Haut PDF Prise en charge des tumeurs de la fosse cérébrale postérieure au CHU Mohamed VI

Prise en charge des tumeurs de la fosse cérébrale postérieure au CHU Mohamed VI

Prise en charge des tumeurs de la fosse cérébrale postérieure au CHU Mohamed VI

1-3 Irradiation cérébrale en condition stéréotaxique : L’irradiation cérébrale en conditions stéréotaxiques a été proposée par l’école suédoise neurochirurgicale de Leksell dès 1951. (93) Le terme radiochirurgie est synonyme de la délivrance, en une seule séance, d’une dose élevée d’irradiation à un volume tumoral intracrânien sélectionné et repéré par stéréotaxie (93, 99, 100). Ce type d’irradiation est très peu employé pour le traitement des tumeurs cérébrales. L’expérience de la pratique de la radiochirurgie a appris qu’il s’agissait d’une méthode particulièrement efficace lorsque sont traitées des lésions de petite taille, bien circonscrites, situées profondément dans le cerveau en des régions ou une approche microchirurgicale représenterait des risques fonctionnels et/ou vitaux. La limite principale de la radiochirurgie est incontestablement la taille (au-delà d’un diamètre de 2,5 ou 3 cm une lésion ne relève plus de la radiochirurgie). Bien entendu, il s’agit d’une règle qui doit être adaptée en fonction de la nature de la lésion, de sa topographie et de l’évaluation que l’on fait des risques spécifiques des différentes alternatives. (99)
En savoir plus

189 En savoir plus

La prise en charge des tumeurs de la fosse crbrale posterieure au CHU Mohammed VI

La prise en charge des tumeurs de la fosse crbrale posterieure au CHU Mohammed VI

3.4. L’exérèse tumorale : L’exérèse tumorale est l’étape essentielle dans la prise en charge des tumeurs de la fosse cérébrale postérieure, aussi bien chez l’adulte que chez l’enfant. Elle doit être la plus complète possible, afin de débloquer la voie d'écoulement du LCR et de décomprimer le tronc cérébral [7]. Par ailleurs si dans notre série, une exérèse chirurgicale complète a été réalisée chez 71,15% des patients et qu’elle était subtotale ou partielle respectivement dans 19,23% et 7,69% des cas ; par contre dans celle de MORELLI [132], l’ablation chirurgicale était cotée totale ou subtotale chez 58,13% des malades tandis qu’elle était partielle dans 33,12%. De plus, 1,92% de nos patients avaient bénéficié d’une biopsie alors que cet acte opératoire a été fait 7 fois plus dans la série de MORELLI [132] avec 8,75%. D’après certains auteurs, une exérèse chirurgicale aussi complète que possible permettrait d’améliorer le pronostic vital grâce à l’éviction des récidives et des complications.
En savoir plus

168 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale des tumeurs crbrales, exprience de dix ans au service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech

Prise en charge chirurgicale des tumeurs crbrales, exprience de dix ans au service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech

Il s’agit, en particulier, des délétions homozygotes de P16/CDKN2A décrites dans 0 à 27 % des cas [161, 14,157, 172], de l’amplification de l’EGFR dans 5 à 20 % des cas [157, 173,174], des délétions du chromosome 10q dans 30 % des cas [175, 176], de l’amplification du PDGFRA dans 10 % des cas [177]. Ces dernières altérations se rencontrent plus rarement dans les oligodendrogliomes anaplasiques qui perdent les chromosomes 1p/19q [157]. Si les mutations de TP53 sont peu fréquentes dans les oligodendrogliomes (0-15 %) [161, 14, 157, 158], une proportion substantielle de tumeurs oligodendrogliales [178] peuvent présenter une accumulation anormale de p53 détectable en immunohistochimie, et cela, en l’absence de toute mutation stabilisatrice du gène. Cette observation encore mal expliquée pourrait éventuellement être indirectement la conséquence d’une inactivation du gène P14ARF rapportée dans 25 % à 50 % des oligodendrogliomes [179] qui inhibe la dégradation de p53.
En savoir plus

