Haut PDF Prise en charge des craniosténoses au CHU Mohamed VI

Prise en charge des craniosténoses au CHU Mohamed VI

Prise en charge des craniosténoses au CHU Mohamed VI

Les craniosténoses correspondent à la soudure prématurée d’une ou plusieurs sutures de la boite crânienne. Nous avons essayé, à travers une étude rétrospective, concernant 12 cas colligés dans le service de neurochirurgie de CHU Mohamed VI de Marrakech durant une période de 4 ans entre 2007 à 2010, de dégager certains aspects clinico-radiologiques, étiologiques et thérapeutiques des craniosténoses. Nos 12 malades se répartissent de la manière suivante : 03 plagiocéphales, 03 syndromes d’Apert, 02 scaphocéphales, 02 trigonocéphales, 01 brachycéphale, et 01 cas de crâne en trèfle. La moyenne d’âge de nos malades a été de 13 mois, le sexe ratio est de 1. Cliniquement, le motif de consultation était dans 91 % une anomalie crânienne isolée ou associée à d’autre malformation, et une hypertension intracrânienne dans 8 % des cas. La radiographie du crâne a été réalisée chez 8 malades (66 %), le fond d’œil a été réalisé chez 10 malades (83 %) et la TDM cérébrale a été faite chez tous nos malades avec une reconstruction spiralée chez 5 cas. Tous nos malades ont bénéficié d’une intervention chirurgicale, 75 % des malades ont été opéré avant l’âge de 1 an. Le traitement chirurgical a consisté en une craniotomie paramédiane avec retombées latérales dans un cas, le remodelage fronto-orbitaire chez un cas, et un remodelage crâniofacial avec avancement fronto-orbitaire chez le reste des malades. A part un cas de décès à j1 du post-opératoire, les suites opératoires immédiates ont été simples dans la majorité de nos patients. L’évolution à long terme a été jugée favorable dans 62 % des cas, et défavorable chez 3 malades : persistance de l’exophtalmie chez un et du retard psychomoteur chez 2. Il faut noter la correction de la dysmorphie crânienne chez tous les malades.
En savoir plus

154 En savoir plus

Prise en charge des traumatismes du rachis dorsolombaire au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des traumatismes du rachis dorsolombaire au CHU Mohammed VI de Marrakech

La prise en charge des traumatismes du rachis dorsolombaire au CHU Mohammed VI Marrakech vi. Complications post opératoires :6 cas et qui sont comme suit : 3 patients ont présenté un débricolage de matériel pour lequel ils ont été repris avec réinsertion de vis pédiculaire. Un autre a présenté une issue de LCR au point d’insertion de la vis qui a dû être replacée sans évolution vers une méningite. Dans un autre cas le patient a rapporté des scitalgies L5 en rapport avec un malpositionnement d’une vis inférieure droite. Un autre cas a présenté une infection de plaie profonde pour laquelle il a bénéficié d’un parage. Les complications citées précédemment ont été bien jugulées sous traitement.
En savoir plus

147 En savoir plus

La prise en charge des fistules digestives externes postopratoires au service de chirurgie gnrale CHU Mohamed VI

La prise en charge des fistules digestives externes postopratoires au service de chirurgie gnrale CHU Mohamed VI

La prise en charge des fistules digestives externes postopératoires au service de chirurgie générale CHU Mohamed VI - 49 - c. Nature du geste : Les fistules digestives post-opératoire surviennent en règle au décours desviscérolyses laborieuses dans desfoyers inflammatoires et adhérentiels,remaniés et dépourvus de tout plan de clivage : ouverture accidentelle d’uneanse immédiatement suturée,dépéritonisation des zones cruentées,dilacération de la musculeuse, hématomepéri-anastomotique, écrasement destranches intestinales. Il s’agit parfois des blessures peropératoires minimes,sous-estimées voire méconnues, exceptionnellement de corps étrangers oubliésau contact des anses intestinales, et donc elles peuvent survenir à la suite :
En savoir plus

