Haut PDF Place de l'urétéroscopie dans la prise en charge de la lithiase urétérale

Place de l'urétéroscopie dans la prise en charge de la lithiase urétérale

Place de l'urétéroscopie dans la prise en charge de la lithiase urétérale

RESUME L'urétéroscopie représente un procédé mini invasif pour la prise en charge des calculs de l'uretère permettant la désobstruction de la voie urinaire. Le but de notre travail est de rapporter l’expérience et évaluer les résultats obtenus par l’urétéroscopie semi rigide pour le traitement des calculs de l'uretère au service d'urologie du CHU Mohammed VI de Marrakech à travers 30 urétéroscopies étudiés prospectivement entre Mars 2005 et juin 2007. Il s'agit de 15 hommes et 15 femmes, avec un âge moyen de 44 ans (21 _ 59 ans). Le siège des calculs est pelviens dans 80% des cas, 10% iliaques, et 10% lombaires. La taille moyenne des calculs est de 11,56mm (5_ 20 mm) de grand axe. L'urétéroscope de type STORZ utilisé, est de charrière 8 avec un système de fragmentation pneumatique, cette fragmentation in situ a été nécessaire dans 80 % des cas. Le succès global de l’urétéroscopie était de 76,66% (23 patients), et concernant les autres résultats, 5 patients (16,6%) ont eu leur calcul flushé dans les cavités rénales, et 3 patients (10%) ont présenté des fragments résiduels. Et pour les complications, on a enregistré un cas de fausse route urétérale, et un cas d’invagination de 1cm de la muqueuse urétérale traité par endoscopie.
En savoir plus

160 En savoir plus

Place de la laparoscopie dans la prise en charge de la lithiase urinaire

Place de la laparoscopie dans la prise en charge de la lithiase urinaire

b.2- Urétérolithotomie par laparoscopie rétropéritonéale [39] Le patient est installé en position de lombotomie classique. L’abord de la fosse lombaire est réalisé sous la douzième côte en dehors des masses musculaires para vertébrales. Après une incision cutanée centimétrique, les plans musculaires sont traversés aux ciseaux droits de Mayo jusqu’à pénétrer dans la fosse lombaire. On introduit ensuite l’index et l’on confirme notre bon positionnement dans l’espace. On met en place le ballonnet de dilatation et sous contrôle optique celui-ci est gonflé dans la fosse lombaire. On observe le péritoine qui se récline en avant. Le muscle psoas est visualisé. Les autres trocarts sont ensuite positionnés. Un trocart de 5mm à la pointe de la 11 ème côte et deux trocarts au dessus de la crête iliaque, un postérieur et un antérieur juste en arrière du repli péritonéal. Sous la loge rénale en avant du muscle psoas on retrouve facilement l’uretère et les vaisseaux génitaux, à droite la veine cave et à gauche l’aorte. L’uretère est disséqué jusqu’en amont du calcul dont le relief est visualisé. La pince à préhension le palpe entre ses mords. L’uretère est mis sur un lac tissu en amont du calcul, coupé à l’intérieur et clippé ce qui permet de le mobiliser facilement. La voie excrétrice est ouverte avec la lame froide d’un bistouri de coelioscopie. Le calcul est extrait de la voie excrétrice et extériorisé soit au travers d’un des trocarts si son volume le permet ou placé dans un endobag et extrait en fin d’intervention. La sonde urétérale est repoussée sous contrôle de la vue dans la voie excrétrice en amont de l’urétérotomie. L’urétérotomie est fermée par des points séparés de fil résorbable. Un drainage est laissé en place au contact de l’urétérotomie, dans la fosse lombaire. Le calcul est extrait directement ou par un des orifices des trocarts s’il est placé dans un endobag.
En savoir plus

197 En savoir plus

Prise en charge diagnostic et thrapeutique de la lithiase urinaire au service d'urologie du CHU Marrakech exprience de 10 ans

Prise en charge diagnostic et thrapeutique de la lithiase urinaire au service d'urologie du CHU Marrakech exprience de 10 ans

