Haut PDF Prise en charge intgre du patient obse: Exprience du service dEndocrinologie du CHU MOHAMMED VI de Marrakech

Prise en charge intgre du patient obse: Exprience du service dEndocrinologie du CHU MOHAMMED VI de Marrakech

Prise en charge intgre du patient obse: Exprience du service dEndocrinologie du CHU MOHAMMED VI de Marrakech

Une revue critique de la littérature a eu pour objectif d’évaluer les effets de l’AP seule ou combinée à des modifications de l’alimentation sur la perte du poids (167). Cette étude montrait que les interventions qui associaient la prise en charge alimentation à l’exercice physique étaient plus efficaces que les interventions basées uniquement sur le régime alimentaire en terme de perte de poids à 6 mois, avec une perte de poids allant de 8 à 11%. Cependant, les interventions qui assuraient une activité physique d'intensité modérée à intense, sans régime prescrit, menées à une fréquence d'au moins trois à cinq fois par semaine avaient également entraîné une perte d'environ 2 à 3% du poids initial dans une durée de 6 mois. De plus, les interventions ciblant la marche et l’activité habituelle de faible intensité, qui visaient généralement l’augmentation graduelle des pas journaliers, semblent également produire des faibles taux de perte de poids de 1 à 1,5% du poids initial à 3–6 mois.
En savoir plus

158 En savoir plus

Prise en charge des maladies neurologiques par plasmaphrse : exprience du service de neurologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des maladies neurologiques par plasmaphrse : exprience du service de neurologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des maladies neurologiques par plasmaphérèse : expérience du service de neurologie au CHU Mohammed VI de Marrakech 41 Dans la plupart des cas, le remplacement du plasma retiré se fait à l’aide d’albumine 5% ou d’un mélange de l’albumine 5% avec du NaCl 0,9%. Si la perte de facteurs de la coagulation au cours des séances d’échanges plasmatiques répétées peut aboutir à des saignements actifs, s i le risque hémorragique est élevé comme dans le cas d’un purpura thrombotique thrombocytopénique (PTT), ou s’il y a un potentiel déficit d’une protéine spécifique chez le patient (comme le déficit de la métalloprotéase ADAMTS-13 chez les patients avec PTT), il est alors préférable de donner au patient du PFC contenant la protéine déficitaire. Les cristalloïdes, en raison du faible pouvoir d’expansion volumique, ne sont pas utilisés [4,17].
En savoir plus

134 En savoir plus

Prise en charge neurochirurgicale des tumeurs de la rgion pinale Exprience du service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge neurochirurgicale des tumeurs de la rgion pinale Exprience du service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Résumé Les tumeurs de la région pinéale représentent une entité rare en neurochirurgie. Nous rapportant dans ce travail l’étude rétrospective d’une série de 14 cas de tumeurs de la région pinéale, colligées au service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech, durant 9 ans de 2003 à 2011. Ces tumeurs représentent 1,1% des tumeurs cérébrales. L'âge moyen de nos patients était de 30 ans avec un sex-ratio de 1. Le délai moyen de consultation était de 5 mois. Les manifestations cliniques restent dominées le syndrome d’hypertension intracrânienne (100%). Une tomodensitométrie (TDM) a été effectuée dans 100% et le recours à l’imagerie par résonance magnétique (IRM) a concerné 85,7% des cas. Le dosage des marqueurs tumoraux réalisés dans 64,2%, ainsi que la cytologie du liquide céphalo-rachidien réalisée dans 42,8%, étaient tous deux négatifs. Le traitement chirurgical de l’hydrocéphalie (85,7%) et de la tumeur par biopsie (85,7%) ou par exérèse (14,2%), suivi d’une thérapie adjuvante adaptée (78,5%) était la conduite thérapeutique adoptée dans notre série. Les suites postopératoires étaient simples dans la plupart des cas. Les principales complications étaient les déficits neurologiques (7,1%) et la mortalité globale était de 7,1%. L’étude histopathologique a permis de trier 4 pinéaloblastomes, 2 pinéalocytomes, 2 germinomes et 3 tumeurs gliales.
En savoir plus

205 En savoir plus

La prise en charge des fractures ouvertes de jambe chez l'enfant : exprience du service de traumatologie orthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

