Haut PDF Prévalence de l’anémie chez l’enfant à Marrakech

Prévalence de l’anémie chez l’enfant à Marrakech

Prévalence de l’anémie chez l’enfant à Marrakech

développé,qu’elle s’approche beaucoup plus de celle du tiers monde.Encore pire ,la prévalence de l’anémie chez l’enfant à Marrakech s’est augmentée avec le temps. Pour ce qui de notre contexte et concernant les enfants :Les filles sont plus touchées que les garçons vue que le sexe féminin est majoritaire dans notre échantillon. Les enfants ayant entre un ans et six ans sont plus atteints que les autres. plus de la moitié des enfants sont non scolarisés,ce qui aura des percussions dans l’avenir,comme l’ignorance entretient les maladies. le retentissement scolaire de l’anémie est très faible mais existe tout de même .Alors que sur le développement staturo-pondéral l’impact est plus important. Heureusement qu’il n’y a pas de retentissement sur le developpment psychomoteur des enfants. Le bas niveau sosio-economique est un facteur majeur de cette situation sa Le syndrome de pica existe chez un taux faible d’enfants d’où l’intérêt de l’éducation à la fois des parents et des enfants .Mois de la moitié des enfants,uniquement, sont allaités au sein,ce qui est une catastrophe surtout dans notre contexte musilmun.La même remarque s’applique à l’age de sevrage qui reste précoce. Alors que l’age de diversification est correcte,quoi que les nouvelles recommandations de L’OMS opte à ce que la diversification soit retarder jusqu’à six mois Contrairement à l’age d’introduction de la viande,il est un peu tardif. Plus que la moitié des enfants consomment du thé et ils ont à peine un ans,ce qui est une habitude à corriger impérativement.Concernant les mères ,elles ont un age moyen ce qui est un facteur positif pour l’éducation des enfants. Or ce qui est un facteur négatif c’est que la majorité des femmes sont des multipares. On note pas de particularité concernant les ATCD des mères mis à part un taux faible qui ont une hémorragie du post-partum. Ce qui est alarmant c’est que la moitié des mères sont des analphabètes.
En savoir plus

68 En savoir plus

Le dpistage des cardiopathies congnitales chez les nouveau-ns  l'hpital mre-enfant - CHU Mohamed VI de Marrakech

Le dpistage des cardiopathies congnitales chez les nouveau-ns l'hpital mre-enfant - CHU Mohamed VI de Marrakech

Notre série comporte 2366 nouveau-nés dépistés ; L’âge de dépistage le plus représenté était inférieur à 24h, le sexe ratio était de 1.02, le poids moyen était de 3186g. Au terme du dépistage, la prévalence des cas positifs est de 0.25%, on a retrouvé 5 cas de cardiopathies congénitales, dont 3 ducto-dépendantes (2 coarctation de l’aorte, et hypoplasie du VG ; ainsi qu’un ventricule droit à double issue avec transposition des gros vaisseaux et sténose pulmonaire) ; et deux cardiopathies hypertrophiques dont une avec un foramen ovale perméable ; 1 faux positif : sepsis avec hypertension artérielle pulmonaire du nouveau-né.
En savoir plus

98 En savoir plus

Prévalence de l’allaitement maternel à Marrakech

Prévalence de l’allaitement maternel à Marrakech

métabolisme du nouveau-né, après absorption intestinale, en favorisant la croissance et la différenciation d'organes et de tissus cibles [48]. ™ Les avantages psychoaffectifs : L’allaitement maternel établit une relation affective spéciale entre la mère et son enfant renforcée par le contact corps à corps ce qui procure au bébé un sentiment de sécurité et d’amour. La tétée au sein est d’une exceptionnelle richesse sensorielle : le colostrum a les mêmes qualités olfactives que le liquide amniotique créant ainsi une transition vers l’alimentation lactée, goût du lait aussi varié que le goût des aliments pris par la mère. L’allaitement maternel favorise l’harmonie de la relation mère enfant par la libération d’hormones favorisant l’attachement de la mère a son bébé jouant ainsi un rôle préventif contre la maltraitance [32].
En savoir plus