149 En savoir plus

Prise en charge des fractures trochantériennes au CHU Mohamed VI de Marrakech

Prise en charge des fractures trochantériennes au CHU Mohamed VI de Marrakech

Elles ont bénéficié d’une meilleure connaissance anatomique et biomécanique mais surtout du développement du matériel d’ostéosynthèse qui permet une approche moins invasive (foyer fermé) et mise en charge précoce. L’objectif de ce travail est de rapporter l’expérience du service de traumato- orthopédie(aile B) du CHU Mohammed VI de Marrakech à propos de 130 cas, sur une période de cinq ans allant de Janvier 2005 à Décembre 2009 , de préciser l’épidémiologie de ces fractures et aussi faire une mise au point sur leur prise en charge.
En savoir plus

158 En savoir plus

La prise en charge des suppurations Intracrniennes  A propos de 170 cas au service de Neurochirurgie  CHU Mohamed VI Marrakech

La prise en charge des suppurations Intracrniennes A propos de 170 cas au service de Neurochirurgie CHU Mohamed VI Marrakech

La prise en charge des suppurations intracrâniennes (A propos de 170 cas) - 141 - Lorsque l'empyème est consécutif à un traumatisme ou à une chirurgie, l'existence d'un os dévitalisé ou d'une ostéomyélite associée conduit à la réalisation d'une craniectomie suivi d'une cranioplastie 6 à 18 mois après l'intervention. Cependant, dans le cas où le délabrement envisagé est trop important, il est possible de repositionner le volet sous couvert d'une antibiothérapie prolongée associé à une aspiration et une irrigation en espérant une revascularisation [14,19, 34,49]. Ce problème est, par contre, rarement retrouvé en cas d'EED chez l'enfant, DIEBOLD et coll. [157] rapportant un cas d'EED secondaires à une Salmonella, retrouvé chez un enfant de 5 ans qui présente une drépanocytose, et chez qui l'équipe avait tenté un traitement médical seul devant la petit taille de l'empyème et l'absence d'effet de masse, mais sans amélioration, ce qui a nécessité une petite craniectomie frontale, vu l'état dévitalisé de l'os. La reconstruction osseuse au bout de 6 mois plus tard a été obtenue avec un acceptable résultat esthétique permettant ainsi d'éviter une éventuel cranioplastie
En savoir plus

214 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale des tumeurs crbrales, exprience de dix ans au service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech

Prise en charge chirurgicale des tumeurs crbrales, exprience de dix ans au service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech

Ils siègent préférentiellement dans les noyaux gris centraux, les régions périventriculaires et le corps calleux. Ils peuvent être uniques ou multiples, s'accompagnent d'une réaction oedèmateuse discrète et sont responsables d'un effet de masse modéré compte tenu de leurs dimensions. Ils sont en isosignal ou discret hyposignal par rapport à la substance grise en T1 et isosignal ou discret hypersignal en T2. La prise de contraste, pratiquement constante en l'absence de traitement par corticoïdes, est variable selon le terrain: chez les sujets immunocompétents, les lésions sont le plus souvent rehaussées de façon homogène et intense ; chez les sujets immunodéprimés, leur aspect est plus volontiers hétérogène avec prise de contraste en anneau, foyers de nécrose et d'hémorragie.
En savoir plus

203 En savoir plus

La prise en charge mdico-chirurgicale des volvulus du sigmode sur dolichoclon au service de chirurgie viscrale du CHU Mohamed VI, Marrakech

La prise en charge mdico-chirurgicale des volvulus du sigmode sur dolichoclon au service de chirurgie viscrale du CHU Mohamed VI, Marrakech

Touré et al ont rapporté 50 cas traités à Dakar, dont 13 avaient bénéficiés d’une colectomie idéale, la mortalité était lourde (31%) liée aux complications sévères de ce type d’approch[r]

129 En savoir plus

La prise en charge des suppurations intracrniennes  lhpital Ibn Tofail du CHU Mohamed VI (aspect pidmiologique, clinique et thrapeutique)

La prise en charge des suppurations intracrniennes lhpital Ibn Tofail du CHU Mohamed VI (aspect pidmiologique, clinique et thrapeutique)

Dans la série des abcès, la porte d'entrée inconnue a été retrouvée chez cinq patients soit 26%.. Pour les empyèmes, elle était de 13% des cas..[r]

197 En savoir plus

Prise en charge des traumatismes crniens au CHU Mohamed VI de Marrakech exprience de 13 annes de 2002  2014 : Profil pidmiologique

