux des veines adjacentes s’y drainant et l’existence d’éventuelle circulation veineuse de suppléance [16].
En savoir plus

157 En savoir plus

Prise en charge de l'abcès cérébral au service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI

Prise en charge de l'abcès cérébral au service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI

Les quinolones, bien qu’ayant à priori beaucoup de propriété intéressantes pour traiter les infections intracrâniennes (bonne pénétration intracérébrale, spectre adapté), sont peu utilisées : elles sont inactives sur les staphylocoques multirésistants, et elles abaissent le seuil épileptogène (90). Toutefois dans une série de 8 patients ayant tous reçu de fortes doses de ciprofloxacine pendant une période prolongée, il n’a pas été observé de cas de convulsion (90,103).

125 En savoir plus

La prise en charge neurochirurgicale des tuberculomes crbraux : exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI

La prise en charge neurochirurgicale des tuberculomes crbraux : exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI

Figure 31 : Fond d’oeil objectivant des nodules de Bouchut (19) IX. LES FORMES CLINIQUES : Les tuberculomes peuvent siéger n'importe où dans le cerveau d’où la non spécificité de sa symptomatologie (41). Classiquement, la localisation a plutôt tendance à être sous-tentorielle chez l'enfant, sus-tentorielle chez l'adulte (65). Les localisations les plus fréquentes sont : les hémisphères cérébraux, le cervelet, le tronc cérébral et le chiasma optique. D'autres localisations plus rares à savoir : tubercules quadrijumeaux, corps calleux, amygdales cérébelleuses, plexus choroïdes, région hypophysaire, ventricules, espace sous-dural (41). II faut souligner la possibilité de double localisation supra et sous-tentorielle (80).
En savoir plus

199 En savoir plus

Show all 10000 documents...

Sujets connexes