172 En savoir plus

Linfection rtrovirale chez lenfant au CHU de Marrakech

Linfection rtrovirale chez lenfant au CHU de Marrakech

Nous avons étudié rétrospectivement 49 cas des enfants séropositifs colligés, entre 2010 et 2017, au service de pédiatrie A du CHU Mohammed VI de Marrakech. L’âge moyen des patients était de 3ans et 1 mois avec une légère prédominance masculine (53.06%). La plupart des enfants étaient d’origine urbaine (75.51%). La majorité des enfants vivaient avec leurs parents (63.26%), alors que 24.84% des cas étaient des orphelins et 4.08% étaient abandonnés. Les malades issus d’un bas niveau socio-économique étaient de l’ordre de 75.51%. Le mode de contamination le plus dominant était la transmission mère- enfant (97.95%).
En savoir plus

116 En savoir plus

Imitation et communication chez le jeune enfant avec autisme

Imitation et communication chez le jeune enfant avec autisme

Nadel (2012) a effectué un ensemble de recherches centrées sur le rôle de l’imitation dans le développement de la communication chez les enfants avec autisme. Elle souligne dans ce sens : « il suffirait de peu pour que le système imitatif de communication soit accessible dans l’autisme, il suffirait que ces enfants imitent spontanément, et reconnaissent être imités pour qu’ils soient capables de communiquer par l’imitation. Ils exprimeraient alors nécessairement les trois composantes principales de toute communication : la synchronie, le tour de parole et le partage de thème ». L’auteur a testé cette hypothèse auprès d’un groupe composé de huit couples d’enfants. Les couples étaient composés d’un enfant avec autisme et d’un enfant qui présentait un autre trouble du développement. Elle a constaté que tous les enfants avec autisme ont été capables d’imiter au moins certaines actions familières de leur partenaire, certains d’entre eux, ont même imité des actions non familières avec objets. Ainsi, deux des huit couples ont été capables de communiquer à travers l’imitation en manifestant une synchronisation et une alternance des rôles. Cependant, les enfants avec autisme ont été peu imités en retour, ce qui rendait difficile, selon Nadel (2011) l’évaluation des capacités de la reconnaissance d’être imité.
En savoir plus

165 En savoir plus

L'acquisition des premières prépositions chez un enfant francophone

L'acquisition des premières prépositions chez un enfant francophone

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

11 En savoir plus

Prescription de la corticothrapie chez les gnralistes de la ville de Marrakech

Prescription de la corticothrapie chez les gnralistes de la ville de Marrakech

Dans notre étude 14% des MG ont déclaré qu’ils ont rencontrés des complications ophtalmologiques au cours de leurs consultations. Dans une étude rétrospective portant sur 18 patients (34 yeux), colligée au service d’ophtalmologie pédiatrique de l’l’hôpital 20 aout de Casablanca entre Janvier 2005 et Décembre 2011, chez des patients ayant reçu un traitement corticoïde prolongé par voie locale et/ou générale. La baisse de l’acuité visuelle était le principal motif de consultation chez 15 patients (84% des cas), 10% avaient une leucocorie et 6% avaient un strabisme. Quatre vingt neuf pour cent (89%) des patients avaient une cataracte bilatérale ; le plus souvent de type sous capsulaire postérieur (41%) ou polaire postérieur (26,5%). L’association cataracte-glaucome cortisonique a été retrouvée chez 3 patients (16,5%).
En savoir plus

165 En savoir plus

Anémie et risque cardio-vasculaire chez l'insuffisant rénal chronique.  Nouvelles données sur la cible en hémoglobine à atteindre

Anémie et risque cardio-vasculaire chez l'insuffisant rénal chronique. Nouvelles données sur la cible en hémoglobine à atteindre

