Haut PDF [PDF] Formation avancé sur la gestion bancaire ALM | Cours informatique

[PDF] Formation avancé sur la gestion bancaire ALM | Cours informatique

[PDF] Formation avancé sur la gestion bancaire ALM | Cours informatique

RECHERCHES SYZ & CO: le tournant américain Le mois de novembre 2010 semble avoir constitué un tournant, tant pour les Etats-Unis que pour l’Union Européenne, mais dans des directions opposées, constate Syz & Co dans son «Point de vue» de décembre. Aux Etats-Unis, les célébrations de Thanksgiving sont ve- nues conclure un mois au cours duquel de nombreuses incertitudes ont été levées: la Fed a finalement annoncé son nouveau programme de Quantitative Easing tandis que les statistiques économiques, en particulier celles relatives au marché du travail, ont montré une réelle amélioration. En Europe, relève la banque, en dépit de signaux tou- jours très solides de la part des principales économies de la zone, l’actualité a été très largement dominée par le retour de la crise de la dette souveraine, avec le recours de l’Irlande à l’aide internationale et la contagion des craintes à l’Espagne et même à l’Italie. La pression exercée par les marchés a poussé les instances européennes à pré- senter un mécanisme censé régler, sur le long terme, les déficiences actuelles de la zone euro en la matière. Les marchés financiers et tout particulièrement les obligations européennes ont ainsi passablement souffert de ces incertitudes. On a assisté à un élargissement considé- rable des écarts de taux entre l’Allemagne et les «mauvais élèves» européens.
En savoir plus

1 En savoir plus

[PDF] Cours La gestion actif-passif ALM en pdf | Formation Informatique

[PDF] Cours La gestion actif-passif ALM en pdf | Formation Informatique

La suite de l’article s’articule de la manière suivante. Nous rappelons brièvement le cadre réglementaire qui définit le fonctionnement de la CADES. Ensuite, nous décrivons notre représentation du bilan en éléments simples, qui aboutit à une économie régulée par trois variables, le taux court nominal, le taux d’inflation, et le taux de croissance en volume de la CRDS. Ayant décrit les équations de diffusion suivies par leurs processus, nous exposons notre problème d’optimisation et sa résolution. Nous décrivons ensuite les outils d’aide à la décision mis en place à partir des résultats de la modélisation. Nous consacrons une dernière partie à la revue critique du modèle et aux évolutions envisagées, et offrons quelques conclusions sur la gestion de la dette sous l’éclairage de la gestion actif-passif.
En savoir plus

10 En savoir plus

[PDF] Cours ALM : Gestion des Risques Bancaires Gestion actif - passif | Formation informatique

[PDF] Cours ALM : Gestion des Risques Bancaires Gestion actif - passif | Formation informatique

Gestion des risques bancaires L’ALM et le risque de bilan sous Bâle II • « Supervisors should be particularly attentive to the sufficiency of capital of ‘outlier banks’ where economic value declines by more than 20% of the sum of Tier 1 and Tier 2 capital as a result of a standardised interest rate shock (200 basis points) or its equivalent, as described in the

141 En savoir plus

[PDF] Cours ALM avancé : Gestion du risque structurel | Formation informatique

[PDF] Cours ALM avancé : Gestion du risque structurel | Formation informatique

Gestion du risque structurel – Évaluation du risque de taux d’intérêt Section 7404 Évaluation de l’incidence du risque de taux d’intérêt sur un an L’exemple donné au tableau 7.10 se limite à un an. Toutefois, la plupart des caisses ont des éléments d’actif et de passif qui arrivent à échéance ou dont le taux est renouvelé après un délai bien plus long. Il est possible d’adapter la table des écarts pour déterminer les effets des fluctuations de taux d’intérêt sur le revenu d’intérêt net pour des périodes plus longues. À cet effet, il faut modifier les facteurs de pondération appliqués à chaque tranche de temps. Pour en savoir plus à ce sujet, la conseil peut communiquer avec la fédération ou un conseiller financier.
En savoir plus

42 En savoir plus

[PDF] Cours ALM avancé : gestion des risques bancaires | Formation informatique

[PDF] Cours ALM avancé : gestion des risques bancaires | Formation informatique

4-1. Politique de gestion des risques financiers Dans le respect des contraintes externes, la Direction Générale détermine un objectif de niveau de risques financiers pour l'établissement. Cela peut aller : - De la couverture systématique de tous les risques financiers (y compris les risques de positionnement concurrentiels futurs), en considérant que la seule gestion du risque de contrepartie commerciale doit générer de la valeur. Dans un tel cadre, la fonction de la Gestion Actif-Passif est de préserver la valeur...

