Haut PDF [PDF] Cours ALM : la banque et la gestion des Institutions Financières | Cours informatique

[PDF] Cours ALM : la banque et la gestion des Institutions Financières | Cours informatique

[PDF] Cours ALM : la banque et la gestion des Institutions Financières | Cours informatique

Mettre en place des contrôles internes (avec séparations des opérations de front et de back office) ; – Mettre en place des procédures d'évaluation des risques : – Value at Risk (VaR) : montant de perte que le portefeuille de la banque est susceptible de subir avec une probabilité donnée sur un intervalle de temps donné (évaluée par des méthodes statistiques, elle dépend de la distribution statistique des résultats du

13 En savoir plus

[PDF] Formation Architectures logicielles et Matérielles ALM | cours informatique

[PDF] Formation Architectures logicielles et Matérielles ALM | cours informatique

Partie I : Champ d’action de la gestion actif-passif La Gestion Actif-Passif (ALM) vise à maîtriser, dans les meilleures conditions de rentabilité des fonds propres, les conséquences négatives potentielles des risques financiers. En termes de missions, la première mission de la GAP consiste à veiller aux équilibres bilanciels en assurant la cohérence entre les grandes masses du bilan. La GAP consiste donc en un pilotage de la structure de bilan sur un horizon pluriannuel. Ensuite, afin d’assurer que les risques assumés sont conformes aux préférences de la banque en la matière, il est indispensable de les évaluer en se dotant d’instrument de mesure adaptés aux métiers donc aux opérations accomplies par la banque. Enfin, la GAP s’efforce de réaliser cette structure de bilan et de la maintenir conforme aux exigences de la banque en gérant les risques et en leur affectant suffisamment de fonds propres, tout en préservant la rentabilité tant des actifs que des fonds propres.
En savoir plus

29 En savoir plus

[PDF] Cours ALM : Gestion des Risques Bancaires Gestion actif - passif | Formation informatique

[PDF] Cours ALM : Gestion des Risques Bancaires Gestion actif - passif | Formation informatique

annoncé la veille par les trois gouvernements du Benelux, qui ont décidé d'injecter 11,2 milliards d'euros pour empêcher l'établissement d'être emporté à son tour par la crise financière. • Au terme du plan de sauvetage de Fortis, décidé en concertation avec la Banque centrale européenne européenne (BCE), les gouvernements du Benelux (Belgique, Pays-Bas et Luxembourg) ont expliqué avoir pris une participation de 49% dans le capital de la banque, premier établissement bancaire et principal employeur privé de Belgique.

141 En savoir plus

[PDF] Documentation ALM : introduction à la gestion Actif Passif et solvabilité | Cours informatique

[PDF] Documentation ALM : introduction à la gestion Actif Passif et solvabilité | Cours informatique

Introduction De plus en plus, la banque d’affaires ressemble à une « machine de risques ». Elle prend les risques, les transforme et les incorpore aux services et aux produits bancaires. Techniquement, la gestion des risques n’était pas réalisable avec l’ampleur et l’efficacité d’aujourd’hui. Les principes et les logiques n’en étaient pas universellement admis. La réglementation, en pleine transformation, ne permettait pas de savoir comment les risques seraient contrôlés par la tutelle, ni quels risques feraient l’objet des contraintes les plus strictes. Les instruments financiers, nécessaires pour moduler les risques du bilan, n’étaient pas suffisamment développés. Certains risques bancaires ne pouvaient être évalués efficacement faute d’un système d’information adapté. Aujourd’hui, tous ces obstacles sont levés ou vont l’être. Ce contexte réunit toutes les conditions pour qu’une nouvelle gestion des risques devienne une nécessite. Le développement de la gestion actif-passif s’est donc effectué parallèlement au développement des techniques de gestion des risques lorsque les banques se sont vues dans l’obligation de mettre en place de véritables outils de gestion de ces risques. En effet, de nouvelles contraintes leur ont été imposées par la pression concurrentielle et par la nouvelle réglementation prudentielle. La mise en place en 1974 du Comité de Bâle par les banques Centrales d’une dizaine de pays a permis aux banques et aux autorités de tutelle nationales de mettre au premier plan l’importance d’une gestion active des risques financiers.
En savoir plus