152 En savoir plus

Tumeurs osseuses : Profil pidmiologique et prise en charge thrapeutique. A propos de 109 cas  au service de Traumatologie CHU Mohamed VI Marrakech

Tumeurs osseuses : Profil pidmiologique et prise en charge thrapeutique. A propos de 109 cas au service de Traumatologie CHU Mohamed VI Marrakech

 prélèvement des PM quand elles sont atteintes . Les renseignements cliniques sont indispensables au pathologiste : âge, sexe, ATCD du patient, siège et profondeur de la lésion, symptômes et évolutivité, TTT préalable, comptes rendus d’examens complémentaires. Le matériel biopsique ne doit pas être partagé sur plusieurs laboratoires. Ces tumeurs sont souvent hétérogènes, chaque fragment peut contenir une composante différente. De ce fait en cas de partage entre plusieurs laboratoires chacun des pathologistes peut formuler un DC différent. Tout prélèvement doit être adressé à une seule structure anatomo-pathologique qui se chargera de communiquer les blocs pour un autre avis en cas de difficulté diagnostique.
En savoir plus

236 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale des tumeurs crbrales, exprience de dix ans au service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech

Prise en charge chirurgicale des tumeurs crbrales, exprience de dix ans au service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech

-100- Son incidence est estimée à 2, 3 cas/million d’habitants/année et l’âge moyen de survenue est de 5 ans (100). Il s’agit de tumeurs généralement bien différenciées, à densité cellulaire modérée à l’histologie, avec des cellules relativement monomorphes. Les caractéristiques sont les rosettes épendymaires et les pseudorosettes périvasculaires. Les rares mitoses et foyers nécrotiques sont parfaitement compatibles avec les diagnostics d’épendymome à faible degré de malignité (degré II). Ils présentent souvent aussi des images régressives sous forme de dégénérescence myxoïde, hémorragies tumorales et calcifications. Comme les autres gliomes, les épendymomes anaplasiques se caractérisent par leur densité cellulaire élevée, leur activité mitotique, une prolifération vasculaire et des foyers de nécroses étendus (93).
En savoir plus

203 En savoir plus

Profil épidémiologique et prise en charge des tumeurs de la fosse cérébrale postérieure chez l'enfant de moins de 16 ans (2003-2010) Expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Profil épidémiologique et prise en charge des tumeurs de la fosse cérébrale postérieure chez l'enfant de moins de 16 ans (2003-2010) Expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

PROFIL EPIDEMIOLOGIQUE ET PRISE EN CHARGE DES TUMEURS DE LA FOSSE CEREBRALE POSTERIEURE CHEZ L’ENFANT DE MOINS DE 16 ANS 20032003-2010 EXPERIENCE DU SERVICE DE NEUROCHIRURGIE CHU MOHAMME[r]

162 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale des tumeurs cérébrales au service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI

Prise en charge chirurgicale des tumeurs cérébrales au service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI

Si de nombreuses études ont déjà démontré l’apport de la radiothérapie dans les tumeurs malignes, leurs résultats ne sont pas toujours concordants lorsqu’il s’agit d’évaluer l’intérêt d’une irradiation prophylactique encéphalique (cancer du poumon) ou craniospinale notamment dans le cadre des tumeurs pinéales et l’épendymome malin ou son influence sur l’évolution de tumeurs au pronostic imprévisible comme les gliomes de bas grade. Une place plus importante doit être faite aux études prospectives, voire randomisées lorsque cela est légitime et possible, afin de clarifier l’impact de la radiothérapie en termes de survie et de qualité de vie. Citons par exemple, la méta-analyse évaluant l’irradiation prophylactique cérébrale chez les patients présentant un cancer bronchique à petites cellules en rémission complète (94) ou l’étude conduite par l’EORTC pour les gliomes de bas grades.
En savoir plus

195 En savoir plus

Prise en charge du neurocytomes centraux : expérience du service de neurochirurgie CHU Mohamed VI