Les indications de la chirurgie ouverte pour calcul sont en fait les échecs ou les complications des autres techniques, calculs supérieurs à 2 cm, calculs durs (cystine), anomalies anatomiques associées, association calcul complexe et anomalies anatomiques. Pour l’EAU, les indications de la chirurgie ouverte pour calcul rénal sont : calculs coralliformes à pièces calicielles majoritaires, sténoses des tiges calicielles ou sténose de la jonction pyélo-urétérale associée, diverticule caliciel antérieur et inférieur, scoliose, rétraction des membres, poche calicielle, rein pelvien ou transplanté, enfant, choix du patient, anomalie de la coagulation. Certaines de ces indications peuvent être réalisées par abord laparoscopique.
En savoir plus

194 En savoir plus

IMAGERIE DE LA LITHIASE URINAIRE : ATTENTES DE LUROLOGUE POUR UNE MEILLEURE PRISE EN CHARGE

IMAGERIE DE LA LITHIASE URINAIRE : ATTENTES DE LUROLOGUE POUR UNE MEILLEURE PRISE EN CHARGE

Le scanner sans injection reste l'examen de base, suivi éventuellement d'une Urétéropyélographie rétrograde dont le rôle est à la fois diagnostique et thérapeutique comme premier temps d'une urétéroscopie. Chez le patient dialysé, le diagnostic est généralement fait lors du bilan pré-greffe ; le traitement des calculs peut être justifié par la nécessité d'éliminer tous les facteurs infectieux chez ces patients appelés à être traités par immuno-suppresseurs. La néphrectomie des reins natifs est souvent la solution thérapeutique adoptée [42].

175 En savoir plus

Prise en charge de la lithiase rnale : Critres de choix des modalits thrapeutiques

Prise en charge de la lithiase rnale : Critres de choix des modalits thrapeutiques

L’imagerie (Uro scanner) occupe une place fondamentale non seulement pour le diagnostic de la lithiase rénale mais surtout pour le choix de la technique thérapeutique à adopter et la planification du geste technique. En effet l’uro-scanner nous offre en tant qu’urologue, des données précieuses concernant d’une part l’architecture des cavités pyélocalicielles, la présence ou non d’une anomalie anatomique rénale (anomalies de fusion, malformations congénitales….etc.) les rapports avec les organes de voisinage (colon) ; et d’autre part les caractéristiques des calculs rénaux en terme de taille (volume), localisation , densité et enfin le retentissement sur le parenchyme rénal.
En savoir plus

165 En savoir plus

Place du traitement non opratoire dans la prise en charge des traumatismes de labdomen

Place du traitement non opratoire dans la prise en charge des traumatismes de labdomen

Cette technique prend en compte à la fois l’ensemble des lésions extra- et intra- abdominales et les capacités physiologiques du blessé à répondre à l’hémorragie [88]. La LAPEC correspond à la réalisation d’un geste le plus rapide possible et donc incomplet. Ce temps opératoire très court, idéalement moins d’une heure, permet le constat des lésions d’abord ensuite, d’effectuer un geste d’hémostase indispensable, l’agrafage d’une perforation digestive, le drainage de la cavité péritonéale et un rapide bilan lésionnel par des gestes simples et courts, provisoires ou définitifs, mais dans tous les cas rapides, suivis de la fermeture de la laparotomie pour laisser la place au plus vite à la réanimation qui s’impose[89].
En savoir plus

159 En savoir plus

La place de la spiritualité dans la prise en charge des maladies mentales et des addictions

La place de la spiritualité dans la prise en charge des maladies mentales et des addictions