La prise en charge des fractures ouvertes de jambe chez l'enfant : exprience du service de traumatologie orthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Résumé Objectif : Le but de notre étude est d’évaluer le profil des fractures ouvertes de jambe chez l’enfant sur les plans épidémiologique, clinique, thérapeutique et évolutif dans la région de Marrakech. Patient et méthode : Il s’agit d’une étude rétrospective incluant les enfants pris en charge au service de traumatologie orthopédie pédiatrique du CHU MOHAMMED VI de Marrakech entre Janvier 2009 et Décembre 2013. Résultats et discussion : quatre-vingt-trois enfants sont inclus, les garçons représentent 78,3 %, la moyenne d’âge est de 8,75 ans, les accidents de la voie publique (AVP) sont incriminés dans 83,1 % des cas, les fractures à trait simple sont les plus fréquentes (83 %), le traitement était orthopédique dans 68,6 % des cas, la fermeture cutanée était primaire dans 79,5 % des cas, le recours aux lambeaux et greffes cutanées était nécessaire respectivement dans 10,8 % et 9,6 %. Le délai moyen de consolidation chez les enfants âgés de plus de 12 ans et ceux âgés de moins de 12 ans était respectivement de 14,8 semaines et 12,3 semaines, 12 % des enfants ont eu un retard de consolidation. Trente enfants sont suivis au long court, les séquelles étaient comme suit : déformation osseuse chez un enfant, raideur articulaire chez 3 enfants, restriction des activités sportives chez 6 enfants, l’évaluation globale est jugée bonne dans 63,4% des cas. Conclusion : La prédominance masculine est constante dans toutes les études, la principale cause des fractures ouvertes de jambe sont les AVP, le traitement
En savoir plus

113 En savoir plus

Prise en charge des ingestions caustiques svres exprience de service de chirurgie gnrale au CHU Mohammed VI -Marrakech-

Prise en charge des ingestions caustiques svres exprience de service de chirurgie gnrale au CHU Mohammed VI -Marrakech-

60 patient est alors laissé à jeun, et une jéjunostomie est posée. Les lésions sont réévaluées au bout de 6 à 8 semaines. Si la brûlure de stade III n'intéresse que l'estomac, avec des lésions œsophagiennes moins importantes, le geste réalisé est fonction de la vitalité œsophagienne : une fois la gastrolyse effectuée, la section de l'œsophage abdominal permet de juger l'état de la paroi œsophagienne, en particulier de la muqueuse. Si elle est bien vascularisée à la section, le geste est alors une gastrectomie totale avec anastomose œso-jéjunale sur anse en Y, et jéjunostomie d'alimentation. Dans le cas d'une mauvaise vascularisation ou de lésions muqueuses sous-estimées par la fibroscopie, une recoupe œsophagienne de 3 à 4 cm, jusqu'en zone saine, peut être tentée, mais on est parfois amené à réaliser une œsogastrectomie totale par “stripping”. Le fait de stripper un œsophage modérément atteint expose théoriquement à un risque accru d'hémorragie médiastinale, ce que nous n'avons toutefois pas constaté en pratique.
En savoir plus

107 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale des prolapsus gnitaux : Exprience du service de gyncologie-obsttrique CHU Mohammed VI Marrakech

Prise en charge chirurgicale des prolapsus gnitaux : Exprience du service de gyncologie-obsttrique CHU Mohammed VI Marrakech

Pour l’instant aucune publication n’a montré l’efficacité de la rééducation dans la prise en charge des troubles de la statique pelvienne. d. Pessaire : Le pessaire est un dispositif placé dans le vagin pour soutenir les parois vaginales en prolapsus ou pour assurer une continence urinaire. Les pessaires ont pour avantage particulier de n’être que peu envahissants, en plus de fournir une atténuation immédiate des symptômes. Ces dispositifs constituent une excellente solution de rechange pour les femmes symptomatiques qui souhaitent encore connaître une grossesse, ainsi que pour celles qui choisissent d’avoir recours à une intervention non chirurgicale ou qui veulent obtenir un soulagement des symptômes avant la tenue d’une chirurgie. Les pessaires connaissent un regain de popularité et constituent une option pour la prise en charge du prolapsus et de l’incontinence chez les femmes de tous âges. Les pessaires sont principalement faits de silicone de qualité médicale; seuls les plus grands formats de pessaire sont faits d’acier chirurgical recouvert de silicone [127].
En savoir plus

