Haut PDF Pneumopathies nosocomiales acquises sous ventilation mécanique : à propos de 109 cas

Pneumopathies nosocomiales acquises sous ventilation mécanique : à propos de 109 cas

Pneumopathies nosocomiales acquises sous ventilation mécanique : à propos de 109 cas

Dans nôtre série tous les patients ont reçu des soins de bouche. 1-8 Aspirations trachéales L’aspiration discontinue des sécrétions sous-glottiques est associée à une réduction significative du risque de survenue des PNAVM, à condition qu’elle soit faite avec une asepsie rigoureuse [55], car elle peut être source de contamination exogène. Une méta-analyse, faite en 2005, avait montré que l'utilisation d’une sonde d'intubation munie d'un orifice situé juste au dessus du ballonnet permettant 1' aspiration des sécrétions sous glottiques, réduit l'incidence de pneumopathies précoces [56]. En effet, les sécrétions oro-pharyngées potentiellement contaminées s'accumulent à cet endroit et, lors des fuites répétées autour du ballonnet, elles peuvent être inhalées et favoriser par conséquence la survenue des PNAVM.
En savoir plus

148 En savoir plus

Les pneumopathies nosocomiales acquises sous ventilation mcanique au service de ranimation pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Les pneumopathies nosocomiales acquises sous ventilation mcanique au service de ranimation pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

impact favorable sur le pronostic [94]. Dans 39 % des cas, l’antibiothérapie empirique initiale fut maintenue, car adaptée au germe isolé. Dans la littérature les auteurs parlent de plusieurs schémas d’antibiothérapie qui doivent intégrés plusieurs facteurs comme l’écologie microbienne locale, le profil de sensibilité des principales bactéries nosocomiales d’un service de réanimation, le type de recrutement de patients propres à chaque service de réanimation, la notion d’épidémie à une bactérie particulière avec un profil de sensibilité spécifique , la notion de colonisation ou d’infection antérieure du patient à des bactéries multirésistantes (BMR) ou non , la connaissance de la durée d’hospitalisation antérieure, de la durée de ventilation mécanique avant la pneumonie nosocomiale et des antibiothérapies antérieures avant la réanimation doit être pris en compte [94].
En savoir plus

112 En savoir plus

Les Pneumopathies nosocomiales en ranimation : Prise en charge et pronostic (A propos de 50 cas)

Les Pneumopathies nosocomiales en ranimation : Prise en charge et pronostic (A propos de 50 cas)

kinésithérapie respiratoire efficace à propos de soixante patients adultes intubés depuis au moins 48 heures, les auteurs ont étudié l'effet de la kinésithérapie respiratoire aux soins intensifs chez le patient en ventilation mécanique. La kinésithérapie respiratoire, à raison de 2 séances par jour, comprenait un drainage, une stimulation par vibration de la paroi thoracique durant 6 cycles expiratoires et une aspiration des voies aériennes durant le traitement. Les deux groupes ne présentaient pas de divergence pour les principales caractéristiques : âge, sexe, rapport PaO 2 /FiO 2 à l'admission, scores APACHE II et de Glasgow. Une pneumonie nosocomiale
En savoir plus

135 En savoir plus

Épidémiologie des infections nosocomiales en milieu de réanimation (à propos de 147 cas)

Épidémiologie des infections nosocomiales en milieu de réanimation (à propos de 147 cas)

nécessaire [82]. L’intubation oro plutôt que nasotrachéale permet de diminuer le nombre des sinusites nosocomiales. § Les aspirations sus-glottiques continues permettent de diminuer significativement les pneumopathies nosocomiales associées à la ventilation mécanique (PNAVM) précoces [83], de même que l’emploi parcimonieux des sédatifs et des curares. Le non recours à l’intubation au profit de la ventilation « non invasive» conduit à une diminution du risque de pneumonie par non- exposition au facteur de risque qu’est la présence d’une sonde trachéale [84]. Une kinésithérapie respiratoire active, des mesures facilitant la toux et améliorant le drainage des sécrétions bronchiques, qu’elles soient posturales ou par des aspirations trachéales, sont à favoriser [85]. L’utilisation de sondes d’alimentation entérale de petit calibre, placées en position jéjunale, et dont la position est vérifiée au moins quotidiennement, est souhaitable [86]. Une récente méta-analyse, portant sur dix études comparatives entre alimentation gastrique et jéjunale, suggère que l’inhalation est d’autant moins fréquente que la sonde est plus petite et que l’alimentation est continue et distale [87]. L’alimentation entérale est à préférer à la voie parentérale, responsable d’une destruction de l’architecture villositaire, avec un risque accru de translocation bactérienne. Cependant, l’alimentation entérale précoce (premier jour d’intubation et de ventilation mécanique) est associée à un risque supérieur de PNAVM par rapport à une alimentation débutée au cinquième jour [88, 89].
En savoir plus