Ceci permettrait de mieux comprendre les dimensions de la spiritualité, leur évolution selon l’âge et de voir plus clairement la place de la spiritualité dans le bien être global et son importance comme ressource de coping pour faire face à la maladie et à la mort. Nous avons tenté dans l’étude chez les suicidants de définir un seuil, à partir duquel on peut parler d’une faible ou d’une forte spiritualité. Un seuil conventionnel semble être très pertinent, mais ceci n’est possible que si l’on dispose d’un échantillon suffisamment grand qui permettrait une classification des scores de l’échelle WHOQOL-SRPB. Toutefois, je pense, d’après cette petite expérience de recherche, que la mesure de la spiritualité ne peut pas se limiter à l’aspect quantitatif et doit toujours être couplée à une composante qualitative, dans laquelle le patient (ou le participant) peut décrire sa vie spirituelle et ses croyances personnelles.
En savoir plus

175 En savoir plus

La place de la famille dans la prise en charge des personnes âgées dépendantes

La place de la famille dans la prise en charge des personnes âgées dépendantes

En Angleterre, si le bénéficiaire dispose d’un capital au moins égal à 30 000 euros, il doit payer le home care. Entre 18 400 et 30 000 euros, il devra participer au financement de son hébergement. Lorsque le résident doit contribuer mais ne veut pas vendre son bien, il est alors mis en place un système de paiement différé, sous la forme d’un engagement de payer après le décès, sur ses biens. Ces actions sont fréquemment rattachées à la question de la solidarité familiale, dans la mesure où elles diminuent d’autant le capital que les proches et particulièrement les membres de la famille vont recueillir par donation ou succession. Cette analyse présuppose un « droit à » succéder, traduit en particulier par les règles de succession ab intestat et l’instauration de la réserve héréditaire. Dans cette perspective, les actions en récupération sont aussi une façon d’agir contre les membres de la famille, de les faire contribuer à l’aide apportée à la personne âgée par les services sociaux.
En savoir plus

53 En savoir plus

Place de la chirurgie dans la prise en charge des cancers primitifs nasosinusiens

Place de la chirurgie dans la prise en charge des cancers primitifs nasosinusiens

La décision de prise en charge des cancers primitifs nasosinusiens s’appuie et se coordonne selon les recommandations du REFCOR(27), appliquées en RCP. Le gold-standard du traitement initial est toujours la chirurgie première, si la tumeur est résécable. De ce fait, l’atteinte de certaines structures anatomiques est une contre-indication classique à la chirurgie. Les structures « à risques » devant faire l’objet d’une discussion au cas par cas sont : l’orbite, la dure-mère et le lobe frontal, la fosse infra temporale et le sinus caverneux. Si la tumeur n’est pas résécable, un traitement médical par RTCT est possible. Il peut, en cas de d’échec de ce traitement, être envisagé une chirurgie de rattrapage. Les indications seront alors plus larges dans l’optique de tenter de conserver un objectif curatif pour les patients, toutefois les contre-indications classiques à la chirurgie des cancers des sinus (atteinte du sinus caverneux, de l’apex orbitaire…) restent la règle.
En savoir plus

91 En savoir plus

Place de l'auto-rééducation dans la prise en charge de la tendinopathie achilléenne

Place de l'auto-rééducation dans la prise en charge de la tendinopathie achilléenne

le tendon calcanéen 37 . La poursuite de la course à pied guidée par la douleur durant la prise en charge ne serait pas délétère selon l’étude menée par Silbernagel KG et al 38 . Le taping est conseillé par 31 % des kinésithérapeutes interrogés en association avec une diminution de la pratique sportive. La littérature est pauvre au sujet de l’efficacité du taping dans la prise en charge de la tendinopathie achilléenne. Un case report sur un joueur amateur de badminton suggère une bonne amélioration du score VISA-A (questionnaire évaluant la sévérité d’une tendinopathie achilléenne) après cinq semaines de traitement par taping exclusivement, appliqué six jours sur sept 39 . Cette efficacité n’est pas retrouvée dans l’étude effectuée par Firth BL, al 40 . Cette étude évalue l’effet immédiat de l’application de taping sur la douleur (évaluée par échelle visuelle analogique), sur la distance en longueur en sautant à une jambe (test qui est utilisé par Reid A, et al comme critère de mesure pour évaluer
En savoir plus