216 En savoir plus

Prise en charge des gliomes de bas grade sus tentoriels de l'adulte Exprience du service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des gliomes de bas grade sus tentoriels de l'adulte Exprience du service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Expérience du service de neurochirurgie CHU Mohamed VI Marrakech 96 s’explique par le caractère très infiltrant de ces tumeurs limitant l’efficacité des thérapies locales, et leur résistance intrinsèque à la radiothérapie et aux chimiothérapies cytotoxiques. Depuis quelques années, de nouvelles approches thérapeutiques se sont développées [189]. Les gliomes de par leur biologie constituent des tumeurs candidates aux thérapies moléculaires ciblées. En effet, l’activation des voies PDGFR et EGFR dans les gliomes a conduit à évaluer l’efficacité de plusieurs agents inhibant l’activité tyrosine kinase des récepteurs membranaires de ces facteurs de croissance. Ainsi, l’imatinib (Glivec R) qui est un inhibiteur de l’activité tyrosine kinase du récepteur au PDGF (PDGFR), le gefitinib (Iressa R) et l’erlotinib (Tarceva R) qui sont des inhibiteurs oraux des domaines tyrosines kinases du récepteur à l’EGF (EGFR) ont fait l’objet d’essais thérapeutiques en monothérapie ou en association dans les gliomes malins en récidive. Les résultats sont à ce jour décevants avec un taux de réponse globalement inférieur à 15 % [190, 191]. L’échec des traitements anti-EGFR pourrait s’expliquer par une diffusion insuffisante de ces traitements au sein de la tumeur, par une activation concomitante de multiples récepteurs à tyrosine kinase distincts de l’EGFR, enfin, dans environ 50 %des cas l’activation de la voie des RTK ne passe pas par une stimulation au niveau du récepteur membranaire mais est en rapport avec une activation de la voie de signalisation en aval comme une inactivation de PTEN. Cependant, les authentiques réponses obtenues valident le concept de thérapie ciblée dans les gliomes. Les efforts sont actuellement poursuivis pour identifier les tumeurs les plus susceptibles de répondre à ces traitements [191, 192] et pour apprécier dans quelle mesure ces agents peuvent être combinés de façon avantageuse entre eux et avec les traitements radiochimiothérapie en première ligne de traitement. A ce titre, une étude de phase II avec l’erlotinib en association avec la radiochimiothérapie concomitante a donné des résultats encourageants [193].
En savoir plus

179 En savoir plus

La prise en charge chirurgicale de la sciatique  par hernie discale lombaire  Exprience du service de neurochirurgie du CHU  Mohammed VI de Marrakech sur une priode de 13 ans

La prise en charge chirurgicale de la sciatique par hernie discale lombaire Exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech sur une priode de 13 ans

La sciatique par hernie discale représente un problème de la santé publique, par sa fréquence et son retentissement socioprofessionnel. Notre travail est une étude rétrospective concernant 820 cas de sciatique par hernie discale, opérés au service de neurochirurgie de CHU Mohamed VI de Marrakech sur une période de de treize ans, allant de Janvier 2002 à Décembre 2014. Dans cette étude nous nous sommes proposé de dresser le profil épidémiologique, clinique, paraclinique, thérapeutique et évolutif, afin de rapporter l’expérience du service en matière de la prise en charge des sciatiques par hernie discale, et de comparer nos résultats avec les données de la littérature.
En savoir plus

158 En savoir plus

Prise en charge des mningiomes de ltage antrieur de la base du crne : Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Prise en charge des mningiomes de ltage antrieur de la base du crne : Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

La stratégie anesthésique pour une intervention neurochirurgicale donnée dépend de l'état neurologique et général du patient et de l'intervention prévu L'induction fait appel au Propofol ou Thiopental, à un morphinique (Fentanyl ou Sufentanil) et à un myorelaxant non dépolarisant ( Vécuronium, Rocuronium, …)Durant la phase d'entretien, concernant le choix entre anesthésiques intraveineux et volatils, les agents volatils permettent la maîtrise, la prévisibilité et la réussite d'un réveil précoce mais ils tendent à augmenter le débit sanguin cérébral, la pression intracrânienne et / ou le volume cérébral [124]. Les agents intraveineux, eux, permettent de bien contrôler ces trois derniers paramètres [125], mais le réveil peut être prolongé et / ou moins prévisible et l'on se retrouve confronté au diagnostic différentiel entre réveil retardé et complication chirurgicale nécessitant une TDM en urgence.
En savoir plus