60 En savoir plus

[PDF] Formation d ALM avec exemples d'application | Cours informatique

[PDF] Formation d ALM avec exemples d'application | Cours informatique

La nouveauté introduite par ce ratio de solvabilité a été d’imputer implicitement un coût sur l’activité bancaire normale, (coût ou surcoût aisément calculable puisque correspondant aux fonds propres immobilisés pour réaliser l’opération) et a donc eu pour conséquence double et ambiguë : porter la rentabilité au coeur des préoccupations bancaires futures (puisque celle-ci devenait la source première des fonds propres), tandis que les banques se trouvaient –compte tenu d’un degré de risque accru- confrontées à une obligation immédiate de mise à niveau de leurs fonds propres, et ont, pour cela, recouru à des sources externes de capitaux : émissions obligataires subordonnées, augmentation de capital, intégration de réserves, …
En savoir plus

16 En savoir plus

[PDF] Formation Architectures logicielles et Matérielles ALM | cours informatique

[PDF] Formation Architectures logicielles et Matérielles ALM | cours informatique

I. La gestion actif-passif : objectifs et démarche 1- Définition du concept de la gestion actif-passif La gestion actif-passif est en charge de la gestion des risques de transformation (ou risques financiers), qui comprennent les risques de taux, de liquidité et de change. Au- delà de l’aspect technique de la gestion, la cellule de gestion actif-passif est la structure qui veille à la cohérence du développement du bilan de l’établissement. C’est elle qui réconcilie au sein de l’établissement la sphère opérationnelle et la sphère financière. Outre le fait de gérer globalement les risques financiers, le service de gestion actif- passif devra appréhender la contribution de chacune des activités à la position globale en termes de risque.
En savoir plus

29 En savoir plus

[PDF] Introduction à ALM : gestion des risques de taux dans la firme Bancaires | Formation informatique

[PDF] Introduction à ALM : gestion des risques de taux dans la firme Bancaires | Formation informatique

Le MATIF a été créé en février 1986. Il propose divers contrats de gestion des risques de taux dans un contexte de sécurité des transactions. Cette sécurité passe par l’existence d’un organisme qui contrôle l’organisation et le fonctionnement du marché à terme : MATIF S.A. à Paris. Tout opérateur désireux d’intervenir sur le MATIF doit verser un dépôt de garantie appelé deposit. Toute ouverture de position, à l’achat comme à la vente, doit faire l’objet de ce dépôt de garantie. Si l’on constatait une insuffisance du dépôt au terme d’une séance de cotation, le client devrait provisionner son compte avant le début de la séance suivante : c’est l’appel de marge (margin call) qui a lieu quotidiennement. Si, pendant la séance, le dépôt de garantie s’avérait suffisant car la limite de variation des cours est atteinte, alors la chambre de compensation suspendrait les cotations et appellerait un dépôt de garantie supplémentaire avant la reprise de la séance. L’appel de marge se calcule comme la différence entre le cours de compensation et le cours de compensation de la séance précédente.
En savoir plus

46 En savoir plus

[PDF] Cours complet pour apprendre ALM en pdf | Formation informatique

[PDF] Cours complet pour apprendre ALM en pdf | Formation informatique

Dans l'exemple donné dans le tableau 8 ci-dessous, nous avons réalisé un "exact matching", car les flux des sorties et des entrées coïncident exactement. S'il n'existe pas d'obligations dont la durée correspond exactement à celle désirée, nous devrons en sélectionner une dont la durée se rapproche le plus possible, avec pour hypothèse que la gestion de la trésorerie permet de s'accommoder de ce biais. Ce qui nous intéresse, ce sont les équilibres globaux. Pour les très longues durées (au-delà de 15 à 20 ans), il peut arriver que nous ne trouvions pas d'obligations pour l'échéance souhaitée, ce qui montre les limites de ce modèle.
En savoir plus

44 En savoir plus

[PDF] Cours ALM : la banque et la gestion des Institutions Financières | Cours informatique

[PDF] Cours ALM : la banque et la gestion des Institutions Financières | Cours informatique

Les propriétaires ont besoin de savoir si la banque est bien gérée → besoin d'une mesure de la profitabilité bancaire (1) coefficient de rendement : Return on assets (RAO) = profit net après impôts / actifs → rendement des actifs : combien de bénéfices sont générés en moyenne par unité d'actif, mesure l'efficacité de la gestion de la banque