76 En savoir plus

[PDF] Cours complet systemes d'information de gestion | Cours informatique

[PDF] Cours complet systemes d'information de gestion | Cours informatique

Il existe maintenant des milliers de nouvelles institutions de microfinance de par le monde. Nombre d'entre elles sont de taille restreinte et n'ont que quelques cen- taines de clients. D'autres, de plus en plus nombreuses, ont pu étendre la portée de leurs opérations pour offrir leurs services à des milliers, voire des millions de clients pauvres. Certaines d'entre elles réussissent également à opérer sur une base rentable, et peuvent ainsi échapper aux contraintes imposées par les rares ressources émanant des bailleurs de fonds ou de l'État, et financer une forte expansion au moyen des ca- pitaux qu'elles se procurent aux conditions du marché. La plupart des institutions de microfinance sont toutefois des organisations à but non lucratif qui poursuivent des activités financières dans le but de servir la société. Qu'elles disposent au départ rarement d'une connaissance approfondie des questions financières et que leur système d'information soit rudimentaire n'est dès lors guère surprenant. Toutefois, lorsque le nombre de leurs clients atteint plusieurs milliers, elles ressentent généra- lement le besoin d'améliorer leur système d'information de gestion. Les dirigeants d'institutions en pleine expansion perdent peu à peu le contact avec les opérations sur le terrain, et réalisent qu'ils ne peuvent gérer correctement leur portefeuille et leurs opérations financières sans une meilleure information.
En savoir plus

236 En savoir plus

[PDF] Apprendre ALM cours en pdf | Formation Informatique

[PDF] Apprendre ALM cours en pdf | Formation Informatique

Le risque de liquidité est également apparu comme un élément majeur de la crise des subprimes et, plus généralement, de la crise financière qu’elle a engendrée. Au moment où la généralisation des approches market consistent (basées sur les valeurs de marché) impose d’évaluer les options et garanties financières des portefeuilles dans la logique de détermination du coût de leur couverture, encore faut-il pour que le montant obtenu ait du sens que la couverture puisse être réajustée régulièrement, ce qui n’est possible qu’avec des actifs liquides. Cela impose par conséquent si ce n’est une adaptation de l’approche dans le cas d’actifs peu liquides, à tout le moins la prise en compte d’une prime de liquidité pour refléter dans le montant affiché ce risque d’impossibilité de gérer idéalement la couverture. Au-delà de ces deux éléments structurants, l’efficacité opérationnelle des modèles mis en œuvre dépend, nous l’avons vu, dans une très large mesure de la pertinence des paramètres retenus pour les alimenter. La détermination de ses paramètres est complexe et fait appel à la fois à des considérations d’ordre statistique (exploitation des historiques), économique (cohérence des valeurs de long terme prédites par le modèle avec les relations économiques fondamentales), financières enfin (cohérence avec les prix observés sur le marché). La prise en compte rationnelle de ces différentes composantes nécessite une réflexion spécifique et fait partie intégrante des choix structurants en termes de gestion des risques que peut effectuer l’organisme assureur.
En savoir plus

295 En savoir plus

[PDF] Tutoriel Gestion actif-passif pour les institutions de microfinance collectrices de dépôts | Cours informatique

[PDF] Tutoriel Gestion actif-passif pour les institutions de microfinance collectrices de dépôts | Cours informatique

–  Pour les marchés: le ratio ‘loan to deposit’, le solde de ressources stables, le ratio dette CT/collatéral –  Pour les superviseurs: le LCR ou tout réglementation équivalente locale, le NSFR, l’AER,… ▪  La traduction de la stratégie liquidité va se faire à travers: –  La politique d’appétit au risque traduite à travers les limites de risques ALM

45 En savoir plus

[PDF] Formation avancé sur la gestion bancaire ALM | Cours informatique

[PDF] Formation avancé sur la gestion bancaire ALM | Cours informatique

CRÉDIT AGRICOLE: trop fortes attentes sur la BCE Dans ses perspectives hebdomadaires, Crédit Agricole relève le pe- tit commentaire de Jean-Claude Trichet en milieu de semaine der- nière, lors de son discours devant le parlement européen ( «Nous ver- rons ce que nous déciderons sur le programme de rachat de titres»). Cette déclaration avait suffi à doper les marchés, avec l’espoir d’une annonce autour d’un programme massif comparable au Quantita- tive Easing de la Fed ou de la BoE. Pour preuve du décalage entre les spéculations de marché et la réalité (celle du mandat de la BCE, qui interdit explicitement la monétisation des déficits publics), des chiffres de l’ordre de 1 ou 2 trillions d’euros avaient même commencé à circuler avant la réunion. En retour, ces espoirs démesurés avaient créé un potentiel de déception important. Sans surprise, commente la banque française, la BCE s’est contentée de répéter que le pro- gramme SMP (Securities Market Programme) mis en place lors de la crise grecque en mai restait opérationnel, sans s’engager explici- tement sur une cible en termes de montants, de spreads de taux ou de calendrier. En pratique, cependant, l’ordre semble avoir été donné par le Conseil des Gouverneurs d’intervenir massivement sur les marchés obligataires périphériques, notamment irlandais et portu- gais, pendant la conférence de presse de la BCE, note encore l’établis- sement. Le recoupement de plusieurs sources (opérateurs de marché, média) confirme cette hypothèse, même si aucun chiffre officiel ne sera connu avant aujourd’hui: les montants totaux de rachats sont publiés le mardi pour la semaine précédente, sans décomposition géo- graphique.
En savoir plus