223 En savoir plus

Lapport de lhypothermie slective dans la prise en charge de lencphalopathie anoxo-ischmique nonatale. Exprience du service de ranimation nonatale CHU Mohammed VI Marrakech

Lapport de lhypothermie slective dans la prise en charge de lencphalopathie anoxo-ischmique nonatale. Exprience du service de ranimation nonatale CHU Mohammed VI Marrakech

Soixante douze cas d’EHI ont été admis au service depuis 2012. Dix cas avaient une EHI SARNAT I, parmi 62 cas seulement 19 cas ont pu recevoir le protocole d’hypothermie. Pour les 19 nouveau-nés traités, le protocole a été appliqué avant 6 heures de vie. Les complications de l’asphyxie été comparable aux deux groupes avec enregistrement d’hypertension pulmonaire plus importante dans le groupe témoin. Les perdues de vue été plus marqués dans le groupe témoin. Le suivi à long terme des nouveau-nés du groupe protocole était normal dans presque la moitié des cas.
En savoir plus

109 En savoir plus

L'intrt de l'abord antrieur dans la prise en charge de la hernie discale cervicale Exprience du service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

L'intrt de l'abord antrieur dans la prise en charge de la hernie discale cervicale Exprience du service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

a. Technique : En décubitus dorsal, le patient est allongé dans le tunnel de l’appareil d’IRM. Un centrage extrêmement rigoureux sur le plan longitudinal est indispensable tant pour le repérage qui se fait sur les coupes sagittales que pour une bonne homogénéité de la moelle cervicale. L’immobilité du patient est primordiale durant toute la période d’acquisition. Les images sont obtenues grâce à un champ magnétique produit par un aimant, dans lequel passe des ondes de radiofréquence qui vont faire « résonner » les atomes d’hydrogène, principal constituant d’eau (H2O) ; l’eau étant un élément présent en +/- grande quantité dans l’ensemble des tissus du corps humain (environ 80% du poids du Corps). Les signaux recueillis par l’appareil en provenance des protons d’eau du corps humain vont être analysés par informatique afin de reconstruire une image en coupes qui peut être orientée d’emblée dans n’importe quel plan de l’espace choisi à l’avance. Plus le signal en provenance du corps est intense, plus le point correspondant de l’image est blanc et inversement. L’intensité du signal dépend des paramètres physiques magnétiques propres à chaque tissu. Ces paramètres appelés temps de relaxation correspondent à la période de retour à l’équilibre (relaxation) des atomes d’hydrogène après leur excitation (résonance) par l’onde de radiofréquence. Pour chaque tissu, il existe 2 types de temps de relaxation, le T1 et le T2 qui vont influencer l’intensité du signal obtenu. Le nombre des atomes d’hydrogène dans le tissu va également influencer l’intensité du signal recueilli (67) :
En savoir plus

159 En savoir plus

La prise en charge chirurgicale de la malformation de Chiari. Exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI, Marrakech

La prise en charge chirurgicale de la malformation de Chiari. Exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI, Marrakech

Plusieurs évolutions sont possibles en cas d’amélioration nette et d’affaissement du kyste et la normalisation du flux au niveau de la charnière, le résultat peut être considéré comme satisfaisant et un suivi simple pourra être de mise. Si l’état du patient est stabilisé mais le kyste reste tendu et présent et le flux non synchrone, il faut être très vigilant sur l’évolution clinique et l’apparition de la moindre détérioration clinique devrait discuter une intervention. Dans ce cas, si l’IRM morphologique montre l’absence d’une décompression suffisante au niveau de la charnière cervico occipitale et/ou absence d’une néo grande citerne, et l’IRM de flux ne montre pas de rétablissement normal à ce niveau, une nouvelle intervention au niveau de la charnière sera proposée pour tenter un agrandissement encore plus important et un rétablissement d’un flux normal à ce niveau.
En savoir plus

186 En savoir plus

Prise en charge des encphalocles : exprience du service de neurochirurgie, CHU Mohammed VI, Marrakech

Prise en charge des encphalocles : exprience du service de neurochirurgie, CHU Mohammed VI, Marrakech