52 En savoir plus

Pépite | Prise en charge de la prématurité à l’officine : place et conseils du pharmacien

Pépite | Prise en charge de la prématurité à l’officine : place et conseils du pharmacien

Le risque d’hypothermie chez le prématuré est surveillé par la prise de température en axillaire toutes les quatre heures environ. f. Immaturité cardiovasculaire Le cœur du fœtus se forme très tôt au cours de la vie in utero, c'est durant la troisième semaine que les premières ébauches se forment à partir du mésoderme avec apparition d'un rythme cardiaque. A ce moment, le cœur est placé dans la région antérieure du fœtus, avant de prendre sa position définitive au cours de son développement. Le cœur du fœtus bat plus rapidement que celui d'un humain, on peut observer entre 140 et 160 battements par minute chez le fœtus.
En savoir plus

130 En savoir plus

Place du Prometheus® dans la prise en charge des hépatites fulminantes

Place du Prometheus® dans la prise en charge des hépatites fulminantes

hépatique spontanée. L’historique commence à la fin des années 1950 avec les échanges plasmatiques et la perfusion de charbon sans qu’il existe un effet sur la survie et l’épuration des toxines [15]. Dans les années 1990 apparaissent deux systèmes extracorporels de suppléance hépatique. Il s’agit du système MARS en 1993 (Molecular Absorbant Recirculating System) et en 1999 du système Prometheus (FPSA Fractionated Plasma Separation and Adsorption, Fresenius Medical Care) [16]. Les deux systèmes ont pour principe l’épuration des toxines liées à l’albumine. La première utilisation du système Prometheus est réalisée en 2003 par Rifai, qui met en évidence l’efficacité clinique en terme de réduction de concentration des toxines liées à l’albumine mais sans résultat significatif sur la mortalité [17]. Aucun effet indésirable grave n’est à déplorer au cours de cette étude assurant l’innocuité du système. Plusieurs travaux ont suivi comparant les deux systèmes MARS et Prometheus dans la prise en charge des insuffisances hépatiques aiguës ou aiguës sur hépatites chroniques. En 2013, l’étude FULMAR avec le système MARS a eu comme objectif principal l’étude de la survie à 6 mois [18]. Il s’agit d’une étude randomisée, prospective et multicentrique avec 110 patients atteints d’IHA sur foie sain dont 38,2% liée à une intoxication au paracétamol. Concernant la survie à 6 mois, il n’y a pas de différence significative entre le traitement médical standard et le MARS. Or, l’analyse en sous-groupe met en évidence un bénéfice du MARS pour le groupe paracétamol sans atteindre la significativité (85% de survie contre 68,5%, p=0,46). Seule la survie sans transplantation est significativement supérieure dans le groupe paracétamol chez les patients qui ont reçu au moins trois séances de MARS. Notre réanimation utilise depuis quelques années le système Prometheus. Or le nombre de publications concernant l’utilisation du système Prometheus dans le cas d’une insuffisance hépatique aiguë est restreint. L’enjeu de l’insuffisance hépatique aiguë grave est celui de la transplantation hépatique : pénurie de greffons, coût pour la société et difficulté selon la gravité de savoir quand transplanter. L’atteinte neurologique est également un élément pronostic majeur de cette pathologie.
En savoir plus