Prise en charge du neurocytomes centraux : expérience du service de neurochirurgie CHU Mohamed VI

a-2 Anatomie descriptive du V3 : Le V3 est une dilatation impaire, symétrique et médiane de la cavité épendymaire diencéphalique. Il représente un carrefour de drainage communiquant en bas avec le V4 par l’aqueduc de Sylvius. Les ventricules latéraux se drainent dans le troisième ventricule par les foramen interventriculaires droit et gauche (trous de Monro). Le V3 contient dans son toit des plexus choroïdes qui sécrètent le liquide céphalo-rachidien. Il est situé entre les deux thalami et traversé par la commissure grise qui est une adhésion inter thalamique. Il est très étroit et présente à décrire : un plancher, un toit, 2 parois latérales, une paroi antérieure (bord antérieur), une paroi postérieure (bord postérieur) [50].
En savoir plus

126 En savoir plus

La prise en charge thrapeutique du cancer gastrique : exprience du centre doncologie hmatologie CHU Mohamed VI Marrakech

La prise en charge thrapeutique du cancer gastrique : exprience du centre doncologie hmatologie CHU Mohamed VI Marrakech

L’analyse multivariée réalisée secondairement sur la population de l’essai par Hundahl et al [122] n’a pas retrouvé d’interaction entre l’effet favorable du traitement adjuvant et le type de curage ganglionnaire. Une étude comparative non randomisée coréenne, après chirurgie R0, a inclus 990 patients dont 85 % avaient eu un curage D2. Au niveau du bras traitement post- opératoire, la radio chimiothérapie était réalisée selon les mêmes modalités que dans l’étude américaine. Le bénéfice sur la survie a été du même ordre de grandeur que dans l’étude de MacDonald [123]. L’analyse des sous-groupes de l’étude de MacDonald, présentée à l’ASCO 2009, a montré que la radio chimiothérapie post-opératoire n’était pas efficace en cas de tumeurs à cellules indépendantes [124].
En savoir plus

160 En savoir plus

Prise en charge des glioblastomes sus tentoriels de l'adulte au sein du CHU Mohamed VI

Prise en charge des glioblastomes sus tentoriels de l'adulte au sein du CHU Mohamed VI

Glioblastomes avec structures épithéliales et hétérologues : se caractérisent par la présence de structures épithéliales adénoïdes d’aspect glandulaire ou encore épidermoïde exprimant la kératine. Le diagnostic différentiel se pose avec une métastase par un carcinome. Glioblastome avec contingent oligodendroglial : la classification de l’OMS 2007 regroupe sous ce terme les GB qui comportent deux territoires distincts associant des foyers typiques de GB et d’autres similaires à un oligodendrogliome anaplasique. Ces tumeurs doivent êtres distinguées des authentiques oligodendrogliomes anaplasiques avec nécrose qui restent de grade III.
En savoir plus

119 En savoir plus

Prise en charge du mal de pott dans le service de neurochirurgie au CHU Mohamed VI à Marrakech

Prise en charge du mal de pott dans le service de neurochirurgie au CHU Mohamed VI à Marrakech

L’âge moyen de nos malades était de 44 ans , avec une légère prédominance masculine(57,5%) . Le délai moyen du diagnostic était de 8,7 mois. La douleur rachidienne a motivé la consultation dans 85% des cas. Le déficit neurologique a été retrouvé chez 52%des cas, et les déformations rachidiennes chez 26%.L’imagerie a montré des lésions discovertébrales, une épidurite et des abcès paravertébraux .Le diagnostic a été retenu sur une preuve bactériologique et/ou histologique dans 46,5% des cas. Le traitement chirurgical a été effectué par voie antérieure chez 4 patients et par voie postérieure chez 35 (47,9%), associé à un traitement antibacillaire chez tous les patients durant 9 mois .L’évolution a été marquée par la réduction des déformations dans 88 % des cas et la récupération neurologique dans seulement 29%( la récupération est notée chez tous les malades opérés par voie antérieure).
En savoir plus