13 En savoir plus

[PDF] Tutoriel la Gestion des Risques dans le cadre de la Gestion Actif-Passif ALM | Formation informatique

[PDF] Tutoriel la Gestion des Risques dans le cadre de la Gestion Actif-Passif ALM | Formation informatique

La nouveauté introduite par ce ratio de solvabilité a été d’imputer implicitement un coût sur l’activité bancaire normale, (coût ou surcoût aisément calculable puisque correspondant aux fonds propres immobilisés pour réaliser l’opération) et a donc eu pour conséquence double et ambiguë : porter la rentabilité au cœur des préoccupations bancaires futures (puisque celle-ci devenait la source première des fonds propres), tandis que les banques se trouvaient –compte tenu d’un degré de risque accru- confrontées à une obligation immédiate de mise à niveau de leurs fonds propres, et ont, pour cela, recouru à des sources externes de capitaux : émissions obligataires subordonnées, augmentation de capital, intégration de réserves,…
En savoir plus

45 En savoir plus

[PDF] Cours langage LISP avancé en pdf | Formation informatique

[PDF] Cours langage LISP avancé en pdf | Formation informatique

E XERCICE 2.3. En utilisant la fonction ash (voir le manuel), déterminer le nombre de bits utilisés par l’implémentation des entiers primitifs. u t 2.5.7 Gestion mémoire La manipulation des listes entraîne une allocation de mémoire avec un grain très fin (le doublet) et une fréquence élevée, ainsi qu’un partage fréquent de ces doublets entre liste différentes. La gestion manuelle de cette mémoire serait insupportable pour le programmeur et elle est assurée en L ISP par un mécan- isme automatique, le Garbage Collector (GC) appelé aussi plus poétiquement Glaneur de Cellules et plus couramment, bien que très improprement, Ramasse-miettes.
En savoir plus

85 En savoir plus

[PDF] Formation avancé sur les Objets de Matlab | Cours informatique

[PDF] Formation avancé sur les Objets de Matlab | Cours informatique

5. Programmation orientée objets Ce chapitre présente la gestion des objets introduite depuis la version 2008b. Cette version permet notamment de gérer des objets par référence, c’est à dire qui peuvent être modifiés et qui gardent trace de leur modification (contrairement aux objets pre-2008). On commence par présenter la déclaration des objets, puis des différents types de méthodes (les fonctions assoxiées aux objets).

45 En savoir plus

[PDF] Apprendre ALM cours en pdf | Formation Informatique

[PDF] Apprendre ALM cours en pdf | Formation Informatique

Le risque de liquidité est également apparu comme un élément majeur de la crise des subprimes et, plus généralement, de la crise financière qu’elle a engendrée. Au moment où la généralisation des approches market consistent (basées sur les valeurs de marché) impose d’évaluer les options et garanties financières des portefeuilles dans la logique de détermination du coût de leur couverture, encore faut-il pour que le montant obtenu ait du sens que la couverture puisse être réajustée régulièrement, ce qui n’est possible qu’avec des actifs liquides. Cela impose par conséquent si ce n’est une adaptation de l’approche dans le cas d’actifs peu liquides, à tout le moins la prise en compte d’une prime de liquidité pour refléter dans le montant affiché ce risque d’impossibilité de gérer idéalement la couverture. Au-delà de ces deux éléments structurants, l’efficacité opérationnelle des modèles mis en œuvre dépend, nous l’avons vu, dans une très large mesure de la pertinence des paramètres retenus pour les alimenter. La détermination de ses paramètres est complexe et fait appel à la fois à des considérations d’ordre statistique (exploitation des historiques), économique (cohérence des valeurs de long terme prédites par le modèle avec les relations économiques fondamentales), financières enfin (cohérence avec les prix observés sur le marché). La prise en compte rationnelle de ces différentes composantes nécessite une réflexion spécifique et fait partie intégrante des choix structurants en termes de gestion des risques que peut effectuer l’organisme assureur.
En savoir plus

295 En savoir plus

[PDF] Cours ALM : Mesure du risque et couverture des marges nettes | Formation informatique

[PDF] Cours ALM : Mesure du risque et couverture des marges nettes | Formation informatique