Nous rapportons les observations de 18 cas d’encéphalocèles dans notre étude au service de neurochirurgie au niveau du CHU Mohammed VI de Marrakech pendant une durée de 9 ans de 2002 jusqu'à 2011. La localisation occipitale été la plus fréquente (67 %) suivi par la localisation nasoéthmoidale puis la localisation frontale et enfin la localisation pariétale. Toutes les malformations étais diagnostiqués au scanner sauf un cas diagnostiqué à l’IRM. Tous les cas ont bénéficié d’un traitement chirurgical avec résection de l’encéphale dysgénésique non fonctionnel (une réduction d’encéphale fonctionnel faite chez un seul patient) et la fermeture des défect osseux et dure mèrien, avec une évolution favorable dans la plupart des cas (des cas de méningite et d’hydrocéphalie post-opératoire ont été notés).
En savoir plus

136 En savoir plus

La prise en charge des oligodendrogliomes intracrniens Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI de Marrakech

La prise en charge des oligodendrogliomes intracrniens Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI de Marrakech

- - - - 43 43 43 43 - - - - permet une analyse précise du volume tumoral et de ses conséquences sur le parenchyme cérébral adjacent (œdème, effet de masse). Une prise de contraste après injection de gadolinium peut exister soit dans le cas d’une tumeur hypervascularisée (bas ou haut grade), soit dans le cas d’une prolifération microcapillaire (tumeur de haut grade), soit dans le cas de rupture de la barrière hémato-encéphalique (visible dans certaines tumeurs de bas grade). Aux séquences les plus couramment utilisées sont quelquefois rajoutées des séquences spécifiques pouvant répondre à certaines problématiques opératoires: séquences d’inversion récupération (haute définition anatomique), séquences d’angio-IRM (rapports vasculaires). Dans la compréhension des rapports tumoraux avec les structures avoisinantes, des logiciels de reconstructions en trois dimensions peuvent être d’un réel intérêt, notamment pour la représentation tumorale dans l’espace du chirurgien, voire pour le choix de la voie d’abord chirurgicale.
En savoir plus

143 En savoir plus

La prise en charge des compressions mdullaires tumorales : exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech

La prise en charge des compressions mdullaires tumorales : exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech

Sa localisation préférentielle siège au niveau cervical. L’IRM montre l’élargissement médullaire ainsi que les composantes tumorales charnues et kystiques. Les images pondérées en T1 montrent un élargissement souvent irrégulier de la moelle avec des zones hypo-intenses, souvent mal limitées, parfois nodulaires liées à la nécrose tumorale. Les images pondérées en T2 montrent que l’élargissement médullaire est le siège d’un hyper-signal, celui-ci n’est pas spécifique et correspond à la fois à l’infiltration tumorale et à l’œdème. L’injection intraveineuse de Gadolinium met en évidence dans tous les cas une prise de contraste homogène et rapide permettant une délimitation nette entre la tumeur, l’éventuel œdème périlésionnel et la moelle normale adjacente, ainsi que les nodules d’essaimage dans les espaces sous arachnoïdiens. [83]
En savoir plus

159 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale du pied dun enfant portant une paralysie crbrale : Exprience du service dorthopdie traumatologie pdiatrique au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge chirurgicale du pied dun enfant portant une paralysie crbrale : Exprience du service dorthopdie traumatologie pdiatrique au CHU Mohammed VI de Marrakech

Pour les enfants qui ont la capacité de tenir debout, l’examen au podoscope permet d’apprécier l’appui réel et d’adapter les chaussures (parfois les chaussures orthopédiques), afin d’assurer une distribution uniforme des contraintes mécaniques en charge [31]. L’empreinte de référence (Figure 9) montre l’empreinte du talon postérieur ovoïde car l’appui y est plus marqué [39]. L’isthme est la zone d’appui du médio pied (arche latérale). Le bord externe est légèrement concave en dehors, sa largeur représente environ le tiers de la largeur de la zone d’appui de l’avant pied. La zone d’appui située sous les articulations métatarso-phalangiennes est la plus large (bande métatarsienne ou talon antérieur). Les pulpes des orteils ont toutes une zone d’appui ovalaire, à distance et en avant de la bande métatarsienne.
En savoir plus