127 En savoir plus

Traitement des hydrocéphalies sur tumeurs de la fosse cérébrale postérieure : dérivation ventriculo-péritonéale versus ventriculo-cisternostomie

Traitement des hydrocéphalies sur tumeurs de la fosse cérébrale postérieure : dérivation ventriculo-péritonéale versus ventriculo-cisternostomie

- l’hydrocéphalie se rapporte à la nature et à la localisation de la tumeur, et après l’exérèse de la tumeur l’œdème et l’augmentation des résistances à l’écoulement du LCS peuvent être à l’origine d’une hydrocéphalie postopératoire [100]. La prise en charge de l’hydrocéphalie secondaire aux tumeurs de la FCP, a été adoptée pour la première fois par Chumas et al [22] en 1995 et son efficacité a été testée par sainte-rose et al [100] en 2001 qui a effectué 67 VCS endoscopique avant l’ablation de la tumeur chez les patients atteints d’hydrocéphalie sévère secondaire aux tumeurs de la FCP, dans cette série aucun décès et aucune morbidité permanente liée à cette procédure n’a été rapportée, un taux de 98,5% de l’amélioration symptomatique immédiate a été observé, et 94% de patients sans shunt après l’extirpation de la tumeur. Khassawneh [61] a réalisé 30 VCS en préopératoire pour la même entité pathologique, et il n’y avait aucune complication liée à cette procédure, et la réduction du système ventriculaire a été constaté à plus de 83% selon les données fournies par l’imagerie postopératoire démontrant ainsi le rôle de la VCS dans le traitement de cette pathologie. En outre la ventriculocisternostomie permet de prévenir l’hydrocéphalie en cas de récidive tumorale qui peut survenir des mois et des années après le traitement chirurgical.
En savoir plus

151 En savoir plus

Prise en charge des traumatismes du rachis cervical supérieur au chu Mohamed VI

Prise en charge des traumatismes du rachis cervical supérieur au chu Mohamed VI

1.3 Luxations et subluxations atlanto-axoïdiennes rotatoires (instabilité rotatoire C1-C2): Ces lésions surviennent au décours d’un mouvement rapide de rotation de la tête (accident de la voie publique, gifle, sport de combat). Ce sont des lésions rares chez l’adulte (65). Leur fréquence chez l’enfant s’explique par la laxité de l’appareil discoligamentaire et l’orientation horizontale des facettes des processus articulaires (49). Certains facteurs prédisposant sont identifiés, notamment les infections ORL et des voies respiratoires supérieures, les tumeurs de la moelle épinière, la polyarthrite rhumatoïde et les suites de la chirurgie de la tête et du cou (20, 29, 36, 80, 82, 96).
En savoir plus

132 En savoir plus

Prise en charge des craniosténoses au CHU Mohamed VI

Prise en charge des craniosténoses au CHU Mohamed VI

Les craniosténoses correspondent à la soudure prématurée d’une ou plusieurs sutures de la boite crânienne. Nous avons essayé, à travers une étude rétrospective, concernant 12 cas colligés dans le service de neurochirurgie de CHU Mohamed VI de Marrakech durant une période de 4 ans entre 2007 à 2010, de dégager certains aspects clinico-radiologiques, étiologiques et thérapeutiques des craniosténoses. Nos 12 malades se répartissent de la manière suivante : 03 plagiocéphales, 03 syndromes d’Apert, 02 scaphocéphales, 02 trigonocéphales, 01 brachycéphale, et 01 cas de crâne en trèfle. La moyenne d’âge de nos malades a été de 13 mois, le sexe ratio est de 1. Cliniquement, le motif de consultation était dans 91 % une anomalie crânienne isolée ou associée à d’autre malformation, et une hypertension intracrânienne dans 8 % des cas. La radiographie du crâne a été réalisée chez 8 malades (66 %), le fond d’œil a été réalisé chez 10 malades (83 %) et la TDM cérébrale a été faite chez tous nos malades avec une reconstruction spiralée chez 5 cas. Tous nos malades ont bénéficié d’une intervention chirurgicale, 75 % des malades ont été opéré avant l’âge de 1 an. Le traitement chirurgical a consisté en une craniotomie paramédiane avec retombées latérales dans un cas, le remodelage fronto-orbitaire chez un cas, et un remodelage crâniofacial avec avancement fronto-orbitaire chez le reste des malades. A part un cas de décès à j1 du post-opératoire, les suites opératoires immédiates ont été simples dans la majorité de nos patients. L’évolution à long terme a été jugée favorable dans 62 % des cas, et défavorable chez 3 malades : persistance de l’exophtalmie chez un et du retard psychomoteur chez 2. Il faut noter la correction de la dysmorphie crânienne chez tous les malades.
En savoir plus