En présence d’une insuffisance rénale, l’ané- mie s’accompagne d’un risque cardio-vasculaire significatif. Au stade de la prédialyse, le risque d’HVG augmente de 6% pour toute diminution d’hémoglobine de 1 g/dl (7). Lors d’un épisode aigu d’infarctus du myocarde, il a été constaté un risque indépendant de mortalité en présence d’une anémie associée à l’insuffisance rénale. Le risque de mortalité à 1 an était doublé lorsque l’hématocrite passait de 40 % à moins de 30% (8). Cette anémie est fréquemment associée, surtout dans ses formes sévères, à l’insuffisance cardiaque (9). Elle peut en favoriser l’aggrava- tion (syndrome cardio-réno-anémique) (Fig.1). Elle confère, en tout cas, un pronostic beaucoup plus sévère d’hospitalisation, de mauvais état général et de mortalité chez le patient à ce stade d’insuffisance cardiaque (10), comme d’ailleurs confirmé dans l’étude COPERNICUS (11). La mortalité y atteignait 23 % lorsque le taux d’hé- moglobine était inférieur à 11 g/dl contre 13,5 % lorsque le taux d’hémoglobine dépassait 12,5 g/dl (11). Au stade de la décompensation cardia- que, l’anémie est multifactorielle : participent l’hémodilution, le petit effet lié à la prise d’in- hibiteur d’enzyme de conversion, le développe- ment, parallèle à la réduction du débit cardiaque, de l’insuffisance rénale avec son état inflamma- toire et la production de cytokines, la diminution de synthèse d’EPO et la relative insensibilité de la moelle osseuse à cette EPO dans ce contexte d’insuffisance rénale, associée par ailleurs à un trouble de la libération et de l’utilisation du fer (12). Enfin, l’anémie expose à un risque supplé- mentaire d’accident vasculaire cérébral (AVC) (13) comme d’ailleurs d’insuffisance rénale plus rapidement évolutive chez le décompensé cardiaque, comme rappelé récemment à partir des données de l’étude SOLVD (Studies Of Left Ventricular Dysfunction) (14).
En savoir plus

5 En savoir plus

Apprentissage par observation chez le jeune enfant avec autisme

Apprentissage par observation chez le jeune enfant avec autisme

l’attention conjointes étaient de bons prédicateurs de gains acquis dans la prise en charge, de ce fait les interventions qui prennent en considération l’indice de développement avaient de meilleures résultats (Baghdadli, Noyer & Aussilloux 2007) L’étude de Toth, Munson, Meltzoff & Dawson (2006) a montré que les capacités représentationnelles ainsi que le jeu et l’imitation différée étaient fortement corrélés avec l’augmentation des capacités langagières chez les enfants entre 4 et 6 ans et demi. Une autre étude a confirmé ces résultats. Sallows & Graupner (2005) ont constaté que le niveau d’imitation, de langage, de l’autonomie et de la socialisation avant l’intervention sont de bons prédicateurs. Le quotient intellectuel a été identifié par plusieurs études comme un indice qui prédit l’efficacité des interventions (Ben-Itzchak & Zachor 2007; Eikeseth, Smith, Jahr & Eldevik 2002). Sallows & Graupner (2005) ont remarqué qu’un quotient intellectuel inferieur à 44, prédit un apprentissage lent. Selon une autre étude (Smith & Antolovich 2000), les enfants qui ont un quotient intellectuel supérieur ou égal à 50 progresseraient plus dans les compétences cognitives que ceux qui ont un quotient intellectuel inferieur à 50. Darrou, Pry, Pernon, Michelon, Aussilloux & Baghdadli (2010) ont mené une étude rétrospective avec 222 enfants avec autisme sur l’apparition des premiers signes de retard de langage et le développement ultérieur. Les résultats concernent le développement du langage qui est positivement corrélé avec le niveau développement ultérieur et négativement avec la sévérité du trouble évalué avec la CARS. Une autre recherche a également montré que la sévérité de l’autisme et le niveau de langage pouvaient prédire le niveau de développement après l’intervention (Darrou, Pry, Pernon, Michelon, Aussilloux & Baghdadli 2010).
En savoir plus

150 En savoir plus

Homéopathie chez le jeune enfant : conseil à l'officine

Homéopathie chez le jeune enfant : conseil à l'officine

avoir recours à l'allopathie mais dans ce cas l'utilisation de l'homéopathie ne gène en rien l'action des médicaments alors utilisés et peut même se révéler un complément intéressant [r]