1 En savoir plus

[PDF] Cours ALM : les bases de la gestion actif-passif dans es Banques | Cours informatique

[PDF] Cours ALM : les bases de la gestion actif-passif dans es Banques | Cours informatique

I.1.2 Projection des impasses et besoin de financement Si l'on parle en terme de flux, l'impasse en flux est définie pour une période donnée comme la différence entre les entrée et les sorties de fonds pendant la période. Dans l'hypothèse de fonte du bilan, les flux se limitent aux amortissements correspondants, à l'exclusion des encours nouveaux. Le passif « tombe », lorsque la banque rembourse le prêteur, l'actif « tombe » quand un client rembourse un crédit, comme nous allons le voir dans l'exemple suivant.

45 En savoir plus

[PDF] Cours ALM avancé : Gestion du risque structurel | Formation informatique

[PDF] Cours ALM avancé : Gestion du risque structurel | Formation informatique

Emprunts Outre la base de dépôts, les caisses peuvent avoir recours aux emprunts externes de la fédération ou d’une banque pour financer leur portefeuille d’actif. Étant donné que les emprunts externes peuvent être une source de financement plus chère, la politique devrait limiter le recours à de tels instruments et préconiser l’observation du plafond réglementaire sur les créances de la fédération. Les prêts externes devraient toujours être considérés comme des moyens temporaires. On peut toutefois ouvrir des marges de crédit auprès de fédérations ou d’autres institutions financières afin de gérer les liquidités d’exploitation; à cet égard, le lecteur pourra se reporter au chapitre 9 sur la gestion des liquidités.
En savoir plus

42 En savoir plus

[PDF] Cours informatique Java en pdf | Cours informatique

[PDF] Cours informatique Java en pdf | Cours informatique

2.3 Recherche sémantique C'est un usage qui considère non plus le cours en lui même mais l'objet du cours, c'est à dire dans notre cas le langage JAVA et la programmation objet. Cet usage se manifeste dans deux type d'interaction : la recherche directe d'une information dont on sait ou on présume qu'elle est présente dans le cours, ou la demande d'information complémentaire sur un thème présenté par l'entité consultée.

28 En savoir plus

[PDF] Cours ALM : Mesure du risque et couverture des marges nettes | Formation informatique

[PDF] Cours ALM : Mesure du risque et couverture des marges nettes | Formation informatique

Le problème d’optimisation de portefeuille sous contrainte de mesure de risque est un sujet bien connu notamment en gestion d’actifs, où il trouve bon nombre d’applications. Dans le Chapitre 7, nous proposons de récapituler et d’énoncer, sous une forme quasiment prête à implémenter, les problèmes d’optimisation, pour chaque « type » de mesure de risque intervenant dans la contrainte. Nous effectuons également une application numérique portant sur la détermination de portefeuilles optimaux, avec des données de rendements de Hedge Funds. Notons que le choix de ce type d’actifs porte essentiellement sur la nature de leur distribution, non gaussienne, ce qui nous permet, comme nous le verrons, de ne pas aboutir à des trivialités en termes d’allocations optimales. Cette étude est pour nous l’occasion d’étudier le comportement des différentes mesures de risque par rapport aux allocations efficientes correspondantes. Nous montrons alors dans cette section que les profils d’allocation en fonction de la cible de rendement sont en réalité très proches, à moins d’avoir recours à des mesures de risque extrêmement sévères, portant sur les queues de distribution des rendements de portefeuille.
En savoir plus

