Haut PDF La prise en charge chirurgicale des gliomes du nerf optique: Exprience du service de Neurochirurgie CHU Med VI

La prise en charge chirurgicale des gliomes du nerf optique: Exprience du service de Neurochirurgie CHU Med VI

La prise en charge chirurgicale des gliomes du nerf optique: Exprience du service de Neurochirurgie CHU Med VI

3. POTENTIELS EVOQUES VISUELS Deux articles pertinents ont développé cette question et discutent l’intérêt de l'utilisation des potentiels évoqués visuels dans le diagnostic ou la gestion des gliomes des voies optiques. Wolsey et al (82) considère le PEV comme un test de dépistage pour détecter les gliomes des voies optiques antérieures chez les enfants atteints de NF1. Kelly et Weiss (83) comparent PEV avec le périmétrie en confirmant le dysfonctionnement visuel chez les enfants déjà diagnostiqués avec gliomes optiques affectant les nerfs optiques, chiasma, et ou les voies optiques. Les deux groupes d'auteurs citent la sensibilité du test et la rentabilité comme principale justification pour leurs utilisations préconisées, et fournissent des données à cet égard. Toutefois, un examen attentif de leurs données, ainsi que dans la littérature, peut faire un cas plus convaincant contre ce dépistage
En savoir plus

115 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale de l’hématome sous dural chronique Expérience du service de neurochirurgie du CHU Med VI de la période allant de 2002 à 2010

Prise en charge chirurgicale de l’hématome sous dural chronique Expérience du service de neurochirurgie du CHU Med VI de la période allant de 2002 à 2010

Après la réalisation du scanner, les diagnostics a évoqués sont: -Hydrome sous dural : il s’agit de collection sous durale liquidienne, isodense d’emblée au scanner. Il survient en règle après un traumatisme crânien grave. -Empyème sous dural : collection suppurée extracérébrale située la dure mère et l’arachnoïde. En absence d’arguments cliniques, il pose un problème diagnostique avec l’HSDC, en montrant sur le scanner une hypodensité extracérébrale en croissant ou en ellipse, entourée d’une prise de contraste périphérique. Cependant l’effet de masse est souvent plus important que ne le voudrait le volume de la lésion elle-même en raison de l’œdème périlésionnel [67], le produit de contraste augmente la densité du parenchyme.
En savoir plus

139 En savoir plus

Prise en charge des gliomes de bas grade sus tentoriels de l'adulte Exprience du service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des gliomes de bas grade sus tentoriels de l'adulte Exprience du service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Expérience du service de neurochirurgie CHU Mohamed VI Marrakech 57 2.1.1. Caractérisation tumorale et le grading : Les tumeurs sont mieux détectées sur les images en pondération T2 et FLAIR et le plus souvent comme des zones d’hypersignal. Sur les séquences T1 elles apparaissent en hyposignal. Les gliomes de bas grade sont mieux visibles sur les séquences FLAIR et montrent habituellement un effet de masse minime ou nul. Les composantes kystiques au sein de ou associées à la tumeur peuvent également être détectées sur des images en pondération T2 et FLAIR. Cependant, l'intensité du signal d'un kyste sur les images FLAIR dépend de sa teneur en protéines et peut être très variable. Les calcifications et les hémorragies sont mieux détectées en écho de gradient en pondération T2 et peuvent apparaître comme des zones d’hypersignal sur les séquences T1 sans produit de contraste. La séquence T1 injectée est l'une des séquences IRM les plus importantes pour la caractérisation des tumeurs du cerveau [43]. La plupart des gliomes de haut grade montrent une prise du contraste dû à la destruction de la barrière hémato- encéphalique (BHE), alors que les tumeurs de bas grade sont habituellement peu ou pas rehaussées après injection de gadolinium. L’IRM montre également des signes d'hypertension intracrânienne et l'effet de masse, ainsi que des œdèmes. Les tumeurs de haut grade apparaissent habituellement comme une masse hétérogène en hyposignal T1 et hyperintense en pondération T2 et FLAIR et avec divers degrés de prise du contraste et de l'œdème. Le rehaussement en forme d'anneau entourant des foyers de nécrose irréguliers est évocateur d'un glioblastome. Cependant, les tumeurs anaplasiques se présentent souvent comme des lésions ne prenant pas le contraste. Enfin, la distinction entre les complications induites par le traitement tels que radionécrose et la récidive tumorale par l’IRM morphologique peut être difficile [44].
En savoir plus

179 En savoir plus

La prise en charge chirurgicale de la sciatique par hernie discale lombaire. Exprience du service de Neurochirurgie du CHU Mohammed VI sur une priode de 10 ans

