Haut PDF Prise en charge des grossesses extra-utérines CHU Mohammed VI

Prise en charge des grossesses extra-utérines CHU Mohammed VI

Prise en charge des grossesses extra-utérines CHU Mohammed VI

Son diagnostic est parfois difficile même en échographie lors d’un diagnostic précoce (Avant 6 SA), les méthodes d’ablation sélective semblent donner de bons résultats avec peu de complication ( hystérosection, ablation à la pince ou aspiration). Sur des grossesses plus évoluées, la référence semble être le MTX, administré in- situ pour certains, ou associé aux autres à un foetocide en cas de grossesse embryonnée avec activité cardiaque. En cas de métrorragie importante, le curetage cervical associé à une méthode de tamponnement (cerclage ou sonde Foley) peut être employé, l’embolisation sélective est un recours en cas de persistance des saignements après utilisation préalable des autres méthodes. Certains l’ont même proposé en première intention (58).
En savoir plus

117 En savoir plus

Analyse des échecs de traitement par méthotrexate dans la prise en charge des grossesses extra-utérines tubaires : étude rétrospective au CHU d'Amiens entre mars 2012 et février 2015

Analyse des échecs de traitement par méthotrexate dans la prise en charge des grossesses extra-utérines tubaires : étude rétrospective au CHU d'Amiens entre mars 2012 et février 2015

! Un traitement conservateur ou salpingotomie qui laisse la trompe en place après réalisation d’une incision tubaire puis une extraction de la grossesse grâce à un système d’aspiration. Le traitement médical est envisageable en cas de diagnostic précoce. Il est moins invasif que le traitement chirurgical et repose sur l’utilisation du MTX. Il s’agit d’un agent de la classe des anti-métabolites. Son principal mode d’action est d’être un inhibiteur compétitif de l’enzyme dihydrofolate réductase, une enzyme capitale dans le métabolisme de l’acide folique. Cette inhibition perturbe la synthèse de l’adénine, de la guanine et de la thymidine qui sont des constituants de l’ADN et de l’ARN cellulaire. Ainsi, le MTX inhibe la synthèse de l’ADN en stoppant la prolifération cellulaire [19]. Ce médicament cytotoxique bénéficie en France d’une autorisation de mise sur le marché (AMM) en cancérologie, en dermatologie et en rhumatologie. En gynécologie, le MTX trouve son intérêt pour le traitement des maladies molaires et tumeurs trophoblastiques, en particulier les choriocarcinomes. Il est également utilisé, hors AMM, dans le traitement de certaines grossesses ectopiques. Une information éclairée de la patiente sur les modalités d’administration du MTX, ses effets secondaires et la surveillance clinico-biologique associée est indispensable, au mieux soutenue par un document écrit [20]. Les modalités de surveillance après traitement médical consistent en un suivi ambulatoire de la décroissance des taux de βhCG. Celle-ci est généralement obtenue en 1 mois [21]. Pour cette raison, une mauvaise compliance ou un suivi difficile en ambulatoire contre-indiquent le traitement par MTX. Une décroissance anormalement lente ou une réascension des βhCG imposent un traitement additionnel qui peut être soit la réalisation d’une 2 ème injection de MTX soit le recours à un traitement chirurgical. Il est recommandé de ne pas réaliser plus de 3 injections de MTX [22]. Le traitement médical par MTX présente plusieurs intérêts :
En savoir plus

79 En savoir plus

Prise en charge neurochirurgicale des méningiomes de l'étage antérieur de la base du crâne au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge neurochirurgicale des méningiomes de l'étage antérieur de la base du crâne au CHU Mohammed VI de Marrakech

Réalisée sans injection du produit de contraste sans injection du produit de contraste sans injection du produit de contraste sans injection du produit de contraste, son aspect typique est celui d’une masse homogène à contours le plus souvent réguliers et nets, parfois polylobés, refoulant le parenchyme adjacent, présentant un point d’attache à une structure méningée et osseuse. L’étude des densités montre qu’il s’agit, dans 70 à 75% des cas, d’une lésion hyperdense (entre 45 et 80 UH) au parenchyme cérébral, isodense (35-45 UH) dans 25% des cas, exceptionnellement hypodensité (1à 5% des cas) [73,109]. Elle peut présenter des calcifications disséminées en son sein (20 à 25% des cas), ce qui peut artificiellement rehausser par endroits sa densité et la faire apparaître hétérogène. Elle est enfin entourée d’une zone hypodense dans plus de la moitié des cas (60%), ce qui signifie l’existence d’un œdème associé qui a donné lieu à diverses interprétations. En effet beaucoup de tumeurs du système nerveux central ont la faculté d’induire la formation d’un œdème péritumoral. Si cela se comprend facilement dans le cadre de tumeurs malignes, à développement très rapide, envahissant la substance blanche, telles que les métastases et les glioblastomes, il est plus difficile de comprendre pourquoi les méningiomes, tumeurs extra axiales le plus souvent bénins, à croissance lente, s’accompagnent, dans plus de 60% des cas, d’un œdème péritumoral [24]. Cet œdème n’est pas uniforme. Même si son caractère vasogénique est très largement admis, ses circonstances de survenue et ses mécanismes de formation ne sont pas encore parfaitement démontrés.
En savoir plus