Prise en charge des traumatismes crniens au CHU Mohamed VI de Marrakech exprience de 13 annes de 2002 2014 : Profil pidmiologique

La prise en charge des TC a considérablement évolué au cours de ces dernières années en prenant compte la possibilité de la survenue des lésions secondaires dont le risque est l’ischémie surajoutée. Une bonne connaissance de l’épidémiologie, la physiopathologie et les complications des traumatismes crâniens est un préalable nécessaire pour élaborer des compagnes de préventions des AVP (prévention primaire), la bonne prise en charge des TC (prévention secondaire), la gestion des séquelles et l’insertion socioprofessionnelle et familiale (prévention tertiaire). Ainsi, la connaissance du devenir de ces patients à court, moyen et à long terme, les causes et les facteurs de mortalité, vont contribuer non seulement à une meilleure évaluation des TC, mais également à révéler de nouvelles pistes de recherche pour améliorer le pronostic à court et à moyen terme de ces patients.
En savoir plus

208 En savoir plus

Prise en charge du cancer de l’estomac au CHU Med VI

Prise en charge du cancer de l’estomac au CHU Med VI

Dans notre étude, la radio chimiothérapie adjuvante a été réalisée chez 4.6 % des patients en utilisant des doses de radiothérapie de 45 à 50GY et des protocoles de chimiothérapie incl[r]

126 En savoir plus

La Prise en Charge des Polyradiculonvrites au CHU Med VI, Marrakech

La Prise en Charge des Polyradiculonvrites au CHU Med VI, Marrakech

Abstract Polyradiculoneuropathies are inflammatory diffuse disorders of the peripheral nerves and nerve roots. Our work is a retrospective study led over a period of 13 years, going from January, 2002 till December, 2014, about 108 patients hospitalized for polyradiculoneuritis within the department of neurology in the CHU Mohammed VI of Marrakesh. This work aims at estimating the epidemiological, clinical, paraclinic, therapeutic and evolutionary profile of polyradiculoneurites in the service of neurology to the university hospital Mohamed VI of Marrakesh, as well as at comparing the results with the data of the national and international literature. In our work, it was noticed that the acute shape represents 72 % of the cases while the forms subacute and chronicle represented respectively 13 and 15 %. The mean age was of 39.5 years (acute: 38.3ans, subacute: 41.28 years old, chronicle: 43, 9 years) and the men were more concerned by these pathologies in 75,9 % of the cases (acute: 79.5 %, subacute: 64.25 %, chronic: 68.75 %). In three forms of PRN, the clinical symptomatology was dominated by the motor deficit followed by sensory disorders. The neurogenic pain was present at 33 % of the sick. The clinical examination returned disrupted at all the sick in favour of a syndrome neurogenic peripheral. The éléctromyographique exploration was practised at 97.25 % of the sick allowing of confirmed the diagnosis and to specify the demyelinating or axonal physiopathological process. So, the acute PRN and subacute was mainly of type demyelinating in respectively 70.5 and 57.15 % of the cases while the axono-myelin infringement(achievement) was dominant in the cases of chronic PRN (37.5 %). Due to the lack of ways(means), a specific treatment(processing) with immunoglobulin or with plasma depletion was administered at only 46 % of the cases of PRNA. 93.75 % of the cases of PRNC were treated by bolus of methyl prédnisolone, the latter showed, through clinical trials, its equivalence with Ig IV and EP. The evolution(course) with long course(price) was better in the cases of acute PRN and subacute with a total recovery(recycling) of the deficit in respectively 59 and 71.5 % of the cases while it did not exceed(overtake) 12.5 % in the cases of PRNC. The characteristics of the present study distinguishes itself by the ascendancy of the demyelinating shape of the GBS and by the rare etiologies of acute polyneuropathies in particular the neurosyphilis and the Systemic lupus erythematosus.
En savoir plus

108 En savoir plus

Prise en charge des grossesses extra-utérines CHU Mohammed VI

Prise en charge des grossesses extra-utérines CHU Mohammed VI

La GEU reste une pathologie fréquente partout dans le monde, elle touche surtout la femme jeune, elle est grave car elle présente une urgence fonctionnelle et parfois vitale. Ainsi une meilleure connaissance des facteurs de risque qui sont essentiellement d’une part les antécédents d’infections génitales ou la chirurgie tubaire et d’autre part le tabac, permet d’instaurer des mesures préventives, et de poser un diagnostic précoce afin que la prise en charge se fera dans des meilleures conditions de sauvegarde de la fonction tubaire.