148 En savoir plus

Prise en charge des atrsies des voies biliaires au service de chirurgie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des atrsies des voies biliaires au service de chirurgie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Bien que l’échographie ne soit pas suffisante pour établir le diagnostic avec certitude, elle permet d’apporter certains arguments de poids en faveur de l’affection. Sa sensibilité et sa spécificité peuvent dépasser 90% dans des centres spécialisés [115] (tableau XI). Concernant notre série, l’échographie abdominale a soutenu le diagnostic d’AVB chez 77% de nos patients. Les voies biliaires n’étaient pas dilatées chez tous les patients. La vésicule biliaire était atrophique ou non visualisé chez 74% des patients. Un kyste hilaire a était objectivé chez 4 patients. Un élément du syndrome de polysplénie a été retrouvé chez 3 patients (2 polysplénies et 1 situs inversus). Le signe de la corde triangulaire a été mis en évidence chez un seul patient.
En savoir plus

171 En savoir plus

Sclrose latrale amyotrophique : Exprience du service de neurologie au CHU Mohammed VI Marrakech

Sclrose latrale amyotrophique : Exprience du service de neurologie au CHU Mohammed VI Marrakech

LCR a objectivé une hyperprotéinorachie chez un patient avec une sérologie syphilitique positive. A la fin de cette étude, 96,4% des patients présentaient une SLA dégénérative, tandis que la maladie était d’origine secondaire chez 3,6% des cas. La prise en charge globale a comprit la vitaminothérapie et la kinésithérapie chez tous les malades, l’orthophonie chez 15,3% des cas, la gastrostomie chez 11,7% des cas, la ventilation non invasive était utilisée chez 7,20% des patients, 1,8% de nos malades ont eu recours à la trachéotomie. L’évolution des patients dans cette série a été marquée par par la progression plus au moins rapide de la symptomatologie avec décès chez 54 patients (48,64% des cas), aggravation des troubles chez 40 malades (soit 36,03% des cas), tandis que 17 patients (15,31% des cas) étaient perdus de vue. Le délai moyen de mortalité était estimé à 3ans.
En savoir plus

134 En savoir plus

Linfertilit dorigine gntique : exprience du service de gntique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Linfertilit dorigine gntique : exprience du service de gntique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Tout comme pour l’insémination artificielle, dans le cadre de la FIV, il est nécessaire d’obtenir la maturation de plusieurs follicules grâce à des inducteurs d’ovulation[256]. 1.3. Insémination intra utérine ou fécondation in vitro ? Goverde [258] et Tanahatoe [259] ont démontré que l’IIU avec stimulation ovarienne fournit le même taux de grossesse que la FIV mais à plus faible coût. Aboulghar [260,261] a proposé de limiter à 3 le nombre optimal d’IIU avant le recours à la FIV (39,2 % de taux cumulatif de grossesse sur 3 cycles versus 5,2 % sur les cycles 4-6). Dans l’infertilité inexpliquée, la revue de la littérature montre donc un intérêt certain à l’association stimulation de l’ovulation-IIU au début de la prise en charge, en termes de grossesse et d’enfants nés vivants. Il est important de noter que dans ces études, la mention de l’âge de la femme n’est pas prise en compte, ce qui peut modifier la stratégie[262].
En savoir plus

159 En savoir plus

La prise en charge neurochirurgicale des craniopharyngiomes intra-crniens. Exprience du service de neurochirurgie CHU Med VI Marrakech

La prise en charge neurochirurgicale des craniopharyngiomes intra-crniens. Exprience du service de neurochirurgie CHU Med VI Marrakech

est une irradiation de haute précision qui permet de délivrer à la tumeur une forte dose de rayonnement en une seule fraction. Cette dose thérapeutique, ou énergie, est conditionnée par la somme des faisceaux concentrés en un espace restreint, siège de la tumeur, émis par 201 sorces radioactive (cobalt-60). Cette technique nécessite l’immobilisation de la tête du patient par la mise en place du cadre stéréotaxique de Leksell, à partir du quel la lésion est localisée dans les trois dimensions. En effet, le volume tumoral est repéré sur des images TDM et IRM dans le but de diriger les rayons sur la cible à traiter tout en épargnant au maximum les structures cérébrales saines adjacentes. Ces images sont ensuite importées dans un ordinateur et le neurochirurgien calcule les paramètres du traitement (Gamma Plan). Une fois la planification du traitement terminée, la machine est programmée avec les données obtenues. Les doses prescrites s’étendent de 9 à 20Gy.
En savoir plus

155 En savoir plus

Show all 10000 documents...

Sujets connexes