206 En savoir plus

Prise en charge neurochirurgicale des tumeurs orbitaires expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Prise en charge neurochirurgicale des tumeurs orbitaires expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Les méningiomes sphéno-orbitaires sont des tumeurs bénignes, définis par l’envahissement intra-osseux de la petite aile et de la grande aile du sphénoïde aboutissant à une hyperostose du toit de l’orbite, de la paroi latérale de l’orbite et de la fosse cérébrale moyenne. L’atteinte osseuse peut gagner la fissure orbitaire supérieure, l’apophyse clinoïde antérieure, le canal optique et les sinus sphénoïdaux et éthmoïdaux. L’envahissement dural peut s’étendre en arrière vers la fissure orbitaire supérieure et le sinus caverneux. Enfin un envahissement vers l’orbite, en situation intra-ou extra-périorbitaire, vers la fosse ptérygomaxillaire ou le muscle temporal sont possible [31].
En savoir plus

197 En savoir plus

Prise en charge des meningiomes intracraniens au CHU Mohammed VI : étude sur une série de 73 cas

Prise en charge des meningiomes intracraniens au CHU Mohammed VI : étude sur une série de 73 cas

RESUME Les méningiomes intracrâniens sont des tumeurs extra-parenchymateuses classiquement bénignes. Elles se développent aux dépend des enveloppes méningées à partir des cellules arachonoïdiennes. Ils sont fréquents ; ils représentent 18 à 20% des tumeurs intracrâniennes primitives. Ils sont d’évolution lente avec une nette prédominance du sexe féminin. Ils peuvent survenir a tout âge ; toutefois ; ils sont plus fréquents après l’âge de 50 ans. La symptomatologie diffère selon le siège, le volume de la tumeur, les structures anatomiques avec lesquelles la lésion entre en rapport. La TDM et l’IRM constituent les examens paracliniques clés pour le diagnostic de ces tumeurs, la confirmation est histopathologique. L’exérèse chirurgicale totale représente le seul garant d’une guérison, cependant elle n’est pas toujours possible , expliquant le caractère récidivant de ces tumeurs, et la nécessité de recourir à d’autres méthodes thérapeutiques comme la radiothérapie. Le but du travail est de rapporter l'expérience du service en matière de la prise en charge des méningiomes intracrâniens et de discuter les aspects diagnostiques et thérapeutiques de ces lésions.
En savoir plus

113 En savoir plus

Prise en charge des tumeurs trophoblastiques gestationnelles : Exprience du CHU Mohammed VI Marrakech

Prise en charge des tumeurs trophoblastiques gestationnelles : Exprience du CHU Mohammed VI Marrakech

125 4. 83% des patientes préservent leur fertilité malgré un traitement par chimiothérapie, et la plupart sera capable de mener une grossesse à terme aboutissant à un nouveau-né vivant et sans malformations (236) . Bien qu'une seule étude ait noté une légère augmentation de la mortalité néonatale dans les grossesses ultérieures au traitement par chimiothérapie des TTG, la majorité des études menées dans ce sens confirme qu’il n’existe aucune augmentation de survenue d’évènements pathologiques durant ou au dénouement de la grossesse à savoir : les avortements spontanés, la prématurité, l’indication de césariennes ou les anomalies fœtales. Berkowitz et al. confirment la possibilité d’une grossesse ultérieure sans incidents puisqu’ils retrouvent chez 70% des patientes des grossesses à terme sans complications et chez seulement 2.5% des malformations congénitales mineures (236) . Un traitement de fertilité peut être envisagé pour les patientes en difficulté de concevoir.
En savoir plus

210 En savoir plus

La prise en charge chirurgicale de la malformation de Chiari. Exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI, Marrakech