3. L’audit interne – l’inspection générale L’inspection générale est une fonction intervenant au niveau du groupe, qui tient également un rôle d’auditeur interne. Elle est chargée de rendre compte de manière indépendante de la bonne mise en place, de la validité et du bon fonctionnement des procédures de gestion des risques. Ceci inclut notamment la construction des modèles, la pertinence et la fiabilité des systèmes de gestion des risques et leur conformité avec les attentes du régulateur. En quelque sorte, c’est un organe qui chapeaute à la fois l’ALM et le Risk Management ; en ce qui concerne l’ALM, elle effectue un contrôle supplémentaire sur ses procédures de gestion. Ainsi, au niveau de l’ALM, l’inspection est censée apporter une garantie sur l’excellence des procédures de gestion des risques. Son examen inclut donc l’audit des systèmes d’information, en vérifiant notamment la disponibilité des données en temps voulu, un élément essentiel à la fluidité des mécanismes de gestion. L’inspection s’intéresse également aux modèles, en vérifiant la pertinence des hypothèses, la fiabilité des données utilisées, les méthodes d’estimation des paramètres, etc. Son action s’étend ainsi au calcul du capital économique et aux indicateurs de marge / valeur et leurs sensibilités.
En savoir plus

176 En savoir plus

[PDF] Documentation ALM : introduction à la gestion Actif Passif et solvabilité | Cours informatique

[PDF] Documentation ALM : introduction à la gestion Actif Passif et solvabilité | Cours informatique

et d'intérêt ont toujours lieu à l'occasion des opérations sur devises. Les instruments de ce type de mesure ont été présentés au paragraphe précédent sur le risque de taux d'intérêt. C. Fonds propres et risque de change Tout comme le risque de taux d'intérêt, le risque de change entame les fonds propres d'un établissement bancaire. C'est pourquoi, pour être en conformité avec les exigences réglementaires en vigueur, la banque doit toujours déterminer l'exposition de ses fonds propres au risque de change dans le souci d'une meilleure gestion de ce risque. Elle peut à ce titre exprimer sa position nette ouverte globale en pourcentage de ses fonds propres éligibles et confronter ces valeurs au ratio des fonds propres en vigueur dans son environnement (exemple : 8% pour le ratio de Cooke). Des actions de redressement s'imposeront alors en cas de non respect de la norme en vigueur. La position nette ouverte globale est la plus grande valeur entre la somme des positions nettes courtes et la somme des positions nettes longues, plus la position nette (courte ou longue) en or (XAU), sans considération de signe
En savoir plus

76 En savoir plus

[PDF] Formation avancé de Visual Studio.NET en pdf | Cours informatique

[PDF] Formation avancé de Visual Studio.NET en pdf | Cours informatique

Fichiers de Solution (*.sln, *.suo) Une Solution représente une solution complète de développement pouvant être composée de plusieurs projets. Les premiers programmes que vous écrirez seront composés d’un seul projet mais, à un niveau plus avancé, il pourrait être nécessaire d’accéder au code d’une application de gestion en Visual Basic, à un site web affichant les données en C# et le tout au sein de la même fenêtre Visual Studio.

19 En savoir plus

[PDF] Cours avancé d'ASP.Net avec exemples | Formation informatique

[PDF] Cours avancé d'ASP.Net avec exemples | Formation informatique

faiblement typé. Concrètement, comment définir une classe ? Imaginons par exemple un véhicule. Ce véhicule possède des propriétés, par exemple sa couleur, son poids, sa longueur, sa hauteur. Il possède également des méthodes : il peut avancer, reculer, stopper. Tous les véhicules ont ces caractéristiques : c'est le concept de classe. Une classe représente une entité, c'est- à-dire une représentation informatique de quelque chose qui existe dans le monde réel. Toutefois, mon véhicule n'est certainement pas le même que le vôtre : couleur différente, poids différent, etc. Cela introduit le concept d'objet : ma voiture est un objet qui appartient à la classe véhicule, de même que la vôtre, même s'il existe des différences entre elles. En programmation, le fait de déclarer un nouvel objet de classe s'appelle instancier. Un objet est donc une instance de classe.
En savoir plus

17 En savoir plus

[PDF] Cours de base VB.NET pas à pas avancé | Formation informatique

[PDF] Cours de base VB.NET pas à pas avancé | Formation informatique

Chaque instance d'une classe partage la même description mais chacune a des valeurs propres pour ses attributs (valeur de ses propriétés). Classe dans VB.NET[r]

13 En savoir plus

[PDF] Cours avancé de Programmation CAML | Formation informatique

[PDF] Cours avancé de Programmation CAML | Formation informatique

OCaml dispose de conventions syntaxiques qu’il est nécéssaire de bien connaître pour pouvoir lire et écrire du code sans trop de paenthèses. En voici les principales :.[r]

28 En savoir plus

Show all 10000 documents...

Sujets connexes