187 En savoir plus

Incidence et facteurs de risque des pneumopathies acquises sous ventilation mécanique en réanimation néonatale

Incidence et facteurs de risque des pneumopathies acquises sous ventilation mécanique en réanimation néonatale

En France, selon le rapport ministériel de mai 2007 du Comité Technique des Infections Nosocomiales et des Infections Liées aux Soins (CTINILS), « une infection est dite nosocomiale (ou infection acquise en établissement de santé ou associée aux soins (IAS)) si elle survient au cours ou au décours d’une prise en charge (diagnostique, thérapeutique, palliative, préventive ou éducative) d’un patient, et si elle n’était ni présente, ni en incubation au début de la prise en charge. Lorsque l’état infectieux au début de la prise en charge n’est pas connu précisément, un délai d’au moins 48 heures ou un délai supérieur à la période d’incubation est couramment accepté pour définir une IAS. Toutefois, il est recommandé d’apprécier dans chaque cas la plausibilité de l’association entre la prise en charge et l’infection. Pour les infections du site opératoire, on considère habituellement comme associées aux soins les infections survenant dans les 30 jours suivant l’intervention ou, s’il y a mise en place d’un implant, d'une prothèse ou d’un matériel prothétique dans l’année qui suit l’intervention ». Une autre définition plus simple définit une IAS comme une infection contractée dans un service ou au cours d’un soin dispensé en dehors d’un établissement de santé, alors qu’elle n’était ni présente ni en incubation à l’admission. Un délai d’au moins 48 heures entre l’admission et l’état infectieux est nécessaire (Société Française d’Anesthésie Réanimation (SFAR) et Société de Réanimation de Langue Française (SRLF)).
En savoir plus

70 En savoir plus

Les pneumopathies nosocomiales Chez les patients hspitaliss en ranimation ( propos de 64 cas)

Les pneumopathies nosocomiales Chez les patients hspitaliss en ranimation ( propos de 64 cas)

Dansuneétudeprospectivecontrôléeentrephysiothérapiethoraciqueouabsencede kinésithérapie respiratoire efficace à propos de soixante patients adultes intubés depuis au moins 48 heures, les auteurs ont étudié l'effet de la kinésithérapie respiratoire aux soins intensifs chez le patient en ventilation mécanique. La kinésithérapie respiratoire, à raison de 2 séances par jour, comprenait un drainage, une stimulation par vibration de la paroi thoracique durant 6 cycles expiratoires et une aspiration des voies aériennes durant le traitement. Les deux groupes ne présentaient pas de divergence pour les principales caractéristiques : âge, sexe, rapport PaO 2 /FiO 2 à l'admission, scores APACHE II et de Glasgow. Une pneumonie nosocomiale acquise sous ventialtion est survenue chez 39 % des patients du groupe contrôle et 8 % des patients recevant une kinésithérapie respiratoire(80).
En savoir plus

137 En savoir plus

Ventilation mécanique et pression d'air dans les maisons

Ventilation mécanique et pression d'air dans les maisons

Le système équilibré n'a pas besoin d'échangeur de chaleur pour bien fonctionner; la seule fonction de cet appareil est d'économiser de l'énergie en fournissant une partie de celle qui est nécessaire pour réchauffer l'air de ventilation par récupération de la chaleur contenue dans l'air extrait. Avant d'opter pour l'utilisation d'un ventilateur à récupération de chaleur, il faut donc prendre en considération le coût d'installation de cet appareil, la quantité d'énergie qu'il permettra d'économiser et les coûts-avantages basés sur les prix courants et futurs de l'énergie.
En savoir plus