154 En savoir plus

Prise en charge endoscopique de la pathologie neurochirurgicale : Exprience du Service de Neurochirurgie du CHU Mohamed VI De Marrakech

Prise en charge endoscopique de la pathologie neurochirurgicale : Exprience du Service de Neurochirurgie du CHU Mohamed VI De Marrakech

Figure 84 : Voie endoscopique endonasale [127] A Classification sagittale des différents accès chirurgicaux possibles par la voie endoscopique endonasale B Projection endocrânienne des abords endoscopiques endonasaux de la base du crâne 1. Fissure orbitaire supérieure (III, IV, VI, nerfs lacrymal, frontal et nasociliaire, veine ophtalmique supérieure) ; 2. Foramen rond (V2) ; 3. Foramen ovale (V3, artère méningée accessoire) ; 4. Foramen spinosum (artère et veine méningée moyenne, rameau méningé du V3) ; 5. Foramen déchiré antérieur (carotide interne, plexus veineux péricarotidien) ; 6. Hiatus du nerf petit pétreux ; 7. Hiatus du nerf grand pétreux ; 8. Canal hypoglosse ; 9. Foramen cæcum (veine émissaire du sinus sagittal supérieur) ; 10. Gouttière olfactive ; 11. Toit de l’orbite ; 12. Foramen ethmoïdal postérieur ; 13. Planum sphénoïdal; 14. Tubercule de la selle turcique ; 15. Canal optique ; 16. Apophyse clinoïde antérieure ; 17. Selle turcique ; 18. Dorsum sellae ; 19. Clivus ; 20. Méatacoustique interne (VII, VIII, artère labyrinthique) ; 21. Foramen Jugulaire (sinus pétreux inférieur, IX, X, XI, sinus sigmoïde, artère méningée postérieure); 22. Foramen magnum (moelle allongée, artères vertébrales, racines spinales des nerfs accessoires).
En savoir plus

241 En savoir plus

La prise en charge des anvrysmes intracrniens. Exprience du Service de Neurochirurgie du CHU Mohamed VI (2002-2012)

La prise en charge des anvrysmes intracrniens. Exprience du Service de Neurochirurgie du CHU Mohamed VI (2002-2012)

Dans notre série 9 patients ont bénéficié d’un drainage ventriculaire externe, dans le cadre de la prise en charge de l’hydrocéphalie aigue associé. e- les résultats de la chirurgie : La chirurgie a généralement de bons résultats dans le traitement des anévrysmes intracrâniens rompus ou non rompus. Cependant, un contrôle angiographique en postopératoire est nécessaire même avec une équipe compétente et ayant une large expérience dans la chirurgie anévrysmale. L’occlusion incomplète a été trouvée dans 16,66% des patients traités par clipping chirurgical. Certains anévrysmes peuvent être le plus souvent sujets à un clipping inadéquat. C'est le cas des anévrysmes à localisation postérieure, et les anévrysmes géants (91).
En savoir plus