La prise en charge chirurgicale de la sciatique par hernie discale lombaire. Exprience du service de Neurochirurgie du CHU Mohammed VI sur une priode de 10 ans

5- Le nerf grand sciatique : Le nerf grand sciatique, branche terminale du plexus sacré, et le plus volumineux des nerfs de l’organisme. C’est un nerf mixte avec un fort contingent sympathique, qui contrôle de nombreux muscles : les muscles postérieurs de la cuisse et tous les muscles de la jambe (flexion de la jambe, flexion-extension du pied). Il né de la réunion du tronc lombo-sacré (L4-L5), de la branche antérieure du S1 et d’une partie de la branche antérieure de S2 et S3. Ces éléments forment le plexus sacré dont le grand sciatique est la branche terminale. Après sa naissance, il sort du bassin par le canal sous-pyramidal de la grande échancrure sciatique, traverse la région profonde de la fesse puis descend dans la loge postérieure de la cuisse. Il se termine à l’angle supérieur du losange poplité en 2 branches :
En savoir plus

135 En savoir plus

La prise en charge chirurgicale du pied plat valgus selon la technique de Cavalier : Exprience du service traumato-orthopdie pdiatrique CHU Med VI

La prise en charge chirurgicale du pied plat valgus selon la technique de Cavalier : Exprience du service traumato-orthopdie pdiatrique CHU Med VI

 une augmentation de la charge appliquée sur l’extension de l’aponévrose plantaire à M1 et une décharge de l’aponévrose plantaire dans son extension à M5 [27].  Un affaiblissement du muscle et du tendon tibial postérieur .  enfin, une décharge du ligament plantaire long au niveau de son extension à M5. L’électromyogramme (EMG) montre (au contact initial avec le sol lors de la marche) une diminution de l’activité du tibial antérieur et une augmentation de l’activité du soléaire [26]. La majoration de la rotation interne de l’arrière pied, de son inversion et de l’abduction de l’avant pied pourrait augmenter les efforts requis pour remettre en supination et invertir le pied pour la propulsion. En outre, l’altération de la mobilité de l’arrière pied agirait sur la mobilité du tibia qui retentirait sur la mobilité des articulations proximales, notamment celle du genou [19].
En savoir plus

132 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale des tumeurs crbrales, exprience de dix ans au service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech

Prise en charge chirurgicale des tumeurs crbrales, exprience de dix ans au service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech

Pour les tumeurs gliales de haut garde, la médiane de survie à partir des séries les plus importantes est de 52 semaines, le pourcentage de survivants à 18 mois est de l’ordre de 20%. La stratégie varie selon la chronologie du traitement par rapport à la chirurgie et à la radiothérapie : chimiothérapie néo-adjuvante (après la biopsie), adjuvante (après une exérèse complète ou la radiothérapie), ou à la récidive. Les critères d’évaluation sont cliniques (intervalle libre, taux de réponse objective de survie) et radiologiques, en pratique mesurés par la prise de contraste (réponse complète, partielle, stabilisation). Le nombre des drogues potentiellement efficaces demeure limité (alkylants, méthylants) et il n’a pas encore pu être prouvé l’intérêt d’effectuer une polychimiothérapie plutôt qu’une monochimiothérapie. (88)
En savoir plus

203 En savoir plus

La prise en charge chirurgicale de la sciatique  par hernie discale lombaire  Exprience du service de neurochirurgie du CHU  Mohammed VI de Marrakech sur une priode de 13 ans

La prise en charge chirurgicale de la sciatique par hernie discale lombaire Exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech sur une priode de 13 ans

 Historique des techniques chirurgicales : En 1934, Mixter et Barr [110,111] ont décrit la première technique chirurgicale d’ablation d’hernie discale lombaire par un abord postérieur large transdural. En 1939, Love [110,112] a proposé un abord en déclinant le sac dural, libérant la racine par ablation de l’hernie, associé à une excision discale, ces gestes de base sont encore ceux réalisés aujourd‘hui. Avec le temps, la technique s’est affinée et l’abord standard a diminué de taille, passant d’un abord L3–sacrum à un abord unilatéral de 5 cm en réclinant le muscle multifidus et en pratiquant une fenêtre limitée entre les lames, c’est la dissectomie classique (DC).
En savoir plus

158 En savoir plus

La prise en charge du spondylolisthsis Lombaire : Exprience de service de Neurochirurgie CHU Med VI, Hpital ERRAZI

