Haut PDF Pied diabétique : à propos de 90 cas

Pied diabétique : à propos de 90 cas

Pied diabétique : à propos de 90 cas

jambières. De plus, cette atteinte non spécifique du pied diabétique semble apparaitre plus précocement dans la population générale. 2-2-2 La micro-angiopathie : Il existe des liens indiscutables entre des anomalies qualitatives et quantitatives des lipoprotéines, quelles soient primaires ou secondaires, la genèse et le développement des complications micro vasculaires chez les diabétiques de type 1 et type 2. Leur place mérite d’être précisée dans l’histoire naturelle de la micro-angiopathie. L’interprétation des études d’intervention thérapeutique par Statines et Fibrâtes restent encore controversé ne permettant pas de séparer leurs effets sur les lipoprotéines. Le faisceau d’argument existant légitime néanmoins une prise en charge agressive des dyslipidémies chez le patient diabétique. Tant sur le plan macro que micro-vasculaire. (12)
En savoir plus

130 En savoir plus

Intérêt de mesure de l’index de pression systolique au niveau du membre inférieur dans le dépistage de l’artériopathie diabétique : etude prospective à propos de 100 cas

Intérêt de mesure de l’index de pression systolique au niveau du membre inférieur dans le dépistage de l’artériopathie diabétique : etude prospective à propos de 100 cas

43 Ainsi; une étude récente, la National Health and Examination Survey [44], a étudié notamment le lien entre l’AOMI (défini sur un IPS <0.9 ou >1.4) et l’insuffisance rénale et l’albuminurie sur une population de 7080 personnes dont 1056 diabétiques. Les résultats dans le groupe diabétique montre qu’un débit de filtration glomérulaire <60ml/min/1.73m² est fortement associé à l’AOMI (OR de 2.3). Concernant l’association entre albuminurie et AOMI, il est intéressant de constater que celle-ci est négative en cas de mauvais contrôle glycémique (HbA1c>7%) mais positive chez les diabétiques dont l’Hba1c est inférieure à 7%. La Multi-Ethnic Study of Athrosclerosis [59] a montré que la présence d’une albuminurie dans une population de diabétiques, quel que soit son stade (micro ou macroalbuminurie), augmente le risque d’AOMI, définie par un IPS inférieur à 0.90, de 60% après ajustement sur les facteurs de risque cardiovasculaire. Il n’est en revanche, dans cette étude, pas mis en évidence de lien entre le degré d’albuminurie et la baisse de l’IPS probablement par manque de puissance. Cependant, dans une population de 290 diabétiques de type 2 taïwanais de plus de 65 ans, la prévalence d’un IPS <0.9 était de 8%, 17.1%, et 38.5% en présence d’une normo-, d’une micro- et d’une macroalbuminurie, respectivement [60]. Ces données suggèrent donc de plus, une relation entre la sévérité de la néphropathie diabétique et le risque de diminution de l’IPS.
En savoir plus

125 En savoir plus

Diabte et grossesse :  propos de 50 cas

Diabte et grossesse : propos de 50 cas

1-2 Acidocétose diabétique: La fréquence de l’acidocétose survenant chez les femmes diabétiques enceintes varie de 2% à 25 % selon les études [127]. L’incidence semble pourtant être à la baisse, avec un chiffre rapporté de 25 % avant 1975, s’abaissant à 5-7 % vers les années 90, expliqué par une amélioration de la surveillance des femmes enceintes [81]. La mortalité de l’acidocétose chez les patientes diabétiques de type 1, en dehors de la grossesse est estimée entre 5 à 10%. Le taux de mortalité maternelle pendant la grossesse n’est pas connu, mais certains auteurs estiment qu’actuellement elle est très faible si la femme est adéquatement traitée [128]. Par contre, la mortalité fœtale est estimée entre 40 à 60% dans la littérature [67], [129] et semble corrélée à la gravité de la décompensation acidocétosique (taux de glucose élevé, présence d’un coma).
En savoir plus

161 En savoir plus

Anesthésie du diabétique à l'hopital militaire Avicenne : à propos de 100 malades

Anesthésie du diabétique à l'hopital militaire Avicenne : à propos de 100 malades