176 En savoir plus

[PDF] Cours bases de données informatique pdf | Cours informatique

[PDF] Cours bases de données informatique pdf | Cours informatique

Qu'est-ce donc qu'une base de données? Que peut-on attendre d'un système de gestion de bases de données? C'est à ces questions, entre autres, que cet ouvrage essaie d'apporter des réponses. Dans un premier temps, et de façon informelle, on peut considérer une Base de Données (BD) comme une grande quantité de données, centralisées ou non, servant pour les besoins d'une ou plusieurs applications, interrogeables et modifiables par un groupe d'utilisateurs travaillant en parallèle. Quant au Système de Gestion de Bases de Données (SGBD), il peut être vu comme le logiciel qui prend en charge la structuration, le stockage, la mise à jour et la maintenance des données ; c'est, en fait, l'interface entre la base de données et les utilisateurs ou leurs programmes.
En savoir plus

19 En savoir plus

[PDF] Cours informatique C++ en pdf | Cours informatique

[PDF] Cours informatique C++ en pdf | Cours informatique

 En C++ un symbole défini avec const est local au fichier : on peut redéfinir le même symbole dans un autre fichier (avec une valeur différente). en C il y a une erreur à l'édition d[r]

10 En savoir plus

[PDF] Cours d Initiation maintenance informatique pdf | Cours informatique

[PDF] Cours d Initiation maintenance informatique pdf | Cours informatique

D Goujdami Cours Initiation à l’informatique – Formation Qualifiante E.S. - page : 5 4- Standards de micro-ordinateurs Le mini-ordinateur (ordinateur d'entreprise muni d'une unité centrale à laquelle peuvent être connectés plusieurs écrans terminaux qui peuvent en être très éloignés) a été très rapidement remplacé par les micro-ordinateurs dès qu'ils ont acquis de grandes capacités mémorielles et la possibilité d'être connectés en réseau.

8 En savoir plus

[PDF] Cours Gestion de base de données Access | Cours informatique

[PDF] Cours Gestion de base de données Access | Cours informatique

 Fins Fins Professionnelles Fins Fins Professionnelles Professionnelles Professionnelles :::: Les entreprises utilisent des bases de données pour stocker des informations telles que leurs listes d’adresses, leur comptabilité, leurs commandes, leurs dépenses, leurs stocks et la gestion de paies. Access permet de revoir, d’actualiser et

26 En savoir plus

[PDF] Cours de Réseaux Informatique gratuit en pdf | Cours informatique

[PDF] Cours de Réseaux Informatique gratuit en pdf | Cours informatique

(b) Machine B Figure 2.3 – Automates 2.5.2 Chronogrammes Un chronogramme permet de représenter les échanges de messages au cours du temps. Chaque entité prenant part aux échanges est représentée par une ligne verticale. Le temps s’écoule du haut vers le bas. Un arc entre deux lignes verticales indique qu’un message a été envoyé par l’entité à la source de l’arc et est reçu par l’entité destination de l’arc. Lorsqu’un message se perd, l’arc n’atteint pas la destination et se termine par une croix (X).

27 En savoir plus

[PDF] Cours Systèmes d’exploitation informatique pdf | Cours informatique

[PDF] Cours Systèmes d’exploitation informatique pdf | Cours informatique

Le stockage dans un fichier permet la préservation d’une grande quantité d’information de façon non volatile (résiste à la fin d’un processus) et rend cette information disponible à plusieurs processus. Système de fichiers: Partie du SE responsable de la gestion de fichiers. Le SE établit une correspondance entre les fichiers et les dispositifs

20 En savoir plus

[PDF] cours de maintenance informatique pdf | Cours informatique

[PDF] cours de maintenance informatique pdf | Cours informatique

Logiciels Un ordinateur aussi puissant et évolutif soit-il, ne fonctionne pas sans logiciels (programmes). Les systèmes d’exploitation les plus courant étant Windows, Unix, Linux, si quelques constructeurs proposent parfois des PC presque nus, la majorité offrent des solutions complètes et adaptées aux usages de chacun. Aussi est-il recommandable d’acheter une solution complète et pré-installée, notamment si l’ordinateur est destiné à un environnement dépourvu de spécialiste informatique. Les solutions complètes « ordinateur + offre logicielle » permettent d’avoir un ensemble immédiatement opérationnel, sans achat de logiciels supplémentaires permettant ainsi à son utilisateur de travailler très rapidement.
En savoir plus

18 En savoir plus

[PDF] Support de cours sur le logiciel OpenERP : gestion d‘école | Cours informatique

[PDF] Support de cours sur le logiciel OpenERP : gestion d‘école | Cours informatique

Note: il est possible ici de calculer automatiquement une note à partir d’un score et du nombre total de point, mais aussi de calculer un résultat composé de plusieurs notes. Les modèles d'évaluation des performances sont à créer dans le système de gestion d’école ERP dans le menu gérant les modèles d’évaluations de la performance.

10 En savoir plus

Show all 10000 documents...