6 En savoir plus

Étude de la nébulisation de deux antibiotiques en ventilation mécanique

Étude de la nébulisation de deux antibiotiques en ventilation mécanique

colistine 14 ou les aminosides 15 . Parmi ceux-ci, l’amikacine et la tobramycine ont fait l’objet d’études et/ou sont utilisées en nébulisation en pratique clinique. Les rares études de pharmacocinétique portant sur la gentamicine ne s’intéresse nt pas à la concentration au niveau alvéolaire, siège de l’infection mais uniquement au niveau trachéal : concentration dans les expectorations 16 ou dans la sonde d’intubation 17 . Pourtant cette molécule semble être un bon candidat à la nébulisation en raison de son caractère hydrophile et de son regain d’efficacité tout particulièrement dans les pneumopathies à Staphylocoque aureus et/ou entérobactéries. Ainsi, la gentamicine, molécule cationique, très hydrosoluble, de faible poids moléculaire (478 Da) est un mélange de différents composés. C’est l’aminoside le plus actif dans les infections à cocci à Gram positif 9 , elle a longtemps été délaissée dans le traitement des PAVM en raison de la forte proportion de Staphylocoques aureus méticilline-résistant (SAMR). Aujourd’hui, du fait de l’amélioration des mesures d’hygiènes (solution hydro-alcoolique, isolement contact…) et du dépistage systématique à l’entrée des services de réanimation, la proportion de PAVM à SAMR a presque été divisée par deux entre 2004 et 2011 dans les réanimations françaises (49 % en 2004 vs 28 % en 2011) 18 . Ainsi, la prise en compte du SAMR dans l’antibiothérapie probabiliste des PAVM à cocci à Gram positif n’est plus systématique, justifiant un regain d’intérêt pour l’utilisation de la gentamicine dans le traitement des PAVM.
En savoir plus

176 En savoir plus

Façons actuelles d’aborder la ventilation mécanique des habitations

Façons actuelles d’aborder la ventilation mécanique des habitations

Le b ruit À l’h eu re actu elle, F326 n e fixe p as d e n iveau son ore m axim u m p ou r les ven tila- teu rs, car les m éth od es d ’essai et les n iveau x d e bru it accep tables n ’on t p as fait l’objet d ’u n con sen su s lors d e la d ern ière révision d e la n orm e. Ce p roblèm e d evrait être réglé lors d ’u n e éd ition fu tu re. L’inte rfé re nce a v e c d ’a utre s sy stè m e s Dan s le cas d ’u n logem en t équ ip é d ’u n ap p areil d e com bu stion ven tilé, F326 exige qu e le systèm e d e ven tilation , lorsqu ’il fonctionne à pleine capacité en même temps qu ’u n e séch eu se à lin ge et qu e tou t au tre d isp ositif d ’évacu ation ayan t u n e cap acité d e 75 L/ s ou p lu s, n e d ép ressu rise p as le logem en t d e p lu s d e 5 Pa. Cette lim ite p eu t être d ép assée si l’ap p areil d e com bu stion est con çu p ou r u n e d ép ressu risation p lu s forte. On p eu t d éterm in er la cap acité d e d ép ressu risation p ar calcu l, lorsqu ’on con n aît les caractéristiqu es d ’étan ch éité d u logem en t, ou à l’aid e d ’u n test servan t à m esu rer la d ép ressu risation .
En savoir plus

7 En savoir plus

Tumeurs osseuses : Profil pidmiologique et prise en charge thrapeutique. A propos de 109 cas  au service de Traumatologie CHU Mohamed VI Marrakech

Tumeurs osseuses : Profil pidmiologique et prise en charge thrapeutique. A propos de 109 cas au service de Traumatologie CHU Mohamed VI Marrakech