2- Bilans des lésions dégénératives : 2-1 Complications cardiovasculaires : a- HTA : L’hypertension artérielle (définie par une pression artérielle≥ 140/90 mmHg à au moins trois consultations) est d’une grande fréquence au cours du diabète, en particulier dans le type 2, et affecte 40 à 60 % des patients(2). Elle représente un facteur de risque majeur de coronaropathie et un facteur aggravant de la néphropathie, de la rétinopathie et de la cardiopathie diabétique. L’étude UKDPS a montré que le niveau tensionnel optimal pour prévenir les complications micro et macroangiopathiques ou éviter leur progression était une pression artérielle inférieure à 130/80 mmHg (13). La consultation d’anesthésie permet d’évaluer les valeurs de pression artérielle, mais aussi et surtout son retentissement viscéral. Le contrôle de cette hypertension artérielle est indispensable en préopératoire pour éviter, surtout en cas d’association à une neuropathie dysautonomique, une instabilité hémodynamique per opératoire et des complications coronariennes et rénales(14).
En savoir plus

142 En savoir plus

Aniridie congénitale : à propos de quatre cas

Aniridie congénitale : à propos de quatre cas

o L’implantation de chambre postérieure : c’est la technique la plus utilisée. Elle peut être : * Dans le sulcus : elle expose également au risque de luxation antérieure de l’implant (86). Sundmacher (22, 87) a eu recours à l’implantation intraoculaire d’un diaphragme noir type 67 G, aussi bien dans les aniridies congénitales que traumatiques. Elle consiste à l’implantation dans le sulcus d’un diaphragme noir après une incision cornéenne sur 180⁰ et à l’extraction du cristallin. La pression oculaire doit être normale ou contrôlée médicalement. Cette technique expose au risque d’une inflammation post-opératoire importante ainsi qu’à l’aggravation d’une hypertonie oculaire retrouvée dans 5 cas sur 13 dans son étude.
En savoir plus

100 En savoir plus

Sténoses de l’urètre : à propos de 135 cas

Sténoses de l’urètre : à propos de 135 cas

Dittel constatant que la fibrose péri-urétrale constitue la raison essentielle des récidives, préconise l’excision en bloc de tout l’urètre sténosé. Guyon (1831-1920) et l’école française propose la résection partielle de l’urètre. Ce procédé devient la méthode de choix pendant plus d’un demi siècle. Poncet en 1893 préconise l’urétrostomie périnéale, dans les cas récidivants indilatables. Lorsque la sténose est étendue, on pratique alors l’opération de Marion-Pérard. Il faut attendre la fin du premier conflit mondial pour effectuer des urétroplasties en deux temps à l’aide de lambeaux périnéo-scrotaux. La première étape avait pour objectif d’ouvrir la portion sténosée de l’urètre, la deuxième étape consistant ensuite à refaire le « plancher » urétral à l’aide des tissus adjacents. En 1968, MONSEUR a décrit une technique d’urétroplastie en un temps applicable au traitement des sténoses étendues de l’urètre pénien [5].
En savoir plus

144 En savoir plus

Cholecystectomie laparoscopique : à propos de 712 cas

Cholecystectomie laparoscopique : à propos de 712 cas

L’étude rétrospective que nous avons présenté dans cette étude concernant l’expérience du service en matière de chirurgie laparoscopique pour lithiase biliaire rapporte une série de 712 cas sur une période allant du 1 Janvier 2005 au 31 Décembre 2007. Cette étude nous a porté une opinion positive sur cette technique, mais elle nous a démontré également et de façon conjointe avec la littérature que l’apprentissage d’un enseignement et d’une formation de qualité est obligatoire avant de pouvoir pratiquer une intervention par laparoscopie, d’autant plus que la cholécystectomie par laparoscopie, comme toute autre intervention chirurgicale, n’est pas exempte de complications. Elle cumule aussi bien les risques de la chirurgie biliaire que ceux de la laparoscopie ; d’où seuls l’acquisition d’une certaine maturité en chirurgie laparoscopique, la rigueur méthodologique per-opératoire et le recours à la sécurité laparotomique quand les conditions sont défavorables, permettent d’éviter beaucoup de complications notamment biliaires.
En savoir plus