La prise en charge chirurgicale de la malformation de Chiari. Exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI, Marrakech

La syringomyélie non communicante est la plus fréquente et elle est caractérisée par une cavitation complexe qui ne communique pas avec le quatrième ventricule. Ces syrinx peuvent impliquer à la fois le canal central épendymaire et le parenchyme para central de la moelle épinière. Les malformations de Chiari (Type I et type 0) sont habituellement associées à ce type de syringomyélie. La syringomyélie non communicante peut aussi être secondaire à une arachnoïdite spinale (postméningitique ou post-traumatique), l'hémorragie sous- arachnoïdienne, une compressions extra-médullaire (kyste, tumeur ou spondylose) et à d'autres anomalies squelettiques comme l'impression basilaire. Comme elle peut être primaire sous forme des cavitations parenchymateuses secondaires à une hémorragie intramédullaire ou un infarctus. Dans ces cas, la syringomyélie se produit à proximité de la lésion.
En savoir plus

186 En savoir plus

Prise en charge des corps trangers digestifs de lenfant aux Urgences Pdiatriques du CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des corps trangers digestifs de lenfant aux Urgences Pdiatriques du CHU Mohammed VI de Marrakech

Néanmoins, même des objets mous comme les pièces de monnaie peuvent être la cause de perforation œsophagienne [11,130,131]. La perforation se produit parfois en moins de 24 heures après l'ingestion, mais elle peut être aussi plus tardive. Dans la plupart des cas, c'est l'œsophage cervical qui est atteint [11,46]. Elle peut s'accompagner d'une migration extra- viscérale du corps étranger vers les tissus environnants ou de la formation d'une fistule aéro- digestive vers la trachée. Cette dernière complication survient généralement au niveau de l'arcade aortique et est surtout provoquée par les os et les arêtes [11,132-134].
En savoir plus

148 En savoir plus

Prise en charge des mningiomes de langle ponto-crbelleux au service de neurochirurgie Du CHU MOHAMMED VI

Prise en charge des mningiomes de langle ponto-crbelleux au service de neurochirurgie Du CHU MOHAMMED VI

II. Les voies d’abord chirurgicales : La voie retrosigmoïde la plus utilisée par l’ensemble des auteurs et en particulier par notre équipe, permet l’abord extra-pétreux de l’angle ponto-cérébelleux. Le patient est installé en décubitus dorsal, la tête du côté opposé à la voie d’abord (figure 29) [33]. D’autres positions ont été décrites comme la position assise le décubitus latéral, ou la position « Park bench ». Le rachis cervical doit être fléchi pour orienter le menton vers la clavicule opposée. L’intervention doit être menée sous monitorage du nerf facial. En raison par ailleurs des troubles végétatifs qui peuvent survenir lors de la dissection des nerfs trijumeau, glosso-pharyngien ou vague, certains auteurs préconisent la mise en place préventive d’un pacemaker externe durant l’intervention [34].
En savoir plus

140 En savoir plus

La prise en charge des tumeurs de la fosse crbrale posterieure au CHU Mohammed VI

La prise en charge des tumeurs de la fosse crbrale posterieure au CHU Mohammed VI

Les séquences après injection seront acquises au mieux et dans au moins deux plans de coupes orthogonaux [33]. La séquence de diffusion doit faire partie au même titre que les séquences précédentes, de l’exploration en IRM d’un processus d’allure évolutive de la fosse postérieure. Elle participe peu fréquemment, mais de façon décisive à la caractérisation tissulaire comme dans le cas des kystes épidermoïdes ou des médulloblastomes [33]. Dans le cas d’une lésion extra-axiale siégeant dans les citernes, il est nécessaire d’acquérir une séquence en T2 haute résolution (Quel que soit son mode d’acquisition). Il s’agit d’une séquence à très haute définition anatomique, à très fort contraste, même s’il est binaire (liquide hyper-intense et toutes les autres structures hypo-intenses) [46,34]. Elle permet une excellente analyse de la pathologie des nerfs crâniens et autorise un bilan d’extension précis de tumeur comme par exemple le kyste épidermoïde [34].
En savoir plus

168 En savoir plus

Prise en charge des maladies neurologiques par plasmaphrse : exprience du service de neurologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des maladies neurologiques par plasmaphrse : exprience du service de neurologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Tazi I et al [23] 3 2 notre série 43 3 V. Échanges plasmatiques dans la PRNC : La PRNC est une neuropathie périphérique auto-immune acquise [58]. Les corticostéroïdes, les IgIV ou l'EP sont les options de traitement dont les résultats sont similaires ; le choix entre elles est donc basé sur le coût, la disponibilité et les effets secondaires. Un traitement d'entretien, comprenant la prise continue de stéroïdes, un EPT périodique ou des perfusions répétées d'IgIV, est généralement nécessaire car l'arrêt du traitement peut être suivi d'une rechute [59].
En savoir plus