3. Etudes moléculaire : Un certain nombre de techniques se sont développées permettant également à partir de fragments fixés en inclus en paraffine la détection d’anomalie moléculaire comme l’amplification, la translocation ou les mutations de gènes qui sont associés avec certains types histologiques. Cela permet, lorsque l’examen histologique n’a pas permis de conclure d’orienter ou d’exclure ces origines précises. On peut citer en exemple la détection de la translocation spécifique de la tumeur d’Ewing et du synovialosarcome, possible par technique Fish et par RT- PCR. Enfin, des puces dites diagnostiques ont été développées dont le profil permettrait d’orienter vers la tumeur primitive [49-50]. Elles sont limitées uniquement aux carcinomes et requièrent du tissu frais ou congelé dont l’obtention n’est pas toujours facile. Elles permettraient d’orienter vers une tumeur primitive dans 60 % des cas, ce qui est inférieur à la caractérisation immunohistochimique qui dépasse aujourd’hui 90 % des lésions.
En savoir plus

236 En savoir plus

Diverticule sous urétrale féminin ( A propos de 03 cas )

Diverticule sous urétrale féminin ( A propos de 03 cas )

L’examen au spéculum est systématique, les deux valves étant placées latéralement pour inspecter toute la paroi urétro-vaginale, puis pour chercher une cervicite ou une vaginite. Le toucher vaginal permet d’en apprécier le volume, la consistance liquidienne, et par la pression douce de cette masse, de faire apparaître des urines troubles ou du pus et parfois du sang par le méat urétral, confirmant ainsi la communication entre la poche sous urétrale et l’urètre.

143 En savoir plus

Pseudomonas aeruginosa multi résistant et mortalité chez les patients sous ventilation mécanique en réanimation

Pseudomonas aeruginosa multi résistant et mortalité chez les patients sous ventilation mécanique en réanimation

Résumé Contexte : La combinaison d’une résistance accrue aux antibiotiques et d’une diminution de la découverte de nouvelles molécules antibiotiques est une préoccupation sérieuse dans le domaine de la réanimation. Cependant, le lien entre la résistance bactérienne et le pronostic reste controversé. Pseudomonas aeruginosa (Pa) est le principal agent pathogène à l’origine des pneumonies acquises sous ventilation mécanique (PAVM), or il devient de plus en plus résistant aux antibiotiques. Le but de notre étude était donc d’évaluer la relation entre les épisodes de PAVM à Pa multi-résistant et la mortalité à J30.
En savoir plus

42 En savoir plus

Pépite | Les critères de pneumonie communautaire aigue de l’IDSA permettent-ils de différencier pneumonies d’inhalation bactériennes et pneumopathies chimiques chez les patients sous ventilation mécanique pour coma toxique ...

Pépite | Les critères de pneumonie communautaire aigue de l’IDSA permettent-ils de différencier pneumonies d’inhalation bactériennes et pneumopathies chimiques chez les patients sous ventilation mécanique pour coma toxique ...

Résultats : 131 patients ont été admis dans l’étude. Parmi eux 32 présentaient une pneumonie d’inhalation bactérienne soit 24,4 % de la population. Les critères de pneumonie de l’IDSA étaient plus fréquemment retrouvés chez ces patients (40,6% vs 21,2% p=0,029). Les performances diagnostiques de ces critères sont toutefois modestes : sensibilité 40% et spécificité 79%. Les autres résultats significatifs de notre étude concernent la CRP, statistiquement plus élevée en cas de PIB (52,5 mg/L [4,75-80,5] vs 9 mg/L [0,1-20,75], p=0,014) et l’allongement de la durée de ventilation mécanique et de séjour en cas de PIB (avec respectivement 80 heures [50,8-159] vs 45 heures [25,5-88,5] p=0,002 et 6,5j [4,8-12,3] vs 4,7j [2,8-8,8], p=0,01).
En savoir plus

32 En savoir plus

Caractérisation des infections nosocomiales et acquises dans la communauté dans certains hôpitaux en Colombie

Caractérisation des infections nosocomiales et acquises dans la communauté dans certains hôpitaux en Colombie