118 En savoir plus

Pancréatites aigues: à propos de 100 cas

Pancréatites aigues: à propos de 100 cas

2- Forme grave : [16,154] Environ 20 % des patients admis pour pancréatite aigue souffrent d'une forme sévère qui se manifeste en générale, rapidement après le début de la symptomatologie abdominale, avec extension du processus inflammatoire et l'apparition de la nécrose glandulaire qui survient dans les 4 premiers jours de la maladie. Le processus nécrotique diffuse essentiellement dans l'espace rétro péritonéal, mais aussi dans la racine du mésentère et peut dépasser les limites de l'abdomen. La pancréatite aigue sévère se traduit par une défaillance multi viscérale survenant la première semaine de la maladie et /ou par l'apparition souvent plus tardive de complications locales. Donc le pronostic est conditionné par le volume de la nécrose retro-peritoneale et par la survenue précoce d'une défaillance multi viscérale. Nos résultas rejoignent, dans ce cadre aussi ceux de la littérature en objectivant des PA graves chez 14 % des cas selon le score de Ranson. Les formes nécrotico-hémorragiques étaient retrouvées dans 32 % des cas (stades D et E).
En savoir plus

139 En savoir plus

Incidentalomes surrenaliens : à propos de 3 cas

Incidentalomes surrenaliens : à propos de 3 cas

L’incision transversale, au tracé curviligne à concavité inférieure, peut n’intéresser qu’une région sous-costale, ou aller de l’extrémité de la 11ème côte à l’autre, quand il s’agit de surrénalectomie bilatérale. En cas de besoin, elle peut être agrandie par une courte médiane à direction xiphoïdienne. Chez les obèses, la partie haute de l’abdomen offre une couche graisseuse moins épaisse à ce niveau. Les incisions transversales plus longues à pratiquer sont plus propices aux hématomes et abcès de la paroi. L’exposition nécessaire à la réalisation d’une exérèse unilatérale nécessite fréquemment de s’élargir au-delà de la ligne médiane vers le côté opposé.
En savoir plus

117 En savoir plus

Syndrome de Wolfram à propos de deux cas

Syndrome de Wolfram à propos de deux cas

Dans l’étude de Giuliano (12), le diabète insulinodépendant n’était pas associé aux marqueurs immunogénétique classiques, comme cela a été déjà décrit (3, 55) : le DID n’était en effet pas corrélé aux marqueurs habituels d’auto- immunité (Ac anti-IA2 et Ac anti-GAD négatifs chez les 9/9 patients). Les allèles classiquement retrouvés dans le DID (DRB1*04, DRB1*03, DQB1*03, DQB1*02) n’étaient pas majoritaires ici. HLA DRB1*01 était présent chez trois patients (parmi les 10 patients de 9 familles différentes pour lesquelles ces données étaient disponibles), alors que sa fréquence dans une population contrôle de 230 sujets originaires du sud de la France est de 17%. Cependant vu le faible effectif étudié il est impossible de conclure à une prépondérance de cet allèle dans le syndrome de wolfram (12). En 1994 Vendrell et coll. (51) soulignaient la prépondérance de l’antigène HLA DR2 dans une population de patients atteints du syndrome de wolfram (44,4%) comparé à la population générale (21,9%) et à une population DID (6,7%). Ce qui pourrait aller contre une prédisposition HLA particulière dans ce syndrome. L’étude de Giuliano (12) est considérée comme l’une des premières qui décrit avec précision chaque atteinte du syndrome de wolfram, deux autres équipes, celle de Simsek en Turquie (52) et de Medlej au Liban (55) ont également récemment décrit les caractéristiques de chaque atteinte sur des séries de 9 et31patients respectivement (caractéristiques génétiques non données). L’hémoglobine glycosylée médiane était de 9,4% dans la population Turque, un seul des patients souffrait de rétinopathie diabétique et un autre de néphropathie (age médian de la population =13,2ans). Par contre dans l’étude libanaise, la prévalence des microangiopathies diabétiques était supérieure à ce qui est habituellement décrit chez les patients atteints de syndrome de wolfram, avec 16 à 43% des patients (selon la durée d’évolution du diabète) souffrant de rétinopathie et 16 à 75% de néphropathie.
En savoir plus