117 En savoir plus

Prise en charge des anévrysmes artériels intracrâniens au CHU Mohammed VI

Prise en charge des anévrysmes artériels intracrâniens au CHU Mohammed VI

Elle doit être réalisée durant les 24heures qui suivent l’hémorragie pour assurer une prise en charge thérapeutique appropriée aux patients. Elle doit être réalisée avec injection sélective des artères carotides internes et des artères vertébrales (angiographie des quatre axes vasculaires) pour explorer toute la vascularisation cérébrale. Elle doit être de bonne qualité pour montrer l’anévrysme et préciser sa localisation, sa taille, son collet, les branches corticales associées, un vasospasme associé et des anévrysmes additionnels. Il est important de préciser la taille du collet anévrysmal, pour prévoir le succès du clipping anévrysmal et de l’embolisation endovsculaire, car une occlusion totale est plus probable dans les anévrysmes avec collet moins de 4mm (9).
En savoir plus

147 En savoir plus

Tumeurs osseuses : Profil pidmiologique et prise en charge thrapeutique. A propos de 109 cas  au service de Traumatologie CHU Mohamed VI Marrakech

Tumeurs osseuses : Profil pidmiologique et prise en charge thrapeutique. A propos de 109 cas au service de Traumatologie CHU Mohamed VI Marrakech

Dans les SE et l'OS, un traitement local seul n'est pas suffisant. Les schémas thérapeutiques actuels comprennent une chimiothérapie néoadjuvante d'induction, suivie d'un traitement local (CHX et/ou RTH) et ensuite une CHT adjuvante ce qui permet de traiter les deux tiers des patients présentant une maladie localisée. La durée totale du traitement est habituellement de 8-12 mois. Ceci nécessite une coordination et une concertation entre les différents médecins traitants. Dans les pays développés, ces patients sont pris en charge dans des centres de référence qui offrent ce panel de soins.
En savoir plus

236 En savoir plus

Prise en charge du cancer du sein chez la femme jeune de moins de 40 ans : exprience du service doncologie du CHU Mohamed VI de Marrakech

Prise en charge du cancer du sein chez la femme jeune de moins de 40 ans : exprience du service doncologie du CHU Mohamed VI de Marrakech

X. Retentissement psychologique Le diagnostic et le traitement du cancer du sein représentent un stress émotionnel et physique majeur dont les conséquences psychologiques, physiques et psychosociales peuvent s’étendre sur plusieurs années. L’amélioration des traitements et de l’espérance de vie entraînent, en effet, pour les patientes un double challenge : après avoir affronté la maladie et ses traitements médicochirurgicaux, celles-ci auront la possibilité, mais aussi la charge, de retrouver leurs investissements antérieurs. Cette charge s’alourdit lorsque leur maladie devient chronique ou qu’elles en conservent un handicap résiduel. Chez la femme jeune, ces difficultés sont encore accrues par l’importance des investissements socio- familiaux et professionnels. La femme assume en général à cet âge de nombreuses responsabilités, ce qui entraîne à la fois l’accumulation des facteurs de stress et un risque accru de déséquilibre de la structure socio-familiale dans laquelle elle évolue. On estime à un quart le nombre de femmes présentant des symptômes d’une détresse psychologique marquée [115], quel que soit le type de traitement proposé. Par ailleurs, ce niveau de détresse psychologique est, chez les patientes jeunes comme chez les autres, maximal durant l’année qui suit le diagnostic, tout en étant plus important que celui des échantillons plus âgés à sévérité de la maladie égale [116].
En savoir plus

172 En savoir plus

Profil pidemiologique des couples infertiles pris en charge par le centre de FIV de CHU Mohamed VI de Marrakech

Profil pidemiologique des couples infertiles pris en charge par le centre de FIV de CHU Mohamed VI de Marrakech