La prise en charge du spondylolisthsis Lombaire : Exprience de service de Neurochirurgie CHU Med VI, Hpital ERRAZI

Le traitement conservateur comprend quatre volets : - Une prescription d'antalgiques de palier 1 ou 2 selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en prise continue tant que dure la douleur, associée à des cures courtes de 5 à 7 jours d'anti-inflammatoires non stéroïdiens en cas d'aggravation de la douleur. VAN TULDER et al [49] Ont complété une revue systémique d'essais randomisés en double aveugle pour étudier les AINS dans le traitement des lombalgies. Leur examen comprenait 51 essais (6 057 patients). Les auteurs ont conclu que les AINS sont efficaces dans le soulagement des lombalgies à court terme, et que dans de nombreux cas, le paracétamol peut être suffisant. En outre, il a été noté que les preuves préconisant l'utilisation d'AINS pour un traitement à long terme n’étaient pas disponibles au moment de la publication.
En savoir plus

150 En savoir plus

La prise en charge neurochirurgicale des craniopharyngiomes intra-crniens. Exprience du service de neurochirurgie CHU Med VI Marrakech

La prise en charge neurochirurgicale des craniopharyngiomes intra-crniens. Exprience du service de neurochirurgie CHU Med VI Marrakech

de récidive était plus élevé en cas de résection incomplète, ce qui a incité à la réintroduction de la RTH postopératoire.Et bien que certains auteurs tels Ingraham, Scott, Love et Marshall ont soutenu que la RTH devrait être utilisée comme adjuvant à la chirurgie; Gordy, Grant et beaucoup d’autres neurochirurgiens ont pensé que l’irradiation par rayons X a peu ou pas d’effet sur les CP. Mais c’est Kramer, en 1961, qui après avoir adopté une approche chirurgicale conservatrice, a proposé un protocole combiné, chirurgie- RTH. D’autres options radiothérapeutiques ont été proposées à savoir l’injection de radio-isotopes émetteurs béta (tel le phosphate de sodium P32) en intra-kystique et la protonthérapie pour traiter les fragments tumoraux résiduels.
En savoir plus

155 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale des hernies discales cervicales : Exprience du service de neurochirurgie du CHU MOHAMMED VI

Prise en charge chirurgicale des hernies discales cervicales : Exprience du service de neurochirurgie du CHU MOHAMMED VI

Cervical disc arthroplasty versus anterior cervical discectomy and fusion for treatment of symptomatic cervical disc disease: a meta-analysis of randomized controlled trials. Arch Ortho[r]

169 En savoir plus

La prise en charge chirurgicale de la malformation de Chiari. Exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI, Marrakech

La prise en charge chirurgicale de la malformation de Chiari. Exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI, Marrakech

5. Artère vertébrale : Constitue l’élément vasculaire le plus important à prendre en considération en cas d’abord chirurgicale de la CCO. Elle prend naissance au niveau de l’artère sous-clavière de chaque côté, monte dans le trou transverse de C6 à C1 puis elle contourne les masses latérales de C1 et chemine dans la gouttière de l’arc postérieure de C1, perfore la membrane occipito-atloïdienne et traverse l’espace épidural puis la dure-mère pour pénétrer dans le trou occipital et la cavité crânienne. Elle contourne le bulbe rachidien et donne l’artère spinale postérieure et en avant l’artère spinale antérieure et l’artère cérébelleuse postéro-inférieure. Les deux artères vertébrales se réunissent pour former le tronc basilaire.
En savoir plus

186 En savoir plus

Prise en charge neurochirurgicale de l'hmangioblasome de l'encphale. Exprience du service de Neurochirurgie CHU Med VI

Prise en charge neurochirurgicale de l'hmangioblasome de l'encphale. Exprience du service de Neurochirurgie CHU Med VI

L’identification des mastocytes en microscopie électronique, par rapport aux cellules proprement tumorales ne soulève aucune difficulté. Les mastocytes sont des cellules arrondies ou ovalaires, toujours séparées des éléments cellulaires tumoraux ou des capillaires voisins par un espace extra-cellulaire souvent riche en fibres collagènes. La membrane plasmique qui limite la cellule présente des expansions et des replis plus ou moins allongés. Le cytoplasme surtout en périphérie, est rempli de grains arrondis très osmiophiles, correspondant aux grains métachromatiques visibles en optique, et dont la structure à fort grossissement est tout à fait pathognomonique.
En savoir plus

108 En savoir plus

La prise en charge chirurgicale de la syringomylie : Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