18 En conséquence, les infections nosocomiales ont commencé à devenir une priorité dans la gestion administrative du service de santé. De plus, la République de Colombie a mis en place le décret 4109 en 2011, par lequel la nature juridique de l'Institut national de la santé de la Colombie (INS) est modifiée. Il est devenu un Institut scientifique et technique, doté d’une personnalité juridique, d’une autonomie administrative et d’un patrimoine propre, rattaché au MinSalud [47]. L’INS, en 2011, a mis en place une étude pilote sur la mise en œuvre des stratégies de surveillance des infections associées aux dispositifs, de la résistance et de la consommation d'antibiotiques, dans 10 établissements de santé de haute complexité du pays [3] . L’INS a trouvé que le degré de développement des programmes de prévention et de contrôle des infections associées aux soins de santé est hétérogène [3]. La connaissance du problème de ces infections et de la résistance bactérienne est considérée comme sectorisée et liée aux investigations des groupes de travail indépendants situés dans les régions les plus peuplées du pays, ce qui rend difficile une réelle approche de la situation nationale [3]. En bref, les données présentées dans l’étude reflètent la nécessité de mettre en œuvre la surveillance au niveau national. Cette étude a cependant permis une amélioration des outils pour suivre les IASS qui renforceront le Système national de surveillance de santé publique (Sivigila), la détection en laboratoire de microorganismes émergents d'importance hospitalière, ainsi que l'adoption d'actions gouvernementales et institutionnelles pour la prévention et le contrôle des infections, la prévention de la résistance et la promotion de l'utilisation prudente des antibiotiques [3].
En savoir plus

141 En savoir plus

Rôle du diaphragme au cours de l'expiration chez l'enfant sous ventilation mécanique

Rôle du diaphragme au cours de l'expiration chez l'enfant sous ventilation mécanique

Mechanical ventilation may interfere with the spontaneous breathing pattern in infants because they have strong reflexes that play a large role in the control cf breathing. This study ai[r]

99 En savoir plus

Développement d'outils innovants pour l'automatisation des réglages et pour l'implémentation de la ventilation protectrice chez les patients sous ventilation mécanique

Développement d'outils innovants pour l'automatisation des réglages et pour l'implémentation de la ventilation protectrice chez les patients sous ventilation mécanique

26 1.3 Hypothèses et objectifs de la thèse La ventilation mécanique chez des patients de soins intensifs est d'une importance primordiale et les réglages de la ventilation artificielle peuvent avoir des conséquences majeures. En particulier des volumes courants trop élevés peuvent augmenter les risques de dysfonctions de différents organes, dont l’atteinte respiratoire avec un risque d’œdème pulmonaire lésionnel acquis en cas d’utilisation de volumes courants élevés. Les volumes courants sont en rapport direct avec le poids prédit du patient et non pas avec le poids réel du patient. Autrement dit, les volumes pulmonaires des patients n’augmentent pas si le patient prend du poids ! En ce qui concerne le poids prédit, celui-ci est en rapport direct avec la taille du patient. Aussi étonnant que cela puisse paraître, la taille n’est pas toujours disponible dans les dossiers médicaux des patients et quand elle est disponible, elle n’est pas précise. Dans un contexte aigu de soins intensifs, quand les patients sont intubés dans l’urgence, cette donnée n’est pas toujours disponible et l’estimation visuelle est imprécise selon les quelques données de la littérature. Nous voulons vérifier ce point et vérifier également que la mesure dans le lit avec un ruban à mesurer n’est pas précise, c’est une autre hypothèse que nous voulons vérifier. Jusqu’à aujourd’hui, il n’existe pas de méthode précise, facile et reproductible pour déterminer la taille des patients alités. Les méthodes proposées sont l’estimation visuelle, la mesure au ruban, la mesure de l’avant-bras ou de différents segments de membre, la vérification dans le dossier du patient ou sur sa carte d’identité ou même poser la question au patient avant intubation ou à un proche. En vérifiant les données de la littérature nous avons trouvé qu’il n’existe que peu de recherches sur la façon de déterminer la taille des patients alités. Ainsi, le poids réel du patient au lieu du poids prédit est souvent utilisé à cause de l’absence de la taille ou parce que la formule pour calculer le poids prédit n’est pas disponible. Nous avons décidé de trouver une méthode pour mesurer la taille des patients, le poids prédit, les volumes courants, ainsi que la réduction du volume courant d’une façon automatisée. Notre projet s’est donc concentré sur cet objectif d’obtenir la taille et le poids prédit, pour éventuellement permettre l’automatisation des réglages de la ventilation mécanique en se basant sur ces paramètres de départ importants.
En savoir plus