110 En savoir plus

Prévalence des infections urinaires chez une cohorte de patients

Prévalence des infections urinaires chez une cohorte de patients

Le scanner représente l'examen le plus sensible pour détecter un foyer de PNA en imagerie 35. II. Conséquence de l'infection urinaire : Toute infection chronique présente un taux important de morbidité. Les décharges bactériennes dans la circulation systématique accompagnées d'un état fébrile, d’une désorientation sont bien connues surtout chez la personne âgée. La rééducation de la vessie à la contenance particulièrement difficile, et est grevée d'un taux important d'échec en présence de l’infection. La progression de l'infection vers le bassinet peut aboutir à la longue, à la pyélonéphrite chronique et l'insuffisance rénale. L'infection urinaire rend les urines, nauséabondes.
En savoir plus

78 En savoir plus

Prévalence de l'atrophie des glandes meibomiennes chez le kératocône

Prévalence de l'atrophie des glandes meibomiennes chez le kératocône

Pour ce qui est de la séborrhée meibomienne, elle serait à l'origine d'une augmentation des peroxydes d'acides gras, pouvant être à l'origine d'une kératinisation glandulaire et donc à terme, d'une obstruction des glandes de Meibomius. Il également été étudié le rôle de certains agents infectieux dans la physiopathologie du DGM. Le Demodex, acarien commensal du bord libre palpébral, présent en trop grande quantité pourrait être à l'origine d'une réaction inflammatoire lymphocytaire (53). Son rôle dans la pathogénie du DGM et donc l'intérêt du traitement par Ivermectine visant à le détruire est cependant toujours discuté. Il a également été montré une augmentation de la flore microbienne commensale (Staphylococcus aureus, Staphylococcus epidermidis, Propionibacterium acnes) chez les patients atteins de blépharite (54). Or ces bactéries possèdent une activité lipasique à l'origine de changements dans la composition lipidique du meibum, à l'origine d'une inflammation oculaire et d'un environnement plus propice à la prolifération bactérienne (cercle vicieux) (55).
En savoir plus

52 En savoir plus

Prévalence de la dysfonction érectile chez les malades consultant en urologie

Prévalence de la dysfonction érectile chez les malades consultant en urologie

basse, égale du sang veineux (de 25 à 43 mmHg). La PpO² augmente considérablement pendant l’érection, jusqu’à une valeur égale a celle du sang artériel (de 65 à 100 mmHg). In vitro la relaxation de fragments de corps caverneux humains et du lapin, induite par l’acétylcholine ou par la stimulation électrique, est maximale lorsque la PpO² égale la pression artérielle. Cette relaxation diminue avec la baisse de la pression partielle en oxygène. In vitro de faible valeurs de PpO² réduisent les concentrations de base de GMPc, et inhibent la synthèse de GMPc induite par la stimulation nerveuse. En anoxie, des fragments de corps caverneux de lapin ne se contractent ni spontanément, ni en réponse à la noradrénaline. De même la relaxation induite par stimulation électrique de champ est abolie. Ces données pourraient expliquer la résistance des priapismes ischémiques aux injections intracaverneuse d’agonistes alpha-adrénergique. D’autre part la synthèse de collagène serait inhibée par l’oxygène. Ainsi s’expliquerait, chez des patients soufrant de trouble de l’érection attribues a une pathologie artérielle, la diminution du rapport fibres musculaire lisses/tissu conjonctif, ce dernier comprenant les fibres collagènes.
En savoir plus

100 En savoir plus

Etude de prévalence des ulcères gastriques chez le cheval d'endurance

Etude de prévalence des ulcères gastriques chez le cheval d'endurance

du cheval sont couverts par l’apport de concentrés. Les chevaux au pré ont la possibilité de manger tout au long de la journée ce qui permet un flux continu de salive, possédant un effet tampon, vers l’estomac et limite donc l’acidité du contenu gastrique. Une étude [13] a étudié la prévalence des ulcères gastriques chez les chevaux de course en Nouvelle-Zélande, pays dans lequel les chevaux entraînés pour la course sortent au pré au moins une partie de la journée, ou bien vivent au paddock. Elle n’a pas mis en évidence de différence significative dans la prévalence observée entre les chevaux vivant en box, les chevaux sortant au pré au moins 4 heures par jour, et les chevaux vivant en permanence au pré. Ces résultats peuvent cependant être influencés par le fait que les chevaux vivant au pré recevant tout de même de grandes quantités de grain, ils passent moins de temps à pâturer. De plus, il est possible que les entraîneurs aient placé au pré les chevaux supportant mal le box et montrant des signes d’intolérance aux conditions de l’entraînement, qui sont peut-être donc déjà porteurs d’ulcères avant même d’être mis au pré le temps de l’étude…
En savoir plus