La prise en charge chirurgicale de la syringomylie : Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

a. En général : [57] Peu de neurochirurgiens sondés (9%) recommandent toujours une chirurgie prophylactique ayant pour but de prévenir de développement d’une détérioration neurologique chez les patients présentant une syringomyélie ou des malformations d’Arnold Chiari. L’écrasante majorité des sondés (au moins 83%) ne procédera aucunement à une opération chez un patient asymptomatique sauf si ce dernier développe des symptômes relatifs à sa malformation d’Arnold Chiari ou à la syringomyélie. Cependant, si un patient asymptomatique présente des signes radiologiques de progression de la syrinx sans signes cliniques concomitants évocateurs de celle-ci, alors 61% des neurochirurgiens sondés recommandent l’intervention chirurgicale. Le tableau ci-dessous montre les signes cliniques nécessitant une intervention chirurgicale chez les patients symptomatiques ayant une perte motrice et/ou sensorielle progressive, un dysfonctionnement progressif des nerfs crâniens, une scoliose, une progression radiologique de la syrinx sans signes clinique de progression.
En savoir plus

149 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale des tumeurs crbrales, exprience de dix ans au service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech

Prise en charge chirurgicale des tumeurs crbrales, exprience de dix ans au service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech

VI. Traitement : 1. Traitement médical préopératoire : Il a pour objectif d’assurer une baisse de l’hypertension intracrânienne, de prévenir la recrudescence des crises comitiales et de mettre en condition le patient .L’hypertension intracrânienne et les crises convulsives sont gérées de façon similaire que dans les autres gliomes .L'oedème vasogénique qui entoure les oligodendrogliomes et les oligoastrocytomes anaplasiques (absent ou faible dans les tumeurs de bas grade) contribue de manière significative à la morbidité. Ceci résulte de la perturbation de la barrière hémato-encéphalique, ce qui permet aux protéines de s'accumuler dans l’espace extracellulaire. Ces perturbations sont expliquées par deux mécanismes principaux: la production locale de facteurs qui augmentent la perméabilité des vaisseaux tumoraux (VEGF, glutamate et leucotriènes) et l'absence de jonctions serrées dans les cellules endothéliales des vaisseaux sanguins des tumeurs [194]. L’œdème peritumoral et l’HTIC qui en résulte peuvent être gérés de façon adéquate avec des corticostéroïdes, mais cela peut prendre plusieurs jours. D’autres traitements peuvent être nécessaires quand une réduction aiguë de la pression intracrânienne est requise (notamment les solutés hyperosmolaires). Le traitement symptomatique consiste à :
En savoir plus

152 En savoir plus

Prise en charge endoscopique de la pathologie neurochirurgicale : Exprience du Service de Neurochirurgie du CHU Mohamed VI De Marrakech

Prise en charge endoscopique de la pathologie neurochirurgicale : Exprience du Service de Neurochirurgie du CHU Mohamed VI De Marrakech

Figure 84 : Voie endoscopique endonasale [127] A Classification sagittale des différents accès chirurgicaux possibles par la voie endoscopique endonasale B Projection endocrânienne des abords endoscopiques endonasaux de la base du crâne 1. Fissure orbitaire supérieure (III, IV, VI, nerfs lacrymal, frontal et nasociliaire, veine ophtalmique supérieure) ; 2. Foramen rond (V2) ; 3. Foramen ovale (V3, artère méningée accessoire) ; 4. Foramen spinosum (artère et veine méningée moyenne, rameau méningé du V3) ; 5. Foramen déchiré antérieur (carotide interne, plexus veineux péricarotidien) ; 6. Hiatus du nerf petit pétreux ; 7. Hiatus du nerf grand pétreux ; 8. Canal hypoglosse ; 9. Foramen cæcum (veine émissaire du sinus sagittal supérieur) ; 10. Gouttière olfactive ; 11. Toit de l’orbite ; 12. Foramen ethmoïdal postérieur ; 13. Planum sphénoïdal; 14. Tubercule de la selle turcique ; 15. Canal optique ; 16. Apophyse clinoïde antérieure ; 17. Selle turcique ; 18. Dorsum sellae ; 19. Clivus ; 20. Méatacoustique interne (VII, VIII, artère labyrinthique) ; 21. Foramen Jugulaire (sinus pétreux inférieur, IX, X, XI, sinus sigmoïde, artère méningée postérieure); 22. Foramen magnum (moelle allongée, artères vertébrales, racines spinales des nerfs accessoires).
En savoir plus