63 En savoir plus

Place du médecin généraliste dans la prise en charge des violences sur mineurs

Place du médecin généraliste dans la prise en charge des violences sur mineurs

Dans notre étude, seule une minorité de consultations (10%) chez le médecin généraliste a abouti à la rédaction d’un certificat médical. Nous n'avons pas retrouvé d'études permettant de comparer ces chiffres à une moyenne nationale. Ce type de situation relativement simple d’un point de vue juridique permet d’évaluer le comportement du médecin généraliste face à une demande de certificat médical pour violences et la pertinence de celui-ci. Dans ces circonstances, sa place de médecin de famille n’est pas mise en danger, l’auteur des faits n’appartient pas au cercle familial. Les lésions sont souvent sans danger pour l’enfant et ont une présentation physique pure. Ainsi cette consultation est vierge de tout élément pouvant influencer la rédaction d’un certificat. Il n’y a pas d’ambiguïté dans le rôle que doit tenir le médecin généraliste. La rédaction quasi systématique (90%) d’un certificat par le médecin généraliste dans les violences scolaires nous permet d’avancer l’idée qu’il ne présente pas de difficultés dans le cadre de consultations pour violences en milieu scolaire. Nous pouvons comparer cette situation aux autres et observer les éléments qui peuvent déstabiliser le médecin généraliste dans la prise en charge des violences sur mineur.
En savoir plus

104 En savoir plus

Place de l'éducation thérapeutique du patient dans la prise en charge de la rectocolite hémorragique

Place de l'éducation thérapeutique du patient dans la prise en charge de la rectocolite hémorragique

RÉSUMÉ La rectocolite hémorragique, formant avec la maladie de Crohn le groupe des maladies inflammatoires chroniques de lʼintestin, est une pathologie qui affecte près de 60.000 personnes en France. Cʼest une maladie incurable qui évolue par poussées. De nombreuses thérapeutiques médicamenteuses sont aujourdʼhui proposées afin de diminuer le nombre de poussées. Cette pathologie étant chronique, lʼéducation du patient est indispensable car il va être amené à vivre quotidiennement avec sa maladie. Cʼest ce que proposent les programmes dʼéducation thérapeutique du patient : ils ont lʼambition de donner les compétences nécessaires au patient afin de vivre au mieux avec la maladie. LʼETP sʼintègre donc parfaitement à la prise en charge du patient atteint de RCH.
En savoir plus

103 En savoir plus

La place du pharmacien d'officine dans la prise en charge des algies vasculaires de la face

La place du pharmacien d'officine dans la prise en charge des algies vasculaires de la face

 Conseils associés à la 1 e délivrance du traitement de fond : Il existe deux traitements de fond différents. En prenant compte de la grande variabilité individuelle de réponse aux traitements, ce dernier devra être individualisé, que ce soit sur le choix de la molécule ou même de la posologie journalière choisie. Il faut tenir le patient informé que le parcours est souvent long pour trouver le traitement et la dose efficace, et que contrairement aux traitements de crise, l’effet du traitement de fond n’est pas immédiat et qu’une prise quotidienne est nécessaire pour une bonne observance. Il faut lui expliquer la démarche thérapeutique et les contrôles très réguliers à effectuer, afin d’éviter que la personne ne se décourage face à l’échec. Ce traitement sera réévalué régulièrement par le médecin.
En savoir plus

96 En savoir plus

Place de la vido-thoracoscopie dans la Prise en charge des pleursies :  propos de 44 cas

Place de la vido-thoracoscopie dans la Prise en charge des pleursies : propos de 44 cas

La place de la vidéo-thoracoscopie dans la prise en charge des pleurésies 54 C. Pleurésie infectieuse [74, 75,76, 77,78, 79,80] : Elle est définie par la présence dans la cavité pleurale d'un liquide purulent ou liquide louche ou clair avec polynucléaires neutrophiles altérés ou identification de germes à l’examen direct. Il s’agit d’une urgence diagnostique et thérapeutique. Le traitement est d’abord médical reposant sur l'association de trois principes fondamentaux : l'antibiothérapie, l'évacuation de l'empyème et la kinésithérapie respiratoire. Il peut devenir chirurgical au stade de collection et d'enkystement.
En savoir plus

106 En savoir plus

Cartographie de la prise en charge du nouveau-né dans les maternités de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris et de la place de la sage-femme dans cette prise en charge

Cartographie de la prise en charge du nouveau-né dans les maternités de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris et de la place de la sage-femme dans cette prise en charge