93 En savoir plus

Méta-analyse de la prévalence du stress au travail chez les médecins

Méta-analyse de la prévalence du stress au travail chez les médecins

En ce qui concerne les résultats du taux de prévalence global du stress au travail, l’évaluation via l’échelle de Likert en quatre points aboutissait à un taux de prévalence cumulé 3,3 fois plus élevé que l’évaluation via l’échelle en cinq points (70,2% vs. 21,1%). Ainsi, il parait probable que les modalités de cotation de réponses choisies par les auteurs en termes de nombre de points sur l’échelle de Likert soit le premier facteur influençant la variabilité des résultats des taux de prévalence dans la littérature. Dans le guide d’application du questionnaire d’évaluation du déséquilibre effort- récompense, Siegrist conseille d’utiliser l’échelle de Likert à quatre points (14). Il est courant que le résultat d’une échelle de cotation dépende de sa structure paire ou impaire. Il semble que dans des situations d'échelles impaires, une partie des sujets choisisse naturellement la réponse centrale. Cela suggère, selon la méthodologie utilisée par les auteurs, la possible émergence soit d’une surestimation soit d’une sous-estimation de la valeur de la variable étudiée (61,62).
En savoir plus

48 En savoir plus

Prévalence de la parodontite chez les patients avec polyarthrite rhumatoïde (PREPAPOR)

Prévalence de la parodontite chez les patients avec polyarthrite rhumatoïde (PREPAPOR)

Ortiz et al. ont publié, en 2009, une étude réalisée aux Etats-Unis, ayant pour objectif d’évaluer l'effet du traitement parodontal non chirurgical sur les signes et symptômes de la PR traitée ou non par anti-TNF-α. Quatre groupes ont été constitués à partir de 40 patients présentant une PR modérée à sévère et une PP sévère : deux groupes (groupes A+C, n = 20) ont bénéficié d'instructions d'hygiène orale et un détartrage/surfaçage, les deux autres groupes (groupes B+D, n = 20) n’ont reçu aucun traitement parodontal. Les groupes C et D recevaient préalablement des anti-TNF-α. Après 6 semaines, une amélioration significative de la VS, du DAS-28, du saignement au sondage, de la profondeur de poche, de l'indice de plaque et de l'indice gingival (p<0,01) ainsi que du taux de TNF-α (p < 0,05) a été retrouvée dans les groupes A et C par rapport à la première visite mais non dans les groupes B et D. Une amélioration significative de la perte d'attache, de la profondeur de poche, du saignement au sondage, de l'indice gingival et de la VS a été également observée chez les patients traités par anti-TNF-α (groupes C et D) comparés aux deux autres groupes (p < 0,05) alors qu'aucune différence n'a été observée en ce qui concerne le DAS-28 et l'indice de plaque (p > 0,05) (28).
En savoir plus

90 En savoir plus

Prévalence des troubles locomoteurs chez le patient transplanté rénal

Prévalence des troubles locomoteurs chez le patient transplanté rénal

test pathologique. Une récente étude de McAdams-DeMarco (95) rapporte un risque augmenté de démence en post-greffe chez les patients âgés. Les patients greffés ont un risque de démence à 10 ans de 5.1% s’ils ont entre 55 et 60 ans le jour de la greffe et de 17.0% pour les plus de 75 ans. Nos données, bien qu’elles portent sur peu de patients, confirment cette altération des performances cognitives. Les troubles cognitifs sont présents chez les patients du groupe « troubles locomoteurs » dans 68.6 % alors que ce pourcentage tombe à 43.9% dans le groupe de patients sans trouble locomoteur (p=0.01). Néanmoins, nous ne pouvons pas poser le diagnostic de démence post- greffe en l’absence de données exhaustives disponibles. En effet, la définition de démence comporte les notions suivantes que nous n’avons pas recueillies: déficit cognitif entrainant une altération significative du fonctionnement social ou professionnel et représentent un déclin significatif par rapport au niveau de fonctionnement antérieur. Le début est progressif mais le caractère chronique et continu de l’altération est immuable.
En savoir plus