Cette technique est difficile à réaliser car l’état amorphe n’est obtenu qu’en refroidissant le liquide suffisamment vite pour le solidifier sans lui laisser le temps d’ordonner ces molécules en cristal (Luyet 1937)[64]. Les avancées concernant les techniques de cryopréservation permettent désormais d’envisager la congélation d’ovocytes, d’embryons ou de tissu ovarien à visée de préservation de la fertilité féminine. Initialement développée pour les patientes atteintes de cancers, la préservation de fertilité a rapidement envahi d’autres champs de la médecine pour faire partie intégrante de toute prise en charge des jeunes femmes atteintes d’une pathologie menaçant sa fertilité ou devant recevoir un traitement potentiellement gonadotoxique. Ainsi, les maladies auto-immunes, certaines pathologies génétiques ou encore des chirurgies pelviennes itératives, à risque d’insuffisance ovarienne prématurée sont devenues des indications de preservation de la fertilité. Enfin, la préservation ovocytaire dite « sociétale » ou de prévention du déclin de la fertilité liée à l’âge fait l’objet de débat en France bien qu’elle soit déjà une réalité dans de nombreux pays. Cette revue traite des stratégies de préservation de la fertilité chez la jeune fille et la femme en âge de procréer en fonction des différentes indications, médicales ou non.[65]
En savoir plus

116 En savoir plus

Prise en charge des compressions médullaires Tumorales au chu M ohamm ed VI

Prise en charge des compressions médullaires Tumorales au chu M ohamm ed VI

Les compressions médullaires d’origine tumorale représentent une urgence neurochirurgicale par excellence. Leur diagnostic et leur prise en charge ne doivent souffrir d’aucun retard et ceci dès la survenue des premiers symptômes. Malheureusement, cette pathologie est souvent diagnostiquée tardivement, c’est le cas dans notre série où 32% des patients étaient admis au service au stade de paraplégie. Ceci est attribuable d’une part, à l’ignorance des malades, à la mauvaise orientation des malades à cause de la discrétion et de l’aspect trompeur des signes de début et d’autres part, aux moyens d’investigation limités surtout par leur coût élevé.
En savoir plus

143 En savoir plus

Prise en charge de l'abcès cérébral au service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI

Prise en charge de l'abcès cérébral au service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI

Dans notre série deux cas d’abcès dans un contexte d’immunodépression ont été enregistrés, le premier cas chez un malade diabétique type I déséquilibré et le deuxième cas chez un malad[r]

125 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale des tumeurs crbrales, exprience de dix ans au service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech

Prise en charge chirurgicale des tumeurs crbrales, exprience de dix ans au service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech

Parfois, une extension controlatérale et un rehaussement hétérogène nodulaire et/ou annulaire après injection de contraste sont notés [50]. L’oligodendrogliome de grade III de l’OMS présente classiquement une composante charnue vascularisée, une ou plusieurs composantes kystiques et souvent une composante calcifiée, difficilement individualisée en IRM, nécessitant le recours à des coupes en T2 en écho de gradient, témoignant de la dégénérescence secondaire de gliomes de bas grade. Les composantes hémorragiques hyperintenses en T1 et hypointenses en T2 sont aussi possibles. La recherche d’une carcinomatose méningée doit être systématique. Elle se traduit par une prise de contraste au sein des citernes de la base et des sillons corticaux en T1 et en FLAIR après injection du produit de contraste [93, 108].
En savoir plus

152 En savoir plus

Prise en charge des traumatismes hpatiques : Exprience du CHU Mohamed VI, Marrakech

Prise en charge des traumatismes hpatiques : Exprience du CHU Mohamed VI, Marrakech

Les limites de l’échographie sont liées à l’emphysème sous cutané [58], l’iléus réflexe, l’impossibilité de poser le diagnostic de rupture d’organe creux, et d’étudier le rétropéritoine [59]. L’échographie a été incontournable dans la prise en charge de nos patients. Cependant, son caractère opérateur dépendant et les conditions de sa réalisation en urgence, en limitent l’apport. Ainsi 25% des échographies réalisées étaient non concluante en terme d’atteinte hépatique et n’a révélé qu’un épanchement péritonéale, d’où la nécessité de compléter par une TDM.
En savoir plus

153 En savoir plus

Show all 6484 documents...