Par ailleurs, il s’agit d’une étude déclarative. Les réponses peuvent donc être biaisées ou approximatives. C’est ce que nous avons pu remarquer avec parfois des réponses très différentes entre les sages-femmes d’une même équipe. Après avoir eu l’avis des sages-femmes ainsi que des coordinatrices de suites de couches, il serait intéressant d’avoir l’avis des patientes. En effet, leur point de vue sur la prise en charge globale et sur la satisfaction des patientes dans les maternités ayant une plus grande prise en charge globale serait constructif pour améliorer l’organisation actuelle.
En savoir plus

80 En savoir plus

Place de l’acupuncture dans la prise en charge du patient schizophrène : revue de la littérature

Place de l’acupuncture dans la prise en charge du patient schizophrène : revue de la littérature

Pour répondre à cette question de recherche notre objectif principal a été de faire un état des lieux de l'évaluation de l'efficacité du traitement par acupuncture et de ses effets chez[r]

116 En savoir plus

Maladies rares : quels enjeux pour la société ? Quelle est la place de l’officine dans la prise en charge?

Maladies rares : quels enjeux pour la société ? Quelle est la place de l’officine dans la prise en charge?

57 orphelin obtient une AMM, il bénéficie d’une exclusivité commerciale de 10 ans, ce qui signifie qu’aucun autre industriel ne peut commercialiser un médicament du même type. Le règlement (CE) n° 141/2000 permet aussi une voie d’accès privilégiée au marché. En effet, un médicament peut être mis à disposition des patients avant l’obtention de l’AMM. On parle alors d’usage compassionnel, ou d’Autorisation Temporaire d’Utilisation (ATU) en France. Une ATU est une procédure française accordée par l’ANSM qui permet donc d’utiliser des médicaments n’ayant pas encore obtenu l’AMM. Elle est attribuée pour une durée maximale d’un an et peut être renouvelée. Les médicaments sous ATU sont pris en charge par l’Assurance Maladie à 100%. Néanmoins, l’aspect restrictif de ces médicaments sous ATU est qu’ils ne sont disponibles que dans les établissements de santé.
En savoir plus

93 En savoir plus

Place de l'anesthésie générale dans la prise en charge bucco-dentaire de l'enfant

Place de l'anesthésie générale dans la prise en charge bucco-dentaire de l'enfant

4.4 Aspect médico-légal : 4.4.1 Responsabilité du chirurgien-dentiste et du médecin anesthésiste : Selon la loi du 4 mars 2002 du Code de la Santé Publique, il est essentiel de donner une information claire, précise, continue et loyale lors des consultations dentaires et anesthésiques. Le chirurgien-dentiste et le médecin anesthésiste, lors de leurs consultations respectives, doivent évaluer le bénéfice risque, informer l’ensemble des soins à effectuer et aussi toutes les complications encourues par cette opération. L’accord des responsables légaux et de l’enfant s’il y est en faculté de comprendre est essentiel. La signature des documents tels que le consentement éclairé sera une sécurité en cas de problèmes. La décision d’une prise en charge en AG doit être médicalement justifiée, l’anesthésie de confort est donc proscrite. Selon le décret n°94-2005 de 5 décembre 1994, le médecin anesthésiste doit garantir la consultation pré anesthésique, la visite pré anesthésique et la surveillance post opératoire (avec le passage en SSPO) certifiant la sécurité du patient. Les soins prodigués seront conformes aux données acquises de la science selon le Code de la Santé Publique et l’article R4 127-233 du code de déontologie. Aucune faute n’est tolérée. Le praticien doit mettre tous les moyens pour avoir des résultats escomptés, c’est une obligation de moyen et non de résultat. De plus, il doit limiter le risque de récidive en fournissant des conseils d’hygiène et alimentaires. Le chirurgien doit assurer le suivi post opératoire mais aussi doit s’assurer du suivi sur le long terme par ses soins ou par le chirurgien-dentiste traitant afin d’établir un contrôle régulier et de mettre en place les traitements préventifs pour réduire au maximum le risque de récidive. (61) (62)
En savoir plus

82 En savoir plus

Show all 7935 documents...