81 En savoir plus

Grossesses rapprochées : complications, profil des patientes et anémie

Grossesses rapprochées : complications, profil des patientes et anémie

Comme nous l'avons vu précédemment, beaucoup de grossesses rapprochées sont inopinées [10] et l’étude Cocon, reprise dans un dossier de presse de l'INPES de septembre 2007 [18] , avait montré que dans les cinq dernières années, un tiers des femmes ne souhaitait pas sa dernière grossesse. Ainsi, parmi ces femmes qui n'avaient pas choisi leur dernière grossesse, un tiers n'utilisait pas de contraception. Et, fait encore plus alarmant et qui amène à se poser des questions quant à la politique menée en faveur de la contraception, près de deux grossesses non prévues sur trois survenaient chez des femmes qui déclaraient utiliser un moyen contraceptif au moment de la survenue de la grossesse. La prévention de la survenue d'une grossesse rapprochée repose donc sur une éducation à la contraception, le choix de contraceptions adaptées aux activités des jeunes mères permettant ainsi un meilleur contrôle de leur fécondité. Ce sujet ne doit donc pas être négligé lors de l’hospitalisation durant le post-partum. La promotion de la contraception peut être un outil majeur pour diminuer la fréquence du nombre de grossesses rapprochées [34] .
En savoir plus

125 En savoir plus

La dyspareunie chez les adolescentes : prévalence, caractéristiques et corrélats biopsychosociaux

La dyspareunie chez les adolescentes : prévalence, caractéristiques et corrélats biopsychosociaux

(l997a) ont également démontré une association significative entre la dyspareunie et la douleur à l'insertion habituelle du tampon. Enfin, deux études ont démontré q[r]

184 En savoir plus

Prévalence des strongyloses digestives chez les bovins dans la région d'Alger

Prévalence des strongyloses digestives chez les bovins dans la région d'Alger

Résumé du PFE : sous titre : Prévalence des strongyloses digestives chez les bovins dans la région d'Alger Résumé : Une étude épidémiologique est menée dans quelques élevages de la wilaya d’Alger, afin de rechercher les strongles gastro-intestinaux chez les bovins. Pour cela, 120 prélèvements de fèces sont prélevés, analysés par la méthode de flottaison. A l’issue que 20,93% des prélèvements sont positifs à la Trichostrongylus, 45,16% sont positifs a l’Ostertagia, 22,58% à Heamonchus, et 11,29% à l’Oesophagostomum. L’étude de l’influence de certains paramètres a révélé que le développement des parasites diffère selon la saison. En effet, un taux de positivité a été retrouvé au printemps 68,42% en automne 30,76% et 39,13% en hiver. L’âge des animaux semble jouer un rôle primordial dans la fréquence de ces parasitoses. L’étude a montré que les jeunes bovins sont les plus sensibles aux strongles digestifs avec un taux de positivité de 71,42% alors que chez l’adulte la fréquence est de 40,21%. Le statut thérapeutique des animaux a été également étudiée, sur un taux de 47,5% d’animaux positifs 49,50% étaient non vermifugés, ces résultats confirment que la vermifugation n’empêche pas l’infestation par ces parasites. L’enquête a été aussi élargie sur les différents types de stabulation, d’après ces résultats le pourcentage le plus important était chez les animaux élevés en mode mixte 66,66%, un taux de 50% pour le mode entravé et 43,47% pour chacun des modes semi entravé et libre. Enfin, ces résultats montrent que l’infestation par les strongles ne s’expriment pas systématiquement par la diarrhée, en effet 45,71% des animaux infestés étaient apparemment sains par contre, 47,50% des positifs étaient ont présenté des signes digestifs (diarrhée).
En savoir plus

1 En savoir plus

Show all 10000 documents...