134 En savoir plus

La prise en charge des compressions mdullaires tumorales : exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech

La prise en charge des compressions mdullaires tumorales : exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech

Sa localisation préférentielle siège au niveau cervical. L’IRM montre l’élargissement médullaire ainsi que les composantes tumorales charnues et kystiques. Les images pondérées en T1 montrent un élargissement souvent irrégulier de la moelle avec des zones hypo-intenses, souvent mal limitées, parfois nodulaires liées à la nécrose tumorale. Les images pondérées en T2 montrent que l’élargissement médullaire est le siège d’un hyper-signal, celui-ci n’est pas spécifique et correspond à la fois à l’infiltration tumorale et à l’œdème. L’injection intraveineuse de Gadolinium met en évidence dans tous les cas une prise de contraste homogène et rapide permettant une délimitation nette entre la tumeur, l’éventuel œdème périlésionnel et la moelle normale adjacente, ainsi que les nodules d’essaimage dans les espaces sous arachnoïdiens. [83]
En savoir plus

159 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale des prolapsus gnitaux : Exprience du service de gyncologie-obsttrique CHU Mohammed VI Marrakech

Prise en charge chirurgicale des prolapsus gnitaux : Exprience du service de gyncologie-obsttrique CHU Mohammed VI Marrakech

Pour l’instant aucune publication n’a montré l’efficacité de la rééducation dans la prise en charge des troubles de la statique pelvienne. d. Pessaire : Le pessaire est un dispositif placé dans le vagin pour soutenir les parois vaginales en prolapsus ou pour assurer une continence urinaire. Les pessaires ont pour avantage particulier de n’être que peu envahissants, en plus de fournir une atténuation immédiate des symptômes. Ces dispositifs constituent une excellente solution de rechange pour les femmes symptomatiques qui souhaitent encore connaître une grossesse, ainsi que pour celles qui choisissent d’avoir recours à une intervention non chirurgicale ou qui veulent obtenir un soulagement des symptômes avant la tenue d’une chirurgie. Les pessaires connaissent un regain de popularité et constituent une option pour la prise en charge du prolapsus et de l’incontinence chez les femmes de tous âges. Les pessaires sont principalement faits de silicone de qualité médicale; seuls les plus grands formats de pessaire sont faits d’acier chirurgical recouvert de silicone [127].
En savoir plus

216 En savoir plus

Prise en charge des atrsies des voies biliaires au service de chirurgie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des atrsies des voies biliaires au service de chirurgie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Ce bourgeon est constitué de deux parties, la pars cranialis ou pars hepatica à l'origine du foie et des voies biliaires intra hépatiques, et la pars caudalis ou pars cystica à l'origi[r]

171 En savoir plus

LA PRISE EN CHARGE DU CANCER COLORECTAL METASTATIQUE : EXPERIENCE DU CENTRE DONCOLOGIE HEMATOLOGIE CHU MOHAMMED VI MARRAKECH

LA PRISE EN CHARGE DU CANCER COLORECTAL METASTATIQUE : EXPERIENCE DU CENTRE DONCOLOGIE HEMATOLOGIE CHU MOHAMMED VI MARRAKECH

86 Le cancer colorectal constitue un véritable problème de santé public, aussi bien au Maroc que dans le monde entier par sa fréquence et sa mortalité importante. La prise en charge d’un patient atteint d’un cancer colorectal métastatique (CCRM) nécessite un bilan diagnostique initial très complet, une intégration des comorbidités du patient, de son état général et surtout, de ses désirs quant aux options thérapeutiques proposées. L’attitude thérapeutique doit être décidée de manière concertée entre tous les acteurs, dans le cadre de réunions multidisciplinaires.
En savoir plus

149 En savoir plus

La prise en charge des malformations artrio-veineuses intracrniennes : exprience du service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI

La prise en charge des malformations artrio-veineuses intracrniennes : exprience du service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI

Les MAVc sont peu fréquentes par rapport aux autres malformations vasculaires mais sont graves du fait du risque hémorragique lié à l’évolution naturelle de la maladie. Leur prise en charge nécessite le plus souvent une stratégie thérapeutique mettant en concertation une équipe multidisciplinaire : neurochirurgien, neuro radiologues et radiothérapeutes. La détermination des facteurs pronostiques constitue l’outil pour établir un plan thérapeutique adapté. Ce travail a mis en exergue les facteurs incriminés dans le pronostic des MAVc qui sont d’ordre épidémiologiques cliniques et para cliniques.
En savoir plus

157 En savoir plus

Prise en charge de l'hmatome intraparenchymateux spontan Exprience de l'hpital Ibn Tofail du CHU Mohammed VI

Prise en charge de l'hmatome intraparenchymateux spontan Exprience de l'hpital Ibn Tofail du CHU Mohammed VI

La TDM était systématique pour l’ensemble des patients, assurant facilement le diagnostic de l’hématome intraparenchymateux spontané, la localisation hémisphérique profonde a été la p[r]

151 En savoir plus

Prise en charge des craniosténoses au CHU Mohamed VI

Prise en charge des craniosténoses au CHU Mohamed VI

relativement modérées et limitées aux douze premières heures, leur compensation reposant sur les mêmes principes qu’en période peropératoire (97). 4-2 Complications postopératoires Des pertes sanguines postopératoires supérieures à 50% de la masse sanguine sont observées. Elles doivent faire rechercher en premier lieu une anomalie de l’hémostase, dont la correction est impérative. Les hématomes sous-cutanés sont fréquents et s’accompagnent souvent de fièvre modérée persistante. Ils sont une source de gène importante pour l’enfant, mais régressent en quelques jours. Les hématomes intracrâniens extra parenchymateux sont exceptionnels, liés à un défaut de réadaptation rapide du volume du cerveau au volume crânien. Leurs manifestations cliniques sont souvent atypiques et leur diagnostic repose sur un examen tomodensitométrique systématique, à réaliser immédiatement au moindre doute. Des complications de réanimation très particulières sont observées au décours des interventions complexes incluant les grandes avancées faciales, chez les enfants porteurs de malformations médianes complexes de la face. Ce sont essentiellement des troubles hydroélectrolytiques majeurs se rapprochant du cerebral salt wasting syndrome, dont l’évolution est souvent compliquée et la physiopathologie mal connue (109). Les complications infectieuses sont rares. Ce sont essentiellement des hématomes sous-cutanés infectés, qui nécessitent un traitement actif pour éviter la survenue d’une ostéite de pronostic fonctionnel catastrophique.
En savoir plus

154 En savoir plus

Prise en charge des cavernomes du systme nerveux central Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Prise en charge des cavernomes du systme nerveux central Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

16 cases of cavernomas the central nervous system were taken care of from 1 January 2004 to 31 december 20011 at the department of neurosurgery of Mohammed VI University Hospital Complex in Marrakech. The epidemiologic, clinical, radiological, therapeutic and follow-up data were analyzed. The cavernomas were encephalic (including brain stem and cerebellum) in 14 patients, and in the spinal cord in 2 patients. The sex ratio is 1,66 showing a slight predominance of male and the median age is 42 years old. The clinical symptomatology is dominated by a slow . The cavernoma was solitary all patients. The subtentorial localization was most frequent (13 cases). Bleeding was observed in one patient giving a hemorrhagic risk.
En savoir plus

143 En savoir plus

Prise en charge des ingestions caustiques svres exprience de service de chirurgie gnrale au CHU Mohammed VI -Marrakech-

Prise en charge des ingestions caustiques svres exprience de service de chirurgie gnrale au CHU Mohammed VI -Marrakech-

69 Résumé : Les ingestions caustiques sont une véritable urgence médico-chirurgicale, nécessitant une prise en charge multidisciplinaire. Le but de notre étude rétrospective réalisée entre 2007 et 2012, au service de chirurgie générale du centre hospitalier Ibn Tofaïl, est d’analyser les caractéristiques épidémiologiques, diagnostiques, thérapeutiques et évolutives des ingestions caustiques sévères. Les patients colligés dans cette étude sont au nombre de 26, (16 hommes et 10 femmes), soit un sexe ratio de 1,6. Ils sont âgés entre 20 et 72 ans (moyenne de 35 ans). 23% de nos patients ont eu un passé psychologique connu. Les circonstances accidentelles sont moins fréquentes (46,16%) que les formes volontaires (53,84%). L’esprit de sel (HCl) est le produit le plus utilisé (73,07%), suivi de l’eau de Javel (19,23%).
En savoir plus

107 En savoir plus

Show all 6779 documents...

Sujets connexes