150 En savoir plus

Prise en charge neurochirurgicale des tumeurs orbitaires expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Prise en charge neurochirurgicale des tumeurs orbitaires expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Les méningiomes sphéno-orbitaires sont des tumeurs bénignes, définis par l’envahissement intra-osseux de la petite aile et de la grande aile du sphénoïde aboutissant à une hyperostose du toit de l’orbite, de la paroi latérale de l’orbite et de la fosse cérébrale moyenne. L’atteinte osseuse peut gagner la fissure orbitaire supérieure, l’apophyse clinoïde antérieure, le canal optique et les sinus sphénoïdaux et éthmoïdaux. L’envahissement dural peut s’étendre en arrière vers la fissure orbitaire supérieure et le sinus caverneux. Enfin un envahissement vers l’orbite, en situation intra-ou extra-périorbitaire, vers la fosse ptérygomaxillaire ou le muscle temporal sont possible [31].
En savoir plus

197 En savoir plus

Prise en charge des traumatismes du rachis cervical inferieur au chu Mohamed VI

Prise en charge des traumatismes du rachis cervical inferieur au chu Mohamed VI

* Fracture tear-drop : l’instabilité de ces fractures, même en l’absence de signes neurologiques, impose une arthrodèse antérieure avec résection de la vertèbre et des disques atteints (61). ª Lésions en flexion-extension- distraction : * Entorses bénignes en flexion (11,69) : antalgiques, anti-inflammatoires non stéroïdiens, myorelaxants, port le moins longtemps possible d’un collier cervical, clichés dynamiques au huitième jour, reprise rapide des activités professionnelles avec abandon du collier cervical et rééducation active et proprioceptive du rachis cervical seront les garants des meilleurs résultats. * Entorse grave en flexion (69) : arthrodèse par voie antérieure après exérèse du disque atteint. * Fracture-luxation biauriculaire : réduction par traction par halo crânien puis arthrodèse par voie antérieure ou postérieure selon les écoles, voire antérieure et postérieure en cas d’instabilité majeure, de lésions multiples ou d’os de qualité moyenne.
En savoir plus

124 En savoir plus

La prise en charge des suppurations intracrniennes  lhpital Ibn Tofail du CHU Mohamed VI (aspect pidmiologique, clinique et thrapeutique)

La prise en charge des suppurations intracrniennes lhpital Ibn Tofail du CHU Mohamed VI (aspect pidmiologique, clinique et thrapeutique)

Actuellement, la possibilité de faire des diagnostics précoces grâce à la TDM et l'IRM cérébrale, a permis de mettre au clair les indications des différentes techniques chirurgicales. La trépanation est préconisée en cas d'empyème localisé, de petite taille et peu évolué. En effet la localisation précise de la collection permet de réaliser plusieurs trous de trépan afin d'effectuer un lavage et un drainage les plus complets possible. D'autres part, l'intervention à la phase aiguë permet d'évacuer un pus encore relativement fluide qui n'obture pas les cathéters, ces derniers peuvent être laissées pour 3 à 5 jours [26], [44], [50], [99] Pour KOJIMA coll. [110], l'indication de la trépanation a été posée devant l'âge avancé du patient (81 ans) et de l'état de choc à l'admission.
En savoir plus

197 En savoir plus

La prise en charge des suppurations Intracrniennes  A propos de 170 cas au service de Neurochirurgie  CHU Mohamed VI Marrakech

La prise en charge des suppurations Intracrniennes A propos de 170 cas au service de Neurochirurgie CHU Mohamed VI Marrakech

Actuellement, la possibilité de faire des diagnostics précoces grâce à la TDM et l'IRM cérébrale, a permis de mettre au clair les indications des différentes techniques chirurgicales. La trépanation est préconisée en cas d'empyème localisé, de petite taille et peu évolué. En effet la localisation précise de la collection permet de réaliser plusieurs trous de trépan afin d'effectuer un lavage et un drainage les plus complets possible. D'autres part, l'intervention à la phase aiguë permet d'évacuer un pus encore relativement fluide qui n'obture pas les cathéters, ces derniers peuvent être laisséespour 3 à 5 jours [18, 34, 45,96] Pour KOJIMA coll. [112], l'indication de la trépanation a été posée devant l'âge avancé du patient (81 ans) et de l'état de choc à l'amission.
En savoir plus

214 En savoir plus

Show all 7145 documents...

Sujets connexes