163 En savoir plus

Pourquoi les maisons ont besoin de ventilation mécanique

Pourquoi les maisons ont besoin de ventilation mécanique

première page de la revue dans laquelle son article a été publié afin de trouver ses coordonnées. Si vous n’arrivez pas à les repérer, communiquez avec nous à PublicationsArchive-Archiv[r]

5 En savoir plus

Évaluation du mode d’assistance ventilatoire NAVA dans le processus de sevrage ventilatoire chez les patients sous ventilation mécanique – Projet pilote

Évaluation du mode d’assistance ventilatoire NAVA dans le processus de sevrage ventilatoire chez les patients sous ventilation mécanique – Projet pilote

Canada, J1H 5N4 La procédure de sevrage ventilatoire vise à réduire la durée de la ventilation mécanique (VM) et de minimiser les risques de complications. Il est donc important d’identifier les stratégies de sevrage ventilatoire (SV) qui aident le patient à récupérer, dans les plus brefs délais possibles, son autonomie respiratoire et se séparer de la VM. Le mode NAVA présente des avantages potentiels pouvant aider à améliorer la qualité et la vitesse du sevrage. Ce projet est une étude clinique randomisée menée en parallèle de phase pilote qui vérifie si le NAVA pourrait permettre au patient une bonne tolérance au sevrage ventilatoire (TSV) et réduire la durée de sevrage (DSV) en le comparant avec la stratégie classique qui se base sur le mode de ventilation spontanée avec aide inspiratoire (VSAI). Un nombre de 8 patients classés dans la catégorie de «sevrage difficile» sont inclus dans cette étude. Ils sont répartis en deux groupes. Le groupe A est sevré en mode conventionnel VSAI tandis que le groupe B est sevré avec le mode NAVA. Un sevrage ventilatoire réussi et bien toléré fini par séparer le patient de son ventilateur dans les plus brefs délais et avec une récupération soutenue de la respiration spontanée. Les principaux résultats de cette étude affichent une DSV de 2,48 jours chez le groupe sevré en NAVA versus 4,96 jours chez le groupe sevré en VSAI. Cette différence, est statistiquement non significative à cause du petit nombre de sujets inclus. Pour mesurer la TSV, les tendances des paramètres hémodynamiques et oxygénatoires ont été enregistrées. La charge du travail respiratoire a été évaluée en observant les tendances de P0.1 qui est inferieur à 4 cmH 2 O chez les patients NAVA, l'indice f/Vt qui a la tendance d’augmenter à
En savoir plus

65 En savoir plus

Développement d'outils de caractérisation de la mécanique pulmonaire en ventilation liquidienne totale

Développement d'outils de caractérisation de la mécanique pulmonaire en ventilation liquidienne totale

In summary, we have successfully implemented the low frequency forced oscillation tech­ nique to neonatal total liquid ventilation and present the first report of respir[r]

116 En savoir plus

Évaluation des pratiques professionnelles à propos de la ventilation mécanique au bloc opératoire au CHU de Bordeaux : une étude clinique prospective observationnelle de type avant après

Évaluation des pratiques professionnelles à propos de la ventilation mécanique au bloc opératoire au CHU de Bordeaux : une étude clinique prospective observationnelle de type avant après

Une des forces de notre étude réside dans le fait qu’il s’agit d’une étude prospective, observant les pratiques en anesthésie polyvalente et multidisciplinaire, chez une majorité d’ASA 1-2, sans y inclure la chirurgie cardio-thoracique qui nécessite une prise en charge spécialisée de la ventilation. L’anesthésie pouvait indifféremment être pratiquée par un anesthésiste junior ou sénior afin d’éviter un biais de réalisation. Le choix d’un critère composite, associant Vt en mL/kg de poids idéal et PEP, pour qualifier la ventilation était indispensable d’après le concept de ventilation protectrice.
En savoir plus

56 En savoir plus

Show all 10000 documents...