100 En savoir plus

Hybridation d’une discipline sportive par les marques : l’exemple de la course à pied avec le cas Adidas

Hybridation d’une discipline sportive par les marques : l’exemple de la course à pied avec le cas Adidas

La compétition Adidas Runners League a su trouver sa cible auprès des jeunes Parisiens dès son lancement. Les valeurs de liberté et d’unicité que « l’urban running » dégage entre incontestablement en résonance avec ses pratiquants. Aujourd’hui, les coureurs ne courent plus pour se sentir libres comme ce fut le cas auparavant, mais au contraire pour se sentir appartenir à un groupe, quelque chose de plus grand qu’eux dans lequel ils peuvent puiser leur force. La marque et son agence a su laisser de la liberté à ses coureurs à l’intérieur d’un cadre qu’elle a elle-même fixé et sur lequel elle garde un contrôle total. Toutes ces caractéristiques qui peuvent paraître antinomiques font de cette discipline un objet d’étude à la fois très complexe et très intéressant à étudier. En partant d’une analyse sémiotique des termes servant simplement à définir la discipline jusqu’à la critique de la mise en place d’un système de contrôle en passant par l’étude anthropologie des rassemblements sportifs organisés par la marque, ce travail constitue le fruit d’une recherche approfondie sur le sujet dans son ensemble.
En savoir plus

90 En savoir plus

Asthme du nourrisson : à propos de 68 cas

Asthme du nourrisson : à propos de 68 cas

V. L’éducation : L’éducation de la famille joue un rôle très important dans la prise en charge de l’asthme du nourrisson. GIBSON et coll. (119) a évalué la compliance des parents de 29 jeunes enfants, responsables de l’administration du traitement de fond inhalé à enfants asthmatiques. Ces auteurs ont montré que l’observance au traitement n’a été respectée en moyenne que dans 50 %. Cela reflète la coopération insuffisante des parents. D’où l’intérêt d’expliquer à la famille cette pathologie, les indications des différents médicaments prescrits et les instructions de leur utilisation d’une façon claire, accessible à la compréhension de chacun. Une démonstration de la mise en œuvre du système d’inhalation et une vérification régulière de la pratique des parents seront nécessaires pour éviter les échecs thérapeutiques. L’apprentissage des méthodes d’inhalation s’intègre dans la prise en charge globale du nourrisson asthmatique à laquelle les parents doivent participer. Et surtout, il faut insister auprès de la famille, en cas de signes de gravité, de consulter en urgence.
En savoir plus

91 En savoir plus

Trisomie 21 à propos de 95 cas

Trisomie 21 à propos de 95 cas

2-2 Développement pubertaire : Il se fait de façon normale dans les deux sexes. Une spermatogenèse incomplète est responsable d’une fertilité pratiquement nulle chez les hommes alors que celle des femmes est conservé, le risque de trisomie 21 dans leur descendance est alors de 50% [3]. Nous citerons, un cas récent rapporté en 2006 par M. Pradhan et A. Dalal [44] de fertilité chez un homme trisomique âgé de 26 ans dont le caryotype a montré une trisomie 21 en mosaïque, le test ADN a confirmé sa paternité. Sa femme était normale sans anomalies chromosomiques. Ce cas nous pousse à se demander si l’ignorance de l’acte sexuelle n’est pas l’un des facteurs contributifs à cette infertilité chez les hommes trisomique 21 ?
En savoir plus

122 En savoir plus

Infection osseuse : à propos de 154 cas

Infection osseuse : à propos de 154 cas

Nos méthodes ont été retenues pour leur exécution facile ou pour leur facilité d’application chez nos patients pour la plupart démunis et vivant dans un état social précaire. Dans notre étude il y avait 40 cas de séquestrations mais il a été pratiqué seulement 24 séquestrectomies. Elle n’a pas été faite au stade de décalcification osseuse trop étendue car l’absence d'un manchon périosté suffisamment calcifié ne permet pas de maintenir la continuité de cet os. Dans d’autres cas elle a été faite dans le cadre d’amputation.