241 En savoir plus

Prise en charge des mningiomes de ltage antrieur de la base du crne : Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Prise en charge des mningiomes de ltage antrieur de la base du crne : Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

b. Les rapports nerveux : [3], [18], [19] (Figure 9, 10) - Les voies olfactives : Dans la partie antérieure de cet étage, la lame criblée de l’éthmoïde livre passage aux filets olfactifs en provenance de la muqueuse nasale qui s’unissent entre eux pour former le bulbe olfactif (masse nerveuse ovalaire). Ces derniers reposent sur la face orbitaire des lobes frontaux. Au bulbe fait suite les bandelettes olfactives, obliques en arrière et en dehors, elles cheminent entre l’étage antérieur de la base du crâne et le lobe frontal. Arrivées à hauteur de l’espace perforé antérieur elles se divisent en trois racines : latérale, médiale et moyenne.L’ensemble forme le nerf olfactif.
En savoir plus

223 En savoir plus

Prise en charge de la tuberculose osto-articulaire chez l'enfant: Exprience du service de traumatologie orthopdie pdiatrique CHU Med VI de Marrakech

Prise en charge de la tuberculose osto-articulaire chez l'enfant: Exprience du service de traumatologie orthopdie pdiatrique CHU Med VI de Marrakech

La chirurgie précoce est la plus pratiquée. Elle a un double objectif : participer avec l’antibiothérapie au contrôle de l’infection tuberculeuse pour préserver la fonction articulaire et la stabilité osseuse [2]. Les gestes chirurgicaux précoces sont le drainage d’abcès des parties molles, la synovectomie chirurgicale, le débridement ostéo-articulaire avec excision de tous les tissus nécrosés (exérèse des séquestres osseux, des cavités purulentes), le curetage osseux des ostéomyélites [4]. La mise en place d’un fixateur externe peut être indiquée chez l’enfant [1].
En savoir plus

148 En savoir plus

La prise en charge des compressions mdullaires tumorales : exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech

La prise en charge des compressions mdullaires tumorales : exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech

D’après MAZEL [54], dans son étude rétrospective concernant 32 cas de tumeurs cervicales et thoraciques qui ont bénéficié d’une fixation postérieure par vis articulaires cervicales et vis pédiculaires thoraciques, les suites postopératoires ont révélé 2 complications mécaniques à distance nécessitant une reprise chirurgicale, il n’y avait pas de fracture de vis, de plaque ou de tige et aucune complication neurologique liée à l’insertion des vis tant au niveau cervical (96 vis en C4 C5 C6 et 54 vis en C7) que thoracique (180 vis) n’a été observée. Donc ces vis articulaires cervicales et transpédiculaires thoraciques donnent une stabilisation efficace avec un faible niveau d’instabilité postopératoire. De plus, ce type d’instrumentation ne va pas interférer avec une éventuelle laminectomie ou des techniques chirurgicales de résection plus extrêmes.
En savoir plus

159 En savoir plus

La prise en charge de lhydatidose du systme nerveux central : Exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI ( propos de 44 cas)

La prise en charge de lhydatidose du systme nerveux central : Exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI ( propos de 44 cas)

Ces tests permettent à la fois la confirmation de la nature hydatique d'une tumeur kystique et sont très précieux pour la surveillance de la cinétique des anticorps après interventions chirurgicales. En effet, le taux des anticorps, après une augmentation très marquée aussi tôt après l'intervention chirurgicale, doit décroître puis se négativer en 1 à 5 ans (8). Le maintien des anticorps à un taux élevé ou leur réapparition après une période négative doit faire craindre la survenue d'une récidive et justifie la mise en oeuvre d'une exploration radio-clinique complète. Après l'intervention chirurgicale pour hydatidose, il convient donc de pratiquer un contrôle sérologique tous les trois mois durant les deux premières années, puis tous les six mois [57,115].
En savoir plus

177 En savoir plus

Prise en charge des cavernomes du systme nerveux central Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Prise en charge des cavernomes du systme nerveux central Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

A l’inverse, une certaine réticence chirurgicale peut se manifester à l’égard des lésions profondes. En effet, la chirurgie des cavernomes intracrâniens de localisation profonde ou situés dans des zones dites fonctionnelles prête encore à discussion. En pareilles circonstances, il n’est pas de règle rigide et l’indication thérapeutique se discute en réalité cas par cas d’autant plus qu’interviennent encore de façon prépondérante les notions d’âge, de terrain, des antécédents hémorragiques, de la maîtrise ou non de l’épilepsie et de la demande des patients objectivement informés dont certains souhaitent ardemment être « débarrassés » d’une lésion intracrânienne perçue par eux comme une menace imminente.
En savoir plus

143 En savoir plus

Show all 10000 documents...

Sujets connexes