120 En savoir plus

La maculopathie diabtique  propos de 70 cas

La maculopathie diabtique propos de 70 cas

L’œdème maculaire diabétique est la principale cause de malvoyance chez les patients diabétiques. A la lumière de nos résultats et selon un grand nombre de publications internationales, il est bien claire qu’une longue durée de diabète (surtout après 10ans d’évolution), souvent déséquilibré (Hba1c>7), ayant nécessité le recours à l’insuline et l’hypertension artérielle sont des facteurs de risque généraux très pourvoyeurs d’OMD.

116 En savoir plus

Traumatismes hépatiques : à propos de 65 cas

Traumatismes hépatiques : à propos de 65 cas

Une étude rétrospective a été réalisée incluant 65 patients traités pour traumatisme hépatique sur une période de 6 ans allant de Janvier 2003 à décembre 2009, dans le service de chiru[r]

144 En savoir plus

Genou flottant à propos de 30 cas

Genou flottant à propos de 30 cas

Le genou flottant est un concept inventé par Mc bryde en 1974, pour l’association d’une fracture du fémur à une fracture homolatérale du tibia. Elle survient lors de traumatisme à haute[r]

160 En savoir plus

Cellulites cervicales : à propos de 50 cas

Cellulites cervicales : à propos de 50 cas

En dehors des structures osseuses et du côté vestibulaire buccal, la propagation des infections contourne les limites du muscle buccinateur et des muscles peauciers. À ce propos, rappelons l’existence d’une particularité anatomique de la région : la gouttière buccinato- maxillaire qui vient s’ouvrir en avant dans la région génienne au niveau du quadrilatère de moindre résistance de Chompret (bord antérieur = bord postérieur du triangulaire des lèvres, bord supérieur = bord inférieur du buccinateur, bord postérieur = bord antérieur du masséter, bord inférieur = bord inférieur mandibulaire) ; à ce niveau, la muqueuse buccale tapisse directement les téguments de la région génienne.
En savoir plus

121 En savoir plus

Pneumonie de l'enfant :  propos de 274 cas

Pneumonie de l'enfant : propos de 274 cas

Les pneumonies aigues communautaires représentent la première cause de mortalité et de morbidité chez les enfants de moins de 5 ans. Les étiologies sont multiples et les données cliniques manquent de spécificité. Le pneumocoque est l’agent le plus fréquemment isolé et responsable des formes de pneumonies les plus graves. A travers une étude rétrospective à visée descriptive nous avons voulu mettre le point sur le profil épidémiologique, clinique, thérapeutique et évolutif des pneumonies dans notre contexte, nous avons étudié à l’aide d’un questionnaire les dossiers des patients hospitalisés dans le service de pédiatrie A de CHU Mohammed VI de Marrakech entre 2009 et 2011, sont exclus de notre étude les pneumonies non confirmées par un foyer radiologique. L’analyse des résultats a objectivé que sur 274 enfants colligés, l’âge moyen était de 2,19±2,9 ans, avec une prédominance masculine (61%), nos patients étaient vaccinés contre le pneumocoque dans (42,6%) de cas, une prise préalable d’antibiotique a été retrouvé dans 32% de cas, le germe a été identifié dans (6%) des cas par hémoculture, le germe était un pneumocoque dans 5cas et il était sensible à la pénicilline dans tous les cas, aucune infection à bactérie atypique, ni d’origine virale n’a pu être documentée. L’origine bactérienne étaient probable quand les GB≥10000/mm 3 (73%) et/ou la
En savoir plus

125 En savoir plus

Anémies neonatales : à propos de 169 cas

Anémies neonatales : à propos de 169 cas

Il faut évoquer ce diagnostic en cas de diminution de mouvements fœtaux au dernier trimestre de la grossesse car en cas de non prise en charge optimale, des cas ont été décrits d’anasarque, de mort néonatale voire d’hémorragie intra ventriculaire avec un pronostic sombre. En effet, le diagnostic d’HFM est souvent évoqué en rétrospectif soit devant une mort in utero, soit devant une souffrance fœtale aiguë, il existe des circonstances qui peuvent orienter vers ce diagnostic. Ce sont les actes diagnostiques in utero, les échographies sur l’abdomen, les accidents, la version par manœuvre externe ou des pathologies comme un hématome rétroplacentaire, un placenta prævia.
En savoir plus

145 En savoir plus

Show all 10000 documents...